s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Edgar Allan Poe (désambiguïsation).
Edgar Allan Poe
Edgar Allan Poe 1848
Signature d'Edgar Allan Poe

Edgar Allan Poe[1] (Boston, 19 janvier 1809 - Baltimore, 7 octobre 1849) Il était écrivain, poète, critique littéraire, journaliste, éditeur et essayiste États-Unis. Considéré comme l'un des plus grands et les plus influents écrivains américains de l'histoire,[2][3][4][5][6] Poe a été l'initiateur du roman policier, de fiction d'horreur et jaune psychologique.

La figure de Poe est attribuable à la fiction gothique, Bien que sa vie et ses œuvres sont de retour à l'époque gothique du roman lui-même; ses histoires reprennent leurs suggestions de mouvement, mais sans tortiller les environnements typiques et les stéréotypes de ce genre et de développer psychologiquement et métaphysique. Pour que Poe est considéré comme le père de moderne fiction d'horreur, ne reposent plus sur une série de parcelles et caractères fixes, mais la même horreur, décliné dans une extrême variété de situations.

introspection psychologique, le goût surnaturel et attention à l'obscurité inhérente à l'âme humaine, en plus de la conception du génie et de l'inspiration, en font l'un des leaders de Poe romance Monde. Les mêmes questions de temps, comme le 'obsession, l 'aliénation et folie de l'approcher décadent, qui peut être considéré comme un précurseur. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne ses poèmes, qui sont la base du courant symbolisme, qui développera principalement dans France et dont l'exposant principal, Baudelaire, Ce fut un grand admirateur de Poe.

D'une importance extraordinaire est la rédaction de certains contes considérés comme le prototype de moderne la police de la littérature (En particulier, la classique jaune et ce psychologique). Son est en fait la création de la première profession de chercheur de l'histoire littéraire, Auguste Dupin. En outre, certaines de ses œuvres sont considérés comme des ancêtres des modernes science-fiction.

Poe est considéré comme le premier écrivain aliénée Amérique[7], ayant lutté pour une grande partie de sa vie avec des problèmes financiers, l'abus d'alcool et de drogues et le manque de compréhension du public et les critiques de l'époque.

biographie

« Les hommes me ont appelé fou; mais personne n'a encore été en mesure d'établir si la folie est ou non une forme suprême de l'intelligence. »

(de "Eleonora" - "Tales of Terror ", 1841)

début de la vie

Edgar Allan Poe
Cette plaque en Boston Il indique l'emplacement approximatif où il est né Edgar Poe.[8]

Edgar Poe est né en Boston 19 janvier 1809, le deuxième fils de l'actrice britannique Elizabeth Arnold Poe Hopkins et l'acteur David Poe Jr. Il avait un frère aîné, William Henry Leonard Poe, et une soeur plus jeune, Rosalie Poe.[9] Leur grand-père, David Poe, Sr., en dépit d'être originaire de County Cavan, en Irlande, ère émigrant aux États-Unis autour de 1750.[10] Le nom Edgar peut avoir été inspiré par le nom d'un personnage Le roi Lear de William Shakespeare, tragédie que le couple a été pris dans la scène en 1809.[11] Son père a abandonné la famille en 1810[12] tandis que sa mère est morte l'année suivante en raison d'une féroce la tuberculose pulmonaire; étant devenus orphelins des deux parents, Poe a été mis dans la maison John Allan, un marchand écossais succès à Richmond, en Virginie, qui faisaient du commerce dans une variété de produits, y compris la tabac, tissu, blé, pierre et esclaves.[13] Allan entra la famille d'accueil et lui a donné le nom « Edgar Allan Poe »[14] bien qu'il a adopté jamais officiellement.[15]

La famille Allan Poe baptisé en 1812 dans la Episcopal Church. l'éducation alternait John Allan de la discipline forte avec un plus permissive pour son fils adoptif.[14] En 1815, la famille Allan, avec Edgar, il a déménagé à grande-Bretagne. Poe a participé la même année et pour une brève période, l'école de grammaire à Irvine, en Écosse (Lieu de naissance de John Allan), avant de rejoindre la famille Londres en 1816. Ici, il a étudié dans une école d'internat Chelsea jusqu'à l'été 1817. La salle de classe comme un étudiant était adjacent à un cimetière et le doyen du collège enseigné les mathématiques parmi les tombes: chaque enfant devait choisir une tablette et calculer l'âge du défunt. Le premier jour de l'école a ensuite été donnée à chaque enfant une petite pelle en bois, avec laquelle il fallait creuser les tombes de ceux qui sont morts au cours de l'année scolaire.[16]

Il a poursuivi sa carrière universitaire au Manoir école dans le révérend John Bransby Stoke Newington, une banlieue située à environ 6,4 km au nord de Londres.[17]

Comme un enfant vers une mémoire exceptionnelle. Son inclinaison, parfois peut-être trop, en nature et anaphore Il lui a valu le surnom de ses contemporains Jingle-man, inventé par le grand philosophe et poète Ralph Waldo Emerson. Sa passion exagérée pour la musique et la poésie était peut-être due à un déséquilibre lourd dans le système nerveux et la fragilité de sa fibre mince: à cet égard, il a écrit:

« Dans mon enfance, je l'ai montré ces avoir hérité du caractère familial; issu d'une race qui a toujours été à l'imagination et le tempérament facilement excitable ... "

(en William Wilson)

Les parents adoptifs ont voulu donner l'enseignement en anglais hautement. Il a étudié dans Angleterre, où les plus grands écrivains et poètes ont exercé une grande influence sur sa sensibilité. Les souvenirs de cette époque sont racontées dans William Wilson, où il décrit son école Stoke Newington « Ancienne maison d'un village très mystérieux de »Angleterre plein de promenades fantastiques, où jeter leurs grandes ombres perpétuellement immémoriale ormes ».

À l'été 1820, il est revenu avec Allan Poe à Richmond, en Virginie. En 1824, il a servi lieutenant la jeune garde d'honneur de la ville qui a célébré la visite de Gilbert du Motier.[18] En Mars 1825, l'oncle de John Allan[19] Il est mort, laissant son neveu propriétés différentes. L'héritage a été estimé à 750 000 dollar américain. Au cours de l'été Allan célèbre l'augmentation de sa richesse en achetant une maison à deux étages du nom Moldavie.[20]

Dans la même année, expulsé de l'Académie de Richmond, il est tombé amoureux d'Elena Stannard, mère d'un de ses condisciple. Inconsolable de la mort prématurée de Mme Stannard, des lettres montre que pendant plusieurs mois, il est allé seul, la nuit, même sous la pluie, pleurant désespérément sur sa tombe. Cette année-là, il composa des rimes à Elena, puis à Eleanor Irene, Paeau. Mais seulement Sarah Elmira Royste exerçait sur lui un charme irrésistible, si bien qu'elle est devenue engagée avant de vous inscrire à 'Université de Virginie d'étudier les langues anciennes et modernes.[21][22] L'université a été fondée sur les idéaux de son fondateur, Thomas Jefferson et il avait des règles strictes contre pari, chevaux, armes, tabac et l 'alcool; Toutefois, ces règles étaient généralement ignorées. Jefferson avait proposé un système d'autogestion auquel l'étudiant a le droit de choisir leur propre programme d'études. Le système, cependant, était un peu chaotique et il y avait un taux élevé d'abandon scolaire.[23] Pendant son temps à l'Université, Poe a perdu le contact avec Royste et se brouille avec le père adoptif à cause des dettes de jeu. Poe a affirmé que Allan ne lui avait pas donné suffisamment d'argent pour vous inscrire à des cours, d'acheter des livres et pour le logement. Allan a envoyé de l'argent supplémentaire et des vêtements, mais malgré que les dettes de Poe a augmenté.[24] Poe a quitté l'université après un an et, ne se sentant pas bien reçu à Richmond, en particulier après avoir appris que sa petite amie Royste avait épousé Alexander Shelton, il a déménagé à Boston en Avril 1827 en se soutenant avec des petits boulots comme commis et journaliste.[25] À un certain moment de commencer à utiliser le pseudonyme Henri Le Renneet.[26]

carrière militaire

Edgar Allan Poe
Poe était stationné à Fort Independence Boston alors qu'il était dans l'armée.

