s
19 708 Pages

Simon de Montfort IV
Simon de Montfort. Peinte en 1835.

Simon de Montfort IV, en français Simon de Montfort IV (1165 à propos - Toulouse, 25 juin 1218), Il était seigneur de Montfort-le Amaury et le cinquième comte de Leicester[1], Comte de Toulouse, duc de Narbonne, vicomte Béziers et le vicomte Carcassonne. Il commandait croisade des Albigeois, de 1209 un 1218.

Il était le fils de Simon III le Chauve (-1181?), Seigneur de Montfort et le comte d'Evreux, et la comtesse de Leicester Amicia, fille de Robert III de Beaumont, comte de Leicester (1124-1190).

biographie

en 1181 Il a succédé à son père dans le titre de baron de Montfort, tandis que le comté d'Evreux passa à son frère cadet Amaury V.

en 1190 marié Alice de Montmorency (-1221?), fille de Bucardo V Montmorency (-1189?) et sœur de Matthieu II de Montmorency (-1230?) connestabile (Connétable) De la France, l'un des leaders du quatrième croisade.

en 1199 Il a donné l'adhésion à participer à la quatrième croisade abbé Guy ensemble de Vaux de Cerney. en 1202 Il est opposé en vain à 'Siège de Zadar, de se conformer à la lettre (perdue) de Le pape Innocent III. Que les croisés sont allés à Zadar Palestine, par Hongrie et en Italie à partir de Barletta et il est retourné en France en 1204.[2]

Dans la même année, il est mort sans héritiers, l'oncle Robert de Leicester et Simone, avec sa mère, a demandé le titre de comte de Leicester, titre qu'il a obtenu avec sa mère, entre la fin de 1206 et au début 1207, mais n'a même pas reçu la possession de la propriété féodale en rapport avec le titre, parce que le roi d'Angleterre Jean sans Terre avait confisqué les biens du comté anglais de Leicester, Il cherche des dettes contractées par Simon de Montfort[citation nécessaire].

en Août 1209, après le rejet de l'engagement dans la croisade contre albigenses par le Duc de Bourgogne et comptes Nevers et Saint-Pol[3], Simon a été nommé capitaine général de l'armée des Croisés albigeoise, et avait agi avec une brutalité sans précédent de la conquête et le pillage des Béziers. Narbonne et d'autres villes se sont rendus, ne résistait Carcassonne, qui a capitulé le 15 Août et le vicomte fut emprisonné Raimondo Ruggero.

Nommé vicomte de Béziers et Carcassonne 1210, l'occupation continue des territoires des hérétiques et 1 212 Il avait atteint les territoires Comté de Toulouse. un synode a été convoqué en Lavaur où le comte de Toulouse, Raymond VI, a été invité à se dégager de l'héritage de la mort du pape, Pietro di Castelnuovo,[4] eu lieu dans 1208, dont le nombre a été considéré comme l'instigatrice.
Considéré comme le comte Raymond coupable, l'occupation de ses territoires a continué, malgré les protestations du roi d'Aragon, Pierre II,[5] contre les empiétements commis contre le comte de Toulouse et de ses vassaux.

Simon de Montfort IV
la Bataille de Muret par un miniature le quatorzième siècle.

en 1213 la croisade contre l'hérésie repris de la vigueur, en particulier dans Toulouse, contre Raymond VI. Pourtant, il est intervenu dans le litige en droit du roi d'Aragon, Pierre II,[6] déjà craint que la croisade même touchant ses sujets, et les comtes de Foix comminges, et que, après, sans succès, au pape Innocent objet d'un appel III, il a décidé de prendre le terrain contre les croisés à la tête d'une coalition de Toulouse comtes de Foix et le vicomte Comminges et de Béarn. Pierre déclara la guerre à Simon de Montfort et le 12 Septembre 1213, en bataille de Muret, non seulement il a été battu, mais a aussi perdu sa vie. Elle fut conquise par Simon Toulouse.

en Novembre 1215 Raymond VI était Rome de faire valoir leurs arguments devant le Quatrième Concile du Latran, qu'il a condamné l'hérésie catharisme (Inhérente à la Trinité) et soutenu la croisade sans condition. Simone a été reconnu comte de Toulouse, alors que la manière du roi de France pour rendre le comté de Toulouse son vassal ont été anéantis. En outre, le Conseil de Latran, Raymond ont également été pris hors des territoires qu'il possédait au sein de l'Empire, et sans consulter l'empereur, laiton, que, après la catastrophe Bouvines l'année précédente, il avait pris sa retraite dans ses terres, et ont été attribués à Simon, qui avait mené la croisade. Puis, 1215, Simone est devenu comte de Toulouse et duc de Narbonne et le roi d'Angleterre, Jean sans Terre, est pacifié avec lui et a rendu, par son neveu Ranulph de Gernon, la terre qu'ils avaient saisi en 1207.

en 1216, le 16 Avril, en Melun, Simone a rendu hommage au roi de France Filippo Augusto.

à partir de 1216 Raymond VI, avec le soutien de son fils, Raimondo, l'avenir Raymond VII, a commencé la reconquête du comté, jusqu'à ce que la reprise de Toulouse, qui a eu lieu le 12 Septembre 1217, aidé par la rébellion de Toulouse, qui a conduit Simon de la ville. Simone puis immédiatement assiégea la ville. Simone morì devant les murs de Toulouse en 1218, frappé par une pierre lancée par un Machine à jet par gérées par des femmes.[7] Il a laissé les titres sur le sol français au fils premier-né Amalric (1195 - 1241), qui a pris la direction de la croisade et est devenu l'agent de la France comme son oncle Matteo, tandis que le titre du comte de Leicester est allé au plus jeune fils Simon (1209-1265), qui est revenu en Angleterre à la cour du roi Henri III.

descente

Simon de Montfort IV
Plaque commémorative de la mort de Simon de Montfort
Simon de Montfort IV
La mort de Simon de Montfort.
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Croisade des Albigeois.

