s
19 708 Pages

la psychopathie est un des troubles mentaux principalement caractérisée par une déficience en empathie et remords, émotions cachées, narcissisme et tromperie. Les psychopathes sont fortement tendance à assumer comportement déviant et d'accomplir des actes agressif à d'autres, et être orienté crime plus violent. Ils semblent souvent les gens normaux: simuler des émotions qui ne se sentent pas réellement, ou mentir sur leur identité.

jusqu'à la années quatre-vingt, psychopathie a été fait référence à un trouble de la personnalité caractérisé par l'incapacité attachement[1] et une anomalie du système de gestion des émotions, masqué par la possibilité de ressembler à une personne normale. La publication du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-III) a changé le nom utilisé pour décrire ce trouble mental trouble de la personnalité antisociale et il a augmenté le critère de diagnostic pour les sciences du comportement[2] Cependant, le groupe de travail sur le DSM-V, recommande un examen des trouble de la personnalité antisociale, afin de l'inclure dans la « Antisocial / type psychopathique », avec des critères diagnostiques qui donnent plus d'importance aux comportements.[3]. même la taxonomie diagnostic dell 'Organisation mondiale de la Santé Il considère la psychopathie est un trouble de la personnalité antisociale avec des influences[4].

En dépit d'être récemment pris en compte dans les manuels de diagnostic, les termes psychopathie et connexes, comme un « psychopathe », ils sont largement utilisés par les professionnels santé mentale et criminologie. En particulier, la né il a fondé un certain nombre d'instituts de recherche de pointe sur la psychopathie, à la fois avant et après la publication du Manuel diagnostique scientifique-III. L'un d'eux, Robert Hare a été très fructueuse dans ce domaine, et il est crédité d'avoir inventé Hare psychopathie qui est une méthode pour différencier le trouble de la personnalité antisociale de la psychopathie. Selon ces études, la diffusion de trouble de la personnalité antisociale Il est deux à trois fois supérieure à la psychopathie[5].

histoire

Le concept actuel de la psychopathie est à tracer les travaux de Théophraste, étudiant Aristote, qui, dans son célèbre ouvrage « Αναισχυντια », écrit-il en ces termes[6]:

« L'homme sans scrupules prendra plus d'argent que vous empruntez auprès d'un prêteur qui n'a jamais payé ... Quand l'usurier se souviendra un service qui l'a fait et, debout près de la balance, il y aura peu de jeter ' viande et, si possible, une soupe d'os. En cas de succès, mieux, sinon, nous allons arracher une côte et partirons en riant. »

en 1801 Philippe Pinel Il a décrit certains patients qui ont été atteints de troubles mentaux, mais pas assez pour désigner l'automutilation. Il a dit à l'époque qu'ils étaient « pas malade délirant » (fr. la folie raisonnante), À savoir un peuple qui ont compris leur statut irrationnelle, mais a continué à agir en conséquence.

L'étude scientifique des cas individuels ne pouvait pas développer jusqu'à ce que la seconde moitié de XIXe siècle, quand Cesare Lombroso Il a refusé la théorie traditionnelle selon laquelle le crime peut impliquer toute personne, et au lieu identifié un type particulier de « criminel né », mis en place en tant que telle sur la base de preuves somatiques[7].

au début XX siècle, Henry Maudsley a publié un ouvrage sur la « morale imbecile » dans lequel il décrit les cas de ces personnes irrecuperarabili par les systèmes d'épreuvage traditionnels[8]. Maudslay y compris que la force dérivée des effets punitifs de resocialisation, en vous assurant que les patients de l'activation d'une certaine façon une sorte de mécanisme de défense contre d'éventuelles défaillances de ses futures. en 1904 Emil Kraepelin décrit quatre types de personnalités liées à trouble de la personnalité antisociale et 1915 Il les définit comme un déficit de volonté, en divisant les types suivants dans différentes catégories, dont certaines correspondaient à la description actuelle de la perturbation du comportement antisocial[9] connaît une pénurie ou l'absence de remords dans ses actions. Pinel sentait leurs patients comme moralement neutre, ce qui reflète une approche humaniste vers la santé mentale[10].

en 1909 Karl Birnbaum a introduit le terme sociopathe, ce qui signifie de mettre l'accent sur les éléments déclencheurs du comportement. Le Mask of Sanity Hervey Cleckley, docteur en médecine, publié en 1941[11], Il est considéré comme une étude qui fournit un grand nombre de patients cas cliniques, la plupart des prisonniers, décrits comme des psychopathes. Cleckley a proposé seize caractéristiques à la définition du psychopathe. Ce titre provient du masque pseudo normal que l'auteur avait pensé était caché derrière ce trouble mental[12].

