s
19 708 Pages

Eleanor de Bretagne
Eleanor de Bretagne

Eleanor de Bretagne (1184 ou 1185 - Corfe Castle, 10 août 1241) Fille de Godfrey de la Grande-Bretagne puis neveu Henri II d'Angleterre, Il a été emprisonné avec son frère Arturo pour la main de l'oncle John d'Angleterre qui craignaient leurs prétentions au trône d'Angleterre.

la famille

Eleanor de Bretagne est né en 1184 ou 1185 de Geoffrey II, duc de Bretagne et Costanza di Bretagna, un ou deux ans quand il est devenu orphelin de père et Eleanor a ensuite été élevé par son oncle paternel Richard Cœur de Lion et grand-mère Aliénor d'Aquitaine, la tradition dit que Eleanor se souvint de son père, avec des cheveux blonds foncés, yeux bleus lumineux et un nez crochu. Roi Richard, en 1196, en l'absence de ses héritiers directs, Arturo nommé son successeur. Cette initiative avait apporté plus de misère que tout, Arturo et mère, le long de la route menant de Nantes un Normandie, Ils ont été enlevés par Ranulph de Blondeville, le jeune homme a été libéré peu de temps après que les soldats royaux, tandis que Constance est resté emprisonné jusqu'à ce que la 1199.

De nombreux projets et mariage inutile

Pendant ce temps, Eleanor était devenu un enfant et aussi un pion majeur du double. Le roi Richard avait vu brouiller les intentions d'épouser sa sœur Jeanne d'Angleterre avec Al-Adil I, frère du chef Sarrasin, Saladin, Il a proposé le neveu comme une épouse possible, mais ne pas tenir compte de l'époux avait également fait naufrage ce projet. Trois ans plus tard, 1193 Eleanor a été engagé pour Frédéric Ier de Babenberg, fils de Duc d'Autriche Léopold V de Babenberg, mais le jeune Federico morì prématurément 1198 avant le mariage a eu lieu. Peu de temps après avoir selon la rumeur d'un mariage possible entre Eleanor et Louis VIII de France, fils de Philippe II de France, mais, peut-être pour ce projet a sombré la désapprobation de l'Empire romain Saint de l'Empereur, emmenant avec lui les bonnes relations entre Richard, Philippe et Bretagne. Le fossé a été exacerbée par l'interdiction de la famille de Philippe lieu Odo III de se marier une femme de la famille de Richard.

Le 6 Avril, 1199 Richard et Eleanor sont morts, puis quinze ans et son frère de douze Arturo ils se sont retrouvés au centre de la lutte pour la succession. entre 1199 et 1200 Eleonora est possible qu'il entra Angleterre et il capturé par John d'Angleterre, à l'appui de cette hypothèse, il semble que Arturo lui est peiné de l'emprisonnement de sa sœur et John lui-même, mais une fois qu'il avait gagné la lutte pour la succession John n'a jamais mentionné la capture de Eleonora[1]. Contre cette hypothèse est le fait que, une fois disparu dans Arturo 1203, John d'Angleterre il n'a pas trouvé héritiers légitimes, et peut-être le jeune neveu pourrait être préférable aux revendications de Roi de France. Cette année, cependant, a été le premier dans lequel est apparu clairement que la jeune fille avait été emprisonné dans 1204 roi Philippe II de France il a demandé en vain sa libération, et elle était prisonnière dans son château natal de Corfe. Quatre ans plus tard, 1208, la mort d'Arturo était considérée comme certaine, et beaucoup, le clergé et la noblesse, a commencé à laisser mijoter, les évêques de cette même année Nantes, Vannes et Cornouaille tenté de libérer Eleonora, la tentative a échoué et les participants du régime ont été sévèrement punis[2]. Eleonora forcé le roi Jean de renoncer à leurs droits au duché de Richmond et celle de Grande-Bretagne, une fois mort de Constance, Eleanor devrait être nommée duchesse de Richmond et la Grande-Bretagne, mais les Bretons craint une ingérence possible et intolérable par John (qui voudrait gouverner le duché au lieu de son neveu ou sa mariée à un vassal fidèle à lui) et au lieu nommé demi-sœur, Alix de Bretagne duchesse Eleonora, fille de Costanza di Bretagna et son troisième mari Guy de Thouars (est décédé le 13 Avril 1213). Il pas allé au duché de Richmond à la place passé dans les mains du souverain. Les Bretons ne semblent pas être pleinement conscient des conditions d'Eleanor comme ils devraient pouvoir avoir à la maison, Eleonora même devait écrire aux clercs nobles bretons et décrivant son emprisonnement et en leur demandant d'envoyer une délégation en Angleterre pour traiter sa libération c'est le seul document signé par Eleonora qui est resté[1].

Les années de captivité

en 1213 John utilisé pour faire du chantage Eleonora Pierre le Grande-Bretagne, tentant de lui avec la sœur et le duché de Richmond, Ceux-ci cependant sont restés fidèles à la France après l'arrestation de son frère Roberto a eu lieu en Nantes. Cette même année, Giovanni dichiarò que 'Angleterre Il était fief du pape et Le pape Innocent III Il a plaidé en vain gardien d'Eleanor. L'année suivante, John est allé Aquitaine et Poitou avec son fils Richard de Cornouailles et Eleanor, qui a traité comme si elle était sa reine, afin d'impressionner les Bretons et les pousser, en vain, de demander de régler sur le trône Ducal Eleonora quoi d'autre ne serait pas que la marionnette de John. de plus en 1214 le noble Breton traité pour la libération d'Eleanor, sans succès, et à partir de ce moment, pas roi d'Angleterre lui a permis d'utiliser le titre de duchesse de Bretagne[1]. en 1215 a éclaté Guerre des Premières Barons qui a conduit à la signature par John d'Angleterre de Magna Charta et il a été demandé la libération de tous les otages gallois et écossais plus au roi, mais aucune partie des hommes a été faite à Eleanor, une femme[1]. en 1216 confrontation complète avec la noble Giovanni morì laissant comme héritier du jeune Henri III d'Angleterre aussi jeunes que neuf, Eleonora a essayé à nouveau faire valoir leurs droits d'héritage, mais personne ne l'a écouté les vues du droit de naissance d'Henri et son emprisonnement est venu dans la douzième année officielle. Sa prétention au trône a également été soutenu par Papa Onorio III et quand les Français, sous la demande des barons, a envahi le pays, la demande d'Eleanor est devenue une menace sérieuse, John était convaincu que le jeune homme n'aurait pas été libéré et donc ils ont vu les régents William Marshal et Hubert de Burgh, Cependant, ils ont dû trouver nécessaire pour adoucir un peu ses conditions de vie. Sous le règne de Henri III d'Angleterre Eleanor est restée dans un état de semi-incarcération et sa survie a même été impliqué dans le traité de paix avec France conclu après sa tentative d'invasion a échoué.

La vie en prison

Eleanor a toujours été considéré comme un « prisonnier d'Etat », bien que le mariage avait été promis de ne jamais marié et était toujours bien gardé, mais il n'a jamais été enfermé dans une cellule, à partir de l'adolescence. Bien qu'il affirme que Eleanor était morte de faim, en fait probablement presque mené une vie confortable, bénéficiant d'un minimum de liberté de mouvement dans le palais o castelli où elle a été séparée maintenue[3]. Sous le règne de Henri III d'Angleterre Il avait un style semblable à la vraie vie, a reçu des dons de la famille royale et pouvait recevoir des visites shérifs, huissiers de justice et anciens du pays où il était, il a été prouvé sa bonne santé, et le roi fourni pour la subsistance. Parmi la liste des choses les envoyer à John et Henry comprendre l'équipement d'Amazon, des preuves qui pourraient être à l'extérieur, bien gardée, quand dans 1209 roi envoya ses filles Margaret, qui a ensuite épousé Hubert de Burgh et Isabelle, comme otages au roi Jean, ont été mis en collaboration avec Eleanor et les rapports parlent d'un style de vie presque luxueux. en 1221 on a dit que quelque étranger ne l'enlever pour la libérer, en 1225 a été son geôlier vouloir être accusé de kidnapping de le livrer à Roi de France, vrai ou non qui était Eleanor a été déplacée de la côte et emprisonné à l'intérieur du pays.

Après 39 longues années d'emprisonnement Eleonora a donné son âme le 10 Août 1241, Elle est en train de mourir dans le château où elle est née.

notes

  1. ^ à b c Eleanor de Bretagne et son traitement par le roi Jean et Henri III de Gwen et Seaborne. Brepols Publishers
  2. ^ ascendance Plantagenet: une étude dans les familles médiévales et coloniales, Douglas Richardson et Kimball G. Everingham
  3. ^ Vies des ANGLETERRE Monarchs H. Eugene Lehman

D'autres projets