s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Anna Bolena (désambiguïsation).
Anna Bolena
Anne boleyn.jpg
Portrait de la reine Anna Bolena dans une copie de la dernière période élisabéthaine, dont l'original (datant 1533-36 et auteur inconnu) a été perdu.
consort de la Reine d'Angleterre
crête
au bureau 28 mai 1533 -
17 mai 1536
couronnement 1 Juin 1533
prédécesseur Catherine d'Aragon
successeur Jane Seymour
autres titres Dame de l'Irlande,
Pembroke Marqués de[1]
naissance Blickling Hall (Norfolk) / Hever Castle (Kent) 1501-1507[2]
mort Tour de Londres, 19 mai 1536
enterrement Eglise Saint-Pierre ad Vincula
Maison Royale Tudor
père Thomas Boleyn
mère Elizabeth Howard
consort de Henri VIII d'Angleterre
enfants Elizabeth I
religion anglican
titre « Le plus heureux » (Le plus heureux)[3].
signature Anne Boleyn Signature.svg

Anne Boleyn[4], Nom italianisant dans Anna Bolena (Blickling Salle ou Hever Castle, 1501-1507[2] - Tour de Londres, 19 mai 1536), Il était la reine consort d 'Angleterre et Irlande, de 1533 un 1536, comme seconde épouse Henry VIII Tudor. Avec l'aimable autorisation a d'abord été Pembroke Marqués de[1], et la mère de la future reine Elizabeth I.

son mariage Henry VIII Ce fut la cause de bouleversements politiques et religieux considérable qui a donné lieu à la schisme anglican.

biographie

La famille Boleyn

Anna Bolena
Anna Bolena
Les parents de Anne Boleyn ont quitté leur père Thomas Boleyn et à droite la mère Elizabeth Howard, Comtesse de Wiltshire.

Anna Bolena était la fille de Sir Thomas Boleyn, 1529 Le comte de Wiltshire, et Lady Elizabeth Howard, en fille tour Thomas Howard, duc de Norfolk II. La famille Boleyn est originaire de Blickling, en Norfolk, non loin de Norwich. Il se vantait que des origines nobles de XIII siècle; Cependant, parmi ses ancêtres inclure une Lord Maire de Londres (Goffredo Bolena, qui a tenu avant la charge de l'activité de marchand de laine), un duc, un comte, deux dames de l'aristocratie et un chevalier. En outre, du côté maternel, Anna pouvait se vanter de membres de la famille Howard, l'une des familles les plus en vue du royaume et enfonce ses racines dans Tommaso di Brotherton, l'un des fils du roi Edouard Ier d'Angleterre.

Anna et son frère George et soeur Marie, Il a passé son enfance dans château de Hever, la famille Kent. Il avait au moins deux autres frères, Henry et Thomas, qui n'a pas survécu à l'enfance.

Les hypothèses sur la date de naissance

Anna Bolena
Lettre écrit à Anna 1514 Belgique et sur laquelle le débat sur sa date réelle de naissance.

Le manque de registres paroissiaux Il empêche l'établissement d'une date précise de naissance d'Anna Bolena. Selon un script italien Seicento l'année serait la 1499, alors que, selon le biographe anglais William Roper Anna est née après 1512. Cependant à ce jour le débat académique se concentre sur deux dates clés: la 1501 et 1507. Eric Ives, un expert historien britannique période Tudor, Il plaide pour l'année 1501, tandis que Retha Warnicke, un chercheur américain qui a également écrit une biographie d'Anne, préfère 1507. En particulier, la comparaison d'un maintien sur l'une ou l'autre hypothèse est basée sur une lettre qui a écrit Anna 1514 de Malines, Belgique - où il a terminé sa formation - le père en Angleterre.

La lettre a été écrite en français et, sur la base du style et de l'écriture mature représentée dans le message, Ives dit que Anna devait avoir environ treize ans à l'époque, alors que - selon Warnicke - les nombreuses fautes d'orthographe et de grammaire en elle montreraient en revanche, plus jeune âge. Comme preuve de sa thèse Ives affirme que pour être l'âge minimum pour faire la demoiselle d'honneur (et le droit à qu'Anna douze ou treize ans, il était la femme de chambre de Marguerite de Habsbourg); En outre, un journaliste de la fin XVIe siècle a écrit que Anne avait vingt ans quand il a terminé ses études en France, il est revenu à la patrie[3].

À l'appui de l'année 1507 Il existe deux sources indépendantes:

  • Gareth Russell, l'écrivain anglais, interessatosi le cas, dit un document contenant les mémoires de Jane Dormer (ex chaperon et confidente de la reine Mary I de l'Angleterre, qui devint plus tard duchesse de Feria) qui elle écrit dans 1612, peu de temps avant sa mort; Jane Dormer dans le présent document a soutenu que Anna Bolena était pas encore vingt-neuf ans au moment où il a été jugé et condamné.
  • L'historien anglais William Camden, qui a vécu entre 1551 et 1623, Il a été l'auteur d'un récit historique détaillé du règne de la reine Elizabeth I d'Angleterre, d'écrire qui avait accès à la fois aux archives de l'Etat et aux documents privés lord Burghley, Premier conseiller dans la reine Elizabeth. Dans le chapitre traitant des premières années de la reine, il a écrit que sa mère Anna Bolena la vie est née à MDVII (1507)[5].

À ce jour, il existe des preuves qui prête foi à l'une ou l'autre hypothèse. Tout comme Anna, aussi pour la date de naissance deux autres frères reste incertain et, par conséquent, vous avez des doutes sur laquelle des deux soeurs Boleyn était le plus grand. Certains éléments donnent à penser que l'aîné était Maria (dont l'année de naissance est généralement admis aujourd'hui 1499), Et le fait qu'il était le premier à se marier (et à cette époque, il était de coutume de se marier avant la fille aînée), et parce que la 1596 le petit-fils de Maria revendiqué à la reine Elizabeth I d'Angleterre le titre de Comte d'Ormond précisément sur la base du droit de naissance de Marie, l'argument accepté qu'Elizabeth[6]; George finalement serait né autour 1504[7].

Education aux Pays-Bas et en France

Anna Bolena
Marguerite de Habsbourg, Régent des Pays-Bas.
Anna était son demoiselle d'honneur depuis le printemps 1513 automne 1514.
Anna Bolena
Maria Tudor, Reine consort de France. Anna était sa demoiselle d'honneur d'Octobre 1514 à la fin de cette année.
Anna Bolena
Claudia de Valois-Orléans, Reine consort de France. Anna était sa demoiselle d'honneur du 1er Janvier 1515 à la fin de 1521.

Thomas Boleyn, le père d'Anne, était respectueux diplomate avec une bonne aptitude pour les langues étrangères; Bientôt, il est entré dans le cercle des favoris du roi Henri VII d'Angleterre grâce aux nombreuses missions diplomatiques à l'étranger au nom du roi anglais.

en 1512 Thomas était l'un des trois envoyés à cédée Pays-Bas, rendez-vous obtenu grâce à sa capacité à parler français et la connaissance de sa famille. Ici se manifestèrent au Régent Marguerite de Habsbourg (Fille de Maximilien Ier de Habsbourg), Serrant son amitié qui lui a permis d'obtenir un emploi prestigieux pour sa fille Anna, nommée demoiselle d'honneur précisément à son service. Anna tribunal flamand est resté depuis le printemps 1513 jusqu'à l'automne 1514, qui a bénéficié d'une éducation à l'époque réservé aux femmes très peu.

en Octobre 1514, à l'occasion du mariage de Maria Tudor (Sœur Henri VIII d'Angleterre) et Louis XII de la France, le père a ordonné son transfert à la cour française, où il est resté jusqu'à 1521[8]. C'était la première dame dans l'attente de la reine de France Maria Tudor et, à partir du 1er Janvier 1515, de quinze Claude de France, Reine consort le roi François Ier.

Pendant son temps à la cour de Francia Anna a pu apprendre la langue française, en développant l'intérêt pour l'art, manuscrits enluminés, de la littérature, la musique, la poésie et la philosophie religieuse, en plus d'acquérir des connaissances sur la culture française, sur la danse, l'étiquette et sur le 'l'amour courtois[8], grâce à une rencontre avec son probable Marguerite de Navarre (Soeur du roi François Ier de France), Un patron de réformateurs humanistes et, ainsi que le poète et écrivain elle-même (parmi ses œuvres il y en avait traitant le thème de la mystique chrétienne tendant à 'hérésie)[3]. La qualité de l'éducation que Anna a reçu a été démontré à son retour, quand inspiré de nouvelles idées et tendances parmi les dames de la cour anglaise[3].

A la cour d'Henri VIII d'Angleterre (1522-1533)

Anna Bolena
Catherine d'Aragon, reine consort d'Henri VIII d'Angleterre. Anna Bolena était sa demoiselle d'honneur de 1522.
Anna Bolena
Maria Bolena, La sœur d'Anna et maîtresse du roi Henri VIII.

en Janvier 1522 Anna a été rappelé en Angleterre pour épouser son cousin irlandais, plusieurs années de plus qu'elle, James Butler, qui a vécu près de la cour anglaise[6].

Ce mariage est né de la nécessité de régler un conflit familial qui se rapporte au comté de Ormond et son titre de noblesse. Le différend a commencé quand Thomas Butler, septième comte d'Ormond, est mort en 1515 laissant l'héritage à ses deux filles: Marguerite (grand-mère paternelle Anna) et Anna. Cependant, en Irlande, Sir Piers Butler, arrière petit fils James Butler, comte d'Ormond III et déjà en possession de Château Kilkenny - la maison ancestrale des comptes - le défunt a contesté la volonté et lui-même réclamé l'héritage. Thomas Boleyn, étant fils de la fille aînée Margherita, jugeant héritier légitime, églises soutenant le puissant frère, Thomas Howard, troisième duc de Norfolk qui, à son tour, il a informé l'affaire au roi lui-même. Pour éviter un conflit familial trivial pourrait déclencher une guerre civile en Irlande, il a cherché à résoudre le problème en organisant un mariage entre les enfants des deux prétendants: James, fils de Piers Butler, et Anna, la fille de Thomas Boleyn, qui apporterait dot County Ormond, mettant ainsi fin au litige.

Cependant, a échoué et a été célébré le mariage du plan, peut-être parce que sir Thomas espérait un mariage fille plus illustre, ou peut-être parce qu'il aspirait lui-même au titre de comte d'Ormond[6]. Quelles que soient les négociations de raison sont partis en fumée et James Butler épousé Lady Joan Fitzgerald, fille et héritière de James Fitzgerald, X comte de Desmond, tandis que Anna, toujours célibataire, est devenue la dame de compagnie de Catherine d'Aragon, reine consort espagnol de Henri VIII, roi d'Angleterre.

en attendant Maria Bolena, La sœur d'Anna, avait été rappelé de la France déjà à la fin 1519, retour à la maison avec une réputation douteuse en raison de sa relation avec le roi François Ier et quelques courtisans. On dit que, pour le reste de sa vie, le roi François Ier a parlé de Marie comme "Anglais pouliche que lui et d'autres avaient souvent monté« Et »un grand paillard, tristement célèbre avant tout"[6]. en 1520, Maria a épousé en Greenwich la courtisan William Carey, la présence du roi Henry VIII; un peu de temps devint plus tard la maîtresse du roi. A la même époque Maria avait deux enfants: Catherine et Enrico; nombreux sont les doutes soulevés par les historiens sur leur paternité réelle[9]Selon certains, en fait, le roi Henri VIII serait le père des deux, ou du moins à Henry; Cependant, le roi a nié toute reconnaissance officielle, comme il l'avait fait avec Henry Fitzroy (Né d'une relation précédente avec son amant Elizabeth Blount), Le seul enfant né hors mariage reconnu[10][11].

