s
19 708 Pages

Parise Goffredo
Parise a photographié Goffredo Paolo Monti

Parise Goffredo (Vicenza, 8 décembre 1929 - Trévise, 31 août 1986) Il était écrivain, journaliste, scénariste, essayiste et poète italien.

biographie

« La poésie vient et va, vit et meurt quand elle veut, pas quand nous voulons et n'a pas de descendants. Je suis désolé mais c'est. Un peu comme la vie, d'autant plus que l'amour. »

(Parise Goffredo, Sillabari)
Parise Goffredo
Parise Goffredo

Parise Goffredo est né en Vicenza 8 décembre 1929; mère Ida Wanda Bertoli, mère célibataire, regardant grand sacrifice pour combler le vide de l'absence de son père. en 1937 le grand-père meurt et la mère se marie avec le journaliste Osvaldo Parise, directeur du « Giornale di Vicenza »; le petit Goffredo, toujours à la recherche d'une figure paternelle, il aime et il est payé de retour et Parise après huit ans le reconnaît comme un fils.

Goffredo a participé seulement dans les quinze résistance dans la province de Vicenza; fini guerre Il suit une formation classique comme privé. Plus tard, il inscrit à différentes adresses universitaires, sans jamais un diplôme (diplôme sera "honoraire« Dans des lettres seulement 1986 dall 'Université de Padoue).

Avec un peu de connaissances père adoptif l'a présenté au monde de l'impression. Godfrey a commencé à écrire pour des journaux comme Tyrol du Sud de Bolzano, arène de Vérone et Corriere della Sera et pendant ce temps le jeune homme réalise sa véritable passion: l'envie d'écrire des histoires. Parise en 1950 il a déménagé à Venise dans une chambre louée, il écrit son premier livre, "cubiste» Le garçon est mort et comètes, publié par son ami Neri Pozza (Ce qui, cependant, il suggère que les changements Parise refuse de le faire).

Après une première critique sévère à la fois de la critique et du public, Parise publique 1953 le livre La grande fête, avec un examen flatteur Eugenio Montale sur Corriere della Sera« [...] fasciné par la capacité Parise et sa plongée sans modes d'enfance nostalgique et crépuscule »; ce livre est défini dans 1968 de Carlo Bo « La poésie authentique. »

en 1953 Il a déménagé à Milan, où il a travaillé à l'éditeur Livio Garzanti et il sait où Leo Longanesi qui l'a encouragé à continuer à écrire. Avec le roman Le beau prêtre (1954), L'écrivain acquiert une grande renommée non seulement en Italie, mais avec des dizaines de traductions, même à l'étranger. Pendant ce temps, il est devenu un ami Eugenio Montale et Domenico Naldini. Elle Mariage 29 Août 1957 avec Mariolina Sperotti, appelé "Mariola" jeune Vicenza. mariage témoin est l'ami Giovanni Comisso.

Ils commencent les années de Voyage et Voyage. Pour en revenir à Vicenza, rencontre Guido Piovene, qui devient un ami, mais, ne trouvant plus voulu retourner dans sa ville. Après un séjour en corsaire, Il est indécis que de revenir à Milan ou Venise ou aller à Rome, où il vit un autre ami, Carlo Emilio Gadda, qui deviendra en 1964 voisin et dont, à titre d'ingénieur, a aidé à choisir l'appartement au deuxième étage dans la Via della Camilluccia, 201 comme dit dans une anecdote amusante de Giosetta Fioroni un Corriere della Sera[1]. en 1956 public l'engagement et 1959 L'amour et la ferveur (Qui sera ensuite droit actes impurs). en 1961 faire une longue Amérique, où Dino De Laurentiis Elle aimerait écrire un film pour le réalisateur Gian Luigi Polidoro. Il est à la fois impressionné et déçu par New-York, mais surtout il est fasciné par Voyage et, à la sortie le maître (1965), Visitez le Chine, la Laos, la Viêt-Nam, la Malaisie, et encore New York, Londres, Paris, Jakarta, Tokyo, Moscou (reportage séquelles partiellement collectées loin).

