s
19 708 Pages

Jacques Nicolas Billaud-Varenne
Jacques Nicolas Billaud-Varenne. Portrait de Jean-Baptiste Greuze (1790 ca)

Jacques Nicolas Billaud, puis Billaud-Varenne (La Rochelle, 23 avril 1756 - Port-au-Prince, 3 juin 1819), Il a été un écrivain, politique et avocat français.

biographie

Jacques Nicolas Billaud, puis Billaud-Varenne, né le 23 Avril, 1756 La Rochelle et décédé le 3 Juin 1819 à Port-au-Prince (Haïti), Born Marie-Simon-Nicolas, une ville natale d'avocat influent, et Henriette-Suzanne Marchand, aîné de trois enfants. Après une formation classique au de Paris Collège d'Harcourt, entreprise à Poitiers Il a étudié le droit et devient avocat en 1778.[1]

Le père espérait que Billaud suivre ses traces, mais son fils semblait plus attiré par la littérature de carrière juridique. Passionné de théâtre, essayé à la composition d'une comédie, La femme en Comme il un plus N'y (1 781), Attaquer les coutumes libertins du temps. Le travail a été accueilli par des huées du théâtre de La Rochelle et son auteur, profondément déçu, il a décidé de quitter la ville pour aller à Paris.[2]

A défaut de gagner sa vie avec des compétences juridiques adéquates, en Mars 1783, il est devenu professeur au collège Oratoriani de Juilly. Pour l'insistance de son père, cependant, il est revenu à Paris à la fin de 1784 pour mener à bien la profession d'avocat et se sont installés dans la rue de Savoie. L'année a été inscrit avec succès et a décidé de se faire appeler Billaud de Varenne, en adoptant la particule aristocratique et le nom d'un village non loin de La Rochelle, où son père possédait une ferme.[3]

Billaud a été surnommé « le tigre » à cause d'une perruque rouge qu'il prendrait au cours de ses premières apparitions à convention, ou « Le Rectiligne » (rectum - stricte) à cause de sa rectitude morale. Il était l'un écrivain actualité, un homme politique français, et avocat. Il a été membre de la deuxième Comité de la Sécurité publique, qui a étendu à douze membres, adjoint de Paris la Convention nationale, et pendant une courte période le président. Il a été un contributeur majeur à la terreur et il a aidé à organiser le gouvernement révolutionnaire.

Condamné par la Convention à la déportation, il a passé de nombreuses années dans Guyane, pris par le remords d'avoir contribué à envoyer Danton et Robespierre à la potence.[4]

notes

  1. ^ A. Bégis, avis biography, ID., Billaud Varenne, Memoires et Correspondence, Paris, 1893, p. 1
  2. ^ A. Bégis, cit., P. 2-3
  3. ^ Il pourrait ainsi être distingué par l'illustre parent; A. Bégis, cit., P. 4-5
  4. ^ G. Walter, Tableau Analytique - Personnages, dans J. Michelet, Histoire de la Révolution française II, Paris, Gallimard, 1952, vol. II, p. 1243

bibliographie

  • (FR) * Auguste Kuscinski, Dictionnaire des Conventionnels, Paris, Société de l'Histoire de la Révolution française: F. Rieder, 1916. Réédition: Brueil-en-Vexin, Editions du Vexin français, 1973.
  • Bernard Gainot, Dictionnaire des membrés du Comité de salut public: et dictionary 62 biography analytique des membrés du comparé Comité de salut public, Paris, Tallandier, 1990.
  • (FR) Robert R. Palmer, Douze Qui est le suivant: l'année de la Terreur dans la Révolution française, Princeton University Press, 1941. Traduction française: Le Gouvernement de la Terreur. L'année du Comité de salut public (. Préf De François Furet, trad. De l'MarieHélène Dumas par américain et par Guy REVU Desgranges), Paris, Armand Colin, coll. "Librairie du Bicentenaire de la Révolution Française", 1989.
  • Jacques Guilaine, Billaud-Varenne: l'ascète de la Révolution (1756-1819), Paris, Fayard, 1969.
  • Arthur Conte, Billaud Varenne: de la Révolution Géant, Paris, Éditions Orban, 1989.
  • (FR) John M. Burney, « La crainte de l'exécutif et la menace de complot: Rhétorique terroriste de Billaud-Varenne dans la Révolution française, 1788-1794 » en Histoire française, Volume 5, Numéro 2, 1991 (p. 143-163).
  • Jean-Daniel Piquet et Monique Cubells (dir.), La Révolution française: La guerre et la frontière (119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 25-29 octobre 1994), Paris, Éditions du CTHS, 2000, "La Constitution de déclaration à l'Europe Paix, grand Sujet de la Révolution Dans Débat Entre 1791 et 1794" , p. 387-397.

Articles connexes

  • Convention nationale
  • Club de la Révolution française

principales sources

publications

Ses livres, toutes les circonstances, sont oubliées au XIXe siècle. ils sont apocryphe sous le nom de Memoires.

  • Memoires Écrits au Port-au-Prince en 1818, la relation de voyages et Contenant des ses aventures in the Mexique, 1815 DEPUIS 1817 Jusqu'en. - Paris, 1821 [inauthentique]
  • Billaud Varenne membre du Comité de salut public: Inédits et Memoires Correspondence. Accompagnés de remarque de Billaud Varenne de biographiques et Collot d'Herbois. - Paris: (ed. Par Alfred Begis) Librairie de la Nouvelle Revue, 1893

D'autres projets

liens externes

prédécesseur Président de Convention nationale
révolutionnaire Période
successeur Drapeau de France.svg
Maximilien de Robespierre 5 septembre 1793 - 19 septembre 1793 Pierre Joseph Cambon
autorités de contrôle VIAF: (FR24598099 · LCCN: (FRnr90002445 · ISNI: (FR0000 0000 8102 7969 · GND: (DE119031418 · BNF: (FRcb118920450 (Date) · LCRE: cnp00920847