s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche pour le film avec ce titre, voir Elsa Morante (film).
Elsa Morante
Elsa Morante

Elsa Morante (Rome, 18 août 1912 - Rome, 25 novembre 1985) Ce fut un écrivain, essayiste, poétesse et traducteur italien, parmi les narrateurs les plus importants[1][2] la Après la deuxième guerre mondiale. La première femme à recevoir le Premio Strega en 1957 avec le roman Île de Arturo, Il est l'auteur du roman l'histoire, figurant sur la liste des cent meilleurs livres de tous les temps, rédigé en 2002 par les clubs de livres norvégiens.

biographie

Né à Rome, sans. 7 Via Anician, Elsa Morante a passé son enfance dans le quartier de Testaccio. fille naturelle d'un enseignant Juive (Irma Poggibonsi, ou Poggibonzi, à l'origine de Modena) Et un travailleur postal (Francesco Lo Monaco), la naissance a été reconnu par Augusto Morante, l'ex-mari d'Irma et surveillant dans une institution pour la correction juvénile. Elsa a grandi avec ses jeunes frères Aldo, Marcello (1916-2005, il a également écrivain) et Mary (premier frère, Mario, est mort dans ses langes avant sa naissance), tous les enfants du même Lo Monaco. L'histoire de cette famille est un peu spécial, et est largement rapporté dans les mémoires autobiographiques de Marcello Morante, intitulé maudit Bienheureux. Le père naturel Francesco Lo Monaco se suicida en 1943.

Elsa Morante
Elsa Morante et Alberto Moravia à corsaire

Elsa Morante a commencé très jeune à écrire comptines et contes de fées Enfants et limericks contes bref, que de 1933, et jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale, ils ont été progressivement publiées dans divers magazines de divers types, parmi lesquels nous devons nous rappeler la "Corriere petite« Le » méridien de Rome « ​​» Les droits de l'école « (sur laquelle, entre autres, est sorti en 29 versements, entre 1935 et 1936, le roman, ou une courte histoire, Quelqu'un frappe à la porte), Et en particulier "aujourd'hui« (Mise en scène Mario Pannunzio et Arrigo Benedetti, Elsa sur laquelle il a également écrit le pseudonymes mâle: certainement avec celle de Antonio Carrera et peut-être, mais il est moins certain, avec celle de Renzo Lorenzo ou King James Version). Il a également collaboré avec le magazine « L'Héroïque », réalisé par Ettore Cozzani, où entre 1931 et 1937, publié quatre poèmes décadents et une histoire courte, Le garçon Juif, récemment découvert et proposé par le savant Marco Bardini.

Son premier livre était une collection de leurs propres contes de la jeunesse, Le jeu secret,, publié en 1941 de Garzanti. Cela a été suivi dans 1942, par un livre d'enfants, intitulé Les merveilleuses aventures de Cateri de trecciolina, publié par Einaudi (le livre est livré avec des illustrations réalisées par le même auteur, partiellement réécrite, la Einaudi, il a publié une version améliorée en 1959, avec le titre Les Aventures extraordinaires de Catherine).

Au moyen du peintre Giuseppe Capogrossi, en 1936 Il a rencontré l'écrivain Elsa Morante Alberto Moravia, qui a épousé le 14 Avril 1941; ensemble, ils ont rencontré et fréquenté les plus italiens temps penser écrivains et hommes, y compris Pier Paolo Pasolini (Avec qui Elsa est longtemps restée dans l'amitié, avant leur élimination finale, qui a eu lieu autour de 1971), Umberto Saba, Attilio Bertolucci, Giorgio Bassani, Sandro Penna, Enzo Siciliano.

au cours de la Guerre mondiale, pour échapper aux représailles nazis, Morante et de Moravie Rome sont partis maintenant occupés, et se sont réfugiés dans fonds, un village Province de Latina, à quelques kilomètres de la mer. Cette partie du 'sud de l'Italie Il apparaît souvent dans les œuvres narratives ultérieures des deux écrivains; Elsa Morante, il parle en particulier dans le roman histoire.

Elsa Morante
Le Morante avec Bernardo Bertolucci, Adriana Asti et Pier Paolo Pasolini

En plus de commencer la rédaction de Lie et sorcellerie, Pendant ce temps, il a commencé à traduire le journal (Scrapbook) de Katherine Mansfield. Après la guerre, Morante et de Moravie ont rencontré le traducteur États-Unis William Weaver, qui les ont aidés à atteindre le public américain.

pour par Natalia Ginzburg, Elsa Morante a publié son premier roman, Lie et sorcellerie, à Einaudi en 1948. Merci à l'appui du critique Giacomo Debenedetti, la même année, le livre a remporté le Premio Viareggio, partager avec Aldo Palazzeschi. Le roman a été publié plus tard dans la États-Unis avec le titre Maison de Liars en 1951 (Traduit par Adrienne Foulke et Andrew intérêt Chiappe pour William Weaver, qui alors se traduire par histoire et Aracoeli). Elsa Morante, cependant, n'a pas été satisfait de cette traduction, qui avait infligé les coupes originales pour environ 150 pages.

