s
19 708 Pages

Exarchat de l'Italie
Informations générales
Nom officiel Exharcatus Italiae
Nom complet Exarchat de l'Italie
capitale Ravenne
divisé en éparchies (580-584):
Annonaria
Calabre
Campanie
Æmilia
Urbicaria

Exarchat de l'Italie et dans les districts (584-697):
Pentapoli
Rome
Naples
Calabre
Ligurie
Venise et Istrie

exarchat et duchés (697-751):
Rome
Venise
Naples
Calabre
administration
exarques liste
évolution historique
maison 584?
fin 751
précédé par succédé
Drapeau du grec orthodoxe Church.svg Préfecture de l'Italie drapeau États pontificaux
Drapeau de la République sérénissime de Venice.svg Duché de Venise
aigle à deux têtes de l'Church.svg grecque orthodoxe Duché de Naples
Drapeau du grec orthodoxe Church.svg Duché de Calabre
cartographie
Italie Carte byzantine et longobarda.jpg

L 'Exarchat de l'Italie (Alias Exarchat de Ravenne) Il était un district administratif de 'l'Empire byzantin comprenant, entre la VI et l 'huitième siècle, la plupart des territoires byzantins de l'Italie. Le lieu était Ravenne et le terme Exarchat plus tard a continué à décrire en particulier la zone autour de la capitale, y compris Pentapoli formé par Ravenne, forlì, Forlimpopoli, classe et Césarée.

histoire

La préfecture de l'Italie par Honorius la Reconquête de Justinien

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: préfecture prétorienne de l'Italie.
exarchat d'Italia
Italie Justinien, érigé en 584 à Exarchat

en 395 Théodose I Il légua le trône de 'Empire romain deux fils: Arcadio Il était empereur d'Orient; Honorius il est devenu Empereur de l'Empire romain occidental. À la suite de l'Empire romain ne sera jamais retournée sous un seul chef.

La Préfecture de l'Italie a subi en Ve siècle l'invasion des barbares: le premier à franchir les Alpes était alaric, roi des Wisigoths. Il est venu Aquilée en 401 et à partir de là, il a continué Milan, que assiégée (402). Honorius, ne se sentant plus en sécurité, il a déménagé à Ravenne et mis en place la nouvelle capitale de l'Empire d'Occident.

en 476 Ravenne est tombé à un coup d'Etat militaire du général Odoacre qui, à la tête d'une milice de mercenaires Hérules, CSRII et rugi turcilingues (c.-à-composante germanique des troupes impériales), évincé Romolo Augusto et il a saisi la ville. Le royaume d'Odoacre, le premier royaume barbare existe en Italie, répartis sur toute la préfecture, mais était de courte durée: en 493 Odoacre a été battu par le roi de Ostrogoths, Théodoric, qui est devenu le nouveau souverain de l'Italie. le nouveau royaume ostrogoth établi par Théodoric, il a continué à maintenir, comme avant, l'organisation provinciale et de l'État romain.

Vers le milieu de VIe siècle l'empereur Justinien I Il a commencé une série impressionnante de campagnes pour la reconquête de 'Ouest et en particulier dell 'Italie. Dans la péninsule de l'empereur commença la longue et sanglante guerre contre les Goths. en 539 Il a été repris Ravenne, capitale de la Goths et le siège de la préfecture, et la Byzantins Ils ont commencé à parler de vous possédez Préfets. La longue campagne ne fut achevée qu'en 552-553 avec expédition décisive générale Narsete.

Le 13 Août, 554, avec la promulgation en Constantinople par Justinien un pragmatique sanction (pro petitione Vigilii) (Pragmatique sur les demandes papa Vigilio), La Préfecture de l'Italie est tombé, mais pas encore complètement pacifiée, dans le domaine romain.[1]

Narses était encore en Italie avec des pouvoirs extraordinaires et a également réorganisé les structures de défense, administratives et fiscales. Dans la défense des quatre commandements militaires, ils ont été alloués préfecture, un à Forum Iulii, un à Trento, un sur la plus grande région et des lacs de Côme et enfin une au Hautes Alpes et Graie.[2]

Invasion Lombard

exarchat d'Italia
Italie après l'invasion de Longobardi en 568.

en 568 Justin II, suite aux protestations des Romains,[3] retiré du poste de gouverneur Narsete, remplacer par Longino. Le fait que Longin est indiqué dans les sources primaires[4] comme préfet indique que l'Italie a statué comme préfet du prétoire, bien qu'il ne peut pas exclure que ce fut aussi le général en chef des forces italo-byzantine.[5]

juste 568, Cependant, l'Italie a été envahie par Longobardi roi Alboino; l'invasion réelle et motifs exacts ne sont pas claires. Selon la légende, les Lombards ont été invités à piquer Narsete, en colère contre l'empereur et de l'impératrice.[6] Cependant, ce récit, est considéré comme peu fiable par l'historiographie moderne.[7] Les historiens modernes croient plus probable que les Lombards ont envahi l'Italie plutôt que poursuivi par l'expansionnisme des Avars.[8] D'autres chercheurs, cependant, dans un effort visant à renforcer la crédibilité de l'invitation de la rumeur de Narses, émis l'hypothèse que les Lombards ont peut-être été invités à l'Italie par le gouvernement byzantin avec l'intention de les utiliser comme foederati pour contenir les attaques de francs, mais leurs déclarations ne sont pas vérifiables et universellement partagée.[9] Selon la version rapportée par Paul Diacre, le jour de Pâques la 568 Alboino est entré en Italie. La population barbare entrée par la Alpes juliennes, Il a remporté le premier Forum Iulii, forçant la garnison byzantine, peu nombreux par rapport aux envahisseurs, à se replier avant de degré, puis successivement, en passant par la via Postojna, sur Trévise, Vicenza et Vérone. en Septembre 569 les Lombards viennent Milan. Il y a eu plusieurs hypothèses sur les raisons de Byzance n'a pas eu la force de combattre l'invasion:[9]

  • le manque de troupes italo-byzantines
  • l'absence d'un tacticien habile après le licenciement de Narsete
  • la trahison probable de Goti présente dans les garnisons que, d'après certaines théories, ouvrirait les portes des Lombards
  • l'aversion de la population locale pour la politique religieuse de Byzance (schisme tricapitolino)
  • la possibilité que ce sont les Byzantins eux-mêmes d'inviter les Lombards dans le nord de l'Italie pour être utilisé comme foederati
  • pestilence suivie d'une famine avait affaibli l'armée italienne byzantine
  • la prudence de l'armée byzantine en général, au lieu de faire face aux envahisseurs a souffert avec le risque de souffrir nell'organico graves pertes, a attendu l'ennemi se retira avec leur butin, et seulement intervenir en cas de besoin.

Ainsi, dans Soixante-dix du siècle les Lombards ont mis leur capitale à Pavie conquérir tous au nord de la péninsule, sauf pour les côtes de la Ligurie et de la Vénétie. Le Centre et le Sud est plutôt formé les duchés de Spoleto et Benevento, dont les ducs fondateurs (Zottone Bénévent et Faroaldo Spoleto) ne semble pas être venu en Italie avec Alboin, mais selon certaines spéculations - désormais la majorité - serait même d'arriver en Italie avant le 568, comme foederati Empire Service de rester en Italie après la guerre gothique; seulement 576, après l'échec de l'expédition contre les Lombards du général byzantin Baduarius,[10] la foederati Lombards de Spolète et Bénévent se tournent vers Byzance, la formation de ces deux ducats autonomes.[11] Après la naissance de deux ducats Lombard sud, maintenant Rome a été ouvertement menacé et 579 lui-même fut assiégée; la Sénat romain les demandes envoyées à l'aide à l'empereur Tibère II, mais ceux-ci - étant engagés sur front de l'Est - ne pouvait pas aider mais recommander au Sénat de corrompre le Lombard avec de l'argent dukes pour les inciter à passer à l'Empire et combattre dans l'est de Byzance contre le service Perse, ou d'acheter une alliance avec Franks contre les Lombards.[12]

exarchat d'Italia
Italie 580, divisé en éparchies, selon Giorgio Ciprio. Carte basée sur la reconstruction des comptes PM, non sans ses critiques.

la Roman Descriptio orbis de Giorgio Ciprio, travail géographique écrit au début du VIIe siècle, divisée en cinq provinces ou éparchies Italie byzantine:

  • Urbicaria, comprenant les biens byzantines en Ligurie, Toscane, Sabine, Piceno, Lazio côtière (y compris Rome);
  • Annonaria, comprenant les biens byzantines de Venise et Istrie, dans Æmilia, Nord Apennins et Flaminia;
  • Æmilia, comprenant les biens byzantines dans la partie centrale dell'Æmilia, à laquelle on ajoute l'extrémité sud-ouest de Venise (Cremona et ses environs) et l'extrémité sud-est de la Ligurie (avec Lodi Vecchio);
  • Campanie, comprenant les biens byzantines du Campanie côtier, nel Sannio et dans le nord de 'Pouilles;
  • Calabre, comprenant les biens byzantines du Cilento, dans Lucania et le reste de 'Pouilles.

