s
19 708 Pages

Joan I
Johannavanconstantinopel.jpg
Joan Monument Courtrai
Comtesse de Flandre
au bureau 1205 -
1244
prédécesseur Baudouin IX de Flandre
successeur Margrethe II
Comtesse de Hainaut
au bureau 1205 -
1244
prédécesseur Baldwin VI de Hainaut
successeur la Margherita
Nom complet Joanna de Hainaut et de Flandre
naissance Valenciennes, entre 1199 et 1200
mort Marquette, 5 décembre 1244
Lieu d'inhumation Marquette
Maison Royale Dynastie des Flandres
père Baudouin IX de Flandre ou VI du Hainaut
mère Marie de Champagne
conjoints Ferdinando del Portogallo
Tommaso di Savoia
enfants Marie, le premier lit
religion catholicisme

Jeanne de Flandre, ou du Hainaut ou Constantinople (Valenciennes, entre 1199 et 1200 - Marquette, 5 décembre 1244), Il a été Comtesse de Flandre et Hainaut de 1205 sa mort.

origine

Giovanna, selon la Genealogical Comitum Flandriæ Bertiniana, Continuatio Marchianensis Elle était la fille aînée de Comte de Flandre, Comte de Hainaut, et aussi le premier empereur dell 'l'empire latin de Constantinople, Baudouin de Flandre et du Hainaut et Marie de Champagne[1], fille, selon la Gisleberti Chronicon Hanoniense, la Comte de Champagne et Brie, Henri I et Maria de la France[2], qui, selon Albrici Chronica Monachi Trium fontium Elle était la fille aînée de Roi de France, Louis VII et Duchesse d'Aquitaine et gascogne et Comtesse de Poitiers, Eleanor[3].
Baldwin de Flandre ou Hainaut, selon à la fois la Gisleberti Chronicon Hanoniense, qui, selon la Albrici Chronica Monachi Trium fontium et Flandria Generosa (Continuatio Bruxellensis), Il était le fils premier-né de Comte de Hainaut, Marquis de Namur et Comte de Flandre, Baldwin V du Hainaut et Comtesse de Flandre, Marguerite d'Alsace[4][5][6].

biographie

Joan, comtesse de Flandre
Portrait de Jeanne Arnould de Vuez.
Joan, comtesse de Flandre
représentation romantique de Jeanne inspirée par son sceau, le peintre belge, Félix De Vigne, Album du cortege des Comtes de Flandre, 1849.

Lorsque Joan était quelques mois, le 23 Février 1200, son père, Baldwin se sont engagés à partir pour Terre Sainte, avec son frère Enrico et son frère, le Comte de Champagne et Brie, Theobald III[7], à laquelle la commande a été attribué à l'unanimité quatrième croisade[7].
Selon le Monasterii Chronica Sancti Bertini auctore Iohanne Longo de Ipra, deux ans plus tard, il est parti pour Baldwin quatrième Croisade, laissant en Flandre la fille aînée, Maria Giovanna et sa femme enceinte pour la deuxième fois[8]..
Même sa mère, Marie de Champagne, selon l'historien britannique, connu médiéviste et byzantiniste, Steven Runciman, tôt 1204 Il est parti pour l'Orient pour rejoindre son mari[9], comptant pour revenir à la Flandre dans la tête quelques années; toujours selon le Monasterii Chronica Sancti Bertini auctore Iohanne Longo de Ipra, mère, escortée par quelques nobles et trois cents soldats, en 1203, Il longea l'océan Atlantique jusqu'à Maroc, puis il a marché Marseille et enfin arrivée à Ptolémaïs en Phénicie, où il pensait trouver son mari et où il est mort[10]. Au moment du départ de la comtesse Maria, la régence de la Flandre et la garde de leurs filles, Joanna et Margherita, passé à son frère Baudouin, Philippe Ier de Namur, tandis que la régence du Hainaut passa à Guillaume de ton oncle.
Toujours selon Runciman, avant d'arriver à Constantinople, Marie a visité la Palestine[9], Elle est en train de mourir dans cette même année Jérusalem[9]; tandis que Flandria Generosa (Continuatio Claromariscensis) Il confirme que Marie était venue par mer Acres[11], où la suite d'une maladie grave (gravibus egretudinibus macéré), Elle est morte[11]. Il a appris l'élection de son mari, mais il est mort de la peste en Août 1204 avant de pouvoir réunir à lui; En fait, son père, après la conquête de Constantinople, en Avril, le 9 mai 1204 avait été élu empereur, puis couronné le 16 mai, Santa Sofia lors d'une cérémonie qui a suivi de près le cérémonial byzantin, où Bonifacio del Monferrato, qui avait combattu le trône impérial à son père, il a affirmé la couronne lors de la cérémonie et a rendu hommage à son rival[12].