Les années suivantes Lie et sorcellerie Ils se caractérisent par un intérêt marqué dans le film, qui a également abandonné par la suite plus. De 1949, il a été un premier projet à quatre mains avec Alberto Lattuada, avec laquelle Elsa Morante a écrit le traitement pour un film qui était censé titre miss Italie; et 1952 était un deuxième projet Franco Zeffirelli pour un film intitulé Voulez-vous sull'aure... Mais ni film a été réalisé. le film miss Italie, que Duilio Coletti Il a dirigé en 1950 Gina Lollobrigida comme le protagoniste, il est complètement différent du projet précédent, et a été construit après que le producteur Carlo Ponti Il avait rejeté le traitement Lattuada-Morante jugé uncommercial. Entre 1951 et 1952 il a occupé la radio Elsa Morante aussi un film de livre critique, qui a pris fin avec sa démission en raison d'un acte de censure subie par direction de la RAI. L'intérêt pour le film, cependant, n'a pas diminué, mais plutôt renforcée par son amitié avec Pasolini. Elsa a fait une apparition, une brève apparition dans le rôle d'un détenu dans le film clochard, 1961; De plus, il était presque toujours avec Pasolini lors du traitement de ses films des années soixante. Il était présent sur l'ensemble des L'Evangile selon Matthieu agissant en tant que directeur adjoint (non crédité), et collaboré souvent, sous forme anonyme, la réalisation des scores de ces films; cependant, le seul score qui avait couru, est à Médée (1969). Enfin, Elsa Morante sont les maîtres mots de la ballade un bouffon chante à hauteur de Nino Rota, dans le film Roméo et Juliette (1968) par Franco Zeffirelli.

Le prochain roman de Elsa Morante, Île de Arturo, Il a été libéré en Italie 1957, toujours Einaudi, jouissant d'un grand succès auprès du public et des critiques (et gagner la Premio Strega). En 1962, il a été transformé en un film éponyme, réalisé par Damiano Damiani.

En 1958, à Longanesi, il est venu la collection de 16 poèmes alibi, qui il comprend, en plus des paroles du titre et les divers autres poèmes qui étaient déjà inclus dans les romans Lie et sorcellerie et Île de Arturo, aussi la poésie aventure, déjà sortie "Magasins sombres« En 1951, sous le titre l'aventure.

Au cours de la première sixties l'auteur met en scène un deuxième recueil de nouvelles, publié par Einaudi en 1963: Le châle andalou, où ils ont fusionné certaines des histoires déjà publiées dans jeu secret,, ainsi que d'autres plus récents. En 1965, il a publié, après avoir présenté à plusieurs reprises à Turin, Milan et Rome, la conférence Pour ou contre la bombe atomique. court essai d'un grand engagement moral, il est le texte dans lequel Elsa Morante exposa avec plus de courage et de clarté sa poésie: la poésie maintient en vie les défaites de la réalité et irréalité.

Morante et de Moravie séparés en 1961, mais jamais divorcé. Quelques années plus tôt Elsa Morante avait eu une relation orageuse avec le directeur Visconti Luchino, et dans les années soixante, il était lié au peintre de New York Bill Morrow (1936-1962), qui sont morts tombant d'un gratte-ciel. Ses amis de ces années ont été critiques Cesare Garboli et acteur Carlo Cecchi (Qui sera ensuite les conservateurs de son travaux Jeles méridiens»de Arnoldo Mondadori Editore).

Durement touchés par le deuil de la mort de Morrow, Elsa Morante a continué à écrire, bien que de façon sporadique, dans ces années de travail sur un roman qui n'a jamais vu la lumière: Sans le confort de la religion. En 1968, il a publié Le monde sauvé par les enfants, une collection ou un recueil de chansons, combinant dans une forme originale de la poésie traditionnelle, chansons, une pièce en un acte (La comédie chimique, inspiré par ses expériences avec LSD et d'autres psychédélique[3]), Des contes moraux. Puis, en 1971, en prenant des personnages et des thèmes de l'ancien projet Sans le confort de la religion, Il a commencé l'écriture du roman l'histoire. Le livre, situé dans Rome au cours de la Guerre mondiale, Il est sorti en 1974 (Par la volonté de l'écrivain directement, il a été publié en livre de poche, en série Einaudi de « Autruches ») et a été un succès et la réputation internationale des ventes instantanées; mais aussi il a reçu des attaques sans pitié par des militants de nombreux critiques sur la droite et à gauche. livre éditeur histoire, à la maison d'édition Einaudi, était Elena De Angeli. Luigi Comencini drew un scénarisé TV en 1986, joué par Claudia Cardinale.

