s
19 708 Pages

Chiune Sugihara
Chiune Sugihara

Chiune Sugihara (杉原 千畝 Sugihara Chiune?; Kozuchi, 1 Janvier 1900 - Kamakura, 31 juillet 1986) Ce fut un diplomate japonais qui a servi en tant que vice-consul pour 'Empire japonais en Lituanie.

au cours de la Guerre mondiale aidé environ 6 000 réfugiés, la plupart des Juifs, de quitter le pays, la distribution des visas de transit pour voyager Japon et donc il risque sa carrière et sa vie de famille[1]. Les Juifs étaient des réfugiés fuyant de Pologne Ouest, occupée par Allemagne, ou de la Pologne orientale, occupée par 'Union soviétique, et les résidents de la Lituanie. Pour ses actions, 1985 Israël il l'a nommé Justes parmi les Nations, seulement japonais à être honoré.

Sugihara a déclaré que les réfugiés d'appeler SEMPO, la lecture sino-japonaise caractère de son nom, parce que pour eux il était plus facile à prononcer[2]. Plus tard, il a également été appelé Schindler japonais.

biographie

l'enfance

Chiune Sugihara est né le 1er Janvier 1900 à Kozuchi, Mino Aujourd'hui, dans la région préfecture Gifu, un père de la classe moyenne, Yoshimi Sugihara (杉原 好 水 Sugihara Yoshimi?), et la mère de la classe moyenne supérieure, Yatsu Sugihara (杉原 や つ yatsu Sugihara?). Il était le deuxième de cinq enfants[3].

Après être sorti avec les meilleures notes de l'école élémentaire ordinaire Kowatari 1912[4], il inscrit au collège dans l'ancien système de 5 degrés Préfecture Aichi[5].

Le père, qui était allé travailler Keijo, en Corée, Chiune voulait, une fois diplômé, est devenu un médecin et frequentasse l'école de médecine Keijo (en cours Université nationale de Séoul). Cependant, Chiune ne voulait pas devenir médecin: si délibérément échoué à l'examen d'entrée[6]. Ayant étudié l'anglais et l'intention de devenir enseignant, il inscrit en Avril 1918 cours préparatoire en anglais de « langueUniversité Waseda. Depuis fréquenter une école qui n'a pas été approuvé par son père, il a reçu plus d'argent, se retrouvent immédiatement dans des problèmes financiers[7]. Voilà pourquoi il a commencé à travailler à temps partiel, cependant, ne pas être en mesure de répondre ou les frais de scolarité ou les frais de subsistance.

Un jour, il découvre l'existence d'examens Chiune pour étudier à l'étranger, organisée par le Ministère des Affaires étrangères, par l'avis d'un journal qu'il a vu par hasard dans la bibliothèque. Il enfermé dans la bibliothèque universitaire et, après avoir étudié de manière intensive par des consultations approfondies avec diverses revues de publication américaine, à partir de The Times et Daily mail[8], passé le test en apportant des cas difficiles tels que l'exposition sur Nisshi Ryōgoku pas Shorai (日 支 両 国 の 将来? Lett. « L'avenir de la Chine et le Japon »).

L'Institut de Harbin et le ministère des Affaires étrangères Mandchourie

Chiune Sugihara
« Chiune Chime », construit en l'honneur de Sugihara à l'école élémentaire de Heiwa Nagoya

en Octobre 1919, il est entré dans l'école de l'Association russo-japonaise (plus tard: Harbin Institute). Après avoir abandonné ses études à l'Université de Waseda en Novembre, il a été envoyé à Harbin, comme un étudiant qui étudie au sein du ministère des Affaires étrangères des charges, où il a appris la russe[9]. On dit que, à ce moment-là avait imposé une formation spéciale Chiune pour apprendre[10].

de Décembre 1920 jusqu'à Mars 1922, il a enrôlé comme soldat volontaire dans le régiment d'infanterie de la 79e 'armée stationnée à Corée. Il est arrivé au grade de lieutenant.

en Mars 1923, Il a terminé ses études à l'école de l'Association russo-japonaise. Il était très expert russe et, dans l'examen pour devenir chef de consulaire Manzhouli, Il a gagné un total de 90 cents pour la langue. En tant que professeur, Chiune il a pris en charge des cours sont axés sur la grammaire, la conversation et la compréhension en langue russe et la situation politique et économique de la Russie. Shirō Satō, l'étudiant Chiune, a témoigné qu'il était l'un des professeurs les plus expérimentés japonais en russe[11].

en 1924 Il a été embauché comme diplomate le ministère des japonais et, en février Affaires étrangères, a été envoyé à Manzhouli.

Chiune marié en 1924 avec Klaudia Semionovna Apollonova, un refuge blanc. En outre, il a été baptisé comme « Pavlo Serguéïevitch » de Eglise orthodoxe russe. Ce baptême n'a pas été un choix soudain et en raison du mariage, comme Chiune était déjà en contact avec le Christianisme, avant d'aller en Mandchourie: au cours de son temps à l'Université Waseda, en fait, il faisait partie de l'association pour une courte période de Shinko Waseda Hōshien. Comme indiqué par Chiune, sa famille Ce ne fut pas religieux.

en 1926, il a écrit Sobieto Renpo Kokumin Keizai Taïkan (ソ ヴ ィ エ ト 聯邦 國民經濟 大觀? Lett. « Regardez sur l'économie générale de la Fédération des Soviétiques »), plus de 600 pages. Le livre a été estimé positivement par le ministère des Affaires étrangères: Chiune donc se distingua à l'âge de 26 ans, en tant qu'expert des affaires soviétiques.

Après avoir été un interprète de second degré ambassade à Harbin à partir de 1924, en 1932 est devenu officiel du ministère des Affaires étrangères Mandchourie, à la demande du consul général Chūichi Ōhashi, son supérieur hiérarchique.

en 1933, Il était chargé des négociations avec la Russie pour la vente de chemin de fer dans le nord de la Mandchourie (Eastern Railway chinois), en tant que chef du Bureau des affaires russe Section du ministère des Affaires étrangères et chef de la section Mandchourie du projet. Après avoir proposé à la Russie Une évaluation minutieuse du chemin de fer et les bâtiments qui s'y rattachent, le montant initialement demandé par la Russie, qui se sont élevées à 625 millions de yens, a été ramené à 140.000.000. La somme proposée valait un peu plus de 10% du budget national japonais de cette époque et la conclusion de la vente sur avantageuses, grâce à Sugihara, était une victoire diplomatique importante.

Au cours de la période à Harbin, Chiune a fait l'expérience des cas d'assassiner et d'enlèvements de riches Juifs et les Chinois, comme le cas célèbre de Simon Kaspé[12]. Derrière ces cas était l'organisation fasciste réfugiés blancs, soutenus par "Guandong Army. Kingoro Hashimoto, le soldat de l'armée Guandong, a ordonné Sugihara, qui était dans une situation financière difficile, de devenir lumière, mais il a refusé. En ce qui concerne le refus, l'armée Guandong avait mis le mot que sa femme Klaudia était un espion soviétique: ce fut la raison décisive pour leur divorce, qui a eu lieu en 1935. Officiellement, le Mandchoukouo était un Etat indépendant, mais, puisqu'il était en fait l'armée Guandong au commandement, pour travailler en tant que fonctionnaire et rejeter simultanément ses demandes, il était impossible de[13].

Pendant le divorce, Chiune a envoyé son épargne à tous les parents Klaudia et qu'il était donc au vert, comme cela était arrivé à Harbin. Par conséquent, avec l'aide de son jeune frère, il a trouvé un hébergement pas cher dans Ikebukuro. Après son retour, il épouse Yukiko Kikuchi Chiune (菊池 幸 子 Kikuchi Yukiko?) (1913-2008), Soeur plus jeune d'une connaissance de son, et est revenu au ministère des Affaires étrangères[14].