Une recherche dans 1977, sur les caractéristiques Cleckley, cependant, il a conclu que le concept avait été utilisé trop largement et dispersif[13].

la Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) publié par American Psychiatric Association y compris divers concepts de la personnalité antisociale / psychopathie / sociopathie dans les éditions début mais, depuis 1980, Il a attribué un diagnostic trouble de la personnalité antisociale qui était basée sur l'un des critères déjà utilisés par Cleckley mais modifiés d'une manière différente et, par ailleurs, plus spécifiquement liés à criminologie. la taxonomie (CIM) dell 'Organisation mondiale de la Santé actuellement il comprend un diagnostic similaire. Tant la CIM que le DSM stipulent que la psychopathie et sociopathie sont synonymes du même diagnostic[14].

en 1980 Hare a développé le Liste de contrôle psychopathie fondées sur des hypothèses faites par Cleckley et révisées par la suite.

description

La psychopathie est un déficit de plusieurs domaines: les relations interpersonnelles, émotion, et comportement.[1] Les psychopathes obtenir la satisfaction de trouble de la personnalité antisociale, et ne se sentent pas la culpabilité ou de remords pour leurs actions[15][16][17].

Sur toute menace ou dommage causé à des tiers, les psychopathes ne se sentent pas honte ou de culpabilité, mais plutôt rationalisent leur comportement, de blâmer quelqu'un d'autre ou d'omettre toute responsabilité[18][9]. Les psychopathes ne se sentent pas aussi aucune émotion envers des tiers en général, ce qui prouve un manque de tact, insensibilité et mépris. Ils peuvent avoir une charme superficiel sur eux, capable d'exprimer quoi que ce soit sans se soucier de la pertinence ou de la réalité. D'autres effets décrivent la tendance à la loquacité et narcissisme et surtout une attitude froide. Ils ont tendance à être impulsif et irresponsable, souvent incapables de poursuivre leurs objectifs Such par exemple socialement tolérés. à chercher un emploi salarié ou de se conformer à un engagement financier[19]. Des études récentes menées en 2010 un Université Vanderbilt ont découvert une sous-estimation importante des risques ou des conséquences de leurs actes, qui sont caractérisées, puis, par un haut niveau de l'impulsivité[20].

Hare décrit comme « psychopathes prédateurs intraspécifiques ».[21][22]. Hare et d'autres criminologues ont écrit sur le phénomène comme « l'utilisation d'un charisme particulier, la manipulation, l'intimidation, le sexe et la violence »[23][24][25] afin de contrôler d'autres personnes et poursuivre leurs propres intérêts:

« Manquant la prise de conscience et l'empathie, ils font ce qu'ils veulent et à volonté, violant les normes sociales et les attentes sociales sans culpabilité ni remords; ce qui manque, en d'autres termes, il est la qualité réelle qui permet à un être humain de se démarquer de l'animal '

[26]

À la suite de Hare, de nombreux psychopathes sont apparemment capables de frapper l'attention des autres, car ils peuvent prétendre parfaitement les plus courantes émotions humaines[26], et ils peuvent se promener incognito, dans une variété d'environnements, y compris les sociétés ou d'autres associations similaires[27].

empathie

Psychopathie empêche de comprendre les états émotionnels d'autres personnes, sauf dans le sens de l'expression purement intellectuelle[26]. Quand une personne normale voit quelqu'un en danger, instinctivement, il perçoit ce sentiment de danger, mais il est impossible pour un psychopathe. Par conséquent, la psychopathie peut les conduire à commettre des actes d'une cruauté impressionnant, comme il n'y a pas réaction les émotions ressenties par la victime: un psychopathe peut « casser » une personne ainsi qu'un cuisinier coupe le boeuf. En raison du manque de compréhension des expériences des autres, ils ont tendance à identifier les personnes comme simples « objets » dont le seul but est l'utilisation instrumentale.

Les psychopathes ne perçoivent pas leur passions comme des gens normaux. Même si vous n'êtes pas complètement impassibles, leurs émotions sont si bas que certains médecins ont décrit comme de simples « proto-émotions » ou « primitives réponses aux besoins immédiats »[26].

Les psychopathes ne sont pas peur de la normale et ne présentent pas des personnes ou des réactions normales à des stimuli ou des menaces. Par exemple, si une personne normale est abordée dans la rue par un voleur armé pistolet, Il pourrait transpirer, trembler, perdre le contrôle de ses intestins et des vomissements. Un psychopathe se sentirait à l'aise sans ces sentiments, et eux-mêmes sont souvent perplexes quand d'autres les observent[26]. Le manque de peur les rend souvent traitées comme si elles voulaient prendre plus de risques. Cela ne veut pas dire qu'ils ne sont pas conscients des conséquences possibles de leurs actes, mais plutôt la pensée douleur et la punition ne provoque pas de réaction émotionnelle en eux qui, par conséquent, a un faible effet inhibiteur[26].