Anna Bolena
Catherine d'Aragon est dépeinte en jouant aux cartes avec Anna Bolena. La peinture est basée sur un épisode décrit par George Wyatt biographie mettant l'accent sur la vie de son grand-père, le poète Thomas Wyatt, et celle de la Boleyn. William Maw Egley, 1852.

Anna a fait ses débuts officiels à la cour le 4 Mars 1522 Il participe, avec sa sœur Marie, à un bal organisé en l'honneur des ambassadeurs impériaux. La danse était un mascarade, une sorte de représentation théâtrale très en vogue à l'époque, où il a été choisi un thème sur la base duquel a été donné à chaque participant un rôle. en Château Vert Anna toccò pour jouer le rôle de « Persévérance ». A cette occasion, tous portaient des robes de satin blanc brodé de fil d'or[3]. La grâce et la beauté par Anna arborait pendant la danse étaient telles qu'il est considéré comme l'une des femmes les plus élégantes de la cour[8].

Parmi ses admirateurs, il se la figure de Henry Percy, comte de Northumberland VI (Fils de Henry Percy Algernon, comte de Northumberland V), Avec laquelle Anna se sont fiancés secrètement autour 1523; la relation entre les deux jeunes, compte tenu des inégalités sociales, se sont opposés à son père Percy au point que, en Janvier 1524, cardinal Thomas Wolsey, dont le jeune Henry était le protégé, les a empêchés de se marier. Le jeune Percy a défendu son choix en faisant valoir que « Dans cette affaire tellement nous avons poussé en avant et devant de nombreux témoins et ceux qui ne savent pas comment écarter et ma conscience« Suggérant que les deux étaient non seulement engagés, mais avait déjà consommé l'union, qui donnerait à la engagement, bien que moins formelle, la contrainte d'un réel mariage[6].

Loin du jeune Percy, Anna a été envoyé à paternels Hever Castle - la ferme familiale - pour une durée indéterminée, alors que Henry a été fait de se marier Mary Talbot, un jeune aristocrate, qui - par l'intermédiaire du cardinal Wolsey - a été promis il y a longtemps. Pourtant, dix ans plus tard, Percy a tenté en vain d'annuler le mariage, faisant appel à promesse de mariage Il a dit qu'il a échangé avec Anna[6]. Après la période de retrait forcé jeune Boleyn retourné à la cour, à nouveau comme la reine Catherine d'Aragon compagnon dame.

Il est également selon la rumeur d'une relation entre Anna et le poète anglais Thomas Wyatt, qui a été élevé dans le château Allington, Kent, près de la Hever Castle. Un soutien a été George Wyatt - neveu du poète - qui a exprimé dans certains de ses écrits la croyance sur le nombre de sonnets, parmi les fans du célèbre poète, se est inspiré de leur relation, affirmant même que le protagoniste femme du sonnet Liste pour chasser Whoso (Traduction et relecture des sonnets de Pétrarque Un cerf blanc sur l'herbe) Était précisément le Bolena, décrit ici comme inatteignable et appartenant au roi[3]:

Anna Bolena
le poète Thomas Wyatt un portrait de Hans Holbein le Jeune.
Anna Bolena
Roi Henry et Boleyn pendant la chasse au cerf dans la forêt de Windsor.
(FR)

« Liste Whoso pour chasser, je sais où est derrière, / Mais moi, hélas, je ne peut. / Le vain hath de travail me fatigua si mal, / Que je suis d'entre eux vient plus loin derrière. / Et pourtant que je pourrais absolument pas mon esprit lassé / tirer du cerf, mais comme elle Fleeth mentionnées ci / évanouissements je suis. Je s'arrêter Par conséquent, / Sithens dans un filet cherche à maintenir le vent. / Qui liste sa chasse, je l'ai mis hors de doute, / En plus je passer son temps en vain. / Et grava avec des diamants en lettres simples / Il est écrit, son rond juste cou: / Noli me tangere, car je suis César, / et sauvage pour tenir, mais il me semble apprivoisé. »

(IT)

« Un cerf blanc sur l'herbe / vert me semblait, en duo avec des cornes d'or, / Entre deux cours d'eau, à l'ombre d'un laurier / Levando du soleil, dans la saison unripe. / Elle était sa superbe vue si doux / Ch'i'lasciai, de la suivre, tous les emplois; / Comme le ladre, que « chercher un trésor n / Avec plaisir le essoufflements de disacerba. / « No me toucher », les environs beau cou / script a dû diamenti et topazes; / « Libère-moi à mon César semblait. » / Et il était le soleil se retourna déjà à une demi-journée, / Mes yeux sont fatigués de contempler, pas rassasiée; / Quand je suis tombé dans l'eau, et elle a disparu. »

(Liste pour chasser Whoso traduit par Thomas Wyatt et le sonnet d'origine Un cerf blanc sur l'herbe de Francesco Petrarca, extrait de son Canzoniere.)
Anna Bolena
Premier entretien entre Henri VIII et Anne Boleyn. Daniel Maclise, 1835.

en 1520, Cependant, Thomas Wyatt marié Elizabeth Brooke bien que, selon beaucoup, ce fut un choix forcé[12]. en 1525 Wyatt a accusé son épouse de adultère et, séparée de son, il était à ce moment que son intérêt pour Anna semblait avoir intensifié.

au printemps 1526 Le roi Henri VIII, amoureux d'Anna, a commencé à lui faire la cour avec insistance qu'il pourrait devenir sa maîtresse, mais Anna a refusé toute tentative de séduction. Le jeune homme ambitieux devait voir le roi nell'infatuazione une excellente occasion de tirer le meilleur parti[13]Il savait que s'il acceptait sa demande, elle serait juste un de ses nombreux amants (comme cela était arrivé à sa sœur Marie); mieux alors pousser Henri VIII à se séparer de sa femme Catherine afin que, sans lien de mariage, de proposer à Anna de l'épouser, ce qui en fait devenir la nouvelle reine d'Angleterre.

Pour atteindre son objectif Anna savait qu'il devait garder sur la corde du roi pour lui demander d'accélérer le processus de séparation, qui, en même temps, lui permettrait de jouer un plein aussi dans les questions politiques du royaume[14].

mesure physique de leur relation est conjecturé longue; il semble que pendant toute la période de parade nuptiale, qui a duré sept ans, leur relation n'a jamais été consommé, ou du moins qui résulterait de la correspondance que les deux ont eu lieu au cours de cette période[6].

L'annulation du mariage avec Catherine d'Aragon: la « grande affaire »

Anna Bolena
Catherine d'Aragon, la première reine consort du roi Henri VIII d'Angleterre.

On pense souvent que l'engouement de Henry avec Anna était la seule raison de l'annulation de son mariage avec Catherine, mais une autre raison aurait poussé le roi dans cette direction: l'incapacité de la reine de lui donner un héritier mâle. Après plusieurs fausses couches, mortinaissances ou enfants ont survécu seulement quelques mois, Catherine a pu lui donner seulement une fille, Mary I de l'Angleterre. Au moment de l'incident avec Boleyn, Catherine, de la santé de plus en plus pauvres, il est pas fertile et maintenant plus que cela signifiait l'impossibilité de continuer la lignée Tudor (qui avait commencé Henri VII d'Angleterre quand il a gagné le Guerre des Roses en 1485), Menaçant de provoquer la déstabilisation du royaume.

Lorsque le roi Henri VIII, pas encore dix-huit ans, il a épousé Catherine, six ans de plus, elle était jeune veuve de Arturo Tudor, le frère aîné du roi, qui mourut quatre mois avant le mariage, seize ans, en 1502. A cette époque, l'Angleterre et l'Espagne courtisée une fusion des deux royaumes, donc déjà peu de temps après la mort du jeune Arturo les deux royaumes souverains sont convenus entre leurs héritiers remariages. N'a toutefois pas pu être célébré avant le mariage 1509 en raison d'un obstacle purement théologique qui était sur un passage controversé d'un livre de Bible: le Lévitique. Ici, en fait, il interdit à un homme d'épouser la veuve de son frère, sinon la malédiction des deux: « Si quelqu'un prend la femme de son frère, c'est une mauvaise chose; il a découvert la nudité de son frère; Qu'ils soient sans enfant " (Lv 20:21). Être, celui de Henry et Catherine, une situation tout à fait unique (au sujet des dynasties royales) et avait l'assurance que le premier mariage n'a pas été consommé en raison de la mort prématurée d'Arthur et le jeune âge des conjoints, Le pape Jules II Il a décidé de contourner l'interdiction par l'émission spéciale garde-manger, avec laquelle les deux pourraient enfin se marier.

Pourtant, des années plus tard, face à la nécessité de contracter un nouveau mariage avec une femme fertile dont un héritier mâle, Henry VIII a contesté la validité de la dispense, en faisant valoir que même un pape avait le pouvoir de se soustraire à la Bible. En outre, il a révélé qu'il avait toujours eu des doutes sur la virginité de la reine, convaincue que son mariage avec son frère avait été consommé. Cela signifiait avoir vécu dans le péché pendant toute la durée du mariage (déclenchant la punition divine qui avait refusé les enfants de sexe masculin) et, plus encore, implique l'illégitimité de sa fille Maria. Le plan de Henry était simple: mettre en doute la reine vierge pour invalider la dispense papale, obligeant ainsi le nouveau papa Clemente VII d'admettre l'erreur commise par Le pape Jules II et d'annuler le mariage. La reine opposé avec véhémence, criant avec force son innocence et sa virginité au moment de son mariage avec Henry. L'histoire de l'annulation du mariage de Henri VIII est vite devenu connu, euphémique, comme La grande affaire, ou grand'chose[6].

Anna Bolena
le cardinal Thomas Wolsey, en plus d'être un homme de l'Eglise, il a également occupé le rôle de lord Chancellor. Avec l'ascension au trône d'Henri VIII Wolsey, il est devenu assistant social le roi et dans le 1514 Elle était devenue un homme très puissant avec une vaste influence dans tous les domaines de l'État et dans l'Église.

en mai 1527 Le cardinal Wolsey, comme légat du pape, contre toute procédure judiciaire secrète a ouvert une enquête préliminaire (dont même pas informé la reine) pour attester si vraiment le mariage avec Catherine était vide. La situation a été immédiatement beaucoup plus complexe qu'il avait semblé tout d'abord; le texte du Lévitique, en effet, opposé à la Deutéronome, un autre texte biblique (à côté de Lévitique) qui stipule que le devoir d'un frère d'épouser la femme du frère mort, si le mariage ne sont pas nés enfants: « Quand certains frères habitent ensemble, et l'un d'entre eux meurt sans enfants, et non maritisi la femme du défunt à un homme étrange; le frère de son mari pour venir à elle, et prendasela à la femme, et son frère-sposila pour une raison " (Dt, 25: 5); Par conséquent - selon ce texte - roi Henri avait agi dans le plein respect de la Bible épousant Catherine d'Aragon. Face à de nouveaux développements, Wolsey pour la seule solution possible était de convoquer une réunion extraordinaire où il évêque sentenziasse à l'unanimité la nullité du mariage. Mais cela n'a pas été possible en raison du contraste d'un seul vote évêque John Fisher (Évêque de Rochester), Qui a exprimé toute sa conviction quant à la validité du mariage.