Certains chercheurs, croyant la confiance du Roman Descriptio orbis Giorgio Ciprio, ils croyaient que la division de l'Italie en cinq éparchies serait le résultat d'une réforme administrative présumée Italie mis en œuvre autour 580 empereur Tibère II, Il avait avancé à certains égards, la fondation exarchat, construit quelques années plus tard. Selon ces chercheurs, comme Bavant, avec la division de l'Italie en cinq éparchies et l'introduction ultérieure de « traits limitanei », il serait tenté d'améliorer les défenses des territoires résidus restés dans les mains impériales afin qu'ils soient en mesure de repousser assauts des Lombards, ayant échoué toutes les tentatives (y compris l'envoi de Baduarius) pour les expulser de l'Italie.[13] D'autres savants (comme Cosentino), cependant, ont mis en doute l'existence de cette réforme administrative alléguée, jugeant peu fiable la section du travail de l'Italie Giorgio Ciprio, qui, étant très probablement arménien, a été probablement mal informé sur l'Italie et peut-être pris ou sous-entendus de la division de l'Italie en cinq éparchies par les sources incohérentes ne sont pas directement de la chancellerie impériale, entraînant une non-fiabilité générale de cet article; En outre, une telle subdivision en cinq éparchies Italie, pour dire le Cosentino, serait également aller contrairement à ce que rapporté par des sources Italique contemporaines, telles que la correspondance Papa Gregorio Magno et épigraphes.[14]

La réforme mauricienne: naissance dell'Esarcato

Le Exarchat est né à la suite d'un changement administratif qui a touché l'Italie et l'Afrique entre 572 et 582.[15] En Italie, la militarisation des résidus de territoires byzantins était en raison de la nécessité d'améliorer leurs moyens de défense, pour faire face à la menace lombarde. La séparation des droits civils de militaires avaient été le pilier de la politique impériale, de Dioclétien à Constantin. L'unification des deux pouvoirs était une nécessité imposée par les événements. L'autorité civile n'a pas été supprimée immédiatement, mais il a perdu de plus en plus importante au profit des officiers militaires, qui accentrarono pouvoirs civils et militaires.[16]

Les provinces, en dépit de la persistance des charges civiles (telles que préfet du prétoire de l'Italie), Étaient subordonnées aux commandants du gouvernement militaire, appelé duces;[17] au fil du temps, le terme Duché a commencé à se chevaucher avec celle de la province. la duces, ou magistri militum, Ils étaient à la tête des armées régionales, alors que dans la défense des villes individuelles étaient des lieux régiments (numéros) D'environ 500 soldats au cours de laquelle la tête il y avait un tribunus ou vient.[18] Les ducs dépendait directement de 'exarchat, Gouverneur général de la domination byzantine en Italie. L'exarque avait un lien entre l'autorité civile que le militaire et vécu à Ravenne, dans le palais de Théodoric. Il a nommé directement par l'empereur, théoriquement tenu dans toute l'Italie (à regendam omnem Italiam). Le exarque a été choisi le club exclusif de ceux qui avaient la charge de patrice (Patrice).[16]

La première mention de l'Exarchat de l'Italie est dans une lettre de Papa Pélage du 4 Octobre 584. La lettre de nomination, à un moment donné, le patricien Decio; Il parle dans une autre partie de l'exarque, sans préciser si vous parlez en fait de la même personne.[19] Plusieurs chercheurs indiquent Decio comme le premier exarque connu.[20] D'autres sont plus prudents.[21] Dans cette lettre, nous comprenons que Ravenne était en danger car il est dit que "Exarchus Il ne pouvait pas offrir de l'aide à Rome contre Longobardi comme déjà à peine il a réussi à défendre leur ville.

Maurizio, en 584, Il a réformé les territoires organisation exarchat de dans sept districts, strictement contrôlées et régies par l'exarque de Ravenne:

exarchat d'Italia
La ville et l'exarchat Pentapoli.
  1. l 'exarchat bon (de la rivière Panaro à Ravenna);
  2. la Pentapoli;
  3. la Duché romain;
  4. la Ligurie;
  5. la Venise et l 'Istrie;
  6. la Duché de Naples
  7. la Duché de Calabre (Comprenant le bruzio et la partie sud de 'Pouilles).

La population locale était nécessaire pour contribuer à la défense du territoire, qui devait soutenir les soldats professionnels.[22] Il était donc de former une machine défensive efficace des autres zones, principalement situés sur la côte, où plus on pouvait sentir le pouvoir impérial et flotte byzantine.

Il est engagé dans d'autres fronts contre des ennemis redoutables Avari et Sassanides, Maurizio ne pouvait que combattre les Lombards par l'alliance avec le Franks, instigateurs d'envahir Longobardia. Le roi des Francs Childebert II envahi la première fois sur le territoire Lombard en 584, mais les Lombards ont réussi à obtenir sa retraite en payant un péage.[23] Ce fut à cause de cette incursion que les Lombards ont été résolus pour élire un nouveau roi Autari après dix ans d'interrègne et de l'anarchie ( "période Dukes»). Une seconde invasion franque, qui a eu lieu l'année suivante ne portait pas de fruits à cause de l'armée d'invasion désunion.[24] En même temps, Byzance a essayé de corrompre certains ducs lombards en essayant de les obtenir de leur côté: l'un d'entre eux, Droctulf, Il a repris l'Empire la ville de classe.[25] En 585, il a été signé avant une trêve, d'une durée de trois ans, entre les Lombards et les Byzantins.

Pendant ce temps, en matière religieuse, il a été consommé dans ces années une crise profonde due à ce qu'on appelle Schisme des trois chapitres. Le contraste a été causé par la condamnation, à l'occasion de Conseil œcuménique Cinquième, en 551 par l'empereur Justinien, les écrits de trois théologiens orientaux, cru par monophysites dans le parfum d'hérésie, parce qu'il a accusé d'être proche de nestorianisme. Rome était suffisante à la volonté impériale, mais archevêques Milan et Aquilée avaient refusé d'obéir et avaient déclaré schismatiques. Milan était revenu, peu de temps après, sur ses pieds, mais Aquilée est resté ferme dans ses buts, proclamant patriarcat et les Lombards ont profité politiquement spalleggiando aquileiense le patriarche. en 587 la question a explosé lorsque le patriarche d'Aquilée a été arrêté en degré, dont elle avait son siège, ainsi que quelques évêques istrienne, pour l'ordre exarque Smaragdus, puis emprisonné à Ravenne pendant environ un an, où il a été contraint de renoncer au schisme. Une fois libéré et retourné à Grado, cependant, il est revenu à marier thèse schismatique, fomenter les protestations des employés évêques du Patriarcat d'Aquilée pour l'attitude Smaragdus et l'exarque a été rappelé à Constantinople.

A sa place, il s'installe Giuliano qui, très probablement, il est resté au pouvoir pendant quelques mois.[26]

Le Papa Gregorio Magno Pope

exarchat d'Italia
Les territoires byzantins au début septième siècle, après les conquêtes de souverain Lombard Agilulfo.

Après Giuliano, le bureau de exarque a été assumée par Romano, qui a repris ses opérations militaires contre les Lombards. en 590 est venu alliance étroite avec la Franks de Childebert II, dans le but d'annihiler les Lombards. Le roi franque a envoyé une armée en Italie, dont une partie est dirigée Vérone, tandis que les Byzantins, dirigé par l'exarque, attaquant les Lombards conquis Altino, Modena et Mantova et obtenir la soumission des ducs lombards de Parme, Plaisance et Reggio. Après les premiers succès, cependant, juste au moment où les Lombards étaient sur le point de se rendre, tout à coup les Francs rentra chez lui, et puis ne pas revenir sur le champ de bataille.[27] Les Byzantins ne sont plus en mesure de mener la guerre, ainsi Byzance fanée la dernière chance de conduire les Lombards et de restaurer l'unité de la péninsule. Le exarchat a repris un peu de terrain, mais après cette campagne, les conditions socio-économiques de la péninsule était encore détériorée.