Les psychopathes ne se sentent pas la nécessité d'établir une relation et sont incapables de former des liens affectifs avec les gens. Bien qu'un psychopathe peut parfois percevoir charme une personne ou d'être entiché avec lui / elle, ne peut pas ricambiarne sentiments, mais seulement faire semblant et obtenir le plaisir de rencontres sexuelles, même si elles sont superficielles et impersonnel[27].

Bien que les psychopathes ne se sentent pas les émotions profondes, souvent ils prétendent en faire l'expérience. Cependant, leurs descriptions ont produit des émotions fictives sont souvent défectueuses et leurs compétences de conversation peuvent être incompatibles avec le contexte ou le ton de la voix. Pour exemple., Un psychopathe peut exprimer douleur la mort prématurée d'un parent, parlant d'une voix monocorde qui trahit son indifférence. Les psychopathes ont souvent une vie courte, une gamme dramatique d'émotions telles que des crises de colère, pour revenir rapidement à la première condition de calme comme si rien était arrivé[26] .

Dans les conversations, les psychopathes ne peuvent pas comprendre intuitivement l'impact de leurs mots sur les autres ou eux-mêmes. au lieu percevoir brièvement les réactions des auditeurs sur la façon dont ils devraient être. Pour exemple., Hare écrit d'une manière désintéressée condamné qui a parlé meurtrière de leurs meurtres dans un environnement totalement sans passion, jusqu'à ce qu'il remarque l'interlocuteur d'expression horrifié à ce moment-là a commencé à feindre le remords et l'angoisse sur ses crimes[26].

Les chercheurs ont effectué la scans du cerveau sur psychopathes tout en les exposant aux discours des termes chargés d'émotion tels que "viol""assassiner« Et »amour. « Dans une personne normale, ces mots provoquent une augmentation système limbique, qui régit les émotions. Les psychopathes ont pas montré une telle activité, mais ont réagi dans un environnement totalement indifférent (par exemple. « Arbre / amour », « chaise / viol », « cuillère / assassiner »), mais ils ont montré la réactivité dans les zones du cerveau associées au traitement la langue, ce qui suggère que leur réponse était plus cognitive que émotionnelle[27].

Plagiat et manipulation

Les psychopathes sont des menteurs invétérés et les récidivistes. Souvent, ils ne parviennent pas à obtenir ce qu'ils veulent ou pour impressionner les gens, et ils le font avec une telle maîtrise que les enquêteurs, même ceux qui ont une expérience significative, sont parfois trompées. Ce talent est dans ceux qui ne trahissent pas de signes de anxiété, hésitation, ou honte, même quand ils confrontés à des preuves Questions irréfutables ou mal à l'aise pour hochet souvent leurs auditeurs les distraire des incohérences dans leurs paroles: ils croient que le psychopathe est honnête, parce qu'il est difficile pour eux de croire qu'un menteur peut être si gras et sans bornes.

Les gens normaux se sentent généralement anxieux quand ils se trouvent, hésitants dans leurs discours et surtout quand on le compare avec les autres. Quand un esprit de psychopathe, cependant, sont tout à fait indifférent à la possibilité d'être pris, ils sont rarement perplexes ou embarrassés, sans hésitation, ne suffit donc de retravailler l'histoire pour le faire paraître cohérente.

Un psychopathe potentiel essaie de tromper le plus souvent qu'il n'y paraît (le langage du corps, la confiance, etc.) par le contenu de leur discours. En fait, les histoires sont souvent psychopathes pleine d'incohérences et de contradictions. La première raison est le souvent improvisé leur conscience. Si vous êtes pris sur ou face à des questions inattendues, tout simplement leur histoire réusinage à adapter à la nouvelle réalité sans cesser de penser à des choses. La deuxième raison est que les psychopathes semblent avoir du mal à intégrer correctement la langue et les composantes émotionnelles de leurs pensées, et ce qui ne permet pas de noter les contradictions dans leur discours. Hervey Cleckley, chercheur pionnier de la psychopathie, appelé cette anomalie comme « aphasie sémantique »[11]. Considérez la réponse suivante serial killer Ted Bundy quand on lui a demandé sur l'hypothèse de ses habitudes de drogue:

cocaïne? Je ne l'ai jamais utilisé. Je ne ai jamais sniffé de coke. Je pense que je l'ai essayé une fois et rien de plus. Il renifla juste un peu de fumée. Et je ne sais pas comment jouer avec ce genre de choses. Il est trop cher. Et je suppose que si j'étais dans la rue et j'avais assez d'argent, je serais capable d'y entrer. Mais seulement fumer marijuana de temps en temps. Tout ce que je fais est ... faire l'amour à spinelle, avec Valium et l'alcool bien sûr "

