s
19 708 Pages

Enrico Emanuelli (Novara, 17 avril 1909 - Milan, 1 Juillet 1967) Il était écrivain et journaliste italien.

biographie

Né à Novara 1909. Pas encore vingt ans, en 1928, avec Mario Soldati et Mario Bonfantini Il a fondé le magazine la Balance à qui les éditions, en deux ans de la vie, il a publié son premier livre: Memolo, à savoir la vie, la mort et les miracles d'un homme. En 1946, comme rédacteur en chef, il se joint à Edgardo Sogno et Angelo Magliano dans la direction de Milan politique et la culture tous les quinze jours costume[1].

Comme narrateur du public plus tard d'autres livres qui sont touchés par leur introspection psychologique, une influence évidente Svevo, comme on peut le voir dans Nature morte (histoires dans un livre après sa mort par Carlo Bo).

Emanuelli non révélé que le narrateur, mais, avec son reportage et carnets de voyage, également un des envoyés spéciaux parmi les plus influents en Italie: le premier journal Print, de 1949 un 1962, par la suite, à partir de 1963, un Corriere della Sera, comme rédacteur en chef de la page littéraire.

De la correspondance des médias et des journaux de livres de voyage publics: La Planète Russie (1952) et La Chine Près (1957). Leur efficacité au sens littéral et sous la forme est remarquable et on peut saisir dans certains chapitres d'entre eux une fin d'analyse intérieure qui caractérise également quelques-uns des personnages de ses romans, tels que La conspiration des sentiments (1943) Lorsque le protagoniste, nauséabond et dégoûté, a une rébellion contre la société, ou L'un de New York (1959) Qui a gagné la même année Bagutta Prix.

Dans ce livre, un célèbre peintre commence un voyage de retour vers sa ville natale (apparente à Novara) pour trouver le sens de la vie et ses idéaux de jeunesse, le voyage se termine transformé en un examen au lieu amer du résultat de la conscience caniculaire déception.

Remarquable ses traductions était aussi son travail comme traducteur: « impeccable comme Raymond Radiguet, Benjamin Constant, Stendhal ».[2]

Emanuelli meurt Milan le 1er Juillet 1967, un an plus tard il a été publié à titre posthume son livre testament programme d'études mortis, le résultat d'un assemblage de journalisme littéraire existentiel.

Il faut se rappeler pour une qualité fondamentale, la netteté de l'observation et de lucidité intellectuelle qui analyse des sentiments et des chiffres, si les caractères d'enregistrement ou d'inventions fictives[3].

œuvres principales

fiction

  • Memolo, à savoir la vie, la mort et les miracles d'un homme, Novara, 1928;
  • X-ray d'une nuit, Milan, 1932;
  • cruelles histoires, Lanciano, 1933;
  • histoires soviétiques, Milan, 1935;
  • Une mauvaise éducation, Rome, 1942;
  • La conspiration des sentiments, Milan, 1943;
  • L'un de New York, Milan, 1959;
  • semaine noire, Milan, 1961;
  • Un grand voyage, Milan, 1967;
  • programme d'études mortis, Milan, 1968, à titre posthume;
  • Nature morte (1928-1966 contes) édité par C. Bo, Novara, De Agostini Institut Géographique, 1988.

Journaux voyage

  • Le personnel de théâtre, Milan, 1945;
  • La planète la Russie, Milan, 1952;
  • Indian journal, Milan, 1955;
  • La Chine Près, Milan, 1957;
  • Un millier de millions d'hommes, Milan, 1957 (comprend La planète la Russie, La Chine Près et 24 photographies de Henri Cartier-Bresson).

curiosité

Indro Montanelli dédié à Enrico Emanuelli cette épitaphe dans lequel, pour décrire l'élégance trop formelle et la réticence à critiquer le régime soviétique, il a écrit: "Enrico Emanuelli / vécu / et non vécu / écrit / et n'a pas écrit. / Dit / elle ne dit pas. / Mais rien ne lui a servi / elle est morte"[4].

notes

  1. ^ Circé, catalogue électronique magazine culturel de l'Université de Trente.
  2. ^ Umberto Renda - Piero Operti, Dictionnaire historique de la littérature italienne, Turin, Pearson, 1952, p. 396.
  3. ^ Gilberto Finzi, de Novelle italienne publié par Garzanti.
  4. ^ Indro Montanelli, sott'odio Souvenirs: Portraits forte d'excellents cadavres (Collection de épitaphes édité par Marcello Staglieno), Milano 2011.

bibliographie

  • P. Paesano, "EMANUELLI, Henry." dans: Dictionnaire biographique de l'italien, . Vol XLII, Rome: Encyclopédie italienne Institut, 1993 (en ligne)

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Enrico Emanuelli

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR66692375 · LCCN: (FRno92003368 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 091095 · ISNI: (FR0000 0001 0911 1397 · GND: (DE119382415 · BNF: (FRcb14482697d (Date) · BAV: ADV12041795