591 En outre, le Duc de Spolète, Ariulf de Spoleto, vient de monter au dukedom, il a commencé à mener une politique expansionniste au détriment des Byzantins, capturer les villes de couloir ombrienne qui reliait Rome à Ravenne et assiégeant la Ville Eternelle même, dont il a pris sa retraite seulement après avoir extorqué la ville ont attaqué un hommage; Pendant ce temps, Napoli a également été menacée par les Lombards de Bénévent. L'exarque n'intervient dans l'aide de Rome, en dépit de demandes d'aide de Papa Gregorio, qui, après le siège, il écrivit à l'archevêque de Ravenne, John, se plaindre du comportement de l'exarque, qui « refuse ... pour combattre nos ennemis et nous interdit de faire la paix ".[28] Papa Gregorio, en fait, compte tenu de l'inaction du pouvoir impérial, a essayé de négocier la paix avec les Lombards, afin d'alléger les souffrances de la population romaine a commencé, l'activité politique et temporelle de l'Eglise de Rome.

exarchat d'Italia
Papa Gregorio Magno a été l'un des adversaires de la politique exarque romaine.

en 592 Roman, a appris que Papa Gregorio était en pourparlers avec le duché de Spolète pour une paix séparée, agitée à rompre les négociations, un peu parce qu'ils ne tolèrent pas l'insubordination du pape, qui était en train de négocier avec l'ennemi sans autorisation impériale , un peu parce qu'ils font la paix à ce moment-là reconnaîtrait la salle ombrienne dans les mains Lombard, qui l'exarque pas censé se produire. En 592 Juillet, donc, l'exarque, à partir de Ravenne, atteint par la mer de Rome et Ville Eternelle définies pour reprendre les villes de l'Ombrie Corridor: après une courte campagne, il a réussi à les libérer.[29] Cette initiative, comme prévu, a rompu les négociations de paix que Papa Gregorio avait commencé avec les Lombards, provoquant une nouvelle détérioration des relations avec le pape, qui se sont plaints du comportement plus tard exarque, que vous aviez empêché réussissait à une trêve « sans frais pour l'Empire » avec les Lombards. La campagne romaine n'a pas généré mais seulement la colère du pape, mais aussi la réaction du roi Agilulfo, Pavie qui défilaient dans la direction de Pérouse, où il a exécuté le traître duc Lombard Maurisione, coupable d'avoir livré la ville Empire, puis assiégèrent à Rome (593), dont il a pris sa retraite seulement après avoir extorqué 5.000 livres un hommage d ' or.[30]

Papa Gregorio Magno a continué à faire pression pour la paix, en essayant de convaincre Severus, l'un des fonctionnaires (avec la position de l'école) de Romano, pour convaincre 'exarchat de signer une trêve avec les Lombards,[31] mais sans aucun résultat appréciable; En effet, ses tentatives ont souffert de la désapprobation empereur Maurizio.[32] Les pourparlers de paix ne vont pas en avant parce que de plus en plus exarque entravées romaine « , dont la méchanceté est encore pire que les épées des Lombards, si bien que semblent faibles par rapport aux ennemis qui massacre les tribunaux de la République qui nous consument de vol qualifié ... »[33] (Donc, écrit Papa Gregorio Magno à l'évêque de Sirmium dans la première moitié du 596), et, en 596, certains affichés sur une colonne Ravenne une écriture satirique insultant le pape et sa politique pour parvenir à la paix, qui voulait excommunier les auteurs de l'acte.

Après la mort de Roman (596), il est devenu exarque Callinico, qui a montré beaucoup plus malléable que son prédécesseur. Avec lui, par la médiation de papa Gregorio, il est venu 598 un répit, bien que deux ans « armé », durable, avec le roi Lombard Agilulfo.[34] en 601, Cependant, l'exarque de la rébellion a profité de Lombard dukes del Friuli et Trento, capturant la fille du roi ainsi que d'autres membres de la famille. Les Lombards ont réagi rapidement et conquirent Mantova, Cremona, Padoue et monselice.[35]

en 603 Smaragdus est revenu au gouvernement de Ravenne et le pape se pencha en arrière dans la lutte contre schismatiques tricapitolini. Le nouveau Exarque, ne pas être en mesure d'attendre l'aide de l'Orient, ne pouvait que secouer une trêve avec les Lombards, qui a été renouvelé d'année en année jusqu'à la fin du royaume Agilulfo.[36] Pendant ce temps, en 604, Papa Gregorio Magno est mort.

Royaumes de Phocas et Héraclius

En 605, la trêve de deux ans a expiré, les Lombards ont occupé Bagnoregio et Orvieto, après la trêve a été renouvelé pour un an et a expiré ce, pendant trois ans.[37]

en 606 grâce à l'intervention de Smaragdus il a été élu nouveau patriarche à Grado, en faveur de Rome: Cet événement a provoqué une nouvelle faille dans l'Eglise, avec l'élection d'un autre patriarche d'Aquilée de thèse schismatique encore marié, soutenu par les Lombards. Bien que le schisme a été reconstruit à la fin du septième siècle, En fait, la séparation entre les deux patriarcats de Venezie aurait été destiné à durer plusieurs siècles.[38]

Smaragdus est resté en fonction jusqu'à au moins 608, quand il était pour la dernière fois dans les sources (épigraphe CIL VI, 1200, sur la dédicace d'une statue en l'honneur de Foca à Rome); on croit qu'il a été remplacé, sous scellés ou sous Héraclius, par un certain Photius, dont on ne sait rien, sauf qu'il était exarque.[38] Pendant ce temps à Byzance Héraclius, déchu Foca, il est devenu empereur romain. Ils ont commencé une série de réformes qui ont changé radicalement la physionomie de l'État romain d'Orient, de sorte qu'en 629 la même titolatura impériale a changé de Imperator Caesar Augustus - Aυτοκράτωρ Kαîσαρ Aΰγουστος (Empereur Cesare Augusto) à Bασιλεύς (Re).[39] A Ravenne, sous le règne d'Héraclius, ils sont devenus exarques, successivement, John I Lemigio, Eleuterio et Isacio.

exarchat d'Italia
Papa Bonifacio V: Eleuterio avait l'intention d'aller à Rome pour lui être couronnées « empereur de l'Occident. »

le exarque Jean (appelé Lemigio à partir d'une très tardive source), il a continué à renouveler la paix avec les Lombards. Le défaut de paiement de l'argent généré, mais l'armée sérieuse séditions à Ravenne en 616, auquel la population, exacerbée par le système fiscal excessif, ce qui a occasionné l'assassiner de l'exarque John et la République des juges avait peut-être aussi prendre part.[40] Presque simultanément Naples révolté, élire un souverain indépendant de Byzance, Giovanni Consino. L'empereur Héraclius a immédiatement réagi: il a envoyé son cubiculario Eleuterio, Il a nommé exarque, avec une petite armée pour étouffer la sédition en Italie. Refoulé avec une extrême dureté du soulèvement de Ravenna, l'exécution de l'émeute,[41] l'exarque déplacé avec l'armée dans la direction de Naples et, après un arrêt à Rome, où il a été reçu chaleureusement par Papa Adeodato I, aussi il a écrasé la révolte napolitaine de Giovanni Consino, signée, ainsi que ses disciples, afin de Eleuterio.[42] Retour à Ravenne, il a payé aux soldats Roga, à savoir le penny de retard, et, selon le biographe de Papa Adeodato, ce qui a provoqué le retour de la paix en Italie, signe que les émeutes ont été en raison d'un retard dans la paie.[41] Après avoir essayé en vain de combattre les Lombards, il est vaincu à plusieurs reprises par le duc Sundrarit et forcé de payer un tribut de 500 livres d'or, Eleuterio a décidé en 619 usurper la pourpre, se proclamant empereur de l'Occident: selon le savant Bertolini, l'exarque rebelle l'intention était de « donner à l'Italie un empire indépendant, l'empire de rang égal à l'Est "[43] mais il ne peut être exclu, tel que revendiqué par T.S. Brown, que « Sa seule ambition contemplassero la création, en byzantin, un gouvernement autonome. »[40] Peu de temps après avoir pris la pourpre, Eleuterio est allé par l'archevêque de Ravenne Jean IV, est susceptible d'être couronné par lui (au moment de la pratique d'un nouvel empereur a été couronné par un ecclésiastique)[44]; L'archevêque, a toutefois évité de prendre cette responsabilité, craignant peut-être la colère de Héraclius si l'usurpation avait été réprimées; il a conseillé,[45] plutôt Eleuterio d'aller à Rome pour être couronnées dans l'ancien Caput Mundi,[45] ou pape (D'après Ravegnani)[44] ou Sénat romain (Selon Bertolini).[43] Eleuterio, considérant précieux conseils, a commencé les préparatifs pour le voyage.[46] Selon le savant Classen, ce fut le « premier sacre mars à Rome dans l'histoire du monde. »[47] Comme il approchait de la Luceoli Castrum avec un petit suivant, l'exarque a été tué par des soldats rebelles fidèles à Héraclius.[45]

exarchat d'Italia
Le Exarchat du milieu septième siècle, après les conquêtes du Lombard rotari.

Après une courte période 619-625 qui était peut-être l'exarque « patrizio Gregorio » qui, selon Paul Diacre est devenu traître coupable du meurtre des ducs de Frioul Tasone et Caco,[48] en 625, il a atteint un nouveau Ravenne exarque, Isacio, d'origine arménienne, appartenant probablement à la famille de Kamsarakan.[49] En arrivant, il a reçu une lettre de l'exarque Papa Onorio I, Elle lui demande d'aider le roi des Lombards Adaloaldo de reprendre le trône de usurpatogli Arioaldo, mais l'exarque a décidé de rester neutre, favorisant Arioaldo, afin qu'il puisse garder le trône.[48] Selon un rapport d'une fiabilité douteuse du journaliste des Francs Fredegar, environ 630 Arioaldo contacté Isacio, lui demandant de tuer traîtreusement le rebelle duc de Tasone Tuscia, offrant en échange de la réduction de la charge que l'exarchat a dû payer aux Lombards de trois à deux cents ans.[50] Isacio ensuite contacté Tasone, l'invitant à venir à Ravenne pour serrer le désarmèrent mon alliance; Cependant, lorsque Tasone exarchat est entré dans la capitale, il a été attaqué par des soldats tout à coup Exarque, qui l'ont tué; Arioaldo, satisfait du résultat, il a tenu sa promesse de réduction fiscale.[50] L'histoire de Fredegar, cependant, est soupçonné d'être très similaire, mais avec quelques différences,[51] avec l'incident du meurtre des ducs de Frioul Tasone et Caco comploté pour oderzo (Veneto) par le patrizio Gregorio entre 619 et 625 rapporté par Paul Diacre.[48]

Sous Isacio il y avait une nouvelle escalade des tensions avec l'Eglise romaine: Héraclius, dans ces années, en fait, avait promulgué le 'ecthèse, à savoir un édit dont l'Empereur est intervenu dans les conflits christologique sanctionnant la double nature humaine et divine du Christ, Mais le caractère unique de sa volonté, monothélisme. La mesure a rencontré une résistance sérieuse à l'Ouest et Isacio réagi sur brutale. en 640, exploiter le mécontentement des soldats pour les longs retards dans la rémunération, chartulaire Maurizio incité à commettre l'armée de prendre des représailles contre la pontife, accusé d'avoir détourné l'indemnité due, puis, au bout de trois jours de siège, a été saisi le trésor de l'Eglise romaine gardée de Latran.[52] Peu de temps après son arrivée à Rome aussi Isacio, qui bannit certains membres du clergé, a fait l'inventaire du trésor saisi et envoyé en partie à Constantinople Héraclius et une partie garda pour lui.[53] Plus tard (environ 642), Isacio a dû faire face au soulèvement de Rome même Maurizio, qui a obtenu le soutien des soldats dans les forts environnants accusant l'exarque d'avoir l'intention d'usurper la pourpre.[54] Isacio envoyé le chambellan et magister militum Don de la Ville Eternelle pour réprimer la révolte,[54] Mission couronnée de succès: Maurice, abandonné par ses propres hommes, a été capturé dans une église à Rome que ab Praesepe[54] et, pour l'ordre exarque, décapités à Cervia et sa tête exposée au cirque de Ravenne.[55] Les autres prisonniers, emprisonnés en attendant de connaître leur valeur, ont été sauvés grâce à la mort subite de l'exarque (qui a eu lieu, selon le témoignage d'un hostile Liber Pontificalis, par une intervention divine), qu'il a provoqué leur libération.[55] Il est possible que Isacio a été tué par les Lombards au cours de la Bataille de Scultenna en 643 (voir ci-dessous).[56]

Pendant ce temps, avec l'accession au trône du roi rotari, Il a eu lieu en 636, au nord a augmenté la pression Lombard. Rotari attaqué et pris d'assaut dans 639 Oderzo et Altino, la dernière dans la ville 'arrière-pays vénitien toujours dans les mains byzantines, ce qui oblige les habitants de Oderzo pour passer à Eraclea, tandis que ceux de Altino à Torcello.[57] en 643 Rotari attaqué exarchat et, selon Paul Diacre, il infligée Bataille de Scultenna une sévère défaite byzantine (probablement l'exarque lui-même a péri pendant la bataille), même si la victoire va Lombard Rotari redimensionnée parce qu'il n'a pas réussi à conquérir Ravenne ou ses environs, un signe que, malgré la perte, les Byzantins avaient réussi pour arrêter l'avance du roi Lombard.[56] Le vide du pouvoir créé en byzantin après la bataille (et l'exarque de mort probable) a permis de toute façon rotari pour occuper le byzantine Ligurie.[58]

Le règne de Constans II

Mort Héraclius et ses successeurs immédiats et est devenu empereur constant II, celles émises en matière religieuse la fautes de frappe, par laquelle il a aboli l'édit Eraclean, mais en même temps interdit aux discussions christologiques.[56] L'Église romaine était opposé et papa Martino I condamné le monothélisme et les deux édits impériaux. Constant puis envoyé deux exarques successifs avec des instructions pour arrêter le pape: premier Olimpio, qui a gouverné l'Exarchat pendant quelques années, à défaut de sa mission et de la mort de la peste alors qu'il se préparait à faire face aux Arabes en Sicile; par la suite Teodoro Calliope, qui défilaient sur Rome et a réussi à arrêter le pape et le prendre à Constantinople 654.[59] Martin, après avoir été emprisonné et ont subi l'humiliation sévère, a été accusé de trahison sénat et il a été condamné à mort. Cependant, la peine, a été suspendue par Constant II et de la peine de mort a été commuée en exil à perpétuité Kherson. Sa place a été prise par papa Eugenio I, élu parce agréable à Constant.

en 663 la même constante débarqua avec une armée Taranto de mener une guerre contre les Lombards Benevento, qui assiégea.[60] Il est intervenu le roi Lombard Grimoald, qui a forcé constante à lever le siège et de revenir à Naples; d'ici Constant, elle a fait une dernière tentative de prendre le duché de Bénévent envoyer général Saburro contre le duc de Bénévent Romualdo, mais il a réussi à infliger une défaite décisive sur les Byzantins forino, après quoi les aspirations irréalistes de Reconquête de tramontarono constante.[61] De Naples, l'empereur puis se rendit à Rome, où il a été accueilli par le nouveau pape et les Romains - ce fut la première fois depuis la chute du Ouest qui empereur romain pied dans le vieux transferts de fonds ont capitale -, fermandovisi une dizaine de jours avant de retourner à Naples puis aller vers Syracuse, où il pose sa résidence, afin de mieux contrôler les mouvements des Arabes.[62]

Pour son régime autoritaire et l'augmentation des impôts excessifs, et bien sûr pour sa politique hostile religieuse à l'Église romaine, Constant avait encouru la haine de la population et 668 a été organisé un complot qui l'a assassiné. Les conspirateurs élus de usurpateurs empereur Mezezios; cependant Constantin IV, fils de Constant selon l'une au moins des sources primaires,[63] dès qu'il a été informé, il a décidé de venger la mort de son père en personne assumer le commandement de l'expédition de destituer l'usurpateur et reprendre le contrôle de la Sicile. Une fois vaincu et exécuté l'usurpateur et vengé la mort de son père, Constantin est revenu à Constantinople. Selon les historiens modernes de la révolte, il a été réprimée Mezezios exarque et non par Constantin IV.[64]

Le début de la crise

Sous le successeur Constantin IV l'Empire byzantin se trouvait dans un combat mortel contre arabe et Bulgari. Pendant ce temps, les relations entre l'Eglise de Rome et de Constantinople, deterioratisi sous le règne de Constans, améliorée: l'empereur en fait révoqué entre 676 et 678 autocéphale (à savoir la séparation de l'Eglise de Ravenne de la juridiction du pape), établie par Constant en 666 dans une tentative d'enlever le pouvoir de l'Eglise, et 680 avec Sixième Conseil œcuménique convoquée par l'empereur a été condamné Monothelitism.[65] de plus en 680 Il a été signé un traité de paix avec le royaume lombard qui, pour la première fois les Byzantins aux Lombards ont reconnu la possession des territoires qu'ils occupaient en Italie.[66]

La paix de 680, cependant, n'a pas empêché les Lombards de Bénévent se développer au détriment des Byzantins: en 687 une armée lombarde dirigée par le duc de Bénévent Romualdo Le groupe a traversé la rivière Bradano, la frontière entre les deux Etats, subjuguer le Pouilles byzantine dont Brindisi et Tarente. Après ces campagnes de domination byzantine conquête dans les Pouilles et la Calabre ont diminué presque au sud de la Calabre et Otranto et Gallipoli.[66]

avec Justinien II les relations avec le Pontife romain sont revenus à se détériorer à la suite des décisions prises par le Conseil de Trullo contrairement au culte occidental, en ce qui concerne le mariage de clergé et samedi à jeun. Après l'opposition Le pape Sergius I, l'empereur a envoyé le protospathaire Zacharie pour le capturer et le prendre à Constantinople, semblable à ce qui est arrivé à Martin I quelques décennies plus tôt.[67] Sur les nouvelles, les armées esarcali opposés et même Zaccaria sont venus demander une protection au pape, se cachant même sous son lit.[67] Le exarque semble qu'il n'a pas pris part à cette opération, très probablement parce que le poste était vacant au moment.

Justinien Destitué 696, sous le règne de Leonzio, il a donné un fort caractère martial organisation exarchat, le remplacement d'un certain nombre de gouvernorats districts militaires, les duchés: la Rome, de Venise, de Calabre, de Lucania, de Naples.

En 701, il est devenu exarque Theophylact, contre laquelle ils se révoltèrent Italiens armées, pour des raisons inconnues, peut-être pour des raisons économiques.[68] Dans la défense de l'exarque, à ce moment-là à Rome, je pris le parti Papa Giovanni VI, qui a réussi à calmer les rebelles, ce qui permet l'exarque de Ravenne portée.[68] Pendant ce temps, 702, Il a fallu offensive place par les Lombards de Bénévent Duke Gisulfo qui a remporté trois villes du Latium (Sora, Arpino et Arce), Menacer Rome elle-même; le pape a pu le pousser à prendre sa retraite, mais les trois villes conquises étaient dans les mains Lombard.[68]

Pendant ce temps, le nouvel archevêque de Ravenne, heureux, il se rendit à Rome en Avril, 709 afin de recevoir la consécration du pape, cependant, a refusé de signer le cautio et le soi-disant indiculum iuramenti. Cet épisode doit être lié au différend entre les églises romanes et Ravenne en raison du désir de la seconde pour échapper à la domination de la première. Selon le Liber Pontificalis, l'archevêque de Ravenne a souffert « pour le jugement divin et la sentence du prince des apôtres Pierre, » la juste punition pour l'arrogance et l'insubordination montré à cette occasion contre le pontife, et fut déporté à Constantinople puis aveuglé, lors de la répression impitoyable contre Ravennati ordonné par l'empereur Justinien II. Il n'y a pas de consensus sur ce qui a motivé Justinien II a ordonné la répression contre Ravenne. la Liber Pontificalis, dans la suite du récit, rapporte que l'exarque Giovanni Rizocopo, après la réunion Papa Costantino (708-715) à Naples en 710 Octobre et tuant quatre dignitaires ecclésiastiques à Rome pour punir l'Église romaine pour insubordination à la politique religieuse impériale suite à la Conseil Quinisexte, quand il est revenu à Ravenne, Il a payé pour « jugement divin » les fautes commises juste en cours d'exécution dans un « plus mort honteuse »;[69] probablement il a été lynché lors d'un soulèvement populaire à Ravenne.[70] Certains chercheurs placent l'expédition punitive après l'assassinat de Rizocopo, et je crois que la motivation était de punir la population pour avoir lynché l'exarque.[71] D'autres chercheurs mettent plutôt l'assassinat de Giovanni Rizocopo après l'expédition punitive, reliant à la révolte de George, et de motiver la répression impitoyable par le désir de punir l'Eglise de Ravenne pour insubordination à la politique religieuse impériale: Justinien II, avec l'intention de maintenir « le soutien du pape, il voulait punir le Ravennati tant pour la demande autocéphalie, tant pour l'insubordination montré au moment de Zacharias, quand a pris le parti du pape, ce qui empêche l'arrestation et la déportation dans la Sergio Est Papa .[72]

Quels que soient les motifs avaient été, l'empereur ordonna Teodoro, Stratego Sicile, pour atteindre Ravenne avec la flotte, soutenue aussi par vénète et navires illyriennes, pour mener à bien l'expédition punitive.[71] Une fois, il est arrivé, il a invité un certain nombre d'aristocrates locaux lors d'un banquet au sens de l'amitié, mais ceux-ci, attirés par la tromperie dans les navires, ici, ils ont été arrêtés et emmenés à Constantinople, où ils ont tous été tués, sauf l'archevêque, celui-ci aveuglé .[71] Ravenne, dit-on, a été pillée par l'armée byzantine. Immédiatement après le départ de la flotte byzantine, en 711 population Ravenne se sont rebellés dirigée par un certain George, et le soulèvement se répandit rapidement aux villes de forlì, Forlimpopoli, Cervia et d'autres villes voisines. On ne sait pas comment le soulèvement a pris fin, mais Ravenne était revenu à l'obéissance quelques mois plus tard, lorsque la tête de l'empereur Justinien II, détrôné et mis à mort par le nouvel empereur Philip Bardanes, Il a été promené dans les rues de la capitale de l'Exarchat.[71]

En 711/713, il était au lieu de la population de Rome à la révolte, en raison du soutien monothélisme par le nouvel empereur Philippicus: Même le soulèvement a rejoint le Dux Rome byzantine, Christopher, alors Philippicus a été obligé d'envoyer un nouveau duc, Pierre, pour tenter de réprimer la révolte.[73] L'armée et le peuple de Rome, dirigé par le rebelle Duke Christopher, cependant, réussi à vaincre en Battaglia Pietro et les troupes sont restés fidèles à l'empereur.[73] Lorsqu'en 713 Philippicus a été détrôné en raison d'une révolte, le nouvel empereur Anastase II abolit Monothelitism et envoyé à Rome une nouvelle exarque, Scholastic, qui a réussi à mettre fin à l'insurrection promettant que si la révolte avait cessé le peuple Rome ne serait pas puni pour insubordination; Scholastic a également nommé Peter Duke de Rome a déjà été mentionné plus tôt.[73]

Ces actes continus de rébellion démontrent que dans la seconde moitié de septième siècle, les tendances autonomistes de l'aristocratie locale et le rôle de la tempête politique croissante de l'Eglise de Rome avaient conduit à un affaiblissement progressif de l'autorité impériale en Italie.[74]

La chute de l'Exarchat

exarchat d'Italia
Les possessions en italique 744.

en 726 l'empereur Leo III interdit le culte de images sacrées, mais cette mesure a constaté une forte opposition en Italie et, déjà dans la tourmente pour l'augmentation des impôts, les armées de maritime de Venise, Pentapolis et dell'Esarcato se révoltent et ont élu leurs dirigeants. De plus, ceux-ci ont également été sur le point de nommer un antimperatore, mais papa Gregorio II, il se mit à la tête des insurgés a réussi en partie à les retenir, car même l'Empire d'Orient devait se défendre contre les Lombards. Cependant, il ne pouvait, empêcher l'esarca Paolo serait assassiné par les émeutiers.[75] Une flotte a été envoyé de la Sicile pour venger Paul, mais il a été détruit par la milice de Ravenne.

en 728 il est devenu exarque Eutichio. Le nouveau exarque est alors arrivé Naples, où il a éclos une tentative d'assassinat (et n'a pas) à la vie du pape, Grégoire II.[76] , Il se tourna ensuite vers les Lombards: a réussi, en fait, au roi corrompu Liutprando, dont déchira la promesse d'un soutien contre Grégoire II, en échange d'un soutien militaire dans la soumission duchés byzantine Spoleto et Benevento autorité du roi. Alors que Eutychius était à la tête des émeutes qui ont déstabilisé l'Exarchat, cependant, le pape a pu rencontrer Liutprando et le ramener à son côté.[77] en 730 l 'iconoclasme Il est devenu la doctrine religieuse et le culte des images ont commencé ainsi à être persécutés. Le nouveau pontife, Grégoire III, Il a condamné la doctrine, avec le résultat que l'Église Leone a confisqué de nombreuses propriétés en Calabre et en Sicile.[78] Cependant, l'exarque, conscient de sa propre fragilité et vu toutes les tentatives d'arrêter ou de tuer le pape à l'échec en raison de l'opposition des troupes stationnées dans la ville, ont prudemment décidé d'établir de bonnes relations avec le pape, faisant de lui les dons et en évitant d'appliquer les décrets iconoclastes.[78]

Pendant ce temps, en profitant des conflits religieux entre l'Empire et l'Eglise, la pression des Lombards sur les territoires Exarchat considérablement augmenté. en 732[78] (Ou peut-être en 739) même Ravenne a été conquis pour la première fois depuis Ildeprando, neveu Liutprando, et Peredeo, Duc de Vicenza. Le esarca Eutichio réparé lagune de Venise et, aidé par la flotte vénitienne Duke Orso, Il a réussi à revenir à Ravenne. Ildeprando Peredeo a été capturé et tué.[78] Encouragé par le succès, le duc byzantin de Pérouse a tenté de reprendre Bologne, mais l'attaque a échoué.

en 739 le nouveau pape, Grégoire III, a mis ses ducs de Spolète et Bénévent contre Liutprand, ce qui incite ces derniers à envahir le centre de l'Italie: l'exarchat et Duché de Rome Ils ont été dévastés, et occupé le Liutprando couloir ombrienne, Il est revenu trois ans plus tard.[79] en 743, tandis qu'à Rome, il est monté au trône pontifical papa Zaccaria, Le roi Liutprand avait l'intention de Ravenne reconquistar, et a attaqué la saisie Exarchat Cesena. Le esarca Eutichio, se sentant directement menacé, a fait appel à l'aide au pape, qui est personnellement allé à Pavie pour convaincre le roi de retourner exarque conquis les territoires et a réussi à le faire.[80]

exarchat d'Italia
Les territoires byzantins en Italie après la chute de l'Exarchat, en 751, travailler Astolfo.

Liutprando est mort en 744: puis lui a succédé avant Ildeprando Rachis. Celui-ci a suspendu les conquêtes de ses prédécesseurs et a signé une paix avec l'Exarchat.[81] En 749, cependant, il a envahi et assiégea Pentapoli Pérouse. Convaincu de se retirer du pape, à son retour à Pavie, il a été destitué par la faction Lombard opposé à la paix avec Byzance, qui a élu roi Astolfo.[81] Ceux-ci, réorganisé et renforcé l'armée,[82] immédiatement il est allé à l'offensive contre les territoires italiens encore soumis (bien plus que le nom en fait) à l'Empire byzantin. En 750, il a envahi du nord occupant la Exarchat Comacchio et Ferrara; en été 751 Il a réussi à conquérir "Istrie puis la même Ravenne, capital et symbole du pouvoir byzantin en Italie.[81] Il s'installa dans le palais de l'exarque, qui a été assimilé au palais royal de Pavie comme le centre du royaume lombard.[83] Le 4 Juillet de cette année Astolfo a promulgué son premier document du palais de l'exarque, intitolandosi « roi des Lombards que Dieu a donné au peuple des Romains, traditium nobis Domino populum Romanorum».[15]

exarchat d'Italia
La donation faite par Pépin le Bref la terre de 'Exarchat de Ravenne un Le pape Etienne IICe moment est considéré comme la naissance du État de l'Église.

l'empereur Constantin V Il a essayé de récupérer l'Exarchat avec la force de la diplomatie en envoyant des ambassadeurs à Astolfo pour tenter de le pousser à rendre les territoires conquis empire. Mais le roi des Lombards ambitieux n'était pas prêt à renoncer à ses réalisations, et aspirait à la conquête de même Rome, ouvertement menaçant Le pape Etienne II, qui a prétendu que la Duché romain un quantifie serait rendre hommage à tant de fonds d'or tout comme les habitants du duché. Lorsqu'en 753 le roi lombard occupé la forteresse Ceccano, en territoire romain, le pape, comme l'échec de toutes les négociations et a noté que l'Empire d'Orient ne pouvait pas fournir une aide militaire concrète, il a décidé de se tourner vers les Francs, à ce moment-là gouverné par Pépin le Bref.[84] En Janvier 754, le pape est allé en France, rencontre avec Pippin à Ponthion. Il a accepté l'appel à l'aide du pape, et entreprit de persuader la noblesse franche.

Vous avez le feu vert à l'envoi par les nobles franques lors d'un régime Quierzy (Carisium en latin) le 14 Avril, 754 (jour Pâques), En Août de la même année Pippin court pour la première fois en Italie, en battant Astolfo près Susa et le forçant à céder certains territoires non spécifiés. Astolfo, cependant, reculait de ses plans belliqueux et 756 ont envahi à nouveau le duché romain, capturant Narni et assiéger Rome: le pape Étienne II a exhorté à nouveau l'aide de Pépin, qui est descendu en Italie la même année, battu à nouveau lombards et Astolfo forcé de céder Exarchat et Pentapolis au pape au lieu de l'Empire (Don de Pepin).[85] Les Byzantins bien sûr protesté contre et, avec deux envoyés envoyés par le roi franque, ils lui ont demandé de retourner l'exarchat au propriétaire légitime, à savoir l'Empire d'Orient; mais Pepin a répondu par la négative, qui avait rejeté les deux ambassadeurs.[86] Ainsi est né un État de l'Église indépendante de Byzance et protégé par les Francs.

entre 773 et 774 Le successeur de Pippin sur le trône de France, Carlo Magno, Il est venu en Italie suite à la demande d'aide Le pape Adrien Ier contre le roi désir et il a conquis la capitale du royaume lombard, Pavie. Charles lui-même appelé depuis lors, « le roi des Francs et des Lombards pour la grâce de Dieu » (Gratia Dei et Langobardorum Francorum rex), Création d'une union personnelle des deux royaumes. Le roi a gardé son leges Langobardorum mais il a réorganisé le royaume sur le modèle français, avec des comptes au lieu de Dukes.[87]

Quant à l'Italie du sud, les Pouilles, la Basilicate et la Calabre sont restés ancrés dans la main impériale pendant trois siècles; d'autres territoires, comme Naples et Gaeta, est tombé, peu à peu, de la domination de Constantinople et la Sicile Elle fut conquise par arabe.[88]

Nell '876 les Byzantins, finalement défait les Saracens, rétabli sa domination sur Bari. Constituée en thema Longobardia, Ce territoire a été gouverné par un fonctionnaire qui était initialement le titre de strategos ou patricien, 970-976 des strategos a été placé dans l'emploi d'un Catapano (ou catepan, traduit par « surveillant », du mot grec katapános est alors dérivé de « capitaine ») qui a également répondu stratégistes Calabre et LucaniaMoyens tous les territoires contrôlés par ce fonctionnaire est ainsi devenu connu sous le nom Catépanat d'Italie.

Cronotassi de exarques de l'Italie

à partir de au exarchat[89] Empereur de Byzance description
584? 584? Decio? Maurizio Patrick était dans une lettre de Papa Pélage II du 584; plusieurs chercheurs ont identifié avec l'exarque sans nom mentionné dans la même lettre.
585 588/ 589 Smaragdus Maurizio Il est devenu connu pour sa ténacité contre schismatiques tricapitolini de Venise, en raison de laquelle il a été rappelé à Constantinople.
588? 589/ 590 Giuliano Maurizio Certificat d'inscription sur Mars 31589; on ne sait rien de lui; son mandat a duré quelques mois de toute façon.
589/590 595/ 597 Romano Maurizio Il a essayé, en alliance avec les Francs, de soumettre les Lombards. Il des différences doctrinales et politiques avec Papa Gregorio Magno (590-604).
596/ 597 602/ 603 Callinico Maurizio Persuadés par Papa Gregorio, il a signé une trêve de deux ans avec les Lombards (598). En 601/602, il a fait prisonniers à Parme parents du roi Agilulfo, provoquant une guerre avec les Lombards avec beaucoup de défaites pour les Byzantins. Rappelé à Constantinople pour les nombreuses défaites.
603 608 Smaragdus Foca Dans son second mandat, il a signé une trêve avec les Lombards, qui a été renouvelé d'année en année. La dernière fois est attesté que Exarque est 608, quand il a construit une colonne en l'honneur de Foca. Il est ignoré lorsque terminé son mandat, en théorie avec l'élévation de Héraclius à l'empereur (610).
608? 613? Photius? Foca/Héraclius Mentionné dans la vie hagiographique de saint Théodore de Sykeon comme exarque, il était probablement entre la fin du règne Foca et le début du règne d'Héraclius. On ne sait rien de lui.
615? 615? John I Héraclius Tué en 616 par une révolte (probablement armée) éclata à Ravenne.
616 619 Eleuterio Héraclius Sedo durement des émeutes ont éclaté à Ravenne et à Naples. Il a combattu sans succès lombards menée par le duc Sundrarit. Il a usurpé la pourpre et a essayé de marcher sur Rome pour être couronné empereur d'Occident par le pape, mais il a été tué à Luceolis Castrum par des soldats fidèles à Héraclius (619/620).
619 625 Gregory? Héraclius Paolo Diacono Gregory raconte l'histoire d'un patricien qui a tué traîtreusement les ducs de Frioul Tasso du Frioul. Étant donné que les exarques tiennent habituellement le titre de patrice, il est possible que Gregory était un exarque.
625 643 Isacio Héraclius Il a traité d'une dureté extrême de la papauté, le punir pour son opposition à la politique religieuse séquestrant impériale gardée trésor du pape au Latran (640). Il a essayé en vain de s'opposer à la politique expansionniste du roi Rotari, probablement être tué dans la bataille de Scultenna (643).
643 645? Théodore I constant II Publié par l'empereur en Italie après la mort d'Isaac. Remplacé dans le 645 par Platon.
645? 648? Platon constant II On sait peu de son mandat. Rappelé à Constantinople en 649.
649 652 Olimpio constant II Sur les ordres de l'empereur, il a tenté d'assassiner le pape, mais a échoué. Peu après l'empereur se sépare Empire Italie. La révolte a pris fin en 652 lorsque l'exarque rebelle, qui est allé en Sicile pour combattre les Arabes, ont péri en raison d'une épidémie.
653 666? Théodore I constant II Dans son second mandat, il a arrêté Papa Martino I et il l'a déporté à Constantinople pour faire procès pour trahison. On ne sait pas quand il a terminé son mandat, mais il a fini juste avant le 666, quand il a été établi comme esarca Gregorio.
666 678 Grégoire I (ou II?) constant II/Constantin IV Il a obtenu un diplôme de l'Empereur et accordé à l'Église autocéphale de Ravenne (666).
678 686/687 Théodore II Constantin IV Au cours de son mandat, était sur l'autonomie et l'Empire se réconcilie avec la papauté, condamnant la monothélisme comme hérésie (680).
687 701? John II Justinien II Il était exarque à 687 quand il a essayé d'imposer comme le pape Pasquale, qui lui avait promis 100 livres d'or. Rien d'autre est connu de lui, en dehors des événements de 687.
701 705? Teofilatto Justinien II En 702, sur le chemin de Rome de la Sicile, il a failli être tué par l'armée en révolte exarchal mais a été sauvé par le pape qui a réussi à calmer les émeutiers.
705? 710? John III Justinien II Ce qui était devenu coupable d'avoir tué certains membres du clergé, il a été tué dans une révolte éclata à Ravenne.
710? 713? Eutichio Philippicus Le premier terme d'Eutychès est douteux.[90]
713? ? école Leo III Dans le bureau 713-726 environ
725? 726/727? Paul Leo III Il a essayé de tracer l'assassinat de Papa Gregorio II, coupable d'avoir opposé iconoclasme. Tué par un soulèvement ont éclaté à Ravenne.
727? 751 Eutichio Leo III/Constantin V Ce fut le dernier exarque. Dans le cadre de son mandat, sous la pression de l'expansion des rois lombards Liutprando et Astolfo, l'exarchat est tombé dans les mains Lombard (751).

note: Les dates sont approximatives dans bien des cas, ne sachant pas certains exarques lorsque leur mandat a pris fin ou exactement a commencé. Entre autres, il ne tient pas compte encore le nombre exact de exarques qui a dominé l'Italie 584-751 (peut avoir été vingt-quatre) et deux d'entre eux (Anastasio et Stefano) est même l'époque ne tient pas compte de leur mandat, être connu uniquement par deux joints.[91]

tri

Le exarque et ses militaires soumis

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: exarchat.

Le Exarchat est né vers 584, en raison de la militarisation des territoires byzantins résiduels en Italie, en raison de la nécessité d'améliorer leurs moyens de défense, compte tenu de la menace lombarde; l'autorité civile ne vient pas immédiatement supprimé, mais il a perdu de plus en plus d'importance au profit des officiers militaires, qui maintenant accentravano pouvoirs civils et militaires.[16] La réforme, qui a eu lieu dans les premières années de l'empereur Maurice, à condition qu'il y avait une tête de l'Exarchat exarchat, il avait les pleins pouvoirs à la fois civile et militaire, et résidait à Ravenne, dans le palais de Théodoric; directement nommé par l'empereur, théoriquement tenu dans toute l'Italie ( « à regendam omnem Italiam ») et était souvent un eunuque de l'Est, qui a occupé le poste de patrice.[16]

Italie byzantine a été divisée en plusieurs duchés gouvernées par Dux ou magister militum: Pentapolis, Istrie, Naples, Rome, Pérouse et peut-être, bien que des conjectures ne sont pas confirmées par des sources contemporaines, en Ligurie et dans les régions du sud de l'Italie.[18] Dans les châteaux les plus importants et dans les villes individuelles étaient honnêtes citoyens comme les directeurs tribuns et comites, qui avait évidemment aide à défendre la fonction par les Lombards et que, en même temps que les évêques, ils ont fini d'administrer également dans le domaine civil.[18] L'armée a ensuite été renforcée par des soldats enrôlés entre la population italienne. L'armée byzantine a été organisée en numéros, chacun alloué dans les grandes villes: certains avaient origine orientale et avait déménagé à l'Italie pendant la guerre gothique (par exemple. Persoiustiniani et Cadisiani Année) tandis que d'autres ont été créés en Italie (par exemple. Tarvisiani, Veronenses et Mediolanses).[92]

Les autorités civiles

La concentration des autorités civiles et militaires de l'armée n'a pas immédiatement déterminé la disparition des autorités civiles, ce qui indique que la formation de l'exarchat était un processus graduel, et non pas un changement brusque.[93] Jusqu'au milieu du VIIe siècle, la position de préfet du prétoire Il a continué à survivre, mais exarque comme subordonné dans le secteur civil; résident de classe (le port de Ravenne), le préfet de l'Italie est principalement porté sur la gestion des finances et avait en tant que salariés, même au début du VIIe siècle, la vicarii Rome et l'Italie (ce dernier résidant à Gênes après la conquête lombarde de Milan); ils étaient aussi en charge de la gestion des finances, et bien que, en théorie, constituent les plus hautes autorités civiles des deux diocèse où l'Italie impériale était divisée, le rôle croissant de l'armée et les conquêtes des Lombards ont fait leur autorité effective presque rien.[94] L 'officium le préfet de l'Italie était composé de beaucoup de ces fonctionnaires praefectiani.

Le gouvernement des provinces, il y avait encore, au moins jusqu'à la mi-septième siècle, les gouverneurs civils (iudices Provinciarum), Mais même dans ces cas, leur autorité est minée par l'importance croissante duces soldats sous le commandement des armées régionales. Bien sûr, la position de iudex provinciae (Ie gouverneur civil de la province), comme il ressort des lettres grégoriens, avait encore un certain prestige, tel que confirmé par des preuves des paiements suffragia (De grosses sommes d'argent) par certains gouverneurs qui aspirent à obtenir la charge, un signe de combien il était important pour eux.[95] En outre, dans theEpistolario grégorien, il existe des preuves des gouverneurs civils avec les autorités financières (étaient responsables de la perception des impôts) et / ou militaire / judiciaire (avait encore le pouvoir de punir les soulèvements militaires), signe que leur autorité était pas insignifiante.[95] Cependant les témoignages contemporains (toujours les lettres de Papa Gregorio Magno) montrent combien de fois le duces dans certaines circonstances, ils attribuaient prérogatives de iudices provinciarum puis ils ont aussi des autorités civiles: par exemple, Dux Sardiniae Teodoro 591 a imposé des frais exorbitants à payer à la population de l'île, provoquant les protestations de Papa Gregorio Magno.[96] L'importance croissante de l'armée a conduit, par la suite, à la disparition de iudices Provinciarum au milieu du VIIe siècle: ce sont pour la dernière fois attesté par Papa Onorio I épîtres (625-638).

Une charge de Roma praefectus URBI Il est élevé à la fin du VIe siècle.

notes

  1. ^ Ravegnani 2004, p. 63.
  2. ^ Ravegnani 2004, p. 62.
  3. ^ Les Romains ont demandé que l'empereur pour enlever Narsete du gouvernement de l'Italie qui prétend préférer, même au point de rimpiangerla, la domination des Goths à son gouvernement, menaçant de délivrer l'Italie et Rome aux barbares. Voir. Paul Diacre, Histoire des Lombards, II, 5 et Ravegnani 2004, p. 69.
  4. ^ P. Diacre, II, 5.
  5. ^ Ravegnani 2004, p. 70.
  6. ^ Paul Diacre, II, 5.
  7. ^ Ravegnani 2004, p. 71.
  8. ^ Ravegnani 2004, p. 72.
  9. ^ à b Ravegnani 2004, p. 73.
  10. ^ Ravegnani 2004, p. 77.
  11. ^ bavant, pp. 46-47.
  12. ^ bavant, pp. 47-49.
  13. ^ bavant, pp. 49-50.
  14. ^ Cosentino, p. 21.
  15. ^ à b Antonio Carile, Matériaux Histoire byzantine, Bologne, Lo Scarabeo, 1994.
  16. ^ à b c Ravegnani 2004, pp. 81-82.
  17. ^ Ravegnani 2004, p. 81.
  18. ^ à b c Ravegnani 2004, pp. 82-83.
  19. ^ "Pelagii Papae II, Epistolae", dans J. P. Migne (ed) Patrologia Latina, Parisii 1878, 72, coll.700-760 (epistola 1).
  20. ^ Pierre Goubert, Byzance avant l'Islam. II, et l'Occident Byzance sous les Successeurs de Justinien. 2, Rome, Carthage et Byzance, Paris 1965, pp.75-76.
  21. ^ Selon Ottorino Bertolini « Notes pour l'histoire du Sénat romain au cours de la période byzantine, » dans Ottavio Banti (ed) Textes choisis de l'histoire médiévale, Livourne en 1968, I, pp.228-262, l'exarque Dèce n'a pas été mentionné dans la lettre, mais un romano Patrizio.
  22. ^ Ravegnani 2004, p. 83.
  23. ^ Paolo Diacono, III, 17.
  24. ^ Paolo Diacono, III, 22.
  25. ^ Paolo Diacono, III, 19.
  26. ^ Ravegnani 2004, p. 88.
  27. ^ Ravegnani 2004, p. 90.
  28. ^ Ravegnani 2004, p. 95.
  29. ^ Paul Diacre, Histoire des Lombards, IV, 8.
  30. ^ Ravegnani 2004, p. 98.
  31. ^ Papa Gregorio Magno, épîtres, V, 36.
  32. ^ Ravegnani 2004, p. 99.
  33. ^ Papa Gregorio Magno, épîtres, V, 42.
  34. ^ Ravegnani 2004, p. 101.
  35. ^ Ravegnani 2004, pp. 101-102.
  36. ^ Ravegnani 2004, p. 102.
  37. ^ Ravegnani 2004, pp. 103-104.
  38. ^ à b Ravegnani 2004, p. 104.
  39. ^ Ravegnani 2004, p. 103.
  40. ^ à b Eleuterio, en Dictionnaire biographique des Italiens, Institut Encyclopédie italienne.
  41. ^ à b Deusdedit de la vie, en Liber Pontificalis..
  42. ^ Deusdedit de la vie, en Liber Pontificalis.
  43. ^ à b Bertolini, p. 302.
  44. ^ à b Ravegnani 2004, p. 107.
  45. ^ à b c Séquenceur de Aquitain, Auctari Auniensis Extrema, 23.
  46. ^ Séquenceur de Aquitain, Auctari Auniensis Extrema, 23."Quod Consilium ratum iudicans obaudivit."
  47. ^ P. Classen, Die erste in der Romzug Weligeschichte. Zur Geschichte des Kaisertum im Westen und der Kaiserkrönung in Rom Théodose zwischen dem Grossen und dem Karl Grossen, en Historische Forschungen für Walter Schlesinger, édité par H. Beumann, Köln-Wien 1971, pp. 325-347.
  48. ^ à b c Ravegnani 2004, p. 106.
  49. ^ C. Toumanoff, Les Dynasties Caucasie de la Chrétienne de l'Antiquité de siécle Jusqu'au XIXe. Tables et Généalogiques chronologiques, Rome 1990, pp. 272-273 (53 Karin- Pahlavides-Kamsarakan).
  50. ^ à b Fredegar, IV, 69.
  51. ^ PLRE IIIb, p. 1218.
  52. ^ Vie San Severino, en Liber Pontificalis. en Monumenta Historica Germaniae, scriptores, Gesta Romanorum pontificarum, p. 175.
  53. ^ Vie San Severino, en Liber Pontificalis. en Monumenta Historica Germaniae, scriptores, Gesta Romanorum pontificarum, p. 176.
  54. ^ à b c Vie de Théodore, en Liber Pontificalis. en Monumenta Historica Germaniae, scriptores, Gesta Romanorum pontificarum, p. 178.
  55. ^ à b Vie de Théodore, en Liber Pontificalis. en Monumenta Historica Germaniae, scriptores, Gesta Romanorum pontificarum, p. 179.
  56. ^ à b c Ravegnani 2004, p. 109.
  57. ^ Ravegnani 2006, pp. 30-32.
  58. ^ Fredegar, IV, 71.
  59. ^ Ravegnani 2004, p. 112.
  60. ^ Paolo Diacono, V, 7.
  61. ^ Paolo Diacono, V, 10.
  62. ^ Ravegnani 2004, p. 116.
  63. ^ Théophane, chronique, AD 668.
  64. ^ Ravegnani 2004, p. 115.
  65. ^ Ravegnani 2004, p. 117.
  66. ^ à b Ravegnani 2004, p. 118.
  67. ^ à b Ravegnani 2004, p. 120.
  68. ^ à b c Ravegnani 2004, p. 121.
  69. ^ Liber Pontificalis, 90, p. 390: "pergens Ravennam proque suis nefandissimis factis iudicio de illic occubuit mort la plus honteuse."
  70. ^ Ravegnani 2011, p. 83.
  71. ^ à b c Ravegnani 2011, p. 84.
  72. ^ Giovanniccio, en Dictionnaire biographique des Italiens, Institut Encyclopédie italienne.
  73. ^ à b c Ravegnani 2004, p. 124.
  74. ^ Ravegnani 2011, p. 43.
  75. ^ Ravegnani 2004, p. 127.
  76. ^ Ravegnani 2004, p. 129.
  77. ^ Ravegnani 2004, p. 130.
  78. ^ à b c Ravegnani 2004, p. 132.
  79. ^ Ravegnani 2004, pp. 133-134.
  80. ^ Ravegnani 2004, p. 134.
  81. ^ à b c Ravegnani 2004, p. 135.
  82. ^ Jarnut, pp. 111-112.
  83. ^ Jarnut, p. 112.
  84. ^ Ravegnani 2004, pp. 135-136.
  85. ^ Ravegnani 2004, pp. 137-138.
  86. ^ Ravegnani 2004, p. 138.
  87. ^ Jarnut, pp. 123-127.
  88. ^ Ravegnani 2004, pp. 139-155.
  89. ^ Ravegnani 2011, p. 97.
  90. ^ L'hypothèse est basée sur un passage ambigu dans la Liber Pontificalis, qu'il affirme que Eutichio "Dudum exarchus fuerat". Certains chercheurs se sont traduits par « Dudum » avec « au-dessus », interpréter le texte comme une confirmation d'un premier mandat Eutichio possible de dater autour de 711-713. D'autres chercheurs ont noté cependant que « Dudum » peut aussi signifier « pendant longtemps », et que le rythme de Liber Pontificalis en question ne prouve pas l'hypothèse selon laquelle Eutychius 727 en était à son deuxième mandat. Voir. Ravegnani 2011, p. 84 et Eutichio, en Dictionnaire biographique des Italiens, Institut Encyclopédie italienne.
  91. ^ Ravegnani 2004, p. 82.
  92. ^ Ravegnani 2004, pp. 83-84.
  93. ^ Diehl, p. 162.
  94. ^ Diehl, pp. 161-162.
  95. ^ à b Borri, p. 8.
  96. ^ Borri, p. 9.

bibliographie

sources primaires

  • Paul Diacre, Histoire des Lombards
  • Divers auteurs, Liber Pontificalis
  • Andreas Agnellus, Liber Pontificalis Ecclesiae Ravennatis
  • Continuatore Prospero Aquitain, Auctari auniensis extrema
  • Fredegar, chronicon

études modernes

  • (FR) Bernard Bavant, Le duché de Rome byzantin. Origine, et Extension géographique Durée, en Melanges de l'Ecole française de Rome. Moyen-Age, Temps Modernes, vol. 91, n ° 1, 1979, pp. 41-88.
  • Ottorino Bertolini, Roma devant Byzance et les Lombards, Bologne, Cappelli Editore, 1941 ISBN 9788837952099.
  • Francesco Borri, Duces et magistri militum en Italie exarchal (VI-VIII siècles) (PDF), Dans réseaux médiévaux, vol. VI, 2005/2 (Juillet-Décembre), 2005.
  • Salvatore Cosentino, Histoire de l'Italie byzantine (VI-XI siècle) par Justinien aux Normands, Bologne, Bononia University Press, 2008 ISBN 9788873953609.
  • (FR) Charles Diehl, Etudes sur l'administration Byzantin Dans l'Exarchat de Ravenne (568-751), Paris, Ernest Thorin, 1888.
  • André Guillou et Filippo Bulgarella, Italie byzantine. Exarchat de Ravenne sur le thème de la Sicile, Turin, UTET Bibliothèque, 1988 ISBN 88-7750-126-X.
  • Jörg Jarnut, Histoire des Lombards, Turin, Einaudi, 2002 ISBN 88-464-4085-4.
  • Giorgio Ravegnani, Les Byzantins en Italie, Bologne, Il Mulino, 2004 ISBN 9788815096906.
  • Giorgio Ravegnani, Byzance et Venise, Bologne, Il Mulino, 2006 ISBN 9788815109262.
  • Giorgio Ravegnani, Les exarques de l'Italie, Rome, Arachné, 2011 ISBN 978-88-548-4005-8.

Articles connexes

D'autres projets

liens externes