s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Bastet (désambiguïsation).
Bastet
Bastet

Bastet (également Bastit) Il est divinités égyptiennes appartenant à Religion de l'Égypte ancienne, déjà vénérée depuis la dynastie II (2890 BC[1]). Avec le nom de raphia, Il était à l'origine la déesse de la guerre en Basse-Égypte, la région de la Delta du Nil, avant l'unification des cultures'Egypte (Soit jusqu'à environ 3100 av[2]); au cours des siècles, elle a été représentée avec l'apparence de chat, en supposant des mythes et des propriétés protectrices[3]. Son nom peut aussi être traduit par Baast, Ubaste et Baset[4]. en mythologie grecque Il était aussi connu comme Ailuros (à partir de grec Ailouros, chat)[5]. Ce fut l'une des divinités les plus importantes et les plus vénérés de 'Egypte ancienne, Déesse de la maison, les chats, les femmes, la fertilité et la naissance[6].

histoire

De la période Archaïque du Nouvel Empire: Bast

Bastet
Statuettes de Bastet bronze et argent, de la période ptolémaïque ou romain Egypte. Walters Art Museum, Baltimore.

Les différentes cultures 'Egypte archaïque, fusionnés en une unification du pays (ca. 3125 BC), Ils avaient des dieux différents avec les mêmes fonctions et les mêmes attributs iconographique du troisième millénaire. C., Bastet ou, plus exactement, Bast (nom par lequel il était connu au fin de l'époque) Était représenté comme un lion est complètement à la fois en tant que femme à tête de lion[7]. Depuis les jours de Textes des Pyramides (V et sixième dynastie), Bast a été conçu à la fois comme une mère protectrice comme un terrible vengeur[8]; une formule recommandée pour invoquer fils de Bastet pour échapper à la épidémies[8]. Le lion a été considéré comme la bête la plus féroce africaine; les anciens ont regardé les lionnes chassent en groupe: avaient ainsi l'origine de la représentation de Bast comme déesse de la guerre et protecteur des Deux Terres. Nell 'Haute-Egypte, la déesse-lionne Sekhmet il était le dieu lion correspondant de guerre. Contrairement à de nombreuses divinités ont fusionné en une seule entité avec l'union des Deux Terres, Sekhmet et Bast se tenaient encore pendant longtemps deux personnalités distinctes dans le panthéon égyptien.

Le panthéon de l'ancienne religion égyptienne était en constante évolution. au cours de la XVIIIe dynastie, Thèbes Il est devenu la capitale du pays: de cette façon amon, patron de la ville, est devenu la divinité nationale suprême. Les prêtres du temple de Amun ont pu changer les niveaux d'importance et de l'influence des autres dieux; par exemple, Amon-Ra acquis une importance cruciale nouvel Empire. Cependant, les différences de sens que Bast et Sekhmet ont dans leurs régions respectives d'influence ont empêché la fusion en une seule divinité. À cette époque, le rôle de Bast comme la déesse de la guerre a commencé à se retirer en faveur de Sekhmet, ce qui prenait une connotation d'une grande violence et de la cruauté[6].

Il a été au cours du Nouvel Empire que scribes Ils ont commencé à ajouter le suffixe féminin à son nom, en passant par l'écriture raphia à Bastet. Probablement apportarono ce changement pour mettre en évidence la t finale, leur fait des noms féminins, souvent ne se prononce pas[7]. Ce nouveau nom aurait eu un plus grand succès parmi les égyptologues.

La période tardive: Bastet

Bastet
Amulette de Bastet qui fait un sistro, en porcelaine émaillée bleu (Troisième Période Intermédiaire). Walters Art Museum, Baltimore.

Égyptologues Turner et Bateson estiment que pendant la XXII dynastie (945 BC - 715 BC[9]), L'ancienne déesse Bast est passée d'un lion pour être représenté de façon permanente comme une divinité protectrice et rassurante qui ressemblait à chat[3], tandis que, à l'inverse, Sekhmet a été décrit comme particulièrement violent et redoutable[6]. Parce que les chats domestiques ont tendance à avoir un comportement doux et protecteur de son maître et sa maison, de sorte que les Egyptiens ont commencé à voir Bastet comme une bonne mère, souvent représenté avec des chatons[10][6]. Une amulette Bastet entourée de chatons était fréquente chez les femmes qui voulaient la grossesse: combien d'enfants ils espéraient avoir des chiots.

Bastet
Amulette d'un chat avec un chiot faïence vitrage. Walters Art Museum, Boston.

Assimilation avec déesses Isis et Wadjet Mut

Comme mère divine et, plus précisément, la divinité protectrice Basse-Égypte, Bastet était souvent associée à la déesse wadjet, le patron principal de la Basse-Egypte[11]. Enfin, il a pris le nom de Wadjet-Bast, en parallèle avec la combinaison entre Sekhmet et nekhbet, patron principal de la Haute-Egypte (la déesse Sekhmet-Nekhbet). En fin de compte, sa position prééminente en Basse-Egypte l'a amenée à être liée à la déesse la plus importante Mut, dont l'influence a été considérablement augmenté en même temps que celle de Amon-Rê: résultat de cette syncrétisme Il était la déesse Mut-Wadjet-Bast. Peu après, le changement constant du panthéon égyptien, Mut suppose également l'identité de Sekhmet-Nekhbet.

L'émergence de divinités similaires a conduit à une certaine confusion théologique: Certains documents donnent l'épithète de Bastet dame de sistro (Plus pertinent avec la déesse Hathor), D'autres ont comme un aspect de Isis (Mut a également été assimilée à Isis), tandis que les Grecs y voyaient une divinité lunaire plutôt que l'année civile; Bast était à l'origine une déesse sans aucun doute lié au soleil[10].

La période ptolémaïque

Les rois égyptiens indigènes ont été remplacés, avec des interruptions, des rois persans (de 525 BC[12]) Jusqu'à la mise en place de la dynastie ptolémaïque, qui a gouverné le pays pendant trois siècles (332 BC - 30 BC[13]). Les Pharaons ptolémaïques traditionnels préservés les pratiques et les croyances de l'Egypte, mais en les interprétant souvent par rapport à leur culture grecque personnelle. Ainsi, la théologie déjà complexe de Bastet, a été ajouté un certain hellénisation de la déesse, qui a également pris le nom de Ailuros (Du grec Ailouros, chat)[5], devenir aussi une question de Artemis, déesse grecque de la lune[6]. Ainsi, pour adapter à la mythologie grecque, Bastet a été faite sœur Horus, identifiés comme Apollon (Frère d'Artémis), et par conséquent fille divinités extrêmement importantes à la fin la religion égyptienne, Isis et Ra. Quand les Ptolémées et est tombé Rome a pris leur place en Egypte (30 avant JC), l'interprétation latine des divinités égyptiennes est restée conforme à celle grecque. Après l'avènement de Christianisme et dell 'Islam, en VIe siècle il n'y avait que quelques vestiges des anciennes croyances égyptiennes, bien que le culte d'Isis a accompagné la paganisme jusqu'à la fin[14].

nom

Bastet
Statuettes de Bastet bronze, datant fin de l'époque. Musée Georges-Labit, Paris.

Bastet, le nom généralement utilisé par les chercheurs de se référer à elle tout au long de l'histoire de son culte en raison de son utilisation par les dynasties passées, est une convention moderne basée sur une reconstruction linguistique, cependant, un débat[6]. Archaic En Egypte, son nom était bꜣst[6], habituellement rapporté comme raphia. Dans l'écriture égyptienne, t Finale a indiqué le sexe féminin, mais était généralement pas prononcé; l 'aleph ( ) Il pourrait être reléguée à une position, ce qui ꜣbst[7]. Ainsi, au cours du premier millénaire de son histoire, le nom bꜣst la déesse était peut-être lu comme * Ubaste ou * Ubastat, devenir Oubaste en copte[7]. Au cours des dynasties suivantes, le culte de la déesse a persisté, mais perdit de son importance en faveur de amon et d'autres dieux thébains (XVIIIe dynastie), Prenant le nom de Bastet, avec suffixe féminin défini[6]. Ce dernier orthographe du nom a été largement documenté dans les temps anciens, devenant ainsi la forme la plus familière aux savants. au cours de la XXII dynastie, la transition de Bast Bastet était parfaitement accompli.

W1 B1

bꜣst (Bast)

parfois

W1
t
B1

bꜣstt (Bastet)

Bastet
Détail d'un vase d'onguents albâtre en forme comme une lionne, peut-être symbolisant Bastet. trouvé dans La tombe de Toutankhamon, aujourd'hui à Musée égyptien du Caire.

sens Nom

La signification exacte de son nom échappe érudits modernes[7]. Une récente tentative d'interprétation faite par Stephen Quirke (Religion égyptienne ancienne[15]) Avec Bastet Traduit Ce dell'unguentario / Ce pot de pommade[15][6]. Cette lecture vient de l'observation que son nom est écrit avec le hiéroglyphe du pot de pommade (bꜣs); peut-être la déesse était associée à certains onguents onguents protecteurs ou sacrés, entre autres[7]. Le nom du matériau connu sous le nom albâtre Il pourrait en résulter, la médiation grecque, nommé Bastet[16].

Rôle et culte

Aux origines Bastet était une déesse-lionne du culte du soleil, symbolisant la chaleur apaisante du soleil, elle adorait pour sa puissance, sa force, sa beauté et son agilité (et en tant que tel il a été vénéré pour la plupart de l'histoire égyptienne[10]), Mais au fil du temps de plus en plus sont devenus assimilés aux cultes lunaires et les chats[10]. Lorsque la grippe grecque diffusion sur la société égyptien, Bastet est finalement devenu seulement une déesse lunaire, comme Grecs Ils ont identifié la Artemis, déesse grecque de la lune[6].

En tant que patron de la Basse-Égypte Il était aussi le patron de pharaon et donc se tourner vers la principale divinité mâle, Ra, le soleil[17]. Avec d'autres déesses léonines, il est parfois représenté comme le mode de réalisation de 'Eye of Ra (Ou Eye of Horus). Il a également été représenté dans l'acte de la lutte contre le serpent mal Apopi, arc-ennemi de Ra[6][18].

Ils ont souvent créé des images de Bastet albâtre, matériel que peut-être, avec la médiation de la langue grecque, tire son nom de la déesse (a-la-Bastet, dans les anciens moyens égyptiens Vase de Bastet)[16]. Il aurait pu être représenté dans l'acte de jouer un sistre de cérémonie[6] alors qu'il tient avec l'autre main 'égide, parfois orné de la tête d'un lion.

Son nom était associé à des vases précieux et des conteneurs dans lesquels les Egyptiens onguents utilisés comme maintenus parfums. Il a donc été aussi honoré comme déesse de parfums (fonction partagée avec le dieu Nefertum)[6], l'acquisition de l'épithète parfumé patron. Il a également été invoqué contre les maladies contagieuses, les épidémies et les mauvais esprits[6].

Une épithète typique de Bastet est:

nb
t
la K1
n
s V6

ins NBT (Dame des rubans)

En fait, Textes sarcophages, Bastet a une mention comme le protecteur des morts[6].

culte

Bubasti

Bastet
la Chat Gayer-Anderson Il est considéré comme une représentation de la déesse, British Museum, Londres.

Centre de culte de Bastet était la ville de Par-Bastet (nom Bubasti de grecque, courant Zagazig) Dans la région de la Delta du Nil[8], où - selon Hérodote, historique grec qui a visité l'Egypte Vème siècle avant JC - Ils avaient lieu aussi des célébrations périodiques en l'honneur de la déesse, y compris les processions bateaux sacrés et les rites orgiaques, et où une nécropole de chats sacrés a été trouvé momifié, avec son temple[6]. dans son histoires, l'historien grec a laissé une description du grand temple de Bastet à Bubastis:

« À l'exception de l'entrée, tout le reste est une île, comme Nil ils partagent deux canaux qui, sans se confondre avec l'autre, les deux arrivent à l'entrée du sanctuaire, qui se jettent autour, l'un à droite, l'autre à gauche; l'un et l'autre ont une largeur de cent pieds et sont ombragés par des arbres. [...] Être un temple dans le centre-ville, on peut voir de partout, à pied autour d'elle, d'en haut; parce que, alors que la ville a été élevé avec talus, au lieu du temple est resté, sans être touché, comme il a été construit dès le début et est clairement visible. La paroi entoure un ensemble figures sculptée; à l'intérieur il y a une forêt de grands arbres qui se dressent autour d'un grand sanctuaire, dans lequel est contenu le statue en longueur et en largeur, le temple, une mesure stade [Ca. 180-185 mètres] pour chaque côté. En face de l'entrée, il y a une route, pavée en pierre, trois longues étapes tout au plus, qui, par le marché, conduit à l'est et a une largeur de peut-être quatre pletri [Ca. 30 mètres]; des deux côtés de la route, ils ont augmenté les arbres qui se dressent vers le ciel; et il mène au sanctuaire de Hermès. »

(Hérodote[19])

La description d'Hérodote, ainsi que divers textes égyptiens, montrent que le temple était entouré d'eau sur trois côtés sur quatre, formant un lac connu sous le nom Isherou, pas à la différence que face au temple de la déesse-mère Mut à Karnak[20]. Ces réservoirs étaient typiques des Templiers complexes dédiés à dee-lionnes, utile (même avec des variations) de filles Ra Bastet, Mut, Tefnut, Hathor et Sekhmet[20]. Chacun de ces dee capables de colère effrayante devait être pacifiée par un rituel spécial[20]. Un mythe narré d'une lionne tombé dans le lac du temple, puis en sortir transformé en chat doux et a accueilli dans le sanctuaire[20].

Bastet
pièce de monnaie reine ptolémaïque Berenice II, consacré à Bastet.

Une découverte récente: le temple de Bérénice II à Alexandrie

Le culte de Bastet avait une fortune immense, même dans les mille dernières années des époques de l'histoire égyptienne. en janvier la 2010 Il a été annoncé la découverte d'un temple d 'époque ptolémaïque dédié à la déesse, à Alexandrie, dans une zone appelée Kom el-Dikka - le site où se dressait autrefois les anciennes résidences des rois[21][22]. Le Temple, 60 mètres de haut et 15 mètres de large[22], Il appartiendrait à la reine Berenice II, femme de Pharaon Ptolémée III (Règne: 246 - 222 BC)[23]. Parmi les ruines de nombreuses statues et statuettes de la déesse Bastet, il a été trouvé, et l'archéologue Mohammed Abdel-Maqsood, qui a dirigé l'expédition, a dit que ce fut le premier lieu de culte dédié à Bastet trouve dans la capitale ptolémaïque, fondée par Alessandro Magno autour 331 BC[23] Comme il a été adoré dans ce temple, Bastet a été assimilé à la déesse grecque Artemis, avec des caractéristiques lunaires fortes, et assimilé au chat - contrairement au caractère solaire et le lion, et le lien avec Ra, qui avait toujours eu au cours des siècles précédents[22]. Le site a également retourné des sculptures de divinités, ainsi que des céramiques et bien d 'époque romaine. Zahi Hawass, puis Secrétaire Général du Conseil suprême des Antiquités, Il a émis l'hypothèse que le Temple aurait été réutilisée dans les derniers temps comme une carrière de matériaux de construction, compte tenu de l'absence d'une bonne partie des blocs de pierre[23].

Le culte des chats

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Chats dans l'Egypte ancienne.
Bastet
John Reinhard Weguelin, Les obsèques d'un chat égyptien (1886), Auckland Art Gallery, Auckland.

Les anciens Egyptiens chats domestiques qui vivaient sur les frontières de Delta du Nil, à l'origine pour éradiquer souris que les granges infestées.
Au fil du temps, il n'y avait pas de maison ou d'un temple ou d'un bâtiment qui ne serait pas possible d'enregistrer la présence d'au moins un chat, cependant, il a gardé avec soin. Lorsque l'un de ces chats sont morts, il est dit que le maître avait l'habitude de se raser les sourcils en deuil de l'animal et le respect de la déesse.

Le culte de Bastet, et par conséquent la culte des chats, atteint une distribution telle que le chat Egypte Il était protégé par loi. Il était interdit de leur faire du mal ou de les transférer en dehors des frontières du royaume de Pharaohs. Ceux qui ont violé ces dispositions est passible de la peine de mort.
En dépit des lois égyptiennes interdisent l'exportation de chats, qui sont considérés comme des animaux sacrés, les plaisanciers Phéniciens Ils les sortir clandestinement du pays, ce qui en fait l'objet d'échanges avec d'autres biens de valeur.

mythes

Bastet
Statuette de Bastet, avec une tête de lion, assis d 'époque romaine. Walters Art Museum, Boston.

Mythe « Déesse Distant »

la Egyptiens ils avaient la proverbe « Il caresse son chat Bastet avant de comparaître devant la lionne Sekhmet». Bastet est en fait souvent combiné avec sa sœur Sekhmet, la déesse à tête de lion Memphis, à wadjet et Hathor. Cette parole vient du mythe appelé « Déesse Distant » ː Ra, enragé, il provoque des sécheresses, événement terrible pour les Egyptiens qui ont vécu dans le déluge Nil. Calmé, envoie Thot (Dans d'autres versions Shu) Chercher Bastet Nubie, où la déesse était cachée sous la forme de lionne, soit sous la forme de Sekhmet. En descendant la Nil, Bastet baigne dans la rivière dans une sacrée ville Isis, retour en arrière en déesse-chat bénéfique, et puis entre triomphalement dans Par Bastet, la ville des chats, où il a été suivi par Thot / Shu. Pendant des siècles, les Égyptiens retracé le voyage aux chats de culte. Certains chercheurs ont interprété le mythe de la déesse Distant comme une allégorie de contrôle sexualité femelle[8].

Mythe du prince Setne

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Setne d'histoire et le livre Naneferkaptah.

La connexion Bastet avec le ballon littérature érotique est un objet moins voilé mythe Setna Prince, l'un des beaucoup de fils de Ramsès II. Avoir l'amour Taboubu avec la belle fille d'un prêtre de Bastet, Setne organise une rencontre avec la jeune fille dans la « maison Bastet » Menfi. Avant d'aller au lit, Taboubu le convainc de céder tous ses biens. La subvention a également de tuer ses enfants et de donner le repas de viande chiens et chats. Quand étreinte, le prince se retrouve soudainement et inexplicablement nu et seul dans la rue avait été 'hallucination infligé par les dieux pour le punir pour le vol d'un livre sacré de Thoth de la tombe d'un prince nommé Neneferkaptah[8].

Une formule magique médicale fait allusion à un chat, probablement Bastet, piqué par une Scorpion et édité par Ra[8].

notes

  1. ^ Shaw, Ian, ed. (2000). L'histoire d'Oxford de l'Egypte ancienne. Oxford University Press. ISBN 0-19-815034-2. p.480.
  2. ^ Dee, M;. Wengrow, D;. Shortland, A;. Stevenson, A;. Brock, F;. Girdland Flink, L. Bronk Ramsey, C. (4 Septembre 2013). « Une chronologie absolue pour le début de l'Egypte en utilisant la datation au radiocarbone et la modélisation statistique bayésienne ». Actes de la Royal Society A: Sciences Mathématiques, Physiques et Ingénierie. 469 (2159): 20.130.395 à 20.130.395. doi:10.1098 / rspa.2013.0395.
  3. ^ à b Serpell, "Domestication et Histoire du Chat", p. 184.
  4. ^ Badawi, Cherine. empreinte Egypte. Téléchargez notre guide Voyage, 2004.
  5. ^ à b Ailuros, pantheon.org.
  6. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p Bastet, ancient.eu.
  7. ^ à b c et fa Velde, Herman Vous (1999). "Bastet". Dans Karel van der Toorn; Bob Becking; Pieter W. van der Horst. Dictionnaire des Dieux et démons dans la Bible (2e éd.). Leiden: Brill Academic. ISBN 90-04-11119-0. p.165.
  8. ^ à b c et fa Geraldine Pinch, la mythologie égyptienne. Guide des Dieux, Déesses et traditions de l'ancienne Egtpy, Oxford University Press, 2004. ISBN 978-0-19-517024-7. pp.115.7.
  9. ^ R. Krauss D.A. Warburton « Tableau chronologique pour la période dynastique » à Erik Hornung, Rolf Krauss David Warburton (ed.), Chronologie de l'Egypte ancienne (Manuel des études orientales), Brill, 2006. p.493
  10. ^ à b c Hart, George (1986). Un Dictionnaire des dieux égyptiens et Déesses. Londres, Angleterre: Routledge Kegan Paul, Inc. ISBN 0-415-05909-7. pp. 54-6.
  11. ^ Bastet, aldokkan.com.
  12. ^ Franco Cimmino, Dictionnaire des dynasties pharaoniques, Milan, Bompiani, 2003 ISBN 88-452-5531-X. pp.375-7.
  13. ^ Cimmino (2003), pp.407-14.
  14. ^ Henry Chadwick, L'Eglise dans la société antique: De Galilée à Grégoire le Grand, Oxford University Press, 2003, p. 526, ISBN 978-0-19-926577-0.
  15. ^ à b Stephen Quirke, la religion égyptienne antique, Dover Publications (1993). ISBN 0-486-27427-6.
  16. ^ à b Origines de l'Egypte ancienne Quelques noms communs rock, nagt-jge.org.
  17. ^ Hart (1986), pp. 179-182.
  18. ^ Apep, Hungry Dieu Serpent des Enfers, ferrebeekeeper.wordpress.com.
  19. ^ Hérodote, Histoires II, 138, trans. L. Annibaletto, Mondadori, Milan, 2013. ISBN 978-88-04-31692-6. p.235.
  20. ^ à b c Te Velde, "Bastet", p. 164.
  21. ^ chat temple de la déesse de la reine Bérénice découverte à Alexandrie, en Egypte, independent.co.uk.
  22. ^ à b c Temple dieu chat trouvé en Egypte, news.bbc.co.uk.
  23. ^ à b c 2 200 ans, le temple de la divinité de chat égyptien déterré à Alexandrie, theguardian.com.

bibliographie

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Bastet
autorités de contrôle VIAF: (FR67270442 · GND: (DE11919337X