s
19 708 Pages

Parc Naturel des Alpes Maritimes
Vallone Lourousa de Colle Chiapous.jpg
Type de zone Parc naturel
code de WDPA 6022
code de EUAP EUAP1057
Classe. Internat. DEA, Diplôme européen des espaces protégés
uni Italie Italie
régions Piémont Piémont
provinces Cuneo Cuneo
Les municipalités Aisone, Entracque, Valdieri, Roaschia, Vernante,
Surface du terrain 27832,24 il a
l'établissement de mesures LR 33, 14.03.95
directeur Corps du Parc Naturel Gestion des Alpes Maritimes
président Gianluca Barale
Carte de localisation
Parc Naturel des Alpes Maritimes
[Plein écran]
site web d'entreprise

la Parc Naturel des Alpes Maritimes Il est le plus grand réserve naturelle la Piémont. Il est adjacent à la grande Parc National du Mercantour en France.

histoire

créé en 1980 comment Parc Naturel dell'Argentera, Il est originaire de pré-existante Réserve royale de chasse de Valdieri-Entracque, établi en 1857 ordre de Vittorio Emanuele II. Le nom "Argentera« Il dérive de la masse dans le centre de Alpes maritimes.

en 1993 Il a reçu le Diplôme européen des espaces protégés[1].

en 1995, à la suite d'un projet régional de la collecte de Piémont aires protégées, Il a été réalisé, avec la loi régionale nº 33/1995, la fusion avec le Réserve naturelle spéciale « lacs Bosco et Palanfrè » (Etabli 1979), Qu'il a conduit à l'émergence du parc d'aujourd'hui.

territoire

Cela comprend le territoire du High Park Valle Gesso, Valley High Grande Palanfrè (Valle Vermenagna) Et les Wallons de La Valette et à Reduc Valle Stura de Demonte, affectant la Les municipalités de Aisone, Entracque, Valdieri, Roaschia et Vernante, pour un total d'environ 28 000 ha.

Parc Naturel des Alpes Maritimes
Le col Prefouns, à la frontière du Parc Naturel des Alpes Maritimes (Italie) Parc National du Mercantour (France)

Une caractéristique particulière de la P.N.A.M. Il est d'avoir plus d'un tiers des frontières Sud et Sud-ouest adjacente à français Parc National du Mercantour, situation qui semble être important pour les conséquences de la faune qui en découlent.

La zone protégée est presque entièrement de son amplitude dans le bassin de ruisseau craie, qui se prolonge vers le sud-ouest - Nord-est avec parcours presque rectiligne pour environ 25 km, et qu'il ouvre sur la plaine du Sud-Est Cuneo.

Parc Naturel des Alpes Maritimes
la Monte Argentera, élévation maximale de Alpes maritimes

Le parc se prolonge à partir d'une altitude de 750 m à 3297 m s.l.m., entourant la partie la plus importante de montagne des Alpes Maritimes: le Groupe de Gelas et le Groupe de la 'Argentera. Le premier occupe l'arc montagneux qui va de Colle Sabbione (2.328 m de s.l.m.) Jusqu'à la Colle di Finestra (2471 m s.l.m.) Le second, situé au centre du territoire, possède les plus hauts sommets de toutes les Alpes-Maritimes (South Peak et Cima Nord, 3297 m et 3286 m respectivement s.l.m.)

Parc Naturel des Alpes Maritimes
Ventilation de la surface de P.N.A.M. sur la base des types d'occupation du sol[2]

██ Les roches et les débris (47,4%)

██ Timberline (22,3%)

██ végétation arbustive (11,3%)

██ Végétation herbacée (16,7%)

██ Reboisements (0,4%)

██ Les glaciers et les champs de neige (0,9%)

██ Lacs et des réservoirs (0,7%)

██ Les échecs (0,2%)

██ les zones bâties (0,1%)

Le territoire se révèle être généralement dur, avec une prédominance absolue des zones caractérisées par des roches et des débris (47% de la superficie totale), un couvercle de forêt discrète (22%), à une des zones de végétation herbacée réduits (17%), peu d'arbustes (11 %), des glaciers et des champs de neige pérennes limité (0,9%) et des zones très peu bâties (0,1%).

