s
19 708 Pages

archidiocèse de Lyon
Archidioecesis Lugdunensis
Eglise latine
Cathedrale-saint-jean.jpg
province ecclésiastique
Province Ecclésiastique du diocèse
situation géographique
diocèse géographique
diocèses suffragants
Annecy, Ars-Belley, Chambéry, Saint-Jean de Maurienne et Tarentaise, Grenoble-Vienne, Saint-Etienne, valence, viviers
archevêque métropolitain et primate cardinal Philippe Xavier Ignace Barbarin
auxiliaire Patrick Le Gal,
Emmanuel Gobilliard
Les prêtres 654 dont 366 288 laïque et régulière
1,905 baptisé pour prêtre
religieux 574 hommes, femmes 1322
diacres 64 permanent
population 1912441
baptisés 1.246.000 (65,2% du total)
surface 5087 km² en France
paroisses 149
érection deuxième siècle
rite romain
cathédrale San Giovanni Battista
adresse 1 Place de Fourvière, 69321 Lyon Cedex 05, France
site Web catholique-lyon.cef.fr
Les données de 'Annuaire Pontificale 2014 (ch? · gc?)
Eglise catholique en France
Archidiocèse de Lyon
dépeignant Vitrail Saint-Potino, protovescovo Lyon, dans l'église dédiée à lui dans la ville de l'archevêque.
Archidiocèse de Lyon
Sant 'Irénée, Évêque de Lyon Docteur de l'Eglise.
Archidiocèse de Lyon
la basilique Notre-Dame de Fourvière.
Archidiocèse de Lyon
L'église de San Nicezio.
Archidiocèse de Lyon
L'un des séminaires Lyon, la maison d'aujourd'hui Lycée de Saint-Just.
Archidiocèse de Lyon
La cour intérieure du Palais de Lyon de l'archevêque.

L 'Archidiocèse de Lyon (en latin: Archidioecesis Lugdunensis) Il est un siège métropolitain de Eglise catholique. en 2013 baptisé comptait 1.246.000 habitants de 1,912,441. Elle est régie par 'archevêque cardinal Philippe Xavier Ignace Barbarin.

territoire

L'archidiocèse comprend la département français la Rhône et l 'arrondissement de Roanne dans le département de Loire.

La résidence de l'archevêque est la ville de Lyon, où le Cathédrale de San Giovanni Battista.

Le territoire est divisé en 149 paroisses, regroupées en 3 archidiaconés: Le archidiaconé Saint-Jean y compris agglomération de Lyon; l'archidiaconé Saint-Pierre, qui s'étend sur le reste du département du Rhône; l'archidiaconé Notre-Dame qui couvre l'arrondissement de Roanne.

province ecclésiastique

à partir de 2002 la province ecclésiastique Lyon se compose des éléments suivants suffragant:

histoire

L'église de Lyon est la plus ancienne église en France et, à l'exception de Rome et probablement Carthage, il n'y a pas d'autre église en Occident que ses origines si éloignées.[1]

Lugdunum il était en deuxième siècle une ville de Gaule celtique, commercial, économique et administratif. Les découvertes archéologiques et épigraphiques nous montrent que c'était une ville cosmopolite pour la présence de communautés syriaques, grecs, égyptiens, d'Asie, où plusieurs cultes coexisté typiquement orientales, telles que celles de Mitra et Cybèle .[2]

Dans ce contexte, il développe une importante communauté chrétienne, illustrée par la soi-disant martyrs Lyon année 177, ainsi que il est décrit par Eusebio di Cesarea dans son Histoire ecclésiastique.[3] L'histoire de Eusebio, axée sur une lettre écrite par les chrétiens de Lyon, déclare que la communauté de Lyon a été organisée et structurée dans le diocèse dirigé par l'évêque Potino, vénérée comme un saint déjà dans le martyrologe Geronimo.[4] Un Potino réussi sant 'Irénée, dont les pensées et les écrits ont contribué au développement de la théologie chrétienne occidentale, en particulier en ce qui concerne succession apostolique.

au début IVe siècle, à la suite de 'Édit de Milan, l'empereur Constantin I Il libéralisés la religion chrétienne. Lyon, ancienne capitale administrative du point de vue de la province romaine de Lyonnaise premier, Il est devenu le point de vue ecclésiastique métropolitain la même province. Au départ, ils étaient suffragant la Diocèse d'Autun et Langres; ceux-ci sont bientôt rejoint le Diocèse de Chalon et plus tard (VIe siècle) Pour Mâcon.

Peu de choses sont nouvelles sur sull'arcidiocesi VII et huitième siècle tant pour le manque de documents relatifs à cette période, il est essentiel pour la période historique qui a vu la fin de royaumes mérovingiens et l'attaque de Saracens que la mort et la destruction apporté (725). Seulement avec la mise en place de la dynastie carolongia tôt neuvième siècle, Lyon a été en mesure de récupérer et de rajeunir, en particulier grâce au travail des archevêques et Leidrado Agobard. Leidrado, très attaché à Carlo Magno au point à déterminer humillimus Servule Vester[5], et à plusieurs reprises missus Empereur, contraint une restauration spirituellement et moralement son diocèse, en plus de mettre en œuvre un vaste projet de matériel de reconstruction. Agobard se sont battus avant tout pour protéger les biens de l'Église contre les empiétements des laïcs, le travail a continué par son successeur San Remigio I.[6] Un Leidrado et Agobard vous avez également besoin de la réorganisation d'un ancien scriptorium et la mise en place de chapitres régulier canonique. À Lyon Moyen âge, ainsi que celle de cathédrale, Ils possédaient un chapitre ajuster l'église Saint-Paul, Saint-Just, Saint-Nizier et Saint-Georges.

Le diocèse a développé son propre rite liturgique, la rite Lyon, qui est déjà attestée dans neuvième siècle. Il sera progressivement romanisé, mais il permettra d'économiser jusqu'à réforme liturgique la 1969.

Dans la seconde moitié de 'XIe siècle papa Gregorio VII Saint-Giubino archevêque accordé et ses successeurs le titre de primate Gaule, ce qui limite la primauté des anciennes provinces de la Gaule Lyonnaise, ou Rouen, Sens et Tours.[7] Entre XI et XIIe siècle, l'ajout de Lyon avait les Archevêques contrôle presque complet de la ville et le territoire environnant, exerçant en même temps, la justice et la police.

en XIII siècle Ils ont été célébrées à Lyon deux conciles œcuméniques de Eglise catholique en présence de pape: le Le Conseil de Lyon (Juin-Juillet 1245), Organisée par innocent IV, avec une procédure sans précédent privé l'Empereur Federico II de tous les droits impériaux et des cadeaux, y compris celui de l'obéissance par les sujets, et a été solennellement destitués comme faux témoignage, apostat et traître; la Conseil de Lyon II (Mai-Juillet 1274), Organisée par Grégoire X, qu'il a signé l'union de courte durée entre l'Église latine de l'Occident et de l'Orient grec.

en 1515 Il a donné une portion de territoire pour l'éphémère Diocèse de Bourg, déjà supprimé en 1534.

la Réforme protestante Il prit à Lyon déjà à partir de 1524 et il a développé en particulier vers le milieu du siècle. Très dur était la contre-offensive catholique, qui a conduit à la participation de plusieurs dizaines de protestants; ces initiatives, au lieu d'arrêter le mouvement religieux, lui avancé plus loin. La phase répressive bientôt laissé à la prédication controversialist, principalement soutenue par jésuites de Trinity College, et plusieurs prêtres, parmi lesquels se distingue Edmond Auger. La restauration catholique a été complétée par l'archevêque Pierre d'Épinac, homme rigoureux et sérieux qui a réformé l'administration du diocèse avec une énergie et un exemple.[8]

