s
19 708 Pages

Meret (dieu)
Meret dans la copie d'un graffiti à présent Gizeh (ASAE 71).

« Pas de douleur est né dans ma maison. Les chanteurs et les filles se sont réunis, ils ont fait des acclamations tels que Meret: avec les cheveux tressés, Piacenti, avec des tresses et des seins hauts - prêtresses richement parés, oints de myrrhe, lotus parfumé, leurs têtes enguirlandés de couronnes. Ensemble enivrez pas de vin! »

(Du couvercle sarcophage de Uennefer[1])

Meret (ou Mert) Il est divinités égyptiennes appartenant à Religion de l'Égypte ancienne. Il a été associé à la joie, un chant et danse[2], et on a cru que son musique et ses mouvements pour participer la stabilité de l'ordre cosmique[3][4].

traits

Meret est souvent considéré comme le parèdre Dieu Hapy, le dieu de la Nil. Le nom peut faire référence à cette position: en effet, signifie seulement « Bien-aimés. » comme parèdre Hapy, il était généralement représenté avec les mêmes attributs de Dieu, la tête surmontée d' fleurs de lotus ou plantes de papyrus, plantes respectivement heráldicos concernant "haut et Basse-Égypte[5][6]. Depuis Hapy a été considéré comme le dieu de l'abondance, Meret pourrait être représenté avec un bassin plein d'offres: il a été considéré comme le « conteneur » symbolique de la générosité de Hapi.

Parmi les classes les plus pauvres, où le prestige de l'Etat était considéré comme secondaire par rapport à un bon collectées, Meret est de loin le plus vénéré comme l'épouse du dieu Hapi généreux que comme patron de la Haute et la Basse-Egypte. Comme la divinité étroitement associée à la récolte des cultures, le résultat de l'inondation du Nil, Meret était considéré comme un joyeux dieux, lié au chant et la danse[2]. D'une manière générale, Meret a également fait appel « trésor Lady » et représentée comme hiéroglyphe, dans lequel désigné 'or[4].

Selon une croyance plus tard, qui se trouvait dans "Livre des Portes« Meret était la déesse de la huitième heure de la nuit. Il pourrait être associé à Mut[7].

notes

  1. ^ Miriam Lichtheim, ancienne littérature égyptienne, vol 3, l'University of California Press, 1980, p. 56.
  2. ^ à b Lurker, Manfred. Dictionnaire des Dieux et Déesses, diables et démons, Routledge, 1987. ISBN 0-7102-0877-4. p. 231.
  3. ^ Richard H. Wilkinson, Les Dieux et Déesses complets de l'Egypte ancienne, Thames and Hudson 2003, p.152.
  4. ^ à b Meretr, sur www.reshafim.org.il. Récupéré 24 Février, 2017.
  5. ^ Meret de fleurs de lotus (JPG) lesphotosderobert.com.
  6. ^ Meret avec des fleurs de lotus 2 (JPG) alain.guilleux.free.fr.
  7. ^ James Hastings, Encyclopédie de la religion et de l'éthique, Kessinger Publishing, 2003, partie 24, p.712.

bibliographie

  • Edward Brovarski: Deux conseils d'écriture de Gizeh. dans: Annales du Service des Antiquités de l'Egypte. 71. Ausgabe 1987 S. 43f.
  • Waltraud Guglielmi: Die Göttin Mr.T: Entstehung und einer Verehrung Personifikation. Brill, Leiden u.ä. 1991. ISBN 90-04-08814-8.
autorités de contrôle VIAF: (FR62348335 · GND: (DE118957856