Ne pas être en mesure de garder, le 27 mai 1827 Poe, il est enrôlé dans Armée États-Unis en tant que privé, devenant connu sous le nom « Edgar A. Perry », et qui prétend avoir 22 ans alors qu'il était seulement dix-huit ans.[27] Dans un premier temps il a servi à Fort Independence, à Boston Harbor, avec un salaire de cinq dollars par mois.[25] La même année, il publie son premier livre, un recueil de 40 pages poésie, Tamerlan et autres poèmes, qu'il a conduit à la signature d'un « Bostonien ». Il a été imprimé à 50 exemplaires, et le livre qu'il a reçu pratiquement aucune attention.[28] Le régiment de Poe a été envoyé à Fort Moultrie à charleston, Caroline du Sud et, le 8 Novembre 1827, il a voyagé à bord du navire brick Waltham. Poe a été promu « Artificier » un spécialiste Enrôlé dans la tâche de préparer la grenades pour 'artillerie, rôle pour lequel il a vu son double salaire.[29] Après avoir été Artificier pendant deux ans, atteignant le grade de sergent-major de la 'artillerie (Le plus haut rang un sous-officier peut atteindre), Poe a cherché à mettre fin à son mandat d'engagement. Il a révélé à son commandant, le lieutenant Howard, son vrai nom et sa situation. Howard serait alors accepté de rejeter Poe à condition qu'il se réconcilie avec John Allan. Cependant, malgré plusieurs sollicitations, Allan Poe ignoré, pas même l'informant de la maladie de sa mère adoptive. Frances Allan morì 28 Février 1829, et Poe a pu visiter sa tombe que le lendemain de son enterrement. Peut-être adouci par la mort de sa femme, John Allan a accepté d'aider le jeune Poe à tâtons congédiée pour être admis à la United States Military Academy de West point.[30]

15 Avril 1829, Poe a finalement quitté l'armée.[31] Avant d'entrer dans West Point, Poe a passé un peu de temps à Baltimore pour rester avec sa tante Maria la veuve de Clemm, sa fille, Virginia Eliza Clemm (premier cousin de Poe), son frère Henry et grand-mère invalide Elizabeth Cairnes Poe.[32] Pendant ce temps, Poe a publié la même année, son deuxième livre, A Aaraaf, Tamerlan et Poèmes mineurs.[33]

Le 1er Juillet 1830, il inscrit comme cadet à l'académie militaire de West Point;[34] quelques mois plus tard, en Octobre, John Allan a épousé sa seconde femme, Louisa Patterson.[35] Le mariage et les conflits entre Poe et Allan ont pris les enfants naturels du père adoptif de refuser Poe[36] et celui-ci a décidé de quitter West Point aller volontairement pour répondre cour martiale. 8 Février 1831, a fait l'objet de poursuites pour en faute lourde et la désobéissance à un ordre pour avoir refusé de participer à la formation, l'éducation et les rites religieux. Poe délibérément plaidé coupable afin d'être expulsé, sachant qu'il serait reconnu coupable.[37]

En 1831, donc, il est parti pour New York, où il a publié un troisième volume de poèmes, intitulé simplement poèmes. Le livre a été financé avec l'aide de ses camarades cadets de West Point, dont beaucoup ont fait don de 75 cents à la cause, soulevant un total de 170 $. Ils attendaient des vers semblables à ceux satiristes Poe a écrit sur leurs commandants.[38] Imprimé par Elam Bliss de New York, il a été étiqueté "deuxième édition« Et inclus une dédicace: » Ce volume est respectueusement dédié au corps des cadets américains « Dans le livre ont été réimprimés les longs poèmes ».Tamerlan« Et »A Aaraaf« Mais ils faisaient aussi partie de six poèmes inédits dont les premières versions de »Elena""Israfel« Et »La Cité de la mer».[39] En Mars de cette année, il est revenu à Baltimore de sa tante, son frère et son cousin. Le frère aîné Henry, en mauvaise santé en partie à cause des problèmes alcoolisme, Il est mort le 1er Août.[40]

Carrières Publishing

Après la mort de son frère, Poe a commencé des tentatives plus concrètes pour promouvoir sa carrière d'écriture; Cependant, il a trouvé un moment très difficile pour l'industrie de l'édition États-Unis.[41] Ce fut le premier Américain sait qu'il a essayé de ne vivre comprend les revenus de l'écriture[42][43] et il a été entravée par l'absence d'un droit international droit d'auteur.[44] Souvent, les éditeurs britanniques imprimerie d'écrivains américains sans emploi rémunéré.[43] Le secteur a également été particulièrement impressionné par panique de 1837.[45] En dépit de la croissance en plein essor des périodiques, facilitée en partie par les nouvelles technologies, beaucoup n'a pas duré plus de deux pistes[46] et les éditeurs ont souvent refusé de payer leurs écrivains ou les payaient très tard, que ce qu'ils ont négocié.[47] Au cours de ses tentatives de rester avec son travail d'écrivain, Poe, il a dû recourir à plusieurs reprises à des demandes humiliantes pour de l'argent et d'autres aides.[48]

Edgar Allan Poe
Virginia Clemm, cousin et femme plus tard de Poe juste treize ans. Sa mort prématurée peut avoir inspiré un grand nombre des œuvres de l'écrivain.

Après ses premières expériences poétiques, Poe tourna son attention vers prose. Il a publié en Philadelphie des histoires et ont commencé à travailler sur son seul drame, poliziano. En Octobre 1833, la Baltimore samedi Visiter Poe a donné un prix pour sa nouvelle "Manuscrit trouvé dans une bouteille».[49] L'histoire l'a amené à l'attention John Pendleton Kennedy, un résident de Baltimore avec des moyens considérables qui ont aidé Poe à publier certaines de ses histoires, et l'a présenté à Thomas W. White, directeur de Southern Literary Messenger Richmond. Poe est ainsi devenu rédacteur en chef adjoint du magazine pour le mois d'Août 1835[50] malgré cela, il a été congédié quelques semaines parce qu'il a été pris en état d'ébriété par son patron.[51] Dans une lettre en date du 11 Septembre 1835 écrit par John Pendleton Kennedy, l'un de ses rares admirateurs, a écrit que:

« Je ne l'ai jamais été dans une dépression spirituelle jusqu'à maintenant, il a mis en garde. Je cherche en vain dans cette mélancolie et croyez-moi quand je vous dis que, malgré l'amélioration de mon état, je me vois plus misérable. Consolatemi que vous pouvez et avoir pitié de moi parce que je souffre dans cette dépression de l'esprit qui se prolonge, me ruiner ...[52] »

De retour à Baltimore, en secret, il Mariage 22 Septembre, 1835 son cousin de Virginie. Poe était de 26 ans, alors que seulement 13 Virginia, bien que le certificat de mariage établissant qu'il avait 21.[53] Réintégré par White après avoir promis un bon comportement, Poe a déménagé à Richmond avec Virginie et sa mère. Il est resté dans messager Jusqu'à Janvier 1837, et à cet égard, il a déclaré que, durant cette période, le journal a augmenté de 700 à 3 500 exemplaires.[9] En outre, il a publié plusieurs poèmes, des critiques de livres, des critiques et des histoires. Le 16 mai 1836 a été une deuxième cérémonie de mariage à Richmond avec Virginia Clemm, ce public nouveau.[54]

Entre 1837 et 1838, il écrit Les Aventures d'Arthur Gordon Pym (Les Aventures d'Arthur Gordon Pym), Qui a été publié en 1838. Il est l'un des livres les plus célèbres de Poe, et parmi les plus représentatifs de son récit de la terreur.[55] En été de l'année suivante Poe est devenu rédacteur en chef adjoint du magazine Magazine Gentleman Burton. Il a publié de nombreux articles, histoires et commentaires, en améliorant sa réputation critique acerbe qui avait obtenu au Southern Literary Messenger. Dans la même année, 1839, ont été publiés en deux volumes de "The Tales of the Grotesque et Arabesque" (Tales of the Grotesque et Arabesque), Qui a reçu des critiques mitigées.[56] Poe a quitté la Burton après environ un an et il a trouvé un poste d'assistant à la Magazine Graham.[57]

En 1840, il composa une Philadelphie La Chute de la maison Usher, Morella, William Wilson, la comète et La conversation de Eiros et Charmion et en Juin de cette année, il a annoncé son intention de fonder un journal intitulé style.[58] A l'origine, il voulait appeler le Penn. Le 6 Juin 1840, l'écrivain a acheté un espace publicitaire sur Le Saturday Evening Post, pour son projet: « Prospectus le Penn, un magazine mensuel littéraire publié dans la ville de Philadelphie par Edgar A. Poe ".[59] Le magazine n'a jamais été réalisé. Pendant ce temps, il a essayé d'obtenir un poste avec l'administration Tyler, affirmant qu'il était membre du Whig Party.[60] Il espérait prendre à douane Philadelphie grâce à l'intercession d'un ami, Frederick Thomas, connaissance de fils du président Tyler;[61][62] Cependant, Poe n'a pas démontré à la rencontre avec Thomas pour discuter de la nomination, prétendant avoir été malade, bien que l'ami a pensé qu'il était en état d'ivresse.[63] Bien qu'il ait promis un rendez-vous, tous les postes étaient occupés par d'autres.[64]

En 1841, pour la cadeau et Magazine de Graham, il a écrit Eleanor et autographie, études littéraires et critiques des écrivains contemporains, Le Portrait Ovale, La vie de la mort, Le Masque de la mort rouge; composé Assassinat dans la rue Morgue, considéré par beaucoup comme le conte fondateur du genre policier. Dans ce document apparaît pour la première fois le caractère du détective criminaliste Auguste Dupin, précurseur de ces enquêteurs « déductifs » qui sera en Sherlock Holmes Le représentant le plus célèbre.

Edgar Allan Poe
Poe a passé les dernières années de sa vie dans ce petit chalet à Fordham, dans ce qui est maintenant le Bronx.

En 1842, il a publié Les terres Arnheim, Le jardin dans le paysage, Le puits et le pendule, Le Mystère de Marie Roget, des œuvres qui gravitent autour d'une vision de la réalité et de l'imagination en même temps; la haine, la fascination et la peur, l'enthousiasme et la méfiance d'une société qui tente d'échapper à un riche échos en prose shakespearien et métaphysique.

Un soir, au mois de Janvier 1842, la Virginie a montré les premiers signes de « décadence », une condition qui est connu aujourd'hui comme tuberculoseAlors qu'il chantait et jouait du piano cassé un vaisseau sanguin dans sa gorge.[65] Poe a commencé à boire plus intensément à cause du stress causé par la maladie de sa femme; il a quitté Graham et il a essayé de trouver un nouvel emplacement. Il est retourné à New York, où il a travaillé pendant un peu de temps pour 'Miroir soirée avant de devenir rédacteur en chef de Broadway Journal et, plus tard, son unique propriétaire.[66] Ici, il a attiré l'antipathie d'autres écrivains accusant publiquement Henry Wadsworth Longfellow de plagiat.[67] Parmi ses amitiés-Yorkais, cependant, il ne faut pas oublier la relation avec le musicien et patriote italien Piero Maroncelli.