Anna Bolena
la grand'chose dans un tableau de Emanuel Leutze (1846).

En agissant cette fois en secret par le cardinal Wolsey, Henry a décidé de faire un appel personnel directement Saint-Siège. en 1527 envoyé son secrétaire personnel William Knight du pape à Rome, et pour l'annulation de la célébration du mariage, affirmant qu'elle avait été libéré reine de faux témoignage, est d'obtenir une nouvelle dérogation qui lui permettrait de se marier une femme, même avec parenté étroite[8]. Mais sa rencontre avec le pape n'a pas été facile. Suite à la Sac de Rome, eu lieu en mai 1527, papa Clemente VII Il a été détenu en captivité par Charles V, Saint empereur romain et souverain de l'Espagne et, surtout, le petit-fils de Catherine d'Aragon. A rencontré le pape et a rapporté l'appel du roi d'Angleterre, Chevalier a réussi à obtenir une dispense juste remariages (publié en Décembre 1527), Mais pas l'annulation du mariage. Ce faisant, le pape a empêché le roi de avvalorarsi accordé la dispense, au moins aussi longtemps que le mariage avec Catherine n'a pas été jugée invalide.

A la fin du mois de mai 1528 Londres a été frappé par suette (Aussi appelé fièvre anglais) Qui n'a pas épargné même la cour. Le taux de mortalité est très élevé et la population décimée. Pour échapper à l'épidémie Henry VIII a couru de Londres en prenant soin de changer fréquemment leur résidence, alors que Anna a été menée à la résidence de la famille Boleyn Hever, mais où il a contracté la maladie, ainsi que son beau-frère William Carey; Le roi a pris soin de lui envoyer votre médecin pour guérir[8] et elle a récupéré bientôt, tandis que William Carey est mort. Une fois guéri, et une fois l'épidémie terminée, le jeune Boleyn a pu retourner au tribunal. calme Reconstruit, Henry a commencé la dure bataille pour obtenir l'annulation de son mariage avec Catherine.

La « grande affaire » était à nouveau au cardinal Wolsey confie, qui a envoyé deux de ses hommes (Edward Fox et Stephen Gardiner, ce dernier son secrétaire) pour faire pression sur Saint-Siège il a obtenu la permission de régler la question en Angleterre. La demande a été accordée et le pape a donné la permission de mettre en place un tribunal ecclésiastique en Angleterre pour examiner à fond le cas, mais avec interdiction très spécifique à émettre verdict à ce sujet, qu'il était exclusivement à Rome. Pour vérifier l'exactitude de la procédure, et en même temps un contact de confiance, le pape a décidé de flanc Wolsey un émissaire du pape italien, Lorenzo Terrains, qui est arrivé au Royaume-Uni le 7 Octobre 1528.

Le procès a eu lieu en Blackfriars, qui a officiellement il a commencé le 31 mai 1529 et il a pris fin le 23 Juillet de cette année. Parmi les défenseurs de Catherine d'Aragon, ils se rallièrent au évêque de Rochester John Fisher (qui moins de deux ans plus tôt, il avait voté contre l'annulation du mariage dans l'assemblée extraordinaire évêque appelé par le cardinal Wolsey), deux experts droit canon faits proviennent de Flandre et le confesseur espagnol de la reine. Catherine lui a montré tout le temps très forte et combative, a refusé plusieurs tentatives du cardinal Wolsey (à la suggestion du roi) pour lui faire entrer dans un couvent (afin de ne pas entraver le souverain dans ses plans) et a toujours été en mesure de suivre Henry, comme il était sûr de son innocence et la légitimité de son mariage. étrangère reine dans un pays étranger, sachant qu'il ne peut pas faire confiance à personne - et encore moins les hommes du roi - Catherine d'Aragon demandé à plusieurs reprises de transférer le procès à Rome, qui a été autorisée que dans le milieu de Juillet.

Anna Bolena, quant à lui, avait réussi à obtenir une chambre à côté du roi et à affecter les dames de la cour. Il a été traité exactement les mêmes honneurs d'une reine, en privé comme en public.

Anna Bolena
Tommaso Moro il était lord Chancellor le roi de 1529 un 1532.

Bien que le processus a été conclu, le verdict a été reporté afin que les dossiers puissent être examinés par le Curie romaine et permettre ainsi au pape de prendre la décision finale. Cela a été considéré comme un autre échec du cardinal Wolsey et, pire encore, comme preuve de sa loyauté au pape plutôt que le roi d'Angleterre. accusé de praemunire[15], puis de trahison, à l'automne 1529 Le roi accepta la demande par Anna de rejeter Wolsey par sa charge publique lord Chancellor, nommer à sa place Sir Tommaso Moro. Le cardinal savait combien l'influence qu'il avait sur Anna King demandé de l'aide parce que l'accusation avait été retourné, mais Anna ne sont pas d'accord, donc Wolsey a commencé à tracer, avec la reine Catherine d'Aragon et papa Clemente VII, un plan pour forcer Anna l'exil. Quand Henry apprit, il a arrêté le cardinal Wolsey, le bannit de la cour et a confisqué les propriétés qui ont été partiellement transférées à Anna. Sommé de comparaître au procès, Wolsey est tombé malade pendant le voyage et il est mort le 29 Novembre, 1530 à Leicester, sans jamais atteindre le Tour de Londres.

En Décembre de la même année, le pape espérait l'abandon de la cour Anne Boleyn, et un mois plus tard, en notant l'impatience croissante du monarque, le roi Henri fit ses pas de se livrer à un nouveau mariage avant la publication du verdict.

en Juillet 1531 La reine Catherine a été bannie de la cour et exilée pour les deux prochaines années dans une résidence de pays différents: d'abord à Plus (Ancienne résidence du placard situé le cardinal Wolsey Rickmansworth, dans 'Hertfordshire), Puis ce fut le tour de Hatfield Bishop, plus tard, il a vécu au château Hertford et, au printemps 1533, Il a été envoyé à Ampthill (Bedfordshire). En même temps, ses chambres à la cour royale ont été accordées à Anna.

Anna Bolena
Thomas Cromwell était premier ministre britannique de 1532 un 1540.

Avec la mort de Wolsey de la sphère politique, Anna Bolena est devenu la personne la plus puissante de la cour anglaise, au point d'avoir une forte influence sur les audiences accordées et les questions de politique. Son exaspération devant le refus du Saint-Siège d'accorder l'annulation du mariage encouragé à suggérer au roi Henri de suivre l'exemple des réformateurs religieux comme William Tyndale, qui a rejeté l'autorité du pape et a soutenu que seul le monarque devrait diriger l'Église. Quand il est mort William Warham, arcivescovo di Canterbury, Anna a fait nommer l'aumônier de la famille Boleyn, Thomas Cranmer, Son successeur et nouveau favori de conseiller du roi.

en 1532 Thomas Cromwell, homme politique et digne de confiance du roi Henri VIII, présenté au Parlement un certain nombre d'actes, y compris Pétition contre les évêques ordinaires, dans lequel il accusait le clergé d'imposer trop de gens anglais dîmes, et Présentation du clergé, en stipulant que les lois ecclésiastiques futures auraient été émises par le roi, alors que ceux en vigueur jusqu'ici devrait être examinée par le souverain et sont conçus pour être émis par lui et non par le pape. avec Présentation du clergé, la mise en œuvre le 15 Mars 1532, Il a reconnu la suprématie du roi anglais sur celui de l'Eglise et le pape, marquant ainsi un changement important de l'Église romaine d'Angleterre. Ne pas reconnaître la validité de tels actes et en refusant de trahir le pape, Tommaso Moro Il a démissionné du poste de lord Chancellor. Dans la même année Thomas Cromwell Il est devenu premier ministre du roi, sans aucun acte officiel, mais seulement grâce à Henri VIII simple confiance qu'on lui accorde.

Au cours de cette période Anna a également joué un rôle central dans la position internationale de l'Angleterre, la promotion de la consolidation des relations avec la France. Elle a réussi à établir de bonnes relations avec l'ambassadeur français Gilles de la Pommeraie et, avec son aide, il a organisé une conférence internationale Calais l'hiver 1532, où le roi Henry espérait obtenir le soutien du roi français François Ier donc il a favorisé le mariage avec Anna.

Le mariage du roi Henri VIII

Anna Bolena
Le roi Henri VIII à Anne Boleyn, deuxième reine consort.

Avant de partir Calais, en vertu du mariage à venir avec Anna, le roi Henri a décidé d'élever le rang de sa future épouse. Le 1er Septembre 1532 Il a été créé en son honneur, le titre de Pembroke Marqués de[1], Anna rendant la femme la plus riche du royaume. Même la famille Boleyn a obtenu de nombreux privilèges par la relation avec le père du roi anglais Thomas, maintenant vicomte Rochford, il est devenu Comte de Wiltshire, tandis que le cousin irlandais James Butler il est devenu Comte d'Ormond. De plus, grâce à l'intervention de la sœur d'Anne Marie a reçu une bord annuel 100 livres, tandis que le plus jeune fils de ce dernier, Enrico Carey, Il a fait ses études dans un prestigieux monastère cistercienne.

en Octobre 1532 Le roi Henri VIII et Anne sont allés à Calais pour assister à la rencontre avec le roi français François Ier, obtenir son approbation pour le mariage. Peu de temps après leur retour Douvres Les deux se sont mariés lors d'une cérémonie secrète[8] et la première semaine de Décembre 1532 Anna Bolena a découvert qu'elle était enceinte, ce qui rend la confiance re d'avoir enfin le très convoité héritier mâle. Alors, sachant que la cérémonie de mariage secret était pas légalement valable et ne peut pas attendre plus loin le verdict du procès, Henry VIII a fait adopter une nouvelle loi qui permettrait aux deux de se marier légalement en vertu de la loi du nouveau Église anglaise.

Le 25 Janvier 1533 Le roi Henri a épousé Anne à Londres, à la deuxième cérémonie de mariage. Encore une fois, il a été maintenu un degré de confidentialité et de secret, au point que ne savent toujours pas exactement l'endroit où le mariage a eu lieu, probablement Palais de Whitehall (Et plus précisément dans la studio Queen) Ou en Palais de Westminster. Cependant, le mariage n'a pas été rendu public avant Avril, peu de temps avant le couronnement d'Anna à la reine d'Angleterre.

Le 23 mai 1533 Archevêque de Canterbury Thomas Cranmer, lors d'une audience de la Cour du Prieuré Dunstable spécial (en Bedfordshire), Conclu le processus (mais pas les autorités, puisque la décision finale revenait au pape) déclarant invalide et nulle et non avenue, le mariage entre Catherine et Henry; En revanche, cinq jours plus tard - le 28 mai 1533 - Cranmer a déclaré valide le mariage entre Henry et Anna Bolena.

Suite à cette décision Catherine d'Aragon a décidé de faire appel à Rome. Pour éviter de nouveaux obstacles roi Henri VIII a fait adopter une nouvelle loi rendant les questions relatives à la compétence exclusive de l'Angleterre des tribunaux anglais (prévention, de cette façon, toute ingérence étrangère, en particulier les Saint-Siège).

Reine consort d'Angleterre (1533-1536) Et le 'Acte de Suprématie

Anna Bolena
Le monogramme de la reine Anna Bolena et le roi Henri VIII.

Suite à l'annulation du mariage avec Catherine d'Aragon du titre Reine consort Angleterre a adopté une loi à Anna. Le 1er Juin 1533, six mois de grossesse, Anna a été couronnée reine au 'Westminster Abbey. Le couronnement a été marquée par l'hostilité du peuple, le peuple a refusé de son chapeau par respect pour sa nouvelle reine; En effet, beaucoup ont entendu des rires moqueurs et les insultes contre elle. Lorsqu'on lui a demandé quelle impression qu'il avait de Londres lors du couronnement, Anne aurait répondu: « La ville me plaisait assez, mais je l'ai vu quelques chapeaux en l'air, et entendu quelques langues». Les gens ont également utilisé les initiales du couple royal, « HA » par exemple, Henry (Enrico) et Anne (Anna), en répétant plusieurs fois pour former un rire et la couverture, ainsi, les conjoints ridicules[16].

Anna Bolena
la Évêque de Rochester John Fisher Il était aussi un humaniste et cardinal. Il a été décapité par Henri VIII avec l'accusation de trahison pour son opposition à l'annulation du mariage avec Catherine d'Aragon. Aujourd'hui, il est vénéré comme un saint et martyr à la fois par la Eglise catholique, à la fois la anglican Church.

Le peuple, qui avait aimé Catherine d'Aragon, avec une ferveur égale méprisaient Boleyn au point d'essayer de la tuer à travers les émeutes (par exemple, un soir d'automne 1531, alors qu'il dînait chez lui sur les bords de Thames, Anna a été attaqué par une foule de femmes furieuses, puis échapper grâce à une évasion de bateau[6]). Le Boleyn était haï pour plusieurs raisons: il avait publiquement humilié d'abord la bien-aimée reine Catherine d'Aragon, symbole de l'intégrité, l'humilité et la foi chrétienne. De plus, le poussant Henry à se séparer de l'Eglise de Rome et le pape ne pouvait être le résultat d'un rituel puissant et le mal; qu'est-ce que Anna, aux yeux du peuple, cruel et impitoyable sorcière. Cette hypothèse a également été soutenue par les ragots que Anna avait un sixième doigt et un gros grain de beauté sur le col, considéré à l'époque marques diable. Plusieurs astrologues et les devins, poussés par superstition ou par le désir de réaffirmer l'ancien courant religieux catholique, prétendront avoir vu à côté du diable de la reine Anne qui lui a parlé.

Pendant ce temps, Chambre des communes Il interdit tout appel à Rome et a menacé les accusations de praemunire[15] à tous ceux qui ont introduit des bulles pontificales en Angleterre. En réponse, le 11 Juillet 1533 la papa Clemente VII Il a publié un taureau qui a invalidé le jugement d'annulation émis par l'archevêque Cranmer; De plus, il a demandé à Henry de rejeter Anna, déclarant illégale des enfants nés de l'union entre les deux. Le pape a également rendu une décision provisoire excommunication contre le roi et l'archevêque Cranmer. en Mars 1534 le pape a déclaré valide le mariage avec Catherine et Sollecito Enrico pour revenir à son[17][18].

À la suite de l'histoire, le Parlement anglais a adopté une série d'actes dont la 'Loi de Succession, avec laquelle le roi Henry Anna reconnu comme une reine légitime de l'Angleterre, le déplacement de la ligne dynastique de la succession de celle de Catherine d'Aragon à celle de Boleyn (et en reconnaissant, par conséquent, les enfants légitimes par celui-ci). A la fin de 1534 Il a été émis l'acte le plus important: le 'Acte de Suprématie, avec laquelle le roi Henri a été reconnu chef suprême de l'Église d'Angleterre (en supposant donc la puissance spirituelle En outre orage), Sans tenir compte de cette façon et de faire les autorités papales définitives le fossé entre l'Église romaine et l'Angleterre (schisme anglican). Depuis lors, l'Église d'Angleterre serait sous le contrôle direct du roi Henri et non à Rome. Suite à la question de la 'Loi sur Trahison ceux qui refusent d'accepter les documents, Tommaso Moro et Évêque de Rochester John Fisher, ils seront enfermés Tour de Londres puis exécuté.

La naissance de Elizabeth I d'Angleterre

Anna Bolena
la Palais de Greenwich dans un dessin de XVIIe siècle.
Anna Bolena
la princesse Elizabeth I d'Angleterre, fille de la reine Anna Bolena et le roi Henri VIII, photographié ici à l'âge de treize ans.

Après son couronnement Anna réglée pour les derniers mois de gestation au Palais de Greenwich, la résidence préférée du roi. Droit dans ce bâtiment de 7 Septembre 1533 - trois heures-quatre heures - Anna a donné naissance à un enfant, la future reine Elizabeth I d'Angleterre.

Né un peu prématuré, le bébé a été appelé Elisabetta probablement en l'honneur de la mère de l'un ou les deux parents (de Elizabeth Howard, La mère d'Anna, ou Elisabetta di York, La mère d'Enrico)[19]. Pour avoir eu une autre femme très déçu Enrico, surtout en raison du fait que tout le monde de véritables astrologues médicaux avait prédit la naissance d'un fils[8]. Le roi avait déjà demandé au roi français François Ier d'être le parrain de l'héritier et avait préparé en lettres d'avance annonçant la naissance du prince (les lettres qui devaient être corrigées à la hâte pour les femmes), ainsi que d'avoir déjà le traditionnel tournoi organisé pour célébrer la naissance du prince héritier (plus tard annulé).

Avec la naissance de la petite Elizabeth, Anna craignait Mary I de l'Angleterre, l'aîné que Henry avait eu de Catherine d'Aragon, pourrait lui enlever le titre de princesse. Henry, pour calmer Anna, puis séparé les deux filles et envoyé à Elizabeth Hatfield House où, assisté par la servitude personnelle et les visites fréquentes de la mère d'Anna, a passé son enfance.

La vie de la cour

Anna Bolena
Emblème choisi par Anna Bolena pour sa charge de reine d'Angleterre.

Le tribunal présidé par la nouvelle reine consort Anna Bolena a été marquée par le luxe et la magnificence. Anna pouvait compter sur un grand nombre de serviteurs qu'il ne l'avait été en mesure d'avoir la reine Catherine. A ses dépendances, ils travaillaient plus de 250 personnes, des prêtres pour les garçons, et plus de 60 demoiselles d'honneur. Parmi les prêtres, qui a également occupé les fonctions de confesseurs, les aumôniers et les aumôniers, il y avait aussi Matthew Parker, l'un des co-fondateurs (avec Thomas Cranmer et Richard Hooker) De la pensée théologique anglicane sous le règne d'Elizabeth I.

Anna a investi d'importantes sommes d'argent sur les vêtements, les bijoux, les coiffures, plumes de paons, d'accessoires d'équitation, du matériel, des meubles et des meubles, étalage de la richesse requise par son statut (à l'époque, en fait, les membres de la famille royale était nécessaire démonstration continue pompe, adapté pour annoncer la puissance de la monarchie). De nombreux palais ont été rénovés pour répondre aux goûts extravagants d'Anna et la femme[3]. La devise de la nouvelle reine est devenue « Le plus heureux » et comme emblème personnel a été choisi un faucon.

La relation contradictoire avec le roi et la lutte pour un fils

Anna Bolena
La réconciliation entre Henry et Anna Bolena dans une illustration George Cruikshank la XIXe siècle.

La relation de mariage entre le roi Henri et Anne était orageuse: les périodes de tranquillité et de bonheur en alternance avec des périodes de tension et de conflits, principalement en raison des infidélités répétées de Henry, qui a Anna aux crises violentes de pleurs et de la colère; d'autre part, l'intelligence remarquable et son sens politique d'Anna ont été examinées par Enrico très irritant.

Après la naissance d'Elizabeth, en dépit de la déception forte, Henry et Anna croyait qu'ils auraient plus d'enfants, y compris l'héritier mâle convoité, mais sa deuxième grossesse terminée par une fausse couche à l'été 1534. Le roi a commencé, puis, à croire les rumeurs sur l'incapacité d'Anna lui donner un fils et discuté avec Cranmer et Cromwell la possibilité de se séparer d'elle sans avoir à revenir à Catherine[19]. Cependant, le couple royal, réconcilié et en Octobre 1535 Anna a découvert qu'elle était enceinte à nouveau. Malheureusement pour elle, cette grossesse a pris fin dans un fausse couche.

La mort de Catherine d'Aragon et le dernier avortement

Anna Bolena
la princesse Mary I de l'Angleterre, fille d'Henri VIII et Catherine d'Aragon, photographié ici à l'âge de 28.

Peu de temps avant la naissance d'Elisabeth, Catherine d'Aragon vivait dans la résidence de l'évêque Buckden (Huntingdonshire), Puis transférés au château Kimbolton, en Cambridgeshire, sa dernière résidence. Ici, le 7 Janvier 1536 Catherine, comme le temps malade, est mort. Dell'infausta En apprenant les nouvelles, qui a atteint la cour royale que le lendemain, Henry et Anna, puis de nouveau enceinte, ils ont fourni de porter des vêtements de couleur jaune. On a souvent interprété le geste comme une manifestation de joie et de célébrations[8][17], mais dans le pays de la reine perdue, à savoir l'Espagne, jaune - ainsi que le noir - a été considéré comme la couleur du deuil, et le porter est un signe de respect pour les morts[20].

Au cours du processus de embaumement à laquelle il a été soumis le corps de Catherine a été remarqué que le cœur de la reine était une inhabituelle couleur foncée, comme noirci. Ils ont ensuite commencé à faire circuler des rumeurs sur une possible empoisonnement et les premiers soupçons sont tombés sur Henry et Anne. Aujourd'hui les médecins conviennent que la couleur inhabituelle était due à un cancer cardiaque - la maladie, peu connue à l'époque, qui a causé la mort de la reine espagnole - bien qu'il n'y ait pas de preuve pour attester[6].

Anna Bolena
Jane Seymour Elle est devenue la troisième femme du roi Henri VIII juste le lendemain 'exécution Anne Boleyn.

Après la mort de Catherine, Anna a essayé de faire la paix avec sa fille, Marie, mais a rejeté toute tentative d'approche, sans doute parce que, corroborant les rumeurs qui circulent, Anna accusé d'avoir empoisonné sa mère. Le même jour des funérailles de la reine et son enterrement dans Cathédrale de Peterborough, 29 janvier 1536, Anna avait une fausse couche, ce qui l'a amenée à donner naissance à un fœtus mort. Tel que rapporté par Eustache Chappuis (Ambassadeur Saint empereur romain Charles V la cour anglaise) le fœtus était une vingtaine de semaines, et étaient des hommes[8][17].

Il existe de nombreuses hypothèses sur les causes qui ont conduit à la nième l'avortement, comme la peur qui est Boleyn a pris seulement cinq jours avant, lorsque le roi Henri est tombé de son cheval lors d'un tournoi Greenwich et il est resté inconscient pendant deux heures[17], ou en entrant dans une chambre, elle a vu une de ses dames dans l'attente, Jane Seymour, assis sur les genoux du roi. De nombreuses spéculations ont également été faites sur le nombre réel de grossesses: selon l'auteur Mike Ashley, Anna aurait eu deux fausses couches entre la naissance d'Elizabeth 1533 et l'avortement du foetus est mort dans la 1536[21], mais la plupart des sources attestent que la naissance d'Elizabeth en Septembre 1533, une fausse couche à l'été 1534 et l'avortement d'un enfant de sexe masculin - après près de quatre mois de gestation - en Janvier 1536[19].

Les nouvelles d'un autre avortement, pour plus d'un enfant de sexe masculin, a provoqué une détérioration irréversible du mariage au roi, convaincu hors de tout doute au sujet de l'incapacité Anna de lui donner un héritier, il a commencé à considérer son résultat d'un mariage sorcellerie, et donc, maudit par Dieu. Ainsi, dès Mars 1536 Henry VIII a commencé à courtiser la dame de la cour Jane Seymour, femme qui allait devenir sa troisième épouse. Il semble que le roi avait donné à son nouvel amant dans un médaillon avec une miniature portrait de lui-même et Jane, en présence d'Anna, a commencé à ouvrir et fermer en continu jusqu'à ce que Anna lui saisit avec une telle force au point de blessure[22].

A Seymour, ils ont reçu des appartements les plus prestigieux, tandis que le titre de chevalier dell 'Ordre de la Jarretière, auquel Anna avait envie pour le frère George, Il a été affecté à la place esquire tête Nicholas Carew, ennemi de Jane Boleyn et conseiller de confiance. Anna savait, maintenant, qui serait désavoué bientôt par le roi et qu'il tiendrait le sort de Catherine d'Aragon.

L'arrestation et le procès

Avec la mort de Catherine d'Aragon, Anne se trouvait dans une situation encore plus précaire. Au cours de sa montée en puissance et son court règne, il avait fait beaucoup d'ennemis à la cour; L'anglais est également les gens ont continué à la voir comme un usurpateur digne de haine et de mépris, tout en restant fidèle à sa bien-aimée reine Catherine.

Anna Bolena
Porte des Traîtres, Tour de Londres.

À partir de Avril 1536 Anna a été étudiée pour haute trahison. Le 2 mai 1536, vers midi, il a été arrêté et pris en Tour de Londres avec un bateau, où il a été confié à la garde de son geôlier, la agent de police William Kingston. Selon l'historien Eric Ives est probable que Anna est entré dans le bâtiment par la gate Court de Byward Tower, plutôt que par Porte des Traîtres[3]. Dans la tour Anna il connaître les détails sur le sort de sa famille et les accusations portées contre elle.

En ces jours-là, sur l'accusation d'être l'amant de la reine, ont été arrêtés: Lord George Bolena (Le frère d'Anne, maintenant vicomte George Rochford) Mark Smeaton (Le musicien de la cour d'origine flamand, en particulier de joueur organe et virginal), Le poète Thomas Wyatt, Henry Norris (courtisan de la Chambre de la Couronne et l'ami du roi depuis l'enfance), Francis Weston (un jeune homme fait partie du cercle intime de la reine), William Brereton et Richard Page (les deux courtisans de la Chambre privé du Roi).

Les amants présumés Boleyn ont été essayées à Westminster en date du 12 mai 1536. Le premier à être arrêté et poursuivi était Mark Smeaton; en commençant il a fermement nié l'accusation, mais a avoué, peut-être derrière la torture, ou peut-être derrière la promesse de la liberté (de tous ceux qui ont été mis à l'essai, il était le seul à avouer qu'il était l'amant de regina Bolena ). Au cours des interrogatoires, il a été fait le nom de Henry Norris, un ami du couple royal. Norris a été arrêté à Calendimaggio (1er mai), et étant d'origine aristocratique, sans doute, il n'a pas été soumis à la torture; le procès, il a nié toute malversation, affirmant l'innocence d'Anna et d'elle-même, mais contre lui une conversation entendue entre lui et Anna à la fin Avril, où le Boleyn l'a accusé d'aller trop souvent ses quartiers sous le couvert de courtiser une de ses dames dans l'attente (identifiés Mary Shelton ou Madge Shelton), Mais avec l'intention réelle de séduire leur reine. Deux jours plus tard, Francis Weston a été arrêté sur la même charge, et il était bien pour William Brereton, propriétaire du Cheshire et déjà souillé par divers scandales. aussi Thomas Wyatt, poète et ami de Boleyn (et qui était tout penaud), a été arrêté sur la même charge, mais a été libéré plus tard, probablement en raison de son amitié (et celle de sa famille) avec le Premier ministre Thomas Cromwell. Richard Page sur les frais il est tombé quand, après une enquête plus approfondie, il a été reconnu non-implication totale et donc l'acquittement complet de toutes les charges. Le défendeur final était le frère de la reine Anne, George Bolena, qui a pesé aussi sur les frais de inceste avec Anna[19]. Poursuivis 15 mai 1536 en Tour de Londres, Il a été blâmé pour deux épisodes d'inceste en particulier: l'un en Novembre 1535 à Whitehall et un autre le mois suivant Eltham[3]. George a rejeté toutes les accusations, affirmant son innocence; le seul témoignage sur la prétendue inceste Il est venu de sa femme, Lady Rochford. Bien que les éléments de preuve contre eux ne sont pas convaincants, Mark Smeaton, Henry Norris, Francis Weston, William Brereton et George Bolena ont été reconnus coupables et condamnés à mort; Nous exécuter le 17 mai 1536 en Tower Hill, le site de la Tour de Londres utilisée pour les exécutions. Avant d'être exécuté, tous les accusés ont juré allégeance au souverain; que Mark Smeaton a demandé pardon pour les péchés commis alors que George a fait un bref discours à la foule. Il était la coutume à l'époque, si les mots condamnés proferisse inappropriés, couvrent sa voix avec le battement de tambour, mais George n'a pas eu lieu: « Bonjour à tous, je ne suis pas ici pour prêcher et faire des sermons, mais de mourir, comme la loi, et me soumettre à la loi », puis exhortant les participants à suivre les préceptes de l'Evangile et de croire en Dieu « Et pas dans les revers de fortune ou la vanité de la cour, parce que si je n'avais pas, je serais encore en vie au milieu »[6]. Le jour même de l'exécution de l'archevêque condamné Thomas Cranmer Il a déclaré nulle et non avenue le mariage entre Anna et le roi et, par conséquent, leur fille illégitimes Elisabetta.

Anna Bolena
la Tour de Londres dans un design 1597.

Le 15 mai 1536, le même jour que George a été jugé, a également commencé l'affaire contre Anna, mais dans des chambres séparées de la Tour de Londres. Devant un jury composé de égal, qui comprenait Henry Percy - son ancien petit ami - et l'un de ses oncles maternels Thomas Howard, troisième duc de Norfolk, Anna a été jugé pour adultère, inceste, sorcellerie et haute trahison[23] pour avoir conspiré avec son amant présumé, un plan pour tuer le roi et pour finalement épouser Henry Norris[3]. L'une des preuves lourdes contre la reine a été fourni par sa propre sœur, Lady Rochford, que explicitement qu'il accusait d'inceste avec son frère et a laissé entendre qu'il avait reçu de confidences au sujet de la prétendue Anna impuissance le roi, une chose qui remettrait en question la paternité réelle de tous les enfants. Anna a nié avec véhémence toutes les accusations et se défend avec éloquence, mais en vain. Lorsque le processus a été reconnu coupable, condamné à mort et exécuté quatre jours plus tard.

On dit que, quand il a été annoncé le verdict, Henry Percy, assis dans le jury, avait une dépression nerveuse et a dû être portée corporelle hors de la salle d'audience. Il est mort huit mois plus tard, en début de la trentaine et ayant pas d'héritiers, son neveu Thomas Percy, comte de Northumberland VII, Elle lui a succédé.

Aujourd'hui, il est généralement admis que aucune des allégations contre Anna était fiable.

Le rôle de Thomas Cromwell dans le déclin de Anna

Selon l'historien Alison Weir, expert période Tudor, Thomas Cromwell serait principalement responsable du déclin de la Boleyn: Avril 20 1536, faire semblant d'être malade, il déformera la texture dense du plan pour éliminer la scène de la reine. Même l'historien Eric Ives croit que le déclin et l'exécution d'Anna ont été conçus par Thomas Cromwell[3][8][24]; En outre, l'échange de lettres entre l'ambassadeur impérial Eustache Chappuis et l'empereur Charles V rendrait compte des parties de conversations qui ont eu lieu entre Chapuys et le même Cromwell dont vous comprenez clairement comment ce dernier était l'instigateur du complot pour enlever Anna (il y aurait aussi suivre Chronique espagnole). Anna aurait été considéré comme une menace par Cromwell[3] pour s'être opposé à des opinions que les deux avaient par exemple sur la redistribution des revenus de l'Église et la politique étrangère: Anna a encouragé une redistribution des revenus à des institutions caritatives et éducatives, encore plus l'accent sur une alliance élargie avec la France; Cromwell, cependant, a fait valoir la nécessité de renflouer les caisses appauvries du roi et l'alliance impériale préférée[3]. Le biographe de Cromwell John Schofield, d'autre part, dit l'absence d'une lutte de pouvoir entre Anne et Cromwell, ce dernier impliqué par Henry seulement parce que le drame conjugal royal[25].

Les derniers jours de captivité

Anna Bolena
Anna Bolena en Tour de Londres
opéra Édouard Cibot, 1835.

Anna a passé les derniers jours de sa vie enfermé dans Tour de Londres, probablement dans les appartements royaux (démoli à la fin de XVIIIe siècle) De la salle intérieure, au sud de la Tour Blanche[6]. Ici, il a vécu des crises nerveuses en alternance étaient extrêmement calme. Les lettres du geôlier au Premier ministre Kingston Cromwell ont signalé le comportement contradictoire d'Anna dans ces jours angoissants: était autrefois la fière reine offense, une autre a été perdue victime pitoyable, une autre femme encore épuisé au bord de la ' hystérie; à l'occasion, il aspirait à la mort, tandis que d'autres ont montré une forte force de vie, ou il y avait des moments où il espérait sauver sa vie et de se réfugier dans un couvent en alternance avec d'autres où il était bien conscient de son exécution imminente et inévitable. Il est possible que cette rupture psychologique était au moins en partie due aussi aux séquelles de l'avortement avait seulement quelques mois auparavant. Ainsi, la légende (après sa mort, et attribué à un poète anonyme) de la paix spirituelle retrouvée que, par tempérament et Anna événements qui n'a jamais dans la vie était censé représenter Anna en tant que victime de la cupidité du roi.

Il y a un poème, intitulé Oh Mort Rock Me Asleep, qui beaucoup attribuent à Anna Bolena et qu'il écrirait leur propre au cours des derniers jours d'emprisonnement dans la Tour de Londres. La poésie révèle des sentiments de Boleyn en attente d'exécution et montre une personne qui a vu la mort d'un moyen de mettre fin à sa souffrance. Selon d'autres la poésie a été écrite, cependant, du frère de George.

Comme seyait une reine, la Tour de Londres a été autorisée Anna d'avoir la compagnie de quatre dames, elle considère plutôt « Gardiens » (Pour eux, en effet, il a reçu la tâche de signaler tout intéressants qu'ils avaient vu ou entendu par la reine). Les quatre dames étaient: tante Lady Boleyn, épouse de Giacomo Bolena, Mme Coffin, sur laquelle Kingston comptait pour que signifiait tout ce qu'il a dit Anna, Mme Stonor et une autre femme dont le nom a été perdu.

Selon les rapports de dames Anna, elle décrit tous les matchs disputés ses amants présumés être libres de tout péché, et a affirmé qu'il avait toujours été une reine vertueuse, car elle a rejeté toute leur parade nuptiale.

L'exécution et l'inhumation

Conformément à l'article 'Loi sur la trahison (Publié sous le règne du roi Edouard III d'Angleterre) Accusés à Anna sont tombés parmi les formes de trahison - sans doute en raison des implications pour la succession au trône - pour lequel était prévue la peine de mort: pendaison, éventration et mutilation pour les hommes et feu pour les femmes. En signe de clémence du roi a commué la peine au jeu avec celui de décapitation, acceptant également d'être adressée à la épée au lieu de la commune hache - habituellement utilisé en Angleterre pour les décapitations publiques - en reconnaissant la épée arme plus rapide (pas toujours, en fait, le premier coup de hache a tué le condamné), plus efficace et plus noble, qui est digne d'une reine. À cet égard, Henri VIII était venu de Saint-Omer, en France, bourreau expert, rapide et un excellent nommé Jean Rombaud pour mener à bien la peine.

Le matin du vendredi 19 mai 1536, juste avant l'aube, elle a appelé Kingston Anna, son geôlier, parce que assistesse la messe avec elle; A cette occasion, la Reine a juré plusieurs fois - juste avant et juste après avoir reçu le sacrement de la 'Eucharistie - en sa présence, sur le salut éternel de son âme, qui n'a jamais été infidèle au roi[3]:

(FR)

« Ce matin, elle a envoyé pour moi, que je pourrais être avec elle au moment où elle a reçu le bon Dieu, à l'intention que je devrais l'entendre parler comme toucher son innocence alway être clair. Et dans l'écriture de ce qu'elle a envoyé pour moi, et à ma venue, elle a dit: « M. Kingston, j'entends, je ne mourrai pas AFORE midi, et je suis désolé donc, car je pensais être mort à ce moment et passé ma douleur. Je lui ai dit il ne faut pas la douleur, il était si peu. Et puis elle a dit: «J'ai entendu dire que le bourreau était très bon, et j'ai un petit cou, et puis mettre ses mains à ce sujet, en riant de bon cœur. Je l'ai vu beaucoup d'hommes et de femmes également exécutés, et qu'ils SONO stati dans une grande tristesse, et à ma connaissance cette dame a beaucoup de joie dans la mort. Monsieur, elle est sans cesse aumonier avec elle, et avait été depuis deux heures après minuit. »

(IT)

« Ce matin, il m'a envoyé chercher, parce qu'il voulait assistions à sa confession de telle sorte que, en entendant ses paroles, je ne serais pas douté de son innocence. Quand je suis arrivé, il m'a dit: « Monsieur Kingston, j'ai entendu que je ne mourrai pas avant midi. Je suis très déçu parce que je pensais que je serais déjà mort et je ne l'aurais jamais souffert ». Je lui ai répondu que je ne souffre pas, sinon un peu. Et elle a dit: «J'ai entendu que le Bourreau est très bon, et mon cou est mince », puis mis ses mains autour de son cou et il se mit à rire de bon cœur. J'ai vu beaucoup d'hommes et de femmes condamnés à mort et ils étaient tous dans une grande douleur, mais de ce que je sais, cette femme a attiré une grande joie de la mort. Son aumônier était resté près, puisque les deux heures du matin. »

(Extrait d'une lettre écrite par l'agent de police de Kingston au Premier ministre Thomas Cromwell. Christopher Hibbert, Tour de Londres: Une histoire de l'Angleterre De la conquête normande, 1971.)

Le choix du lieu d'exécution était problématique: on craignait, en effet, que l'instabilité émotionnelle démontrée par Anna lors de son emprisonnement dans la Tour de Londres lui faudrait parler des mots ou des attitudes à prendre embarrassante devant une foule qui certainement , il serait nombreux afflué pour assister à son exécution publique. Tower Hill, par conséquent, l'accès était libre aussi, a été exclu, préférant à sa place sur la cour intérieure, à côté de la chapelle, l'accès était, au contraire, facilement contrôlable[6]. Selon l'historien Eric Ives, cependant, les potences seraient érigés sur le côté nord de la Tour Blanche, devant où se dressent aujourd'hui la caserne Waterloo[3].

la Chronique espagnole Il contient un rapport détaillé de l'événement: à 8h00 la reine a été menée par les appartements royaux à la potence, accompagnée de ses quatre dames. Pour son exécution Bolena a choisi un jupon rouge sur laquelle portait une robe de damas vert foncé avec des otaries à fourrure et un manteau de hermine. Enfin une coiffe cachant le casque qui enveloppait les cheveux[19]. Pendant le court voyage Anna semblait avoir une « Aspect Démoniaque »[6] et est apparu « Enthousiaste comme quelqu'un qui ne va pas mourir »[6]. Une fois que vous montez l'échafaud la reine fit un bref discours à la foule:

(FR)

« Bon peuple chrétien, je suis aussi ici pour mourir, car selon la loi fonctionnelle, et par la loi que je suis jugé mourir, et je vais donc parler rien contre elle. Je suis aussi ici pour frais aucun homme, ni à parler quoi que ce soit de cela, dont je suis accusé et condamné à mourir, mais je prie Dieu sauve le roi et lui envoyer de temps à régner sur vous, pour un doux ni un prince plus clément était il n'y a jamais: et pour moi, il n'a jamais été un bon, un seigneur doux et souverain. Et si une personne se mêler de ma cause, je leur demander de juger le meilleur. Et je prends donc mon congé du monde et de vous tous, et je désire de tout cœur que vous tous à prier pour moi. O Seigneur, aie pitié de moi, à Dieu, je remets mon âme. »

(IT)

« Bon peuple chrétien, ils sont venus ici pour mourir selon la loi, puisque la loi a été condamné à mort, et je ne vous opposerez pas. Je ne suis pas ici pour accuser qui que ce soit, ni de dire quoi que ce soit au sujet des frais et la peine de mort, mais de prier Dieu pour sauver le roi et lui permettre de régner longtemps sur vous, pourquoi il y avait un prince plus doux et miséricordieux lui et moi, il a toujours été une règle bon et gentil. Et si quelqu'un interviendra dans mon cas, je lui demande de juger le meilleur. Et donc je prends mon congé du monde et de vous tous, et je veux espérer que vous tous de prier pour moi. O Signore, aie pitié de moi, Dieu recommande mon âme. »

(Christopher Hibbert, Tour de Londres: Une histoire de l'Angleterre De la conquête normande, 1971.)
Anna Bolena
Selon la tradition, sur ce site - placé avant la Eglise de Saint-Pierre annonce Vincula à la Tour de Londres - il a été érigé l'échafaud sur lequel le Boleyn a été exécuté.
Anna Bolena
Selon l'historien Eric Ives, cependant, l'échafaudage a été érigé dans l'espace en face du côté nord de la Tour Blanche.

Ceci est une version transcrite du discours du poète français, Lancelot de Carles à Paris quelques semaines après la mort de Boleyn et, bien qu'il fût certainement à Londres, il y avait, cependant, jamais vu le processus ou l'exécution; Cependant, toutes les histoires qui racontent l'histoire sont très similaires et conviennent à plusieurs endroits. Il est également dit que, comme il disait ces mots, Anna avait « Un beau visage souriant »[6].

Lors de l'exécution Anna se mit à genoux en position verticale (le style français des exécutions, qui ne prévoyait pas un journal sur lequel placer le cou) tout en répétant la prière « Pour Jésus-Christ, je remets mon âme; Seigneur Jésus reçois mon âme "[6]. Puis les dames qui avaient accompagné le enlevé leur couvre-chef (mais pas le plafond, qui tenait les cheveux en les laissant dans le cou) et des colliers, tandis qu'une autre dame, il a attaché un bandeau sur les yeux. Soudain, le Bourreau Rombaud brandit épée avec un geste qui a étonné la foule, parce que personne ne l'avait remarqué jusque-là l'arme, donnant l'impression qu'il avait matérialisé par magie dans ses mains à ce moment-là; en fait le bourreau avait caché l'épée dans la paille dispersée au pied de la souche et son geste a été expliqué avec l'intention de surprendre le condamné, et éviter de prolonger l'angoisse de l'attente, ainsi que les mouvements brusques . En outre, pour empêcher Anna se tourner instinctivement la tête en arrière au moment de la décapitation, le bourreau a crié à la foule devant l'échafaud « Apportez-moi une épée », de sorte que l'impulsion Anne lui tourner regarder en avant, en gardant le cou droit. En ce moment précis le bourreau laissa tomber l'épée sur son cou, à la fois staccandoglielo[6][23]. Une dame couverte d'un tissu blanc de la tête de la reine, tandis que l'autre a pris soin du corps.

Pour le caractère confidentiel de l'endroit où les spectateurs étaient peu nombreux: le premier ministre Thomas Cromwell, Charles Brandon (Le duc de Suffolk), le Lord Chancellor Thomas Audley (Accompagné par le Herald Wriothesley), les ducs de Norfolk et de Suffolk, Henry Fitzroy (Fils Illégitime du roi), la Lord Maire de Londres, ainsi que les assesseurs, les shérifs et les représentants de divers guildes. Était également présent la majorité des membres du roi et ceux qui vivaient dans la Tour de Londres[6][26].

Anna Bolena
Successeur de William Warham, Thomas Cranmer était le 'arcivescovo di Canterbury de 1533 un 1555.
Anna Bolena
Tour de Londres, chapelle royale San Pietro ad Vincula: Sous l'autel principal, il y a la tombe d'Anna Bolena, aux côtés de ceux de Caterina Howard, Jane Gray et d'autres personnages exécutés dans la forteresse.

On dit que Thomas Cranmer, alors qu'il était dans les jardins Lambeth Palace (Résidence officielle à Londres de l'archevêque di Canterbury), d'entendre les coups de feu qui a marqué le succès de l'opération a dit le théologien réformiste écossais Alexander Ales, qui était avec lui: « Elle qui était la reine d'Angleterre sur la terre aujourd'hui deviendra une reine dans le ciel »; puis elle s'assit sur un banc et fondit en larmes[27]. La figure de Cranmer a été controversée lorsque les premiers mouvements ont été les accusations portées contre Anna, il avait exprimé son étonnement à Henry soutenant sa conviction que Anna était non coupable. Cependant, Cranmer a toujours ce sentiment exposé à des charges en raison de sa proximité avec la reine, la veille de l'exécution déclarée nulle et non avenue le mariage entre Henry et Anne. Cranmer n'a fait aucune tentative sérieuse pour sauver la vie à Boleyn, bien que certaines sources affirment qu'il était celui qui prépare l'exécution écoutant sa dernière confession privée, la confession dans laquelle la reine proclamerait devant Dieu son innocence.[28]

Le corps a décollé Anne Boleyn a été remonté avec la tête coupée et enterrée dans une tombe anonyme Eglise de Saint-Pierre annonce Vincula - la chapelle royale de la Tour de Londres - non accompagné par une cérémonie, à côté de son frère George, qui a été exécuté quatre jours avant[6]. Son squelette a été identifié uniquement à l'occasion des rénovations de l'édifice religieux 1876, sous le règne de Queen Victoria; depuis lors, les restes d'Anna reposent sous le sol en marbre de la chapelle, aujourd'hui convenablement marquée avec la marque d'identification appropriée. Le 30 mai 1536, quelques jours seulement onze après l'exécution du Boleyn, le roi Henri VIII épousa Jane Seymour, Elle lui rend sa troisième épouse.