Parise Goffredo
La « Maison des Fées », en Gonfo Piave à Salgareda, il est le lieu de repos de Parise Goffredo.

Il est maintenant un écrivain établi et fréquents intellectuels, écrivains, cinéastes et peintres à Rome sixties. Mais ses points de référence sont Gadda, Moravie et La Capria puis en 1963 il a rencontré Giosetta Fioroni elle considère son nouveau partenaire (avec sa femme, le mariage a longtemps été naufragé). A de le maître Il est passé de Garzanti en Feltrinelli, et ici aussi publique Le crématorium à Vienne (1969). Pendant ce temps, il a découvert une maison dans les bois Salgareda, près de Trévise, et il parvient à trouver un moyen d'acheter. Ils sortent les correcteurs orthographiques, le premier volume 1972 à Einaudi et le second en 1982 en collier « méduse » Arnoldo Mondadori Editore, qui rarement du public italien, mais où Parise voulait être inclus parce que nous avions lu sa bien-aimée Ernest Hemingway et William Somerset Maugham, qui sont ses principales références non-italien Yasunari Kawabata et Truman Capote (Mais aussi Lev Tolstoj et Charles Darwin).

au printemps 1979 Il a une crise cardiaque. En été, il a écrit le roman L'odeur du sang, à paraître à titre posthume. en 1980, son rétablissement, est une longue Japon qui inspire "cette interprétation ou la méditation en Extrême-Orient»[2] intitulé L'élégance est frigide.

Souffrant d'une 'artériopathie diffuse, les quatre sont implantés pontage coronarien et à la fin de 1981 commence un cycle de dialyse qui dure six ans.

en 1986, malade et pas plus la force d'écrire, que trente poèmes Giosetta Fioroni et Omaira Rorato (un ami qui habite Ponte di Piave, Parise où il a passé les derniers jours). soins aux patients hospitalisés Ca « Foncello de Trévise, à 9 heures le 31 Août 1986 ne peut se déplacer ou respirer. Les infirmières essaient de le mettre dans une position plus confortable; ce qui rend inutile leurs tentatives, Parise les arrête en disant « Pas la peine » et meurt.

écriture

son travail écrivain commence par la prose expérimentale de mouvements à distance (1948), Une œuvre écrite à la main sur des feuilles numérotées de soixante-dix est réapparu, grâce à Claudio Altarocca dans 1972 et enfin réassemblé dans 2005. Le manuscrit, porté disparu depuis plus de cinquante ans, il a été publié par Fandango Livres en 2007 dans une édition modifiée Emanuele Trevi. Cette prose, écrite à l'âge de dix-huit ans, annonce le roman surréaliste Le garçon est mort et comètes (1951) Suivi par La grande fête (1953). Son travail se poursuit avec la réalisme trilogie vénitienne se compose des romans Le beau prêtre (1954) l'engagement (1956) et actes impurs (1959, initialement publié sous le titre L'amour et la ferveur par la volonté de la maison d'édition, en 1973 avec le titre choisi par l'auteur).

La langue peut faire toutes les facettes de la vie quotidienne, sa répétitivité, mais révèle en même temps, les aspects les plus insolites, les résultats les plus inattendus. Cette combinaison de réalisme et de tendance à la déformation grotesque est un résultat important dans le roman le maître (1965), La parabole d'un employé finit par être plagié par la personnalité de son patron (il semble qu'il reconnaîtra Garzanti), le signe d'un contact Parise paradoxal avec le courant dominant de la littérature industrielle dans les années écrivains a vu engagé comme Ottiero Ottieri et Paolo Volponi.

Ils ont suivi les histoires de Le crématorium à Vienne (1969) Et le travail de théâtre Le naturel absolu (1967). en Sillabario n. 1 (1972) et Sillabario n. 2 (1982), Qui a remporté le prix Strega, l'auteur consacre une courte histoire tous les sentiment, en ordre strictement alphabétique, redécouvrant de cette manière, après tant de voyages et de nombreuses expériences, la valeur réelle des émotions. Dans ce contexte aussi la dernière à interpréter, roman discuté L'odeur du sang, si sensuel et violent comme il est fascinant, paru à titre posthume en 1997.

La grande habileté du journaliste Parise apparente dans certains reportages de voyage animées, comme cara Cina (1966) Deux ou trois choses sur le Vietnam (1967) Et le livre consacré à Japon L'élégance est frigide (1982). Pour confirmer la grande curiosité de Parise, sa volonté de faire face à différentes formes d'expression sont également des collaborations film, comme scénariste pour les administrateurs Mauro Bolognini, Gianni Puccini, Luciano Salce et Tonino Cervi.

Attaché à une tradition littéraire qui commence de Vicenza Antonio Fogazzaro et il vient Guido Piovene qui était un grand ami, Parise a pu dire la réalité de l'enfance comme le fils illégitime, il se trouva vivant une réalité souvent fait des préjugés, des petites et grandes lâchetés que ses personnages face à une féroce (souvent aigre-doux) le sarcasme et une volonté têtue, stupide et merveilleux de vivre.

travaux

fiction

  • Le garçon est mort et comètes, Venise, Neri Pozza, 1951.
  • La grande fête, Venise, Neri Pozza, 1953.
  • Le beau prêtre, Milano, Garzanti, 1954.
  • l'engagement, Milano, Garzanti, 1956.
  • L'amour et la ferveur, Milano, Garzanti, 1959; avec le titre actes impurs, Turin, Einaudi, 1973.
  • le maître, Cambridge: Polity Press, 1965. Premio Viareggio
  • Américains à Vicenza, Milan sous le poisson d'or, 1966. Américains à Vicenza et autres contes 1952-1965, Milan, A. Mondadori, 1987. ISBN 88-04-30092-2.
  • Le naturel absolu, Cambridge: Polity Press, 1967.
  • Le crématorium à Vienne, Cambridge: Polity Press, 1969. Premio Campiello
  • Sillabario 1, Turin, Einaudi, 1972.
  • collection "Love", année = orthographiques entre 1971 et 1980
  • Sillabario 2, Milan, A. Mondadori, 1982. Premio Strega
  • arsenic, Trévise, bec jaune, 1986. ISBN 88-85832-00-8.
  • mouvements à distance, Macerata, Quodlibet, 1995; Rome, livres Fandango, 2007. ISBN 978-88-6044-030-3. (Écrit en 1948)
  • L'odeur du sang, par Cesare Magrini Garboli et Giacomo, Milan, Rizzoli, 1997 ISBN 88-17-66076-0. [Écrit en 1979]
  • vénitien Sillabari, Vicenza, Ronzani Editeur, 2016. ISBN 978-88-94159-41-7.
  • La politique. trot léger, dans "Riga», N. 36, 2016. [roman inachevé de 16 chapitres dans 71 pages dactylographiées]

Non-fiction

  • Un rêve improbable, Vicenza, deux roues Galerie Bibliothèque, 1963.
  • cara Cina, Milan, Longanesi 1966.
  • Deux, trois choses sur le Vietnam, Milan, Libreria Feltrinelli, 1967; 1968.
  • Biafra, Milan, Libreria Feltrinelli, 1968.
  • guerres politiques. Vietnam, Biafra, Laos, Chili, Turin, Einaudi, 1976.
  • L'élégance est frigide, Milan, Mondadori, 1982.
  • New-York, Venise, les Editions Ruzante, 1977.
  • Vénétie mousse barbare et le brouillard. Quatre histoires. Vénétie mousse barbare et la brume, le ghetto de Venise, est arrivé à Cortina, My Country, écrit par Alberto Moravia et Nico Naldini, Bologne, Nuova Alfa, 1987 ISBN 88-7779-028-8.
  • Un rêve improbable. Comisso, Gadda, Piovene, Milano, Scheiwiller Books, 1991. ISBN 88-7644-163-8.
  • Verba volant. Prophéties d'un anticonformisme civil, Florence, des livres libéraux, 1998. ISBN 88-8270-001-1. [écrits déjà publ. en Corriere della Sera et panorama, 1974-1975]
  • loin, Cava de « Tirreni, Avagliano, 2002. ISBN 88-8309-087-X. [écrits déjà publ. en Corriere della Sera, 1982-1983]
  • Quand l'imagination dansait le « boogie », Milano, Adelphi, 2005. ISBN 88-459-1973-0.

poèmes

  • poèmes, choisi et présenté par Silvio Perrella, Milan, Rizzoli, 1998 ISBN 88-17-67995-X.
  • poèmes, édition bilingue, trans. Maria-Jose Active, introduction et commentaires par Dalila Colucci, Bruxelles, Cahiers de l'Hôtel de Galliffet, 2016.

travaux Recueillis

  • Sillabari, Milano: Mondadori "Oscar", 1984; Milano: Adelphi, 2004 et 2009.
  • travaux, 2 volumes, Collier I Meridiani, Milan:. Mondadori, 1987-1989, édité par Bruno Mauro Gallagher et porte, avec une introduction par Andrea Zanzotto.

épistolaire

  • Parise Goffredo Neri Pozza, courrier, édité par Fernando Bandini, Vicenza: Erripiduevento, 1995
  • Luigi Urettini (ed) lettres à Giovanni Comisso, Lugo: Editions du Paresse, 1995
  • Cher Duddù, deux lettres Raffaele La Capria, Milan: sortie et Lugo: Editions du Paresse, 1999

essentielle Bibliographie critique

  • Emilio Cecchi, en Jour par jour, Milano, Garzanti, 1953
  • Gian Antonio Cibotto, Un jeune écrivain vénitien, "Foire littéraire", le 28 Février, 1954
  • Enrico Falqui, en La littérature du XXe siècle, IV, Florence, Vallecchi, 1954
  • Olga Lombardi, en conteurs néoréaliste, Pise, Nistri \ Lischi, 1955
  • Enzo Bettiza, profil, « Humain », Mars \ Avril 1955
  • Renato Bertacchini, Parise décadent, « Le Moulin », Octobre 1956
  • Giorgio Pullini, rec. de l'engagement, « Communauté », Avril 1956
  • Ferdinando Virdia, l'engagement, « Foire littéraire», le 8 Avril, 1956
  • Giancarlo Vigorelli, Le scandale inutile d'un narrateur, "Foire littéraire", le 18 Juillet, 1954
  • Enzo Fabiani, Il a découvert par hasard d'être un millionnaire, «Les gens», Juillet 3, 1959
  • Giannino Zanelli, rec. de L'amour et la ferveur, "Resto del Carlino", le 22 Juillet, 1959
  • Angelo Ubiali, Parise ambiguïté, "Eco di Bergamo", le 17 Août, 1959
  • Elio Filippo Accrocca en Portraits adaptés écrivains italiens, Venise, le Sodalité du livre, 1960
  • Edoardo Sanguineti, en Entre liberté et crepuscularism, Milan, Murcia, 1961
  • Cour Antonio, La femme parisienne Parise, "Foire littéraire", le 3 Février, 1963
  • Claudio Altarocca, Parise Goffredo, Florence: La nouvelle Italie, 1972
  • Paolo Petroni, Invitation à lire Parise Goffredo, Milano: Mursia, 1975
  • Domenico Naldini (Eds), Avec Parise Goffredo, actes de la réunion de Trévise du 19 Septembre 1987, I.S. 1988 (contributions Fernando Bandini, Gianfranco Folena, Clelia Martignoni, Alberto Moravia, Domenico Naldini et Andrea Zanzotto)
  • Mario Quesada (rédacteur en chef) Goffredo Parise (1929-1986), Roma: De Luca, 1989
  • Nico Naldini, Le seul frère, Milan: Rosellina Archinto, 1989
  • Raffaele La Capria et Silvio Perrella (ed) Le "Sillabari" Parise Goffredo, Naples: Guide, 1994 (contributions Raffaele Manica, Elisabetta Rasy, Carla Benedetti, Ernesto Ferrero, Enzo Siciliano, Mario Quesnada, Erri De Luca, Domenico Naldini, Andrea Zanzotto, Raffaele La Capria, Cesare Garboli, Mario Fortunato, Claudio Piersanti et Silvio Perrella)
  • Parise Goffredo de Vicenza et dans le monde édité par Fernando Bandini, Giosetta Fioroni et Vanni Scheiwiller, Milano: Scheiwiller, 1995
  • Hommage à Parise, numéro spécial de "nouveaux sujets« Quatrième série, n. 9, Octobre-décembre 1996 (contributions Andrea Zanzotto, Igor Man, Raffaele Manica, Sandro Onofri, Aurelio Picca, Claudio Piersanti, Luca Doninelli, Antonio Franchini, Giulio Mozzi, Giuseppe Montesano, Clio et Pizzingrilli Rocco Carbone)
  • Ilaria Crotti (ed) Parise Goffredo, Florence: Olschki, 1997 (contributions Giorgio Bàrberi Squarotti, Emanuele Trevi, Franco Marcoaldi, Giovanni Raboni, Mario Brunetta et d'autres)
  • Parise Dossier, par Gabriele Pedullà, dans « Le café illustré, » n. 3 Novembre à Décembre 2001
  • Ilaria Crotti (ed) 1955: les journalistes Goffredo Parise à Paris, avec deux histoires, Padoue: Le détecteur de mensonges, 2002
  • Silvio Perrella, Jusqu'à Salgareda. L'écriture nomade Parise Goffredo, Milano: Rizzoli, 2003
  • Maria Ida Gaeta Giosetta Fioroni, Parise Goffredo: Mouvements à distance, catalogue de l'exposition, Rome: I.S., 2004
  • Raffaele La Capria, Cher Goffredo: dédié à Parise Goffredo, Rome: Fax minimum, 2005
  • Andrea Gialloreto, Le mot transparent: le syllabaire narratif Parise Goffredo, Rome: Bulzoni, 2006
  • Claudio Rorato (ed) La Maison de Goffredo Parise à Salgareda: 1970-2006, Argelato: Minerva, 2006
  • Pino Dato, Vicentinità - Le manuscrit trouvé, Goffredo Parise, les Américains à Vicenza, Vicenza: Dedalus, 2006
  • Vito Santoro, L'odeur de la vie: études de Parise Goffredo, Macerata: Quodlibert 2009
  • Pino Dato, Le dernier anti-américain - Parise Goffredo et aux États-Unis, du mythe à un conflit, Rome: Arachné, 2009.
  • Lucia Rodler, Parise Goffredo, les sentiments élémentaires, Roma, Carocci, 2016

Filmographie

notes

  1. ^ Debenedetti Antonio, L'explosion de la fantaisie et le signe avant-coureur de la violence urbaine mal jalousie et la colère, sur archiviostorico.corriere.it. Récupéré le 13 Août, ici à 2015 (Déposé par 'URL d'origine la ).
  2. ^ Cesare Garboli, avant-propos L'odeur du sang, Rizzoli Bibliothèque universelle, 2006, p. V.

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Parise Goffredo
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Parise Goffredo

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR66494679 · LCCN: (FRn80028465 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 019754 · ISNI: (FR0000 0001 2320 9390 · GND: (DE118789635 · BNF: (FRcb120947486 (Date)