s
19 708 Pages

Henry Rider Haggard
Henry Rider Haggard

Henry Rider Haggard (Bradenham, 22 juin 1856 - Londres, 14 mai 1925) Il était écrivain britannique.

Henry Rider Haggard
La signature de Haggard

biographie

Né dans une famille d'origine danois, Il était le huitième de dix enfants. Son père, William Meybohm Rider Haggard, était avocat; mère, Ella Doveton, aimait poésie et littérature. Après avoir terminé ses études à la Grammar School de l'école Ipswich, il a échoué à l'examen d'entrée dans 'armée.

Il a commencé la première activité du fonctionnaire du gouvernement à la ministère des Affaires étrangères, et en 1875 son père l'avait transféré en Afrique du Sud en tant que secrétaire et assistant de Sir Henry Ernest Gascoyne Bulwered, puis vice-gouverneur de la colonie britannique de Natal. en 1876 il a été transféré à l'emploi de Sir Theophilus Shepstone, qui occupait alors le poste de commissaire spécial pour Transvaal. Après son retour en Angleterre en 1880, Elle a décidé d'épouser une riche héritière Norfolk, Mariana Louisa Margitson, un ami proche de sa sœur, et avec qui il a fait de nombreux voyages à son Afrique bien-aimée. Haggard Le couple a eu quatre enfants, dont l'aîné, nommé Jack est mort de rougeole en 1891 à l'âge de dix ans, et la mort de son fils était un grand coup à l'écrivain; les trois autres filles, Angela, Dorothy et Mariana Louisa, celle-ci a suivi les traces de son père en devenant à son tour un écrivain. Parmi ses œuvres les plus connues, nous Le lapin peau Cap (1950) et I Walked By Night (1946), ainsi qu'une biographie de son père intitulé La cape que je Left, publié en 1951.

De retour de leur voyage en Afrique en 1882, Haggar et femme Mariana déplacés dans le village natal de ce dernier, Ditchingham, puis dans le village de Kessingland en quartier de waveney. Bien qu'en 1884, après avoir poursuivi ses études de droit interrompu en raison de ses séjours en Afrique, Haggard est admis à la pratique du droit, qui se manifeste dès le début que peu d'intérêt pour l'exercer, car il avait sans doute à l'esprit la projet de devenir écrivain. Ses deux premiers romans, aube (1884) et Conte de la sorcière (1884) ne rencontre pas le succès escompté[1].

Selon une anecdote, quand il est sorti Treasure Island de Robert Louis Stevenson en 1883, Haggard a fait un pari avec son frère, en faisant valoir qu'il serait en mesure d'écrire une histoire beaucoup plus convaincante[2]; ainsi est né après seulement six mois de travail, son roman le plus célèbre, Mines du roi Salomon (Mines du roi Salomon, 1885) - la première d'une série mettant en scène le chasseur blanc Allan Quatermain - qui se trouve être le premier fiction d'aventure en Anglais mis en Afrique et est un prototype pour le thème de "monde perdu"[3] qui est devenu populaire littérature victorienne, aussi inspiré par les chiffres de l'époque des grands explorateurs et des aventuriers, tels que Frederick Selous Frederick Russell Burnham. Il est pas un hasard, en fait, que trois de ses romans, l'Assistant (1896) Elissa; Doom du Zimbabwe (1899) et Coeur noir et blanc de coeur; Zulu Idyll (1900), ils étaient tous dédiés à la fille de Burnham, Nada, qui a reçu ce nom en l'honneur du caractère de l'une des œuvres de Haggard, écrit en 1892, Nada the Lily.

Henry Rider Haggard
Caricature de concepteur de Haggard Leslie Ward sous le pseudonyme espion, édition Vanity Fair du 21 mai 1887.

en en 1895 il a couru en tant que représentant conservateur pour les élections législatives pour l'un des sièges de Norfolk est, sans être élu par une marge de seulement 198 voix de son adversaire. en 1905 Haggard a publié un ouvrage intitulé Enquête Les pauvres et la Terre, fruit de ses voyages constants en tant que membre Dominions Commission royale partout dans le Royaume-Uni. Juste à cause de son attention au développement social et pour ses activités intenses pour la réalisation de certaines réformes agraires, il a reçu en 1912 le titre de chevalier baccalauréat. en 1917 Il a reçu le titre de Chevalier de l'Ordre de l'Empire britannique. Il est mort en Londres laissant quatre romans terminés.

patrimoine culturel

Haggard a été loué dans 1965 biographe et écrivain Roger Lancelyn Green être un auteur top et doué « de la capacité littéraire et une étonnante puissance imaginative », compte tenu, ainsi Robert Louis Stevenson, l'un des pères de la soi-disant ère de narrateurs (Âge des Conteurs)[4].

Carl Gustav Jung Il a pris le caractère d'Ayesha, comme un exemple de son concept de littéraire âme, compte tenu de ce caractère en tant que médiateur et le guide ultime à la profondeur de son ego[5].

travaux

Parmi les romans traduits en italien indique la première édition récupérée.

Cycle Allan Quatermain

Henry Rider Haggard
Illustration pour la couverture de La fille de l'ouragan, 1913
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Allan Quatermain.
  • Mines du roi Salomon (Mines du roi Salomon, 1885); Traduction de Gino Sesostra, romantique Sonzogno 122 Monde, Sonzogno, 1935
  • Le Hidden City (Allan Quatermain, 1887); traduction de Alfredo Pitta, romantique Sonzogno n.200 Monde, Sonzogno, 1939
  • Femme d'Allan (1887), la collection; Il contient:
    • L'histoire de Hunter Quatermain (Publié pour la première fois Dans une bonne cause, 1885)
    • Un conte de trois Lions (Publié pour la première fois en série dans Atalanta Magazine, Octobre-Décembre 1887),
    • faible chance (Publié pour la première fois Magazine Macmillan, Février 1886)
  • revanche Maiwa (Revenge Maiwa, 1888); traduction de Emilio Girardi, The Novel Adventures 67, Sonzogno, 1929
  • Marie (1912)
  • Magepa Buck (Publié pour la première fois dans des poires annuel, 1912), récit, inclus dans la collection Smith et les Pharaons (1921)
  • La fille de l'ouragan (Enfant de la tempête, 1913); traduction de Alfredo Pitta, monde romantique Sonzogno 193, Sonzogno, 1939
  • Allan et le Saint-Fleur (1915, publié pour la première fois en plusieurs versements à Windsor Magazine, Décembre 1913-Novembre 1914)
  • L'enfant d'Ivoire (1916)
  • fini (1917)
  • Allan Ancient (1920)
  • Elle et Allan (1921)
  • Le monstre de dieu (UHE UHE: ou le monstre, 1924), l'histoire; traduction de Paolo Busnelli, en Le singe et le cauchemar, Les livres de Fear # 15 (7), SIAD Editions, 1980
  • Trésor du lac (1926)
  • Les dieux de la glace (Allan et les dieux de glace, 1927); traduction de Alfredo Pitta, The Novel Adventures 108, Sonzogno, 1933

cycle Ayesha

  • vous ou La femme éternelle (elle, 1887); (15) dans des épisodes La Domenica del Corriere a. III, n.15-29, Corriere della Sera, 1901
  • Le retour de Vous ou Le retour de Ayesha (Ayesha: Le retour de She, 1905); comment Le retour de Ayesha, Traduction de Ugo Roberto Pitta, monde romantique Sonzogno 65, Sonzogno 1932
  • Elle et Allan (1921)
  • La fille de la sagesse: La vie et l'histoire d'amour de She-qui-doit-être-obéi (1923)

D'autres œuvres

Henry Rider Haggard
Page de titre Lysbeth (1901)
  • Cetywayo et ses voisins; Blanc Remarques sur les événements récents dans Zululand, Natal et Transvaal (1882)
  • aube (1884)
  • Tête de Sorcière (1884)
  • Jess (1887)
  • Volonté de M. Meeson (1888)
  • Mon Fellow Labourer et l'épave du Copeland (1888)
  • Le colonel Quaritch, V.C. (1888)
  • Cléopâtre (1889)
  • Beatrice (1890)
  • Ulysse - Le voyage du désir (Le désir du monde, 1890), écrit avec Andrew Lang.[6]; traduction de Cristiano Sassetti, Fanucci Editore, 1998
  • Eric Brighteyes (1891)
  • Nada the Lily ou Ciaka, le lion des Zoulous (Nada the Lily, 1892); comment Nada the Lily, traduction de Alfredo Pitta, monde romantique Sonzogno 145, Sonzogno, 1936
  • La fille de Montezuma (1893)
  • Les gens de la brume (1894)
  • Joan Haste (1895)
  • Cœur du Monde (1895)
  • Église et l'État (1895)
  • le magicien (l'Assistant, 1896); comment le sorcier, L'année Novel mensuel III-n. 6, Corriere della Sera, 1905
  • La prédiction de la sorcière ou Coeur noir et blanc de coeur. Une idylle Zulu (Noir Blanc Coeur et le foyer, 1896; court roman); comment Coeur noir et blanc de coeur. Une idylle Zulu, en annexe La rumeur de la duchesse, L'année Novel mensuel III-n. 10, Corriere della Sera, 1905
  • Docteur Therne (1898)
  • hirondelle (1898)
  • Année d'un agriculteur (1899)
  • La dernière guerre des Boers (1899)
  • Le Printemps du Lion (1899)
  • La fille de Montezuma (1899)
  • Elissa (Elissa: Le Destin du Zimbabwe, 1899), dans l'appendice Les dernières aventures de Sherlock Holmes. Deuxième partie, L'année Novel mensuel III-n. 5, Corriere della Sera, 1905
  • Coeur noir et blanc de coeur; Zulu idylle (1900)
  • La nouvelle Afrique du Sud (1900)
  • Un pèlerinage d'hiver (1901)
  • Lysbeth (1901)
  • Angleterre rurale (1902)
  • Maiden pearl (1903)
  • Stella Fregelius (1904)
  • frères (1904)
  • Les pauvres et la Terre (1905)
  • Année de jardinier (1905)
  • Rapport de l'Armée du Salut Colonies (1905)
  • Le Chemin de l'Esprit (1906)
  • Benita (1906)
  • Foire Margaret (1907)
  • Les rois fantômes (1908)
  • L'idole d'or (Le Dieu Jaune, 1908); (10 épisodes) en annexe du roman mensuel, Corriere della Sera, 1909-1910
  • La dame Blossholme (La Dame de Blossholme, 1909); traduction de Alfredo Pitta, romantique Sonzogno 103 mondiale, Sonzogno, 1934
  • Anneau de la reine Sheba (1910)
  • La régénération: étant un compte du travail social de l'Armée du Salut (1910)
  • Morning Star (Morning Star, 1910); Traduction de Ugo Roberto Pitta, romantique Sonzogno 131 Monde, Sonzogno, 1936
  • Eve rouge (1911)
  • Le Mahatma et le lièvre (1911)
  • rural Danemark (1911)
  • Byzance (1914)
  • Le collier de clochard ou Iduna belle ou Olaf Spadarossa. L'homme du Nord (Collier du Wanderer, 1914); (1er épisode) comme Iduna belle, traduction de Alfredo Pitta, les romans de cape et épée 4, Arnoldo Mondadori Editore, 1933
  • Un appel aux armes (1914)
  • Après la guerre de règlement et l'emploi des Ex-service Hommes (1916)
  • L'amour éternel (1918)
  • Lune d'Israël (1918)
  • La princesse brillante (Quand le monde a tremblé, 1919); traduction Roberta Rambelli, Les fantaisie. La fiction fantastique # 3 [III], Fanucci Editore, 1982
  • Smith et les Pharaons (1921) recueil de nouvelles
  • La Vierge du Soleil (1922)
  • Reine de l'Aube (1925)
  • Les jours de ma vie: une autobiographie de Sir H. Rider Haggard (1926)
  • Marie de l'île Marion (1929)
  • Belshazzar (1930)

Filmographie

Quelques films adaptés des œuvres de Rider Haggard:

de Mines du roi Salomon:

de La femme éternelle:

  • Les colonnes de Feu (1899)
  • elle (1908)
  • elle (1911)
  • elle (1916)
  • elle (1917)
  • elle (1925)
  • La femme éternelle (Elle) (1935)
  • La déesse de la cité perdue (Elle) (1965)
  • elle (1982)
  • elle (2001)

de Jess

de aube

  • aube (1917) par Horace Lisle Lucoque avec Karina, Hubert Carter, Madeline Seymour et Edward Combermere

de Lune d'Israël

  • esclave Reine (Die Sklavenkönigin ou La Lune d'Israël) de Michael Curtiz (1921), avec Maria Corda, Adelqui Miles, Arlette Marchal et Henry MAR.

notes

  1. ^ Ellis, Peter (1978). H. Rider Haggard: Une voix de l'Infini. Routledge, p. 89
  2. ^ Sir Henry Rider Haggard (1856-1925) Classé 5 décembre 2006 sur l'Internet Archive.
  3. ^ Robert E. Morsberger, postface Mines du roi Salomon, Digest du Reader, 1993.
  4. ^ Présentation de l'édition Le prisonnier de Zenda de Anthony Hope, ed. Longman, 1965
  5. ^ Désir, Fascination, et l'Autre: Quelques réflexions sur l'intérêt de Jung dans Rider Haggard de « Elle »
  6. ^ Le désir du monde (1890), en projet Gutenberg.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page Anglais ou Henry Rider Haggard
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Henry Rider Haggard
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Henry Rider Haggard

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR9841446 · LCCN: (FRn80010495 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 012514 · ISNI: (FR0000 0001 2120 0624 · GND: (DE11870057X · BNF: (FRcb118864973 (Date) · NLA: (FR36514621 · BAV: ADV12261353