Legends

Anna Bolena
L'église de Santa Maria in Erwarton (Suffolk) Où, selon la légende, il a enterré le cœur de Boleyn.

Il y a beaucoup de légendes et d'histoires fantastiques sur Boleyn ont survécu au fil des siècles. Deuxième l'un des corps de ces Anna a été secrètement enterré dans l'église Salle en Norfolk, sous une dalle noire près des tombes de ses ancêtres[29], tandis que d'autres se reposaient ses restes dans une église de 'Essex, sur le chemin de Norfolk. Il y a aussi une légende selon laquelle le cœur de la reine, sur sa demande, a été enterré dans l'église de Santa Maria in Erwarton en Suffolk, par son oncle, Sir Philip Parker.

Anna Bolena
Représentant Sculpture Anna Bolena.

en XVIIIe siècle distribué en Sicile une légende qui, selon les paysans du village Nicolosi, pour faire disparaître le roi Henri VIII de l'Église catholique, Anna a été condamné à brûler pour l'éternité dans la 'Etna[30].

Cependant, la légende la plus célèbre, est celle de son fantôme, parfois il a repéré avec sa tête sous le bras: beaucoup soutiennent qu'il distingue la figure de la reine Hever Castle, un Blickling Salle, Salle à l'église, à Tour de Londres et Marwell Salle[29]. Cependant, l'observation la plus célèbre du fantôme royal a été décrit par le savant de paranormal Hans Holzer. Il a dit que 1864 Il a été logé dans la Tour de Londres un J.D. Dundas, major général du régiment des soixantième Royal Rifle Corps du Roi; regardant par la fenêtre de ses quartiers Dundas a vu un garde qui se comportaient de façon erratique dans la cour ci-dessous, en face du logement où - il y a des siècles - a été emprisonné Anna. Selon son récit, il semblait que la garde contestée quelque chose, comme décrit par le général « Une femme figure blanchâtre » glissé « du soldat. Le garde chargé de la figure de son baïonnette puis elle évanouie[31]. Seulement le témoignage du général du cour martiale Il a sauvé la garde d'une longue peine de prison à évanoui pendant le service.

Enfin, 1960 Canon W.S. Pakenham-Walsh, vicaire de Sulgrave, Northamptonshire, Il a indiqué avoir conversé avec Bolena[32].

Le charme d'Anna Bolena

Anna a été décrit par ses contemporains comme une femme intelligente, douée dans les arts musicaux, forte volonté, fière et souvent querelleur avec Henry[7][14]; le même Thomas Cromwell, il a reconnu les qualités de l'intelligence, l'esprit et le courage[3].

Anna Bolena
Anna Bolena dans un portrait, dont l'original est conservé à Hever Castle, en Kent.

Le Boleyn sans doute exercé une puissante fascination sur les gens qu'il a rencontrés, bien que les opinions sur sa beauté divergé. Le Venetian mémorialiste Marino Sanuto, qui a vu en Octobre 1532 à Calais à la rencontre entre le roi Henri VIII et le roi François Ier de France, Il le décrit comme « Pas une des plus belles femmes du monde; de taille moyenne, teint foncé, long, cou large bouche, du sein et les Noirs non prospères yeux[33]; dans une lettre écrite en Septembre 1531 par Simon dans Grynée Martin Bucer Anna a été décrit comme « Jeune, belle et plutôt teint foncé »[3]. Le poète français contemporain Lancelot de Carles décrit comme « Belle forme et élégante », tandis qu'un vénitien qui était à Paris 1528 Il a rapporté que, selon les rumeurs qui circulent à l'époque, a été dit être très belle[3]. Cependant, la description physique le plus célèbre d'Anna, bien que le moins fiable, le travail est latine De ac progressu de origine anglicans (c.-à- Naissance et développement du schisme anglican) Écrit par jésuite Anglais, ainsi que propagandiste catholique, Nicholas Sandero 1585, un demi-siècle après la mort d'Anna: « Anna Bolena était assez grand de taille, avec des noirs cheveux et un visage ovale d'un teint blafard, comme si affligée par jaunisse. Il dit qu'il avait une dent en saillie sous la lèvre supérieure et six orteils sur sa main droite. Il avait un grand poireau sous le menton, et ainsi, pour cacher la laideur, elle portait des vêtements à col haut (...) Il était beau à regarder, avec une jolie bouche "[3][33][34]. Il se souvient que, dans Sandero a été donné la lourde tâche de rejet de la 'anglicanisme en Angleterre pour rétablir la catholicisme Et ce fut sa ferme conviction que Anna était la principale personne responsable avant le retrait du roi Henri VIII de l'Église catholique et la schisme anglican réel. Il y a beaucoup de doutes quant à la véracité des paroles du jésuite: d'abord, si Anna avait vraiment eu sixième doigt (Une anomalie au moment aurait été considéré comme un clair marque du diable), Le roi Henri VIII serait certainement jamais intéressé à elle, ni aurait choisi comme la reine d'Angleterre et la mère de ses enfants[7]; En second lieu, suite à la reprise des 1876 n'ont pas été découvert des anomalies de toute nature sur le squelette, en effet, il a été décrit comme mince, environ 160 centimètres, et avec les doigts finement coniques[35]. Cependant, en dépit d'être trompeuse et totalement fausse, la description d'Anna de Sandero avait beaucoup d'influence dans les siècles à venir (beaucoup à mentionner dans certains manuels modernes[7]), Contribuer à ce biographe Eric Ives appelle la « légende du monstre » d'Anna Bolena[3].

Il est intéressant de noter qu'aucun portrait contemporain de la Boleyn ont survécu, peut-être parce que, après son exécution en 1536 Il a essayé d'effacer la mémoire même mal à l'aise. À ce jour, est resté seulement un médaillon[36], datant 1534 et le caractère commémoratif probable, où la reine est représentée dans une figure demi-longueur. On croit que le médaillon a été inventé pour célébrer deuxième grossesse Boleyn.

A la suite du couronnement de la reine Elizabeth à la fille de la mémoire Anna a été réhabilité et, malgré les charges qui ont conduit à la mort et les descriptions honteuses sur son apparence extérieure, le Boleyn est devenu un martyr et héroïne du Schisme anglican, grâce aux travaux de John Foxe. Dans ces écrits, en fait, on a soutenu que Anne avait sauvé l'Angleterre de tous les maux de l'Eglise catholique et que Dieu avait fourni la preuve de son innocence et de la vertu assurant que la fille d'Anna, Elizabeth, est monté au trône d'Angleterre.

à la fin de XVIe siècle Cela a donné la réhabilitation de montée, associée à l'intérêt de cette période pour tout à voir avec les rois et reines d'Angleterre, dans une production d'une série de portraits sur Bolena que, cependant, nous ne savons pas comment fidèle à l'original perdu .

Le rôle d'Anna dans schisme anglican

Sur le rôle que Anna aurait eu à pousser Henry à l'Schisme anglican, de ce qu'il y avait de l'ambition personnelle ou de conviction profonde, beaucoup a été écrit. De l'avis de certains historiens Anna a essayé d'éduquer leurs dames à la piété religieuse et, selon une anecdote, elle amèrement reproché le cousin Mary Shelton pour écrire des vers triviales sur le livre de prière[37]. George Wyatt, le premier biographe de Boleyn et le neveu du poète Thomas Wyatt, Il a écrit que - sur la base des documents confidentiels riportategli d'une des dames de la reine (Anna Gainsford, est mort en 1590 A propos) - Boleyn apporterait à l'attention du roi Henri un brochure (peut-être L'obéissance d'un homme chrétien de William Tyndale ou Supplication pour Beggars Simon Fish) où les auteurs excitèrent le roi afin de prendre les rênes contre les excès de Eglise catholique.

Avant et après son couronnement Anna semblait sympathiser avec la cause de vouloir réformer l'Eglise; protégé tous les chercheurs qui ont travaillé sur la traduction des textes sacrés en anglais (pratique alors interdit) et tous ceux qui souhaitent étudier les écrits de William Tyndale[38]; aussi il a sauvé la vie d'un philosophe français, Nicolas Bourbon, qui a été condamné à mort par 'inquisition à Paris. Le 14 mai 1534 l'un des premiers actes officiels émis par la nouvelle Église anglicane autorisés à protéger les réformateurs protestants; la même Anna a écrit une lettre[39] au Premier ministre Thomas Cromwell dans une tentative d'aider un certain Richard Herman, marchand anglais Anvers, pour reprendre possession de ses biens et son entreprise après que, cinq ans auparavant, ils avaient été enlevés seulement pour aider dans la traduction anglaise du Nouveau Testament[40]. Il a dit que chaque évêque réformateur de l'Angleterre, à ce moment-là, il devait son poste à l'influence de la reine Anne: il semble, en fait, a joué un rôle clé dans l'influence, entre autres, le réformateur protestant Matthew Parker, lui permettant d'assister à la cour en qualité d'aumônier, et dont les soins dont il a confié peu la petite Elizabeth avant sa mort[38].

Enfin, pour comprendre le rôle incontestable que Anna était dans la réforme anglicane, il est utile de citer une lettre adressée à la reine Elizabeth I d'Angleterre, où le théologien écossais Alexander Ales - se référant à Anna Bolena - a écrit: « Ta mère la plus sainte a été désigné par les évêques évangéliques parmi les savants qui étaient favorables à la doctrine pure » (À savoir le "anglicanisme)[3].

Anna Bolena dans la culture populaire

Au fil des siècles, Anne a inspiré de nombreuses œuvres artistiques et culturelles. On peut dire que son chiffre est resté fermement ancré dans la mémoire populaire, au point qu'il a été défini comme « La reine la plus importante et influente consort Angleterre n'a jamais eu »[3].

Anna Bolena
la soprano Giuditta Pasta, premier interprète du rôle d'Anne dans le travail du même nom Gaetano Donizetti.

littérature

Une biographie romancée de Anna Bolena a été écrit par l'auteur Philippa Gregory dans la fiction historique The Other Boleyn Girl.

théâtre

Très célèbre est le travail de Gaetano Donizetti, Anna Bolena (Milan, Teatro Carcano, le 26 Décembre 1830), L'un des plus connus des œuvres du maître de Bergame, écrit en seulement 30 jours. Ce travail après 1870 a été oublié, il a été redécouvert au milieu XXe siècle, Après un cadre pour le directeur Visconti Luchino, et Maria Callas dans le rôle titre, toujours l'un des plus grands interprètes du rôle difficile Donizetti.

Cinéma et télévision

année films actrice notes
1911 Henry VIII Laura Cowie  
1912 Le cardinal Wolsey Clara Kimball Young  
1914 Anne de Boleyn Laura Cowie court-métrage
1920 Anna Bolena (Anna Boleyn) Henny Porten  
1933 Ne jouez pas avec votre femme Pont Marjorie Beebe court-métrage
Six femmes d'Henry VIII (La Vie privée d'Henry VIII) Merle Oberon Statuettes de' src= Oscar du meilleur acteur 1934
1937 Perles de la Couronne (Les perles de la couronne) Barbara Shaw  
1951 Anna Bolena (Catalina de Inglaterra) Mary Lamar  
1952 « Le procès d'Anne Boleyn », épisode omnibus Lilli Palmer  
1953 jeune Bess (Young Bess) Elaine Stewart  
« La crise d'Anne Boleyn (16 mai 1536) », un épisode de la série Vous êtes là Beatrice Straight  
1956 « Le Falcon blanc », épisode BBC dimanche Night Theatre Jeanette Sterke  
1966 Un homme pour toutes les saisons (A Man for All Seasons) Vanessa Redgrave Oscar mini-icon.png 6 Oscar Awards
icône Golden Globe (or) .svg 4 golden Globe
BAFTA Award 7 BAFTA Awards
1968 Heinrich VIII. Frauen und seine Christine Wodetzky Films de télévision
1969 épisode "Perkin Warbeck à Bloody Mary" Histoire complète et totale de la Grande-Bretagne Melinda Mays  
Anne des mille jours (Anne des mille jours) Geneviève Bujold Statuettes de' src= Oscar de la meilleure conception des costumes 1970
icône Golden Globe (or) .svg 4 golden Globe
1970 Six femmes d'Henry VIII Dorothy Tutin TV mini-série
1972 Henri VIII et ses six épouses (Henri VIII et ses six épouses) Charlotte Rampling  
1977 "La Segunda Señora Tudor", épisode mujeres insólitas Teresa Rabal  
1979 La célèbre histoire de la vie du roi Henri Huit Barbara Kellerman Films de télévision
1984 Anna Bolena Joan Sutherland Films de télévision
1986 La Outlaw de Dieu Oona Kirsch  
1991 Henry VIII Lucile Vignon Films de télévision
2000 monarque Jean Marsh  
2001 « Serviteur du Roi », épisode Timewatch Sophie Clarke TV série documentaire
« L'anneau réel », épisode Relic Hunter Sarah Pratt Série TV Aventure
Six femmes d'Henry VIII Julia Marsen TV mini-série
2003 The Other Boleyn Girl Jodhi May Films de télévision
Henry VIII Helena Bonham Carter Films de télévision
2006 La folie de Henri VIII Ioana Flora Films de télévision
"Heinrich VIII -. Mörder auf dem Königsthron", épisode Sphinx - Geheimnisse der Geschichte Lisa Ivana Brühlmann TV série documentaire
2007-2010 les Tudors (The Tudors) Natalie Dormer
Muireann O'Donoghue (jeunes)
Série TV
2008 The Other Boleyn Girl (The Other Boleyn Girl) Natalie Portman
Daisy Doidge-Hill (jeunes)
 
Tudor Rose Sarah R. Lotfi court-métrage
Le conte tordu de Bloody Mary Lisa Marie Kennedy  
2009 Henry VIII: l'esprit d'un Tyran Sophie Hunter Série TV
2010 Le Troisième Testament Kristina Candelarie
L'amour Across Time Alia Raelynn comédie court-métrage
2011 Anna Bolena Anna Netrebko Films de télévision
Anna Bolena: Opera par Gaetano Donizetti. Performance en direct Metropolitan Opera Live HD Anna Netrebko série de spectacles en direct
2013 Six femmes d'Henry VIII Zarrina Bull court-métrage
2014 Henry et Anne: Les amoureux qui a changé l'histoire Emma Connell TV mini-série

Galerie d'images

notes

  1. ^ à b c Notez que le titre attribué à Anna Bolena était marquis et non marquise (Titre, ce dernier, qu'une femme habituellement acquise en épousant un marquis), ce qui reflète le fait que le titre avait été obtenu dans son propre droit (son droit). quel Pembroke Marqués de Il a été le premier titre décerné à une femme britannique.
  2. ^ à b voir la section Les hypothèses sur la date de naissance.
  3. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t u v Eric Ives, La vie et la mort d'Anne Boleyn: Le plus heureux, 2004.
  4. ^ Souvent, la prononciation et l'orthographe du nom de famille Boleyn étaient discordantes, comme il était courant à l'époque. Parfois, il est écrit le nom Bullen, en référence à la tête du taureau qui faisait partie de la crête de famille; Par ailleurs, le tribunal de Marguerite de Habsbourg, qui a été le demoiselle d'honneur depuis le printemps 1513 automne 1514, Anna est marquée Boullan, et le reste elle-même, à cette époque, il signe en correspondance comme Anne de Boullan (Antonia Fraser, Six femmes d'Henry VIII, 1997); Enfin, dans la plupart des peintures de l'actrice, il est indiqué par le nom latin Anna Bolina (Eric Ives, La vie et la mort d'Anne Boleyn: Le plus heureux, 2004).
  5. ^ (FR) L'âge d'Anne Boleyn. Récupéré le 09/04/2013.
  6. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t Antonia Fraser, Six femmes d'Henry VIII, Mondadori, 1997.
  7. ^ à b c Retha M. Warnicke, La chute d'Anne Boleyn: Une nouvelle cotisation, 1985.
  8. ^ à b c et fa g h la j David Starkey, Six Wives: Reines d'Henri VIII, 2003.
  9. ^ Alison Weir, Henry VIII: Le roi et sa cour, 2001.
  10. ^ G.W. Bernard, La Réforme du roi: Henri VIII et la refondation de l'Eglise Inglese, 2005.
  11. ^ Joanna Denny, Anne Boleyn: Une nouvelle vie de la reine d'Angleterre Tragique, 2006.
  12. ^ E.K. Chambers, Sir Thomas Wyatt et quelques études réunies, 1933.
  13. ^ Antonia Fraser, Les Six Wives of Henry VIII, 1996 Mondadori
  14. ^ à b Michael Graves, Henry VIII, 2003.
  15. ^ à b praemunire: Infraction Conformément à vouloir défendre ou maintenir une juridiction papale en Angleterre (Oxford Dictionary Inglese).
  16. ^ Carolly Erickson, Anna Bolena, Mondadori, 2005.
  17. ^ à b c J.J. Scarisbrick, Henry VIII, 1972.
  18. ^ Christopher Haigh, Inglese Reformations, 1993.
  19. ^ à b c et Neville Williams, Henri VIII et sa cour, 1971.
  20. ^ E. Brewer Cobham, 1810-1897. Dictionnaire de phrase et Fable, 1898.
  21. ^ Mike Ashley, Rois britanniques Queens, 2002.
  22. ^ Alison Weir, Six femmes d'Henry VIII, 1991.
  23. ^ à b Christopher Hibbert, Tour de Londres: Une histoire de l'Angleterre De la conquête normande, 1971.
  24. ^ G. R. Elton, Réforme et de la Réforme, 1977.
  25. ^ John Schofield, The Rise Chute de Thomas Cromwell, 2008.
  26. ^ Marie Louise Bruce, Anne Boleyn, 1973.
  27. ^ Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer, 1996.
  28. ^ Simon Schama, Une histoire de la Grande-Bretagne: Au bord du monde: 3000 BC-AD 1603, 2000.
  29. ^ à b Norah Lofts, Anne Boleyn, 1979.
  30. ^ Michael Pratt, Duché de Nelson, Anomaly sicilienne, 2005, p. 48, ISBN 1-86227-326-X.
  31. ^ Hans Holzer, Ghosts I ai rencontré, 1965.
  32. ^ (FR) Le vicaire qui a parlé à Henri VIII. Les secrets d'Anna Bolena, "The Sydney Morning Herald", 31 Juillet 1960. Récupéré le 4 Septembre 2013.
  33. ^ à b Roy Strong, Tudor Portraits jacobean, 1969.
  34. ^ L'historien italien Bernardo Davanzati, dans son Schisme d'Angleterre jusqu'à la mort de Maria reina (Une réduction de deux livres de l'ouvrage précité de Sandero), propose une description de la Boleyn faite par le jésuite britannique: « Il avait une grande personne, les cheveux noirs, le visage long, couleur jaunâtre, de la vésicule presque dispersée, un sopraddente ci-dessus; dans le droit de coller le sixième doigt; sous le menton un peu goitre, qui pour le couvrir, et ses demoiselles d'honneur, scollacciate qui avant de partir, habillé cou; le reste du corps proportionné et beau; bouche très jolie; en cianciare, à émettre des bips, la danse, toutes les formes de jour et vent ont changé, et l'exemple merveille était; âme pleine d'ambition, l'orgueil, l'envie et la convoitise ». (opéra Extrait ceci sur Google Livres. Récupéré le 09/04/2013).
  35. ^ Doyne C. Bell, Avis des historiques Personnes inhumé dans la chapelle de Saint-Pierre ad Vincula dans la Tour de Londres, 1877.
  36. ^ à b Le British Museum - Collection en ligne, britishmuseum.org. Récupéré le 21 Avril, 2014.
  37. ^ Maria Dowling, La place de la femme? L'apprentissage et les épouses du roi Henry VII, 1991.
  38. ^ à b Brian Moynahan, William Tyndale, 2002.
  39. ^ (FR) Inglese Histoire de la Bible - William Tyndale, wayoflife.org. Récupéré le 4 Septembre 2013.
  40. ^ Robert Demaus, William Tyndale, une biographie, 1904.

bibliographie

  • (FR) Maria Dowling, La place de la femme? L'apprentissage et les épouses du roi Henry VII, 1991.
  • Carolly Erickson, Anna Bolena, Milan, mondadori, 2005. ISBN 978-88-04-53756-4
  • Antonia Fraser, Six femmes d'Henry VIII, Milan, Mondadori, 1997. ISBN 978-88-04-42406-2
  • (FR) Christopher Haigh, Inglese Reformations, 1993.
  • (FR) Christopher Hibbert, Tour de Londres: Une histoire de l'Angleterre De la conquête normande, 1971.
  • (FR) Eric Ives, La vie et la mort d'Anne Boleyn, 2004.
  • (FR) J.J. Scarisbrick, Henry VIII, 1972.
  • (FR) David Starkey, Six Wives: Reines d'Henri VIII, 2003.
  • (FR) Roy Strong, Tudor Portraits jacobean, 1969.
  • (FR) Retha M. Warnicke, La chute d'Anne Boleyn: Une nouvelle cotisation, 1985.
  • (FR) Retha M. Warnicke, L'ascension et la chute d'Anne Boleyn: la politique familiale à la cour d'Henri VIII, 1989.
  • (FR) Neville Williams, Henri VIII et sa cour, 1971.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Anna Bolena

liens externes

prédécesseur consort de la Reine d'Angleterre successeur Argent Falcon Badge.svg
Catherine d'Aragon 1533 - 1536 Jane Seymour
autorités de contrôle VIAF: (FR29521340 · LCCN: (FRn79063685 · ISNI: (FR0000 0000 9637 1375 · GND: (DE118649442 · BNF: (FRcb13977076h (Date) · NLA: (FR49513873 · BAV: ADV10272797 · LCRE: cnp01138642