s
19 708 Pages

Luigi Santucci
Luigi Santucci

Luigi Santucci (Milan, 11 novembre 1918 - Milan, 23 mai 1999) Il était écrivain, romancier, poète et dramaturge italien. Il est considéré par la critique le narrateur principal de la seconde moitié de Milan XXe siècle.

biographie

La formation et le début en tant que professeur

Il a obtenu une formation classique 1937 à l 'Institut Léon XIII de jésuites. en 1941 il est diplômé en littérature moderne au 'Université catholique de Milan, discuter avec Mario Apollonio une thèse sur la littérature pour enfants, publié l'année suivante sous le titre Limites et raisons de la littérature pour enfants, (Florence, Barbera, 1942), puis complètement révisé et élargi en La littérature pour enfants (Editions Fabbri, 1958). Le travail a été salué dans 1942 avec une note de consentement Benedetto Croce[1], qu'il n'a pas échappé à la « bonne âme analyse des enfants », et il a appelé l'auteur « forte et précise. »

Le jeune Santucci a commencé à enseigner dans les écoles secondaires, d'abord Gorizia, puis Milan, faisant même par assistant Apollonius à l'Université catholique[2]. en 1944 à cause de son opposition à régime fasciste, doit fuir Suisse, où il est resté pendant plusieurs mois. De retour à Milan, il prend une part active à la Résistance, d'abord avec les partisans du Val Cannobina, travaillant plus tard à Milan à la fondation du journal clandestin l'homme, à côté de David Maria Turoldo, Dino Del Bo, Camillo De Piaz, Gustavo Bontadini, Angelo Merlin, Angelo Romanò.

A la fin des années quarante Santucci travaille par de nombreuses personnalités de la culture italienne - tous ses futurs grands amis - comme, pour ne citer que quelques-uns: Carlo Bo, Primo Mazzolari, Vittorio Sereni, Nicola Lisi, Fabio Tombari, Giuseppe Novello, Cesare Angelini. D'autres réunions importantes de cette période affectent l'affaire[3], tels que ceux au célèbre café littéraire des « tuniques rouges » de Florence, où il rencontre Santucci Eugenio Montale, Salvatore Quasimodo et Mario Luzi; ou l'une avec Elio Vittorini, mais en 1947, il est notamment le livre de Santucci, En Australie, avec mon grand-père dans la triade du Prix Mondadori à côté Oreste Del Buono et Milena Milani (Le travail a été publié par Mondadori dans le même 1947).

En 1950, il se marie Bice Cima. De leur heureuse union sont nés quatre enfants Michael, Agnès, Raymond et Emma.

Les débuts de la littérature

Depuis la publication de la collection d'histoire courte L'oncle prêtre (Milan, Mondadori, 1951) Santucci sera vu imposer l'étiquette « catholique », il a accueilli non sans résistance, préférant changer à « écrivain catholique de la dissidence. » À cet égard, dans une interview fin 1972 l'écrivain se reflète sa position:

« L'étiquette de l'écrivain catholique, si sommairement sur lui collé et pointilleuse étiquette avec précision (et a longtemps été mon cas), cela signifie que très peu, sert à alimenter la confusion, la paresse, archiviamento personnalité et des problèmes. [...] En fait, je ne suis plus intéressé par le Christ comme bureau d'enregistrement d'un catholique qu'ils étaient protestants ou Martin Luther King Albert Schweitzer; Je suis juste un écrivain vivant aujourd'hui, avec ses agonies et des alternatives de plus en plus tendues, son cristomachia. Sur la forêt où je ne peux pas brouiller savoir si je trouverai le Christ et ne sais pas ce que je trouverai le Christ: il ne sera pas un Christ catholique réductive. »

(Ne pas tirer sur les jonquilles, Propos recueillis par P. Bianucci, "Gazzetta del Popolo« 25 Mars, 1972)

Et encore, il a défendu la position libre dans une interview quelques mois plus tard:

« Il y avait deux manières d'accueillir cette mes qualifications: une grande faveur, la complaisance et l'enthousiasme de l'aile catholique, je dois parfois dire avec une certaine maladresse naïve; de l'autre côté, le profane, j'étais naturellement (dire légitimement) a rejeté, disqualifié et aussi tourné en dérision (nous savons que le sectarisme des laïcs n'est pas inférieur à celui de l'Église catholique ...). »

(Questions à Santucci, Propos recueillis par C. Toscani, "Le livre Ragguaglio", Septembre 1972)

Retour dans les années cinquante, ils ont été une période de production littéraire intense: la 1953 Santucci a travaillé avec Angelo Romanò pour la rédaction Qui est-ce qui est? (Milan, Mondadori), en 1954 l'activité culturelle dense essai a été manifesté dans la rédaction du « »La joie imparfaite (Florence, Vallecchi), tandis que pour la publication de Le livre Amitié (Milan, Mondadori, 1960) Angelo Santucci a été rejoint par Merlin.

L'activité littéraire devient répandue

en 1962 Il a quitté l'enseignement pour se consacrer à plein temps l'activité d'écrivain. en 1963, l'année où il est publié par Mondadori le Velocifero, La mère d'Eva meurt, lui causant une grande douleur.
en 1967, après avoir été finaliste pour le même prix en 1964 le Velocifero, victoires Premio Campiello avec Orphée au paradis (Milan, Mondadori, 1967).

La longue et prolifique carrière Santucci a été soutenue par l'attention et le consensus qui prévaut des critiques, qui ne manqua pas même à ses pièces. Déjà en 1956 L'ange de Caïn, drame représenté à Assise de Giorgio Albertazzi et Gian Maria Volonté au prix Pro Civitate Christiana, a gagné beaucoup de succès, mais avec le travail en dialecte milanais noblesse Oblige (Milan 1966, puis représenté en 1993 par Gianrico Tedeschi) Et Ramon mercedario (Prix Institut du théâtre populaire de S. Miniato, 1981) dit qu'au-dessus de toutes ses compétences en tant que dramaturge.

L'apparition des années soixante révèle un nouvel aspect de l'écrivain: à travers le chemin des enfants après la saison des manifestations de jeunes avec empathie fervente, même qui le guide par écrit Ne pas tirer sur les jonquilles (Milan, Mondadori, 1971), dans la clé fantastique-allégorique, typique de l'auteur.

en 1976 reçoit Varsovie Le Prix Pietrzak. à partir de 1981 cultive une amitié intense avec Mgr. Gianfranco Ravasi, surtout pendant les vacances d'été à Guello[4].

Au cours des dernières années nonante remontent de nombreux ouvrages pour les enfants et les jeunes, y compris Une étrange veille de Noël (Casale Monferrato, Piemme, 1992) Parmi les pirates et les dauphins (Milan, Bompiani, 1996) Les Clorinda omelettes (Florence, Giunti, 1996).

Le 23 mai 1999 Il est mort à Milan, juste après la librairie de son dernier travail, Eschaton. Objectif d'une âme (Novara, limace, 1999). Cette même année Santucci a pu enregistrer sur bande une sorte de testament spirituel et le budget de leur propre existence et de l'expérience au profit des enfants[5], les exhortant à faire face à la vie avec générosité et lui dire une dernière fois:

« Si je devais résumer en une formule, une expression dans mon être un écrivain, je pense que ce serait ceci: je vous écris à la louange. [...] Je l'ai fait l'éloge, j'ai essayé d'applaudir, de ressusciter dans la louange, autant de choses que je pouvais. [...] La louange, oui, comme un message, comme une langue, sinon pour sauver le monde (pour guérir nous avons besoin de plus!), Pour l'aider, car il a récupéré certaines estimations, une certaine confiance en lui-même; parce dall'autodisprezzo appât, le désespoir, et vous trouverez la gentillesse. [...] Parce que sans un certain enthousiasme en nous est presque impossible d'aimer les autres, vous allez au risque contraire de l'infiltration dans d'autres déséquilibres de développement, la notre scepticisme, voire le pessimisme de l'humanité. [...] Et tout ce que j'avais-je vraiment apprécié, je pense à cause de ma nature en tant que poète, j'ai apprécié (ce qui est très important) avec la conscience. »


notes

  1. ^ en Limites et raisons de la littérature pour enfants, "les critiques« 20 Novembre, 1942
  2. ^ Le travail a duré jusqu'en 1951.
  3. ^ Comme il ressort de L. Santucci, Une fille curieuse Confidences, édité par E. Santucci, Milan, Gribaudi 2007.
  4. ^ hameau de Bellagio, sur lac de Côme.
  5. ^ Pour la transcription complète du message enregistré pour les enfants, voir L. Santucci, self Portrait, édité par G. Badilini, Milan, Anchor, 2004, pp. 259-265.

travaux

  • Limites et raisons de la littérature pour enfants, Florence, Barbera, 1942
  • Folgore de S. Giminiano, Florence, Sansoni, 1942
  • Mystères joyeux, Milan, Chers, 1946
  • En Australie, avec mon grand-père, Milan, Mondadori, 1947
  • L'oncle prêtre, Milan, Mondadori, 1951
  • Qui est-ce qui est?, En collaboration avec A. Romano, Milan, Mondadori, 1953
  • Le bonheur imparfait, Florence, Vallecchi, 1954
  • Chiara, Milan, I. P. L., 1955
  • L'ange de Caïn, Assise, Pro Civitate Christiana, 1956
  • La littérature pour enfants, Milan, Fratelli Fabbri Editori, 1958
  • Le livre de l'amitié, en collaboration avec A. Merlin, Milan, Mondadori, 1960
  • légendes chrétiennes, Milan, Fratelli Fabbri Editori, 1962
  • Collodi, Brescia, La Scuola, 1961
  • Le Velocifero, Milan, Mondadori, 1963
  • Les femmes au volant, Milan, Betti, 1965
  • Ensuite, vous, Bologne, New Bridge Publishing, 1963
  • Poèmes avec les jambes courtes, Milan, Murcia, 1966
  • Hallelujah de Noël et d'autres textes suivis, Ancône, Bucciarelli, 1966
  • Poèmes à sa mère, Milan, Murcia, 1967
  • Orphée au paradis, Milan, Mondadori, 1967
  • Canticle des choses, le pape Jean-Milan, Mondadori, 1968
  • Cent histoires du royaume, Milan, Fratelli Fabbri Editori, 1968
  • Si j'oublie, Milan, Mondadori, 1969
  • Vous allez aussi loin? Une vie du Christ, Milan, Mondadori, 1971
  • Ne tirez pas sur les jonquilles, Milan, Mondadori, 1971
  • Comme si, Milan, Mondadori, 1973
  • Utopie de Noël, Brescia, Queriniana, 1974
  • Le Mandragolo, Milan, Mondadori, 1979
  • La poésie et la prière dans la Bible, Torino, Gribaudi, 1979
  • Brianza et d'autres amours, Milan, Rusconi, 1981
  • L'homme de la flûte. Jésus dit aux enfants l'histoire, Cinisello Balsamo, San Paolo Edizioni, 1990
  • L'enfant de sorcière, Milan, Mondadori, 1981
  • Éloge des animaux, Padova, Messaggero, 1981
  • Le mercedario Ramon, San Miniato, Institut du théâtre populaire, 1981
  • Notre Lombardie, avec M. Pepi, Bergame, Photographie et Art, 1982
  • Antifasciste pourquoi?, (Avec L. Bolis, G. Porte-monnaie), Milano, Ed. Choisissez 1983
  • La danse de la mariée, Cinisello Balsamo, Ed. Paoline, 1985
  • L'Almanach d'Adam, Cinisello Balsamo, Ed. Paoline, 1985
  • L'évangile selon des amis, Ancône, Bucciarelli, 1985
  • L'homme, la cathédrale, Controduomo, Banca Popolare di Milano, 1986
  • Les pèlerins en Terre Sainte, Cinisello Balsamo, Ed. Paoline, 1987
  • Escape from Egypt, Brescia, Sideways, 1991
  • Manuscrit de Ithaca, Casale Monferrato, Piemme, 1991
  • Dans la taverne avec les saints, Piemme Éditeur, 1991
  • Une étrange veille de Noël, Casale Monferrato, Piemme, 1992
  • Coeur de l'hiver, Casale Monferrato, Piemme, 1992
  • Le sort de feu. Histoires de Noël, Novara, limace, 1995
  • Dans l'existence de légumes, Torino, SEI, 1996
  • Parmi les pirates et les dauphins, Milan, Bompiani, 1996
  • Les Clorinda omelettes, Florence, Giunti, 1996
  • Christ dans notre grand nombre d'écrivains, Urbino, Quattroventi, 1997
  • L'anniversaire du bandit, Monte Cremasco, Cartedit, 1998
  • Eschaton. Objectif d'une âme, Novara, limace, 1999
  • Avec toute l'amitié. Correspondance entre Don Primo Mazzolari et Luigi Santucci. 1942-1956, Cinisello Balsamo, Ed. Paoline, 2001
  • auto-conçu avec les pages les plus importantes de mes œuvres, édité par G. Badilini, préface de G. Ravasi, Milan, Anchor, 2004
  • Confidences à un enfant curieux, édité par Emma Santucci, Milan, Gribaudi 2007

bibliographie

  • Valentina Puleo, L'Orfeo au Paradis Luigi Santucci, dans "Otto / Novecento" a. XXXV (2011), n. 3, pp. 93-108.
  • Giovanni Cristini, Invitation à la lecture de Luigi Santucci, Milano: Mursia, 1976

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Luigi Santucci
autorités de contrôle VIAF: (FR88858043 · LCCN: (FRn79064647 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 016658 · ISNI: (FR0000 0001 2142 891X · GND: (DE118794531 · BNF: (FRcb12245989w (Date)