s
19 708 Pages

« Peut-être que toute l'Italie devient de plus en Sicile ... Il se lève comme l'aiguille d'un thermomètre à mercure, cette ligne Palm du café fort, les scandales jusqu'à l'Italie, et est déjà, en plus Rome ... »

(Leonardo Sciascia, Le jour de la Chouette, 1961)
Leonardo Sciascia
Leonardo Sciascia2.jpg

Adjoint de la République italienne
corps législatif VIII législature de la République italienne
groupe
parlementaire
Parti radical
collège Rome
missions parlementaires
  • Composant de 3à Commission (Affaires étrangères) du 11 Juillet 1979-26 Juillet 1979
  • Membre de 11à Commission (agriculture et des forêts) du 26 Juillet 1979-11 Juillet 1983
  • membre de Commission d'enquête parlementaire sur massacre de Fani, sur enlèvement et assassiner d'Aldo Moro et terrorisme en Italie du 20 Décembre 1979-7 Mars 1980 du 20 Mars 1980-29 Juin 1983
  • membre de Commission parlementaire le phénomène de mafia du 20 Décembre 1982-11 Juillet 1983
site web d'entreprise

député européen
corps législatif la
groupe
parlementaire
pas membre
site web d'entreprise

données générales
Parti politique Parti radical
qualifications maîtrise
profession écrivain, professeur de l'école primaire
signature Leonardo Sciascia Signature

Leonardo Sciascia (racalmuto, 8 janvier 1921 - Palerme, 20 novembre 1989) Il était écrivain, journaliste, essayiste, politique, poète et dramaturge italien.

esprit libre et franc-tireur, critique lucide et impitoyable de notre temps, Sciascia est l'une des grandes figures du XXe siècle italien et européen. L'anxiété de connaître les contradictions de son pays et de l'humanité, a rejoint un sens de la justice pessimiste et toujours déçu, mais qui ne renonce jamais à l'utilisation de la matrice de la raison humaine illuministe, pour mettre en œuvre ce projet. l'influence de le relativisme cognitif de Luigi Pirandello Vous pouvez être retracé à la place l 'humour et la difficulté de parvenir à une conclusion que ses protagonistes se rencontrent: la réalité est pas toujours observée de manière objective, et est souvent un ensemble de vérité inextricablement et le mensonge.[1]

biographie

Leonardo Sciascia est né le 8 Janvier 1921 à racalmuto, en province d'Agrigente, l'aîné des trois frères, fils d'un employé, Pasquale Sciascia, et une femme au foyer, Genoveffa Martorelli. La mère vient d'une famille d'artisans alors que son père était employé à l'une des mines de soufre locales et l'histoire de l'écrivain a ses racines dans la mine où ils travaillaient le grand-père et son père.

Études: la nisseno période

Six ans Sciascia ont commencé l'école élémentaire racalmuto. en 1935 il a déménagé avec sa famille à Caltanissetta où il a inscrit au Master « Peut IX » qui enseigne Vitaliano Brancati, qui est devenu son modèle et de le guider dans la lecture des auteurs français, alors que la rencontre avec un jeune professeur, Giuseppe Granata (Ce qui était plus tard sénateur communiste), a présenté à des Lumières et de la littérature. Il forme ainsi leur conscience civique sur les textes de Voltaire, Montesquieu, Cesare Beccaria, Pietro Verri.

Dans la capitale nisseno passer les années les plus mémorables de sa vie, comme il l'avoue lui-même dans son autobiographie, a fait les premières expériences et les premières découvertes de la vie, en plus d'impressionner son contexte culturel.

Rappelé à visiter levier Il est considéré comme impropre à deux fois, mais le troisième est accepté et affecté aux services sédentaires.

en 1941 il a obtenu une maîtrise et dans la même année est utilisé pour Consortium agricole, traiter avec le stockage des céréales dans Racalmuto, où il est resté jusqu'à 1948. Il a ainsi pu avoir une relation étroite avec le petit monde agricole.

en 1944 Andronic a épousé Maria, enseignante en école primaire Racalmuto. Maria Andronico et Sciascia ont deux filles, Laura et Anna Maria.

en 1948 Leonardo Sciascia reste secoué par le suicide de frère bien-aimé Joseph.

Early Works: poèmes et essais

en 1950 publie "Fables de la dictature« Ce qui Pier Paolo Pasolini noter et écrit un commentaire. Le livre comprend vingt-sept courts poèmes, "fables d'Esope« Classique, avec morale claire, dont les protagonistes sont des animaux.[2] Vingt de ces textes ont paru entre 1950 et l'été 1951 sur "le test« Fondée à Palerme politiquement démocrate Giuseppe Alessi[3], régulière Sciascia politique avec lequel il a commencé à travailler depuis la première édition en signant 15 Mars 1950, la nécrologie "Bien avant la 1984 elle est morte George Orwell"[3].

en 1952, à recueillir poésie Sicile, son cœur, ce qui est illustré avec les dessins sculpteur Catane Emilio Greco.

en 1953 victoires Pirandello Prix, décerné par Région de Sicile pour son sage "Pirandello et pirandellisme».

Commencez par 1954 de collaborer à des magazines dédiés à anthologique littérature et études ethnologique, en supposant que le poste de directeur de « Galerie » et de « Les cahiers de la galerie » de Salvatore publié homonymie Sciascia Caltanissetta.

en 1954 Italo Calvino Il écrit, en se référant à un travail de Sciascia:

« Je joins un document d'un professeur élémentaire racalmuto (Agrigente) Ce que je pense est très impressionnant "

(lettre Italo Calvino à Alberto Carocci, 8 octobre 1954)

en 1956 public "Les paroisses Regalpetra», Un résumé autobiographique l'expérience vécue en tant que professeur dans les écoles primaires dans son pays. Dans la même année, il est affiché dans un bureau de l'école Caltanissetta.

A Rome: Contes

Les oncles de la Sicile

Leonardo Sciascia
Leonardo Sciascia avec des amis pour une promenade à Racalmuto
Leonardo Sciascia
école inscrire en signant Sciascia

Dans l'année scolaire 1957-1958 Il est affecté à Ministère de l'Éducation à Rome et la chute du public trois histoires qui sous le titre "Les oncles de la Sicile. « La courte collection s'ouvre »La tante d'Amérique« Une tentative de démystifier le mythe du »oncle Sam» Il est considéré comme le dispensateur des dons et de la liberté.

La deuxième histoire est intitulée "La mort de Staline« Dans ce qui, encore une fois, le caractère est mythe, celle de communisme laquelle elle est incorporée dans les yeux de l'Calogero Schirò de Sicile, à partir de Staline. La troisième histoire, "Les quarante-huit« Il est situé dans le temps de Risorgimento (Entre 1848 et 1860) Et est le thème de la 'unification du Royaume d'Italie vu à travers les yeux d'un sicilien. Dans l'histoire que l'auteur veut mettre en évidence l'indifférence et le cynisme de la classe dirigeante face à un thème déjà traité par Federico De Roberto tout les vice-rois (1894) Et Giuseppe Tomasi di Lampedusa tout le Leopard.

A la récolte est ajouté, en 1960, quatrième étage, "antimoine« Ce qui avait favorable acclamé par la critique et qui pasolini consacrera un article sur magazine atelier. Dans ce document, il raconte l'histoire d'un mineur qui, pour échapper à une épidémie de Grisou (Appelé par zolfatari antimoine), En partie en tant que bénévole pour la Guerre civile espagnole.

Dans Caltanissetta: romans

Sciascia reste Rome un an et à son retour, il installe avec sa famille Caltanissetta, prendre un emploi dans un bureau de mécénat scolaire.

en 1961 dehors Le jour de la Chouette avec lequel l'auteur ouvre une nouvelle saison jaune italienne contemporaine[4][5]. Au roman est inspiré par la film éponyme la directeur Damiano Damiani, publié en 1968.

la sixties passera à quelques-uns des romans les plus sincères du même auteur, consacré à la recherche historique sur la culture sicilienne.

en 1963 public Le Conseil de l'Egypte, situé dans un Palerme la « 700 où il vit et agit comme un habile faussaire, l'abbé Giuseppe Vella, que « invente » un ancien code arabe qui devrait enlever toute légitimité aux privilèges et pouvoirs des barons de Sicile en faveur du vice-roi Caracciolo.