Après le traitement d'un texte contesté[15] en français pour l'ex- Commission Lytton, Chiune, il n'a aucun doute sur les progrès du Japon Chine, à partir de ce moment-là, il a commencé à regarder avec des yeux indifférents le « militarisme japonais ». en Sugihara souvenirs, vous pouvez voir ses mots durs: « Au Japon, à l'époque, maintenant les militaires étaient partout et avait conduit à l'oppression la plus élevée niveaux. Dès le début, je suis critique de la façon dont nous faisons ces militaires et ne voulait pas être utilisé par eux, si l'ombre du militarisme japonais m'a apporté au service suivant en Europe "[16]. Et pourtant, il écrit: « Je comprends les secrets de ce pays. Je suis fatigué de voir que les jeunes soldats de carrière, avec mesquin leur, devraient remplir les actions et les obliger "[16]. Quand Yukiko lui a demandé la raison de son retrait du ministère des Affaires étrangères Mandchourie, Chiune, qui avait été rejetée à la fois par le Soviet les deux dall'Armata d'affaires de l'armée Guandong, a déclaré: « Les Japonais traitent les cruellement chinois. Ils ne pensent pas qu'ils sont aussi humains. De plus, ils ne peuvent pas tolérer "[17].

en Europe

Chiune Sugihara
consulat japonais dans l'ancien Kaunas

en 1937, Chiune a mission diplomatique à Helsinki, Finlande[2]. Au début, il voulait travailler à l'ambassade de Moscou, mais l'Union soviétique l'a déclaré persona non grata, en raison de ses liens d'amitié avec les réfugiés anti-révolutionnaires blancs, et a rejeté sa demande. Le ministère japonais des Affaires étrangères, de poursuivre la protestation contre l'Union soviétique, interrogé Chiune. Le procès-verbal avait été résumé la « » approche d'un réfugié blanc par l'interprète Sugihara, « mais Chiune dit qu'il n'a pas besoin d'entrer en contact avec les réfugiés blancs, de recueillir des informations. Après que le gouvernement japonais a appelé l'ambassadeur soviétique provisoire au Japon, elle lui a demandé à plusieurs reprises la raison du refus de Sugihara. Il a été souligné le lien étroit avec les réfugiés blancs hostiles à l'Union soviétique, même si il n'y avait pas de preuves tangibles. Depuis que l'Union soviétique n'a pas confirmé la possibilité d'entrer dans le pays, Chiune a été forcé de changer sa destination à proximité Helsinki.

en 1939, Il est devenu vice-consul consulat japonais Kaunas, Lituanie, qui a pris ses fonctions le 28 Août. Immédiatement après son investiture le 1er Septembre l'Allemagne nazie envahi de l'ouest Pologne: Commencé la Seconde Guerre mondiale. suite Molotov-Ribbentrop, 17 novembre, le Union soviétique a commencé l'invasion de la Pologne de l'Est. Le 10 Octobre, le gouvernement lituanien a accepté l'ultimatum russe, avec lequel il a réclamé l'autorisation de construire des bases militaires et allouer des troupes. Le 15 Juin, 1940 les troupes soviétiques ont occupé la Lituanie, instituant la République socialiste soviétique de Lituanie.

en 1938, année où il a été envoyé à Chiune Europe, Akira Yamaji, consul général Vienne, Il avait montré préoccupé par l'augmentation du nombre de réfugiés, laquelle ils sont dirigés vers le 'Extrême Orient à cause de la persécution des Juifs par l'Allemagne nazie. Il a ensuite pris un télégramme demandant aux directives lorsque les réfugiés juifs ont été dirigés vers le Japon et le ministre des Affaires étrangères Fumimaro Konoe, Octobre 7 cette année, il a envoyé des ordres confidentielles à des missions diplomatiques étrangères. Ces directives définies Yudaya hinanmin pas nyūkoku ni kansuru ken (猶太 避難 民 ノ 入 國 ニ 關 ス ル 件? Lett. « L'affaire concernant l'entrée des réfugiés juifs ») Ils sont présentés ci-dessous.

« Au cours des consultations sur le nombre 39 (informations télégramme demandant) par vous (console Yamaji) a envoyé entre les forces terrestres et maritimes et divers ministères de l'intérieur, il est convenu qu ' » il ne convient pas, du point de vue général, Japon accueillir ceux qui ont été expulsés de l'Allemagne et de 'Italie et chercher refuge dans d'autres pays. De plus, étant donné que le manque d'espace pour les loger sur notre sol, qui est engagé dans l'accident en cours (Seconde Guerre sino-japonaise), Est le bienvenu pas l'entrée dans notre pays (terre) ou dans nos colonies de ces réfugiés (à l'étranger vous utilisez simplement le nom de « réfugiés ». En réalité, cela signifie que les réfugiés juifs). (Toutefois, dans le cas de transit ne sont pas appliquées.) "

(directives Yudaya hinanmin pas nyūkoku ni kansuru ken, 7 octobre 1938[18])

Dans ces directives, il a été explicitement écrit que l'étranger ils ont utilisé « réfugié », car il serait inévitable de recevoir des critiques de la part des pays étrangers où la discrimination contre les Juifs a été découvert dans le reste du monde, et expressément souvinrent qu'ils ne pouvaient pas le faire des ordres secrets publics, avec lesquels il a été indiqué pour forcer les réfugiés juifs à abandonner le voyage au Japon. Le gouvernement japonais a tenu une double diplomatie tout en montrant en dehors du plan de protection des Juifs dans la décision que l'on appelle Gosho kaigi (五 相 会議? Lett. « Réunion dans cinq aspects »), dans les coulisses ordonnant la discrimination même[19].

« Les visas de la vie »

Chiune Sugihara
Visa délivré en 1940 par la console Sugihara Lituanie

En Pologne et en Lituanie, ils étaient des écoles de théologie sur 'hébraïsme, Il est connu comme Mir et Telshe, où ils ont rencontré les étudiants de l'Europe centrale. Parmi ces étudiants étaient Nathan Gutwirth et Leo Sternheim d'origine Pays-Bas, qui est devenu apatride parce que leur maison se rendit en Allemagne. Gutwirth a demandé la collaboration de quitter le pays à Jan Zwartendijk, qui demande l'ambassadeur néerlandais L. P. J. De Decker, qui avait été chargé de la Pays baltes, Il a pris ses fonctions en mai 1940 le consulat à Kaunas comme la console au lieu des Tillmans diplomatiques, sympathisant nazi. Zwartendijk, qui détestait les nazis de leur invasion aux Pays-Bas, il a promis de les aider à échapper à l'étranger. Gutwirth, à la fin de Juin, il a consulté Zerach Warhaftig, un avocat diplômé à l'Université de Varsovie et les dirigeants des réfugiés juifs, sur cette question. La console Zwartendijk a écrit en français: « A travers ce document, le consul néerlandais à Kaunas autorise l'admission aux Pays-Bas, de suriname et Curaçao, pas besoin d'un visa "[20]. Les visas écrits par Zwartendijk ont ​​changé au cours du processus de construction. Warhaftig, pensant qu'ils ne peuvent pas fournir tous les réfugiés, préparé, entre autres, un timbre typé, avec le sceau et la signature de la console, et amené ces « faux visas pour Curaçao » à la mission diplomatique japonaise[21].

Il était hors de question essayer d'échapper à l'ouest, où les troupes allemandes étaient des Juifs chasse. En outre, le gouvernement turc Il a ensuite déterminé à refuser la distribution des visas. De cette façon, la route directe pour Palestine, à travers le territoire turc, il a été fermé. Comme une voie d'évacuation pour les réfugiés, il avait été la seule voie vers l'Extrême-Orient, en utilisant Transsibérien. Bien que les réfugiés se précipiter en masse au consulat japonais à Kaunas, ce fut le scénario.

en Juillet 1940, la plupart des réfugiés juifs qui ont fui à la Lituanie de la Pologne occupée par les Allemands, pensaient qu'ils pouvaient obtenir des visas auprès des ambassades et consulats de tous les pays. Cependant, à cette époque, la Lituanie était sous l'occupation des troupes soviétiques et l'Union soviétique avait demandé la fermeture des consulats et ambassades dans le pays. Ensuite, les réfugiés juifs se sont précipités pour demander les visas, la destination nominale (par exemple Pays-Bas Antilles), Le consulat du Japon, qui a poursuivi ses fonctions.

Chiune décrit les événements du 18 Juillet 1940.

« Il était juste avant 6h du matin Soudain, à la fenêtre de ma chambre, qui donne sur la rue principale, vous avez ressenti les voix fortes d'une foule et sont progressivement devenus des cris indistincts plus, l'arrivée de plus de personnes . Puis, je regardais rapidement, à travers le rideau, et, vous le savez, la scène que je me tenais devant se composait de personnes avec des caractéristiques différentes, les hommes et les femmes, jeunes et vieux, vêtus de vêtements usés, à peu près plus de 100, ce qui est ils soutenaient la balustrade de la résidence, en me disant quelque chose[22]. »

Comme il est indiqué dans le précédent rapport, l'arrivée massive des réfugiés était certainement pas prévu, étant donné que le but du consulat Kaunas était de recueillir des informations sur l'Europe occidentale, et des détails sur la guerre entre l'Allemagne et l'Union soviétique[3].

Sugihara avait utilisé les services secrets gouvernement en exil en Pologne de recueillir des informations et des visas prévu de distribuer 4 officiers de l'armée polonaise, engagés dans des activités clandestines, et certaines familles qui ont reçu l'aide de parents à l'étranger, pour un total de 15 personnes, mais n'a pas obtenu l'autorisation le ministère des Affaires étrangères et l'état-major général de distribuer plus de ceux-ci. La contradiction qui entoure la distribution des visas entre Chiune et le ministère a été dérivé de la différence d'intérêt entre le même ministère, qui, en raison de la conclusion imminente de Pacte tripartite, Il n'a pas attribué une grande importance aux dépêches de Kaunas, et Chiune, qui comprenait la situation imminente des réfugiés en danger.

À ce moment-là, le gouvernement japonais a exigé que les visas ont été délivrés qu'à ceux qui avaient terminé les procédures d'immigration et avait assez d'argent pour les frais de déplacement et d'hébergement[3]. Cependant, la plupart des réfugiés n'a pas été parmi les critères. Chiune, être au courant de leur situation, a demandé à trois reprises l'autorisation de délivrer des visas, même à ces réfugiés, mais le ministère japonais des Affaires étrangères a toujours refusé la demande, lui ordonnant de respecter scrupuleusement leurs instructions[23].

Quand il a remarqué le look enfants émaciés parmi les réfugiés, la femme du Sugihara a rappelé la Livre des Lamentations la Jeremiah, dans lequel il est écrit, « il lève les mains vers lui pour la vie de vos enfants, qui meurent de faim au coin de chaque rue. » En outre, Chiune a demandé: « Je l'ai décidé de distribuer des visas par l'autorité de la console. D'accord? « ; Elle approbateur: « Nous ne savons pas comment cela finira, mais, s'il vous plaît, faites-le »[24]. Sugihara Par conséquent, après beaucoup de souffrances, opposé à « les directives du ministère et, humainement ne pouvait pas refuser »[23], seul, il a décidé de distribuer les visas, même à ceux qui ne précisaient pas les exigences nécessaires.

Parce que au Japon des autorités de la ville Kobe et d'autres villes étaient en difficulté, le ministère des Affaires étrangères a demandé de ne pas distribuer plus de visas. Cependant, Sugihara a expliqué que, dans ces rapports, qui étaient attachés des photos de réfugiés, les raisons de la distribution: « Je ne pensais pas être en mesure d'éviter de soulever de ses fonctions, sous l'ordre du ministère des Affaires étrangères, mais je continué à écrire des visas jusqu'à mon départ de Kaunas 31 Août 1940, à cause de mes émotions humaines et de l'amour pour l'humanité ».

La charge du Ministère vers la distribution des visas pour les décisions Sugihara sont présentés ci-dessous.

« Récemment, parmi les Lituaniens commencé de consulat Kaunas et prêt à aller à la États-Unis ou Canada à travers le Japon, ils sont présentés avec des difficultés liées à certaines mesures qui ne sont pas autorisés à débarquer dans notre pays si l'argent nécessaire ou les procédures pour les pays de destination ne sont pas terminées, vous n'avez pas eu. A propos de ceux qui peuvent être considérés comme des réfugiés, ne donnent pas de visas à ceux qui n'ont pas terminé les procédures d'immigration et ne disposent pas des fonds, correspondant aux frais de déplacement et de séjour. »

(Envoi des critiques du ministère japonais des Affaires étrangères, le 16 Août 1940)

En effet, dans la période à venir à la fin de Pacte tripartite, Ministère ont manifesté leur indignation au sujet de l'arrivée au Japon d'un grand nombre de réfugiés qui ne sont pas admissibles et, l'année suivante, Chiune a été sévèrement réprimandé pour les visas distribués.

Pour enregistrer les réfugiés qui se trouvaient en difficulté, Chiune a trompé le ministère des Affaires étrangères. S'il avait envoyé une réponse de télégramme, dans lequel il a conclu avec détermination le reproche du ministère, il pourrait y avoir le danger que leurs visas étaient invalides, car elle ignorait les signes. Pour ces informations requises sur l'approbation de la distribution du visa « Leon, Polak, 54 ans, originaire de la Pologne industrielle Juif, réfugié dans ce pays. » En d'autres termes, l'autorisation de l'entrée aux États-Unis était crédible et que l'homme était en possession d'assez d'argent, par conséquent, il a été accepté « industriel Juifs, » facilement approvable par le ministère[25].

Un officier du renseignement au sein du gouvernement polonais en exil, connu sous le nom Pesh, Il était préoccupé par Chiune, qui a également obtenu des informations sur l'Union soviétique, puis lui a demandé de créer un timbre en caoutchouc et écriture juste une partie de visas. Ensuite, il a été préparé sous une forme simplifiée, en commençant par celui réservé au consulat néerlandais.

Chiune a continué à écrire des visas, même en soustrayant heures pour dormir pendant plus d'un mois, alors qu'il avait reçu à plusieurs reprises par le gouvernement soviétique et leur pays l'ordre d'évacuer. Quand il est devenu impossible d'ignorer l'ordre de transférer le personnel Berlin, Il a brûlé tous les documents importants qui étaient au consulat et a déménagé dans un hôtel. Par conséquent Sugihara a commencé à emballer le timbre-poste consulaire et des documents rendus publics, même au cours de sa nuit[26].

Par la suite, bien qu'il y avait d'autres personnes sur le voyage en train à Berlin, il a continué à écrire des visas, qui a ensuite livré la fenêtre. Le nombre de visas délivrés au cours de cette période est élevée à 2139, même si elles ne sont considérés que ceux enregistrés avec le numéro. Lorsque le train a commencé à prendre de la vitesse et il était incapable d'écrire, dit-il avec un arc: « Pardonnez-moi, je ne peux pas écrire plus. Je vous souhaite bonne chance ". Il a reçu une réponse: « Sugihara. Nous ne l'oublierons jamais. Rendez-vous à nouveau »[27].

De plus, comme les diplomates qui avaient émis des « visas de vie », en ignorant les ordres de leurs pays comme il l'avait tomber Chiune Feng-Shan Ho[28], console taiwan en Autriche, et Sousa Mendes de Aristides[29], console Portugal à Bordeaux. Ces deux consuls, ainsi Chiune, ont été reconnus comme Justes parmi les Nations.

La situation des réfugiés après la fermeture du consulat

Chiune Sugihara
représentant de la Lituanie Stamp Sugihara

Avec l'approche du jour de la fermeture du consulat japonais, Chiune suspendu les inscriptions et a oublié de récupérer les dépenses nécessaires, afin de rendre efficace son travail. En fait, ils ont également été distribués visas et documents de voyage, visas, mais qui sont restés dans les archives, mais vous ne pouvez pas savoir le nombre exact. Cependant, étant donné qu'il était juste assez pour un visa pour la famille, on pense avoir aidé des milliers d'évacuation des réfugiés, y compris les familles.

au début 1941, quand il est devenu une guerre imminente entre l'Union soviétique et l'Allemagne, le sort des Juifs d'Europe de l'Est, répartis entre les deux états mentionnés ci-dessus, est devenu encore plus cruel et n'a pas eu d'autre choix que de s'échapper d'un côté à l'autre, car il est attaqué par Hitler de Staline. Les réfugiés, qui ont demandé des visas pour le Japon, ils se sont précipités également ambassade du Japon à Moscou et l'ambassadeur Yoshitsugu Tatekawa décrit la situation de cette façon, dans une dépêche du 2 Avril, 1941 « Les réfugiés ont plus une maison, ni un endroit pour y retourner. Ils prient pour être sauvés, ils pleurent toute la journée et ont pas l'intention de quitter l'ambassade ".

Avant la guerre, il n'a pas été dit que tous les réfugiés qui avaient réussi à obtenir les visas, sont arrivés avec Transsibérien dans l'Extrême-Orient. la Centre Simon Wiesenthal Il avait estimé la distribution des visas à environ 6 000 juifs; environ 40.000 descendants sont encore en vie grâce à ses actions. Yukiko a estimé que son mari avait sauvé 10.000 Juifs. Hillel Levine, professeur à l'Université de Boston, affirme que des 10.000 Juifs ont aidé, pas tous réussi à échapper[30].

Chiune Sugihara
La population locale et les troupes allemandes pour aider le feu dans un synagogue en Lituanie (Photo 1941)

En fait, ceux qui étaient incapables de fuir dans le temps est mort aux mains des unités mobiles de tuerie, appelé Einsatzgruppen, après avoir été déportés dans des camps de concentration. Avec le début de la guerre, le 'A Einsatzgruppen, dont la tête était Brigadeführer Franz Walter Stahlecker, déplacé suivant la Armée Groupe Nord. Plus tard, ils sont allés d'abord à Kaunas, un point d'arrêt pour Riga, Tallinn, Pskov et Saint-Pétersbourg, la communauté sémitique de la ville a subi des dommages considérables.

À la fin de Août 1941, Il a été achevé le transfert des Juifs ghetto Kaunas, sous prétexte de protection, et environ 30 000 Juifs ont été entassés dans des bâtiments surpeuplés où ils pourraient vivre dans 15 000. Avant le début de la campagne de Russie, la population juive de Kaunas était d'environ 40 000 personnes, mais peu de temps après le début des hostilités, quelque 10 000 Juifs ont été tués en deux mois[31]. L'arrivée dans la ville de Chiune, entre 1939 et 1940, n'a pas immédiatement montré une efficacité pour la sécurité des réfugiés.

« Qu'ils soient juifs ou non, papa les sauverait. Je pense que, si elles avaient demandé à mon père, il aurait sûrement répondu comme ceci: les Juifs ou chrétiens, il n'y a pas de différences « : cette intervention Kaunasu Jiken (カ ウ ナ ス 事件? Lett. "Cas Kaunas"), dit le quatrième enfant Nobuki, coïncide précisément avec la situation de l'aide pour les Juifs à Kaunas. en Kaunasu Jiken, il y avait un « problème de race » mais de « réfugiés ».

Parmi les soi-disant visas Sugihara, exemple « les gens avec les services publics spéciaux, tels que les capitalistes et les ingénieurs », provenant de Yudayajin taisaku Yoko (猶太人 対 策 要 綱? Lett. « Traité sur les mesures pour les Juifs »), une politique de protection de la même Konoe décidée par le premier gouvernement du 6 Décembre 1938, est le contenu de l'affaire « groupe d'environ 15 industriels originaires des Juifs de Varsovie, sur Bergmann ' »[32]. En outre, l'aide aux réfugiés de Kaunas avait aucun rapport avec la Fugu Keikaku (河豚 計画? Lett. "Plan Fugu"), projet qui prévoit de mettre en place en Mandchourie une zone de résidence pour les Juifs.

Chiune a été surpris par les directives reçues le 4 Février 1941, dans lequel il a été signalé à répondre le plus rapidement possible avec le nombre de Juifs qui avaient donné un visa, ainsi que les noms, les destinations et le temps. « Étant donné que la liste était incomplète pour l'entrée à la moitié des chiffres, Sugihara a dû refaire complètement les compter notes » à la fin il a fallu plus de trois semaines pour remplir et retourner. Cependant, le nombre de visas données transitant aux Lituaniens et les Polonais, estimés à 2132, et les Juifs, estimés à 1500, est assez précis et Chiune n'a pas été un problème si les réfugiés étaient des Juifs en difficulté ou non. Matsuoka, la signature de Japonais soviétique Pacte de non-agression, il est allé à l'Union soviétique et plus tard en Allemagne et en Italie. Depuis son départ était prévu pour le 12 Mars, Katsumasa Watanabe suppose que « la liste des Sugihara » n'a pas été envoyé au ministère de Tokyo, mais l'ambassade à Berlin, et de là remis personnellement à Matsuoka.

La collaboration avec l'intelligence polonaise

Lorsque Tadakazu Kasai, premier secrétaire de l'ambassade du Mandchoukouo à Berlin, il a été directeur adjoint 1940, Jerzy était Kuncewicz, officier du renseignement polonais, le seul qui a été donné un passeport pour Mandchoukouo en échange d'informations, et il a consulté un colonel de l'armée interne Finlande. Kuncewicz, tout en travaillant avec Sugihara à Kaunas, lui-même présenté comme KUBA et a été le deuxième capitaine de la division major polonais. en Juillet 1941, Kasai a profité de la deuxième division. Kuncewicz devait assister à une réunion secrète du mouvement de la résistance clandestine en Pologne.

Ayant des doutes sur Sugihara, qui, avec d'autres, d'explorer les frontières, l'organisation de contre-espionnage allemand avait secrètement continué à enquêter sur lui, mais en 1941, à la fin, resserré ses relations d'alliance avec la mission diplomatique du Japon et du Mandchoukouo et l'intelligence polonaise[33].

Entre 6 et 7 Juillet, le capitaine Kuncewicz et Salomea Lapinska, qui a travaillé comme serveuse à la délégation Mandchourie, ont été arrêtés en Tiergarten, dans le centre de Berlin. Suite à la torture, les Allemands étaient au courant du chemin que le courrier utilisé pour envoyer des informations de Suède neutre au gouvernement polonais en exil, qui était Londres, à travers une valise diplomatique des grandes lois du Japon.

Chapitre 12 des mémoires Walter Schellenberg, responsable de l'organisation du contre-espionnage allemand, conspiration centrée sur le Japon et la Pologne[34]. À la suite de Schellenberg, qui avait été témoin de l'expansion de l'échelle européenne du réseau de renseignement contre l'Allemagne, a révélé l'arrestation pendant « un certain K » (Home pour Kuncewicz), a révélé son irritation sur le fait que le Japon, qui a été considéré comme une nation amie contre l'Union soviétique, il était en fait profondément impliqué. Pourtant, les services de renseignement allemands ont reçu du ministère italien de la Défense nationale un avis sur la participation des Kawahara Shun'ichirō, ambassadeur du Japon en Rome, et le révérend Włodzimierz Ledóchowski, premier secrétaire et président de Compagnie de Jésus, en tant que partisans de la collaboration entre les Japonais et l'intelligence polonaise.

Lorsque la Pologne était occupé à 1939, l'état-major général a été contraint de se réfugier dans Londres. Ensuite, le colonel Gano, le gouvernement en exil de la Pologne, a suggéré le Bureau du gouvernement militaire de l'ambassade du Japon Varsovie de prendre le contrôle de l'organisation de l'intelligence polonaise contre l'Allemagne et l'Union soviétique. Le Japon, cependant, a rejeté la proposition, en raison de l'alliance avec l'Allemagne. Malgré cela, certains officiers japonais et polonais, qui étaient en Europe, ils ont continué à travailler ensemble sous couverture. En outre, les Polonais restants ont reçu un passeport ou japonais ou Mandchourie et trouvé du travail dans les ambassades et consulats.

Les contacts Sugihara avaient déjà commencé au cours de la période en Finlande, par un journaliste résidant dans Helsinki. Il a commencé avec l'approche Tadeusz Konwicki, Membre du siège clandestin général de Kaunas'Union pour les conflits armés (ZWZ, plus tard Alaska) polonais[35]. Dans un message Chiune pour le ministère, obtenir des informations sur Smolensk et Minsk, ne lui a rendu visite, a été le fruit d'une collaboration avec le réseau d'espionnage polonais[36].

Sugihara, avec l'envoi Parti 9 mai 1941, dans lequel il a été écrit que la relation entre l'Union soviétique et l'Allemagne devait être décidé en Juin, il a prédit correctement la période de la campagne de Russie, qui a éclaté le 22 Juin. De plus, ils disent qu'ils viennent de grandes quantités de céréales de Minsk, a informé que l'Union soviétique se préparait à une longue guerre. Chiune, qui avait parlé du progrès économique soviétique dans le volumineux Sobieto Renpo Kokumin Keizai Taïkan, il savait aussi que la Fed, a atteint l'objectif économique de la première phase en raison de NEP, Il se concentrait ses réserves d'argent dans les mains de la classe militaire. De plus, il a envoyé un télégramme au Japon, a été ébloui par la force de l'Allemagne où il a averti que la campagne de Russie était imminente et que l'Union soviétique quittait la ligne de front plus lentement que ce qu'ils pensaient.

18 Avril 1941, Oshima, à partir des nouvelles de Chiune, a annoncé à Tokyo les informations sur le début des hostilités entre l'Allemagne et l'Union soviétique et sa propre opinion, mais le gouvernement japonais, complètement pris par les négociations américano-japonaises, a manqué de prévoyance. Kenji Tomita, qui était devenu membre de Chambre des députés après le conflit, a déclaré la paralysie des fonctions de renseignement japonais en temps de guerre et les défauts du gouvernement.

En dépit d'être placé un excellent personnel de renseignement dans les différentes positions, les informations obtenues au risque de la vie ne sont pas encore exploités, car ils ne sont pas en mesure de préparer les analystes pertinents à Tokyo. De plus, parce que l'écart technologique par rapport à la transmission de l'information a été sévère, l'envoi Oshima est venu à être déchiffré par le renseignement britannique, le 10 mai, après moins d'un mois.

Dans la crise de la Gestapo

Dans le monde diplomatique, il est considéré comme le bon sens de penser que les employés locaux sont des espions de la grande délégation et Wolfgang Gudze, lituanien né en Allemagne, il était. Cependant Gudze, qui était un patriote de l'Allemagne, mais pas 'antisémite, Sugihara a aidé et, au moment de la séparation de Moshe Zupnik séminariste, il a laissé les mots suivants: « Le monde est une » roue ». Maintenant, Hitler est au sommet, mais un jour la roue tournera et il descendra. Ne perdez pas espoir ".

Après le consulat à Kaunas a été fermé, il est allé à Chiune Prague et, par la suite, Königsberg, pour les conseils de l'ambassadeur en Lettonie Shōjirō Ōtaka au ministre des Affaires étrangères Matsuoka[30]. Le conseil d'Otaka devait être transféré à Königsberg Chiune et le faire appliquer dans l'espionnage contre l'Union soviétique[37].

Le 7 Août 1941, Reinhard Heydrich dell 'Office central de sécurité du Reich Il a rendu son rapport sur les espions japonais au ministre des Affaires étrangères Ribbentrop: La croyance que Chiune a montré un intérêt considérable dans le renseignement militaire allemand, son nom était au-dessus de la liste et avait été critiquée comme une « personne amicale avec la Pologne et le Royaume-Uni »[38].

Sugihara, sous surveillance soviétique des négociations pour l'achat de chemin de fer dans le nord de la Mandchourie, était aussi l'un des plus importants objectifs de renseignement allemands. Les responsables du renseignement gouvernement polonais en exil Ils ont reçu le soutien des plus importants en Europe et la délégation japonaise Vatican, grâce à la direction de la délégation japonaise à Kaunas, et a envoyé l'information au gouvernement susmentionné, qui était en Londres, passant par le Suède. Le Bureau central de la sécurité du Reich était au courant du réseau d'espionnage distribué dans toute l'Europe: ce fait a demandé l'évacuation immédiate de Chiune de Königsberg[39].

Un concours a été Chiune Erich Koch, directeur de la division administrative allemande Prusse orientale. voleur plus tard des œuvres d'art, Koch est devenu célèbre comme exterminateur des Juifs Ukraine. Dès le début, il a senti une forte aversion pour Chiune, car il avait aidé beaucoup évasion Juifs, et lui a accordé un public après un mois de sa prise de fonction à Königsberg. Après une courte période, l'ambassade de Berlin communiqué à l'intention de Koch pour enlever Chiune et il a été décidé de l'envoyer à Bucarest, Roumanie, son dernier lieu de travail[40].

La première occasion de la distribution de ce qu'on appelle visas Sugihara Il est venu quand il Chiune fuir vers des endroits sûrs, les agents de renseignement polonais. Ce fut un plan pour le premier passage 600 visas, qui comprenait également les familles des militaires, et était un fait bien connu à la fois le ministère japonais des Affaires étrangères est l'état-major. Cependant, un événement inattendu se produisit: l'afflux de la Pologne à un grand nombre de réfugiés, pourchassés par les nazis, et leur arrivée au Consulat du Japon à Kaunas.

Selon Michał Rybikowski, l'un des contacts Makoto Onodera, colonel militaire du bureau du gouvernement Stockholm, quand il a ordonné la distribution des visas pour les agents de renseignement polonais, Sugihara a été reçu par le lieutenant-colonel Hiroshi Onouchi, Riga Bureau militaire, deux types de directives[41]. En fait, Chiune il pourrait mettre un terme à la délivrance de visas, si elle était une garantie pour les services de renseignement polonais[42].

La collaboration avec l'état-major général de la Pologne était évidemment pas une initiative de Chiune, mais l'intérêt commun des deux pays, ce qui a eu comme un ennemi commun révolution russe et Komintern, a été le point de départ. La première véritable collaboration a eu lieu au cours 'intervention en Sibérie: Le Japon a donné la Pologne une table cryptée, et, comme un échange de cadeaux, en 1919 un capitaine polonais, un expert sur les chiffrements, a révisé le système japonais chiffrements.

Cependant, pendant la Seconde Guerre mondiale, souvent les informations, quand ils ont été transférés à Tokyo, ont été interprétées par le réseau de contre-espionnage alliés.

Les réfugiés juifs sont arrivés au Japon

Les Juifs qui ont réussi à échapper à la Lituanie ont utilisé le Transsibérien pour se rendre à Vladivostok. Le ministère des Affaires étrangères, déconcerté par le fait que les réfugiés ne sont pas parmi les critères ont été en mesure de procéder à l'Extrême-Orient, a donné la commande suivante au consulat général à Vladivostok.

« Les permis de passage, que les autorités japonaises ont émis à ceux qui fuient l'Europe, admettent l'embarquement après que notre ambassade ou à l'époque soviétique les ont vérifié à nouveau et que les documents sont reçus qui prouvent l'achèvement des procédures d'immigration dans le pays de destination. »

Cependant, Saburo Nei, vice-consul général à Vladivostok, il fut ému de compassion pour le sort des réfugiés et a protesté qu'il n'y avait aucune raison d'annuler le visa, une fois émis par la console Sugihara. Les échanges avec le ministère se sont élevées à 5[43] Et Saburo, rappelé par les réfugiés comme « Monsieur Dans », a donné les réfugiés cartes d'embarquement pour le Japon, à l'origine livrés seulement aux pêcheurs. Merci à Nei, ils ont débarqué au port de Tsuruga. Ici, les employés de Nihon Kotsu Kosha, ayant reçu des demandes des organisations juives à travers l'Amérique, ont organisé le transport par bus jusqu'à la gare Tsuruga ou en train Kobe et Yokohama, ainsi que fournir de l'argent envoyé par les organisations humanitaires pour les réfugiés.

Parmi les réfugiés, environ 1.000 personnes étaient directement États-Unis d'Amérique et Palestine, tandis que l'autre est resté au Japon jusqu'à ce qu'ils soient renvoyés dans octroi de Shanghai, qui existait avant la guerre, grande communauté sémitique[36].

Yōsuke Matsuoka, en tant que ministre des Affaires étrangères, il avait donné à plusieurs reprises des instructions à Chiune pour répondre aux besoins de distribution de visas et, en même temps, était aussi une figure centrale dans l'alliance avec l'Allemagne. Cependant, il n'a pas préjugé racial contre les Juifs. Lorsque Setsuzo Kotsuji, chercheur qui aide Juifs réfugiés, a dénoncé leur situation, Matsuoka l'a informé de quelques gimmicks. En d'autres termes, il pensait que les réfugiés étaient sous la responsabilité du ministère des affaires à l'étranger une fois entré japonais jusqu'à leur entrée dans le pays, mais, à la police la compétence passé section des affaires étrangères du ministère de l'Intérieur et des extensions pour le séjour sont sous l'administrateur de chaque autorités du district. Par conséquent, Kotsuji est captivé par les fonctionnaires des districts de juridictions et le tampon de caoutchouc utilisé pour l'atterrissage du 9 Octobre 1940 Il a été écrit "Fukui, a permis de passer valide pendant 14 jours à compter du 9 Octobre, l'année Showa 15 (1940). « Mais quand Warhaftig est arrivé au port, ce qui porte visas Sugihara, ceux-ci ont été modifiés pour « la préfecture de Fukui, l'entrée de permis spécial pour le pays, du 15 Octobre au 18 Novembre Showa ans 17 ans 15 Shōwa »[44].

Les réfugiés juifs sont arrivés au Japon avaient, pour la plupart, de longues pattes et noir solide: pour cela, ils ont laissé une forte impression sur les Japonais et cette situation a été représentée dans la série photographique Ryūbō Yudaya (流氓 ユ ダ ヤ? Lett. « Les réfugiés juifs ») Nakaji de Yasui[45]. Pendant le tournage, Yasui était accompagné d'un jeune Osamu Tezuka. Cette expérience a donné naissance à manga Adorufu ni Tsugu (ア ド ル フ に 告 ぐ? Message à Adolf). Même l'autobiographie du graphiste Kappa Senoo, Shonen Ecchi (少年 H? Lett. « Un gars nommé H »), Il fait référence aux réfugiés de cette époque. Dans le travail Hotaru no haka (火 垂 る の 墓? Tombeau des Lucioles), travail gagnant Naoki Prix pour Akiyuki Nosaka, vous pouvez voir la description: « Même si tous sont jeunes, porter la barbe, quand ils sont environ 4 heures, ils vont aux bains publics, et même si elle est l'été, porter un lourd manteau »[46].

La campagne russe et la chute du IIIe Reich

en 1941, avec le début de campagne de Russie, Lituanie, dont les réfugiés ont fui, a été attaqué par l'Allemagne, en retirant les troupes soviétiques. Il est resté sous l'occupation allemande jusqu'à l'été 1944, quand il a été repris par l'Union soviétique. A ce moment-là, parmi les Juifs de Lituanie 208.000, le nombre de décès a oscillé entre 195000 et 196000 ainsi que la société juive de Kaunas a été exterminée[47]. La plupart des réfugiés juifs, qui étaient en territoire soviétique, ont été envoyés en Sibérie, où ils sont morts.