(Ted Bundy[28])

Dans le dialogue ci-dessus, Bundy nie alternativement et admet l'utilisation de drogues et n'a jamais décidé de ses préférences, ce qui suggère qu'il avait des difficultés à maintenir une ligne cohérente de la pensée dans le processus d'élaboration de ses mots. Une autre personne interrogée psychopathe a dit une fois: « Je devais voler parfois pour sortir de la ville, oui, mais je ne suis pas un putain de criminel '[26].

Certains psychopathes sont en possession d'un grand charme et une grande capacité à manipuler les autres, ont moins d'inhibitions sociales, sont extrêmement extroverti,[9] dominante et express confiance. Ils ne craignent pas d'offenser, d'être rejeté ou être marginalisés. Quand ces choses arrivent, ils essaient encore ailleurs et ne sont pas dissuadés par tâtons à nouveau. Ainsi, la manipulation pratique des psychopathes est plus difficile que la plupart des gens pensent parce qu'ils ont tendance, comme un caméléon, de perfectionner leurs compétences.

Il convient de noter que tous les psychopathes sont « charmeurs ». Souvent, en raison d'une certaine grossièreté, certains n'ont pas la grâce nécessaire ni l'éducation pour impressionner les gens. Les psychopathes ont tendance à compter sur 'intimidation, la coercition et violence pour atteindre leurs objectifs[27]; adoptent souvent un style de vie parasitaire, les gens tricher sur leurs richesses et ressources; Ils ont été connus pour tromper les gens juste pour obtenir de l'argent ou le sexe, ou inventent des histoires sauvages pour obtenir de l'argent de parents et amis. Lorsque la victime n'est plus utile ou rentable, les psychopathes à la hâte de quitter.

Impulsivité et de l'irresponsabilité

La psychopathie est l'impulsivité pure. Vous ne pouvez pas mesurer le risque d'être pris, exposés ou affectés à la suite de sa conduite[29].

Le psychopathe vit au jour le jour, en changeant leurs plans fréquemment et n'a généralement pas des objectifs réalistes à long terme. Les psychopathes prétendent souvent avoir des objectifs ambitieux dans la vie, mais ne parviennent pas à apprécier la cohérence, la compétence ou la discipline nécessaire pour les atteindre. Hare écrit un détenu psychopathe qui a prévu de devenir un nageur professionnel après la libération, en dépit du fait qu'il était dans la quarantaine et la surcharge pondérale.[26] Ils sont connus pour rompre les relations, les plans et laisser le travail en deux.[26] Un modèle de vie typique est de passer d'un emploi à l'autre et parfois dans et hors de prison; ne sont généralement pas gênés ou préoccupé par le manque de succès dans la vie. En milieu de travail, en fait, ils sont connus à la fréquence irrégulière, les absences fréquentes, détournement de fonds, et manque de fiabilité. Ils vivent financièrement irresponsable, souvent au-dessus de leurs moyens, ils encourent des dettes et des défauts sur les prêts. Souvent négliger leurs enfants, ont souvent des rapports sexuels non protégés, faire des enfants qui abandonnent et transmettent les MST. Quand ils sont en difficulté à cause de leur négligence, ils imputent en général d'autres personnes ou facteurs externes; ne pas hésiter à exploiter les ressources des amis ou en famille pour les faire sortir des ennuis, comme il avait sauvé prison.

psychopathie
Page de titre de « » Archives de la psychopathie sexuelle », publié par Pasquale Penta en 1896. En collaboration avec l'Allemand "der Eigene« (Mais eu moins éphémère) a été le premier magazine consacré aux questions de la sexualité ne sont pas conformes.

Les psychopathes ne parviennent souvent pas à apprendre des expériences passées et ont tendance à ne pas changer leur comportement pour éviter les ennuis. Ces activités poursuivent souvent les mêmes vieilles mauvaises habitudes, malgré les périodes de la peine souffert et l'humiliation: la prison Elle n'a aucun effet positif sur eux, et leur état est considéré comme irréversible[19]. Le taux de récidive des psychopathes est deux fois plus criminels de droit commun avec trois fois des conseils pour les crimes les plus violents[26].

