s
19 708 Pages

diocèse de Grenoble-Vienne
Dioecesis Gratianopolitana-Viennensis Allobrogorum
Eglise latine
GRENOBLE24.JPG
suffragant dell ' Archidiocèse de Lyon
Carte du diocèse
province ecclésiastique
Province Ecclésiastique du diocèse
situation géographique
diocèse géographique
évêque Guy André Marie de Kerimel, Comm. Le Emm.
Les prêtres Dont 241 151 séculière et 90 réguliers
3265 baptisé pour prêtre
religieux 116 hommes, 400 femmes
diacres 43 permanente
population 1197000
baptisés 787.000 (65,7% du total)
surface 7431 km² en France
paroisses 46
érection IVe siècle
rite romain
cathédrale notre-Dame
adresse 12 Place La Valette, 38028 Grenoble Cedex 1, France
site Web www.diocese-grenoble-vienne.fr
Les données de 'Annuaire Pontificale 2014 (ch? · gc?)
Eglise catholique en France
Diocèse de Grenoble-Vienne
Ancienne cathédrale de Saint-Maurice à Vienne
Diocèse de Grenoble-Vienne
Le sanctuaire marial de La Salette
Diocèse de Grenoble-Vienne
Le monastère de la Grande Chartreuse

la Diocèse de Grenoble-Vienne (en latin: Dioecesis Gratianopolitana-Viennensis Allobrogorum) Est un siège de Eglise catholique suffragant de 'Archidiocèse de Lyon. en 2013 Il avait baptisé 787000 de 1.197.000 habitants. Elle est régie par évêque Guy André Marie de Kerimel, Comm. Le Emm.

territoire

Le diocèse comprend la département français dell 'Isère.

Un diocèse est la ville de Grenoble, où le Cathédrale Notre-Dame. A Vienne en dauphiné Il est l'ancienne cathédrale de San Maurizio.

Les principaux sites de pèlerinage dans le diocèse, ils sont les suivants: Notre-Dame de Parménie, refondée en XVIIe siècle pour le travail d'une bergère; Notre-Dame-de-Osier, à Vinay, datant 1649 et surtout le célèbre sanctuaire de Notre-Dame de La Salette, qui doit ses origines à l'apparition de la Vierge, le 19 Septembre 1846 à Giraud et Mélanie Maximin Calvat.

Le territoire est divisé en 46 paroisses.

Les institutions religieuses

  • Compagnie de Jésus
  • Congrégation du Très-Saint-Rédempteur
  • Congrégation du Saint-Sacrement
  • Frères des Écoles Chrétiennes
  • Missionnaires de la Sainte Famille
  • Missionnaires de La Salette
  • Missionnaires de Saint Charles
  • Ordre de la Compagnie de Marie Notre-Dame
  • Petites Sœurs des Pauvres
  • Petites Sœurs de l'Evangile
  • Petites Sœurs de la Sainte Enfance
  • Peu des Sœurs travailleurs
  • Petites Sœurs de la maternité catholique
  • Soeurs des Cœurs de Jésus et de Marie
  • Soeurs de la Charité divine
  • Soeurs du Prado
  • Sœurs du Christ
  • Sœurs de Jésus Serviteur
  • Congrégation de Notre-Dame de la Charité du Bon Pasteur
  • Soeurs de Notre-Dame de la Croix
  • Sœurs de Notre-Dame du Rosaire
  • Sœurs de Notre-Dame de La Salette
  • Sœurs de Saint François d'Assise
  • Sœurs de Sainte-Marie-Madeleine Postel
  • Soeurs Dominicaines Missionnaires de Notre-Dame de La Délivrande
  • Franciscaines de l'Immaculée Conception
  • Franciscaines du Sacré-Cœur
  • Sœurs Missionnaires de Notre-Dame des Apôtres
  • Oblates de saint François de Sales
  • Ursulines Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus dans Agonie

histoire

Le diocèse de Grenoble a été érigé en IVe siècle. en 450, pour décision Leone Magno, il est devenu suffragant dell 'Archidiocèse de Vienne. Le premier évêque connu de Grenoble est de San Donnino, qui a participé à la Conseil d'Aquilée en 381. au milieu Ve siècle Mgr Cerato se souvient dans la légende comme un adversaire de 'arianisme.

la bénédictin et augustin bientôt ils ont fondé de nombreux monastères dans le diocèse, comme Vizille datant 994, mais le plein épanouissement de la vie monastique a eu lieu pendant l'épiscopat de Saint-Hugues. L'abbaye de Saint-Martin de Misère, qui à l'origine a attiré de nombreux monastères augustins et l'école du prieuré de Villard Benoît au Pontcharra étaient importants au cours de la XII et XIII siècle. Mais la forme particulière du monachisme dauphiné, depuis les jours de Sant'Ugo, était celle de chartreux fondée par San Bruno en 1084 avec l'érection du diocèse Grande Chartreuse, Ordre parent.

Dès la première moitié du XIIIe siècle, la branche française du vaudoises a fait le principal centre son dauphinois. De là est venu Guglielmo Farel, le prédicateur réformé français le plus habile. Pierre de Sébiville, une franciscain apostat, introduit à Grenoble en 1522 Le protestantisme, qui avait une grande suite dans tout le diocèse. Ce fut ensuite durement marquée par les guerres de religion, en particulier dans le 1562, lorsque le cruel baron des Andrets a agi comme lieutenant général du Dauphiné Prince de Condé.

Les deux séjours à Grenoble en 1598 et 1600 la jésuite Pierre Cotton, confesseur plus tard Henri IV de France, Ils ont échoué à obtenir d'importantes conversions de protestantisme; en mémoire de ce que le L'agent de la France, de Lesdiguières, qui était lui-même converti en 1622, il a encouragé la fondation à Grenoble d'une maison des Jésuites, avec qui, en 1651, Jésuites établi un collège. Cependant, il était sous l'épiscopat de Pierre Scarron (1620-1667) que le catholicisme dans dauphinois pourrait dire à restaurer.

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle émerge la figure de Etienne Le Camus, L'un est devenu évêque de Grenoble cardinal, qui se sont engagés à appliquer les décisions du Concile de Trente, à travers de nombreuses visites pastorales et la fondation de séminaire.

Le 18 Août, 1779 Il a donné une partie de son territoire pour la création de Diocèse de Chambéry.

Le pape Pie VI, emmené captif en France, il a passé deux jours à Grenoble 1799. aussi Pie VII a été maintenu du 21 Juillet au confinement dans la préfecture de Grenoble à 2 Août 1808. Vescovo Simon, il a été empêché de lui rendre visite.

suite convenu avec bulle Ici Christi Domini de Le pape Pie VII 29 Novembre 1801 le diocèse de Grenoble fait partie de province ecclésiastique dell 'Archidiocèse de Lyon. Même temps, le territoire du diocèse a été fait pour coïncider avec celle du ministère.

en 1815, dans la chapelle du séminaire, il reçoit l'ordination Giovanni Maria Vianney, prêtre du diocèse, mieux connu sous le nom Curé d'Ars, canonisé en 1925 et proclamé patron de tous pasteurs en 1929. Originaire du diocèse était également Henri Grouès, connu sous le nom L'abbé Pierre, fondateur de la communauté Emmaüs.

Le 15 Décembre 2006 Il a pris le nom actuel du diocèse de Grenoble-Vienne.

évêques Cronotassi

Le plus ancien catalogue des évêques de Grenoble est contenu dans le premier cartulari attribué à Sant'Ugo, entre XI et XIIe siècle.

  • San Donnino † (mentionné dans 381)
  • San Diogène †
  • † ami
  • Sebastiano †
  • Vitaliano †
  • San Cerazio † (avant 441 - après la 451)
  • Vivenzio † (mentionné dans 464)
  • San Victor † (avant 517 - après la 518/523)
  • Ursolo † (mentionné dans 538)
  • Syagrius I † (avant 552 - après la 570)[1]
  • Esichio I † (avant 573 - sur 601 décédé)
  • Syagrius II † (mentionné dans 614)[2]
  • Claro † (avant 650 - après la 653)
  • San Ferreolo †[3]
  • Boso †
  • Esichio II †
  • Austroberto †
  • Ramnoldo (o Rainaldo) † (mentionné dans 707 ?)
  • Ragnomaro † (mentionné dans 726)[4]
  • Austorico †
  • Corbo † (mentionné dans 743 ?)
  • Leoperto †
  • Ardinco †
  • Odolardo † (mentionné dans '804 ?)
  • Radoldo † (mentionné dans '825 ?)
  • Siuperto † (mentionné dans '829 ?)
  • Ebroaldo †
  • Adalulfo † (mentionné dans '840)
  • Ebbon † (avant '855 - après '860)
  • Bernario † (869 élu - après '882)
  • Isaac † (avant '892 - après la 922)
  • Alcherio † (- À propos de 949 décédé)
  • Isarno † (1 Août 950 - après la 976)
  • Humbert d'Albon † (avant 990 - après la 1025 a démissionné)
  • Mallen † (mentionné dans 1030)
  • † Artaud (avant 1037 - après la 1058)
  • Pons Claudus †
  • Pons † (? - 1076 excommunié)
  • Sant 'Hugues † (1080 - 1 Avril 1132 décédé)
  • Hugues II, O.Carth. † (1132 réussi - à propos de 1148 nommé archevêque de Vienne)
  • Othmar de Sassenage, O.Carth. †
  • Geoffroy † (avant 1151 - 1163 détrôné)
  • Jean de Sassenage † (1 Février 1164 - 1220 décédé)
  • Guillaume, O.Carth. † (environ 1220)
  • Pierre † (? - 1221 ? décédé)
  • Soffroy † (1223 - après la 1230)
  • Pierre II † (1 Avril 1238 - après la 1249)
  • Falcon † (1251 - 1266 décédé)
  • Guillaume de Sassenage † (25 Juillet 1266 - après la 1299)
  • Guillaume de Royn † (21 Novembre 1301 - 1337 décédé)
  • Jean de Chissé † (23 Décembre 1337 - 1350 décédé)
  • Rodolphe de Chissé † (16 Septembre 1350 - 28 février 1380 nommé archevêque de tarentaise)
  • François de Conzié † (28 Février 1380 - 20 janvier 1388 nommé archevêque de Arles)
  • Aymon de Chissé I, O.S.B † (20 Janvier 1388 - 24 octobre 1427 nommé évêque de agréable)
  • Aymon de Chissé II † (24 Octobre 1427 - septembre 1450 décédé)
  • Siboud Allemand de Séchilienne † (mentionné dans 1454 - sur 1476 a démissionné)
  • Laurent Allemand de Laval I, O.S.A. † (19 Janvier 1476 - sur 1477 nommé évêque de orange)[5]
  • Jost de Silenen † (9 Juin 1477 - 2 août 1482 nommé évêque de Sion)
    • Jost de Silenen † (2 Août 1482 - 1484 résigné) (Administrateur apostolique)
  • Laurent Allemand de Laval I, O.S.A. † (8 Mars 1484 - 1518 résigné) (pour la deuxième fois)
  • Laurent Allemand de Laval II, O.S.A. † (26 Avril 1518 - 5 septembre 1561 décédé)
  • François d'Avançon, O.S.B † (16 Décembre 1562 - 5 février 1575 décédé)
  • François Fléhard † (14 Octobre 1575 - 4 octobre 1606 décédé)
  • Jean de La Croix de Chevrières † (4 Juillet 1607 - mai 1619 décédé)
  • Alphonse de La Croix de Chevrières † (mai 1619 réussi - 1620 a démissionné)
  • Pierre Scarron † (14 Décembre 1620 - 8 février 1668 décédé)
  • Etienne Le Camus † (1 Juillet 1671 - 12 septembre 1707 décédé)
  • Ennemond Montmartin † (12 Mars 1708 - 28 octobre 1719 décédé)
  • Paul de Chaulnes † (16 Juin, 1721 - 20 octobre 1725 décédé)
  • Jean de Caulet † (20 Mars 1726 - 27 octobre 1771 décédé)
  • Jean de Cairol de Madaillan † (16 Décembre 1771 - 10 décembre 1779 a démissionné)
  • Marie-Anne Hay-Hippolyte de Bonteville † (13 Décembre 1779 - 6 octobre 1788 décédé)
  • Charles-Henri du Lau d'Alleman † (30 Mars, 1789 - 4 avril 1802 décédé)
  • Claude Simon † (2 Août 1802 - 3 octobre 1825 décédé)
  • Philibert de Bruillard † (3 Juillet 1826 - 7 décembre 1852 retiré)
  • Jacques-Marie-Achille Ginoulhiac † (7 Mars 1853 - 27 juin 1870 nommé archevêque de Lyon)
  • Pierre-Antoine-Justin Paulinier † (27 Juin 1870 - 17 septembre 1875 nommé archevêque de Besançon)
  • Amand-Joseph Fava † (23 Septembre 1875 - 17 octobre 1899 décédé)
  • Paul-Emile-Marie-Joseph Henry † (14 Décembre 1899 - 8 juillet 1911 décédé)
  • Louis-Joseph Maurin † (1 Septembre 1911 - 1 Décembre 1916 nommé archevêque de Lyon)
  • Alexandre Caillot † (22 Mars 1917 - 5 janvier 1957 décédé)
  • André-Jacques Fougerat † (5 Janvier 1957 réussi - le 19 Septembre 1969 a démissionné)
  • Gabriel-Marie-Joseph Matagrin † (19 Septembre 1969 - 26 septembre 1989 a démissionné)
  • Louis Jean Dufaux † (26 Septembre 1989 réussi - 10 Juin 2006 retiré)
  • Guy André Marie de Kerimel, Comm. Le Emm., réussi le 10 Juin 2006

statistiques

Le diocèse à la fin de l'année 2013 sur une population de 1.197.000 personnes avaient baptisé 787000, ce qui correspond à 65,7% du total.

année population prêtres diacres religieux paroisses
baptisé total % nombre laïque régulier baptisé pour prêtre hommes femmes
1949 400000 700000 57,1 655 575 80 610 100 400 599
1970 780000 849683 91,8 695 538 157 1122 214 1408 600
1980 706000 876000 80,6 489 405 84 1443 5 100 800 575
1990 760000 963000 78,9 402 322 80 1.890 8 92 887 588
1999 804000 1020000 78,8 350 267 83 2297 26 121 832 588
2000 800 000 1015753 78,8 358 271 87 2234 25 119 820 189
2001 800 000 1015753 78,8 302 225 77 2649 24 109 820 189
2002 700000 1080700 64,8 289 210 79 2422 24 109 220 189
2003 800 000 1145598 69,8 295 218 77 2711 24 93 800 189
2004 700000 1145598 61,1 284 207 77 2464 29 108 220 146
2006 707000 1156000 61,2 254 202 52 2783 33 83 220 48
2013 787000 1197000 65,7 241 151 90 3265 43 116 400 46

notes

  1. ^ Il a participé au Conseil de Paris et était représenté à celle de Lyon; selon Duchesne ces deux conseils ont eu lieu en 552 et 570; pour Gallia Christiana Au contraire, ils datent 555 et 567.
  2. ^ Syagrius II est le seul des documenté historiquement dans les anciens évêques catalogue absents épiscopal Sant'Ugo.
  3. ^ De cela, il y a une commémoration liturgique sainte, qui atteste de sa fête le 12 Janvier.
  4. ^ selon Gallia Christiana Il est documenté en 732.
    Selon Duchesne, les évêques successifs jusqu'à Ebroaldo inclusivement ne sont connus que leur présence dans le catalogue de Sant'Ugo; pour certains d'entre eux Gallia Christiana rapports, avec le bénéfice du doute, quelques références chronologiques.
  5. ^ Renonciation au siège d'Orange, et 1484 revient sur le site de Grenoble.

sources

Articles connexes

D'autres projets

autorités de contrôle VIAF: (FR132232672 · ISNI: (FR0000 0001 2160 2367 · BNF: (FRcb12151961k (Date)