Mais en Février 1205 les Grecs, ils n'aimaient pas que leurs églises étaient gouvernés par des évêques latins se sont rebellés et ont été aidés par le tsar de Bulgarie Kaloyan, dont l'alliance proposée avait été rejetée par Baldwin[13]. pour Andrinople, son père, Baldwin est tombé prisonnier du tsar Kaloyan[14].

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bataille d'Andrinople (1205).
Joan, comtesse de Flandre
Joan Seal, à cheval, fauconnerie, dans une pose aristocratique.
Joan, comtesse de Flandre
Les comtés de Flandre et du Hainaut à temps Giovanna.
Joan, comtesse de Flandre
Giovanna avec son premier mari Ferdinand emprisonné après la bataille de Bouvines. XIV siècle, Grandes Chroniques de France, Bibliothèque municipale, Castres.
Joan, comtesse de Flandre
Giovanna avec son second mari Thomas de Savoie. miniature De Hainaut Chronic Jean Wauquelin, ca. 1448-1468.

Pendant un certain temps, le sort de son père est resté incertain et pendant plus d'un an, il était pas sûr de sa mort[15]jusqu'au milieu de Juillet 1206[14]. La confirmation de la mort de Baldwin en prison a été donnée par quelques chevaliers franques, sauvé dans Stenimaco[14]. A Baldwin a succédé sur le trône impérial son frère Enrico, tandis que l'autre frère en Flandre Namur Philip Il a occupé le poste de régent d'accord avec le roi de France Philippe Auguste[16] et les deux filles de Baldwin, Joan et Margherita, Ils ont été menées dans Paris être éduqués[9]. Tout en restant dans France, susceptibles d'influer sur l'avenir Reine de la France, Blanche de Castille, Les deux sœurs sont entrées en contact avec les moines de 'Ordre cistercien[17].

Philippe a ensuite donné la garde de Jeanne, qui a accompagné le domaine familial, à III Enguerrand, seigneur de Coucy (1182circa-1242) Probablement qu'il pense qu'il pourrait l'épouser, un plan qui a échoué parce que Jeanne était mariée avec Ferdinando, qui, selon la Roderici Toletani archiepiscopi De Rebus Hispaniae, Liber IX, VII, 5, RHGF XII, p. 383, était le fils du roi de Portugal, Sancho I[18] et Barcelone Dolce[19](1160-1198), qui, selon le Ex Gestis Comitum Barcinonensium, Elle était la fille de la Reine Aragon, Pétronille et Comte de Barcelone, Raimondo Berengario IV[20]: Selon Flandria Generosa (Continuatio Claromariscensis), La tante de Ferdinand, Teresa (Matilde en Flandre), qu'elle avait été la comtesse femme Flandre, et, même pour une courte période, régent du comté, puis sa femme la duchesse de Bourgogne, Il est intéressé et a pu organiser, 1 212, le mariage de son neveu, Ferdinando del Portogallo (1188-1233) Grâce à son arrière-grand-petite-fille a acquis, le Comtesse de Flandre, Giovanna[21]; le mariage a été célébré à Paris[21].
Immédiatement après le mariage, le couple est allé en Flandre pour prendre possession du comté[21]; mais alors que Joan et Ferdinand étaient sur leur chemin à la Flandre, l'héritier du trône français, son cousin Luigi (La mère de Luigi, Isabelle de Hainault, soeur de Baldwin, père de Jeanne, au moment de son mariage avec Philippe II Auguste, le comté avait apporté une dot de Artois, que Baldwin avait pris de force après la mort de sa sœur), les avait précédés, et non seulement avait occupé le 'Artois[21], la dot de sa mère, mais avait pris possession de la ville de Saint-Omer et Aire, qui étaient dans le comté de Flandre[22]. Joan et Ferdinand ont dû accepter la situation, car il était leur priorité de prendre possession de la Flandre et du Hainaut[22]; Cependant, juste il est entré en possession des comtés, étaient entourés par des associés de confiance[21] et, sans oublier l'infraction, après quelques mois avaient repris contact avec les anciens alliés de Baldwin: John d'Angleterre[22], et, après Philippe II Auguste avait refusé de retourner les deux villes, bien que vassaux du roi de France est devenu une partie de la ligue contre la France, dirigée par l'empereur, Otto IV de Brunswick[22].
Son mari Ferdinand, après que le roi de France, avait envahi les Flandres qui ravagent[23], Il faisait partie de la e'esercito impériale qui se sont opposés à l'armée française et a participé à la Bataille de Bouvines quand Philippe II a gagné et Ferdinand fut fait prisonnier[24]. Pendant que son mari était prisonnier pendant environ douze ans[25], Joan a été autorisé à gouverner le comté au nom de son mari, sous la direction de Philippe II Auguste [24]; Giovanna, a suivi une politique de soumission au roi de France, lui garantissant une protection efficace contre les ennemis[25].
A cette époque, Joan se sont affrontés avec la sœur cadette de son mari Margherita à propos de l'héritage de cette; le problème a duré plusieurs années jusqu'à ce que Margaret a divorcé Burchard d'Avesnes[26].

Giovanna quant à lui tenté d'encourager la production de produits manufacturés en exemptant certains groupes de payer des impôts, comme les habitants de Courtrai qu'ils ont été soulevées par le paiement des 'taxe cadastrales de promouvoir le commerce de la laine tissée dans la ville.

en 1224 un homme est revenu à la maison prétendant être Baldwin, croyait mort il y a vingt ans et bientôt il est devenu un point de collecte pour le mécontentement populaire. le roi Henri III d'Angleterre l'a félicité pour avoir échappé à la captivité, mais quand en mai 1225, a rencontré Louis VIII de la France n'a pas réussi à répondre à plusieurs des questions qui ont été posées[26]. Certains membres du clergé enfin lui identifiés comme tels Bertrand Ray, il a essayé d'échapper, mais Luigi a pris et qu'elle a remis à Joanna qui l'avait exécuté l'année suivante.

Le 5 Avril, 1226 Giovanna et Louis VIII ont signé le traité de Melun[25], où elle a versé 50 000£ pour la liberté de son mari, Ferdinand a été libéré plus tôt cette année après les mains de Blanche de Castille que, régente pour son enfant mineur Louis IX, que le traité a été signé après Ferdinand Melun, qui a assuré la loyauté de Flandre au royaume de France[25].

Selon le Albrici Chronica Monachi Trium fontium, en 1229, la mort du jeune Marquis de Namur, Henri II, son mari, Ferdinand, il voulait lui succéder dans le titre; mais il lui est déjà occupé par la sœur d'Henri II, Margaret (o Sibilla), consort comtesse County Vianden et Ferdinand a deux châteaux: Vieuville près Charleroi et près Golzinne Namur[27].

Son mari, Ferdinando morì 1233: Selon le Hugonis Continuatio Clarimariscensis, Il mort le 26 Juillet[28]; la Willelmi Chronique Andrensis 252, Il note que près de mort noyon et son corps a été inhumé dans un mausolée construit par sa femme, Joan, tant pour l'abbaye de Marquette[29], lieu également confirmé par Albrici Chronica Monachi Trium fontium[30] et Blandinienses Annales[31].

Après la mort de Ferdinand de la main de Joan a été recherchée par Simon de Montfort, Comte de Leicester, un sujet de Henri III d'Angleterre; Cependant, ce mariage était impopulaire, la couronne française qui a parrainé le mariage, qui a eu lieu en effet, entre Giovanna et Tommaso di Savoia, frère Comte de Savoie, Amedeo IV, enfants Thomas I, Comte de Savoie et Margherita (ou Beatrice) de Faucigny, fille de comte Guillaume Ier de Genève. Le mariage a été célébré après son lit de mort la première fille, Maria, en 1237, comment confirmer la Blandinienses Annales[32]; le mariage est également confirmé par le Genealogical Comitum Flandriæ Bertiniana, Continuatio Leidensis et Divionensis[33].

Au cours de sa vie Giovanna a contribué à la création et à l'entretien des monastères, des abbayes et béguinages.

Giovanna morì 1244 à Marquette[26][34]Le 5 Décembre, selon la Nécrologique Sanctæ Waldetrudis[35] et il a été enterré dans Marquette, comme le confirme la Blandinienses Annales[36], à côté de son premier mari, Ferdinand. A Joanna, comme la comtesse de Flandre et du Hainaut, il a été remplacé par sa sœur cadette, Margrethe II[36].
Après la mort du mari de Joan Thomas est revenu à Savoia et, vers la 1251, il a épousé sa seconde femme, la petite-fille de Le pape Innocent IV, Beatrice Fieschi et 1253, il est devenu Comte de Savoie, avec son neveu, Bonifacio.

descente

Joan Ferdinand avait une fille[29]:

  • Maria (1231 - 1236 environ), qui après avoir été orphelin de père a été accepté à la cour française de Louis IX et, 1235, Elle était fiancée au frère du roi, Roberto[26], mais Maria morì avant le mariage.

Par Joan Thomas, il avait pas de fils.

notes

  1. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Genealogical Comitum Flandriæ Bertiniana, Continuatio Marchianensis, à la page 306
  2. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXI, Gisleberti Chronicon Hanoniense, la page 528
  3. ^ (LA) #ES Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium. année 1152, à la page 841
  4. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXI, Gisleberti Chronicon Hanoniense, page 519
  5. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium, 1191 ans, page 868
  6. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Flandria Generosa (Continuatio Bruxellensis), à la page 326
  7. ^ à b D. M. Nicol, "La quatrième croisade et les empires grecs et latins, 1204 - 1261", chap. XIV, vol. III, p. 504
  8. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXV, Monasterii Chronica Sancti Bertini auctore Iohanne Longo de Ipra, capitule 46, 11 pars, pages 823 et 824
  9. ^ à b c (FR) Fondation pour Généalogie médiévale: Comptes FLANDRE - BAUDOUIN de Hainaut
  10. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXV, Monasterii Chronica Sancti Bertini auctore Iohanne Longo de Ipra, capitule 46, 11 pars, la page 824
  11. ^ à b (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Flandria Generosa (Continuatio Claromariscensis, par 12, à la page 330.
  12. ^ D. M. Nicol, "La quatrième croisade et les empires grecs et latins, 1204 - 1261", chap. XIV, vol. III, pp. 514 et 515
  13. ^ M. Dinic, "Les Balkans (1018 - 1499)", chap. XVII, vol. IV, p. 603
  14. ^ à b c D. M. Nicol, "La quatrième croisade et les empires grecs et latins, 1204 - 1261", chap. XIV, vol. III, p. 520
  15. ^ K.M. Setton, « Les Latins en Grèce et la mer Egée par la quatrième croisade, à la fin du Moyen Age », chap. XVI, vol. III, p. 622
  16. ^ Frederick Maurice Powicke, "Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France", chap. XIX, vol. V p. 807
  17. ^ Wheeler, B. et Parsons, J. (2002). Aliénor d'Aquitaine: Lord et Lady. Palgrave Macmillan
  18. ^ (LA) Rapports des Historiens des Gaules et de la France. Tome 12, Roderici Toletani archiepiscopi Hispaniae De Rebus, Liber IX, VII, 5, à la page 383
  19. ^ (LA) Nobiliario del Conde de Barcelos Don Pedro, Hijo del Rey Don Dionisio, Reyes de Portugal, p 30
  20. ^ (LA) Gallicarum et Scriptores Rerum Francicarum, Tomus XII Ex Gestis Comitum Barcinonensium, chap. 17, p 377
  21. ^ à b c et (LA) #ES Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Flandria Generosa (Continuatio Claromariscensis), par. 13h14, pp 330 et 331
  22. ^ à b c Frederick Maurice Powicke, "Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France", chap. XIX, vol. V, p. 812
  23. ^ Frederick Maurice Powicke, "Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France", chap. XIX, vol. V, p. 814
  24. ^ à b Frederick Maurice Powicke, "Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France", chap. XIX, vol. V, p. 815
  25. ^ à b c Henry Pirenne, "Pays-Bas", chap. XII, vol. VII, p. 412
  26. ^ à b c (FR) Fondation pour Généalogie médiévale: comptes de FLANDRE - JEANNE de Fland
  27. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium, 1229 ans, page 924
  28. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIV Hugonis Continuatio Clarimariscensis, 1233 ans Page 101
  29. ^ à b (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIV Willelmi Chronique Andrensis 252, 1233 ans, page 772
  30. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium, 1233 ans, page 933
  31. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus V, Blandinienses, 1233 Annales ans, page 30
  32. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus V, Blandinienses, 1237 Annales ans, Page 31
  33. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus IX, Genealogical Comitum Flandriæ Bertiniana, Continuatio Leidensis et Divionensis, la page 308
  34. ^ (FR) Généalogie: Flandre 2 -Jeanne
  35. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXI, Obituary Sanctæ Waldetrudis, ann0 1244, à la page 619
  36. ^ à b (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus V, Blandinienses Annales, 1244 Page 31

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

  • D. M. Nicol, "La quatrième croisade et les empires grecs et latins, 1204 - 1261", chap. XIV, vol. III (L'Empire byzantin) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 503-558
  • K.M. Setton, « Les Latins en Grèce et la mer Egée par la quatrième croisade, à la fin du Moyen Age », chap. XVI, vol. III (L'Empire byzantin) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 619-658
  • M. Dinic, "Les Balkans (1018 - 1499)", chap. XVII, vol. IV (La réforme de l'Église et la lutte entre les papes et les empereurs) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 596-643
  • Frederick Maurice Powicke, "Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France", chap. XIX, vol. V (Le triomphe de la papauté et le développement municipal) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 776-828
  • Henry Pirenne, "Pays-Bas", chap. XII, vol. VII (L'automne du Moyen Age et la naissance du monde moderne) de l'Histoire du monde médiéval, 1999, pp. 411-444.

Articles connexes

D'autres projets

liens externes

prédécesseur Comtesse de Flandre successeur
Baudouin IX 1205-1244 Margrethe II
prédécesseur Comtesse de Hainaut successeur
Baldwin VI 1205-1244 la Margherita
autorités de contrôle VIAF: (FR23912569 · LCCN: (FRn98041679 · GND: (DE120723867 · LCRE: cnp00561714