Leonardo Sciascia
Avec l'écrivain Leonardo Sciascia Franco La Rosa Pappalardo.

Le retour au sage

en 1964 publie court sage ou une histoire, comme le même Sciascia dans la préface de la réédition 1967, mort Inquisiteur, situé dans « 600, qui est inspiré par le chiffre de 'hérétique Sicilienne entre ' Diego La Matina, victime de la Cour 'Inquisition sicilienne, tuant Juan Lopez de Cisneros, inquisiteur en Royaume de Sicile.

La Société de théâtre stable Catane, réalisé par Turi Ferro, étapes "Le jour de la Chouette« Avec l'adaptation théâtrale de Giancarlo Sbragia.

Il remonte à 1965 l'essai "Les fêtes religieuses en Sicile« Quel est le cadre de la présentation à la collecte photographique travailler Ferdinando Scianna, photographe Bagheria, où il retourne la combinaison de Sicile un Espagne, en particulier en ce qui concerne la valeur et de l'importance, dans les deux sociétés, la superstition religieuse et le mythe.

la comédie

de plus en 1965 Il a sorti sa comédie M. qui est la dénonciation impitoyable de complicité entre le gouvernement et mafia.

Le retour au roman

Leonardo Sciascia
Statue de Racalmuto Sciascia

en 1966 revient avec un roman, A chacun son, qui comprend le mode de "jaune«J'utilise déjà Le jour de la Chouette.

L'histoire racontée est celle d'un professeur de lycée, Paolo Laurana, en commençant par les enquêtes de curiosité personnelle dans la mort du pharmacien et le médecin du pays, mais que les affrontements avec le silence de tous les villageois, le silence à cause de la peur et la corruption. En commentaire à la ténacité dans les enquêtes du professeur et sa fin tragique, 'explicite la livre se traduit par une phrase lapidaire:

« » Il était un idiot. " a déclaré Don Luigi "

Du roman, le directeur Elio Petri Il attire 1967, la film éponyme.

L'analyse de l'art

Leonardo Sciascia se concentrera sur l'analyse de la peinture, et en particulier le dire en 1967 Mario sicilienne Bardi,: « Il n'y a rien dans la peinture Bardi, qui ne peut être expliqué avec la peinture Et pourtant, il n'y a rien dans sa peinture que la Sicile, en comparaison, ne peut pas expliquer. Non seulement dans les événements, les faits, mais aussi et surtout de la manière d'être. et sa façon d'être un peintre ".

L'intérêt de Leonardo Sciascia, étend aux Makuc yougoslave graveurs, Jaki, Gliha ... même si son attention se concentre de plus sur les artistes siciliens tels que Bruno Caruso, Piero Guccione, Andrea Vizzini.

à Palerme

en 1967 Il a déménagé à Palerme filles à suivre dans les études et à écrire. Pendant ce temps Quitte pour l'éditeur anthologie Mursia Narrateurs de la Sicile, édité par Sciascia en collaboration avec Salvatore Guglielmino.

en 1969 Il a commencé à travailler avec Corriere della Sera et publique Récitation de conflit liparitana dédié à A. D., qui raconte, à travers une représentation théâtrale, contester la vente d'un lot de pois chiches pour lesquels le Evêché de Lipari Nous ne voulons pas payer les frais (nous sommes au début de « 700). L'évêque avait excommunié les collecteurs d'impôts, mais le roi, par le 'appel pour abus, Il avait annulé excommunication. L'histoire, apparemment anodin, dénonce en fait les relations entre l'ancien état de premier plan URSS et les satellites membres. la première A. D. identifier Alexander Dubček, qui a joué dans 1968 de printemps de Prague.

la pension

en 1970 Sciascia prendra sa retraite et publié un recueil d'essais "La corde folle«Où l'auteur clarifie son idée de » sicilitudine « et témoigne d'une sensibilité artistique rare exprimée par la capacité mince d'essais. Ce rapports de travail, déjà du titre, à Luigi Pirandello qui, dans son livre "Cap serpent à sonnette« Défend l'idée que chacun de nous a dans sa tête » comme trois cordes d'horloge, que « Sérieux », que « Civilisés », que "Mad"».

Sciascia veut enquêter sur la « corde folle » qui, à son avis, saisit les contradictions et les ambiguïtés, mais aussi la force de la rationalisation Sicile ce qui est tout l'objet de ses études.

Le retour au genre de crime

la 1971 Il est l'année de "le contexte», Avec laquelle l'auteur revient à genre policier. L'histoire se déroule autour de l'inspecteur Rogas qui doit résoudre une affaire compliquée qui provient d'une erreur de la justice et une série de meurtres de juges. Bien que le roman se déroule dans un pays imaginaire, le lecteur reconnaît l'effortItalie contemporaine. Le livre donne lieu à beaucoup de controverses, plutôt que des politiques esthétiques, qui Sciascia veulent pas participer, retirer ainsi la candidature du roman prix Campiello.

Le roman a été inspiré par le film Francesco Rosi, publié en 1976 et nommé cadavres.

avec "Les actes relatifs à la mort de Raymond Roussel« la 1971, Sciascia est entendu que la propension à inclure le commentaire social dans le récit des incidents réels de la criminalité est de plus en plus forte. Alors que ce soit "le pugnalatori« la 1976 et dans "L'Moro Affaire« la 1978.

en 1973 public "La couleur du vin de la mer« Et il a écrit la préface à une édition de »Histoire de la colonne infâme« de Alessandro Manzoni, dans lequel il écrit: « Plus nous all'illuminista nous nous sentons aujourd'hui à l'Église catholique. Pietro Verri regarde l'obscurité des temps et les institutions terribles, la responsabilité individuelle Manzoni ".

en 1974 publie la préface à une réédition des « Dialogues » de l'écrivain grec Luciano di Samosata intitulé "Luciano et religions».

Pendant ce temps, les sorties Todo Modo, un livre parler "Catholiques en politique« Et cela a été éreinté par la hiérarchie ecclésiastique. La histoire, de l'histoire de détective, il est situé dans un ermitage / hôtel où vous faites une retraite. Dans ce lieu, lors de la retraite annuelle d'un groupe de « puissants », y compris les cardinaux, les hommes politiques et d'affaires, il y a une série de crimes inquiétants.

En outre de ce roman, il sera transformé en un film du même titre réalisé par Elio Petri en 1976.

engagement politique

Leonardo Sciascia
Leonardo Sciascia dans la période de ses activités politiques au Parlement

Lors des élections municipales de Palerme en Juin 1975 L'écrivain est un candidat comme indépendant dans les listes de PCI; Il est élu avec un fort nombre de préférences, l'obtention de la deuxième place que le nombre de préférences après Achille Occhetto, Secrétaire régional du parti, et en face d'un autre candidat de premier plan, Renato Guttuso[6].

Dans la même année, il a publié La disparition de Majorana, enquête sur la disparition de physique Ettore Majorana eu lieu dans une trentaine d'années.

en 1976 vient une réimpression des comédies M. et Récitation de conflit liparitana avec l'ajout de la mafia. Dans la même année, il a publié l'enquête le pugnalatori, Réservez une enquête sur un événement qui a eu lieu en Palerme en 1862 qu'il a vu 13 tués dans poignarder les gens.

au début 1977 Sciascia démissionne du bureau du Parti communiste italien. Son opposition à la compromis historique et le rejet de certaines formes d'extrémisme en fait le conduire à des affrontements très durs avec les dirigeants du Parti[7].

