s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Croisé (désambiguïsation).
Remarque disambigua.svg homonymie - « croisés », voir ici. Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Croisés (désambiguïsation).
croisé
Knights croisés (Larousse 1922)

un croisé était militaire, généralement un chevalier, religieux chrétien, participant à l'un des croisades: Nom issu de la coutume d'apporter une croix cousues ou peintes sur leurs vêtements[1].

contexte historique

Entre le IXe siècle et le début du XI, il est courant en Europe, suite à la dissolution de l'autorité Empire carolingien, la succession d'affrontements entre les porteurs de seigneuries bannali, et son armée. Quelques évêques représentant l'Eglise, bientôt rejointe par les aristocrates et militaires, ont commencé un mouvement de la paix par de trêve[2][3], Tout d'abord, en essayant de limiter la guerre et la violence, puis la canaliser vers des cibles externes dans le contexte européen et les besoins fonctionnels de l'Église elle-même. il était papa Gregorio VII de développer le concept de Miles Sancti Petri[4], soldats prêts à manier l'épée au service de l'Eglise.

Au XIe siècle, l'Occident est passé par une phase de croissance, alors que dans les territoires envahis par les musulmans, après la floraison a eu lieu entre les septième et dixième siècles, nous avons assisté à une baisse de 'Islam. en Espagne le soi-disant reconquête, attiré pendant des siècles, en particulier les coureurs français, en quête de butin et de l'aventure, par la tradition alimentée épique[5] ce qui a conduit à la formation de Chanson de Geste, pénétrée les deux valeurs de guerre que spirituelle, de moins en moins les uns avec les autres séparables.

L'Occident a connu ainsi un centre politique, culturel et commercial, à la base il y avait, entre autres, une augmentation de la population, déjà commencé au siècle précédent: tous ont donné lieu à une augmentation de la population dans les villes, dans la fondation de nouvelles colonies, l'expansion des terres mises en culture, et la croissance des entreprises. Des routes plus occupés et plus sûr, grâce à une seule foi remplie d'idéalisme, a pris effet même pratique pèlerinage aux grands centres du christianisme comme, Rome, Saint-Jacques-de-Compostelle, et bien sûr Jérusalem.

première croisade

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: première croisade.

en 1095 papa Urbano II Il a lancé au cours du conseil du même nom, le 'Conseil de Clermont, adressée à la chrétienté pour la libération de Jérusalem, à cette époque dans la main musulman[6]. Ce fut le début de première croisade, entre 1096 et 1099. En 1099 vint la conquête de Jérusalem.

le noyau militaire appropriée de la masse des croisés était principalement composée de membres de la noblesse, petits et grands[7], où était significative la présence du français: ils ont pris leur voyage en Terre Sainte pour plusieurs raisons, et souvent l'autre inextricable: le désir d'enrichissement, goût de l'aventure dans des contrées exotiques, la foi sincère, l'appartenance à un pacte social, etc. Emblématique était, dans cette période historique, la situation de la petite noblesse, dont les cadets[8] ils ont vu dans la croisade l'occasion de s'enrichir de se libérer des obligations vassallatici et un pacte social qui les destinait à la carrière militaire traditionnelle, bien que frustrandosi le climat dominant de paix relative en Europe.

Au fil du temps a également laissé à la suite de plus ou moins nombreux formés vagues armées des pèlerins / guerriers, encouragés en cela par le travail zélé de nombreux prédicateurs qui se promenaient dans les rues de l'Europe prônant la nécessité de partir. Même dans ce dernier, vous pouvez passer en revue, proportionnellement, les mêmes raisons qui bougeaient la noblesse, et, bien que le terme n'existait pas au moment[9], Ils peuvent également être appelés « croisés ».

Les croisades ainsi réalisé la fusion entre l'esprit féodal et préceptes chrétiens, et en ce sens, le choix de la robe a dalmatique ci-dessus 'armure, Il a représenté une synthèse efficace.

Composée de contingents féodaux autonomes, infoltito par de nombreux non-combattants, l'armée des croisés, cependant, n'a pas répondu pleinement à la volonté du pape qu'il voulait que sous l'autorité d'un légat du pape et un leader laïque. Il a répondu à beaucoup moins les auspices de l'empereur byzantin Alexis I er, qui a maintenu des relations pacifiques avec Seldjoukides Après avoir vaincu la Pechenegs et défoncer ayant Zachas, émir de SmyrneL'arrivée, en vérité, pas si désiré, les croisés, le fait a entraîné beaucoup de problèmes d'approvisionnement et de sécurité. La présence armée des croisés, il est parti en Moyen Orient nombreux fortifications, les plus connus parmi lesquels la Krak des Chevaliers, maintenant situé à Syrie.

Croisés pas célèbres chevaliers

croisé
Federico Barbarossa Croisés en robe
  • Odo de Rigaud; Archevêque de Rouen: de 1248 un 1275, quitté son diocèse de se joindre, le 15 Mars 1270, l'armée des croisés.
  • Rambaldo Vaqueiras, troubadour Il est devenu un soldat à la suite du marquis Bonifacio del Monferrato. Son travail est une source principale de la vie de Bonifacio et les premières années de l'Empire latin Constantinople. Sans doute il est tombé dans la bataille près de Thessalonica.
  • Fulcherio di Chartres, chroniqueur médiéval, qui, après avoir été témoin de la Conseil de Clermont, Crusader est devenu aumônier au service de Baldwin I. Il est connu pour être l'auteur de « »historia Hierosolymitana.

Les guerres de religion croisés

Le sens classique avec laquelle il est prévu la croisé est aux guerres de religion par extension, à la suite du sort du terme « croisade », il est appelé « croisés » pour d'autres conflits, au-delà des Croisades bien compris, les antécédents, contemporain et d'une période plus tard, Croisade des Albigeois, Croisade d'Aragon, les guerres se sont battus par Chevaliers teutoniques dans 'Europe orientale; ces derniers temps sont définis de cette manière par les mouvements terroristes, non sans intention propagandiste, les Occidentaux impliqués dans les divers conflits modernes du Moyen-Orient.

néologismes

Croisé dans le fantasme

Même dans le monde fantaisie est la définition de « croisé » est développé. De même à celle des guerres de religion, même le monde fantastique des Croisés qui luttent pour leur Dieu, mais toujours être aligné avec le bien, ce qui soulève la question de savoir s'il peut y avoir un « Crusader » mal, comme Gruumsh, Keldor ou Kurtulmak.

Ce concept est généralement présent dans DD, mais souvent dans les jeux de fantaisie tels que, The Elder Scrolls IV: Oblivion, où il est présent précisément, l'Ordre des Chevaliers des Neuf, un ordre chevaleresque de la matrice religieuse inspirée par les ordres monastiques-guerriers, qui se sont produites au cours de la croisades.

D'autres utilisations

Dans le langage d'aujourd'hui, il est appelé métaphoriquement « Crusader » très conditionnée par une idée qu'il porte souvent avec une grande détermination, d'où aussi l'expression « faire une croisade ».

notes

  1. ^ D'où aussi l'expression « prendre la croix » pour ceux qui se préparent à partir pour Terre Sainte.
  2. ^ Concept est né en France du Sud peu avant 1000.
  3. ^ Duby, cit., pag. 206.
  4. ^ Saint-Pierre Soldat, par extension, "soldat du Pape».
  5. ^ De la figure de Orlando partir.
  6. ^ Fulcherio di Chartres, texte de l'appel d'Urbain II Histoire des Croisades, édité par François Guizot, 1825.
  7. ^ Selon l'art militaire de l'époque, qui a vu dans la cavalerie le système de soutien de toute l'armée.
  8. ^ Les enfants mâles non destinés à hériter.
  9. ^ Bordonove, cit., pag. 17.

bibliographie

  • Georges Bordonove, Les croisades et du royaume de Jérusalem, traduction de Aldo Audisio, Milan, Rusconi, 1998 ISBN 88-18-12178-2.
  • Franco Cardini, L'homme médiéval, édité par Jacques Le Goff, Roma-Bari, Laterza, 1997 [1987], pp. 83 et suiv., ISBN 88-420-4197-1.
  • Georges Duby, Les origines de l'économie européenne. Guerriers et paysans au Moyen Age, édité par Vito Fumagalli, Roma-Bari, Laterza, 2004 [1975], ISBN 88-420-7219-2.
  • Manuel du joueur Donjons et Dragons.

Articles connexes

  • croisade
  • Reconquista
  • Templiers
  • chevaliers Hospitaliers
  • Chevaliers teutoniques

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers croisé

liens externes