À l'exception de la « Vallée des Desertetto » qui a une morphologie plutôt modelé, le reste du territoire est un environnement typique de haute montagne, qui, grâce à la présence de roches cristallines particulièrement résistantes aux agents extérieurs, est livré avec des vallées étroites et profondes, toujours avec des pentes très raides et les grandes zones dépourvues de végétation, la réduction des bois, des champs de neige vivaces et quelques volets de l'épave glaciers pirenaico de type (ceux de Monte Gelàs Ils sont le plus au sud de la chaîne alpine).

Parc Naturel des Alpes Maritimes
Le lac Portette pris de Ce Rifugio Emilio

Le sommet de la P.N.A.M. Il est en forme profondément par 'esarazione glaciaire. Les principales vallées présentent, en effet, une origine glaciaire clair, tel que démontré par leur profil en « U » (modélisés par l'action ultérieure du cours d'eau) et, en particulier, par la présence constante de leur grande tête cirques aujourd'hui disparu et des creux d'excavation glaciaire. Juste à l'intérieur leur est présente un bon nombre de lacs petite et moyenne taille, la quasi-totalité d'origine glaciaire. Ces masses d'eau ont, cependant, une durée de vie limitée, car ils sont soumis à un envasement rapide. Cela provoque la formation, après une phase marécageuse et tourbière, une petite surface plane, comme on peut le voir dans la Pra Rasour, Valasco au Plan, le Pian della Casa, etc. Dans ces plaines le ruisseau déambule souvent formant des méandres. Ils sont également présents de nombreux vallées suspendues et d'autres formes de modélisation et de l'accumulation glaciaire, ces sheepbacks, accumulations morainiques de divers types, cordons moraine stadiaire, roche glaciers, etc.

flore

la flore le P.N.A.M. est globalement cette caractéristique des grandes vallées Alpes occidentales.
L'emplacement périphérique et des Alpes du Sud, la proximité de mer Méditerranée et la présence de grandes barrières de montagne permettent le développement d'une flore riche et caractéristique. la territoire les cadeaux du parc, en fait, un grand intérêt florístico pour la variété, le nombre et la rareté des espèce qui abrite, il peut donc être considéré comme l'un des « zones de refuge » classiques Alpes.

la montagneux Il est dominé, pour la couche arboricole, de hêtres (Fagus sylvatica), Qui représentent la majorité de la surface boisé, en association avec cytise (laburnum anagyroides), Le noyau (Corylus avellana), L 'sycomore (Acer pseudoplatanus), Le Salicone (saule noir) Et Sorbus (Sorbus aria), Et, pour la couche arbustif, de framboise (Rubus idaeus), De aîné montagne (Sambucus racemosa), De myrtille (Vaccinium myrtillus) Et divers types de fougère. La partie boisée restante est constituée par les populations de sapin (abies alba) Et épicéa (Pinus sylvestris) Occupant les pentes ombragées des vallées abritées et fraîches, et mélèze (Larix decidua) Qui ont colonisé les plus exposés aux pistes soleil. De cette gamme altitudinale sont également caractéristiques et témoins d'une ancienne pénétration méditerranéenne, les populations d'épaves genévrier de Phénicie (Genévrier de Phénicie), Pour protéger ce qui a également créé une réserve spéciale dans la zone Valdieri.

en étage subalpin formations sont très répandues pin ponderosa (Pinus Mugo) Accompagné d'Moors genévrier (Juniperus communis subsp. nana) églantier et rhododendron (rhododendron ferrugineux), Mais la majeure partie du territoire est occupée par prairies à Festuca varie, Festuca paniculata, Festuca dimorphisme, Festuca spadicea, Poa violacea, Pheum pratense, Poligonum bistortum, Lilium bulbiferum, potentille Valderia (endémique) Taraxacum officinale, Gentiana lutea. Cette zone est, en outre, caractérisé par la présence de « gias », les zones utilisées pour l'abri de l'élevage dans la période estivale, dont sol est caractérisé par une concentration élevée de substances organiques indecomposte; ce qui détermine l'apparition d'une végétation typique nitrophile avec des espèces telles que: Rumex alpinus, Chenopodium bonus-Henricus, la bourse de Shepherd, Urtica dioica et alchémille xanthochlora.

la étage alpin présente de vastes étendues de parois rocheuses hôte des espèces endémiques telles que Saxifraga florulenta, la Galium tendae et Silene cordifolia, associé aux espèces communes telles que contreforts Primula et divers Artemisia groupes génépi et glacialis.

La plupart des zones humides se caractérisent cependant par une végétation typique hygrophiles mousses et Saxifraga stellaris.

Les zones dans le sol de pierre, enfin, sont colonisées par des groupements de valderia Viola et argenterie Viola (Endémique), Achillée nana et Leucanthemum alpinum.

couvert végétal[2]
Types de végétation vivre dans ha Surface en%
rupicola et les débris de la végétation 13209,2 48,6
Prairies et pâturages 4651,3 17.1
broussailles 3140,7 11.5
faggete 4537,7 16.7
Querceti 122,1 0,4
autres feuilles caduques 86,4 0,3
Les forêts de pins 386 1.4
sapin 197,7 0,7
mélèze 874,5 3.2

faune

Le parc est assez riche faune du point de vue et comprend de nombreux espèce de mammifères, de oiseaux, de reptiles, de amphibiens et insectes.

mammifères

Les mammifères appartiennent au groupe ongulés Ils sont les animaux les plus caractéristiques du territoire du parc et sont représentés par famille bovidés avec chamois (Rupicapra rupicapra), Ibex (Capra ibex) Et mouflon (Ovis musimon), Famille cervidé avec des cerfs (Cervus elaphus) Et chevreuil (Capreolus) Et la famille suidés avec le sanglier (Sus scrofa).

Le chamois est typique, ongulés absolue, la plus répandue sur le territoire du parc (il est aussi le symbole) avec une population de 4.000 têtes. La gestion de la faune exploitée par le parc pour cette espèce ne prévoit que des interventions de prises dans l'ordre de vente pour le repeuplement d'autres areal.

Le bouquetin a été réintroduite par Gran Paradiso National Park avec les tentatives ultérieures depuis 1920, édité par la Royal Hunt de la gestion des réserves. Les opérations de libération ont été répétées plus de 12 ans et depuis 1933 Il a commencé à observer les animaux régulièrement. La population de chèvres a considérablement étendu sa gamme étant répartie de façon plus égale dans l'environnement de l'ensemble de la zone protégée. Il vit cependant généralement à des altitudes plus élevées que le chamois.

Le mouflon, une espèce indigène Sardaigne et Corse, Il a été introduit pour la chasse, la cinquantaine-soixante dans ce qui était alors la Réserve de Chasse Boréon, et qui est maintenant inclus dans le Parc National du Mercantour (France). À la protection absolue Soumise dans le parc français, l'espèce, suite à l'augmentation significative de sa population, colonisées, de 1983, de nouveaux territoires dans la région italienne. à partir de 1993 rapports de mufloni dans le parc sont progressivement diminué à la fois l'effet de l'action anthropique de l'activité intense de la prédation par le loup, aperçu pour la première fois sur le territoire français 1992. La proie du loup Mouflon facilement, en particulier dans la neige, qui constitue un excellent moyen de dissuasion à son expansion.

Le cerf a été réintroduite pour la chasse dans Valle Stura de Demonte de 1990 et d'autres vallées, plus récemment, à proximité (parmi lesquels nous citons les Français Val Roja et à proximité valli Maira, Grana et Varaita), ainsi que le parc à proximité de Val Pesio où elle est stimulée par environ 30 ans. On estime la présence d'environ un ou deux noyaux situés dans les zones frontalières du parc, en plus des spécimens errantes.

Le chevreuil, autrefois éteinte par sixties il est revenu à faire partie de la faune du Piémont. Les interventions de libération à Cuneo ont eu lieu dans Marguareis Parc Naturel, dans la partie inférieure Valle Stura et dans la vallée de Roaschia (Valle Gesso). Il y a eu des observations sporadiques dans Valle Gesso depuis 1990 (en 1993, il a été le premier rapport dans le parc). Les zones sont celles actuellement employées dans la vallée, en marge de la zone protégée, entre 800 et 1000 m.

Le sanglier, un temps relégué au fond de la vallée, est en constante augmentation dans toute la région et est maintenant poussé même à haute altitude. En l'absence dans la vallée de la craie jusqu'à une trentaine d'années, plus tard, sa présence dans la zone protégée a été rapporté de façon sporadique, il apparaît à la suite de la migration des animaux se sont échappés des incendies dans dauphiné Français. L'absence de la pression de chasse sur cette nature, ainsi que l'augmentation des ressources alimentaires disponibles à ongulés (penser qu'un président ISPRA a appelé l'Italie « un ongulés dans la ferme ouverte »), dans un ongulé à l'expansion K avec des incréments forts, avec la chasse à haute pression (pour des raisons agro-foresterie) à l'extérieur de la zone protégée, a conduit à une augmentation du même et la nécessité de plans de confinement dans le parc.

L'augmentation numérique et l'expansion du début de la distribution soixante-dix, suite à l'explosion démographique favorisé par l'abandon général des activités de montagne agro-sylvo-pastorales. À la suite de la douceur du climat des hivers années nonante, la population dans le parc a augmenté de façon spectaculaire.

En plus de ongulés, beaucoup d'autres mammifères habiteront le parc.

Le groupe de carnivores appartiennent: le renard (vulpes vulpes), Caractéristique pour sa polyvalence et son adaptabilité à tout environnement, le loup (Canis lupus italicus ) Qui est récemment retourné les Alpes Maritimes, et dont la présence a été observée de façon sporadique dans le parc, et belette représentée par le taux (Meles meles), Des habitudes terrestres, martres (Martes martes), De la fouine (Martes foina), Le belettes (nivalis Mustela) Et dall'ermellino (Mustela erminea).

parmi les rongeurs rappelez-vous: la marmotte (marmotte des Alpes), Animaux sociaux, des habitudes terrestres et très facile à observer, l'écureuil (Sciurus vulgaris), Le loir (Glis Glis), Le loir (Eliomys quercinus), Campagnols (Clethrionomys spp. et Pitymys spp.) et les souris sauvages (apodemus spp.).

Il y a aussi quelques représentants du groupe de insectivores comme le hérisson (erinaceus europaeus) La taupe (Talpa europaea) Et la musaraignes (sorex spp.).

Il y a aussi autour du parc les principales espèces italiennes chauves-souris.

oiseaux

la oiseaux qui peuplent le parc appartiennent à quatre-vingts espèce 75 qui nichent dans la région.

Les oiseaux nicheurs sont divisés en ce qui suit familles:

  • la accipitridae avec bondrée (Pernis apivorus), Le harrier (circaète circaète), L 'autour (Buteo), Le mortier (Accipiter Nisus), Des buses (Buteo buteo) Et le 'aigle royal (Aquila chrysaetos);
  • la Falconidae avec falco pellegrino (Falco peregrinus);
  • la tétras avec lagopède (lagopus mutus) Et tétras ou tétras (Tetrao tetrix);
  • la phasianidae avec perdrix (bartavelle) Et caille (Coturnix coturnix);
  • la bécasseaux avec Woodcock (scolopax rusticola);
  • la Columbidés avec pigeon (Columba palumbus) Et Tortora colleté (tourterelle turque);
  • la Cuculidi avec coucou (Cuculus canorus);
  • la Strigidi avec 'Assiolo (Otus scops), Le Hibou grand-duc (Bubo Bubo), L 'hulotte (Chouette hulotte), Le hibou (Athene noctua) Et chouette-effraie (Asio Otus);
  • la Apodidi avec rapide (Apus apus);
  • la picidae avec pic épeiche (Dendrocopos major), Le moindre pic épeiche (Dendrocopos minor) Et le très rare pic noir (Dryocopus Martius);
  • la Alaudidae avec 'alouette (Alauda arvensis);
  • la hirondelles avec escarpé (Ptyonoprogne rupestris), Le avaler (Hirundo rustica) Et hirondelle (Delichon urbica);
  • la pipits avec pipit des arbres (pipit des arbres), Le pipit (Anthus spinoletta) Et jaune bergeronnette (gris bergeronnette);
  • la Cinclidi avec cincle (cinclus cinclus);
  • la Trogloditidi avec roitelet (troglodytes troglodytes);
  • la Prunellidi avec dunnock (dunnock), Le sordone (Prunella collaris);
  • la grives avec rougequeue noir (Phoenicurus ochruros), Le rouge-queue (Phoenicurus phoenicurus), Le stiaccino (Tarier), Le traquet (Oenanthe oenanthe), Le codirossone (monticola saxatilis), Le merle (merle à plastron), Le merle (Turdus merula), Le Grive draine (Turdus viscivorus) Et Chanson grive (Turdus philomelos);
  • la Moucherolle avec rouge-gorge (erithacus rubecola);
  • la fauvettes avec moineau d'Amérique (Sylvia curruca), Le fauvette à tête noir (Fauvette), Le paruline blanc (Phylloscopus bonelli), Le Pouillot (Phylloscopus collybita) Et Firecrest (Regulus ignicapillus);
  • la Paridi avec mésange (Parus ater);
  • avec le Ticodromadidi tichodrome (ville Tichodroma);
  • la Certidi avec rampichino (certhia brachydactyla);
  • la Oriolidi avec loriot (oriolus oriolus);
  • la Lanidi avec 'pie-grièche (Lanius collurio);
  • la Crows avec chough alpin (pyrrhocorax graculus), Le chough (pyrrhocorax pyrrhocorax), Le Corneille (couronnes corvus), Raven (Corvus corax), Tous les clients des parois rocheuses, et le geai (Garrulus glandarius) Noisy woodsman;
  • la moineaux avec pinson Alpine (montifringilla nivalis);
  • la pinsons avec fringillidé (pinson), Le Serin (Serinus serinus), Le greenfinch (Verdier d'Europe), Le linotte (linotte), Le croisières (Loxia curvirostra) Et bouvreuil (Pyrrhula pyrrhula);
  • la bruants avec bruant (Bruant zizi), Le Bunting rock (Emberiza cia), L 'marchand de légumes (Emberiza hortulana).


Depuis 1993 P.N.A.M. Il a commencé à travailler en collaboration avec la Parc National du Mercantour, le Projet international de Réintroduction gypaète barbu (Gypaetus barbatus) Dans les Alpes. Jusqu'à 2006 ont été libérés dans le Piémont huit paires d'oiseaux, tous les jeunes hommes, dont la présence est constamment surveillée à Cuneo d'un réseau d'observateurs bénévoles.

Reptiles et amphibies

Les zones de sous-bois et marécageuses sont également riches en microfaune: entre reptiles nous nous souvenons en particulier l 'slowworm (Anguis fragilis), Le lézard vert (Lacerta viridis), Le vipère (vipère aspic), Le Couleuvre (Natrix) Et biacco (serpent vert fouet); parmi amphibiens la temporaria grenouille (Grenouille rousse), Le rainette (Hyla intermedia).

Poissons

Les courants d'eau sont peuplés de truite brune (Fario Salmo trutta) Et la barbotte (Cottus gobio).

insectes

Quant à l'usine même pour insectes Il a la présence d'espèces très anciennes (source tertiaire). seulement entre papillons de nuit vous pouvez compter une cinquantaine de formes subspecifications endémique les Alpes Maritimes Cozie, et, de ceux-ci, certains Valle Gesso exclusive Parnassius apollo valderiensis, localisé au Terme Valdieri. certains papillons Ils peuvent alors atteindre des altitudes très élevées, comme le Parnassius Mnémosyne excelsus, également trouvé sur le dessus de Gelas. De même parmi les scarabées il existe des exemples d'une importance particulière, tels que Chrysocarabus.

hébergement

Centres visiteurs

Et bivouacs Refuges

Les nombreux refuges de montagne à l'intérieur du parc permettent des excursions de plusieurs jours. Et les points de passage peuvent également être étendues à côté Parc National du Mercantour à travers la frontière, il se penche sur les nombreux abris dont est également fourni.

ouest

  • Jacques Guiglia bivouac (2421 m)

centre

  • Silvio Varrone Bivouac (2270 m)
  • Rifugio Morelli-Buzzi (2351 m)
  • bivouac Baus
  • frais Bivouac Falchero
  • Bivouac Nicolin Gandolfo

est

notes

  1. ^ [1] Classé 9 juillet 2011 sur l'Internet Archive. Ministère de l'Environnement - Liste des aires protégées a délivré le diplôme européen
  2. ^ à b Les données fournies par l'Ente Parco Alpi Maritime Paolo.bertinetto

bibliographie

  • AA.VV, Le guide des Alpes-Maritimes Parc - Histoire Nature Itinéraires, Editions Bleu, 2000.
  • Bèatrice Charpentier, Montagnes sans frontières, Cuneo, Les Editions Archer, 1995.

Articles connexes

  • Parc National du Mercantour
  • Liste des parcs régionaux italiens
  • Zones naturelles protégées dans le Piémont
  • Alpes Maritimes

D'autres projets

liens externes