Simone et Alice ont eu sept enfants:

  • Amalric (1195 - 1241), seigneur de Montfort connétable de France, marié, en 1220, la Viennois Béatrice, fille de dauphin Guigues VI de Viennois et sa première épouse Béatrice de Sabran;
  • Guido de Montfort (A propos 1197-1220), comte de Bigorre après le mariage, en 1216, la comtesse de Bigorre, Pétronille;
  • Roberto Monfort, est probablement mort jeune;
  • Simon de Montfort (1209 - 1265), la sixième Comte de Leicester, morts Bataille d'Evesham;
  • Amicie, qui a épousé le seigneur de Château-Regnard (-1252?);
  • Laura, qui a épousé le monsieur Piquigny, Gerardo II;
  • Pétronille, abbesse du monastère cistercienne Saint-Antoine.

notes

  1. ^ Ne pas confondre avec son fils Simon de Montfort, sixième Comte de Leicester.
  2. ^ par Pierre de Vaux de Cernay, son partisan
  3. ^ Même le roi de France, Filippo Augusto, dans laquelle le Le pape Innocent III, avait demandé de mener la croisade, il avait refusé d'engager, car il n'a pas l'intention d'interférer avec les nobles qui n'étaient pas ses vassaux. seulement en 1222, Il a demandé à son fils, Luigi d'intervenir dans la croisade.
  4. ^ Pietro di Castelnuovo (ou Castelnau) (? -1208), Dans 1203, Il a été envoyé dans le comté de Toulouse et dans d'autres comtés et les Visconti du sud de la France de Le pape Innocent III, à la tête d'une délégation de pouvoir missionnaires portant legatizi, à savoir que papale légats.
  5. ^ Pierre II était le frère de Raymond VI, qui, 1203 Il avait épousé la sœur de Pierre, Eleonora d'Aragon (1182 - 1226), Fille du roi Alfonso II d'Aragon (1157 - 1196), En mettant fin aux désaccords entre la maison d 'Aragon et le comté de Toulouse.
  6. ^ Pierre II, le 16 Juillet, 1 212, Il a été l'un des vainqueurs des rois chrétiens Bataille de Las Navas de Tolosa, contre Mori de andalusi.
  7. ^ voir Z.Oldenbourg - rapports de Chanson de la Croisade

Sources primaires

Pierre de Vaux de Cernay est un témoin direct de la plupart des actions de Simon Monfort à la fois au cours quatrième Croisade que pendant la Croisade des Albigeois:

  • (LT) moines Petri Vallium Sarnaiihystoria Albigensis édité par Pascal Guebin et Ernest Lyon, Paris 1926
  • (FR) Peter de les Vaux-de-Cernay Historie Albigeaoise traducteurs Pascal Guebin et Ernest Lyon, Paris 1951
  • (FR) Pierre de Vaux les-de-Cernay L'histoire de bthe Croisade des Albigeois Trad. W.A.Sibly M.D.Sibly Boydell Press Rochester N.Y. ISBN 0 85115 80972

bibliographie

  • Brenon, Anne. Les Cathares, l'histoire et le destin des vrais croyants (Le visage du Catharisme vrai), Convivio, Florence, 1990
  • Domenico Dante, Le temps est arrêté. Une brève histoire des Cathares en Occident, Palomar, Bari 2009.
  • Duvernoy, Jean. Le Catharisme. la religion, 1976.
  • Duvernoy, Jean. Le Catharisme. L'histoire, 1979.
  • Nelli, René. La vie quotidienne des Cathares du Languedoc au XIII siècle, Paris: Hachette, 1969.
  • E. F. Jacob, innocent III, en l'histoire du monde médiéval, vol. V, 1980, p. 5-53
  • Austin Lane Poole, L'interrègne en Allemagne, en l'histoire du monde médiéval, vol. V, 1980, p. 128-152
  • A. G. Little, Les ordres mendiants, en l'histoire du monde médiéval, vol. V, 1980, p. 599-640
  • Frederik Maurice Powike, Les règnes de Filippo Augusto et Louis VIII de France, en l'histoire du monde médiéval, vol. V, 1980, p. 776-828
  • Rafael Altamira, Espagne (1031-1248), en l'histoire du monde médiéval, vol. V, 1980, p. 865-896
  • Zoè Oldenbourg Le siège de Montségur Garzanti 1990

Articles connexes

  • Liste des comtes de Barcelone
  • Liste des ducs d'Aquitaine
  • Liste des Marquis de Provence
  • Liste des ducs de Bourgogne
  • Liste des Dukes, des rois et des comtes de Provence
  • Empereurs du Saint-Empire romain
  • Comté de Tripoli
  • quatrième Croisade

D'autres projets

prédécesseur Comte de Leicester successeur
Robert de Beaumont, quatrième comte de Leicester 1204-1218 Simon de Montfort
prédécesseur Comte de Toulouse successeur Languedoc.png Armoiries
Raymond VI 1215-1218 Raymond VI
autorités de contrôle VIAF: (FR29379466 · LCCN: (FRnr89008050 · GND: (DE118885499 · BNF: (FRcb11964267w (Date) · LCRE: cnp00541322