Parmi les grands archevêques de Contre-, distinguer en particulier: Denis-Simon de Marquemont († 1626), Qui a connu près de St. François de Sales, Il est mort à Lyon en 1622, et qu'il a favorisé la mise en place dans le diocèse de plusieurs nouveaux ordres religieux; Alphonse-Louis du Plessis de Richelieu († 1653), Frère du célèbre cardinal Richelieu, qui il a été noté en particulier pour sa ferveur religieuse et son humilité; Camille de Villeroy de Neufville († 1693), Qui a fondé la séminaire L'archevêque « Irénée ».[9]

Parmi les grands saints de la période Lyon post-tridentine il convient de mentionner en particulier san Vincenzo de Paoli, qui était pasteur à Châtillon, aujourd'hui dans le département de 'Ain, à cette partie du temps de l'archidiocèse, et qui a fondé plus tard Paris la congrégation de Lazaristes.

suite convenu avec bulle Ici Christi Domini de Le pape Pie VII 29 Novembre 1801 l'archidiocèse a été élargi pour inclure l'ancienne Diocèse de Belley et une partie de l'ancienne Diocèse de Mâcon.

Le 6 Octobre 1822 en vertu de la bulle paternae Caritatis le même pape Pie VII a été rétabli le diocèse de Belley, scorporandone le territoire archidiocèse de Lyon; en même temps a été affecté aux archevêques de Lyon le titre du sous-sol du site supprimé Vienne. La même bulle définit la nouvelle province ecclésiastique Lyon composée du diocèse d'Autun, Langres, Dijon, Saint-Claude et Grenoble.

Nell 'huit cents l'archidiocèse a donné un certain nombre de saints de l'Eglise, y compris Antoine Chevrier, fondateur de 'Institut du Prado et béatifié 1986; Claudine Thévenet, fondateur de Religieuses de Jésus et de Marie, canonisé en 1993; Jean-Louis Bonnard, un prêtre missionnaire de la Missions étrangères de Paris, martyr en Viêt-Nam et canonisé en 1988; Jean-Pierre Néel, qui était aussi un missionnaire de M.E.P., est mort en Chine et canonisé en 2000. Au XIXe siècle, Lyon a également inauguré le travail le plus important et missionnaire laïque importante, le 'De la Propagation œuvre de la Foi, fondée par Pauline Marie Jaricot. en 1875 Il a été fondé l'Université Catholique de Lyon.

Le 26 Décembre 1970 l'archidiocèse a vendu une partie de son territoire pour la création de Diocèse de Saint-Étienne. En même temps, son territoire a été élargi avec l'incorporation de 6 paroisses de Diocèse de Belley et de 23 paroisses Diocèse de Grenoble.[10]

Le 15 Décembre 2006 le titre de l'archevêque de Vienne Il a été donné aux évêques Grenoble.

évêques Cronotassi

Le plus ancien catalogue épiscopal de Lyon est contenu dans un Evangeliario de la moitié de neuvième siècle, et atteint jusqu'à évêques Agobard et Amolone, secondaire ajouté. Le catalogue a été écrit autour de l'année 799-814 Leidrado au moment de l'évêque et reposerait sur diptyques originaires de Lyon Eglise.[11] Un second catalogue épiscopal est rapporté par Hugues de Flavigny dans sa Chronica Universalis; première main est à l'évêque Hugues de Die (fin XIe siècle), Et avec le Humbert II ajouté de Bâgé († 1152).[12]

  • San Potino † (environ 150 - 2 juin[13] 177 décédé)
  • Sant 'Irénée † (177 - 202[14] décédé)
  • † Zacharie
  • Elio †
  • San Faustino † (mentionné dans 254)
  • vrai †
  • Julius †
  • Ptolémée †
  • Vocio † (mentionné dans 314)
  • Massimo †
  • Tetradius †
  • Verissimo † (mentionné dans 343)
  • San droit † (avant 374 - peu de temps après 381 a démissionné)
  • Sant 'Albino †
  • San Martin †
  • Sant 'Antiochus †
  • Sant 'Elpidio †
  • San Le sénateur †[15]
  • Sant 'Eucherio † (avant 441[16] - 449 décédé)[17]
  • San Patient † (451 - sur 491 décédé)[18]
  • San Lupicin †
  • San Rustique † (avant 494/495 - 25 avril 501 décédé); peut-être identifié avec Rusticio Elpidio Domnulo
  • Santo Stefano † (au moment du roi Gundobadus)[19]
  • San Vivenziolo † (avant 515[20] - après la 518/523)
  • San Loup † (mentionné dans 538)
  • Leonzio[21]
  • San Priest † (avant 549 - le 11 septembre 552 décédé)
  • San Nicezio † (552[22] - 2 avril 573 décédé)
  • San Prisco † (avant le 11 Septembre 573 - après le 22 Juin 585)[23]
  • Sant 'Eterio † (mentionné dans 589 - Novembre ou Décembre 602 décédé)[24]
  • Secundinus † (602 - ?)
  • Aregio † (environ 603 - après la 614)
  • Tétricus (ou Théodoric) † (mentionné dans 627)
  • Ganderico † (avant 637/638 - après la 650)
  • Vivenzio †
  • Sant 'Ennemondo † (avant le 22 Juin 654 - 28 septembre 658[25] décédé)
  • San Genesio † (avant le 6 Septembre 664 - septembre 678 décédé)
  • San Lamberto † (678 - après Juin 683)
  • Goduino † (1 Octobre 688 - après la 701)
  • Foaldo (ou Fulcoaldo) †
  • Madalberto †
  • Sant 'Adonis † (avant 769 - après la 794)
  • Eldoino? †[26]
  • Leidrado † (798 - sur 816 a démissionné)
  • Agobard † (816 - 6 juin 840 décédé)
  • Amolone † (16 Janvier 841 consacrée - 31 Mars 852 décédé)
  • San Remigio I † (avant le 12 Septembre 852 - 28 octobre 875 décédé)
  • Aureliano † (1 Juin 876 - 4 juillet 894 ou 895 décédé)
  • Alwala † (895 - 10 avril 906 ou 907 décédé)
  • Austerio † (906 - 916)
  • Remigio II † (mentionné dans 920)
  • Anscherico † (mentionné dans 926)
  • Guido I † (928 - 949)
  • Burchard I † (949 - 22 juin 963 décédé)[27]
  • Amblardo † (963 - 8 mai 978 décédé)
  • Burchard II † (978 - 22 juin 1033 décédé)
    • Burchard III † (après Juillet 1033 - 1034 résigné) (usurpatrice?)[28]
  • Odolrico † (1041 - après le 26 Mars 1 045)
  • Alinardo, O.S.B. † (1046 - 29 juillet 1052 décédé)
  • Philippe Ier? †[29]
  • Godfrey de Vergy † (1054 - 1065 a démissionné)
  • Umberto I † (1065 - 11 juin 1077 décédé)
  • San Giubino † (17 Septembre 1077 consacrée -)
  • Hugues de Die, O.Cist. † (environ 1085[30] - 7 octobre 1106 décédé)
  • Gaucerand † (1107 - 22 mars 1118 décédé)
  • Humbaud † (1118 - 3 novembre 1128 décédé)
  • Renaud de Semur † (1128 ou 1029 - 7 août 1129 décédé)
  • Pierre, O.S.B. † (1131 - 29 mai 1139 décédé)
  • Foulque † (1139 - 28 janvier 1142 décédé)
  • Amédée I † (1142[31] - 22 avril 1147 ou 1148 décédé)
  • Humbert II de Bâgé † (1148 - sur 1152 a démissionné)
  • Héraclès de Montboissier † (1153 - 11 novembre 1163 décédé)
    • Dreux (Drogön) † (1163 - 1164 déchu) (élu évêque)
  • † guichard (1165 - 28 juillet 1180 décédé)
  • Jean de Bellesmains † (1181 - 1193 a démissionné)
  • Renaud de † Forez (1193 - 22 octobre 1226 décédé)
  • Robert d'Auvergne † (3 Avril 1227 - 6 janvier 1234 décédé)
  • Pinis ou Raoul de La Roche-Aymon † (1235 - le 5 mars 1236 décédé)
  • Aimeric de Rives † (14 Février 1237 - 1245 a démissionné)
    • Philippe Ier de Savoie † (1246 - 1267 résigné) (élu évêque)
    • Guy de Mello † (30 Décembre 1267 - 19 septembre 1270 décédé) (élu évêque)[32]
  • Pierre de Tarentaise, O.P. † (Nov. 1272 - 1273 évêque cardinal de Ostia et Velletri, puis élu pape avec le nom d'Innocent V)
  • Aimaro de Roussillon, O.S.B. † (1273 - 7 octobre 1283 décédé)
  • Raoul de La Tourette † (10 Juin 1284 - 7 avril 1288 décédé)
  • Bérard de Got † (23 Juillet 1289 - 18 septembre 1294 évêque cardinal de Albano)
  • Henri de Villars † (13 Juillet, 1295 - 18 juillet 1301 décédé)
  • Louis Villars † (le 20 Juillet 1301 - 4 juillet 1308 décédé)
  • Pietro di Savoia † (7 Août 1308 - novembre 1332 décédé)
  • William † Bien sûr (16 Novembre 1332 - 20 septembre 1340 décédé)
  • Guy de Boulogne † (11 Octobre 1340 - 20 septembre 1342 a démissionné)
  • Henri Villars † (7 Octobre 1342 - 25 septembre 1354 décédé)
    • Guy de la Chaume † (18 Janvier 1356 - 1356 décédé) (élu évêque)
  • Raymond Saquet † (10 Février 1356 - 14 juillet 1358 décédé)
  • Guillaume de Thurey † (25 Août 1358 - 12 mai 1365 décédé)
  • Charles d'Alençon, O.P. † (30 mai 1365 - 5 juillet 1375 décédé)
  • Jean de Talaru † (5 Juillet 1375 - 3 novembre 1389 a démissionné)
  • Philippe de Thurey † (8 Novembre 1389 - 28 septembre 1415 décédé)
  • Amédée de Talaru † (15 Décembre 1417 - 1444 décédé)
  • Geoffroy de Versaillera † (le 20 Avril 1444 - 16 octobre 1446 décédé)
  • Charles de Bourbon † (7 Novembre 1446 - 17 septembre 1488 décédé)
    • Jean de Foix † (20 Septembre 1488 - septembre 1488 résigné) (élu évêque)
  • André d'Espinay † (1 Octobre 1488 - 10 novembre 1500 décédé)
  • François de Rohan † (9 Décembre 1500 - 13 octobre 1536 décédé)
    • Jean de Lorraine † (20 Juin 1537 - 29 octobre 1 539 résigné) (Administrateur apostolique)
    • Ippolito II d'Este † (29 Octobre 1 539 - 11 mai 1551 résigné) (Administrateur apostolique)
  • François II de Tournon † (11 mai 1551 - 22 avril 1562 décédé)
    • Ippolito II d'Este † (24 Avril 1562 - 14 juillet 1564 résigné) (administrateur apostolique, pour la deuxième fois)
  • Antoine d'Albon † (14 Juillet 1564 - 1573 a démissionné)
  • Pierre d'Épinac † (16 Septembre 1573 - 9 janvier 1599 décédé)
  • Albert de Bellièvre † (22 Mars 1599 - 1 604 a démissionné)
  • Claude de Bellièvre † (1 Octobre 1 604 - 19 avril 1612 décédé)
  • Denis-Simon de Marquemont † (5 Novembre 1612 - 16 septembre 1626 décédé)
  • Charles Miron † (2 Décembre 1626 - 8 août 1628 décédé)
  • Alphonse-Louis du Plessis de Richelieu † (27 Novembre 1628 - 23 mars 1653 décédé)
  • Camille de Villeroy de Neufville † (12 Janvier 1654 - 3 juillet 1693 décédé)
  • Claude de Saint-Georges † (26 Octobre 1693 - 8 juin 1714 décédé)
  • François-Paul de Neufville de Villeroy † (1 Octobre 1714 - 6 février 1731 décédé)
  • Charles François de Châteauneuf de Rochebonne † (19 Novembre 1731 - 21 mars 1739 décédé)
  • Pierre Guérin de Tencin † (11 Novembre 1740 - 2 mars 1758 décédé)
  • Antoine de Malvin de Montazet † (2 Août 1758 - 2 mai 1788 décédé)
  • Yves-Alexandre de Marbeuf † (15 Septembre 1788 - 15 avril 1799 décédé)
    • Vacant (1799-1802)
  • Joseph Fesch † (4 Août 1802 - 13 mai 1839 décédé)
    • Joachim-Jean-Xavier d'Isoard † (13 Juin 1839 - 7 octobre 1839 décédé) (élu évêque)[33]
  • Louis Jacques Maurice de Bonald † (27 Avril 1840 - 25 février 1870 décédé)
  • Jacques-Marie-Achille Ginoulhiac † (27 Juin 1870 - 17 novembre 1875 décédé)
  • Louis-Marie-Joseph-Eusèbe CAVEROT † (26 Juillet 1876 - 23 janvier 1887 décédé)
  • Joseph-Alfred Foulon † (26 mai 1887 - 23 janvier 1893 décédé)
  • Pierre-Hector Coullié (Couillié) † (15 Juin 1893 - 12 septembre 1912 décédé)
  • Hector-Irénée Sévin † (2 Décembre 1912 - 4 mai 1916 décédé)
  • Louis-Joseph Maurin † (1 Décembre 1916 - 16 novembre 1936 décédé)
  • Pierre-Marie Gerlier † (30 Juillet 1937 - 17 janvier 1965 décédé)
  • Jean-Marie Villot † (17 Janvier 1965 réussi - Avril 7 1967 préfet nommé de Congrégation du Conseil)
  • Alexandre Renard † (28 mai 1967 - 29 octobre 1981 retiré)
  • Albert Florent Augustin Decourtray † (29 Octobre 1981 - 16 septembre 1994 décédé)
  • Jean Marie Julien Balland † (27 mai 1995 - 1 Mars 1998 décédé)
  • Louis-Marie Billé † (10 Juillet 1998 - 12 mars 2002 décédé)
  • Philippe Xavier Ignace Barbarin, du 16 Juillet 2002

instituts religieux présents dans l'archidiocèse

en 2013, maisons archidiocèse dans les communautés comptés religieuses suivantes:[34][35]

instituts religieux des hommes
instituts religieux féminins
  • Sœurs auxiliaires du clergé
  • Carmélites de Saint-Joseph
  • Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus et de Marie, à Tournon
  • Sœurs de la Charité et de l'éducation chrétienne
  • Sœurs maristes
  • Sœurs de la Croix de Jésus
  • Sœurs de la Sainte Famille de Lyon
  • Sœurs de la Sainte Trinité
  • Sœurs du Christ
  • Sœurs du Christ à Gethsémani
  • Sœurs de Jésus Rédempteur
  • Sœurs de Jésus Serviteur
  • Soeurs de Notre-Dame de Bon Secours
  • Sœurs du Cénacle
  • Sœurs de Notre-Dame du Rosaire, de Pont-de-Beauvoisin
  • Congrégation de Notre-Dame de la Charité du Bon Pasteur
  • Soeurs de Notre-Dame de Chambriac
  • Sœurs de Notre-Dame de La Salette
  • Sœurs de Saint-Charles
  • Sœurs de Saint François d'Assise
  • Soeurs de Saint-Joseph de Chambéry
  • Soeurs de Saint-Joseph de Lyon
  • Soeurs dominicaines de la Miséricorde, de Le Puy
  • Soeurs dominicaines de Sainte-Catherine Ricci de »
  • Franciscaines du Sacré-Cœur de Jésus, Villeurbanne
  • Franciscaines de l'Immaculée Conception de Lons
  • Franciscaines de la Propagation de la Foi
  • Franciscaines de Sainte-Marie des Anges
  • Franciscaines Missionnaires de Marie
  • Sœurs Missionnaires de la Société de Marie
  • Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique
  • Sœurs Missionnaires de Notre-Dame des Apôtres
  • Ursulines Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus dans Agonie
  • Hôpital des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde, Lyon

statistiques

L'archidiocèse à la fin de l'année 2013 sur une population de 1,912,441 personnes avaient baptisé 1.246.000, ce qui correspond à 65,2% du total.

année population prêtres diacres religieux paroisses
baptisé total % nombre laïque régulier baptisé pour prêtre hommes femmes
1970 1700000 2020036 84,2 1.863 1363 500 912 2 980 4.600 743
1980 1298000 1679000 77,3 1216 837 379 1067 5 676 3676 522
1990 1200000 1630000 73,6 1052 652 400 1.140 22 679 2859 516
1999 1224000 1750000 69,9 902 517 385 1356 40 776 2090 486
2000 1200000 1725300 69,6 885 500 385 1355 44 409 2090 514
2001 1200000 1725300 69,6 878 493 385 1366 46 399 2090 514
2002 1200000 1733500 69,2 545 450 95 2201 48 108 2090 189
2003 1200000 1733500 69,2 577 484 93 2079 50 106 2090 175
2004 1200000 1735000 69,2 570 470 100 2105 51 114 2090 160
2013 1246000 1912441 65,2 654 366 288 1.905 64 574 1322 149

notes

  1. ^ Gadille, op. cit., p. 11.
  2. ^ Gadille, op. cit., p. 12.
  3. ^ Livre V, chapitre 1. Voir. Texte en français.
  4. ^ Vetus Romanum Martyrologium de 2 Juin:

    « Lugduni, dans Gaul, sanctum Martyrum Pothini Episcopi, Sancti Deacons, Vetii epagathi, Mature, pontique, Biblidis, Attali, Alexandri et Blandinae, cum aliis multis; Quorum fortia et itéré certamina, tempore Marci Aurelii et Antonini Lucii Veri, Epître Ecclesiae Lugdunensis à Ecclesias Asiae Phrygiae et scripta, recenset. Dans sa sainte Blandine, sexu infirmior, corpore imbecillior, conditione dejectior, diuturniora ET acerbiora certamina subiens FORTIS ET adhuc permanens, épée jugulata, ceteros secuta est, quos hortabatur à palmam. »