Avec le déclenchement de Guerre du Pacifique en Décembre 1941, est devenu impossible de voyager du Japon aux États-Unis et les Juifs, qui avait expiré permis de séjour, ils ont été forcés de se déplacer à Shanghai, où les visas ne sont pas nécessaires. Aux protestations de l'Allemagne, la concession a été construit un ghetto, à l'imitation des Germains, et il a été décidé que les Juifs de la ville alloggiassero là. En plus de la dévastation de la ville, de nombreuses personnes sont mortes ou ont été blessées à la suite de raids des avions américains[48].

Chiune, après il est allé à Berlin 1940, il a travaillé dans le Consulat général du Japon à Prague, qui était devenu un protectorat de l'Allemagne. en 1941, Il est allé au général de Königsberg consulat et a reçu la coopération des organisations d'espionnage en Pologne. De cette façon, il est entré en possession d'informations sur le début des hostilités entre l'Allemagne et l'Union soviétique et, avec une partie d'expédition le 9 mai, il a informé son pays.

« Chaque jour, le train militaire d'environ 10 voitures font route vers le nord de Berlin à Königsberg. [...] Parce que dans la Prusse orientale une grande force militaire, pas inférieure à l'ancien territoire polonais avait été concentré, les liens entre l'Union soviétique et l'Allemagne sont entrés dans la phase finale en Juin. [...] Le domaine des officiers de l'armée allemande ont reçu l'ordre d'apprendre le russe en mai, pour être en mesure de lire des cartes, et sont actuellement tenus d'origine allemande baltes et les réfugiés blancs que les enseignants. »

Plus tard, selon les informations Chiune, la campagne de Russie a commencé le 22 Juin.

Depuis Novembre de la même année 1946, Elle a déménagé dans plusieurs pays européens, tels que Roumanie, faire des emplois différents. Au cours de la période de la délégation Bucarest, Il y avait des fréquentes et brutales pogrom, en raison de l'incitation Garde de fer, contre la communauté antisémite[49]. Depuis Bucarest pourrait être un danger pour la famille Sugihara évacués vers Poiana Brasov.

en 1946, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a été annoncé que la famille Sugihara, arrêté par les troupes soviétiques à Bucarest et retenu captif pendant 18 mois, quitterait immédiatement retourner dans leur pays d'origine. ils sont passés Odessa, Moscou, Nakhodka et Vladivostok et en Avril 1947 ils sont arrivés à Hakata Bay.

Vers la louange publique

Après son retour au Japon, la famille est allée vivre dans la ville de Fujisawa, Préfecture Kanagawa.

Le 7 Juin 1947, Chiune reçu de l'avis sous-secrétaire Katsuo Okazaki politique écrite de démission[30][50]. Peu de temps après, ils ont été frappés par une grave deuil: Haruki, le troisième fils, est mort à cause de leucémie[51].

Pour soutenir la famille, Chiune a fait des emplois différents. Merci à sa connaissance de la langue russe, est allé travailler dans l'Union soviétique, où il est resté pendant 16 ans, alors que la famille est restée au Japon.

À l'été 1968, Joshua Nishri, l'ambassade diplomatique israélien à Tokyo et l'un des bénéficiaires de visas Sugihara, Enfin, il a réussi à le contacter[52]. Depuis Sugihara lui-même appelé SEMPO pendant son temps à Kaunas, au départ Nishri avait échoué à le trouver. Cependant, Chiune, étant préoccupé par les réfugiés, il est allé à l'ambassade d'Israël, et leur a donné leur adresse: Nishri pour qu'il puisse trouver.

en 1969, après 29 ans, il a rencontré en Jérusalem Zerach Warhaftig, ministre de la religion d'Israël. À ce moment-là, l'échange de dépêches avec le ministère des Affaires étrangères était devenu public et Warhaftig, qui était au courant de la distribution des visas, a été surpris par le renvoi de Chiune. Warhaftig dit[53]:

« Seulement quand j'ai rencontré Sugihara à nouveau en 1969, en Israël, je découvert que, en fait, n'a pas eu l'autorisation du gouvernement japonais. J'ai été choqué, jusqu'à ce que nous rencontrons à nouveau, je ne pensais pas que Sugihara avait continué de délivrer des visas, dans la mesure de désobéir aux ordres. Le rejet de Sugihara était suspect. Il ne me convainc pas que le gouvernement japonais n'a pas fait quoi que ce soit pour cette personne merveilleuse. Il semblait étrange qu'ils avaient pas offert un prix. Il est dommage qu'ils ne reconnaissaient pas ses mérites. Les gens qui ont soutenu Sugihara sont nombreux, mais ils sont 20 ans en disant que le gouvernement japonais devrait racheter son honneur d'une manière formelle. Cependant, le gouvernement japonais n'a rien fait. Il est une déception. »

(Interview près de Jérusalem, 25 mai 1998)

en 1975, Chiune est retourné au Japon et 1977 Il a déménagé à Kamakura.

Gerhard Dambmann, journaliste allemand qui a vécu à Tokyo depuis 1974 un 1981, Il a été le premier à protester contre la position du ministère des Affaires étrangères contre Chiune. Dambmann, en 1981, a écrit: « Après la guerre, parce que le ministère japonais des Affaires étrangères a conduit Sugihara, reconnaissant ses mérites? Parce que son histoire ne est pas devenu un exemple dans les manuels scolaires (Bien que ce type d'exemples n'apparaît jamais)? Pourquoi les auteurs dramatiques ne se transforment pas son histoire dans un jeu? Parce que les journaux et la télévision ne parlent pas de sa vie? Je ne peux pas le comprendre ".

Le 18 Janvier 1985, Chiune était le seul japonais à recevoir l'honneur de Justes parmi les Nations pour ses travaux de sauvetage. De plus, lui et ses descendants a reçu la citoyenneté israélienne. Le nom de Chiune a été progressivement reconnu dans le monde, mais, avec la louange, a commencé à recevoir même et diffamations être étiqueté comme un « traître »[54]. En Novembre de la même année, à Jérusalem, a été inauguré un service commémoratif en son honneur, mais cardiopathy et la vieillesse ne lui permettait pas de voyager à l'étranger, donc à sa place a assisté à Nobuki.

Il est mort 31 Juillet 1986, l'âge de 86 ans.

Drame infini

Chiune Sugihara
Yukiko Sugihara avec l'ancien président Valdas Adamkus, lors d'une cérémonie de commémoration Vilnius, Lituanie 2001

Les funérailles ont assisté à plus de 300 personnes, y compris ses anciens élèves de l'Institut de Harbin[55]. également assisté à une délégation juive, y compris le ministre israélien Jacob Cohen au Japon, et, grâce à leur participation, ses voisins ont découvert ce qu'il avait fait pendant la Seconde Guerre mondiale. En fait, bien qu'il ait été connu en Israël et d'autres nations, il était resté pratiquement inconnu à la maison[50].

Au cours de la suite, vint un homme qui avait entendu les nouvelles d'un journal. Cet homme, qui semblait fait le travail manuel, avait plié dans une feuille de billets de 100 yens et il a donné comme une offrande à Yukiko. Malgré son nom, il avait été demandé, il ne répondit pas et se éloigna[56].

Chiune a été enterré au cimetière de Kamakura.

Zell, qui a été sauvé grâce aux visas délivrés par Chiune et était allé aux États-Unis, étant au courant des circonstances de sa démission, il était indigné et, en dépit d'être malade, il envoya une lettre à Yukiko, où il a expliqué l'intention à venir au Japon et pour protester contre le ministère des Affaires étrangères[56].

La réhabilitation officielle du nom de Chiune par le gouvernement japonais a eu lieu le 10 Octobre 2000[3], lorsque le ministre des Affaires étrangères Yōhei Kōno Il a présenté ses excuses à la famille Sugihara.

Le 11 Mars 2011, il y avait le tremblement de terre Tohoku et dès que les dommages ont été annoncés, les entreprises juives nationales et internationales a fait appel à la mémoire des mérites de Sugihara, qui avait tout fait pour sauver les réfugiés juifs pendant Guerre mondiale. Le 21 Mars, le journal Le Jerusalem Post Il a appelé l'attention sur le fait que, pendant la Seconde Guerre mondiale, Chiune, ne pas suivre les ordres, avait sauvé 6000 Juifs. En outre, il a informé que la communauté juive au Japon a collaboré et a commencé à sauver les gens; en outre, les Juifs de la capitale avaient ouvert des comptes bancaires pour collecter de l'argent[57]. Même l'Union orthodoxe des Juifs américains a préparé une collection pour les personnes touchées par le tremblement de terre, déclarant qu'il était temps de retourner la faveur des conjoints Sugihara.

Le 23 Juin, au Skirball Cultural Center Los Angeles, après l'acteur Ken Watanabe avait lu le « Message de solidarité pour le Japon », il a été montré le film Sugihara: Conspiracy of Kindness. La collection a été donnée à Nihon dompter non non danketsu (日本 の た め の 団 結? Lett. « Fonds de secours pour des tremblements de terre au Japon »).

le monument à la louange publique Chiune Sugihara a été construit comme je l'ai proposé par le représentant Taïro Harayama, au sein de l'Université de Waseda et a été écrit: « Il a pris une décision juste et naturelle, non pas comme un diplomate, mais comme une personne. »

Le 24 Décembre, ils ont été donnés par les Lituaniens résidant dans les dons des États-Unis, des cahiers et des crayons pour les enfants réfugiés dans la ville de Hadano à cause du tremblement de terre Tohoku[58].

Le 20 Février 2012, Le Premier ministre de la Lituanie Andrius Kubilius, qui était allé au Japon, a déclaré le Premier ministre Yoshihiko Noda« Le Japon est géographiquement loin, mais je me sens proche. Le fait que le défunt a Sugihara sauvé les Juifs exerce une forte influence sur la compréhension du Japon par la Lituanie "[59].

Le 22 Mars, dans la ville de Boca Raton en Floride, une cérémonie a été organisée pour commémorer la contribution des Chiune et la participation d'environ 100 personnes, dont le consul général New-York.

Le 26 Avril, au Musée de l'aviation et de l'espace du Canada a été représenté le film Inochi sans visa (命 の ビ ザ? Lett. « Compte tenu de la vie »)), Conjointement organisé par le B'nai B'rith légations canadiens et japonais et lituaniens au Canada.

Le 10 mai 2013 le journaliste Fumi Takahashi, un résident du Canada, a fait don au maire de Shingo Akatsuka Yaotsu documentaire Sugihara Chiune pas messeji (ス ギ ハ ラ · チ ウ ネ の メ ッ セ ー ジ? Lett. "Message pour Chiune Sugihara") où il avait recueilli des témoignages de sept familles juives qui sont arrivés au Canada à travers le Japon.

Le 10 Septembre, Orihah Sugihara, arrière petit-fils de Chiune, elle a joué dans la comédie musicale SEMPO, dans le réfugié Nina[60].

Le 28 Juillet 2015, il a été consacré, pour la première fois, les funérailles orthodoxes, arbitré par un prêtre de Église orthodoxe japonaise[61].

Le 9 Septembre, ils ont été organisés à Kaunas des événements de commémoration pour Sugihara, après 75 ans depuis son départ de la Lituanie[62].

hérédité

Chiune Sugihara
Chiune Sugihara Memorial Museum à Yaotsu, Japon
Chiune Sugihara
Port de Musée de l'humanité à Tsuruga Tsuruga, Japon
  • Sugihara Street à Kaunas, Vilnius et Tel Aviv.
  • astéroïde 25893 Sugihara.
  • Chiune Sugihara Memorial Museum à Yaotsu[63].
  • Une zone du port de l'humanité Tsuruga Musée, près du port de Tsuruga[64].
  • Musée Sugihara Maison à Kaunas[65].
  • "Sugihara Memorial Garden", construit par la synagogue conservatrice Temple Emeth à Chestnut Hill, Massachusetts[66].
  • « Chiune Sugihara Memorial, héros de l'Holocauste » mémorial construit en Little Tokyo à Los Angeles[67].

honneurs

l'image du ruban pas encore présent Croix de Commandeur (Pologne)
- 1996
l'image du ruban pas encore présent Croix de commandeur avec plaque (Pologne)
- 2007

Biographies

  • Yukiko Sugihara, Visas pour la vie, traduit par Hiroki Sugihara, San Francisco, Edu-Comm, 1995.
  • Sugihara: Conspiracy of Kindness (2000) de PBS: Détails Part des Sugihara, sa famille et la relation entre les Juifs et les Japonais entre 1930 et 1940[68].
  • Le 11 Octobre 2005, Yomiuri TV Il a été diffusé un drame de 2 heures intitulé Visas pour la vie, de Sugihara et basé sur le livre écrit par sa femme Yukiko[69].
  • Chris Tashima et Chris Donahue a produit un film sur Sugihara en 1997, Visas et la vertu, qui a vécu l 'Oscar du meilleur court métrage Film[70].
  • Passage à la liberté: L'histoire Sugihara (2002), le livre illustré pour enfants écrit par Ken Mochizuki et illustré par Sun Lee.
  • En 2015, il a été produit la fiction historique Persona non grata (杉原 千畝 ス ギ ハ ラ チ ウ ネ).

Des gens importants aidés par Sugihara

  • Les dirigeants et les étudiants de Mir Yeshiva, a déménagé à Otwock.
  • Yaakov Banai, unité de combat commandant Lehi mouvement et, plus tard, le commandant militaire israélien.
  • Joseph R. Fiszman, émérite et professeur universitaire bien connu de la science politique à 'Université de l'Oregon.
  • Robert Lewin, marchand d'art et philanthrope polonais.
  • Leo Melamed, financier, chef du Chicago Mercantile Exchanfe (CME) et pionnier des instruments financiers à terme.
  • John Stoessinger, professeur de diplomatie à l'Université de San Diego.
  • Zerach Warhaftig, avocat et politique israélien (En détail, ministre du culte d'Israël) et signataire La Déclaration d'indépendance d'Israël.
  • George Zames, théoricien de contrôle.
  • Bernard et Rochelle Zell, les parents, magnat des affaires Sam Zell.

notes

  1. ^ 決断 · 命 の ビ ザ, 1996, p. 288.
  2. ^ à b 六千 人 の 命 の ビ ザ 1993.
  3. ^ à b c Tenembaum B, SEMPO "Chiune" Sugihara, Sauveur japonais, La Fondation Internationale Raoul Wallenberg. Récupéré le 3 Avril, 2011.
  4. ^ 卒業 生 「杉原 千畝 さ ん」, 名古屋 市立 平和 小学校. Récupéré le 16 Février, ici à 2015.
  5. ^ 瑞 陵 会 (愛 知 五中, 瑞 陵 高校 な ど の 同 窓 会) の ホ ー ム ペ ー ジ
  6. ^ 決断 · 命 の ビ ザ, 1996, p. 289.
  7. ^ 自由 へ の 逃走 - 杉原 ビ ザ と ユ ダ ヤ 人, 1995, p. 107.
  8. ^ 真相 · 杉原 ビ ザ, 2000, p. 395.
  9. ^ 真相 · 杉原 ビ ザ, 2000, p. 141.
  10. ^ 自由 へ の 逃走 - 杉原 ビ ザ と ユ ダ ヤ 人, 1995, p. 110.
  11. ^ 自由 へ の 逃走 - 杉原 ビ ザ と ユ ダ ヤ 人, 1995, p. 113.
  12. ^ Agent secret du Japon, pp. 195-206. Sabine Breuillard "L'Affaire Kaspé revisitée« dans Des esclaves Revues Études, vol.73, 2001, p. 337-372.
  13. ^ 真相 · 杉原 ビ ザ, 2000, p. 175-182.
  14. ^ 真相 · 杉原 ビ ザ, 2000, p. 189-190.
  15. ^ 諜報 の 天才 杉原 千畝, 2011, p. 40, 82.
  16. ^ à b 決断 · 命 の ビ ザ, 1996, p. 291.
  17. ^ 六千 人 の 命 の ビ ザ, 1993, p. 34.
  18. ^ 外務 省 外交 史料 館, 民族 問題 関係 雑 件 / 猶太人 問題 第四 巻 分割 2 ref.B04013205200, 国立 公文 書館 ア ジ ア 歴 史 資料 セ ン タ ー, le 7 Octobre 1938.
  19. ^ 日本 の ユ ダ ヤ 人 政策, 1931-1945, 2002, p. 362-363.
  20. ^ 日本 · ポ ー ラ ン ド 関係 史, 2009, p. 229-235.
  21. ^ 「日本 に 来 た ユ ダ ヤ 難民」, pp. 93-105.
  22. ^ 決断 · 命 の ビ ザ, 1996, p. 295.
  23. ^ à b 決断 · 命 の ビ ザ, 1996, p. 300.
  24. ^ 六千 人 の 命 の ビ ザ, 1993, p. 32.
  25. ^ 諜報 の 天才 杉原 千畝, 2011, pp. 165-175.
  26. ^ 日本 · ポ ー ラ ン ド 関係 史, 2009, p. 233.
  27. ^ 六千 人 の 命 の ビ ザ, 1993, p. 42-43.
  28. ^ Feng-Shan Ho - Justes parmi les Nations - Yad Vashem, yadvashem.org. Extrait le 15 Septembre, ici à 2015.
  29. ^ De Sousa Mendes Aristides - Justes parmi les Nations - Yad Vashem, yadvashem.org. Extrait le 15 Septembre, ici à 2015.
  30. ^ à b c Hillel Levine, À la recherche de Sugihara: le diplomate japonais insaisissable qui a risqué sa vie pour secourir 10.000 Juifs de l'Holocauste, New York, Free Press, 1996 ISBN 0-684-83251-8.
  31. ^ Alexander Neumann, "Leben und im Streben Ghetto Kaunas 1941" dans vincas Bartusevičius, Joachim Tauber u. Wolfram Wette, Holocauste dans Litauen. Krieg, Judenmorde Kollaboration und im Jahre 1941, Wien, Böhlau Verlag, 2003, article 146.
  32. ^ 六千 人 の 命 の ビ ザ, 1993, p. 206.
  33. ^ 日本 · ポ ー ラ ン ド 関係 史, 2009, p. 253-255.
  34. ^ Les Mémoires de la Spymaster d'Hitler, pp. 144-154.
  35. ^ 日本 · ポ ー ラ ン ド 関係 史, 2009, p. 220-221.
  36. ^ à b Secret coopération polono-japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale: Chiune Sugihara et renseignement polonais, Société asiatique du Japon.
  37. ^ 決断 · 命 の ビ ザ, 1996, p. 211-212.
  38. ^ Der "japanische Bericht über Spionage im Reich" von Reinhard Heydrich.
  39. ^ Japon Secret War Neighborhood Pologne, pp. 238-245.
  40. ^ 杉原 千畝 の 悲劇, 2006, pp. 112-115.
  41. ^ 日本 の ユ ダ ヤ 人 政策, 1931-1945, 2002, p. 167.
  42. ^ 自由 へ の 逃走 - 杉原 ビ ザ と ユ ダ ヤ 人, 1995, p. 141.
  43. ^ 日本 の ユ ダ ヤ 人 政策 1931-1945, 2002, p. 181
  44. ^ 真相 · 杉原 ビ ザ, 2000, pp. 342-346
  45. ^ 安井仲 治 が 撮 っ た 「命 の ビ ザ」 の ユ ダ ヤ 人
  46. ^ 新潮 文庫 1972 年, p. 24.
  47. ^ Le Vanished monde des Juifs lituaniens, p. 218.
  48. ^ 自由 へ の 逃走 - 杉原 ビ ザ と ユ ダ ヤ 人, 1995, pp. 145-147
  49. ^ Francisco Veiga, Istoria Gărzii de Fier, 1919-1941: ultranaţionalismului Mystic, Bucarest, Humanitas, 1993, p. 301.
  50. ^ à b Dom Lee et Ken Mochizuki, Passage à la liberté: L'histoire Sugihara, New York, Lee Livres bas, 2003 ISBN 1-58430-157-0.
  51. ^ Seishiro Sugihara. Chiune Sugihara et le ministère des Affaires étrangères du Japon, entre Incompétence et Culpabilité. Lanham, Md.: University Press of America, 2001.
  52. ^ 六千 人 の 命 の ビ ザ, 1993, p. 171
  53. ^ 真相 · 杉原 ビ ザ, 2000, pp. 40-41
  54. ^ 六千 人 の 命 の ビ ザ, 1993, p. 177
  55. ^ 六千 人 の 命 の ビ ザ, 1993, p. 183
  56. ^ à b 六千 人 の 命 の ビ ザ, 1993, p. 184
  57. ^ Article par le chef Dennis Wasco, le 21 Mars de 2011.
  58. ^ が ん ば れ 東北」(泰 野 版「タ ウ ン ニ ュ ー ス」2012 年 1 7 月 日 号)
  59. ^ 日本 · リ ト ア ニ ア 首相 会談(外務 省, 平 成 24 年 2 月 20 日)
  60. ^ 杉原 千畝 さ ん 描 い た 舞台 ひ 孫 が ユ ダ ヤ 人 役 で 出演」(「ス ポ ニ チ」2013 年 8 月 14 日 付)
  61. ^ 鎌倉 霊 園 で 杉原 千畝 氏 を 記憶 す る 祈 り 初 め て の 「パ ニ ヒ ダ」 献 じ ら れ る: 教会: ク リ ス チ ャ ン ト ゥ デ イ
  62. ^ 「命 の ビ ザ」 の 杉原 千畝 た た え る 記念 行事, en NHK ニ ュ ー ス, 5 septembre 2015.
  63. ^ http://japanvisitor.blogspot.jp/2013/03/chiune-sugihara-memorial-museum.html
  64. ^ http://www.tmo-tsuruga.com/kk-museum/index_e.html
  65. ^ Sugihara House Museum, sugiharahouse.lt. Récupéré le 3 Avril, 2011 (Déposé par 'URL d'origine 5 février 2011).
  66. ^ A l'intérieur de nos murs, templeemeth.org. Récupéré le 3 Avril, 2011.
  67. ^ Ramon G. Velazco, Chiune Sugihara Memorial, héros de l'Holocauste, Little Tokyo, Los Angeles, publicartinla.com. Récupéré le 3 Avril, 2011.
  68. ^ Sugihara: Conspiracy of Kindness | PBS, pbs.org. Récupéré le 3 Avril, 2011.
  69. ^ Visas qui a sauvé des vies, l'histoire de Chiune Sugihara (Holocauste Film Drame), martygrossfilms.com. Récupéré le 3 Avril, 2011.
  70. ^ Visas et vertu (2001) - IMDb, imdb.com. Récupéré le 3 Avril, 2011.

bibliographie

  • (JA) 杉原 幸 子, 六千 人 の 命 の ビ ザ, 大 正 出版, 1993 ISBN 4-8117-0307-3.
  • (JA) 中 日 新聞 社 社会 部, 自由 へ の 逃走 - 杉原 ビ ザ と ユ ダ ヤ 人, 東京 新聞 出版 局, 1995 ISBN 4-8083-0526-7.
  • (JA) 渡 辺 勝 正, 決断 · 命 の ビ ザ, 大 正 出版, 1996 ISBN 4-8117-0308-1.
  • (JA) 渡 辺 勝 正, 真相 · 杉原 ビ ザ, 大 正 出版, 2000 ISBN 4-8117-0309-X.
  • (JA) 渡 辺 勝 正, 杉原 千畝 の 悲劇, 大 正 出版 2006 ISBN 4-8117-0311-1.
  • (JA) 白石仁 章, 諜報 の 天才 杉原 千畝, 新潮社 2011 ISBN 978-4-10-603673-6.
  • (JA) 阪 東宏, 日本 の ユ ダ ヤ 人 政策 1931-1945, 未来 社, 2002 ISBN 4-624-11185-0.
  • (JA) エ ヴ ァ · パ ワ シ ュ = ル ト コ フ ス カ et ア ン ジ ェ イ · T · ロ メ ル, 日本 · ポ ー ラ ン ド 関係 史, 彩 流 社, 2009 ISBN 978-4-7791-1414-4.
  • (FR) Alison Leslie Gold Un destin spécial. Chiune Sugihara, New York, Scholastic, 2000.
  • (FR) Sun Lee Ken Mochizuki, Passage à la liberté. L'histoire Sugihara, New York, Lee Low Books, 2003.
  • (FR) Alvydas nikžentaitis, Le Vanished monde des Juifs lituaniens, Amsterdam, Editions Rodopi BV 2004.
  • (FR) Pamela Rotner Sakamoto, Les diplomates japonais et les réfugiés juifs, Westport, CT, Praeger Pnblishers 1998.
  • (FR) Walter Schellenberg, Les Mémoires de la Spymaster d'Hitler, Londres, André Deutsch, 2006.
  • (FR) Seishiro Sugihara Norman Hu, Chiune Sugihara et le ministère des Affaires étrangères du Japon: Entre Incompétence et Culpabilité, University Press of America, 2001.
  • (FR) Yukiko Sugihara, Visas pour la vie, traduit par Hiroki Sugihara, San Francisco, Edu-Comm, 1995.
  • (FR) Yutaka Taniuchi, Les visas miraculeuses - Chiune Sugihara et l'histoire des 6000 Juifs, New York, Gefen Books, 2001.

Articles connexes

  • Antisémitisme
  • Église orthodoxe japonaise
  • Eglise orthodoxe russe
  • Mandchourie du Sud Railway
  • Fumimaro Konoe
  • Justes parmi les Nations
  • Shanghai Ghetto
  • Kaunas
  • Lituanie
  • Mandchoukouo
  • Oskar Schindler
  • Les travailleurs nationaux-socialistes allemands Parti
  • blanc pour les réfugiés
  • Yad Vashem
  • Yōsuke Matsuoka

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Chiune Sugihara

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR22953110 · LCCN: (FRnr91008289 · ISNI: (FR0000 0000 6675 7912 · GND: (DE119508907 · BNF: (FRcb12495510w (Date)

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez