s
19 708 Pages

Suétone
intention miniature dépeignant Suétone à la lecture de Liber Chronicarum (fiche CXI), Traité Hartmann Schedel (1493)

Suétone, parfois appelé Suétone[1] (en latin: Gaius Suetonius Tranquillus; 70 - 126), Il a été un écrivain romain L'âge impérial, représentant important du genre biographie.

biographie

Suétone est né autour 70 Après Jésus-Christ dans un endroit non précisé dans le Latium vetus, peut-être Ostia, où il avait l'office religieux local du pape Vulcain (Habituellement décernées pour la vie).
Personne ne sait, cependant, précisément l'année de naissance: certains, se référant à une lettre envoyée par Pline le Jeune Suétone dans 101[2] mettre la date à 77, année où il aurait pu recevoir un tribun militaire, avait-il lancé dans une carrière militaire. Autre fixer la date 69, d'autres, en examinant d'autres lettres adressées à l'auteur de De Caesarum, placez-le dans 71 ou 75.
Tout aussi incertain est l'origine sociale de Suétone: vous ne pouvez pas déterminer avec précision si sa famille appartenait à l'ordre équestre et était plébéienne, bien que l'auteur lui-même dit que son père, Suétone Leto, était angusticlave tribun de la treizième légion, qui servi Otho en Première bataille de Bedriacum contre Vitellio.[3]
Bien que les origines non noble, non seulement étudié Suétone grammaire et littérature, mais aussi rhétorique et jurisprudence, devenir avocat et correspondant de Pline le Jeune, qui le considérait comme l'un de ses protégés et qui a donné un coup de pouce à la carrière Suétone. Avant sa mort en 113 de notre ère, en effet, confié à la protection des Setticio Claro, qui est devenu préfet du prétoire de l'empereur Hadrien, il obtint pour lui le poste de secrétaire de l'empereur (procurateur dans studiis et ab epistulis, ou surintendant des archives et conservateur de la correspondance impériale), et en cette qualité qu'il avait accès aux documents les plus importants des archives impériales.
Suétone couvrait donc des postes importants sous l'empereur Adriano et peut-être déjà Trajan, faire partie du personnel plus étroitement avec l'empereur: Cependant, son retrait par l'empereur Hadrien 122 (En collaboration avec le préfet du prétoire Setticio Claro, avec la raison officielle d'avoir traité avec trop grande proximité impératrice Sabine[4]), Pour des raisons peu claires (dans le cadre d'une purge des cadres, il a commandé des peintures peut-être impératrice même de donner les devoirs à ses proteges) a marqué la fin de sa carrière.
date du décès est pas tout à fait sûr, et est également placé par quelques-uns autour 126, autres quinze ans plus tard, autour de 140 ou même 161, année de la mort de l'empereur Antonino Pio.

travaux

De viris illustribus

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: De viris illustribus (Suétone).

la De viris illustribus ( "The Fame"),[5] qui trouve un précédent clair Cornelio Nepote, analyse les chiffres de personnalités célèbres dans le domaine culturel, en les divisant en cinq catégories: les poètes (de poetis), Grammarians et rhéteurs (De grammaticis et rhetoribus), Haut-parleurs (de oratoribus), Historiens (de historicis) Et les philosophes (de philosophis)[6].
Dell'Opera est conserve presque seule la section réservée aux grammairiens et rhéteurs (21 grammairiens et rhéteurs 5), bien que la dernière partie manquante[6]Après l'introduction généralisée de la science grammaticale à l'arrivée à Rome, Suétone fournit de brefs portraits (une très courte) de ceux qui ont contribué à l'élaboration de l'étude de la grammaire à Rome, en se concentrant non seulement sur les nouvelles que chacun a grammairien fait, souvent anecdotique particulier.
Parmi les autres sections du De viris illustribus, il ne reste que quelques vies, sur l'attribution de son vrai Suétone, cependant, il n'y a pas d'accord entre les chercheurs. Ils se souviennent de la Terentii vie (Ce qui est une condition sine qua non pour commenter Elio Donato comédies terenziane), La vie de Orazio et celle de Lucano; Il vient de de poetis que la vie de Virgilio, prémisse au commentaire des œuvres du poète toujours Elio Donato.[6]

De Caesarum

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Vies des Césars.

la Vies des douze Césars dans huit livres[7], Ils sont plus spacieuses et sont venus nous presque complet (il manque seulement une courte première partie). Ils sont, par ordre chronologique, les portraits de douze empereurs romains, y compris le même César, suivie Augusto, Tibère, Caligula, Claudio, Nerone, Galba, Otho, Vitellio, Vespasien, Tito, Domitien.
En plus d'un généalogie introduction et un bref résumé de la vie et la mort du personnage, ces biographies ne suivent pas un modèle chronologique mais pas de calendrier rigide, variable en fonction des besoins de l'auteur. Ce régime se composait de formes biographiques de type alexandrin: ils ont quitté de la naissance et l'arrière-plan de la famille, puis passer à l'éducation, la jeunesse, la carrière politique avant de prendre le pouvoir; Ici commence la seconde partie (organisée pour les espèces, ou catégories) du récit: actes les plus importants du gouvernement, un portrait physique et morale, la description de la mort et les funérailles, enfin la volonté. Tout cela au détriment de l'histoire organique, avec un intérêt souvent dispersés dans le détail ou anecdote[6].
La différence avec le contemporain Plutarque Il est que si celui-ci a assisté plus avec émotion à l'histoire, Suétone montre un documentaire qui passionne l'attention. Suétone semble plus détaché, se abstenant de jugement personnel.[8] Il ressort également une caractérisation négative des empereurs de le siècle, peut-être encouragé par la même Adriano, afin d'opposer sa bonne gouvernance à celle de ses prédécesseurs, souvent caractérisés par excès (voir tous Caligula, Nerone et Domitien)[8]. Suétone semble se concentrer principalement sur la figure de princeps, presque inconscient du monde impérial autour de lui.
La forme, qui apparaît dans certains cas, peu soignée, est simple, linéaire, avec une structure schématique, même fragmentaire, qui ne fournit pas un discours articulé par un point de vue stylistique.[8] Dans certains cas, cependant, il parvient à Suétone "obtenir des effets importants et dramatiques pour montrer une caractérisation psychologique cohérente».[8]
En tant que membre de la cour impériale (la Consilium principis) et procurateur dans studiis et en bibliothecis (Directeur de archives et bibliothèques impériales), Suétone avait fourni des documents de première main (décrets, Senatus consulte, minutes de sénat), Toutes les sources utiles pour son travail, et les documents pertinents à la reconstruction historique moderne de la période. Cependant, il a également été les sources non officielles, qui ont été écrites de la propagande et des histoires diffamatoires et même par voie orale, afin de nourrir le goût de l'anecdote et les curieux qu'il consacre beaucoup d'espace et que certains attribuent lui comme une faute et d'autres aussi précieux.

Travaux mineurs

Sous le nom de Suétone, ils ont reçu aussi des titres et des fragments de sujet historiques et anciennes, la grammaire et la science. Le érudite, par exemple, sont Peri ton par « Hellesi paidion ( « Sur les jeux Grèce« ) Et péri blasphemion ( « Sur insultes »), écrit en grec et de survivre dans des extraits de glossaires grecs plus tard.
D'autres œuvres nous racontent une partie du lexique Suda et plus tard grammairiens latins[9]: Oui, eh bien, la Vies des rois les plus chaudes Vie des célèbres courtisanes, de poursuivre les travaux qui ont été, peut-être, des sections d'un traité est souvent citée comme Rome et qui était d'inclure, dans une sorte de Varia, divers aspects de la vie romaine. Les titres d'attestation comme Sur les us et coutumes des Romains, Sur le Roman de l'année, Sur fêtes romaines, sur les vêtements, Le De re publica de Cicéron, sur la magistrature.
De plus variée et moins un caractère compact devait être le pratum, peut-être inclus des titres tels que Au temps des méthodes de mesure, grammaire problèmes, Sur les défauts physiques, De la Nature, Sur les diacritiques utilisés dans les livres. L'ensemble de fragments, en partie latine et en partie grecque, cependant, est trop faible pour permettre une analyse de ces travaux et de vérifier la paternité.

Une évaluation de Suétone

Suétone était un érudit, étant donné le grand volume des œuvres composées dans divers domaines (écrit en partie grec), Un amoureux de la vie à la retraite afin de se consacrer à des études plus proches. Il était la figure de antiquaire, savant encyclopédique, avec un grand intérêt pour les antiquités et la culture romaine, accessible à Marco Terenzio Varrone des caractéristiques de production.[6]. Il a certainement été un patient de chercheur, grâce à laquelle l'entrée de l'empereur actes que nous avons reçu des informations de première main sur les Césars, sinon irrémédiablement perdu. Cependant, son plus gros défaut est de payer le crédit, en ce qui concerne la vie de certains empereurs à la présence de sources historiques de l'époque en lui-même corrompu et partiel.

notes

  1. ^ Manca - Vio, Introduction à l'historiographie romaine, p. 211
  2. ^ X 95.
  3. ^ De Vita Caesarum, VII, 10.
  4. ^ Elio Sparziano, Adriano, 11, 3.
  5. ^ Suétone, De viris illustribus (Texte latin).
  6. ^ à b c et Luciano Perelli, Histoire de la littérature latine, Milan, Pearson, 1996, p. 324.
  7. ^ Suétone, De livres de Caesarum VIII (Texte latin).
  8. ^ à b c Luciano Perelli, Histoire de la littérature latine, cit., p. 325.
  9. ^ (FR) avant-propos, en Suétone: Les Douze Césars, Traduction de Graves Robert, 1re éd., Hamondsworth, Penguin Books, 2007 [1957], ISBN 978-0140455168.

bibliographie

  • A. Wallace-Hadrill, Suétone: L'université et ses Césars, Londres 1983.
  • Suétone, La vie Caesars, traduction de Edoardo Noseda, Milan, Editeur Garzanti, 1977 ISBN 978-88-11-36187-9.
  • P. Galand-Hallyn, Suétonienne Bibliographie (Les Vies des XII Césars) 1950-1988. Vers une réhabilitation, en ANRW II 33.5 (1991), pp. 3576-3622.
  • F. Leo, Die griechisch-römische nach ihrer literarischen Biographie Formulaire, Leipzig 1901.
  • G. Funaioli, C. Suetonius Tranquillus, en RE 4 A (1931), coll. 593-641.
  • A. Mace, De Suétone Essai, Paris 1900.
  • W. Steidle, Suétone und die Antike Biographie, Monaco 1951.
  • E. Cizek, Structures et Dans Les idéologie EDDV des Césars de Suétone Douze, Bucarest-Paris 1977.
  • B. Baldwin, Suétone, Amsterdam 1983.
  • U. Lambrecht, Herrscherbild und Principatsidee à Suetons Kaiserbiographien. Untersuchungen zur Caesar- und Auguste-Life, Bonn 1984.
  • K. R. Bradley, L'idéal impérial de Caesares de Suétone, en ANRW II 33.5 (1991), pp. 3701-3732.
  • J. Gascou, Suétone Historien (Befar 255), Rome 1984.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Suétone
  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page langue latine ou Suétone
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Suétone
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Suétone

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR89599270 · LCCN: (FRn50053072 · ISNI: (FR0000 0001 2031 4435 · GND: (DE118619918 · BNF: (FRcb119257294 (Date) · ULAN: (FR500050468 · BAV: ADV12407102 · LCRE: cnp01259584