  5. ^ Le petit serviteur humble; Gadille, p. 51.
  6. ^ Gadille, p. 55.
  7. ^ Rony, op. cit., p. 427.
  8. ^ Gadille, op. cit., pp. 124-131.
  9. ^ Voir. De site web Musée du diocèse de Lyon.
  10. ^ Voir. Sur le site de la Musée du diocèse de Lyon.
  11. ^ Le fac-similé du manuscrit dans Vanel, op. cit., p. 81; le catalogue est rapporté par Duchesne, op. cit., pp. 157-158.
  12. ^ Le texte contenu dans ce catalogue est publié par Monumenta Historica Germaniae, scriptores, VIII, pp. 321-322. Voir. Aussi Duchesne, op. cit., pp. 158-159. Sur les différents catalogues épiscopales de Lyon, voir. Histoire littéraire de la France, Volume XXIX, Paris, 1885, p. 400-402. Voir. Aussi Jean-Baptiste Vanel.
  13. ^ Le 2 Juin, le jour se souvient dans le martyrologe Geronimo comme anniversaire collective des martyrs de Lyon; pas nécessairement la date exacte de la mort de saint Pothin.
  14. ^ Selon Duchesne, la présence à Lyon est documentée Irenaeus pas au-delà de la controverse pascale, à savoir autour de la 195.
  15. ^ A propos de cet évêque, mentionné dans les catalogues anciens de Lyon, certains auteurs (y compris Fisquet et Gams) considèrent qu'il est un qualificatif pour la prochaine Eucherio. Gams ne lui fait pas mention dans sa place et insérer un San Sicario, mentionné Fisquet, qui, cependant, ne semble pas à Lyon catalogues épiscopales.
  16. ^ Selon Gadille (op. cit., p. 21) Eucherio devint évêque de Lyon peu après le 432.
  17. ^ Après Eucherio, les anciens catalogues et les Salonius Verano, les enfants naturels de Eucherio; en fait ces deux personnages étaient respectivement évêques Genève et Vence (Cfr. Gadille, op. cit., p. 22; Duchesne, p. 161).
  18. ^ 451-491 Les dates sont celles qui sont traditionnellement affectés à l'Episcopat du patient; vraiment vous ne connaissez pas l'année exacte ou le début ni de sa mort. Il est souvent mentionné dans les lettres et les écrits de Sidoine Apollinaire après avoir été élevé à l'épiscopat (après la 469/470).
  19. ^ Gadille, op. cit., p. 24.
  20. ^ Sant 'Avitus de Vienne, Dans une lettre datée 513 ou 514, Vivenziolo invite à accepter l'épiscopat; cfr. Gadille, p. 24.
  21. ^ Le catalogue contient la forme Licontius.
  22. ^ Selon Gadille (op. cit., p. 26), il a reçu la consécration épiscopale le 19 Janvier 553.
  23. ^ Il est décédé le 13 Juin (idibus iunii) Entre 586 et 589. Selon la mort de Duchesne a eu lieu en 586.
  24. ^ Il était sant'Eterio sant à consacrer 'Agostino, premier archevêque de Canterbury.
  25. ^ A propos de la mort de Ennemondo, les sources citées ne sont pas unanimes: car il est mort en Gams 657; Gadille (p. 28) montre la 658; Duchesne deuxième (p. 170) Ennemondo était encore en vie dans 660, quand il a signé deux privilèges de cette année.
  26. ^ Mentionné dans tous les catalogues épiscopales anciens. Selon la Chronique de Adonis Vienne, gouverné l'Eglise de Lyon depuis un certain temps mais pas évêque ( pas episcopus) Et puis il se retira dans 'Abbaye Lerino.
  27. ^ Selon Gadille l'Épiscopat de Burchard I se termine 956 et Amblardo commence en 957. Voir. Aussi Gams et Fisquet.
  28. ^ Absent dans les catalogues anciens épiscopal de Lyon.
  29. ^ Gadille monté à la place de Philippe un Umberto I (1052-1056), suivi par Godfrey (1063) et Umberto II (1070-1076).
  30. ^ Gams indique le transfert Ugo mourir à Lyon en un an quelque part entre 1083 et 1092; rapports Gadille 1081; Rony au lieu de 1082 (op. cit., p. 424).
  31. ^ Confirmée par le pape le 17 Février 1144.
  32. ^ évêque de Auxerre, Elle n'a pas donné son consentement au transfert à Lyon.
  33. ^ Désigné par le roi, il est mort avant la confirmation du pape.
  34. ^ Religieux, du diocèse de Annuaire Lyon 2013, lyon.annuaire-eglise.net. Récupéré le 30 Octobre, 2013.
  35. ^ Religieuses, du diocèse de Annuaire Lyon 2013, lyon.annuaire-eglise.net. Récupéré le 30 Octobre, 2013.

sources

Articles connexes

D'autres projets

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR125175494 · LCCN: (FRn80137482 · ISNI: (FR0000 0001 2151 5140 · BNF: (FRcb121096651 (Date)

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez