s
19 708 Pages

Marino Moretti
Marino Moretti

Marino Moretti (Cesenatico, 18 juillet 1885 - Cesenatico, 6 juillet 1979) Il était écrivain, poète et romancier italien. Il était aussi un auteur dramatique. Il est surtout connu comme poète crépusculaire.

biographie

jeunes années

Il est né en Cesenatico en province de Forlì en 1885, par Ettore, utilisé pour commun et entrepreneur de transport maritime, et Filomena Moretti, professeur élémentaire, source Marche.

Il a fréquenté l'école primaire à Cesenatico dans la classe mère, sans aucun doute une expérience importante pour la formation de sa personnalité.

en 1896 Il a été inscrit à l'Institut « Saint-Apollinaire » de Ravenne dirigé par des religieux, mais l'année suivante, il a chuté à profit pauvres. Il a ensuite inscrit à école gymnase "Vittorino da Feltre" de Bologne il est parti en 1900, sans avoir obtenu un gymnase de licence.

L'école d'acteur

Déterminé à quitter pour toujours ses études, il a convaincu ses parents de l'inscrire à 1901, le « directeur par intérim école » Tommaso Salvini « » de Florence réalisé par Luigi Rasi. Compte tenu de ses dons limités dans ce domaine, le même Rasi lui a conseillé de quitter cette carrière en proposant une manière différente et plus proche des intérêts littéraires qui avaient précédemment. Rasi Moretti a ensuite demandé d'être son collaborateur de travail pour compléter son « Dictionnaire de la comédie italienne », une position qu'il a conduit admirablement complété entraînant deux avantages: celui d'être assez économiquement indépendante et qu'elle pourrait jouer une activité enrichissante. À l'école, il a rencontré Rasi Aldo Palazzeschi avec laquelle pressé solide amitié et durable au fil du temps.

Les années de Florence

Marino Moretti
Marino Moretti à vingt ans

Les années passées à Florence, le centre culturel de première importance, sont pertinentes pour le centre de formation. L'atmosphère florentine de cette période, les nouvelles tendances qui cèdent la place à magazines comme "Hermès»,«Lacerba»,«la Voix»,«Leonardo« Ce sera pour Moretti, qui reste sur le bord, riche en stimuli. A Florence, le jeune Moretti assiste à la Vieusseux, où il était possible d'accéder aux plus importants magazines italiens et européens, la Bibliothèque nationale centrale de Florence.

La première production poétique

au 1902 et 1903 appartiennent aux premières collections de histoires courtes intitulé « Les sources » et ceux des versets, « Le poème de l'harmonie » et « La source de la paix. »

Mais le vrai début littéraire est venu avec la publication 1905 les paroles de fraternité, suivi par les romans intitulés Pays d'erreurs. en 1908 Il est donné à la collection d'estampes La sérénade des moustiques[1] et dans quelques années, il a été publié ses plus célèbres collections: Poèmes écrits au crayon la 1910[2], poèmes de tous les jours la 1911, Les poèmes de Marino la 1913 et Le jardin de fruits la 1916. Moretti Avec ce travail semble prendre congé en tant que poète par le public, en particulier pour vous donner les mémoires et la fiction. Il reprendra ses activités en tant que poète que d'un demi-siècle plus tard.

Les années de guerre

Il a été entre-temps a éclaté Première Guerre mondiale et l'écrivain, mais pas été considérée comme appropriée à service militaire, Il participerait; par conséquent, il est enrôlé comme infirmière travaillant dans des hôpitaux de campagne.

Publié dans Rome, en 1916, il a travaillé à un 'agence de presse de Croix rouge avec Federigo Tozzi avec qui il est resté en contact jusqu'à ce que 1920, année de sa mort.

Ce sera au cours des années de guerre qui seront les débuts de Moretti romancier avec Le soleil samedi publié en 1916 mais déjà sorti en 1913 sur Il Giornale de l'Italie, qui sera suivi dans la 1918 Guenda vous obtiendrez un bon soutien.

Retour à Florence

Moretti a activement collaboré à de nombreux périodiques et journaux de 1923 et surtout à la page littéraire Corriere della Sera à l'invitation Luigi Albertini, directeur du journal.

Elle a déclaré son opposition à fascisme, signé le Manifeste des Intellectuels antifascistes de Benedetto Croce, bien qu'il n'a pas participé activement à la vie politique tout en restant isolée entre Florence et ville natale. en Décembre 1926 Aldo Palazzeschi faisait partie du jury du prix Alessandro Manzoni Union des éditeurs catholiques italiens.

Pendant les années de dictature publication au 1928 en volume du « pauvre homme du Trône », qui était déjà en versements entre Décembre 1926 et Juin 1927 sur le siècle, il a créé le quelques inconvénients. En fait, il a été accueilli par des manifestations de fascistes de République de Saint-Marin en raison du contenu qui a louange liberté et tout 'indépendance institutions du passé.

en 1932 l 'Académie de l'Italie Il affecté à la Moretti Prix ​​Mussolini, prix portrait immédiatement et donné lieu à Silvio Benco. en 1936, en dépit de la signature du manifeste de Croce, Il a écrit un elzeviro pour Corriere della Sera où il exaltait l'expédition colonialiste Ethiopie.[3] en 1944, être changé de politique, le même prix sera attribué à Moretti, qui rejette fermement.

L'auteur, quant à lui, avait poursuivi ses activités au cours des années précédentes d'écriture et de publier des nouvelles, des souvenirs et des romans. Il remonte à 1935 "le Andreana» Pour 1937 « Éléphant Anna » et 1941 « La veuve Fioravanti », le roman qui sera salué comme son chef d'œuvre critiques littéraires comme faisant autorité Emilio Cecchi et Pietro Pancrazi.

La Seconde Guerre mondiale et la fin de la carrière en tant que romancier

en 1946, mis fin à la guerre, Moretti a commencé l'examen de son travail en donnant certains d'entre eux reproduit et publié un autre roman importante, Les conjoints Allori, Elle sera suivie par la nouvelle reconstitution L'arc vert en 1948, le volume des mémoires « Crickets Pazzo Pazzi » dans 1951 et une dernière collection de nouvelles, intitulé « 1945 », en 1956.

en 1958 Moretti se termine La chambre du couple sa carrière en tant que romancier et 1960, avec Livre de mes amis. Portraits littéraires, Il fera le dernier budget.

Ils avaient entre-temps commencé la reconnaissance publique de l'auteur. en 1948 sera, sur un pied d'égalité avec Francesco Flora, la prix Row, en 1952 la prix dell 'Accademia dei Lincei, en 1955, avec « Le Livre de vingt ans étonnantes » la prix Napoli et en 1959, avec « Toutes les histoires », la prix Viareggio qui va provoquer la controverse parce qu'il avait dépassé "Une vie violente« de Pier Paolo Pasolini.

Le retour à la poésie

En 1969, alors que 'éditeur mondadori commencera l'édition, les « classiques italiens contemporains », les œuvres de l'écrivain, il a inopinément et avec une grande vitalité, reprendre l'écriture de la poésie. Ils vont dans 1969 la collection de poésie « L'été dernier, » en 1971 « Trois ans et un jour », en 1973 « Le poverazze » et 1974 "Diary sans fin".

en 1975, pour son anniversaire ninetieth, la bibliothèque organisera une grande Cesenatico convention des études et du volume des documents à paraître en 1977 Le nom de Moretti apparaîtra à côté de l'un des représentants les plus célèbres et précieux de la critique littéraire.

Cesenatico l'écrivain sortira le 6 Juillet, 1979, quelques jours avant de se tourner 94.

La production littéraire

Les recueils de poésie

Mis à part les premiers poèmes publiés magazines de Florence[4] et la collection d'histoires courtes de 1902 intitulé les ressorts, se souvenir de deux œuvres qui ont longtemps été ignorés par la critique et mis en lumière par Piero Bigongiari: Le poème de l'harmonie et La source de la paix, tous deux publiés dans Florence Ducci en 1903 par l'éditeur que l'intention de l'auteur, devrait faire partie d'un trilogie qu'il devait se terminer par La chute de la vierge.

Ces collections sont affectées par l'atmosphère symboliste typique décadentisme européen fin de siècle et vous pouvez être placé entre le goût liberté et l'exemple Dannunziano.

Mais le vrai premier public comme poète Moretti est venu avec la collection fraternité. Le travail a été publié en turin par l'éditeur Remo Sandron en 1905 enrichi par un gravure de Adolfo De Carolis et reflète l'influence du pâturages; Il a été examiné par Aldo Palazzeschi, tandis que, à son tour Moretti recensiva Les chevaux blancs ami.

en 1908 Ils ont été suivis par les poèmes de La sérénade des moustiques publié à l'éditeur Streglio turin avec des incisions de Carolis qui, tout en reflétant l'influence de myricae et Canti di Castelvecchio Pascoli, prendre une connotation différente et originale. suivi Poèmes écrits au crayon et poèmes de tous les jours, publié dans (1910) Et (1911) De l'éditeur Ricciardi, qui marquera la phase crépusculaire.

en 1916 publié un autre ouvrage important, Le jardin de fruits publié par Ricciardi qui comprenait les poèmes de la période 1911-1914 et que, en partie, étaient déjà sorties, entre la 1912 et 1913, la "Riviera".

en 1913 Moretti avait publié quelques poèmes pour les enfants de Le journal le dimanche de Vamba, publié plus tard dans Rome Typographie par Ed. National avec le titre Poemetti Marino, qui, tout en maintenant le même ton de certains Poemetti précédents d'importance mineure, ils ont donné lieu.
l'anthologie poèmes 1905-1914, édité par le poète Treves, Il est comme un congé poétique. après la 1914 l'activité poétique par Moretti était depuis longtemps épisodique et privé.

les souvenirs

Parmi la production littéraire Moretti une signification forte suppose pages autobiographique qui ils se trouvent dans différents milieux de ses romans, comme dans « éléphant Anna » ou dans la section des « pauvres Trône », qui fait revivre l'expérience à la première personne dans des hôpitaux de campagne pendant la guerre.

Moretti a également écrit plusieurs mémoires autobiographiques et des impressions (voyager « Ma mère », « Happy Time », « Via Laura », « Fantasmes néerlandais », « L'écriture est pas nécessaire », « table pain », « L'odeur de pain « » Les cigales Pazzo Pazzi « » Le livre de mes amis « » Portraits littéraires « ), qui 1962 Ils sont devenus une partie du volume unique intitulé « Tous les souvenirs » par l'éditeur Mondadori.

les histoires

Varié était également la production d'histoires courtes, y compris ne pas oublier Le pays des malentendus (1907) les filous (1909) Ah! Ah! (1909) Le poisson hors de l'eau (1914) Le drapeau à la fenêtre (1917) Connaissant le monde (1919) Personnages secondaires (1920) Une semaine au paradis et autres histoires (1920) Cinq histoires courtes (1920) La vraie grandeur (1925) les fauvettes (1926) Allegretto presque allègre (1927) Dieu de Surprises (1931) Novelle Urbino (1937) Les hommes seulement (1954). Ils ont d'abord été publiés dans des revues et des journaux, puis collectés en volume, disposés et remis en état, de SEI en 1942 et enfin par Mondadori en 1959 avec une sélection finale qui comprenait une centaine de textes divisés en quatre parties: Personnages secondaires, De la vie à la vie, Présentez ce, histoires courtes.

romans

Romans de ma terre

après la Première Guerre mondiale Moretti se consacre surtout à fiction et 1961 Ils réimprimés, dans « Les romans de ma terre », "La voix de Dieu« la 1920, "coeur Puri« la 1923, "le Andreana« la 1935, "La veuve Fioravanti« la 1940.

Romans du premier au dernier

en 1965 Il sort de la collection de « Romance de la première à la dernière, » qui comprend "Le soleil samedi« Le premier roman de Moretti publié en 1916, "Le signe de la croix« la 1926, "Le trône des pauvres« la 1928, "L'arc vert« la 1948, le "Docteur mellifluus« la 1954 et "La chambre du couple« la 1958.

dell'Amorino romans

en 1968, quand l'écrivain était maintenant retourné à la poésie, ils seront réimprimés dans une collection appelée « Romans dell'Amorino », "Guenda« la 1918, il a plu au Papini tout éreintement[5], "Ni bon ni mauvais« la 1921, i "deux enfants« la 1922 (Réimprimé en 1950 par Mondadori avec le titre « Honte », "éléphants Anna« la 1937, "Les conjoints Allori« la 1946 liés les uns aux autres, en plus des situations éventuelles, de fleur dell'Amorino aussi appelé mignonette.

prose idylles

Les autres romans, L'île d'amour la 1920, Le roman Mère la 1924, La maison du Saint-Sang la 1929, Ils ont été réimprimés par Moretti, avec le titre prose idylles, en 1966 dans 'appendice édition de "The Complete Poems".

Les derniers poèmes

âge tardif Moretti est retourné impétueusement à la poésie, d'abord avec Journal sans dates, publié en 1965, et plus tard avec L'été dernier (1969) Trois ans et un jour (1971) Le poverazze. Journal à deux voix (1973) Et enfin la réédition, avec l'ajout de nouveau matériel, Journal sans dates (1974).

en 1966 Pendant ce temps, il avait commencé la nouvelle et la saison poétique finale en publiant « Les poèmes complets », qui comprenait une sélection et l'examen des collections précédentes sur une section de nouveaux textes qui commencera sa nouvelle façon de faire de la poésie, celle d'un exercice d'écriture basé sur « utilisation de »épigramme que, pour la liberté des formes et style, Il atteint l'un de ses plus hautes réalisations.

L'intérêt pour son travail

Lors de la conférence de Cesenatico 1975 pour le vingt-dixième anniversaire de l'écrivain connu une augmentation de l'intérêt pour son travail. la Actes de la Conférence, avec des interventions Gianfranco Contini, Geno Pampaloni et Luciano Anceschi, Ils ont été publiés dans 1977 à Milan de le essayeur.

poétique

poésie

Moretti est généralement associée à la crepuscularism. Le terme en fait, apparaît pour la première fois sur un examen des Poèmes écrits avec un crayon. La poésie de Moretti en dépit de longue activité, qui était près de soixante-dix ans, n'a pas subi de changements majeurs.
représentant typique d'une façon de voir la vie dans ses choses les plus simples intemporels, se replie sur elle-même et de laisser aller, Moretti, peut-être la plupart de ses compatriotes crépuscule, entendre la rupture de caractère et la faiblesse de l'homme vers le temps, qui se déroule inexorablement, qui ne cesse de se rebeller.
Son est une poésie qui vient du contraste entre les choses et les sentiments, entre le monde extérieur et le monde intérieur.

Dans le poème intitulé à Cesena tous les thèmes du crépuscule sont présents, en particulier la position vers le temps, les choses autour de vous et le passé que vous ne reconnaissez pas:

« Il pleut. Il est mercredi. Ils sont à Cesena
invité de la sœur de ma femme,
Elle a épousé pendant six, sept mois seulement ...

[...]

Il pleut. Il est mercredi. Ils sont à Cesena,
Je suis à Cesena, et ma soeur est là,
l'ensemble d'un homme que je connais à peine,

parmi de nouvelles personnes, de nouveaux traitements, de nouvelles
la tristesse, et il me parle si bien
pas de douceur sous la pluie:

« Notre mère t'avrà a dit ...
Et vous voyez, maintenant vous voyez et comment! ...
Oui, je suis enceinte ... Trop tôt, hélas!

Tu sais que je ne veux pas pitié? J'espère
de le soigner de moi? Nous sommes à la recherche d'un nom ...
Je fortune est une bonne grossesse ... "

parler encore, parler encore; et regarder
les choses. Il pleut. se approche
l'ombre grisâtres. Il joue vers l'avant. Il est tard.
Et l'année dernière, il était si peu! »

(à Cesena)

Moretti également intéressant de noter, ainsi que les poèmes de la première période, pour ceux de la maturité et de la vieillesse dans laquelle, dit-il Carlo Bo,[citation nécessaire] le poète a fondu plus « d'éliminer ceux qui étaient les régimes initiaux liés à la leçon et le crépuscule de sa mise en nouvelle lecture dans le registre de l'ironie et une philosophie douloureuse et presque cruelle. »

le récit

Marino Moretti conçoit roman ou nouvelle la réalisation d'un thème simple, sans la nécessité d'une architecture qui est une alternance suffisante de lumière et d'ombre pour donner l'accent droit.

À un certain moment dans sa carrière, après La veuve Fioravanti (1941), L'auteur vient à une plus grande complexité des questions récit et une plus grande maîtrise formelle. la style devenir plus analytique et complexe passions, plus modérée, des pauses réfléchies comprennent striée avec une intonation ironique. L'auteur commence à utiliser le matériel de souvenirs et il entrelace avec de grands motifs, la combinaison et la contamination des formes narratives avec celles du sage ou digression lyrique.

Thèmes et motifs

Le thème de province, à différents niveaux de détail, il est typique de l'œuvre Moretti. Il fait face à un « provincialisme » des premières œuvres qui remonte à une atmosphère où crépuscule est mise en évidence par un monde décrit un peu étroit, somnolent, et parfois et même sombre. Tout cela semble être lié au goût italien du moment, en se référant à Fausto Maria Martini qui publie en 1910 les « Poèmes provinciaux » et aussi à ceux, comme Rodenbach ou Mateterlink qui peuvent être considérés comme liés à la crepuscularism.

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: coeur Puri.

Plus tard, comme dans les « romans de ma terre », l'analyse devient plus détaillée dans la description en particulier à l'intérieur, où certains éléments, qui représentent le centre de la vie de la maison, jouer un rôle symbolique, comme foyer (L 'Arola) Dans le roman "coeur Puri« : « Grande cuisine comme sans prétention petite la salle à manger. Une grande cuisine avec grande un'aròla pas plus grand des chaises, un rack rustique en trois rangées dont égoutte les plats et la poterie rustique sur l'évier, une table carrée au milieu, une commode de patine noire avec les portes qui se rappellent les portes des églises baroques et la colonne montante, à l'embouchure du four qui est rétrécie progressivement dans la partie supérieure et des plaques de maintien de couleur et de la vaisselle ".[6]

Une expansion majeure du thème se fait avec l'intérêt pour ce qui se passe dans le pays, la description précise de l'environnement et en particulier avec le « typage » des différents personnages qui met en évidence leur mentalité si attaché aux habitudes de vie de la terre et que la culture. Et, comme il l'écrit Giuseppe Zaccaria,[7] "En ce sens fiction Moretti racines enfonce précis dans une tradition dix-neuvième, celle du régionalisme et vérisme, bien que cette tradition a tendance, en particulier dans les œuvres ultérieures, pour se libérer. "

La langue et le style

la langue de poésie et celle de prose flux parallèle aux travaux de Moretti avec la conséquence du choix d'un langue très proche du rayon qui se limite à la simplicité d'un communication la classe moyenne vers le bas à une chantante enfant en bas âge et cadence répétitif avec l'utilisation de paroles tous les jours.

la style Il est donc à trouver dans les modules crépuscule mais aussi dans un usus scribendi très personnelle avec la récurrence de termes et styles plus élevé.
Parmi les éléments distinctifs du style de Moretti persistent mot-choses qui servent à déterminer avec précision les objets sur l'utilisation constante de diminutifs, de noms et adjectifs qui veulent entrer dans la grisaille, la ennui, la mélancolie.
Ils ajoutent également toutes celles qui sont typiques des termesenfance en rapport avec le monde de la école, l'amour maternel et utiliser l'ascendance nationale rappelle Pascoli.

« A un'arola ou au milieu d'une route
aucun désir devient plus vivant en moi;
Je suis triste, je suis triste parce que
la tristesse est mon pain et mon piadina. - par tous 'Hôtel de la coupe d'or en Poèmes écrits au crayon »

La structure et l'idéologie

En ce qui concerne les déclarations exprimées dans ses romans, Moretti choisit le plus immédiat et facile à comprendre par le lecteur général, est de représenter le peuple du monde paysannerie ou à des environnements bourgeois, la récupération des modèles du XIXe siècle allant de comp fonte réaliste le type bien défini de caractères.

L 'idéologie l'auteur a déjà exprimé dans ses poèmes qui se concentre sur la crise titres L'homme et le manque de motivations humain pour faire face à la vie de sérénité.

« Tête Chinar qui est
si la vie est toujours la même? - par Ce qui est vrai? »

Têtu et solitaire, douce et inflexible, Moretti est finalement incapable de marchander le soulagement du monde des idéologies et rhétorique contemporaine[5].

la critique

travaux

poésie

  • Le poème de l'harmonie, Ducci, Florence, 1903
  • La source de la paix, Ducci, Florence, 1903
  • fraternité, Sandron, Palerme, 1905
  • La sérénade des moustiques, Streglio, Torino, 1908
  • Poèmes écrits au crayon, Ricciardi, Naples, 1910
  • Poèmes de tous les jours (1910-1911), Ricciardi, Naples, 1911
  • Poemetti Marino, Typographie édition nationale, Rome, 1913
  • Le jardin de fruits, Ricciardi, Naples, 1916
  • Poèmes (1905-1915), Treves, Milan, 1919
  • L'été dernier (1965-1968), Arnoldo Mondadori Editore, Milan, 1969
  • Trois ans et un jour (1967-1968), Mondadori, Milan, 1971
  • Le poverazze (1968-1972), Mondadori, Milan, 1973
  • Journal à deux voix, Mondadori, Milan, 1973
  • Journal sans dates, Mondadori, Milan, 1974
  • Poèmes écrits au crayon, Palomar, Bari, 2002

Fiction et divers textes suivis

  • Le pays des malentendus, novellas, Sandron, Palerme, 1907
  • sentiment, livre pour enfants, Sandron, Palerme, 1908
  • les filous, novellas, Sandron, Palerme, 1909
  • Ah, Ah, Ah!,, Sandron, Palerme, 1910
  • Le poisson hors de l'eau, novellas, Treves, Milan, 1914
  • Le soleil samedi, roman, Treves, Milan, 1916
  • Le drapeau à la fenêtre, novellas, Treves, Milan, 1917
  • Guenda, roman, Treves, Milan, 1918
  • Connaissant le monde, novellas, Treves, Milan, 1919
  • Adam et Eve, Milano, 1919
  • Personnages secondaires, novellas, Milan, 1920
  • Une semaine au paradis, novellas, Milan, 1920
  • Cinq histoires courtes, novellas, Formiggini, Rome, 1920
  • La voix de Dieu, roman, Milan, 1920
  • L'île d'amour, roman, Milan, 1920
  • Ni bon ni mauvais, roman, Milan, 1921
  • deux enfants, roman, Milan 1922
  • Le cœur pur, roman, Milan, 1923
  • ma mère, Treves, Milan, 1923
  • Le roman Mère, Treves, Milan, 1924
  • La vraie grandeur, novellas, Treves, Milan, 1926
  • Le signe de la croix, Treves, Milan, 1926
  • les fauvettes, , novellas Mondadori, Milan, 1926
  • Les plus belles pages de E. Prague, I. U. Tarchetti et A. Boito, édité par Marino Moretti, Treves, Milan, 1926
  • Allegretto presque allègre, novellas, Milan, 1927
  • Le trône des pauvres, (Jeu italien seul roman République de Saint-Marin)[8], Treves, Milan, 1927
  • Le temps heureux. Les souvenirs d'enfance et d'autres saisons, Treves, Milan, 1929
  • La maison du Saint-Sang, roman, Mondadori, Milan, 1930
  • Via Laura. Le livre de vingt années étonnantes, Treves, Milan, 1931
  • Dieu de Surprises, , novellas Mondadori, Milan, 1931
  • Guy de Maupassant: Une vie, traduction de Marino Moretti, Mondadori, Milan, 1931
  • fantasmes néerlandais, Treves, Milan, 1933
  • le Andreana, roman, Mondadori, Milan, 1935
  • Paroles et musique, Florence, 1936
  • Novelle Urbino, Urbino, 1937
  • éléphants Anna, roman, Mondadori, Milan, 1937
  • L'écriture est pas nécessaire, Mondadori, Milan, 1937
  • Pain à table, Mondadori, Milan, 1939
  • La veuve Fioravanti, roman, Mondadori, Milan, 1941
  • L'odeur du pain, Morcelliana, Brescia, 1942
  • Cent histoires courtes, turin, 1942
  • Les conjoints Allori, roman, Mondadori, Milan, 1946
  • L'arc vert, roman, Mondadori, Milan, 1948
  • modestie, roman, Mondadori, Milan, 1950 (Remake Le temps heureux)
  • A Panzini: la ciguë, des lys et des roses, édité par Marino Moretti, Mondadori, Milan, 1950
  • Grillons Pazzo Pazzi, Milan, 1951
  • Le meilleur moment, prose, Milan, 1953
  • Les hommes seulement, novellas, Milan, 1954
  • Docteur mellifluus, roman, Milan, 1954
  • La chambre du couple, roman, Milan, 1958
  • Le livre de mes amis. Portraits littéraires, Mondadori, Milan, 1960

théâtre

  • Leonardo da Vinci, Théâtre (en collaboration avec F. Cazzamini Mussi), Baldini & Castoldi, Milano, 1909
  • le Allighieri, Théâtre (en collaboration avec F. Cazzamini Mussi), Baldini & Castoldi, Milano, 1910
  • frère soleil, Milan, 1911
  • L'île d'amour, en « Fête italienne », Avril-Mai 1924

notes

  1. ^ Les collections d'illustrations fraternité et La sérénade des moustiques Ils ont été réalisés par l'un des concepteurs de l'époque, Adolfo De Carolis.
  2. ^ La collection a été examiné par Borgese que, pour décrire la poétique Moretti, il a inventé le terme « crépuscule », la naissance d'enchâsser un nouveau mouvement littéraire.
  3. ^ Marino Moretti, Parti à un soldat, acte sincère de solidarité avec les entrées à la guerre en Ethiopie, en Corriere della Sera, 13 février 1936.
  4. ^ Voir. « L'école de » ami du 9 Janvier, 1092 et « The Lookout artistique » du 19 Juillet et 12 Décembre 1902.
  5. ^ à b Geno Pampaloni, Marino Moretti, Le Corriere della Sera, 2 avril 1968
  6. ^ Marino Moretti, coeur Puri, 1938 mondadori
  7. ^ Giuseppe Zaccaria, Invitation à lire Marino Moretti, Murcia, 1981, p. 91
  8. ^ Giovanni Zaccherini, La Voce di Romagna, 12 avril 2010, p. 17.

