s
19 708 Pages

Statuettes de' src= Oscar d'honneur 1975

Jean Renoir (Montmartre, 15 septembre 1894 - Beverly Hills, 12 février 1979) Ce fut un directeur, scénariste et écrivain français, deuxième fils de peintre impressionniste Pierre-Auguste Renoir.

Jean Renoir
Le petit Jean Renoir et Gabrielle Renard
Jean Renoir
Jean Renoir à l'âge de six ans
Jean Renoir
Jean Renoir comme chasseur

«J'ai l'impression d'être un oiseau ... un grand oiseau picorant les vergers de différents [...] J'étais heureux. J'ai tourné le film que je voulais faire. Je l'ai filmé avec des gens qui étaient plus que les employés étaient complices. Ici, je crois, une recette du bonheur: travailler avec des gens que vous aimez et qui vous aiment beaucoup. »

(Jean Renoir, Le passé VIVANT, pp. 121-122)

la patron: C'est le surnom inventé par Jacques Rivette[1] et utilisé par les administrateurs français Nouvelle Vague pour définir Jean Renoir. Éric Rohmer Il a écrit en 1979: « Renoir contient tous les films. »[2]

Son est une longue carrière qui se développe 1924-1969: commence en vingtaine d'années, au cours de laquelle il tourne neuf films muets; en une trentaine d'années, en France, elle tourne quinze films sonores; déplacé à Hollywood, en une quarantaine d'années, court six films; Il est revenu en France, entre la cinquantaine-soixante, Il tourne ses huit derniers films.

Certains de ses films les plus représentatifs: La Grande Illusion, La règle du jeu, la chienne, Boudu sauvé de la noyade, le pique-nique, La Marseillaise, Nana, L'ange du mal, L'homme du Sud, la rivière, L'entraîneur d'or, français Cancan.

biographie

né à Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), Le célèbre peintre impressionniste, et Aline Charigot (1854-1915) Un modèle d'origine paysanne, a deux frères: Pierre (1885-1952), Qui fera l'acteur et Claude (1901-69), Ce qui rendra le producteur du film.[3]

Après des études médiocres au "Collège Notre-Dame de Sainte-Croix" de Neuilly-sur-Seine et un lycée agréable, à gauche avant l'obtention du diplôme, il a rejoint Jean Renoir dans Corps Dragoon en 1912. soldat en 1914, Il a rejoint l'Armée de l'Air de 1916. Pendant la guerre en Alsace Il a été blessé à la jambe et est resté boiteux pour la vie.

en 1920, il a épousé un modèle de son père, Andrée Heuchling (1900-79, qui apparaîtra dans son premier film avec le nom de scène de Catherine Hessling) Et il a commencé à travailler comme un céramiste, le règlement près Fontainebleau.[4][5]

les débuts

La sortie, en 1921, le film Erich von Stroheim Les femmes folles Il a changé sa carrière[6]. Il a écrit en collaboration avec Pierre Lestringuez, le script d'un film pour la jeune femme, Catherine OU Une vie sans joie la 1924, réassemblé et présenté dans les salles avec le deuxième nom 1927, réalisé par Albert Dieudonné.

Son premier long métrage en tant que réalisateur, La fille de l'eau (1924), Il est une esthétique impressionniste bucolique conte, dans lequel a même récité sa femme et son frère aîné, Pierre Renoir. La réception tiède donnée au film n'a pas dissuadé le cinéaste, qui a produit bientôt une autre production coûteuse, Nana (à partir de roman de Émile Zola, 1926), À qui a suivi la court-métrage Sur un air de Charleston et le film Marquitta (1927), Fini le tournage qui a eu un grave accident de voiture, mais encore une fois refusé d'abandonner.[7]

Il se tourna alors La petite fille aux allumettes, de histoire de Hans Christian Andersen[8]) Tire-au-flanc (1928, comédie militaire) Le Tournoi dans la cité (1928) et bled (1929), Considéré de moindre inspiration.[9]

en 1930 divorcée Catherine Hessling et tourné le premier film sonore, La purge du bébé (1931, adapté de Georges Feydeau et tourné en quatre jours seulement), mais ce film n'a toujours pas réussi à convaincre le public.

La période réaliste

Si Renoir puis fait ses débuts dans des films muets, mais il a mis en lumière avec le son, de la chienne (1931) Qui a marqué un tournant dans son travail. Ce fut une des premières images parlantes, prises à partir d'un feuilleton par Georges de La Fouchardière; la chienne il a offert Michel Simon l'un de ses meilleurs rôles, celui d'un petit bourgeois jaloux, lâche et meurtrière; raconte l'histoire d'une eau trouble ménage à trois entre un employé de bureau, une prostituée et son protecteur. Il est une œuvre dans le cinéma classique anormal en ce qui concerne le placement dans un genre et la caractérisation. la chienne Il est un hybride entre le drame et la comédie, que la mort de mélange et d'ironie; et rejette la division traditionnelle bonne / mauvaise: la caméra observe sans participation des chiffres contradictoires, les victimes et les auteurs ensemble.

après Nuit à la croisée des chemins (1932, le roman de Georges Simenon), Où son frère Pierre Renoir a joué le inspecteur Maigret, le réalisateur a tiré un éventail impressionnant de chefs-d'œuvre: Boudu sauvé de la noyade (1932, à nouveau avec Michel Simon), Toni (1934, qui avait parmi ses-directeur de l'aide pour la première fois Visconti Luchino) Le crime de Monsieur Lange (Jules Berry, 1935) le pique-nique (1936, publié en 1946) À qui son neveu, Claude Renoir, Il a édité l'image, et vers la vie (avec Louis Jouvet, 1936). Inspiré des romans Maksim Gorkij ou par des histoires de Guy de Maupassant, grâce aux efforts du grand écrivain russe evgenij Zamjatin comme écrivain, Jean Renoir prouvé avoir un sens aigu de la réalité, qui a mis au service d'un véritable naturalisme poétique.[10]

engagement politique

Peu à peu, il a rassemblé quelques collaborateurs (Jacques Prévert, Roger Blin) Qui a donné la production d'une certaine taille ouvertement politique, marqué par les idées de front populaire: La vie est à nous (1936, entre assistants Jacques Becker et Henri Cartier-Bresson); Le crime de Monsieur Lange, La Marseillaise (1936). Dans ces années son collaborateur Visconti Luchino, sur l'ensemble des Toni et de le pique-nique (Une partie de campagne).

avant Guerre mondiale, Jean Renoir a essayé avec La Grande Illusion (1937), Promouvoir un message de paix, en agissant, en hommage, son père spirituel Erich von Stroheim avec Jean Gabin. Le film se déroule au cours de la grande guerreCertains officiers français sont emprisonnés par les Allemands dans une forteresse commandée par un capitaine de noble naissance, von Rauffenstein mettant en vedette Erich von Stroheim. Les relations entre les caractères sont articulés le long de lignes transversales, selon les différences sociales. La question de la relation entre les civilisations du XIXe et du XXe siècle, qui est au centre de Grande illusion, Il est l'un des cinémas Renoir clés de lecture possibles des années trente. Les influences de la peinture (principalement le père) et de la littérature XIXe siècle Il est très fort, et est considéré par certains critiques son meilleur film.[11]

Ne L'ange du mal (1938, à nouveau avec Jean Gabin avec qui il avait tourné vers la vie et La Grande Illusion), Elle cherchait à représenter la scène sociale du temps. Ne La règle du jeu (1939, largement considéré comme son chef-d'œuvre), il avait prévu l'effondrement des valeurs humanistes et décrit sans complaisance des coutumes de la société française.

La période américaine

exilé en États-Unis en 1941 (Il a atterri à New-York 8 février sans connaître un mot d'anglais, et en laissant une adaptation cinématographique inachevée Tosca de Victorien Sardou[12], qui sera complétée par Carl Koch), Jean Renoir a pris la nationalité américaine. Il n'y a guère adapté au système hollywoodien, mais a réalisé plusieurs films: la première Le marais de la mort (1941), Le deuxième Cette terre est à moi (1943), Avec Charles Laughton. Après la propagande longueur moyenne Saluez en France (1944) scores L'homme du Sud (1945) Le Journal d'une femme de chambre (1946, le célèbre roman octave Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre, avec Paulette Goddard, que Renoir admirait beaucoup, il est d'avoir travaillé avec Charlie Chaplin), Et La femme sur la plage (1946), Avant de se rendre en Inde, où il a fait la rivière (1951), Son premier film en couleurs qui a eu une influence durable sur le même cinéma indien, ainsi que beaucoup de cinéma français (valable tout au long du discours renoiriano cinéma).

Après la guerre, d'autres metteurs en scène français à l'étranger sont revenus immédiatement à la maison (par exemple René Clair et Julien Duvivier), Mais Renoir attardé parce qu'il avait un problème juridique, ayant épousé aux États-Unis, 1944, Dido Freire, sans attendre les papiers du divorce par Catherine, a eu lieu en 1930 mais non transcrit. En bref frais de bigamie risqué.

Le dernier film

Retour en Europe début la cinquantaine, Jean Renoir se tourna de nouveau L'entraîneur d'or (1952), Du roman de Prosper Mérimée, avec Anna Magnani, français Cancan (1955) avec Jean Gabin et Françoise Arnoul, Elena et ses hommes (1956) avec Ingrid Bergman et Jean Marais, et Le Caporal épinglé (1962), Basé sur le roman de Jacques Perret.

Réunion de plus en plus de difficultés à produire ses films, puis elle se tourna vers la télévision (Le Petit Théâtre de Jean Renoir[13], 1969-1971) Et il se consacre pleinement à la littérature: il a publié un livre sur son père Renoir, Mon Père (1962), Son autobiographie, Ma vie et mes films (1974), La collection de ses articles et le journalisme de film (écrits 1926-1971, 1974), Certains pièce théâtre (orvet, 1955) Ainsi que quelques romans (Les Cahiers du Georges Capitaine, 1966; Le Crime de l'Anglais, 1979).

en 1970 Il a pris sa retraite à Beverly Hills, où il mourut en 1979. Le corps a ensuite été transporté en France, et est enterré à Essoyes.

La poésie de Jean Renoir

  • Un narrateur: Renoir est d'abord défini comme « un conteur avec la caméra. »[14]
  • Un explorateur: un metteur en scène est un artiste et l'artiste est un explorateur, un pionnier qui précède le paquet et révèle les sentiments cachés, ouvre les fenêtres des paysages cachés par le brouillard de fausses traditions. Sa fonction est de percer les voiles qui couvrent la réalité.[15][16]
  • Un humaniste: il a parlé à l'humanisme de longueur de Renoir. Il fait sa devise Pascal: « Il n'y a qu'une seule chose qui intéresse l'homme, il est l'homme lui-même »[17]
  • Rêve et réalité: les films, la différence entre le rêve et la réalité est tout à fait fluide. une œuvre dans laquelle les problèmes matériels question grandement le directeur travaille avec des lampes, avec les caméras, avec un film, un développement,:. « Il commence toujours avec des rêves vagues Ensuite, ils devaient inclure ces rêves dans le contexte de la réalité, et, avant que le film est terminé, est la réalité qui prévaut. [...] à la fin, la réalité est mieux que le rêve. il est plus d'imagination. il n'y a pas de rêve qui peut introduire le mille, mille, mille aspects différents un fait de cadeaux ".[18]
  • Comédie et tragédie: Renoir dessine le sens et le goût de la comédie d'une conscience profonde de la tragédie humaine, met habilement sur scène la dialectique du jeu et la règle du plaisir et de l'amour, l'amour et la mort.[19]
  • Progressisme et de la tradition: » ... deux forces égales et contraires ont toujours conduit l'existence de Renoir: un type progressif, lié à son action politique et engagement idéologique film gros succès et social, le deuxième régressif et œdipienne liée le monde de son enfance, son père et la centralité des sentiments, des valeurs, de rigueur professionnelle, la solidarité, la loyauté, l'honnêteté, l'amitié et l'amour comme don de soi ».[20]
  • Éclectisme:.. « Renoir est un omnivore, avec des capacités mimétiques fortes, qui ont traité égocentriques auto expériences les plus divers Renoir s'intègre, se confond Il espère et désespoirs, sourit et pleure, il mêle la vie de ses personnages avec curiosité et plus d'affection, mais toujours avec une distance humoristique. Pêche où la curiosité (et la possibilité) le pousse. il brise les canons et construit de nouvelles. et encore, il est la mobilité dynamique de l'extérieur, dans la définition unanime des personnages, pris en rêve de contact avec la réalité, même avec le fait qu'il sonde un seigneur apparemment placide, disponible, ouvert. de ses tentatives de nombreuses adhésions au monde qui se pose de temps à autre dit son ambiguïté, le film par film ".[21]

La méthode de travail

Jean Renoir conçoit la production d'un film comme un « travail en cours ». (De Vincenti, Durgnat, Cauliez)

Le scénario de Renoir est juste un outil qui change progressivement vous progressez dans la fabrication du film: il est le but ultime qui ne devrait pas être changé. Le caractère que vous spécifiez les personnages en les faisant parler et agir; le cadre général, les scénarios externes peuvent être soumis à des changements en fonction des circonstances. convictions intimes apparaissent au fil du temps du directeur, et grâce à la collaboration avec des artisans travaillant sur le film, les acteurs, les techniciens, les éléments naturels ou fabriqués par des designers.[22]

La direction d'acteurs

La méthode d'essai agissant pour Renoir, de demander aux acteurs de parler les mots sans les réciter, ne leur permettant pas d'y penser, sauf après plusieurs lectures du texte: « La façon de jouer est à déterminer par les acteurs et quand ' ont découvert, je leur demande de ne pas, de ne pas jouer tout à la fois, procéder avec prudence, de ne pas ajouter des gestes sinon plus tard, de posséder tout le chemin vers la scène avant de se permettre de déplacer un cendrier, prenez un un crayon ou la lumière cigarette ".[23]

le style

Renoir, selon le critique André Bazin, est un metteur en scène picturale et sensuelle: « Le plus visuel et le plus sensuel des réalisateurs ... qui nous emmène dans les profondeurs de ses personnages, car il est avant tout un amoureux fidèle de leur apparence et, à travers elle, de leur âme. connaissance Renoir par l'amour et l'amour à travers la peau du monde. la flexibilité, la mobilité, la vie calqué sa mise en scène est son soin de drapage, pour sa plaisir et à notre grande joie, robe transparente réalité ".[24]

la critique

Les critiques italiens:

  • en 1975, il publie la première monographie: Jean Renoir, par Carlo Felice Venegoni, pour la série "Il Castoro Cinema."
  • en 1996, il a publié une étude vaste et complète par le savant Giorgio De Vincenti, Jean Renoir: la vie, les films, Editions Marsilio.
  • 2007 est la monographie la plus récente: Daniele Dottorini, Jean Renoir. L'agitation du réel, Maison d'édition du Spectacle.

André Bazin[25] est le critique de film qui donne une touche à l'œuvre de Renoir évaluation critique. L'écriture du livre qu'il consacre au directeur a été interrompue en 1958 par la mort prématurée de l'auteur, mais il est achevé et publié à Paris en 1971, grâce à des amis, cinéastes et critiques rédacteurs en chef du magazine qu'il a fondé en 1951 Cahiers du cinéma: François Truffaut, Éric Rohmer, Jacques Rivette, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, Jean Douchet, Michel Delahaye, Claude Givray. Le livre est à la disposition du public italien dans l'édition et traduit par Michele Bertolini, publié par Mimesis Cinéma, en 2012.

cinéastes Nouvelle Vague[26] Ils ont contribué de manière significative à l'analyse et l'amélioration de Renoir, souvent sous-estimés et mal compris.[27] Mettez en évidence cet aspect aussi le critique italien Gian Piero Brunetta:

« L'un des plus grands maîtres du cinéma de tous les temps. Et aussi l'un des plus mal compris par rapport à la taille, comme l'a souligné il y a quelques années Dominique Païni. Incompris par l'éclectisme stylistique - chaque film apparaît, en effet, en tant que prototype - et l'incapacité critique à voir au-delà de la diversité des thèmes et des styles, la fidélité profonde à lui-même. »

(Gian Piero Brunetta, Dictionnaire des réalisateurs du cinéma mondial, Einaudi 2006, vol. III, p. 157-162.)

Documentaires de Jean Renoir

  • 1967 Jean Renoir, patron le de Jacques Rivette dans la série Filmmakers de notre temps
    • Première partie: La Recherche du relatif
    • Deuxième partie: La Direction de actor
    • Troisième partie: La Regle et l'exception
  • 1968 La direction de Jean Renoir par actor Gisèle Braunberger

œuvres cinématographiques

Pour la rédaction de la prochaine filmographie ont été consultés filmographies contenus dans les essais monographiques.[28][29][30]

films muets: 1924-1929

films sonores réalisés en France: 1931-1939

Les films réalisés en Amérique: 1941-1947

Film dernière période: 1951-1969

Screenplays

acteur

producteur

œuvres littéraires

  • (FR) Jean Renoir, Renoir, Hachette, Paris 1962.
  • Jean Renoir, Renoir Mon Père, Traduction de Roberto Ortolani, préface de Giacomo Agosti, Garzani, Milano 1963 ISBN 88-11-66307-5
  • (FR) Jean Renoir, Ma vie et mes films, Flammarion, Paris 1974.
  • Jean Renoir, Ma vie, mes films, Trad. Daniela Oratis, Marsilio, Venise, 1992. ISBN 88-317-5419-X
  • Jean Renoir, Ecrits (1926-1971), Pierre Belfont 1974 Ramsay Peu Cinéma, 1989-2006, édition italienne traduite par Giovanna Leonardo Grignaffini et Lent La vie est le cinéma. Tous les écrits 1926-1971, Longanesi, Milan 1978.
  • (FR) Jean Renoir, Ecrits 1926-71, édité par Claude Gauteur, Paris, Pierre Belfond, 1974.
  • Jean Renoir, La vie est le cinéma. Tous les écrits 1926-1971, Trad. Joan Grignaffini et Leonardo Quaresima, Blackwell 1978.
  • (FR) Jean Renoir, Et Entretiens propos, édité par Jean Narboni, Janine Bazin et Claude Gauteur, Editions de l'Etoile du / Cinéma Cahiers, Paris, 1979 (édition Ramsay, Paris, 1986).
  • (FR) Jean Renoir, D'œuvres de films: synopsis Inédites, continuites, Traitements, dialoguees decoupages, édité par Claude Gauteur, Gallimard, Paris 1981.
  • (FR) Jean Renoir, Le passé VIVANT, édité par Claude Gauteur, Editions de l'Etoile du / Cinéma Cahiers, Paris 1989.
  • Jean Renoir, Les vies passées, Bulzoni, Rome 1996.
  • (FR) Renoir sur Renoir: interviews, essais et remarkes, édité par Carol Volk, Cambridge University Press, 1989.
  • (FR) Jean Renoir, Faire des films, Trad. fr. American Eva Goldenberg, préfacé par Guy Cavagnac, Séguier, Paris 1999.
  • (FR) Jean Renoir, correspondance 1913-1978, édité par David Thompson et Lorraine LoBianco, Faber et Faber, London 1994 (éd. fr. Plon, Paris 1998).
  • (FR) Jean Renoir, Lettres d'Amerique, édité par Dido Renoir et Alexander Sesonske, l'introduction d'Alexander Sesonske, trans. fr. Annie Wiart, Presses de la Renaissance, Paris 1984.
  • Jean Renoir, Les Cahiers du Georges Capitaine, Gallimard, Paris 1966, trad. Anna Premoli Le journal du capitaine Georges: souvenirs d'amour et de guerre 1894-1945: fiction, Garzanti, Milan 1968.
  • (FR) Jean Renoir, Le coeur a l'AISE, Flammarion, Paris 1978.
  • Jean Renoir, Le crime de l'Anglais, Flammarion, Paris 1979, trad. Maurizio Cucchi, Le crime de l'anglais, Editori Riuniti, Rome 1983.
  • (FR) Jean Renoir, Geneviève, Flammarion, Paris 1979.
  • (FR) Jean Renoir, orvet, Gallimard, Paris, 1955 (pièce en trois actes).
  • (FR) Jean Renoir, Carola, en L'Avant Scène Cinéma, Novembre 1976 (de trois actes).

notes

  1. ^ Jacques Rivette, Cinéastes de notre temps: Jean Renoir, le Patron, titre consacré à l'interview film réalisateur, filmé pour la télévision en 1966.
  2. ^ Éric Rohmer, Le goût de la beauté, textes recueillis et présentés par Jean Narboni, éd. en. par Cristina Bragaglia, Parme, édition pratique, 1991, p. 306.
  3. ^ à ne pas confondre avec Claude Renoir (1913-93, fils de Pierre, qui sera un directeur de la photographie, même pour son oncle.
  4. ^ Célia Bertin, Jean Renoir, Paris, Librairie Académique Perrin, 1986.
  5. ^ Pascal Merigeau, Jean Renoir, Flammarion, Paris, Octobre de 2012.
  6. ^ A plusieurs reprises, Renoir rapporte que le film a vu une douzaine de fois et que Stroheim, ainsi que Chaplin et Griffith, étaient ses maîtres de film, Voir. par exemple C. F. Venegoni Renoir, La nouvelle Italie, 1975, pp. 5-6.
  7. ^ avec Marquitta Il arrête la collaboration avec l'écrivain Pierre Lestringuez qui a ensuite travaillé avec moins directeurs et 1950 avec Mario Soldati en Les femmes et les voleurs, Son dernier film.
  8. ^ En fait Renoir, tout en reconnaissant une valeur plus faible parmi son film, était très friand La petite fille aux allumettes il avait tourné en Théâtre du Vieux-Colombier la construction de tout ce qu'il ya, le développement et l'impression, inventant des systèmes d'éclairage, décors, modèles et techniques de prise de vue avec un fort esprit de l'artisanat. la générateur, par exemple, il était un vieux moteur démonté par une voiture et refroidie d'un robinet d'eau courante, voir La vie est Cinéma, cit., p. 35.
  9. ^ en commençant par bled Renoir vous aidera à monter Marguerite Houllé, partenaire dans la vie qui ne sont pas mariés fera appel à la vérité parmi beaucoup d'autres noms d'emprunt, Marguerite Renoir. Vous monterez tous ses films jusqu'à son départ pour les États-Unis lui.
  10. ^ La seule exception, pour certains, était la désastreuse madame Bovary (1933, adapté de Gustave Flaubert), Prise de vue Gaston Gallimard mettant en vedette l'actrice Valentine Tessier. Il est vrai aussi que la version qu'il voulait Renoir a duré plus de 3 heures et distribué, même si elle était d'environ la moitié, a prouvé fastidieux. Renoir a dit que Bertolt Brecht, l'un des rares qui avaient vu le Montage du Directeur Elle était ravie.
  11. ^ Renoir, cependant, est venu dire que plus la distinction entre les bons et les mauvais films, et que ce qui lui importait était d'apprendre à travailler chaque fois qu'une scène particulière, voir. Toute la vie, cit. , P. 38. « Le cinéma est pas un éternel début, » dit-il dans un autre article, p. 47.
  12. ^ Le traitement du film,Tosca, Carl Koch dirigé qui a eu lieu Rome, où Renoir a également tenu des leçons à Centre expérimental de cinématographie, Ils ont été brutalement aile cassée déclaration de guerre dell 'Italie un France.
  13. ^ le film comprend 4 épisodes: 1. Le dernier Réveillon, 2: Le cireuse électrique de, 3: Quand l'amour meurt et 4: Le Roi d'Yvetot, dans ED. Cependant 4,3,1,2 en séquence italienne.
  14. ^ Jean Renoir, Conférence de Renoir à l'Institut des Hautes Etudes Cinématographiques, publié dans Arts, n. 470, le 30 Juin, 1954
  15. ^ Jean Renoir, André Bazin, notre conscience, la deuxième partie,Texte paru dans les Cahiers du Cinéma, n. 91, Janvier 1959
  16. ^ Jean Renoir, le texte est apparu sur la Radiotélévision-Cinéma, n. 511, le 1er Novembre 1959 - long monologue présenté dans l'émission de télévision de Pierre Cardinal Gros plan
  17. ^ Jean Renoir, Carl Th. Dreyer, Copenhague, Décembre 1968
  18. ^ Jean Renoir, Texte revu et corrigé par le directeur en Novembre 1973, la version éditée par Louis Mollion, publié dans les Cahiers du Cinéma, n. 38, Août Septembre 195
  19. ^ André Bazin, Jean Renoir, p. 120
  20. ^ Gian Piero Brunetta, Dictionnaire des réalisateurs du cinéma mondial, Einaudi 2006, vol. III, p. 157-162.
  21. ^ Goffredo Fofi,Les grands réalisateurs de l'histoire du cinéma, pp.67-69
  22. ^ Jean Renoir, Ma vie, mes films, pp. 108-109
  23. ^ Jean Renoir, Cahiers du Cinéma, n. 66, Paris 1936.
  24. ^ André Bazin, Jean Renoir, p. 130
  25. ^ André Bazin, Jean Renoir,Paris 1971 1989 éd. en. édité et traduit par Michele Bertolini, Mimesis Cinéma, Milan-Udine 2012
  26. ^ Charlotte Garson, Jean Renoir, p.7.
  27. ^ Voir les échecs de plusieurs de ses films au moment de la distribution et des chefs-d'œuvre plus tard considérés: La règle du jeu Il est un cas frappant, mais aussi Nana, Le Journal d'une femme de chambre, La femme sur la plage, L'entraîneur d'or, Elena et ses hommes Ils avaient ce sort. Très controversé et évalué différemment est également la dernière production du réalisateur.
  28. ^ Giorgio De Vincenti, Jean Renoir. La vie, les films, pp. 329-376
  29. ^ André Bazin, Jean Renoir, pp. 181-253
  30. ^ Daniele Dottorini. Jean Renoir. L'agitation du réel, pp. 141-166

bibliographie

  • (FR) Célia Bertin, Jean Renoir, Paris, Librairie Académique Perrin, 1986.
  • (FR) Pascal Merigeau, Jean Renoir, Flammarion, Paris, Octobre 2012. ISBN 978-2081210554
  • Carlo Felice Venegoni Renoir, Nouvelle Italie ( "Le cinéma de castor" n. 14), Florence 1975
  • Gian Luigi Rondi (ed) Masters of Cinema: Renoir, RAI Radiotelevisione italienne, Rome 1970
  • Giorgio De Vincenti, Le théâtre de Jean Renoir Cinéma: forme symbolique d'une pratique de cinéaste, en Le sens et l'histoire de l'esthétique, édité par Pietro Montani, Parme 1995
  • Giorgio De Vincenti, Jean Renoir: la vie, les films, Marsilio, Venise, 1996
  • Daniele Dottorini, Jean Renoir. L'agitation du réel, Organisation du spectacle, Roma 2007
  • André Bazin, Jean Renoir, Paris 1971 1989 éd. en. édité et traduit par Michele Bertolini, Mimesis Cinéma, Milan-Udine 2012 ISBN 978-88-5750-736-1
  • (FR) Pierre Leprohon (rédacteur en chef) Jean Renoir, Seghers, Paris 1967
  • (FR) Armand-Jean Cauliez, Jean Renoir, Editions Universitaires, Paris 1962.
  • (FR) Raymond Durgnat,Jean Renoir, Universiy of California Press, Berkeley-Los Angeles 1974
  • (FR) Christopher Faulkner, Le film de la société de Jean Renoir, Princeton University Press 1986
  • (FR) Pierre Haffner, Jean Renoir, Rivages, Paris 1988
  • (FR) Maurice Bessy et Claude Beylie, Jean Renoir, Pygmalion / Watelet, Paris 1989
  • (FR) Roger Viry-Babel, Jean Renoir: films, textes, références, Presses Universitaires de Nancy en 1989
  • (FR) F. Curot, L'eau et La Terre Dans Les films de Jean Renoir, Minard Cinématographiques-Études, Paris-Caen 2003
  • (FR) Charlotte Garson, Jean Renoir, Cahiers du Cinéma, Paris 2007, ISBN 978-2-86642-501-2
  • Goffredo Fofi, Les grands réalisateurs de l'histoire du cinéma, Donzelli, 2008
  • Auteurs divers coordonné par Gian Piero Brunetta, Dictionnaire des réalisateurs du cinéma mondial, Einaudi 2006.

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Jean Renoir
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Jean Renoir

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR104724700 · LCCN: (FRn79018203 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 000219 · ISNI: (FR0000 0001 2146 2798 · GND: (DE118599747 · BNF: (FRcb11921560r (Date) · ULAN: (FR500294091 · NLA: (FR35448177

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez