s
19 708 Pages

Giuseppe PACOTTO
Giuseppe PACOTTO

Giuseppe PACOTTO (turin, 20 février 1899 - Castello di Annone, 16 décembre 1964) Il était écrivain italien, qui a écrit principalement dans piémontaise, en utilisant pour la publication de son œuvre son nom en Piémontais Pinin pacot.

biographie

Les premiers poèmes ont commencé à sortir sur Birichin le 22 Avril 1915, quand il avait seulement seize ans.

Il a été fait prisonnier pendant la Première Guerre mondiale. Il a écrit une poésie en italien et provençal, mais 20 ans sa production était exclusivement dans le Piémont.

en 1926 Il est sorti du volume Arsivòli. Certains poèmes ont également été publiés sur d Brôns » Caval. en 1927, Oreste avec poule et Viginio Fiochetto, a commencé à publier le journal Ij Brande - d la poésie Piemonteisa » Arvista (I Brande dans le Piémont sont les chenets qui gardent le feu, symbole de la langue que vous ne devriez pas désactiver[1]), Une expérience qui n'a duré que cinq numéros. Entre-temps, il est devenu l'animateur principal de Compania dij Brande, une institution qui a été conçu pour apporter le prestige à la poésie dans le Piémont.

en 1935 il a publié Crosiere et 1946 Speransa. De 1946 à 1957 Il est sorti de la deuxième série de ij Brande. Réapparu suivant Jeunesse, pòvra AMIA (1951) poèmes (1954) et Seira (1964). Il y avait aussi la publication de 'Armanach dij Brande (1959-1965). Il était un érudit et admirateur de Frédéric Mistral.

en 1967 toute la production poétique, ainsi qu'une sélection de la prose, a été publié dans le livre d Prose de poèmes et pages de Ca dè études Piemontèis. Une réimpression fac-similé, avec l'ajout d'un profil historique, a été publié en 1985 et encore en 2000.[2]

Pinin Pacot est considéré, avec Nino Costa, « L'un des écrivains les plus populaires des Piémontais XX siècle».[3] Mario Soldati à plusieurs reprises, il a appelé « un poète de la force profonde, qui n'a rien à voir avec le gazouillis d'un provincialisme mineur. »[1] Sa poésie était libre de intellectualisme et ne fut que par « la nécessité de dire »: le poème « crée elle-même son expression, elle a trouvé les mots pour être. »[1]

PACOTTO a également été un étudiant de la littérature du Piémont, dont il a écrit un profil historique paru à titre posthume en 1967 dans le volume La littérature dans le Piémont depuis ses origines à la Renaissance.[4] Il est considéré comme le père de l'écriture standard piémontaise.[5]

travaux

poésie

  • Pinin Pacot, Arssivòli, Asti, Union typ. astese 1926.
  • Pinin Pacot, Crosiere, Turin, Conseil. U. Franchini et C. 1935.
  • Pinin Pacot, Speransa, Turin, Piemonteisa, 1946.
  • Pinin Pacot, Jeunesse, pòvra AMIA, Turin, Ij Brande, 1951.
  • Pinin Pacot, poèmes, Rome, Famija Piemonteisa 1954.
  • Pinin Pacot, Seira, Rome, Famija Piemonteisa 1964.

études littéraires

  • Nino Autelli; introduction de Giuseppe PACOTTO; gravures sur bois d'origine pin pochoirs, Pan d'coa: légendes du Piémont et contes populaires, Turin, bibliothèque Piemontese Editorial Studio 1931.
  • Giuseppe PACOTTO (Pinin pacot) Alfonso Ferrero, poète Piemontèis, Turin, Conseil. F. Mittone 1932.
  • Profil historique de Giuseppe PACOTTO; documents et textes choisis et annotés par C. Brero et R. Gandolfo, La littérature dans le Piémont: des origines à la Renaissance, Turin, F. Casanova, 1967.

notes

  1. ^ à b c Giovanni Tesio, Giuseppe PACOTTO ou Pinin Pacot « chanteur » de la langue piémontaise et défenseur des « petites patries », La Stampa, le 7 Avril 1999, la page 40
  2. ^ publications Centro Studi Piemontesi (n. 31)
  3. ^ Centini, La grande encyclopédie de Turin
  4. ^ Lorenzo Mondo, Langue et littérature de vieux Piémont, La Stampa, le 21 Décembre 1967, page 11
  5. ^ Lire et écrire en Piémontais

bibliographie

  • Il est mort le poète piémontais « Pacot », Soirée d'impression, le 16 Décembre 1964, page 2
  • pacot Pinin, en Massimo Centini, La grande encyclopédie de Turin, Roma, Newton Compton, Octobre 2003, ISBN 88-8289-906-3.
autorités de contrôle VIAF: (FR18032974 · SBN: IT \ ICCU \ TO0V \ 065190