s
19 708 Pages

derafsh kaviani
Le derafsh kaviani

la derafsh kaviani ((FA) درفش کاویانی - DRAF et Kavian) Il était une bannière qui a été utilisé par les rois Sassanides; Elle est aussi appelée la « Bannière de Jamshid« (DRAF-ı Jamshid), La « Bannière de Faridun« (DRAF-ı Freydun) Ou encore la « bannière royale » (DRAF-ı Kayi).

description

La légendaire bannière de 'Iran Il est constitué par une longue bande rectangulaire de cuir, adapté à retenir le tablier de forgeron Kaveh, le héros mythique de mythologie persane qui a dirigé le soulèvement contre le démon tyran Zahak[1].

Le récit épique du Xe siècle, Shahnameh, Kaveh veut utiliser son tablier en standard, pour rassemblare le peuple. Après la défaite du tyran, le peuple le tablier décoré de bijoux et faites drapeau improvisées, le symbole de la résistance.

Firdusi Il cite son tablier de cuir comme le symbole iranien de l'indépendance et l'esprit de résistance des masses face à des envahisseurs étrangers. Le drapeau a été décoré avec des bandes de soie jaune, magenta et écarlate.

sens

le nom DRAF et Kavian Il signifie « la bannière du roi » dans Pahlavi, ou « Kaveh »[2].

histoire

dynastie achéménide (559-323)

Nell 'Empire achéménide, dessous Cyrus II, le drapeau persan impérial était de forme rectangulaire et divisée en quatre triangles égaux. Les triangles étaient deux à deux de la même couleur, mais la norme officielle était la derafsh kaviani[citation nécessaire].

Sassanide dynastie (224-651)

Nell 'Empire sassanide, le drapeau était toujours en cuir et rectangulaire, ornée de bijoux, avec une étoile à quatre points principaux. Cette étoile est Akhtare Kaviani (Le Kaviani) étoiles Shahnameh. A la fin de la période sassanide, la derafsh kaviani Il a été porté à la bannière des dynasties sassanides[2] et Empire aryen (Ērānšāhr); il est donc le premier drapeau national iranien[3].

suite conquête islamique de la Perse, le fanion sassanide a été saisi de cette poubelle zerar Katta[2], qu'il a reçu 30.000 dinars. Une fois en possession de la bannière, le Calife Umar Il ne supprimait les bijoux avant de le brûler.[2]

notes

  1. ^ E. W. Ouest, Sad Dar, Kessinger Publishing, 2004, p. 50, ISBN 978-1-4191-4578-0.
  2. ^ à b c Djalal-Khaleghi Motlagh, Derafš et Kavian, vol. 7, Encyclopédie Iranica, 1996.
  3. ^ (FR) Josef Wiesehofer, Perse antique, New York, I.B. Tauris, 1996.