Le dernier roman de Elsa Morante a été Aracoeli, toujours publié dans le Einaudi 1982, pour lequel, en 1984, a obtenu le Prix ​​Médicis. Peu de temps avant la fin de l'écriture de roman, tombant, il se procura une fracture du fémur, long forcé au lit. Après la sortie du livre, il a constaté qu'il était gravement malade; il a essayé suicide en 1983, mais il a été sauvé à la dernière minute par sa gouvernante, Lucia Mansi. Elle a été admise à la clinique, a subi une intervention chirurgicale complexe, mais pas beaucoup profité. Il est mort en 1985 suite à une crise cardiaque.

Mis à part les deux volumes mentionnés ci-dessus travaux, publié dans le Meridiani Mondadori, certains textes ont été publiés à titre posthume: tels que le journal de rêve, 1938 Lettres à Antonio, publié avec le titre journal 1938, par Einaudi en 1989. En 2002, ils ont été collectés, édité par Irene et Babboni Carlo Cecchi, quelques-uns histoires oubliées: Le volume 14 reprend les contes de Le jeu secret, exclus de Le châle andalou, et quelques autres histoires dispersées dans divers magazines, ainsi que douze fantasmes de l'enfance et un court inédit. Ces fantasmes de l'enfance (apportés à quinze) ont ensuite été publiés individuellement en 2013 par Einaudi avec le titre anecdotes d'enfance. Il y a un certain nombre de contes para-autobiographiques que l'auteur a publié entre 1939 et 1940 dans le répertoire le jardin d'enfants de l'hebdomadaire "aujourd'hui».

en 2012 sortie est une collection de 596 lettres et Elsa Morante intitulé le bien-aimé, par le neveu Daniele Morante, avec la collaboration de Giuliana Zagra[4].

Ses manuscrits sont conservés à Bibliothèque nationale centrale de Rome, qui a accueilli deux expositions consacrées à l'écrivain: le premier en 2006 (Les chambres d'Elsa) Et le second en 2012 (Saints, sultans et grands capitaines dans ma chambre).

travaux

collections

  • les travaux, édité par Carlo Cecchi et Cesare Garboli, les méridiens Mondadori, Milan, 1988 (Contient: Lie et la sorcellerie, l'île d'Arturo, Alibi, Le châle andalou, Annexe à la Le jeu secret,)
  • Works II, édité par Carlo Cecchi et Cesare Garboli, les méridiens Mondadori, Milan, 1990 (Contient: Le monde sauvé par les enfants, Histoire, Aracoeli, Pro et contre la bombe atomique, lettres à Antonio)

romans

histoires

  • Le jeu secret,, Milano, Garzanti, 1941. Il contient vingt histoires courtes:
    • Man spectacled (Publié dans le "méridien de Rome", le 25 Avril, 1937)
    • la grand-mère (Publié dans le « méridien de Rome », 1er et 8 Août, 1937)
    • Angel street (Publié dans le "méridien de Rome", le 14 Août, 1938)
    • Le jeu secret, (Publié dans le "méridien de Rome", le 13 Juin, 1937)
    • camarade (Publié dans "aujourd'hui« 2 Novembre, 1940)
    • chien (Publié sous le titre mon chien sur "Aujourd'hui", le 30 Septembre, 1939)
    • Une histoire d'amour (Publié sous le titre La potion d'amour sur "Aujourd'hui", 14, 21 et 28 Octobre 1939)
    • le cocher (Publié dans "Aujourd'hui", le 11 Novembre, 1939)
    • Le collégien pâle (Publié dans "sauvage« 15 Novembre, 1939)
    • innocence (Publié dans "Aujourd'hui", le 25 Novembre, 1939)
    • l'âme (Publié dans "Aujourd'hui", le 9 Décembre, 1939)
    • rendez-vous (Publié dans "Aujourd'hui", le 30 Décembre, 1939)
    • Les deux Saphirs (Publié dans "Aujourd'hui", le 27 Avril, 1940)
    • le pèlerin (Publié dans "panorama« 12 Août, 1940)
    • les jumeaux (Publié dans deux épisodes de « Aujourd'hui », 14 et 21 Décembre 1940)
    • Le cheval dell'Ortolano (Publié dans « Le trésor », Novembre 1940)
    • le confesseur (Publié dans "Perspectives", 15 Octobre, 1940)
    • Un homme sans caractère (Publié dans "Aujourd'hui", le 28 Juin, 1941)
    • le Baron (Publié sous le titre Le mariage du baron sur "Aujourd'hui", 17 et 24 mai 1941)
    • anecdote à propos de Grace frivoles (Publié dans "Beltempo", 1940-1941)
  • Les merveilleuses aventures de Cateri de Trecciolina, texte et dessins de l'auteur, Torino, Einaudi, 1942; 1995; puis révisé et élargi en Les Aventures extraordinaires de Catherine, dans celui-ci, 1959; 1969; 2007. Contient:
    • Paoletti est devenue princesse (Publié dans "Corriere petite« 12 Février, 1933)
    • La petite maison qui n'existe plus (Publié dans le "Corriere dei Piccoli", le 26 Février, 1933)
    • L'histoire des enfants et des étoiles (Publié dans le « Corriere petit » 5 Mars à 30 Avril 1933)
    • L'histoire d'un pauvre Caroluccia (Publié dans le "Corriere dei Piccoli", le 9 Juillet, 1933)
    • La maison des sept enfants (Publié dans le "Corriere dei Piccoli", le 29 Octobre, 1933)
    • Le rêve d'une centaine de lits (Publié dans "Le petit cartoccino« 18 Mars, 1934)
    • Rosettina la fenêtre (Publié dans "Le cartoccino petit", le 25 Mars, 1934)
    • Berceuse de vieux (Publié dans "Le cartoccino petit", le 13 mai 1934)
    • L'histoire de Giovannola (Publié dans le "Corriere dei Piccoli" 10 Février 1935)
    • Un nègre sans emploi (Publié dans « Le cartoccino petit », le 12 mai 1935 réimprimé dans « Les droits de l'école », le 15 Janvier, 1939)
    • Plume met K.O. son ami Massimo (Publié dans le "Corriere dei Piccoli", le 22 Septembre, 1935)
    • Le soldat du roi (Publié dans le "Corriere dei Piccoli", le 27 Juin, 1937)
    • Le monde est tombé Mars (Publié dans "Aujourd'hui" 4 Novembre, 1939 réédité dans "Pioneer", le 25 Décembre 1960, et "The Shadow Line", n 18, mai 1987).
  • Le châle andalou, Turin, Einaudi, 1963. Il contient douze histoires:
    • Le voleur des Lumières (1935, non publié)
    • Man spectacled (1936, déjà publié dans la collection Le jeu secret,)
    • la grand-mère (1937, déjà publié dans la collection Le jeu secret,)
    • Angel street (1937, déjà publié dans la collection Le jeu secret,)
    • Le jeu secret, (1937, déjà publié dans la collection Le jeu secret,)
    • camarade (1938, déjà publié dans la collection Le jeu secret,)
    • Andurro et Esposito (Deux histoires publiées dans « Aujourd'hui » avec des titres le jour, le 18 mai 1940 baptême, le 30 Novembre 1940)
    • Le cousin Venancio (Publié dans "Aujourd'hui", le 14 Septembre, 1940)
    • Un homme sans caractère (1941, déjà publié dans la collection Le jeu secret,)
    • Le soldat sicilien (Publié dans "européen« Année I, n. 6, 9 Décembre 1945)
    • Donna Amalia (1950, publié dans "le Greyhound», N. 5-6, fragment Août-Septembre 1957 roman, jamais publié, Nerina)
    • Le châle andalou (1951, publié dans "Magasins sombres», N. 11, 1953, puis dans le volume collectif histoires italiennes, Milan, Lerici, 1958)
  • histoires oubliées, édité par Irene Babboni et Carlo Cecchi, présentation de Cesare Garboli, Torino, Einaudi, 2002. En plus des quatorze contes Le jeu secret, exclus de Le châle andalou, Il contient des contes et des histoires courtes publiées dans les journaux et magazines dans les années 1937-1947, plus un choix de « anecdotes d'enfance » et une histoire inédite trouvé dans les papiers de l'auteur:
    • Deux très jeunes mariés (Publié dans « Les droits de l'école », le 10 Août, 1937)
    • le vieux (Publié dans « Les droits de l'école », le 5 Décembre 1937)
    • Big Brother (Publié dans « Les droits de l'école » 30 Janvier 1938)
    • le voyage (Publié dans « Les droits de l'école », le 20 Septembre, 1938)
    • le fils (Publié dans "Meridian de Rome", 2 et 9 Avril, 1939)
    • La jeune femme (Publié dans « Les droits de l'école », le 8 Juin, 1939)
    • Les deux sœurs (Publié dans "Aujourd'hui", le 16 Septembre, 1939)
    • enfance (Publié dans « Les droits de l'école », le 30 Octobre, 1939)
    • la balle (Publié dans « Histoires d'hier et d'aujourd'hui », le 30 Décembre, 1939)
    • Sin originale (Publié dans "Meridian de Rome", le 14 Janvier, 1940)
    • le courrier (Publié dans "Aujourd'hui", le 24 Février, 1940)
    • belle-mère (Publié dans "Aujourd'hui", le 30 Mars, 1940)
    • La femme laide (Publié dans « Les droits de l'école », le 30 Mars, 1940)
    • L'épouse d'Antonio (Publié dans "Le peuple de Rome", le 8 Juin, 1940)
    • le tutoriel (Publié dans "Aujourd'hui", le 24 Août, 1940)
    • ambitieux (Version élargie et corrigée de l'article publié dans « Aujourd'hui », le 6 Décembre, 1941)
    • Je me souviens d'un jeune homme mal adapté à la vie (Publié dans "Illustration Igea", an III, no. 11, la version Mars-Juin 1960 a élargi de l'histoire L'escalier de Santa publié dans "Aujourd'hui", le 4 Octobre, 1941)
    • temps de paix (Publié sous le titre ma femme, dans "L'Europeo", année III, non. 1, 5 janvier 1947, et réédité en Histoires italiennes 1965, Readers Digest)
    • anecdotes d'enfance (Choix de douze histoires courtes est apparu sur « Aujourd'hui » en 1939-1940 dans le « jardin d'enfants »)
    • péchés (Histoire inédite trouvé dans les papiers de l'auteur)
  • anecdotes d'enfance, Turin, Einaudi, 2013. Il contient quinze histoires de jeunes paru dans le magazine « Today » en 1939-1940 dans le « jardin d'enfants ». Il contient:
    • première classe ( "Aujourd'hui", le 17 Juin, 1939)
    • Mes vêtements ( "Aujourd'hui," 8 Juillet, 1939)
    • Le frère cadet ( "Aujourd'hui," 15 Juillet, 1939)
    • la gouvernante ( "Aujourd'hui 22" Juillet, 1939)
    • Love Letters ( "Aujourd'hui" 29, Juillet, 1939)
    • les péchés ( "Aujourd'hui", le 12 Août, 1939)
    • Patriciens et plébéiens ( "Aujourd'hui", le 19 Août, 1939)
    • équipages étranges ( "Aujourd'hui", le 2 Septembre, 1939)
    • Entrée dans la société ( "Aujourd'hui", le 23 Septembre, 1939)
    • Le monde est tombé Mars ( "Aujourd'hui", le 4 Novembre 1939, réédité dans "Pioneer", le 25 Décembre 1960, et dans "The Shadow Line», N. 18, mai 1987)
    • MILF ( "Aujourd'hui", le 18 Novembre, 1939)
    • Notre frère Antonio ( "Aujourd'hui", le 2 Décembre, 1939)
    • Les vieux avares ( "Aujourd'hui", le 23 Décembre, 1939)
    • Fioretti ( "Aujourd'hui", le 6 Janvier, 1940)
    • premier amour ( "Aujourd'hui", le 20 Janvier, 1940)

poésie

  • alibi, Longanesi, Milan 1958; Garzanti, Milan 1988; Einaudi, Torino 2004 avec une annexe non publié Notebook Narciso.
  • Le monde sauvé par les enfants et d'autres poèmes, Turin, Einaudi, 1968, 2006, 2012

Essais et discours

  • Pour ou contre la bombe atomique et d'autres écrits, Collier Petite bibliothèque 201, Milano, Adelphi, 1987. Il contient:
    • Rouge et blanc (Sept articles publiés dans "le Monde« En 1950-1951: » Le Gloria, Erostrate et de mauvaise humeur marié « » la défense d'une certaine frivolité virile agissant dans, contre les dangers de l'austérité « » Les caractères « » Trois Jonquilles « » Ciel terre « » relecture guerre et paix « » Quelques exercices préparatoires pour le Carême « )
    • Le poète continue (Essai sur Umberto Saba Il est apparu dans la "Lettre Einaudi", VI, n. 1 Avril 1957 et sur "The Point", 31 Août, 1957)
    • le roman (Publié dans "nouveaux sujets», N ° 38/39, mai-Août 1959)
    • Erotisme dans la littérature (Publié dans "un nouveau sujet", no. 51/52, Juillet-Octobre 1961)
    • Navona mon (Publié dans "L'illustration italienne« 89, n ° 2, Février 1962).
    • Pour ou contre la bombe atomique (Lire à la conférence théâtre Carignano à Turin, Manzoni à Milan et Eliseo à Rome en Février 1965, publié par "l'Europe littéraire", VI, n. 34, Mars-Avril 1965, et réédité dans "The Shadow Line", Décembre 1984)
    • Le propagandiste du Paradis béni (Introduction au volume Beato Angelico, Milan, Rizzoli, 1970)
  • Petit manifeste et d'autres écrits, Milan, Shadow Line, 1988
  • pages du journal, dans "comparaison la littérature », 39 (1988), N.S., n. 7 (456), p. 3-16 (1945 contient une note sur la mort de Mussolini et une lettre inachevée à Brigades rouges après l'enlèvement de Aldo Moro)
  • journal 1938, par Alba Andreini, Torino, Einaudi, 1989-2005. (Journal de rêve également connu sous le titre Lettres à Antonio et Livre des rêves)
  • Petite affiche de communiste (pas de classe ou d'un parti). Lettre aux Brigades rouges, avec une note de Goffredo Fofi, Rome, Magicobus, 2004 ISBN 978-88-7452-027-5.
  • Catulle et Lesbia, édité par Goffredo Fofi, Milan, Henry Beyle, 2013. (Texte initialement publié dans l'anthologie Histoires d'amour, Turin, Editions Radio italienne, 1950)
  • La vie dans son mouvement. Film Avis 1950-1951, édité par Goffredo Fofi, Torino, Einaudi, 2017.

théâtre

  • Le soir à Colone. parodie, Turin, Einaudi, 2013 (texte initialement publié il Le monde sauvé par les enfants)

courrier

  • Marthe et Marie et déjeuner de Noël, dans "The Shadow Line", n. 13, 1986 pp. 5-6 (deux lettres à Goffredo Fofi)
  • Le bien-aimé. de Elsa Morante et Lettres, par Daniele Morante en collaboration avec Giuliana Zagra, Torino, Einaudi, 2012 (contient 596 lettres)
  • déjeuner de Noël, avec une note de Goffredo Fofi, Milan, Henry Beyle, 2014

traductions

  • Katherine Mansfield, Le livre de notes 1905-1922, Milan, Rizzoli, 1945, puis dans le volume Le meilleur de Katherine Mansfield, Milan, Longanesi, 1957; avec le titre Carnet de notes, Cambridge: Polity Press, 1979, 2012; Milan, SE, 2011

Remerciements

Pour Elsa Morante est intitulé la Public Library of Municipio XIII à Ostia[5]. Aussi à Rome a ouvert ses portes sur Elsa Morante Centre culturel Piazza Elsa Morante.

notes

  1. ^ G. Lukács, Le Octobre et la littérature, "Rebirth", le 27 Octobre 1967, 329-31
  2. ^ Grande Encyclopédie pour les garçonsla République, vol. Art et Littérature
  3. ^ Les chambres d'Elsa
  4. ^ Le livre contient de la correspondance entre l'écrivain et le choix, entre autres, guelfo Civinini, Adriano Olivetti, Giorgio Vigolo, Cesare Pavese, Giulio Einaudi, Franco Zeffirelli, Libero De Libero, Tommaso Landolfi, Maria Luisa Spaziani, Cristina Campo, Umberto Saba, Sandro Penna, Alberto Savinio, Raffaele La Capria, Paolo Monelli, Nicola Chiaromonte, Emilio Cecchi, Alberto Moravia, Giacomo Debenedetti, Leonor Fini, Visconti Luchino, Natalia Ginzburg, Italo Calvino, Attilio Bertolucci, Geno Pampaloni, Clotilde Marghieri, Ildebrando Pizzetti, Mario Praz, Mario Soldati, Turf Elémire, Giovanni Arpino, Lalla Romano, Parise Goffredo, Giorgio Caproni, Carmelo Samonà, Gato Barbieri, Giulio Bollati, Goffredo Petrassi, Nino Tirinnanzi, Luca Pavolini, Gianni Rodari, Lukacs, Giulio Carlo Argan, Sergio Quinzio, Cas Cesare, Vittorio Gassman, Franco Fortini, Eduardo De Filippo, Sylvano Bussotti, Julian Beck, Cesare Garboli, Carmelo Bene, Paolo Volponi, Bernardo Bertolucci, Susanna Pasolini, Pier Paolo Pasolini, Francesco Leonetti, Hans Werner Henze, Juan Rodolfo Wilcock, Anna Maria Ortese, Giorgio Agamben, Dario Bellezza, Paolo Graziosi, Vincenzo Consolo, Gina Lagorio, Enrico Palandri, Erich Linder, Goffredo Fofi, Adriano Sofri, Federico Zeri, Edoarda Masi, Livio Garzanti et Giovanni Giudici.
  5. ^ Elsa Morante Bibliothèque, comune.roma.it. Récupéré 3 mai 2010.

bibliographie

  • Giacomo Debenedetti, Île de Arturo, dans "nouveaux sujets« Mai-Juin 1957
  • Giorgio Bàrberi Squarotti, Morante, en La poésie et la fiction de la fin du XXe siècle, Milan, Murcia, 1961, pp. 268-71
  • Angelo R. Pupino, Les installations et le style du récit de Elsa Morante, Ravenne, Longo, 1967
  • Cesare Garboli, La chambre séparée, Milan, Mondadori, 1969, p. 56-71
  • Giorgio Montefoschi, Fonction des personnages et le langage dans « Lie et sorcellerie » par Elsa Morante, dans "nouveaux thèmes" N.s., 15, 1969
  • Carlo Sgorlon, Invitation à lire Elsa Morante, Milan, Murcia, 1972; 1978; 1985; 1994; 2005
  • Cas Cesare, « Histoire ». Une comparaison avec « Lie et sorcellerie », dans "Piacentini Notebooks« XIII, n. 53-54, 1974, puis en lettres Patrie, Turin, Einaudi, 1987, pp. 104-125
  • Camillo Bria, Elsa Morante, Rome, Ciranna, 1976
  • Gianni Venturi, Elsa Morante, Florence, Italie Nouvelle ( "The Beaver" n. 130), 1977
  • Donatella Ravanello, L'écriture et la folie dans les romans de Elsa Morante, Venezia, Marsilio, 1980
  • Gaetana Miglioli, Elsa Morante, Bologne, Barghigiani, 1982
  • Franco Fortini, "Aracoeli", dans "Corriere della Sera« 14 Novembre 1982, puis en Essais et épigrammes, Milan, Mondadori, 2003, p. 1593-1600
  • Carmelo Samonà, E. Morante et de la musique, dans "comparaison« 432, Février 1986
  • Cesare Garboli, falbalas, Milano, Adelphi, 1987, pp. 170-75
  • Marco Bardini, Du « grand double » récit ou mimesis du déplacement psychique, en AA. VV., Fur Elise. Des études sur « Lie et sorcellerie », Pise, Nistri Lischi, 1990, p. 256-299
  • Graziella Bernabo, Comment lire « L'histoire » par Elsa Morante, Milan, Murcia, 1991
  • Pour Elsa Morante, Milan, « Linea d'Ombra « Editions, 1993 (conférence les 15-16 Janvier 1993 à Pérouse, articles de Alfonso Berardinelli, Giulio Ferroni, Giovanna Rosa, Cesare Garboli, Concetta D'Angeli, Giorgio Agamben, Sandro Onofri, Giacomo Magrini, Giuseppe Leonelli, Domenico Scarpa, Fabrizia Ramondino, Ginevra Bompiani, Marino Sinibaldi, Gianfranco Bettin, Giuseppe Pontremoli, Franco Serpa et Jytte Lollesgaard)
  • Jean-Noël Schifano et Tjuna ​​Notarbartolo (ed) Elsa Morante Cahiers, vol. 1, Naples, ESI, 1993
  • Cesare Garboli, Le jeu secret,, Milano, Adelphi, 1995
  • Giovanna Rosa, Cathédrales papier, Milan, Basic Books, 1995; Milan, net, 2006
  • Jean-Noël Schifano et Tjuna ​​Notarbartolo (ed) Elsa Morante Cahiers, vol. 2, Naples, ESI, 1995
  • Concetta D'Angeli et Giacomo Magrini (ed) Vingt ans après « L'histoire »: hommage à Elsa Morante, Pise, jardins, 1995
  • Alba Andreini, « L'île de Arturo » par Elsa Morante, en Alberto Asor (Eds), Littérature italienne Einaudi, travaux, vol. 4, Livre II, Torino, Einaudi, 1996, p. 685-712
  • Stefania Lucamante, Elsa Morante et l'héritage proustien, Florence, Cadmus, 1998
  • Marco Bardini, Elsa Morante, italienne. Par profession, poète, Pise, Nistri-Lischi, 1999
  • Pier Vincenzo Mengaldo, Lie et sorcellerie: Elsa Morante, en Franco Moretti (Eds), le roman, vol. 5: leçons, Turin, Einaudi, 2003, p. 571-584
  • Concetta D'Angeli, Lire Elsa Morante: Aracoeli, L'histoire et le monde sauvé par les enfants, Roma, Carocci, 2003
  • Maria Rosaria Gilio, Le « leurre » de Maia dans les œuvres d'Elsa Morante, Rome, Sovera, 2003
  • Giuliana Zagra et Simonetta Buttò (ed) Les chambres d'Elsa. A l'intérieur de l'écriture de Elsa Morante, Rome, Colombo, 2006 (avec des essais de Cesare Garboli, Giuliana Zagra, Gabriella Palli Baroni, Simona Ciboulette, Leonardo Lattarulo, Magda Vigilante, Laura Desideri, Alessia Orca, Luigi De Angelis et Paola Fuselli)
  • Marco Bardini, Maison de Liars. La traduction américaine de « Lie et sorcellerie », en Sous l'étoile Arthur. Les Héritages culturels de Elsa Morante, par Stefania Lucamante et Sharon Wood, West Lafayette, Indiana, Purdue University Press, 2006, pp. 112-128
  • Elena Porcinai, L'alibi du rêve dans la jeunesse écrire Elsa Morante, Soveria Mannelli, Iris, 2007
  • (FR) Lily Tuck, Femme de Rome: Une vie d'Elsa Morante, New York, Harper Collins, 2008
  • Francesca Giuntoli Liverani, Elsa Morante: le dernier roman possible, Napoli, Liguori, 2008
  • Ilaria Splendorini, Lie et sorcellerie par Elsa Morante: une écriture d'origine, Florence, Les Lettres, 2010
  • Lucia DELL'AIA, Le puer de balle. Le temps des enfants Elsa Morante, Bari, publié par B.A. Graphis, 2010
  • Goffredo Fofi et Adriano Sofri (Eds), festival de Elsa, Palerme, Sellerio, 2011 (articles, cadeaux et souvenirs de 1985 textes Patrizia Cavalli, Giorgio Caproni, Carmelo Samonà, Natalia Ginzburg, Franco Serpa, Elena De Angeli, Ginevra Bompiani, Fabrizia Ramondino, Giorgio Agamben, Tonino richesse, Goffredo Fofi, Paolo Graziosi, Ninetto Davoli, Daniele Morante, Luca Coppola, Raffaele La Capria, Adriano Sofri, Gianfranco Bettin, Marino Sinibaldi)
  • Gandolfo Cascio, L'esthétique du Juif et le chrétien dans les contes de « Le Châle andalou » par Elsa Morante, en AA. VV., Les écrivains juifs contemporains en Italie: une approche générationnelle, Utrecht, Igitur, 2007, pp. 40-45, maintenant Id., Variations romaines. Des études Penna, Morante, Wilcock et moutons, Uitgave Volksuniversiteit Amstelland, Amstelveen, 2011.
  • Graziella Bernabo Le conte de fées extrême. Elsa Morante entre la vie et l'écriture, Roma, Carocci, 2012
  • Marco Bardini, vous exposer au public: Elsa Morante entre occasions sociales et l'engagement civique, dans « l'état quaestionis», 3 (2012), pp. 1-29
  • Marco Bardini, Elsa Morante et "Eroica", dans "études italiennes", XLI (2012), 3, pp. 121-136.
  • Syrie Sgavicchia (ed) «Histoire» de Elsa Morante. Actes du séminaire Mod (Société italienne pour l'étude de la modernité littéraire), Université pour étrangers de Pérouse 24-25 Février 2011, Pise, ETS, 2012.
  • Sgavicchia syrienne, - De Bach à Cage à Bob Dylan. Les «différences musicales de Elsa Morante, en Saints, sultans et grands capitaines dans ma chambre. Et récupéré Unpublished des archives de Elsa Morante (Catalogue de l'exposition en Octobre 2012 - Mars 2013 pour le centenaire de la naissance de l'écrivain), édité par G. Zagra, Rome, Bibliothèque nationale centrale, 2012, p. 123-128, ISBN 9788890799600;
  • (FR) Jean-Noël Schifano, E. M. ou La Divine Barbare, Paris, Gallimard, 2013
  • John Bassetti à Colone. Elsa Morante et le théâtre, l'édition 2013 Singes.
  • « Je suis né dans l'heure de midi amère. » Écrit par Elsa Morante dans le centenaire de sa naissance, par Eleonora Cardinal et Giuliana Zagra, cahiers de la Bibliothèque Nationale Centrale di Roma, 17, 2013
  • Marco Bardini, Elsa Morante et cinéma, Pise, ETS, 2014
  • Syrienne Sgavicchia, L'alibi de la musique dans la poésie Elsa Morante, Section "Les poètes être redécouvert", 2014, poesia.blog.rainews.it
  • Ornella Spagnulo, Le bien-aimé. de Elsa Morante et Lettres, dans « L'exposition de la littérature italienne », de Juillet à Décembre 2014.
  • Syrienne Sgavicchia, La parodie de la tragédie dans le désert de Almendral, EAD., Sur son roman. Italien écrivains femmes de la fin du XXe siècle à nos jours, Roma, Carocci, 2016, ISBN 9788843073313; pp. 75-94.
  • Nadia Setti, MORANTE, Elsa, en Dictionnaire biographique des Italiens, vol. 76, Rome, Institut Encyclopédie italienne, 2012. 9 Septembre Récupéré, 2017.

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Elsa Morante
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Elsa Morante

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR100159579 · LCCN: (FRn50004607 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 021875 · ISNI: (FR0000 0001 1850 6630 · GND: (DE118784765 · BNF: (FRcb11916734r (Date) · NLA: (FR35397982