En 1843, ils ont vu la lumière Le Gold Bug, qui est devenu un grand succès, et Le chat noir, écrits qui lui a donné une bonne célébrité. Le 29 Janvier 1845, son travail le Corbeau Il a été publié sur 'Miroir soirée, susciter une agitation. Malgré le succès de ce poème, qui est devenu instantanément célèbre Poe,[68] il a été payé seulement 9 $ pour sa publication.[69] À la fois The Crow Il a également été publié dans la revue L'American Review: whig Journal avec le pseudonyme « Quarles ».[70]

En 1846, la Broadway Journal échoué.[66] Poe a déménagé dans un chalet à Fordham, New-York, dans ce qui est maintenant la Bronx à l'angle sud-est du Grand Concourse et Kingsbridge Road.[71] Virginie y mourut le 30 janvier 1847.[72] Les biographes et les critiques suggèrent souvent le thème fréquent dans les écrits de Poe de la « mort d'une belle femme » est née de la perte répétée des femmes tout au long de sa vie, y compris celle de sa femme.[73]

Accablés de douleur après la mort de Virginie, Poe a commencé à courtiser le poète Sarah Helen Whitman, qui a vécu dans providence, Rhode Island. Cependant, il n'a jamais été une implication, probablement à cause de 'alcoolisme Poe et son comportement erratique. Il y a aussi une chance importante que la mère de Whitman est intervenu pour faire échouer leur relation.[74] Poe est retourné à Richmond et a suivi sur la relation avec son amour d'enfance, Sarah Elmira Royster.[75]

L'extrême pauvreté dans laquelle il vivait encore obligé d'utiliser les feuilles sur le kit de lit (apporter une dot de la mariée) comme un linceul pour la femme elle-même. Contrairement à ce qui est dit, il n'a pas été Poe opiomane ou utilisateur de drogues pour la plupart de sa vie a commencé à boire massivement à consommer des drogues et que ces dernières années, surtout après la mort de sa femme.[76][77]

mort

Edgar Allan Poe
La tombe actuelle au Terrain Westminster Burial

Le 3 Octobre 1849, le scénariste a été trouvé délirante dans les rues de Baltimore, « dans une grande détresse, et ... besoin d'une assistance immédiate », selon l'homme qui l'a trouvé, Joseph W. Walker.[78] Il a été emmené à Washington College Hospital, où il est mort le dimanche 7 octobre 1849, à cinq heures du matin.[79] Poe n'a jamais été suffisamment lucide pour expliquer comment il avait trouvé dans un tel état grave, ni pourquoi porter des vêtements qui ne sont pas eux-mêmes.

On dit que Poe a invoqué à plusieurs reprises le nom « Reynolds » pendant la nuit avant sa mort, même si on ne sait pas qui il faisait référence. Certaines sources affirment que le derniers mots Poe était « Seigneur, aide ma pauvre âme. »[79] Tous les dossiers médicaux, y compris le certificat de décès, ont été perdus.[80] Les journaux de l'époque ont attribué la mort de l'écrivain dans une « congestion du cerveau » ou « inflammation cérébrale », euphémismes commun pour les décès dus à des causes telles quealcoolisme.[81]

La cause réelle de la mort reste encore un mystère;[82] commençant dès 1872 Il est communément pensé qui avait été kidnappé et forcé à boire de l'alcool, à utiliser à plusieurs reprises comme un « électeur forcé » (une pratique frauduleuse en usage dans XIXe siècle et il est connu sous le nom "cooping« );[83] d'autres hypothèses comprennent jimjams, cardiopathy, épilepsie, syphilis, méningite,[84] choléra[85] et colère.[86]

Comment puis dit un cardiologue à l'Université du Maryland Medical Center, R. Micheal Benitez dans son rapport publié en Septembre 1996« Nous ne pouvons pas dire avec certitude que la colère a causé sa mort à partir du moment où il n'y avait pas eu d'autopsie, mais cela est l'hypothèse à considérer plus véridique parce que des idées délirantes, des tremblements, des hallucinations et la confusion, des symptômes typiques la colère, ne peut pas être expliquée par l'abus d'alcool depuis Poe a cessé de prendre ces médicaments six mois avant l'admission à l'hôpital ».[87] Benitez a ajouté que « les comptes historiques de l'état de Poe à l'hôpital quelques jours avant sa mort indique que la plupart sans doute qu'il avait la colère. »[88]

Il avait voyagé en train de Richmond à Baltimore quelques jours plus tôt, le 28 Septembre; tout à Richmond, il a également fait une proposition de mariage avec une femme qui allait devenir sa seconde épouse. Poe l'intention de continuer le voyage à Philadelphie pour les affaires, quand il est tombé malade.[88] Les rapports indiquent qu'au début délirait avec des frissons et des hallucinations, puis est tombé dans le coma. Il se réveilla dans le coma, il est devenu calme et lucide, mais est retombé dans un état de délire, il est devenu agressif et avait besoin d'être immobilisé. Il a perdu connaissance et est mort plus tard le quatrième jour de l'hôpital.[88] Selon Benitez « est pas rare pour les patients qui souffrent de sevrage alcoolique gravement malade, récupérer pendant une courte période, puis se détériorer et mourir « et le retrait des opiacés ne produit pas tous ces symptômes, en alternance avec la lucidité et l'inconscience. Le médecin a également écrit que Poe Poe a refusé l'alcool qu'il a été offert (pour guérir l'abstinence) et ne buvait que de l'eau, mais avec grande difficulté; Cela semble être un symptôme de 'hydrophobie, la peur de l'eau (en fait il est un laryngospasme qui provoque la douleur et avaler difficulté), signe classique de la colère. Benitez conclut que Poe a probablement été mordu par un animal de compagnie, puis avait contracté la maladie, presque sans le savoir.[88]

Les « souvenirs » de Griswold

Le jour de l'enterrement d'Edgar Allan Poe, il est apparu une longue nécrologie sur New York Tribune, à la signature « Ludwig », qui a été rapidement diffusé dans tout le pays. La pièce a commencé par ces mots: « Edgar Allan Poe est mort à Baltimore avant-hier Cette annonce sera beaucoup effaroucher, mais peu le deuil. ».[89] « Ludwig » a été rapidement identifié comme Rufus Wilmot Griswold, un éditeur, critique et anthologies qui hébergeait des désaccords contre Poe depuis 1842. Griswold est devenu en quelque sorte exécuteur littéraire de Poe et a tenté de détruire sa réputation après sa mort.[90]

Rufus Griswold a écrit un article biographique de Poe appelé « Mémoire de l'auteur », dans laquelle je joins quelques oeuvres de l'écrivain. Griswold comme décrit un alcoolique, fou, drogué, dépravé et Poe a utilisé les lettres comme preuve.[90] Un grand nombre de ses demandes étaient, cependant, ou demi-vérités fausses ou déformées: par exemple, il est maintenant connu que Poe était pas toxicomane.[91] Le Poe a dénoncé amis inexactitudes du livre de Griswold,[92] Cependant, ses jugements ont été généralement admise. Cela est arrivé, en particulier parce qu'elle était la seule biographie complète disponible et a été largement réimprimé en partie parce que les lecteurs ont été fascinés à l'idée de lire des œuvres d'un homme « mal ».[93] Les lettres qui Griswold présenté comme une preuve de la représentation de Poe se sont révélées fausses par la suite.[94]

Le style et les thèmes littéraires

Edgar Allan Poe
1845 Portrait du peintre Samuel Stillman Osgood

Genres

Les œuvres les plus connues de la fiction de Poe sont style gothique,[95] un genre ci-dessous pour satisfaire le goût du public.[96] La plupart de ses thèmes récurrents ayant trait à la mort: ses signes physiques, les effets de la décomposition, préoccupations d'un enterrement prématuré (Dans "L'Enterrement Prématuré« ), La réanimation des corps morts et deuil.[97] Plusieurs de ses œuvres sont généralement considérés comme partie du genre de romantisme sombre, une réaction littéraire transcendantalisme,[98] qu'il était fortement détestée par Poe.[99] Il se moquait aux adeptes de ce mouvement[100][101] et il ridiculisé leurs écrits les décrivant comme "métaphores une course folle "[102] qui tombent dans la « veilleuse à cause de l'obscurité » ou « amour mystique pour le mysticisme. »[99] Cependant, dans une lettre à Thomas Holley Chivers Poe affirmé ne pas mépriser les spiritualistes, mais « seuls les hypocrites et les sophistes qu'il y avait parmi eux ".[103]

En plus des histoires d'horreur, Poe a également écrit satire, histoires humoristiques et buffles. Pour un effet comique, habilement, il a utilisé le 'ironie et l'extravagance du ridicule, souvent dans une tentative de détourner l'attention du lecteur de conformité culturelle.[96] "Metzengerstein» La première histoire que Poe célèbre publié,[104] Ce fut sa première incursion dans le genre d'horreur, mais il a été initialement conçu comme une satire burlesque le genre populaire.[105] Poe a également réinventé science-fiction, en utilisant dans ses écrits nouvelles technologies, telles que ballons à air chaud dans "La position de la balle».[106] Poe a écrit une grande partie de son travail en utilisant des thèmes spécifiquement ciblés aux goûts de masse.[107] À cette fin, sa fiction comprenait souvent des éléments liés à la pseudoscience populaires, tels que phrénologie[108] et physionomie.[109]

théorie littéraire

L'écriture de Poe reflète ses théories littéraires, qui est largement présenté dans sa critique et essais, tels que "Le principe poétique».[110] Il n'a pas apprécié le didactisme[111] et l 'allégorie,[112] Il croit que le sens d'un texte devait être caché sous une surface légère. Fonctionne avec des significations évidentes, il écrit, ils cessent d'être de l'art.[113] Il croit aussi que le travail de qualité doit être brève et concentrée sur un seul effet spécifique.[110] À cette fin, il a estimé que l'écrivain doit calculer soigneusement tous les sentiments et toutes les idées.[114]

dans "La philosophie de la composition« Un essai dans lequel Poe décrit la genèse de »The Crow» Il prétend avoir suivi strictement cette méthode. Thomas Stearns Eliot Il a dit: « Il nous est difficile de lire cet essai sans réfléchir si Poe avait tracé son poème avec un tel calcul, il prendrait plus de douleur à ce sujet: le résultat ne rend pas justice à la méthode. »[115] Le biographe Joseph Wood Krutch décrit l'essai comme « un exercice très ingénieux dans l'art de la rationalisation. »[116]

hérédité

Influence littéraire

Edgar Allan Poe
Illustration de 'impressionniste Édouard Manet pour la traduction Stéphane Mallarmé de "The Crow« 1875.

Au cours de sa vie, Poe était surtout reconnu comme un critique littéraire. le collègue James Russell Lowell Il l'a appelé « le critique le plus exigeant, philosophique et sans peur du drame que j'ai jamais écrit en Amérique », ce qui suggère, rhétoriquement, que, parfois, il a utilisé le 'l'acide prussique au lieu de l'encre.[117] Le Poe examine caustique lui a valu la réputation de « l'homme tomahawk».[118] L'une des cibles favorites des critiques Poe était le poète de Boston, Henry Wadsworth Longfellow, plus tard, il acclamé, souvent défendue par ses amis littéraires dans ce qui était alors connu sous le nom « La guerre Longfellow ». Poe a accusé Longfellow de « l'hérésie de l'enseignement », d'écrire des poèmes qui ont été plagiés sermons et sujets.[119] Poe correctement prévoyait que la réputation et le style des poèmes de Longfellow tomberaient en déclin, concluant que « compte tenu de sa haute qualité, mais lui refuser un avenir. »[120]

Poe était aussi connu comme un écrivain de fiction et est devenu l'un des premiers auteurs américains du XIXe siècle, plus populaire en Europe que celle à la maison.[121] Poe a été particulièrement apprécié France, en partie à cause des premières traductions Charles Baudelaire.[122]

La première des histoires de détective de Poe mettant en vedette Auguste Dupin Ils ont jeté les bases d'une future détective littéraire. monsieur Arthur Conan Doyle Il a dit: « Chaque histoire de détective [Poe] est une racine à partir de laquelle toute une littérature a développé .... où est la première histoire de détective que Poe inspirasse le souffle de la vie en elle? »[123] la Mystery Writers of America ils l'appelaient "Prix ​​Edgar« Prix d'excellence dans le genre qu'ils allouent chaque année.[124] Le travail de Poe a également influencé la science-fiction, en particulier Jules Verne, il a écrit une suite au roman de Poe Les Aventures d'Arthur Gordon Pym intitulé Le sphinx de la glace.[125] L'écrivain de science-fiction H. G. Wells Il a fait remarquer que « Pym dit ce qu'est un esprit très intelligent, il y a un siècle, aurait pu imaginer la région pôle sud».[126]

Comme beaucoup d'artistes célèbres, les œuvres de Poe produits imitateurs.[127] Parmi eux, il y avait une tendance à avoir la prétention d'être les ou seers médiums capables de « canal » l'esprit de poèmes de Poe. Parmi les plus importants d'entre eux il y avait Lizzie Doten, qui en 1863 a publié La vie intérieure de poèmes, dans lequel il a affirmé avoir « reçu » de nouvelles compositions par l'esprit de Poe. Ses travaux ont été remaniements de célèbres poèmes tels que Poe les Bells, mais ils ont proposé une nouvelle perspective positive.[128]

Poe a non seulement reçu des éloges, mais a également été critiquée. Cela est en partie due à la perception négative de son caractère personnel et l'influence de sa réputation.[121] William Butler Yeats souvent critique de Poe et une fois l'a appelé « vulgaire ».[129] le spiritualiste Ralph Waldo Emerson Il a parlé de la poésie "The Crow« Je dis: » Je ne vois rien dans ce "[130] et il a ridiculisé l'auteur appelant « l'homme dans la chanson. »[131] Aldous Huxley décrivant l'écriture de Poe dit que « tombe dans la vulgarité d'être trop poétique, l'équivalent de porter un anneau de diamant sur chaque doigt. »[132] On croit que seulement 12 exemplaires du premier livre de Poe, Tamerlan et autres poèmes, Ils ont survécu. En Décembre 2009, une copie a été vendue par Christie à New York pour 662500 $, un prix record pour une œuvre de la littérature américaine.[133]

Physique, la cosmologie et l'occulte

"Eureka: Un Poème Prose« A sage écrit en 1848, il a inclus une théorie cosmologique qui présageait la théorie de Big Bang 80 ans avant qu'il ne soit formulé,[134][135] ainsi que la première solution plausible Paradox Olbers.[136][137] Poe n'a pas utilisé la méthode scientifique en Eureka Au contraire, il a été écrit en utilisant l'intuition pure.[138] Pour cette raison, il est considéré comme une œuvre d'art est pas un traité scientifique;[138] alors qu'il était encore en vie, Poe a affirmé qu'il a été rapporté la vérité et jugé le travail de son chef-d'œuvre.[139][140] Cependant, Eureka Il est plein d'erreurs scientifiques. En particulier, les idées Poe ne tiennent pas compte principes newtoniens en ce qui concerne la densité et la rotation des planètes.[141] Poe, comme convaincu évolutionniste, étend ses réflexions à la vie sur Terre: il compare le processus de formation du système solaire, l'évolution de nouvelles espèces sur la Terre:

« Maintenant, c'est en accord clair avec ce que nous savons de la succession d'animaux sur Terre. Alors que la Terre a procédé dans sa condensation, les races supérieures sont apparues progressivement. »

Poe a également été fasciné par mesmérisme, si bien qu'il a écrit un premier roman, Apocalypse mesmeric, où une partie hypnotisé lit de mort décrit la vie après la mort, parler Royaume des Ombres. Puis, sur le même sujet, une histoire de quelques pages, Les faits dans le cas de M. Valdemar, aussi traduit par la Témoignage sur le cas de M. Valdemar.

Le chiffrement

Poe a cultivé un vif intérêt cryptographie. Il a mis un avertissement sur ses capacités sur 'Alexander Weekly (Express) Messenger, invitant cryptographes à lui envoyer leurs œuvres alors il aurait procédé à résoudre.[142] En Juillet 1841, Poe a publié un essai intitulé « Quelques mots sur secret d'écriture » sur Magazines de Graham. Profitant de l'intérêt public dans le sujet, il a écrit "Le Gold Bug« Cela utilise le chiffrement comme une partie essentielle de l'histoire.[143] Le succès Poe avec un cryptage était basé non pas tant sur sa connaissance profonde de ce champ (sa méthode était limitée à un simple chiffrement de substitution), Mais sur sa connaissance des magazines et des journaux. Sa capacité d'analyse passionnante, si évidente dans ses romans policiers, lui a permis de constater comment le public a été largement ignorants en partie sur les méthodes de remplacement par lequel simple cryptogramme pourrait être résolu, puis utilisé ceci à son avantage.[142] Le sentiment que Poe a pu créer avec ses cascades cryptographiques a joué un rôle important dans la popularisation le chiffrement des journaux et des magazines.[144]

Poe a contribué au chiffrement au-delà de l'intérêt croissant du public au cours de sa vie. William Friedman, un cryptographe éminent américain, a été fortement influencée par Poe.[145] L'intérêt initial de cryptographie Friedman est venu de la lecture de "Le Gold Bug« Comme un enfant, un intérêt qui ensuite mis à profit pour déchiffrer le Code PURPLE japonais au cours de la Guerre mondiale.[146]

Dans la culture de masse

En tant que personnage

Edgar Allan Poe a été souvent considéré comme un personnage fictif, souvent représenté comme le « génie fou » ou « « torturé artiste » qui esternava ses luttes internes.[147] Un grand nombre de ces représentations seront également fusionner avec les personnages de ses histoires, ce qui suggère Poe et ses personnages qu'ils partagent l'identité.[148] Souvent, les représentations de la fantaisie de Poe et sa capacité à résoudre des mystères, ont été utilisés dans des romans comme "Le Poe Ombre« de Matthew Pearl.[149]

Poe Toaster

En plus du mystère qui entoure la mort de Poe, un visiteur inconnu, communément appelé "Poe Toaster«A rendu hommage à sa tombe chaque année depuis 1949. Depuis cette pratique se poursuit depuis plus de 60 ans, il est probable que le »Poe Toaster« Il était vraiment plus d'une personne, même si la taxe était toujours le même. Chaque 19 Janvier dans les premières heures du matin, ce personnage était un toast avec cognac à la pierre tombale d'origine de Poe, laissant trois roses. Les membres du 'Société Edgar Allan Poe Baltimore a contribué à protéger cette tradition depuis des décennies.

Le 15 Août 2007 Sam Porpora, ancien historien de l'église de Westminster à Baltimore, où Poe est enterré, il a prétendu être celui qui a commencé la tradition. Porpora a dit avoir commencé en 1949, afin de recueillir des fonds et renforcer l'importance de l'église. Son histoire n'a jamais été confirmée[150] et quelques détails qu'il a donnés les journaux se sont révélés inexacts.[151] La dernière apparition de "Poe Toaster« Eu lieu le 19 Janvier 2009, le bicentenaire de la journée Poe.

travaux

romans

  • Les Aventures d'Arthur Gordon Pym (Les Aventures d'Arthur Gordon Pym) (1838)
  • Le journal de Julius Rodman (Le Journal de Julius Rodman) (1840, inachevé)

histoires

collections

raisonnement Histoires

divers thème Histoires

  • Une histoire de Jérusalem (Un conte de Jérusalem) (1832)
  • L'aventure sans pareille d'un Hans Pfaall (L'aventure sans pareille d'un Hans Pfaall) (1835)
  • Quatre bêtes dans un (Quatre bêtes dans un) (1836)
  • Le joueur d'échecs Maelzel (Chessplayer de Maelzel) (1836)
  • Conversation de Eiros et Charmion (La conversation de Eiros et Charmion) (1839)
  • L'Homme des foules (L'homme de la foule) (1840)
  • L'île du Fay (L'île du Fay) (1841)
  • Les terres Arnheim (Le Domaine d'Arnheim) (1842)
  • Matin sur Wissahiccon - L'orignal (Matin sur la Wissahiccon - L'élan) (1844)
  • La position de la balle (Le canular du ballon) (1844)
  • Interview de Monos et Una (Le colloque de Monos et A) (1841)
  • La milliseconde seconde histoire de Shéhérazade (Les Mille et deuxième conte de Schéhérazade) (1845)
  • le sphynx (le Sphinx) (1846)
  • La maison Landor (maison de Landor) (1849)
  • Von Kempelen et sa découverte (Von Kempelen et sa découverte) (1849)

Tales of Terror

  • Metzengerstein (Metzengerstein) (1832)
  • Le duc de l'Omelette (Le duc de l'Omelette) (1832)
  • Bon-Bon (Bon-Bon) (1832)
  • Manuscrit trouvé dans une bouteille (Mme trouvé dans une bouteille) (1833)
  • le rendez-vous (l'attribution) (1834)
  • Berenice (Berenice) (1835)
  • Morella (Morella) (1835)
  • Roi Pest - Une histoire contenant une allégorie (roi Pest) (1835)
  • ombre (Ombre - Parabole) (1835)
  • silence (Silence - A Fable) (1837)
  • Ligeia (Ligeia) (1838)
  • L'homme a pris fin (L'homme qui a été épuisé) (1839)
  • La Chute de la maison Usher ou La ruine de la maison Usher (La chute de la maison Usher) (1839)
  • William Wilson (William Wilson) (1839)
  • Une descente dans le Maelström (Une descente dans le Maelström) (1841)
  • Eleanor (Eleanor) (1841)
  • Ne jamais parier avec la tête du diable (Ne pariez jamais le diable votre tête) (1841)
  • Le Portrait Ovale (Le portrait ovale) (1842)
  • Le Masque de la mort rouge (Le Masque de la mort rouge) (1842)
  • Le puits et le pendule (Le puits et le pendule) (1842)
  • Le cœur TEMOIN (Le cœur révélateur) (1843)
  • Le chat noir (Le chat noir) (1843)
  • Un conte des montagnes Ragged (Un conte des montagnes Ragged) (1844)
  • L'Enterrement Prématuré (L'enterrement prématuré) (1844)
  • Apocalypse mesmeric (révélation mesmeric) (1844)
  • La boîte oblongue (La boîte oblongue) (1844)
  • Tu es l'homme (Tu es l'homme) (1844)
  • Le pouvoir des mots (La puissance des mots) (1845)
  • Le Démon de la Perversité ou Le démon de la perversité (Le diablotin du pervers) (1845)
  • Quelques mots avec une maman (Quelques mots avec une momie) (1845)
  • Le système Dr. Goudron et prof. plume (Le système de dr. Tarr et le professeur. Fether) (1845)
  • Les faits dans le cas de M. Valdemar (Les faits dans le cas de M. Valdemar) (1845)
  • La Barrique d'amontillado ou Le fût de Amontillado (Le fût de Amontillado) (1846)
  • Hop-Frog (Hop-Frog) (1849)
  • En dépit d'être les contes de horrorifico de genre écrit « Eleonora, Ligeia et Morella » font partie d'une trilogie propre.

Histoires drôles et satire littéraire

  • Perte de souffle (Perte de souffle) (1832)
  • mondanités (Lionizing) (1835)
  • mystification (mystification) (1837)
  • Comment écrire un article à Blackwood (Comment écrire un article Blackwood) (1838)
  • Une situation embarrassante (Une situation) (1838)
  • Le Diable dans le beffroi (Le Diable dans le beffroi) (1839)
  • Parce que le Français met sa main au cou (Pourquoi le petit franchman porte sa main en écharpe) (1840)
  • l'homme d'affaires (L'homme d'affaires) (1840)
  • Trois dimanches dans une semaine (Trois dimanches dans une semaine) (1841)
  • l'arnaque (diddling) (1843)
  • les verres (les spectacles) (1844)
  • L'Ange du Odd (L'Ange du Odd) (1844)
  • Thingum de Bob littéraire Vie (La vie littéraire de Thingum Bob, Esq.) (1844)
  • En tant que paragrabo icsare (X-ing à paragrab) (1849)
  • Mellonta Tauta (Mellonta Tauta) (1849)

poèmes

  • Tamerlan (Tamerlan) (1827)
  • chant (Song) (1827)
  • rêves (Rêves) (1827)
  • Esprits des morts (Spirits of the Dead) (1827)
  • L'étoile du soir (Evening Star) (1827)
  • imitation (Imitation) (1827)
  • chambres (Chambres) (1827)
  • Un rêve (A Dream) (1827)
  • Le plus beau jour (Le plus beau jour) (1827)
  • le lac (Le Lac) (1827)
  • Sonnet à la science (Sonnet - à la science) (1829)
  • A Aaraaf (Al Aaraaf) (1829)
  • Romanza (Romance) (1829)
  • A la rivière (À la rivière) (1829)
  • rêverie (Fairy-Land) (1829)
  • Elizabeth (Elizabeth) (1829)
  • acrostiche (An acrostic) (1829)
  • seulement (Seul) (1830)
  • pour Elena (Helen) (1831)
  • Israfel (Israfel) (1831)
  • La dame qui dort (The Sleeper) (1831)
  • La vallée de Unrest (La Vallée des Unrest) (1831)
  • La ville dans la mer (La ville dans la mer) (1831)
  • A Paean (A Paean) (1831)
  • Un au paradis (Pour un au Paradis) (1834)
  • hymne (Chant) (1835)
  • Serenata (Serenade) (1835)
  • chatte (Fanny) (1835)
  • le Colisée (Le Colisée) (1835)
  • Ballad nuptiale (Ballad mariée) (1837)
  • en Zakynthos (Zante) (1837)
  • Le palais enchanté (The Haunted Palace) (1839), inclus dans l'histoire La Chute de la maison Usher
  • silence (Sonnet - Silence) (1839)
  • Lenora (Lenore) (1842)
  • Le ver conquérant (The Worm Conquérant) (1843)
  • Eulalia (Eulalia) (1843)
  • Terre des rêves (Dream Land) (1844)
  • le corbeau (Raven) (1845)
  • A Valentina (A Valentine) (1846)
  • Ulalume (Ulalume) (1847)
  • énigme (An Enigma) (1848)
  • les cloches (Les cloches) (1849)
  • Un rêve dans un rêve (A rêve dans un rêve) (1849)
  • pour Annie (Pour Annie) (1849)
  • Eldorado (Eldorado) (1849)
  • Pour ma mère (Ma mère) (1849)
  • Annabel Lee (Annabel Lee) (1849)
  • Pour Elena (2) (Helen 2)

Essais

  • ameublement Philosophie (La philosophie de meubles) (1840)
  • La rationalité du verset (La raison d'être du verset) (1842)
  • La philosophie de la composition (La philosophie de la composition) (1846)
  • Eureka (Eureka - Un poème en prose) (1848)
  • Le principe poétique (Le principe poétique) (1849)

dramaturgies

  • poliziano (Politian) (drame inachevé)

films transpositions de ses œuvres

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: adaptations cinématographiques et télévisées d'Edgar Allan Poe.

Des histoires d'Edgar Allan Poe avait beaucoup de traits film. Les plus célèbres sont La Chute de la maison Usher, Les vivants et les morts, Le puits et le pendule, enterré vivant, Tales of Terror, le Corbeau, Le Masque de la mort rouge, La tombe de Ligeia, Esprits des morts, Black Cat (chat noir) et Deux yeux maléfiques et le Corbeau.

E. A. Poe et de la musique

La « musicalité » de la poésie et a toujours fasciné les lecteurs de la prose de Poe, et la preuve qu'il est le droit inhérent est donnée par l'appât qui a toujours lieu pour les musiciens aussi importants. Operas des auteurs italiens inspirés par les textes et la même personne Poe sont diverses:

le Maestro Bruno Bettinelli Il a écrit un acte Le puits et le pendule, basé sur 'roman du même nom Poe. Après des décennies de négligence, le travail a été repris à Théâtre Donizetti de Bergame en 2014.

Trieste Giulio Viozzi (1912-1984) a écrit Allamistakeo, jeu acte basé sur l'histoire de Poe. Première représentation: Teatro Donizetti à Bergame, en 1954.

le Maestro Vieri Tosatti (1920-1999) a écrit au lieu de deux ouvrages sur les thèmes de Poe:

Le système Sweetness (1948-1949), représentée également la première fois au Théâtre Donizetti de Bergame en 1951, il est pris dans le roman Le système Dr. Goudron et prof. plume. Le second ouvrage, Le ciel et le poète (En trois actes, de 1964/5), il est plutôt basé sur la juxtaposition de plusieurs des histoires de Poe et de poèmes, qui devient même le protagoniste.

Quelques contes de Poe a été inspiré par l'album The Alan Parsons Project nommé Tales of Mystery and Imagination - Edgar Allan Poe 1976, à savoir les poèmes le corbeau,Un rêve dans un rêve et Un au paradis et Tales of Terror Le cœur TEMOIN,La Barrique d'amontillado,Le système Dr. Goudron et prof. plume et La Chute de la maison Usher. D'autres travaux du groupe ont été inspirés par les histoires de R.E. Poe Le Gold Bug, chanson inspirée par le roman Le Gold Bug. Eric Woolfson, un membre éminent du Alan Parsons Project a publié en 2003 l'album solo Poe: Plus de Tales of Mystery and Imagination contenant plus de chansons sur les histoires de Poe.

notes

  1. ^ prononciation Edgar Allan Poe: (FR) Définition d'Edgar Allan Poe du dictionnaire de l'Oxford Advanced Learner, Oxford University Press. Récupéré le 31 Décembre, 2014 (déposé 31 décembre 2014).
  2. ^ Edgar Allan Poe Histoires, Einaudi
  3. ^ (FR) Edgar Allan Poe - Biographie, L'École supérieure européenne. Récupéré le 31 Décembre, 2014 (déposé 8 octobre 2014).
  4. ^ Edgar Allan Poe et son influence sur la littérature américaine, papier Séminaire, 2000
  5. ^ (FR) Edgar Allan Poe, sur poèmes poètes, La poésie Fondation. Récupéré le 31 Décembre, 2014 (déposé 29 novembre 2014).
  6. ^ (FR) Quel impact Edgar Allan Poe ont sur la littérature moderne? Quels changements Edgar aide ..., eNotes. Récupéré le 31 Décembre, 2014 (déposé 31 décembre 2014).
  7. ^ Introduction par Sergio Perosa: Edgar Allan Poe, Tales of Terror (Knopf), Google books, p. IV. Récupéré le 31 Décembre, 2014.
  8. ^ Poe Boston: 2009, sur The Raven Returns: Edgar Allan Poe Bicentennial Celebration, Les fiduciaires de Boston College. Récupéré 26 mai 2012 (Déposé par 'URL d'origine 30 juillet 2013).
  9. ^ à b Allen, 1927.
  10. ^ Quinn, 1998, p. 13.
  11. ^ Nelson, 1981.
  12. ^ Canada, 1997.
  13. ^ Meyers, 1992, p. 8.
  14. ^ à b Meyers, 1992, p. 9.
  15. ^ Quinn, 1998, p. 61.
  16. ^ Irene Merli, Stylos secrets - La vie secrète des grands écrivains, en Focus Histoire, n. 94 (Août 2014).
  17. ^ Silverman, 1991, pp. 16-18.
  18. ^ PoeMuseum.org, 2006.
  19. ^ Meyers, 1992, p. 20.
  20. ^ Silverman, 1991, pp. 27-28.
  21. ^ Silverman, 1991, pp. 29-30.
  22. ^ Université de Virginie. Un catalogue des officiers et des étudiants de l'Université de Virginie. Deuxième session, 1er Février À compter, 1826. Charlottesville, VA: Steam Chronicle Book Printing House, 1880, p. 10
  23. ^ Meyers, 1992, pp. 21-22.
  24. ^ Silverman, 1991, pp. 32-34.
  25. ^ à b Meyers, 1992, p. 32.
  26. ^ Silverman, 1991, p. 41.
  27. ^ Cornelius, 2002, p. 13.
  28. ^ Meyers, 1992, pp. 33-34.
  29. ^ Meyers, 1992, p. 35.
  30. ^ Silverman, 1991, pp. 43-47.
  31. ^ Meyers, 1992, p. 38.
  32. ^ Cornelius, 2002, pp. 13-14.
  33. ^ Sova, 2001, p. 5.
  34. ^ Krutch, 1926, p. 32.
  35. ^ Cornelius, 2002, p. 14.
  36. ^ Meyers, 1992, pp. 54-55.
  37. ^ Hecker, 2005, pp. 49-51.
  38. ^ Meyers, 1992, pp. 50-51.
  39. ^ Hecker, 2005, pp. 53-54.
  40. ^ Quinn, 1998, pp. 187-188.
  41. ^ Whalen, 2001, p. 64.
  42. ^ Meyers, 1992, p. 138.
  43. ^ à b Quinn, 1998, p. 305.
  44. ^ Silverman, 1991, p. 247.
  45. ^ Whalen, 2001, p. 74.
  46. ^ Silverman, 1991, p. 99.
  47. ^ Whalen, 2001, p. 82.
  48. ^ Meyers, 1992, p. 139.
  49. ^ Sova, 2001, p. 162.
  50. ^ Sova, 2001, p. 225.
  51. ^ Meyers, 1992, p. 73.
  52. ^ (FR) Edgar Allan Poe à John Pendleton Kennedy - 11 Septembre, 1835 (LRT-050), Société Edgar Allan Poe de Baltimore, le 11 Septembre, 1835. Récupéré le 1er Janvier ici à 2015 (déposé 11 Octobre 2013).
  53. ^ Meyers, 1992, p. 85.
  54. ^ Silverman, 1991, p. 124.
  55. ^ Silverman, 1991, p. 137.
  56. ^ Meyers, 1992, p. 113.
  57. ^ Sova, 2001, pp. 39, 99.
  58. ^ Meyers, 1992, p. 119.
  59. ^ Silverman, 1991, p. 159.
  60. ^ Quinn, 1998, pp. 321-322.
  61. ^ Meyers, 1992, p. 144.
  62. ^ Silverman, 1991, p. 186.
  63. ^ Silverman, 1991, p. 187.
  64. ^ Silverman, 1991, p. 188.
  65. ^ Silverman, 1991, p. 179.
  66. ^ à b Sova, 2001, p. 34.
  67. ^ Quinn, 1998, p. 455.
  68. ^ Hoffman, 1998, p. 80.
  69. ^ OSTRAM, 1987, p. 5.
  70. ^ Silverman, 1991, p. 530.
  71. ^ Schroth, Raymond A. Fordham: Une histoire et Memoir. New York: Fordham University Press, 2008: 22-25.
  72. ^ BronxHistoricalSociety.org 2007.
  73. ^ Weekes, 2002, p. 149.
  74. ^ Benton, 1987, p. 19.
  75. ^ Quinn, 1998, p. 628.
  76. ^ (FR) Edgar Allan Poe, la drogue et l'alcool, eapoe.org.
  77. ^ Woodberry, George Edward, "[Notes - Poe et Opium]," La vie d'Edgar Allan Poe; Littéraire et personnelle (1909), vol II, p. 428-430.
  78. ^ Arthur Hobson Quinn, Edgar Allan Poe: A Critical Biography, p. 638.
  79. ^ à b Meyers, 255.
  80. ^ Bramsback, Birgit (1970). « La dernière maladie et la mort d'Edgar Allan Poe: essai de nouvelle cotisation » Il a étudié Neophilologica (Université d'Uppsala), XLII. p. 40
  81. ^ Silverman, 435-436.
  82. ^ Silverman, 435.
  83. ^ John Evangelist Walsh, Minuit Dreary: La mort mystérieuse d'Edgar Allan Poe, Broché, New York, Minotaure Saint-Martin, 2000, pp. 32-33, ISBN 0-312-22732-9.
  84. ^ Meyers, 256.
  85. ^ (FR) Douglas MacGowan, Suspicion de choléra mort, crimelibrary.com. Récupéré 12 Septembre, 2009 (Déposé par 'URL d'origine 17 mai 2008).
  86. ^ Benitez, le Dr Michael R., « Un homme âgé de 39 ans avec changement d'état mental », Maryland Medical Journal, 45 (1996): 765-769.
  87. ^ Mystère Poe, umm.edu.
  88. ^ à b c Le mystère de la mort d'Edgar Allan Poe, edgarallanpoe.it.
  89. ^ Meyers, 1992, p. 259.
  90. ^ à b Hoffman, 1998, p. 14.
  91. ^ Quinn, 1998, p. 693.
  92. ^ Sova, 2001, p. 101.
  93. ^ Meyers, 1992, p. 263.
  94. ^ Quinn, 1998, p. 699.
  95. ^ Meyers, 1992, p. 64.
  96. ^ à b Royot, 2002, p. 57.
  97. ^ Kennedy, 1987.
  98. ^ Koster, 2002, p. 336.
  99. ^ à b Ljunquist, 2002.
  100. ^ Royot, 2002, pp. 61-62.
  101. ^ (Introduction), sur Le Corbeau dans l'étang Frog: Edgar Allan Poe et la ville de Boston, Les fiduciaires de Boston College, à 17 Décembre 2009-31 Mars 2010. Récupéré 26 mai 2012.
  102. ^ Hayes, 2002, p. 16.
  103. ^ Silverman, 1991.
  104. ^ Silverman, 1991, p. 88.
  105. ^ Fisher, 1993, pp. 142,149.
  106. ^ Tresch, 2002, p. 114.
  107. ^ Whalen, 2001, p. 67.
  108. ^ Hungerford, 1930, pp. 209-231.
  109. ^ Grayson, 2005, pp. 56-77.
  110. ^ à b Krutch, 1926, p. 225.
  111. ^ Kagle, 1990, p. 104.
  112. ^ Poe, 1847, pp. 252-256.
  113. ^ Wilbur, 1967, p. 99.
  114. ^ Iannaccone, 1974, p. 3.
  115. ^ Hoffman, 1998, p. 76.
  116. ^ Krutch, 1926, p. 98.
  117. ^ Quinn, 1998, p. 432.
  118. ^ Brett Zimmerman, Edgar Allan Poe: Rhétorique et style, Montréal, Université McGill-Queen Press, 2005, pp. 85-87, ISBN 0-7735-2899-7.
  119. ^ Paul Lewis, Quoth le détective: le cas d'Edgar Allan Poe contre le Boston littérateurs, Globe Newspaper Company, le 6 Mars 2011. 9 Avril Récupéré, 2013.
  120. ^ Sérénité et la prédiction de Poe Longfellow, sur Oubliés les chapitres de l'histoire littéraire de Boston, Les fiduciaires de Boston College, le 28 Mars - 30 Juillet, en 2012. Récupéré le 22 mai 2012.
  121. ^ à b Meyers, 1992, p. 258.
  122. ^ Harner, 1990, p. 218.
  123. ^ Frank, Science, 1997, p. 103.
  124. ^ Neimeyer, 2002, p. 206.
  125. ^ Frank, Science, 1997, p. 364.
  126. ^ Frank, Science, 1997, p. 372.
  127. ^ Meyers, 1992, p. 281.
  128. ^ Carlson, 1996.
  129. ^ Meyers, 1992, p. 274.
  130. ^ Silverman, 1991, p. 265.
  131. ^ New York Times, 1894.
  132. ^ Huxley, 1967, p. 32.
  133. ^ New York Daily Nouvelles, 2009.
  134. ^ Cappi, 1994.
  135. ^ Rombeck 2005.
  136. ^ Harrison, 1987.
  137. ^ Smoot, Davidson, 1994, p ..
  138. ^ à b Meyers, 1992, p. 214.
  139. ^ Silverman, 1991, p. 399.
  140. ^ Meyers, 1992, p. 219.
  141. ^ Sova, 2001, p. 82.
  142. ^ à b Silverman, 1991, p. 152.
  143. ^ Rosenheim, 1997, pp. 2, 6.
  144. ^ Friedman, 1993, pp. 40-41.
  145. ^ Rosenheim, 1997, p. 15.
  146. ^ Rosenheim, 1997, p. 146.
  147. ^ Neimeyer, 2002, p. 209.
  148. ^ Gargano, 1967, p. 165.
  149. ^ Maslin, 2006.
  150. ^ Hall, 2007.
  151. ^ Associated Press, 2007.

bibliographie

sources

  • (FR) Hervey Allen, La vie et d'Edgar Allan Poe, Londres, 1927, SBN IT \ ICCU \ USM \ 1822027.
  • Fabrizio Amadori, "Reasoning à Poe", dans "Vanguard" (n. 59)
  • Tzvetan Todorov, Fantastiques, traduction de E. K. Imberciadori, Milan, GARZANTI Livres, 2007 [1975], ISBN 978-88-11-66978-4.
  • (FR) Robert Michael Benitez, Un homme âgé de 39 ans avec le changement de l'état mental, en "Medical Journal Maryland", nº 45, 1996, pp. 765-769. Récupéré le 19 mai 2015.
  • (FR) John Evangelist Walsh, Minuit Dreary: La mort mystérieuse d'Edgar Allan Poe, New York, Minotaure Saint-Martin, 2000 ISBN 0-312-22732-9.
  • Charles Baudelaire, Edgar Allan Poe, par Maurizio Ferrara, Bagno a Ripoli (FI), éditeur Passigli, 2001 ISBN 88-368-0669-4.
  • Julio Cortázar, La vie d'Edgar Allan Poe, par Claudio Cinti, Les routes de l'histoire, nº 64, Florence, courrier, 2004 ISBN 88-7166-806-5.
  • (FR) Douglas Anderson, Image de Ascent dans la fiction d'Edgar Allan Poe, Londres, Palgrave Macmillan, 2009 ISBN 0-230-61943-6.
  • (FR) Birgit Bramsbäck, La dernière maladie et la mort d'Edgar Allan Poe: essai de nouvelle cotisation, en « Etude Neophilologica », Volume XLII, Université d'Uppsala, 1970, pp. 40-59. Récupéré le 19 mai 2015.
  • (FR) Jeffrey Meyers, Edgar Allan Poe: Sa vie et l'héritage, New York, Cooper Square Press, 2000 ISBN 1-4616-6095-5.
  • (FR) Arthur Hobson Quinn, Edgar Allan Poe: A Critical Biography, Avant-propos par Shawn Rosenheim, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1998 [1941].
    Affichage limité sur Google Livres: (FR) Edgar Allan Poe: A Critical Biography, books.google.it. Récupéré le 10 Janvier ici à 2015.
  • (FR) Kenneth Silverman, Edgar A. Poe: A Biography. Souvenir Mournful et Interminable, New York, Harper Perennial, 2008 ISBN 0-06-092331-8.
  • (FR) Hervey Allen, introduction, en Les œuvres d'Edgar Allan Poe, New York, P. F. Collier Fils, 1927.
  • (FR) Richard P. Benton, Littéraire labeurs et récompenses de Poe, Benjamin Franklin Fisher IV (ed) Mythes et Réalité: Le mystérieux M. Poe, Baltimore, La Société Edgar Allan Poe, 1987, p. 1-25, ISBN 978-0-9616449-1-8.
  • (FR) Eric Walter Carlson, Un compagnon d'études Poe, Westport, CT, Greenwood Press, 1996 ISBN 978-0-313-26506-8.
  • (FR) Kay Cornelius, Biographie d'Edgar Allan Poe, en Harold Bloom (Eds), Les BioCritiques Bloom: Edgar Allan Poe, Philadelphie, PA, Chelsea House Publishers, 2002 ISBN 978-0-7910-6173-2.
  • (FR) Société Edgar Allan Poe, La maison de Baltimore Poe Museum, eapoe.org, 2007. Récupéré le 13 Octobre, 2007.
  • (FR) Benjamin Franklin Fisher IV, 'Metzengerstein' de Poe: pas un canular (1971), en Sur Poe: Le meilleur de la littérature américaine, Durham, Caroline du Nord, Duke University Press, 1993, p. 142-149, ISBN 978-0-8223-1311-3.
  • (FR) Raymond Foye (ed) Inconnu Poe, Broché, San Francisco, CA, City Lights, 1980 ISBN 0-87286-110-4.
  • (FR) Frederick S. Frank et Anthony Magistrale, L'Encyclopédie Poe, Westport, CT, Greenwood Press, 1997 ISBN 978-0-313-27768-9.
  • (FR) William F. Friedman, Edgar Allan Poe, cryptographe (1936), en Sur Poe: Le meilleur de la littérature américaine, Durham, Caroline du Nord, Duke University Press, 1993, p. 40-54, ISBN 978-0-8223-1311-3.
  • (FR) James W. Gargano, La question de narrateurs de Poe, à Robert Regan (ed) Poe: A Collection of Critical Essays, Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall, 1967, p. 165, ISBN 978-0-13-684963-6.
  • (FR) Gary Wayne Harner, Edgar Allan Poe en France: Un travail d'amour de Baudelaire, Benjamin Franklin Fisher IV (ed) Poe et son temps: L'artiste et son milieu, Baltimore, La Société Edgar Allan Poe, 1990 ISBN 978-0-9616449-2-5.
  • (FR) Edward Harrison, L'obscurité la nuit: Une énigme de l'Univers, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1987 ISBN 978-0-674-19270-6.
  • (FR) Kevin J. Hayes, Le Compagnon de Cambridge à Edgar Allan Poe, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 ISBN 978-0-521-79326-1.
  • (FR) Daniel Hoffman, Poe Poe Poe Poe Poe Poe Poe, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1998 [1972], ISBN 978-0-8071-2321-8.
  • (FR) Aldous Huxley, Littérature dans la vulgarité, à Robert Regan (ed) Poe: A Collection of Critical Essays, Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall, 1967, p. 32, ISBN 978-0-13-684963-6.
  • (FR) Steven E. Kagle, Le Cadavre Within Us, Benjamin Franklin Fisher IV (ed) Poe et son temps: L'artiste et son milieu, Baltimore, La Société Edgar Allan Poe, 1990 ISBN 978-0-9616449-2-5.
  • (FR) J. Gerald Kennedy, Poe, la mort et la vie de l'écriture, New Haven, Yale University Press, 1987 ISBN 978-0-300-03773-9.
  • (FR) Donald N. Koster, Influences de transcendantalisme sur American Life et littérature, David Galens (ed) Mouvements littéraires pour les étudiants Vol. 1., Detroit, Thompson Gale, 2002.
  • (FR) Joseph Wood Krutch, Edgar Allan Poe: A Study in Genius, New York, Alfred A. Knopf, 1926. (1992 réimpression: ISBN 978-0-7812-6835-6)
  • (FR) Matt Lake, bizarre Maryland, New York, Sterling Publishing, 2006 ISBN 978-1-4027-3906-4.
  • (FR) Kent Ljunquist, Le poète critique, par Kevin J. Hayes (ed) Le Compagnon de Cambridge à Edgar Allan Poe, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, pp. 7-20, ISBN 978-0-521-79727-6.
  • (FR) Mark Neimeyer, Culture Poe et populaire, par Kevin J. Hayes (ed) Le Compagnon de Cambridge à Edgar Allan Poe, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, pp. 205-224, ISBN 978-0-521-79727-6.
  • (FR) Randy F. Nelson, L'Almanach des lettres américaines, Los Altos, Californie, William Kaufmann, Inc., 1981 ISBN 978-0-86576-008-0.
  • (FR) John Ward OSTRAM, Littéraire labeurs et récompenses de Poe, Benjamin Franklin Fisher IV (ed) Mythes et Réalité: Le mystérieux M. Poe, Baltimore, La Société Edgar Allan Poe, 1987, p. 37-47, ISBN 978-0-9616449-1-8.
  • (FR) Arthur Hobson Quinn, Edgar Allan Poe: A Critical Biography, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1998 ISBN 978-0-8018-5730-0. (Initialement publié en 1941 par le New York: Appleton-Century-Crofts, Inc.)
  • (FR) Shawn James Rosenheim, L'imagination Cryptographic: Le Secret d'Edgar Poe écriture à Internet, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1997 ISBN 978-0-8018-5332-6.
  • (FR) George Smoot et Keay Davidson, En temps Wrinkles, Réimpression, New York: Harper Perennial, 1994 ISBN 978-0-380-72044-6.
  • (FR) Dawn B. Sova, Edgar Allan Poe A à Z: The Essential référence à sa vie et le travail, Broché, New York, Checkmark Books, 2001 ISBN 978-0-8160-4161-9.
  • (FR) Brian Stableford, La science-fiction avant le genre, Edward James et Farah Mendlesohn (ed) Le Cambridge Companion to Science Fiction, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, pp. 15-31, ISBN 978-0-521-01657-5.
  • (FR) John Tresch, Extra! Extra! Poe invente la science-fiction, par Kevin J. Hayes (ed) Le Compagnon de Cambridge à Edgar Allan Poe, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, pp. 113-132, ISBN 978-0-521-79326-1.
  • (FR) John Evangelist Walsh, Poe le détective: les curieux circonstances derrière « Le Mystère de Marie Roget », New York, Minotaure Saint-Martin, 2000 [1968], ISBN 978-0-8135-0567-1. (Édition 1968 imprimé par Rutgers University Press)
  • (FR) Karen Weekes, idéal féminin de Poe, par Kevin J. Hayes (ed) Le Compagnon de Cambridge à Edgar Allan Poe, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, pp. 148-162, ISBN 978-0-521-79326-1.
  • (FR) Terance Whalen, Poe et l'industrie de l'édition américaine, J. Gerald Kennedy (eds), Guide historique d'Edgar Allan Poe, New York, Oxford University Press, 2001, pp. 63-94, ISBN 978-0-19-512150-6.
  • (FR) Richard Wilbur, La Maison de Poe, à Robert Regan (ed) Poe: A Collection of Critical Essays, Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall, 1967, p. 99, ISBN 978-0-13-684963-6.

Opera omnia en anglais

  • Œuvres complètes d'Edgar Allan Poe, édité par C. F. Richardson, New York 1902
  • Les Œuvres, édité par T.O. Mabbott et B.R. Pollin, Cambridge (Mass.) 1969
  • Essais et Critiques, édité par G. R. Thompson, La Bibliothèque de l'Amérique, 1984, ISBN 978-0-940450-19-6.

Les grandes éditions italiennes des contes

  • histoires, Trad. Delfino Cinelli et Elio Vittorini, Mondadori, Milan, 1936 et modifications ultérieures. ed.
  • histoires, édité par Serviteurs Lidia Rho, UTET, Turin, 1941
  • histoires, Trad. A. Grosso, Chiantore, Torino 1945
  • Tales of Mystery, Trad. Mary Gallon, Rizzoli, Milan 1949
  • histoires fantastiques, Trad. Virginia Vaquer et Aldo Traverso, Casini, I.S., 1953
  • De nouveaux contes étranges, Trad. Decio Cinti, Sonzogno, Milan, 1956
  • Histoires du cauchemar, Trad. Mary Gallon, Rizzoli, Milan, 1956
  • Les histoires de l'impossible, Trad. Mary Gallon, Rizzoli, Milan, 1957
  • Histoires extraordinaires, Trad. de P.Ferruzzi, Curcio, Roma, 1962
  • Histoires extraordinaires. Histoires grotesques et sérieuses, par Franco Della Pergola, De Agostini, Novara, 1962.
  • Toutes les histoires. 22 illustrations de Harry Clarke, Collier Olympus noir, sucre, Milan, 1963
  • histoires extraordinaires, Trad. de F.Pivano, A.C.Rossi, A.Traverso, V.Vaquer, Sansoni, Florence, 1965
  • Toutes les histoires, Trad. Carla Apollonio, Betti, Milan, 1969; Orsa Maggiore Publishing, 1988-1992.
  • Toutes les histoires, Trad. Giuseppe Sardelli, Feltrinelli, Milan, 1970
  • histoires, édité par Gabriele Baldini, Trad. Gabriele Baldini et Luciana Pozzi, Garzanti, 1972 et suivants. ed.
  • histoires, Trad. Franco De Poli, Fabbri, Milano 1973
  • Œuvres choisies, Trad. Delfio de Cinelli, Vincenzo Mantovani, Elio Vittorini, Gabriele Baldini, Elio Chinol, Tommaso Giglio, édité par Giorgio Manganelli, Collier Meridiani, Mondadori, Milan, 1981.
  • Histoires, et grotesques arabesques, 2 vol., Introduction par Giorgio Manganelli, prémisse de Attilio Brilli, trans. Maria Gallone, Collier modernes Classics, BUR, Milan, 1980-1989-2005; Roots Collier, BUR, Milan, 2007, ISBN 978-88-17-01858-6.
  • Les contes 1831-1849, 3 vol., Collier traduit écrivains d'écrivains, de trans. de Giorgio Manganelli, Einaudi, Torino, 1983; puis contes, Obtenir. de Julio Cortazar, collier les milliers d'années, Einaudi, 1990; Collier ET bibliothèque, Einaudi, 2009.
  • histoires, pref. Marisa Bulgheroni, Bompiani, Milan, 1985
  • Tous les contes de mystère, cauchemar et la terreur, Trad. Daniela Palladini et Isabella Donfrancesco, Newron, Rome 1989
  • Toutes les histoires et poèmes, par Carlo Izzo, présentation de Guido Fink, lettres, Florence 1990
  • Toutes les histoires, par Ornella De Zordo, Murcia, Milan, 1992
  • Histoires et Poèmes, Sansoni, Florence, 1993.
  • histoires, Trad. Mariarosa Mancuso, Feltrinelli, Milan, 1998
  • toutes les histoires, par Carla Apollonio, Rusconi, Milano, 2007, ISBN 978-88-18-02485-2.
  • Tales of Terror, Trad. Carlo Amato, Dalai, Milan, 2011
  • histoires à sensation, édité par Carlo Martinez, Marsilio, Venise, 2014

D'autres œuvres traduites

  • Les Aventures de Gordon Pym, Trad. Elio Vittorini, Mondadori, Milan, 1937
  • Le rapport d'Arthur Gordon Pym, édité par Gabriele Baldini, Einaudi, Torino, 1943; Trad. Révisé par Susanna Basso, Einaudi, 2001
  • Gordon Pym Histoire, Trad. Mary Gallon, Rizzoli, Milan, 1957.
  • Les Aventures de Gordon Pym, édité par Ugo Rubeo, avant-propos Attilio Bertolucci, Editori Riuniti, Rome, 1981
  • L'histoire d'Arthur Gordon Pym, Trad. Roberto Cagliero, Garzanti, Milan, 1990
  • Les Aventures de Gordon Pym, Trad. Gloria Fossi, Giunti, Florence, 2010
  • Les Aventures de Gordon Pym, Trad. David Sapienza, Feltrinelli, Milan, 2013.
  • Eureka, Trad. Augustine Quadrino, theoria, Rome, 1982
  • Eureka, Trad. Alessandro Ceni, Cappelli, Bologne, 1983
  • Eureka, Trad. Maria Rosa Marin, ecig, Gênes, 1989
  • Eureka. Un essai sur le matériel de l'univers et spirituel, Trad. Alessandro Ceni Tozzi, Mondadori, Milan, 1993
  • Eureka. Poème en prose, Trad. Peter Meneghelli, Newton Compton, Rome, 1996
  • Eureka. Poème en prose, Trad. Paul Guglielmoni, Bompiani, Milano, 2001.
  • trouvés Écrits 1839-1845, par Francesco Mei, Shakespeare Société, Milan, j'ed. 1984.
  • le Corbeau - Ulalume - Annabel Lee enTraduction Fernando Pessoa. versions italiennes de Antonio Bruno, Gabriele Baldini, Elio Chinol, par Paolo Neck, Writers Collier traduit par Scrittori.Serie trilingues, Einaudi, Torino, 1995.

Les lettres et les lettres

  • Edgar Allan Poe, courrier (Recueilli par John Ward OSTRAM), trans., Avant-propos et traite Henry Furst, Collier Cameo 78, Longanesi C., Milano, 1955.
  • id., La vie à travers des lettres. Sous la direction de Barbara Lanati (1826-1849), trans. Luisa Balacco, Collier Autruches 425, Einaudi, Torino, 1992, ISBN 978-88-06-12784-8.
  • id., Je sais juste que j'aime: lettres d'amour, par Lucio Angelini, Archinto, Milan, 1994.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Edgar Allan Poe
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Edgar Allan Poe
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Edgar Allan Poe

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR60351476 · LCCN: (FRn79029745 · ISNI: (FR0000 0001 2135 4025 · GND: (DE11859527X · BNF: (FRcb11920094f (Date) · ULAN: (FR500212765 · NLA: (FR35426385 · BAV: ADV10082376 · LCRE: cnp00396155