s
19 708 Pages

Sergio Atzeni (Capoterra, 14 octobre 1952 - Carloforte, 6 septembre 1995) Il était écrivain et journaliste italien.

biographie

Né à Capoterra, il a vécu à Orgosolo, puis à Cagliari dès la petite enfance. En tant que jeune homme a commencé à se consacrer au journalisme, en collaboration avec les principales têtes de Sardaigne. Ceci est aussi la période où il a rejoint le Parti communiste italien, participer activement à la vie politique de la ville, où son père Licio a longtemps été secrétaire de la fédération PCI. Seulement dans les années suivantes ne peut pas trouver un emploi stable (tous les 'ENEL). Cependant, il abandonne bientôt. en 1986 part pour l'Europe, et plus tard à turin.

Ceux-ci se révèlent être les années les plus créatifs de sa carrière en tant que romancier, quand il écrit ses œuvres les plus importantes, telles que La parabole du juge interdit, Le fils de Bakounine, Nous avons passé sur le terrain lumière et La cinquième étape est le congé.

Ses romans sont mis en Sardaigne et il est inspiré principalement par sa passion historique pour la reconstruction de scénarios du passé sarde, de la nuraghi aux luttes sociales des mineurs Sulcis et dell 'Iglesiente au début XXe siècle. Les protagonistes de ses histoires appartiennent à différentes classes sociales, mais surtout Atzeni représente le peuple des pauvres, les vaincus, le marginal.

Nous avons passé sur le terrain lumière, publié à titre posthume, il est une reconstitution mythique de l'histoire des Sardes, vue et dit comme une mémoire commune transmise de père en fils. Atzeni, en particulier dans le titre posthume Bellas Mariposas, Sellerio, 1996 (qui, en 2012 Salvatore Mereu Il a tiré le film du même nom choisi pour la Festival du Film de Venise) Combine la Sardaigne ensemble (en particulier ceux des banlieues populaires de Cagliari) et italienne, la mise en œuvre d'une réévaluation de la langue locale similaire à celui exploité par Andrea Camilleri avec la Sicile. Ces dernières années, après avoir abandonné l'activisme politique, il est riavvicinava, bien que problématiquement, à la religion.

« Je suis un citoyen de la Sardaigne, italienne, européenne »[1] Il avait son mot à dire, même lors de la consolidation des 'l'intégration européenne.

Sa carrière d'écriture se termine tragiquement dans la mer de Carloforte, où il est mort le 6 Septembre 1995 claqué par une vague sur les rochers de 'Île San Pietro. Après sa mort, a trouvé ses autres écrits, dont la plupart ont rapidement publié. Ses livres sont encore largement lus aujourd'hui Sardaigne et ils ont trouvé beaucoup d'admirateurs dans le reste du pays. Son travail est souvent cité, avec celui de Salvatore Mannuzzu et Giulio Angioni, comme l'origine d'une nouvelle vague ou Nouvelle littérature sarde[2], dont il est maintenant répandu en Italie et en Europe.

travaux

  • Les amours, aventures et la mort d'un éléphant blanc, annexe à David Keith Cohler, Le conseil d'administration du crime, collier Le jaune Mondadori, volume de 1737, Milano, 1982
  • Araj Dimoniu. légende sarde ancienne, Le Volpi Publishing, Cagliari, 1984 (réédité en: Bellas Mariposas 1996)
  • Le apólogo le juge interdit, Sellerio, Palerme 1986
  • Le Fils de Bakounine (roman), Sellerio, Palerme 1991
  • La cinquième étape est le congé, Mondadori, Milan 1995; Le Mistral, Nuoro 1996
  • Nous avons passé sur le terrain lumière, Mondadori, Milan 1996; Le Mistral, Nuoro 1997
  • Bellas Mariposas, Sellerio, Palerme 1996
  • Deux couleurs existent dans le monde, le vert est la deuxième (Recueil de poèmes), Le Mistral, Nuoro 1997
  • contes racontent (Gleanings des malentendus et des fantasmes trouvés dans les rapports relatifs aux voyageurs du XIXe siècle Sardaigne), Sellerio, Palerme 1999
  • Vous ... Huit (Pamphlet sur Cagliari '68 a éclaté dans les années 80)
  • Histoires avec bande-son et d'autres en jaune (Édition critique de Giancarlo Porcu), Le Mistral, Nuoro 2002; nouvelle édition révisée et mise à jour: Le Mistral, Nuoro 2008 [2]
  • Les années de la Grande Peste, Sellerio, Palerme 2003
  • La ville blanche de rêves (Sous la direction de Giuseppe Grecu) Le Mistral, Nuoro 2005 [3]
  • écrits journalistiques (Collection de la production journalistique, organisée par Gigliola Sulis), Le Mistral, Nuoro 2005 [4]
  • par rapport à (Tout le travail poétique), édition critique de Giancarlo Porcu, Le Mistral, Nuoro 2008 [5]

Il a également édité la version italienne:

  • Henriette d'Angeville, Je le sommet du Mont Blanc, Vivalda, Turin 1989;
  • Gilles Lipovetsky, L'éphémère Empire, Garzanti, Milan 1989;
  • B. et L. Bennassart, Les chrétiens d'Allah, Rizzoli, Milan 1991;
  • Alfonso Bonfioli Malvezzi, Voyage en Europe, Sellerio, Palerme 1991;
  • Maria José de Savoie, Jeunesse d'une reine, Mondadori, Milan 1991;
  • Michel Hoáng, Gengis Khan, Garzanti, Milan 1992;
  • Michel Onfray, cynisme, Rizzoli, Milan 1992;
  • Stendhal, Les vingt-trois privilèges, Mondadori, Milan 1992;
  • Claude Lévi Strauss, Lince Histoire, Einaudi, Turin 1993;
  • Jean-Paul Sartre, Les derniers touristes, Basic Books, 1993; Nouvelle
  • Tabari, Les prophètes et les rois, Guanda, Parme 1993;
  • Patrick Chamoiseau, Texaco, Einaudi, Turin 1994;
  • Gérard Genette, Fiction et Diction, Pratiques, Parme 1994;
  • Françoise Dolto, Les problèmes des enfants, Mondadori, Milan 1995;
  • Jean-Paul Roux, Tamerlan, Garzanti, Milan 1995;
  • Françoise Dolto, solitude heureuse, Mondadori, Milan 1996.

notes

  1. ^ histoires Trouver jamais dit, en leur dire avec joie conférence-étude sur Sergio Atzeni. Cagliari 25-26 Novembre 1996 par Giuseppe Marci et Gigliola Sulis (CUEC, 2001)
  2. ^ Goffredo Fofi, Sardaigne, qui Nouvelle Vague!, Panorama, Novembre 2003 [1]

bibliographie

  • G. Marci, Sergio Atzeni: un homme solitaire, Cagliari, CUEC, 1999
  • Marci G. - G. Sulis, Trouver des histoires jamais dit, en leur dire avec joie, Conférence d'étude sur Sergio Atzeni. Cagliari 25 à 26 Novembre 1996 Cagliari, CUEC, 2001
  • Antioco Floris, Les histoires de fils Bakounine. Du roman de Sergio Atzeni à un film Gianfranco Cabiddu, Cagliari, AIPSA Editions, 2001
  • Giancarlo Porcu, tambours Tumbano. Histoires et projets de la musique, l'écriture et les banlieues, S. Atzeni, Histoires avec bande-son et d'autres en jaune, 2002, p. 171-186 (éd. 2008, un post-scriptum, p. 187-189)
  • D. Manca, Une histoire de la propriété dans les deux Sardegne dell'Apologo Sergio Atzeni, en Îles de Memoires. Corse et Sardaigne, Sassari-Bastia, Edes-Dumane Editions, 2004, pp. 163-175
  • Giancarlo Porcu, Les poèmes du voyage et le voyage des poèmes, S. Atzeni, par rapport à, pp. 143-255
  • Giulio Angioni, Sur le terrain plus léger, en Le doigt levé, Palerme, Sellerio, 2012, pp. 174-177.
  • Francesco Casula, Littérature et culture de la Sardaigne, Volume II, Graphics Parteolla, Dolianova, 2013, pages 176-186.
  • M. Broccia, Le printemps littéraire sarde: Un aperçu. Une nouvelle perspective sur la littérature italienne, dans "nordicum-mediterraneum", vol. 9, no. 1 (2014)[6]

articles:

  • M. Cardinet Antona, Le travail de Sergio Atzeni: un humaniste et la poésie du Sud, "La grotte de la vipère", XXIV, 81, printemps 1998, pp. 34-8
  • Franco Cordelli, La « cinquième étape fatale, "The Independent": 17-18 Septembre 1995
  • Ernesto Ferrero, Atzeni vit avec ses papillons, "La Stampa", insérer "Tuttolibri" 30 Janvier 1997
  • Goffredo Fofi, La morale de Atzeni, "Unité", le 18 Septembre 1995
  • Carlo Lucarelli, Sergio et moi, "La grotte de la vipère", XXII, 78, printemps 1997, p. 52
  • Loriano Macchiavelli, Notes pour Atzeni, "La Viper Cave", XXVII, 94, printemps 2001, pp. 23-4

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Sergio Atzeni

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR14829516 · LCCN: (FRnr88009797 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 017138 · ISNI: (FR0000 0000 6155 7073 · GND: (DE121758192 · BNF: (FRcb12264717n (Date)