L'enquête sur le massacre de Fani et l'arrivée au Parlement

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Moro Case.

en 1978 public L'Moro Affaire sur la saisie, le processus et l'assassiner dans le soi-disant « prison du peuple » à Aldo Moro organisé par Brigades rouges.

en Juin 1979 accepte la proposition de radicaux[8] et est un candidat pour être Parlement européen les deux chambre. Élus dans les deux restes institutionnels seulement deux mois à Strasbourg[9] puis opter pour Montecitorio, où il restera jusqu'à ce que le député 1983 en prenant soin du travail Commission d'enquête parlementaire sur massacre de Fani, sur enlèvement et assassiner d'Aldo Moro (Avec une forte critique de la soi-disant « ligne de fermeté », en fait Sciascia avait travaillé parce qu'elle était avec Brigades rouges pour libérer Moro) et Le terrorisme en Italie. D'une part, est dans son rejet de la violence, l'autre critique constante du pouvoir établi et ses secrets indicibles. Il est membre du Comité de l'agriculture et de l'anti-Mafia bicaméral [10]

Il a également prononcé contre la loi d'urgence, qui a établi les pouvoirs spéciaux et inaspriva beaucoup d'infractions; Il est également opposé à la "pentitismo« (Deux pour le terrorisme et pour la mafia), comme récompense trop coupable en échange de révélations qui pourraient être trompeuses, même au détriment des innocents. Ce fut aussi l'un des premiers à reconnaître les côtés sombres dans la relation entre le terrorisme et l'État .[6][11] Un Sciascia a été donné le mot d'ordre « ni avec l'Etat ni avec Brigades rouges» Pour indiquer le désir de nombreux intellectuels critiquent durement l'Etat sans y adhérer terrorisme rouge; il n'a jamais dit en effet cette phrase.[12]

en Mars 1982 Les députés du Parti radical (par requêtes des députés Bonino, Rippa, Je, rugir et d'autres) et d'autres PDUP (Famiano Crucianelli) et indépendant (Stefano Rodotà), Le Dénonçant torture infligés aux terroristes par la police, principalement lors de l'enlèvement du général James Lee Dozier; le ministre de l'Intérieur Virginio Rognoni, alors il admet avoir autorisé les « méthodes dures » et compte tenu de la « feu vert » aux équipes spéciales guidées par le préfet Umberto Improta et les responsables Fioriolli, Gênes et Ciocia, critique fortement les députés. 23 Mars, 1982 Sciascia a pris la parole à la Chambre, en faisant valoir d'une manière décisive au ministre:

« Hier soir, j'ai écouté attentivement le discours du ministre et tiré du sens d'un avertissement, d'un avertissement: » méfiez-vous que vous convergeant objectivement sur les positions des terroristes " Personnellement, cette accusation je en ai assez! En Italie aussi longtemps que vous cherchez la vérité parce qu'il est accusé de terrorisme convergent avec le noir, le rouge, avec la mafia, avec P2 ou quoi que ce soit d'autre! En tant que citoyen et en tant qu'écrivain, je peux aussi subir une telle accusation, mais en tant que membre ne l'accepte pas. Il est absolument convergente avec le terrorisme lorsque vous secouez la question de la torture. Ce problème a été répandu dans la presse écrite: nous nous avons mis docilement ici, la bougeotte et agiteremo encore![13] »

Les contacts avec la culture française

Ces dernières années, il augmente ses voyages en Paris et intensifier les contacts avec la culture française.

en 1977 public "Candide un rêve fait en Sicile« Lorsque la référence à » il est clairCandido« de Voltaire.

Quitte cette année "Noir sur noir« Une collection de commentaires aux faits relatifs à la décennie précédente, »Sicile comme métaphore« Interview Marcelle Padovani et "De parties des infidèles« De la persécution politique dans les lettres envoyées la cinquantaine la hiérarchie ecclésiastique à la Vescovo Patti, avec qui il a inauguré le collier de l'éditeur Sellerio intitulé "la mémoire« Célébration de la 1985 la publication centième avec son "Cronachette».

en 1980 public "Le visage sur le masque« Et la traduction d'une œuvre par Anatole France, "Le procurateur de Judée».

en 1981 public "Le théâtre de la mémoire« Et, en collaboration avec Davide Lajolo, "Les conversations dans une pièce fermée à clé».

en 1982 sorties "Kermesse« Et »La phrase mémorable« Dans 1983 "mots croisés« Une collection de ses écrits déjà publiés dans des revues, des journaux et des préfaces à des livres.

poster sur 1983 "Stendhal et de la Sicile« Un essai pour commémorer la naissance de l'écrivain français.

Les dernières années de la vie

Leonardo Sciascia
Je me souviens à Racalmuto Sciascia

Dans ces mêmes années, il a été diagnostiqué myélome multiple. De plus en plus, il a été forcé de quitter la Sicile pour Milan mais il continue à guérir, mais avec difficulté, son travail d'écrivain.

en 1985 public "Cronachette« Et »Chèvre yeux» Une collection de proverbes siciliens, et 1986 "La sorcière et le capitaine« Un essai pour commémorer la naissance de Alessandro Manzoni.

Les charges de tristes raisons autobiographique sont les romans courts "portes ouvertes« la 1987, "Le cavalier et la mort« la 1988 et "Une histoire simple« Inspiré par le vol de Nativité avec saint Laurent et François d'Assise la Caravage, qui sera en librairie le jour de sa mort.

en 1986 Sciascia écrit Bettino Craxi, l'informant qu'il avait voté pour PSI en élections régionales siciliennes de cette année et en invitant le leader socialiste pour faciliter le remplacement de la partie de la classe dirigeante sicilienne.

en 1987 par un spectacle très impressionnant, dans le Mole Antonelliana à turin, intitulé "À mon insu« (Avril-Juin). Ils ont été exposés près de 200 photographies rares choisies par Leonardo Sciascia et accordés dans l'original par les grandes institutions dans le monde entier. Ce sont des portraits d'écrivains célèbres, du début daguerréotypes aujourd'hui, comme Edgar Allan Poe à Rabindranath Tagore à Gorky à Jorge Luis Borges. Le catalogue est imprimé par Bompiani et sur l'essai de Sciascia "Le portrait photographique entelechia« Il contient 163 portraits et cite plusieurs de ses auteurs. La clé de l'exposition est peut-être la citation Antoine de Saint-Exupéry:

« Nous ne devons pas apprendre à écrire, mais pour voir. L'écriture est une conséquence "

L'un de sa dernière bataille politique était en défense Enzo Tortora (Son ami de long cours, la victime erreur judiciaire et il est également devenu un activiste radical) et le soutien apporté à Adriano Sofri, accusé 1988 dell 'assassiner Calabresi (Sciascia a également demandé qu'ils ont finalement fait la lumière sur la mort de 'anarchiste Giuseppe Pinelli la 1969).[14]

Quelques mois avant sa mort, il écrit "Alphabet de Pirandello""Une mémoire future (si la mémoire a un avenir)« Pour être publié à titre posthume, et »Les différents actes de l'histoire littéraire et sociale« Publié par Sellerio.

mort

Leonardo Sciascia
La tombe de Leonardo Sciascia à côté de celle de sa femme, Maria Andronico, au cimetière racalmuto.

Leonardo Sciascia est mort Palerme à la suite de complications le 20 Novembre 1989 et demande aux funérailles dans l'Eglise, pour « ne pas susciter trop de scandale » autour de la famille à Racalmuto[15]. Avec lui dans son cercueil sa femme et ses amis voulaient mettre un crucifix Argent, symbole qu'il respectait, mais pas un croyant au sens strict (mais pas athée: « Conduis-moi la raison, le sens des Lumières de l'intelligence, le sens de la vie humaine et chrétienne, la recherche de la vérité et de la lutte contre l'injustice, aux fraudes et de tromperies", il a écrit[16])[17][18]. Lors des funérailles, il est rappelé par beaucoup de mots d'appréciation, y compris ceux du grand ami Gesualdo Bufalino.