bibliographie

Des études critiques

  • Fausto Maria Martini, "fraternité» Dans Chroniques latine, janvier 1906
  • Aldo Palazzeschi, "fraternité» Dans Ligue Lombard, 4 février 1906
  • Giuseppe Lipparini, "Romans et Nouvelles» Dans la Marzocco, 13 septembre 1907
  • Goffredo Bellonci, « Les livres de la semaine », en Il Giornale de l'Italie, 18 avril 1908
  • Vamba (Luigi Bertelli), "Notre Marino Moretti ", en Le journal Sunday, 31 juillet 1910
  • Paolo Buzzi, "Poèmes écrits au crayon» Dans jeune italien, 21 août 1910
  • Giuseppe Antonio Borgese, crépuscule Poésie, dans "Print« 10 Septembre, 1010
  • G. A. Borgese, La vie et le livre, série II, Turin, Bocca, 1911
  • Domenico Oliva, "Poèmes écrits au crayon« Dans le » Journal de l'Italie », le 14 Janvier 1911
  • Giovanni Rabizzani, Le poème de moyens de deuil, "Resto del Carlino Il« 27 Avril, 1911
  • Umberto Saba, poèmes de tous les jours, "la Voix« 18 mai 1911
  • G. A. Borgese, prosateurs poètes, dans "La Stampa", le 30 Juin 1911
  • Vincenzo Cardarelli, Notre décadent: Marino Moretti, en Suivant!, 27 août 1911
  • Scipio Slataper, Les préoccupations de Twilight, dans "The Voice", le 16 Novembre, 1911
  • John Federzoni Novelle Marino Moretti, en Fanfulla dimanche, 18 février 1912
  • Giulio Gianelli, Les histoires de Marino Moretti, dans "Corriere della Sera« 3 Avril, 1912
  • Emilio Cecchi, Trois narrateurs: Ojetti, Moretti, Tartufari, dans "la Tribune« 18 Avril, 1912
  • Umberto Saba, Marino Moretti, dans "The Voice", le 15 mai 1912
  • Renato Serra, les lettres, Rome, Bontempelli 1914
  • Federigo Tozzi, La combinaison Gozzano-Moretti et les « fruits du jardin, Sapientia en Décembre 1916
  • Corrado Alvaro, Le soleil samedi, dans "Resto del Carlino Il", le 15 Mars 1917
  • Vittorio Lugli, Marino Moretti, en Romagne, Janvier-Décembre 1917
  • Giovanni Boine, Applaudissements et baril, Florence, La Voix, 1918
  • Giovanni Papini, Témoignages, Milan, Studio Editorial Lombardo, 1918
  • Emilio Cecchi, « L'île de l'amour, » dans "La Ronda« Mars 1920
  • Pietro Pancrazi, écrivains aujourd'hui, I-VI, Bari, Laterza, 1920-1953
  • Scipio Slataper, écrits littéraires et critiques, Florence, The Voice 1920
  • Giuseppe Prezzolini, Revue de la littérature, dans « Magazine de l'Italie », le 15 Juin 1920
  • Francesco Pastonchi, Chroniques de la littérature varie, III, L'illustration italienne, 4 août 1920
  • Giovanni Titta Rosa, conteurs contemporaine, II, Milan, éditorial Primauté, 1921
  • Ada Negri, La femme dans les nouveaux romans: Meneghina, serviteur, chez les femmes, le 30 Janvier, 1921
  • Claudio Angelini, Le lecteur fourni, Milan, La Conférence de rédaction, 1923
  • G. A. Bourgois, Il est temps de construire, Milano, Treves, 1923
  • Pietro Pancrazi, Vingt hommes, un satyre et une marionnette, Florence, Vallecchi, 1923
  • Luigi Russo, les narrateurs, Rome, Leonardo Fondation, 1923
  • Guglielmo Bonuzzi, Marino Moretti: le profil littéraire, dans "anthologie», Septembre 1923
  • Ugo Ojetti, choses vues, III, Milan, Treves Brothers 1926
  • Lionello Fiumi, Armand Henneuse, English poésie contemporaine, Paris, Les Ecrivains Réunis, 1928
  • Maurice Vaussard, Sur la nouvelle Italie, Paris, Valois, 1928
  • Gianfranco Contini, écrivains modernes: Marino Moretti, "Magazine Rosmini", Mars 1 1929
  • Guido Piovene, Le processus pour le jeune enfant, « Le jour des livres », Avril 1929
  • Francesco Mussi Cazzamini, Marino Moretti, Florence, Vallecchi, 1931
  • Benjamin Crémieux, romanciers Italiens, Paris, Dnoel et Steele, 1931
  • Aldo Palazzeschi, vingt ans, Pegaso, mai 1931
  • Grazia Deledda, début de l'hiver, "Corriere della Sera", le 17 Octobre 1931
  • Henry Hauvette, Littérature italienne, Paris, Libr. Armand Colin, 1932
  • Alfredo Gargiulo, Poèmes écrits au crayon, Littéraire en Italie, le 10 Novembre, 1932
  • Bonaventura Tecchi, Les enseignants et les amis, L'Aquila, notre temps, 1934
  • Francesco Jovine, L'évolution de Moretti, La littérature en Italie, le 15 Avril 1935
  • Walter Binni, La poétique de la décadence, Florence, Sansoni, 1936
  • Attilio Momigliano, La poésie de ces trente ans, Corriere della Sera, le 17 Juillet 1936
  • Giuseppe Petronio, le crépusculaires, Firenze, Sansoni, 1936
  • Giuseppe Prezzolini, La culture italienne, Florence, La Voix, 1938
  • Giuseppe Ravegnani, contemporains, Turin, Bocca, 1938
  • Pietro Pancrazi, Ragguagli Parnasse, Bari, Laterza, 1939
  • Francesco Casnati, la miséricorde profane Moretti, Nouvelle anthologie, le 16 Juillet, 1939
  • Alfredo Gargiulo, la littérature du XXe siècle italien, Florence, Le Monnier, 1940
  • Francesco Jovine, Marino Moretti, Droits de l'école, le 10 Octobre 1940
  • Andrea Rigoni, Marino Moretti, en Roman osservatore, 28 décembre 1941
  • Giovanni Lugaresi, Les quatre-vingt dix ans de Marino Moretti, Alistair, Ravenne, 1975.
  • A.A.V.V., Moretti 90, L'Osservatore Romano Notebooks, Rome, 1975.
  • Carlo Del Teglio, "La vitalité de Moretti" dans "petits essais" sur "leucensia" Publishing C.B.R.S., Lecco, 1985.
  • Luigi Maria Persone, Comment mis fin à une longue amitié, "Il Giornale", le 25 mai 1999
  • Manuela Ricci, "Les archives de Casa Moretti: un budget et des perspectives" (eds.), Raffaella à Castagnola, Archives littéraires du « 900, Florence, Franco Cesati, 2000, pp. 75-82.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Marino Moretti
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Marino Moretti
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Marino Moretti

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR83993130 · LCCN: (FRn81060076 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 009201 · ISNI: (FR0000 0001 2141 6257 · GND: (DE118784838 · BNF: (FRcb123418723 (Date) · NLA: (FR35688667 · BAV: ADV10132042