L'abus de drogues illicites

Les psychopathes sont connus pour répondre à la stimulation minimale ou la provocation. Ils sont très réactifs aux insultes, les injures, aux suggestions et banalité, que leurs crises de colère, obsessionnelle, mais souvent de courte durée, peut être irritant; mais ils peuvent revenir à des moments de calme plus tard. Même si leur agressivité est mal inhibée, il est généralement non contrôlée: il manque le bouleversement émotionnel des gens normaux se sentent quand ils perdent le contrôle. Les psychopathes ont également une faible tolérance ennui et un besoin excessif d'excitation et de stimulation. Souvent briser les règles, commettre des crimes, et risquer leur vie pour essayer de sensations fortes bon marché: sont plus susceptibles de prendre des médicaments que les gens normaux[30].

Remords et culpabilité

Les psychopathes ont un manque total de remords pour les abus. Même quand ils sont conscients des conséquences de leurs actes, souvent rationaliser leur comportement afin de minimiser la gravité des faits ou ignorer toute responsabilité. Ainsi, il a parlé Kenneth Taylor après l'assassiner de sa femme:

« Je l'aimais profondément. Il me manque tellement. Ce qui est arrivé est une tragédie. J'ai perdu mon meilleur amant et mon meilleur ami .... Parce que personne ne comprend ce que vous avez été en cours avec ma vie? »

(Kenneth Taylor[31])

L'égocentrisme et la mégalomanie

Les psychopathes abusant de leur estime. leur narcissisme Il est comparable à celui trouvé dans trouble de la personnalité de narcissiques et, en fait, il est parfois difficile de dire les deux conditions en dehors [27] Ils croient qu'ils sont le centre de l'univers et se voient comme des êtres supérieurs, apparaissent souvent dogmatiques, dominatrice et arrogante. Un psychopathe est toujours penser d'être la personne la plus intelligente du monde et n'a aucun respect pour les opinions divergentes des autres.

Les psychopathes ont un sens exagéré de droit: Attendez-vous à de grandes récompenses pour leurs efforts, eux-mêmes offrent des emplois importants, en dépit des qualifications insuffisantes et le manque d'autorité appropriée, les privilèges de revendications ci-dessus leur rang, et sont une récompense ou un avantage ingrat. Il n'est pas rare que les psychopathes décrivent leurs victimes comme faibles, des êtres inférieurs qui méritent d'être exploitées[27].

Les psychopathes prétendent souvent avoir de grands objectifs dans la vie et croient qu'ils peuvent obtenir tout ce qu'ils veulent. En plus de ces demandes irréalistes, compte tenu de leur irresponsabilité passé, ils montrent peu d'appréciation pour le travail, la discipline, le dévouement et le talent nécessaires pour réaliser ses ambitions. Ces objectifs varient changent souvent psychopathes qui sont notoirement capricieux, abandonnant des projets quand ils deviennent ennuyeux ou frustrant. Les psychopathes ne sont pas honte et ils se nourrissent un peu de considération des questions juridiques, financières ou personnelles dans leur vie. Ils reprochent à tout le monde et tout, jamais eux-mêmes pour leurs échecs: la malchance, un système injuste, des collègues qui n'offrent pas de soutien, etc. Ils peuvent également représenter leurs mauvaises qualités telles que la vertu, de nombreux psychopathes ont carrière criminelle, le nombre de crimes qui ont réussi à sortir, et leur talent pour la tromperie.

Psychopathie et le QI

Hare et de l'état Neumann (2008) qu'il n'y a qu'une une faible association entre psychopathie et quotient intellectuel mais qu ' « il n'y a aucune raison évidente pour laquelle le désordre théorique décrit par Cleckley ou d'autres cliniciens devrait être liée à l'intelligence; Les psychopathes sont un peu brillant, un peu moins. Bien qu'un psychopathe doit posséder une grande intelligence ou QI, prouve rarement "[32].

méthodologie

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: méthodologie.

La reconnaissance visuelle

Dans une étude de 2002, David Kosson et Yana Suchy, ont demandé à un groupe de psychopathes a tenu l'émotion exprimée sur une trentaine de panneau d'affichage fait face. Par rapport au groupe témoin, les psychopathes avaient un taux significativement plus faible de précision dans la reconnaissance faciale conditionnée par le mépris, mais un taux plus élevé de précision dans la reconnaissance de ce qui en colère. En outre, quand il y avait des conditions pour réduire au minimum les mécanismes mis en jeu célébrer hémisphère droit, par exemple. la tristesse, les psychopathes ont eu plus de difficulté à identifier avec précision les émotions. Cette étude ne se réplique pas les découvertes de Blair (1997) selon laquelle les psychopathes sont spécifiquement moins sensibles aux signaux non verbaux de la peur ou de l'inconfort[33].

reconnaissance vocale

Dans une expérience, la 2002, Blair et Mitchell ont utilisé le test de reconnaissance vocale pour mesurer l'intonation émotionnelle due à la verbalisation des mots neutres. Les psychopathes ont tendance à commettre plus d'erreurs de reconnaissance que le groupe témoin avec un taux d'échec particulièrement élevé pour les mots à fond triste et effrayant[34].

essai limite

Une étude sur le test de seuil, qui consiste en une séquence de mots lus rapidement, a constaté qu'il ya un déficit d'attention limitée à la psychopathie qui empêche l'utilisation des informations inattendues qui ne sont pas intégrés à ceux attendus ou sont compatibles avec le les comportements actuels[35].

criminogenèse

facteurs héréditaires

Des chercheurs de psychologie évolutive Ils ont proposé diverses explications évolutives pour psychopathie. L'un d'entre eux est que la psychopathie est une fonction de la fréquence des stratégies socialement parasitaires. Cela peut fonctionner aussi longtemps que il y a peu d'autres psychopathes dans la communauté que la présence de plus psychopathes signifie augmenter le risque de rencontrer un autre psychopathe, ainsi que les non-psychopathes d'adopter des contre-mesures plus probable contre les tricheurs[36][37].

Les facteurs génétiques peuvent généralement influencer le développement de la psychopathie, alors que les facteurs environnementaux influencent les traits spécifiques qui prédominent[32]

en 2005 un étude de jumeaux Elle a constaté que les enfants ayant un comportement antisocial peuvent être classés en deux groupes: ceux qui avaient des traits élevés tels que « sans pitié et émotionnel » ont été influencés par des facteurs héréditaires et non environnementaux, tandis que ceux qui ont été classés avec une quantité minimale de ces traits étaient sous conditionnée par les facteurs héréditaires et environnementaux[38].

'L'amygdale Il est essentiel pour l'apprentissage de relance de renforcement et de répondre aux expressions émotionnelles, par exemple. crainte que, en renfort, est un facteur important de l'apprentissage des stimulus de renforcement. De plus, le 'amygdale Il est impliqué dans la formation des incitations et des récompenses gratuites. Les personnes souffrant d'insuffisance des stimuli d'apprentissage et réponse à des expressions de la panique et la douleur, souffrent du syndrome de psychopathie « (Blair, 2008).[39]

Les personnes ayant un score ≥ 25 Psychopathie révisée et avec une histoire de comportement violent associé, semblent avoir considérablement réduit l'intégrité des microstructures dans leurs poutres latérales ou matière blanche relié à l'amygdale et le cortex orbitofrontal. Plus extrême est psychopathie, plus grande est l'anomalie[40].

Des études récentes ont réfuté la théorie de la façon de déterminer la relation biologique entre le cerveau et la psychopathie. L'un d'eux suggère que la psychopathie est associée à la fois l'amygdale, qui est associée à des réactions émotionnelles et l'apprentissage émotionnel, à la fois cortex préfrontal, associée au contrôle des impulsions, la prise de décision, l'apprentissage et l'adaptation émotionnelle-comportementale[41]. Certaines de ces études affirment également qu'il ya moins de matière grise chez les psychopathes que dans l'autre.

Il y a un déficit dans les connexions de test matière blanche entre ces deux domaines importants dans une étude sur neuf psychopathes criminels. Cette étude suggère que le degré d'anomalie était significativement liée au degré de psychopathie et peut expliquer les comportements déviants[42][43].

Une recherche de la 2008 Elle a trouvé diverses anomalies rapportées dans la littérature, en se concentrant sur une cortex préfrontal et le système limbique temporel où les régions sont impliquées dans les processus émotionnels et d'apprentissage, ainsi que de nombreux autres processus. Cependant, les auteurs rapportent que les gens classés comme « psychotique » ne peuvent en effet être considérés comme des groupes homogènes-à-dire, toutes avec les mêmes caractéristiques, et que les associations entre les changements structurels et les caractéristiques psychopathes ne permettent toujours pas de conclusions à tirer. Les auteurs concluent que les caractéristiques psychopathes impliquent hérédité multifactorielle, les processus neurobiologiques, génétique, épidémiologique, et les facteurs sociobiografici (La vie de la personne dans la société)[44].

criminel Endocrinologie

Des niveaux élevés de testostérone combiné à de faibles niveaux de cortisol Ils ont été émis l'hypothèse que les facteurs de criminels. La testostérone est associée à l'approche des comportements liés à la sensibilité et le contrôle de la peur. la cortisol Il augmente l'état de la peur, la sensibilité à la punition et le comportement légitime défense. L'injection de testostérone pousse sur le « plateau de la balance » de la peine pour récompenser la sensibilité, diminue la peur, et augmente la probabilité de réaction, par exemple. répondre à des visages en colère. Certaines études ont montré que les comportements antisociaux et agressifs sont associés à des niveaux élevés de testostérone, mais on ne sait pas si les psychopathes ont des niveaux élevés. Certaines études ont montré que la psychopathie peut être associée à un faible niveau de cortisol[45].