Il est enterré dans le cimetière de racalmuto, son pays natal; sur la pierre tombale blanche une phrase:

« On se souviendra de cette planète »

(Epitaph sur la tombe de Sciascia, la citation est Auguste Villiers de l'Isle-Adam[15][19])

La signification d'une telle phrase sur une tombe est apparue peu « laïque, agnostique« Pour beaucoup, craignant une conversion religieuse Sciascia[17], mais il a également été considéré comme un signe d'espoir et de regret.[15] Sur un manuscrit, conservé par la famille, Sciascia écrit:

«J'ai décidé de me faire écrire sur quelque chose tombe moins personnel et plus agréable, et précisément cette phrase Villiers de l'Isle-Adam« On se souviendra, sur cette planète. » Et ainsi de participer Le pari de Pascal et je pense que peu d'attention cette terre, cette vie, méritent. »

(Leonardo Sciascia[15][19])

Le journaliste Sciascia

En plus de l'activité littéraire, Sciascia avait aussi une expérience intense dans le journalisme, l'écriture pour plusieurs journaux et magazines italiens.

Leonardo Sciascia
Sciascia et Marco Pannella

En particulier collaboré Sciascia depuis 1955 avec Palerme tous les jours l'Heure - le premier article du 23 Février 1955, Il est dédié au poète dialectal Catane Temple Domenico[20] - écrit sur les pages culturelles, et la tenue d'une colonne régulière, la cahier, entre 1964 et 1968[21][22].

« L'heure sera peut-être un journal communiste, mais il me donne un moyen sûr d'exprimer ce que je pense avec une liberté qui ne serait guère trouver dans d'autres journaux italiens. Quant à mon être à gauche, sans doute que je suis, et sans nuance. »

(Leonardo Sciascia, le 3 Avril, 1965[21])

sur Le Corriere della Sera sa coopération est en alternance: de 1969 un 1972. Si vous allez par « symboliquement » le 10 Janvier 1987, jour de la publication de l'article sur professionnels antimafia[22].

sur Print Ses articles apparaissent déjà de 1972, mais il collabore avec le quotidien de Turin plus près après avoir « rompu » avec Le Corriere della Sera[22]. Elle coopère également avec malgré tout[23], petit magazine racalmuto, sur lequel Sciascia écrit de la fondation[22].

Pendant ce temps dans 1967 Il a publié l'anthologie (édité par Salvatore Guglielmino) Narrateurs de la Sicile où il a écrit dans l'introduction que « le caractère essentiel de la littérature narrative sicilienne est réalisme » et, 1971 la Les actes relatifs à la mort de Raymond Roussel qui reconstruisent les derniers jours Palerme la écrivain français, où sa conviction que la littérature est pas un objet externe par rapport à la réalité augmente, alors insister sur le même thème en particulier par l'intermédiaire La disparition de Majorana (1975) L'Moro Affaire (1978) et Noir sur noir (1979).

La controverse sull'antimafia

« La mafia est combattue non pas avec la tension des sirènes, des défilés et terribilità. La Mafia est combattu avec la loi. »

(Interview 1983)
Leonardo Sciascia
Sciascia et Paolo Borsellino (25 Janvier 1988)

sur Corriere della Sera le 10 Janvier 1987, Sciascia a publié l'article "Les professionnels de la antimafia« (Titre non choisi par lui, qu'il voulait Les risques antimafia)[24], où certains juges palermitani fortement stigmatisés le comportement du piscine mafia, les qualifiant de "héros de la sixième« Ce qui, à son avis ont été rendus coupables de carriérisme, en utilisant la bataille pour la renaissance morale de Sicile comme titre de respect au sein du système de promotion judiciaire. En particulier, l'objectif de l'auteur, il a terminé le juge Paolo Borsellino Emanuele parce qu'il a remporté le concours pour l'attribution du procureur de la République de lieu Marsala, non pour des raisons de service, mais pour les compétences professionnelles très particulières et spécifiques dans le domaine du crime organisé, mûri sur le terrain, qui ont été reconnus par la CSM et ils lui ont valu le passage dans le classement des autres juges; Cependant, en conséquence, Borsellino et Sciascia ont été clarifiées. La critique est aussi la vision vers une justice de inquisitoire:

« La 1984 de Orwell peut également, en nous, d'assumer les espèces judiciaires. Il y a des prémonitions, mises en garde ... La démocratie n'est pas impuissante à combattre la mafia. Il fait entre ses mains l'instrument que la tyrannie ne fait pas: la loi, la loi sur l'égalité pour tous, la balance de la justice. Si le symbole de la balance remplacera les menottes, comme certains fanatiques antimafia dans leur cœur le désir, nous serions perdus sans retour. Comme le fascisme même réussi. »

Après l'article paru Sciascia, un symbole de la lutte contre la mafia, a été ciblé par les attaques de nombreuses personnalités de la culture et de la politique qui avant avait été fait l'éloge, et a été isolé des principales forces politiques, à l'exception radicaux et socialistes. L'association de coordination anti-mafia, qui a été défini par l'écrivain « une frange fanatique et stupide », ne rien dire que ce soit un quaquaraquà « Sur le bord de la société civile » et Marcelle Padovani, sur les colonnes Nouvel Observateur, Sciascia accusé de faire avancer « controverse misérable » à cause de son « irrépressible exhibitionnisme. »[25] Sciascia a également été critiquée récemment par l'historien Paolo Pezzino, qu'il précise que l'écrivain était lié à l'ancienne image de la mafia comme un « homme d'honneur » et est donc pas en mesure de percevoir le danger réel de la mafia moderne.[26]

En fait Sciascia, inspiré par sa conception fortement garantista et défavorables à le paysage médiatique et résumés[27], Il discerne le danger d'un retour aux méthodes de Cesare Mori pendant le fascisme (inspiré par la critique contenue dans un livre Christopher Duggan et la récupération, comme cela a déjà détecté par les réflexions capitaine Bellodi il Le jour de la Chouette, la devise de Girolamo Li Causi "Mafia ou no Mori"[28]) Et avait peur, comme des lois spéciales en Années de plomb, une possible involution autoritaire Sicile et le pays. Cela a également été étendue à sa conception droit pénal, parce que l'écrivain était un fervent partisan de Autorité de la loi et opposé à toute procédure « inquisitoire ».[29][30][31] En même temps critique des excès antimafia professionnels, poursuit son engagement au témoignage civil contre la foule, interviewé par Mauro Rostagno, le sociologue qui a été assassiné en 1988.

L'association « Les Amis de Leonardo Sciascia »

Leonardo Sciascia
L'inscription sur la tombe de Sciascia

Fondée le 26 Juin 1993 à Milan, Palazzo Sormani, l'association des Leonardo Sciascia Amis, sans but lucratif, il vise à encourager la lecture et la recherche sur la pensée et l'œuvre de l'écrivain.

De 1995 à 2008, l'activité d'édition de l'association a été axée sur deux colliers en collaboration avec l'éditeur milanais La Vita Felice, le premier nommé Ordinateurs portables Leonardo Sciascia[32], la seconde portes ouvertes[33], pour un total de vingt-trois volumes publiés.

Leonardo Sciascia
Leonardo Sciascia

Au début de 2010, un accord a été signé avec la maison d'édition historique de Florence Leo S. Olschki, dont l'effet est publié chaque année une revue internationale, Todomodo, qui abrite les contributions originales pour invitation ou reçus spontanément appel à communications. A côté de la revue, a été créé une série d'essais, du nom Sciascia écrivain européen. Il accueille des volumes qui reflètent les projets de recherche dédiés à l'exploration de la relation de l'écrivain avec les cultures les plus diverses. En Mars 2011, la série a été inaugurée par le livre « Trop peu fou », organisée par Renato Martinoni (Université de Saint-Gall, Suisse), Dédié à l'association avec la Suisse de l'écrivain. En Janvier 2015 est ensuite publié aux soins Ricciarda Ricorda (Foscari, Venise Université Ca »), le second volume intitulé « Leonardo Sciascia et la Yougoslavie » sur les transactions par l'auteur depuis le début des années 60 avec le monde culturel slovènes, croates et d'autres pays de la réalité yougoslave.

Depuis 2010, chaque Novembre, date anniversaire de la mort de l'écrivain, l'association promeut différentes villes du Leonardo Sciascia Colloques, nominations publiques comparaison entre spécialistes Sciascia et chercheurs d'autres disciplines pour approfondir les questions de travail d'origine.

La passion pour les arts Sciascia est célébrée par l'association depuis 1995, à travers les dossiers collier épuisé Hommage à Sciascia, contenant incision dissous accompagnée d'un texte. En 1998, il a également créé le prix international biennal Leonardo Sciascia amateur d'Etampes[34] de se rappeler la passion de Leonardo Sciascia pour l'incision originale. Tous les tirages des artistes invités à la compétition sont donnés à la fin de la série d'expositions, la collection d'estampes Civic Achille Bertarelli de Milan, le cabinet le plus important de gravures italiennes, situé dans le complexe du Castello Sforzesco. En vertu de la présente loi, avant en 2010, le maire Mme Letizia Moratti puis en 2014, le maire Giuliano Pisapia Ils ont donné aux Amis de la reconnaissance Sciascia de « bienfaiteur » d'avoir le soutien de ce don pour augmenter le prestige de la ville dans les huit éditions de l'événement.

Depuis 1998, est actif Leonardo Sciascia Web, réalisé par Valter Vecellio à amicisciascia.it, qu'elle offre, entre autres, la possibilité de consulter La mémoire de la carte, la bibliographie la plus complète faite à ce jour (et constamment mis à jour) sur les œuvres de l'écrivain.

Remerciements

sont intitulées A Leonardo Sciascia:

  • Le "Lycée-État école secondaire Leonardo Sciascia" à Sant'Agata di Militello (Messina)
  • la Parc littéraire Leonardo Sciascia[35], entre racalmuto, Caltanissetta et Enna;
  • la Musée mafia à Salemi (Trapani)[36];
  • Institut technique et commercial pour le tourisme erice - valderice (Trapani)[37];
  • l'Institut technique commercial, économique, technologique et du Tourisme Agrigente[38];

Il a également été dédié astéroïde (Sciascia 12380).

Opera Omnia

  • Travaux. 1956-1971, édité par Claude Ambroise, Collier Classics Bompiani, Bompiani, Milan, 1987-2004 ISBN 978-88-452-0282-7
  • Travaux. 1971-1983, édité par Claude Ambroise, Collier Classics Bompiani, Bompiani, Milan, 1989-2004 ISBN 978-88-452-1476-9
  • Travaux. 1984-1989, édité par Claude Ambroise, Collier Classics Bompiani, Bompiani, Milan, 1991-2004 ISBN 978-88-452-1699-2
  • Travaux. 1956-1989. Sous la direction de Claude Ambroise, boîte avec 3 volumes, Collier Classics Bompiani, Bompiani, Milan, 2004 ISBN 88-452-3253-0
  • Travaux. Volume I: Fiction - Théâtre - Poésie, par Paolo Squillacioti, Collier Le navire Argo, Adelphi, Milan, 2012 ISBN 978-88-459-2744-7
  • Travaux. Volume II: inquisitions - Souvenirs - Essais. Volume I: Inquisitions et souvenirs, par Paolo Squillacioti, Collier Le navire Argo, Adelphi, Milan, 2014 ISBN 978-88-459-2944-1
  • Travaux. Volume II: inquisitions - Souvenirs - Essais. Volume II: Essais littéraires, historiques, art, civil, par Paolo Squillacioti, Collier Le navire Argo, Adelphi, Milan, (en préparation)

travaux

romans

  • Le jour de la Chouette, Turin, Einaudi, 1961
  • Le Conseil de l'Egypte, Turin, Einaudi, 1963
  • A chacun son, Turin, Einaudi, 1966
  • le contexte. Une parodie, Turin, Einaudi, 1971
  • Todo Modo, Turin, Einaudi, 1974
  • Candido, ou un rêve fait en Sicile, Turin, Einaudi, 1977
  • La sorcière et le capitaine, Milan, Bompiani, 1986
  • 1912 + 1, Milano, Adelphi, 1986 [39]
  • portes ouvertes, Milano, Adelphi, 1987
  • Le cavalier et la mort. sotie, Milano, Adelphi, 1988
  • Une histoire simple, Milano, Adelphi, 1989 ISBN 88-459-0729-5.

histoires

  • Les oncles de la Sicile, Turin, Einaudi, 1958. [Collection de trois nouvelles]
  • antimoine, en Les oncles de la Sicile (2e édition), Torino, Einaudi, 1960.
  • histoires de Sicile, Urbino, Institut national d'art pour la décoration et l'illustration du livre, 1966. [Recueil de nouvelles, publié plus tard sous le titre La couleur du vin de la mer ]
  • Les actes relatifs à la mort de Raymond Roussel, Palerme, Ils, 1971. [Histoire]
  • La couleur du vin de la mer, Turin, Einaudi, 1973. [Recueil de nouvelles]
  • La phrase mémorable, Palerme, Sellerio, 1982. [Histoire]
  • Cronachette, Palerme, Sellerio, 1985. [Recueil de nouvelles]

Essais

  • Pirandello et pirandellisme. Avec des lettres inédites de Pirandello à Tilgher, Caltanissetta, S. Sciascia, 1953.
  • Les paroisses Regalpetra, Bari, Laterza, 1956.
  • Pirandello et de la Sicile, Caltanissetta-Rome, S. Sciascia, 1961.
  • mort Inquisiteur, Bari, Laterza, 1964
  • L'ordre des similitudes, 1967.
  • La corde fou. Les écrivains et les choses de la Sicile, Turin, Einaudi, 1970.
  • La disparition de Majorana, Einaudi, Torino 1975 (puis Adelphi, Milan 1997).
  • le Pugnalatori, Turin, Einaudi, 1976 (Plus tard Adelphi, Milan 2003).
  • L'Moro Affaire, Palerme, Sellerio, 1978.
  • De parties des infidèles, Palerme, Sellerio, 1979.
  • Noir sur noir, Turin, Einaudi, 1979.
  • Le théâtre de la mémoire, Turin, Einaudi, 1981.
  • mots croisés, Turin, Einaudi, 1983.
  • Chèvre yeux, Turin, Einaudi, 1984.
  • Pour un portrait du jeune écrivain, Palerme, Sellerio, 1985.
  • Heures d'Espagne, Marina di Patti, Holly, 1988.
  • Alphabet de Pirandello, Milano, Adelphi, 1989. ISBN 88-459-0709-0.
  • Les différents actes de l'histoire littéraire et sociale, Palerme, Sellerio, 1989.
  • Une mémoire future (si la mémoire a un avenir), Milan, Bompiani, 1989. ISBN 88-452-1517-2.
  • L'histoire de la Mafia, Milan, Barion, 2013, ISBN 978-88-6759-001-8.
  • Fin de la police à cheval. Essais littéraires (1955-1989), par Paolo Squillacioti, Bibliothèque Collier, Milano, Adelphi, 2016, ISBN 978-88-459-3051-5.

Recueils de poèmes

  • Fables de la dictature, Rome, Bardi, 1950.
  • Sicile, son cœur, Rome, Bardi, 1952.
  • La fleur de la poésie romaine. Belli, Pascarella, Trilussa, Dell'Arco, Caltanissetta, S. Sciascia, 1952.

textes de théâtre

  • M. Drame en trois actes, Turin, Einaudi, 1965.
  • Récitation de conflit liparitana dédié à A. D., Turin, Einaudi, 1969.

Screenplays

  • empressement lui, réalisé par Marcello Andrei (1963)
  • Bronte: Chronique d'un massacre que les livres d'histoire ont pas dit, réalisé par Florestano Vancini (1972)
  • L'aventure singulière de Francesco Maria, Episode TV Direct Enzo Muzii (1983)

Livres audio

articles de journaux (partiel)

  • cette mafia, dans "The Hour", année 61, n. 85 8-9 Avril 1960.
  • Grec. Son destin est appelé la Sicile. L'exposition du grand sculpteur de Catane, dans "The Hour" Année 66: 26-27 Février 1965.
  • Les professionnels de la antimafia, dans "Corriere della Sera« 10 Janvier 1987.

plus

  • Saint-Marin. Avec 1 Gravure originale et 10 reproductions, Caltanissetta-Rome, S. Sciascia, 1963.
  • Les fêtes religieuses en Sicile, (Avec des photos Ferdinando Scianna), Bari, Leonardo da Vinci, 1965.
  • Luciano et religions, à Luciano, Dialogues. Dialogues des dieux, des dialogues marins, des dialogues des morts, des dialogues de courtisanes, Turin, Einaudi, 1974.
  • Leonardo Sciascia, Sicile comme métaphore, interview Marcelle Padovani, Milan, Mondadori, 1979 ISBN 88-04-33004-X.
  • Conversation dans une pièce fermée à clé, avec Davide Lajolo, Milan, SperlingKupfer, 1981.
  • âme d'incendie, Conversation avec Domenico Porzio, Milan, Mondadori, 1992 ISBN 978-88-04-35592-2.
  • Giuseppe Pitré, Giuseppe Quatriglio et Leonardo Sciascia, Urla aucun son. Graffiti et dessins des prisonniers de l'Inquisition, Palerme, Sellerio, 1999 ISBN 88-389-1422-2.

Monographies et revues consacrées à Leonardo Sciascia

  • Gian Marco et Carlo Antignani Boumis, Leonardo Sciascia. La mythographie de la raison, Lithos, Rome 1965
  • Filippo Cilluffo, Leonardo Sciascia: cinq images de la Sicile, Ignazio Mormino Fondation, Palerme 1965
  • Walter Mauro, Leonardo Sciascia, Nouvelle Italie, Florence en 1970 (et plus tard en 1973, édition augmentée et révisée)
  • Claude Ambroise, Invitation à lire Sciascia, Murcia, Milan, 1974 (et plus tard en 1983, édition revue et augmentée)
  • Sicile Narratori la Seconde Guerre mondiale, par Sarah Zappulla Muscarà, Giuseppe Maimone Editore, Catania 1990
  • Leonardo Sciascia, édité par Sebastiano Gesù, Giuseppe Maimone Editore, Catania 1992
  • excellente cadavres, édité par Sebastiano Gesù, Giuseppe Maimone Editore, Catania 1992
  • Antonio Di Grado, Leonardo Sciascia. La figure et le travail, Balai du boucher, Marina di Patti 1992
  • Gaetano Compagnino, Leonardo Sciascia dans le pays des littérateurs, Catane, Bonanno Editore, 1994 Catane
  • Massimo Onofri, Sciascia Histoire, 1 re éd., Laterza, 1994 ISBN 978-88-420-7217-1.
  • Giuseppe Traina, Le jeu de mots croisés. Leonardo Sciascia entre l'expérience de la douleur et de la résistance électrique, éditeur Salvatore Sciascia, Caltanissetta-Rome 1994
  • Sabatino Landi (ed) Cinéma et Littérature - Leonardo Sciascia (Il contient des essais de Claude Ambroise, Giuseppe Giarrizzo, Sebastiano Gesù, Giuliana Muscio, Ugo Pirro, Edoardo Lugarini, Ermanno Comuzio), Publié Cinemazero, Pordenone 1995
  • Matteo Collura, L'enseignant Regalpetra. Leonardo Sciascia vie, Longanesi, 1996 ISBN 978-88-7818-765-8.
  • Pino Silvestro, Les épigraphes de Leonardo Sciascia, Sellerio, 1996 ISBN 978-88-389-1317-4.
  • Valentina gamme, Francesco Izzo et Andrea Maori, La mémoire de la carte: Bibliographie des oeuvres de Leonardo Sciascia, Editions Otto / Novecento, Milan 1998
  • Matteo Collura, Leonardo Sciascia. La mémoire, l'avenir, Bompiani, 1999 ISBN 978-88-452-3863-5.
  • Antonio Di Grado, Ce qui en lui-même enfin l'éternité lui tourne, Sciascia, Caltanissetta 1999
  • Giuseppe Traina, Leonardo Sciascia, Milan, éditeur Bruno Mondadori, 1999 ISBN 88-424-9489-5.
  • Giuseppe Traina, Dans un destin de la vérité. Les hypothèses de Sciascia, La Vita Felice, Milano 1999
  • Matteo Collura, alphabet hérétique. De Abbondio à Zolfo: 50 voix de l'œuvre de Sciascia à comprendre la Sicile et le monde d'aujourd'hui, Longanesi, 2002 ISBN 978-88-304-1883-7.
  • Massimo Onofri, Sciascia, Einaudi, 2002 ISBN 978-88-06-15645-9.
  • Valter Vecellio (Eds), L'homme: L'Affaire Moro Leonardo Sciascia, Editions La Vita Felice, Milan 2002
  • Valter Vecellio, Nous serons perdus sans la vérité, Editions La Vita Felice, Milan 2003
  • Matteo Collura, Les nouveaux endroits. Pirandello, Tomasi di Lampedusa, Sciascia, Angelo Pitrone, Sciascia, 2004 ISBN 978-88-8241-195-4.
  • Giovanna Jackson, Dans le dédale de Sciascia, Editions La Vita Felice, Milano 2004
  • Lanfranco Palazzolo, Leonardo Sciascia. Député radical, 1979-1983. éditions Kaos, Palerme 2004. ISBN 88-7953-128-X.
  • Attilio Scuderi, "Le style d'ironie. Leonardo Sciascia et la tradition du roman" Milella, Lecce 2004
  • Egle Palazzolo, Sciascia. Le roman de journal, Editions Kalos, Palerme 2005
  • Luigi Pogliaghi (ed) Justice comme une obsession: les formes de la justice dans la page Leonardo Sciascia, Editions La Vita Felice, Milan 2005
  • Jo-Ann Cannon, Le roman d'enquête: Leonardo Sciascia, Dacia Maraini, et Antonio Tabucchi, Toronto études italiennes, Université de Toronto Press, Toronto 2006
  • Marcello D'Alessandra et Stefano Salis (ed) Noir sur jaune: Leonardo Sciascia du hérétique du genre policier, Editions La Vita Felice, Milano 2006
  • Matteo Collura, L'île sans pont. Les hommes et les histoires de la Sicile, Longanesi 2007 ISBN 978-88-304-2450-0.
  • Pietro Milone, L'Encyclopédie de Leonardo Sciascia: le chaos, l'ordre et le cas: Compte rendu de la 10ème série de réunions (Rome, Janvier-Avril 2006). Ordinateurs portables Leonardo Sciascia, 11, La Vita Felice, Milano 2007 ISBN 978-88-7799-193-5
  • Giovanna Lombardo, Le côté critique: Leonardo Sciascia et ses éditeurs, Portes ouvertes Collier, La Vita Felice, Milano 2008 ISBN 978-88-7799-226-0
  • Andrea Camilleri, Une honorable sicilienne. Les questions parlementaires par Leonardo Sciascia, Bompiani, 2009 ISBN 978-88-452-6351-4.
  • Matteo Collura, Sciascia Alphabet, Longanesi 2009 ISBN 978-88-304-2733-4.
  • Giuseppe Traina, Une modernité problématique. La vérité publique et écrire à cacher dans Leonardo Sciascia, éditeur Bonanno, Acireale-Roma, 2009 ISBN 88-7796-626-2
  • Aa.Vv. Leonardo Sciascia et le jeune critique (Sous la direction de F. Morello, A. Schembari, G. Traina), éditeur Salvatore Sciascia, Caltanissetta-Rome 2009: contient des essais Agnese Amaduri, Claudia Carmina, Anna Carta, Maria Giuseppina Catalano Alessandro Cinquegrani, Marcello D'Alessandra, Davide Dalmas, Salvatore Ferlita, Gabriele Fichera, Giuseppe Giglio, Gian Paolo Giudicetti, Mariagiovanna Italie, Fabio Moliterni, Flora Brat, Maria Panetta, Francesco Pontorno, Ivan Pupo, Maria Rizzarelli, Andrea Schembari, Javier Serrano, Samantha Viva.
  • Renato Martinoni (ed) Trop peu fou. Leonardo Sciascia en Suisse gratuite et laïque, Collier Sciascia écrivain européen, Leo S. éditeur Olschki, Firenze 2011 ISBN 978-88-222-6056-7
  • Francesco Izzo, Carlo Fiaschi, Mark Chu (eds), Todomodo, Revue internationale d'études sciasciani dans la Revue d'études Sciascia, Leo S. éditeur Olschki, Florence, Année I - vol. I - 2011 et par la suite[40]
  • Ricciarda Ricorda (ed) Leonardo Sciascia et la Yougoslavie, Collier Sciascia écrivain européen, Leo S. éditeur Olschki, Firenze 2015 ISBN 978-88-222-6347-6
  • Giuliana Benvenuti, mémoire Microfísica. Leonardo Sciascia et les formes de l'histoire, Bologne, Bononia University Press, 2013 ISBN 978-88-738-5880-2

Articles, critiques, textes Le jour de la Chouette

  • M. Prisco, "Le jour de la Chouette" dans Baretti, nº8, Mars-Avril 1961
  • D. Giuliana, "Sciascia Sicile," à la Foire Littéraire, 28 mai 1961
  • Milan P., "Un policier de gauche", dans L'Espresso, le 4 Juin, 1961
  • P. Dallamano, « L'heure de la chouette » à l'heure, le 8 Juillet, 1961
  • V. De Martinis, "Le jour de la Chouette", dans des lectures, nº7, en Juillet 1961.

Arts visuels

  • Francesco Izzo, Comme Chagall voudrait profiter de cette terre, Leonardo Sciascia et de l'art. Bibliographie annotée d'une passion, en La mémoire de la carte Editions Otto / Novecento, Milan, 1998, p. 191-276
  • Giuseppe Cipolla, "L'univers sciasciano des arts visuels" dans "El Aleph", n. 11, 2009, p. 82-87
  • Giuseppe Cipolla, Les racines d'une passion. Leonardo Sciascia et les arts visuels à travers la direction de « Gallery. Bimensuelle Revue de la culture "1949-1989, en" Malgré tout "" Aujourd'hui spécial Leonardo Sciascia », XXVIII, 4, Novembre 2009, p. 15 (Racalmuto, C. P. n. 49)
  • Giuseppe Cipolla, "je le connaissais bien ...". Renato Guttuso vu par Leonardo Sciascia, dans Thèmes critiques, édité par S. La Barbera, « Tecla. Thèmes de critique d'art et de la littérature artistique » 1er Avril 2010, pp. 109-129 (DOI: 10,4413 / 978-88-904738-21)
  • Francesco Izzo (ed) le geste avec une interview par Lea Vergine Leonardo Sciascia sur l'art contemporain et Gaetano Tranchino gravoir, Hommage à Sciascia, Leonardo Sciascia amis, 2011
  • Francesco Izzo (ed)2012-2013 amateurs Leonardo Sciascia de Etampes, avec une préface de Luigi Cavallo et un texte de Pierre Higonnet, Edizioni Il Girasole, Valverde (Catania), 2012
  • Giuseppe Cipolla, Leonardo Sciascia et les arts visuels. Le magazine "Gallery. Bimestrielle Revue de la culture 1949-1989", partie I, dans les "Annales de la critique d'art", a. VII (2011), série réalisé par G. C. Sciolla, CB Editions, Poggio a Caiano, 2012, pp. 359-408 (ISSN: 2279-557X).
  • Giuseppe Cipolla, Leonardo Sciascia et les arts visuels à travers la direction de "galerie d'exposition de la culture tous les deux mois", partie II, Écrits Sciascia 1952-1990, dans "Annales de la critique d'art", a. VIII (2012), série réalisé par G. C. Sciolla, CB Editions, Poggio a Caiano 2012, pp. 193-269 (ISSN: 2279-557X)
  • Giuseppe Cipolla, Leonardo Sciascia et l'architecture en Sicile entre structuralisme et images littéraires, dans « Aa. Quatre Ordre des architectes, urbanistes, paysagistes et défenseurs de l'environnement d'Agrigente », a. XV, n. 30, Décembre 2012, p. 31-37 (ISSN pas. 1827-854X)
  • Lavinia Spalanca, La tentation de l'art, Salvatore Sciascia Editore (Caltanissetta), 2012
  • Giuseppe Cipolla, La culture figurative sicilienne dans l'œuvre critique de Leonardo Sciascia (1964-1987).TECLA.RIVISTA, ISSN: 2038-6133, doi: 10,4413 / JOURNAL / CIPOLLA1
  • Giuseppe Cipolla, "Stendhalismo" et alentours: Savinio, Clerici et autres. L'œil de Leonardo Sciascia, dans « LetteraturaArte», 12, 2014, MMXIV, Pise-Rome, Serra Editore, pp. 173-190 (ISSN pas. 1724-613X)
  • Giuseppe Cipolla, Leonardo Sciascia et les arts visuels en Sicile, dans "folio", non. 31, 2014, pp. 47-52 (ISSN no. 1828-2482)
  • Maria Rizzarelli, Surpris de penser en images- arts visuels et Sciascia, Edizioni ETS (Pise), en 2013.
  • Francesco Izzo (ed) 2015-2016 amateurs Leonardo Sciascia de Etampes, avec une préface de Lorenza Salamon et un texte de Lavinia Spalanca, Edizioni Il Girasole, Valverde (Catania), 2014.
  • Leonardo Sciascia et les arts visuels. Une connaissance du physique au métaphysique. Réflexions critiques sur Twentieth Century Art, catalogue de l'exposition (Agrigente, Museo Archeologico Regionale Pietro Griffo, 24/30 Juin 2015, Racalmuto, Leonardo Sciascia Fondation, 24/28 Septembre Juin 2015) aux soins G. Costantino, G. Cipolla, Palerme, la région de Sicile, Département des actifs culturelle et de l'identité de la Sicile, Département du patrimoine culturel et de l'identité sicilienne, 2015 (presse 2016).
  • Giuseppe Cipolla, Les écrits d'art par Leonardo Sciascia. Réflexions sur la critique de l'art du XXe siècle: quelques hypothèses, en Leonardo Sciascia et les arts visuels. Une connaissance du physique au métaphysique. Réflexions critiques sur Twentieth Century Art, catalogue de l'exposition (Agrigente, Museo Archeologico Regionale Pietro Griffo, 24/30 Juin 2015, Racalmuto, Leonardo Sciascia Fondation, 24/28 Septembre Juin 2015) aux soins G. Costantino, G. Cipolla, Palerme, la région de Sicile, Département des actifs culturelle et de l'identité de la Sicile, Département du patrimoine culturel et de l'identité sicilienne, 2015 (presse 2016).
  • Giuseppe Cipolla, Leonardo Sciascia et le microcosme de la gravure « figure secrète et mineure dans le monde », en Leonardo Sciascia et les arts visuels. Une connaissance du physique au métaphysique. Réflexions critiques sur l'art du XXe siècle, catalogue de l'exposition (Agrigente, Museo Archeologico Regionale Pietro Griffo, 24/30 Juin 2015, Racalmuto, Leonardo Sciascia Fondation, le 24 Juin / 28 Septembre, 2015) par G. Constantine, G. Cipolla Palerme: Région sicilienne, le patrimoine culturel et de l'identité de la Sicile, Département des biens clturali et de l'identité sicilienne, 2015 (presse 2016).
  • Giuseppe Cipolla, Pour les happy few. Leonardo Sciascia écrivain art. dans « LetteraturaArte», 14, 2016, p. 23-112, ISSN: 1724-613X

cinéma

Il y a beaucoup de films basés sur les œuvres de Leonardo Sciascia[41][42]:

  • 1967: A chacun son de Elio Petri;
  • 1968: Le jour de la Chouette de Damiano Damiani;
  • 1969: Un cas de conscience de Giovanni Grimaldi, adapté du contenu de l'histoire sera homonyme La couleur du vin de la mer;
  • 1971: jeu de société de Giacomo Colli, étirer les films pour le contenu télévisuel de l'histoire du même nom, il La couleur du vin de la mer;
  • 1972: Histoire de l'émigration de Alessandro Blasetti, téléfilm basé sur l'histoire Le long voyage volonté contenu La couleur du vin de la mer;
  • 1976:
  • 1978: Grand Hôtel des Palmes de Memé Perlini, vaguement basé sur le livre Les actes relatifs à la mort de Raymond Roussel;
  • 1982: Candido de Roberto Guicciardini, films de télévision;
  • 1982: Ouest de nos choses de Pino Passalacqua, étirer les films pour le contenu télévisuel de l'histoire du même nom, il La couleur du vin de la mer;
  • 1989: jeu de société de Nanni Loy, étirer les films pour le contenu télévisuel de l'histoire du même nom, il La couleur du vin de la mer;
  • 1990:
  • 1991: Une histoire simple de Emidio Greco;
  • 2000: On se souviendra, sur cette planète. Un rêve de Sciascia Sicile de Davide Camarrone et Salvo Cuccia;
  • 2001: Le Conseil de l'Egypte de Emidio Greco.

notes

  1. ^ Marta Sambugar et Gabriella Salà, Littérature italienne, nº 2, Florence, Italie Nouvelle, pp. 680-681.
  2. ^ Domenico Scarpa, « Les fables politiques Sciascia», en Il Sole 24 Ore, 25 septembre 2011.
  3. ^ à b Domenico Scarpa, « Vérifiez démocrate », en Il Sole 24 Ore, 16 novembre 2014.
  4. ^ Massimo Carloni, L'aube de l'italien contemporain jaune: « Le jour du hibou » par Leonardo Sciascia, en AA.VV., OFFERTS à Marie Mélanges-Hélène Caspar. Littérature anglaise contemporaine. Musique, Paris, Nanterre, C.R.I.X., Novembre 2005, p. 479-491
  5. ^ Giulio Angioni, Sur la vertu de « plumer », Milly Curcio (ed) Les formes de brièveté, Milan, Franco Angeli, 214, 11-21
  6. ^ à b L'engagement civil, regalpetra.it. Récupéré le 27 Juillet, 2010.
  7. ^ Sciascia et PCI
  8. ^ Donnez votre avis sur « L'indice » Leonardo Sciascia député radical 1978-1983
  9. ^ http://www.europarl.europa.eu/meps/it/697/LEONARDO_SCIASCIA_home.html
  10. ^ http://storia.camera.it/deputato/leonardo-sciascia-19210108/componentiorgani#nav
  11. ^ Andrea Camilleri, l'introduction actuelle
  12. ^ La femme de Sciascia: le chef de l'Etat ne se souvient pas bien
  13. ^ Cité dans: Adriano Sofri, L'utilisation de la torture dans les années de plomb, la République, 16 février 2012
  14. ^ Leonardo Sciascia, Nous découvrirons qui a tué Pinelli
  15. ^ à b c Matteo Collura, Sciascia, a dévoilé la dernière casse-tête, en Corriere della Sera, 5 septembre 2007, p. 41. Récupéré 28 Juillet, 2010 (Déposé par 'URL d'origine la ).
  16. ^ Sciascia, le grand hérétique manque Italie
  17. ^ à b Comment la conversion Sciascia jaune
  18. ^ Le Dieu de Sciascia
  19. ^ à b Matteo Collura, L'île sans pont. Les hommes et les histoires de la Sicile, Longanesi 2007 ISBN 978-88-304-2450-0.
  20. ^ Matteo Collura, L'enseignant Regalpetra. Leonardo Sciascia vie, Milan, TEA, 1996, p. 142, ISBN 978-88-7818-765-8.
  21. ^ à b Histoire de l'Heure [connexion terminée], accadeinitalia.it. Consulté le 14 Juin, 2010.
  22. ^ à b c Palmira Mancuso, Leonardo Sciascia, un écrivain dans la salle de presse, Association des journalistes. Conseil régional de la Lombardie, le 7 mai 2005. Consulté le 14 Juin, 2010.
  23. ^ malgré tout
  24. ^ par www.accadeinitalia.it, Article Transcription Les professionnels de la antimafia, de Corriere della Sera, 10 janvier 1987
  25. ^ Pierluigi Battista, Les excuses en raison de Sciascia, Corriere della Sera, 2 janvier 2007
  26. ^ Sciascia et le mythe de la mafia « bonne »
  27. ^ CAVALLARO FELICE, Antimafia CES PROFESSIONNELS ET PROPHÉTIE (remplies) DE SCIASCIA, Corriere della Sera, le 9 Janvier, 2017.
  28. ^ Emanuele Macaluso, Leonardo Sciascia et les communistes, Feltrinelli, 2010, p. 22
  29. ^ Umberto Santino, Sciascia, ou la religion du garant, Centre Impastato
  30. ^ Carmelo Palma, Le garant comme une métaphore. Il y a vingt ans Sciascia est mort de quaquaraquà antimafia
  31. ^ controverse, de Leonardo Sciascia Amis
  32. ^ Série Cahiers Leonardo Sciascia, amicisciascia.it. Récupéré 28 Juillet, 2010. Chaque année, organisé pour la plupart écrit une procédure monographiques ou exposition et de conférences sur divers aspects du travail de Sciascia
  33. ^ Portes ouvertes Collier, amicisciascia.it. Récupéré 28 Juillet, 2010. Ce collier a vu l'alternance de textes par des auteurs bien-aimés en particulier de Sciascia à des essais critiques sur son travail
  34. ^ Sciascia Prix amateur d'Etampes, amicisciascia.it. Récupéré 28 Juillet, 2010.
  35. ^ Regalpetra. Parc littéraire Leonardo Sciascia, regalpetra.it. Récupéré le 27 Juillet, 2010.
  36. ^ Ouvert le « Musée Mafia » dédié à Leonardo Sciascia, amicisciascia.it. Récupéré le 27 Juillet, 2010.
  37. ^ Institut commercial et technique pour le tourisme Leonardo Sciascia Erice - valderice, sciascia-erice.it. Récupéré 28 Juillet, 2010.
  38. ^ Institut technique commercial, économique, technologique et du tourisme d'Agrigente, itcsciascia.com. Récupéré 19 Juillet, 2013.
  39. ^ Un nouveau Sciascia et post-moderne: 1912 + 1, sur www.elapsus.it. Récupéré 24 Avril, 2017.
  40. ^ le site
  41. ^ Film tiré de romans Sciascia, fondazioneleonardosciascia.it. 9 Mars Récupéré, 2011.
  42. ^ Film tiré de romans Sciascia, regalpetra.it. Récupéré le 27 Juillet, 2010.

bibliographie

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Leonardo Sciascia
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Leonardo Sciascia

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR29540540 · LCCN: (FRn78096126 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 007954 · ISNI: (FR0000 0001 2277 8495 · GND: (DE11879583X · BNF: (FRcb11924209w (Date)