Des niveaux élevés de testostérone combiné à de faibles niveaux de sérotonine Ils peuvent augmenter l'agression violente. Certaines recherches suggèrent que la testostérone seul ne provoque pas une agression, mais augmente la règle du comportement violent. la sérotonine faible est associée à des réactions impulsives ou fortement négative et, lorsqu'il est combiné avec le testostérone, Il peut provoquer une agression en raison de la frustration[45].

La psychopathie a également été associée dans deux études avec un rapport supérieur de HVA (dopamine métabolite) et entre 5-HIAA (sérotonine métabolite)[45].

Plusieurs études animales démontrent le rôle de fonctionnement sérotonine l'impulsivité, l'agressivité et le comportement antisocial[46][47][48][49].

en 2010 une étude britannique a constaté qu'une valeur élevée du rapport 2D: 4D, une indication d'une valeur plus élevée oestrogène, indiquer une corrélation positive de la psychopathie chez les femelles, et une corrélation positive d'insensibilité (sous-échelle de la psychopathie) chez les mâles[50].

diagnostic

La tendance psychopathe peut parfois être reconnu dans l'enfance ou à l'adolescence. Si reconnu, diagnostiqué trouble des conduites, ou, éventuellement, le rapport Trouble oppositionnel avec provocation, mesures peuvent être prises. Cependant, alors que ces signes de l'enfance ont été trouvés dans un pourcentage significativement plus élevé de psychopathes que la population générale, il convient de souligner que ces sujets ne sont pas tous diagnostiqués au cours 'enfance se révèlent être des psychopathes comme des adultes, ou même à toutes les personnes qui souffrent d'autres maux. Par conséquent, la psychopathie est normalement diagnostiqué chez les enfants ou les adolescents, et certaines juridictions interdisent explicitement ce diagnostic chez les enfants souffrant de troubles de la personnalité et autres. En effet, un diagnostic « ne peut pas détecter tout élément émotionnel, les traits de personnalité cognitifs ou d'autres tels quenarcissisme et le manque de remords, l'empathie, la culpabilité qui sont si importants dans le diagnostic de psychopathie[26].

Les enfants qui présentent un fort caractère psychopathe apparaissent souvent à l'abri de la punition, et rien ne peut changer leur comportement indésirable. En conséquence, les parents ont généralement recours à des tactiques musclées et leur comportement aggrave[51].

Les indicateurs suivants sont utilisés pour détecter en Criminologie le diagnostic enfant psychopathe; pas tous article doivent être présents en même temps, mais au moins un grand nombre d'entre eux doivent être présents pendant une période d'années[52]:

  • Une longue période de énurésie nocturne passé l'âge préscolaire, non pas à cause d'un problème identifié par le médecin.
  • tôt sadisme, souvent exprimée en cruauté envers les animaux.
  • Pathologique, par exemple. pyromanie, est la mise en délibéré de feux destructeurs avec un mépris total pour la propriété et la vie des autres, mais sans intention meurtrière évidente. À ne pas confondre avec jouer avec des allumettes, ce qui est pas rare chez les enfants d'âge préscolaire.
  • tendance à mensonge, souvent sans objectifs clairs, qui dépasse le pouls normal d'un enfant de ne pas être puni. Ces mensonges sont si importants qu'il est souvent impossible de connaître toute la vérité.
  • vol et absentéisme scolaire.
  • L'agression envers les collègues et les parents, peuvent inclure la violence physique et verbale, amener les autres à suivre cet exemple, l'organisation d'un campagne de tourment psychologique.

Les trois indicateurs énurésie, cruauté envers les animaux et pyromanie, Ils sont connus comme la triade Macdonald et ont d'abord été décrit par JM MacDonald comme « drapeaux rouges » de psychopathie et futur comportement agressif épisodique[53][54].

La question de savoir si les jeunes enfants avec des indicateurs précoces de la psychopathie, répondent mal aux stimuli par rapport au comportement des enfants sans ces caractéristiques, a été étudiée récemment dans la recherche clinique contrôlé. Les résultats de cette étude étaient compatibles avec les données empiriques vaste, montrant une comparaison possible avec l'intimidation[55]

Hare psychopathie

La psychopathie est souvent mesurée par le PCL-R, qui est une échelle consistant en vingt article dont chacun indique trois valeurs (0,1,2) sous-tendu à deux facteurs.

facteur 2 PCL-R est associée à des déficits comportementaux ou au mode de vie antisocial,[26] plus précisément: la colère réactive, l'anxiété, une augmentation des tentatives de suicide, la criminalité et la violence impulsive. Le facteur 1 PCL-R, en revanche, elle est associée à des déficits de la personnalité ou le narcissisme agressif, à savoir: extraversion et l'effet positif. Dans le premier facteur, les soi-disant traits principaux de personnalité psychopathique, peuvent également être utiles pour le psychopathe (en termes de non-fonctionnement des déviants sociaux)[56] Les deux analyses de cas et des entretiens semi-structurés ont été utilisés pour l'analyse.

Étant donné que les scores d'une personne peut avoir des conséquences importantes pour l'avenir, la capacité de causer des dommages est considérable, si le test est utilisé ou utilisé de manière incorrecte. Le test est considéré comme valide si elle est administrée par un médecin qualifié et réalisée dans des conditions contrôlées.[57][58].

PCL-R articles

L'PCL-R se compose de 20 éléments. Ils enquêtent sur l'affectif, les caractéristiques interpersonnelles et comportementales de l'individu[59]. . chaque article Il est évalué sur une échelle de zéro à deux. La somme détermine l'étendue de la psychopathie d'une personne[60]:

facteur 1
narcissisme agressif
  1. charme superficiel
  2. grandiose auto Sense
  3. pathologique de mensonge
  4. imposteur / manipulatrice
  5. Le manque de remords ou de culpabilité
  6. affectivité superficielle
  7. Le manque d'empathie
  8. Le manque d'acceptation de la responsabilité de ses actions
facteur 2
socialement déviant mode de vie
  1. Besoin de stimulation / proneness à l'ennui
  2. parasite Style de vie
  3. le contrôle du comportement médiocre
  4. Promiscuité dans le comportement sexuel
  5. Le manque d'objectifs réalistes / long terme
  6. impulsivité
  7. irresponsabilité
  8. la délinquance juvénile
  9. Les problèmes de comportement précoce
  10. Révocation de la libération conditionnelle
  11. De nombreuses relations conjugales à court terme
  12. Polyvalence criminelle

Un problème relatif à l'évaluation des personnes qui peuvent avoir des caractéristiques émotionnelles, associées à la psychopathie relationnelles et comportementales, est la capacité à surmonter les préjugés sexistes lorsque les caractéristiques psychopathes sont présents chez les femmes[61]. la Hare psychopathie révisée Il a des centiles et tables T-score pour les délinquants masculins et féminins.

DSM et de la CIM

Il existe actuellement deux systèmes largement établis de classement troubles mentaux - chapitre V Classification internationale des maladies (CIM-10) publiée par le Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV), publié par la American Psychiatric Association (APA). Les deux publications liste des troubles de la pensée comment les différents types, et sont délibérément convergé leurs codes dans les récentes révisions de sorte que les manuels sont plus facilement comparables, bien que d'importantes différences demeurent.

Alors que les versions antérieures du DSM répertorie psychopathie comme un trouble de la personnalité, il est actuellement pas un diagnostic de ces classifications. Marquage d'une personne en tant que psychopathe comporte une évaluation métrique, en utilisant un outil de diagnostic tel que Hare psychopathie révisée (PCL-R). Le PCL-R est largement considéré comme le « gold standard » pour l'évaluation de la psychopathie qui est plus fortement corrélée avec le DSM-IV trouble de la personnalité antisociale (ASPD), et CIM-10 trouble de la personnalité antisociale et trouble de la personnalité (DPD). Cependant, les critères d'identification d'un psychopathe sont différents pour les deux ASPD que la DPD; psychopathes représentent un sous-ensemble de ceux qui ont ASPD, et les traits psychopathes sont plus graves[60] Un psychopathe obtenir un score élevé sur les deux facteurs PCL-R, alors que le ASPD qui n'est pas un psychopathe, vous obtiendrez un score élevé uniquement sur le facteur 2.[56].

Certains chercheurs sont sceptiques quant à l'évolution des critères diagnostiques. Le trouble de la personnalité antisociale est diagnostiqué par le comportement social et les comportements déviants, alors qu'un diagnostic de psychopathie comprend également des facteurs de personnalité, émotionnelle et interpersonnelle. Le Lièvre de psychopathie révisée Il est capable de prédire la criminalité future, la violence et le diagnostic de récidive que ne ASPD en utilisant le DSM-III-R.

Il existe également des différences entre les psychopathes et les autres sur « le traitement et l'utilisation de l'information linguistique et émotionnel », alors que ces différences sont faibles parmi les personnes diagnostiquées avec ASPD et non[62][63] Cependant, Hare psychopathie révisée Il nécessite l'utilisation d'une entrevue assez longue et la disponibilité de plus d'informations[63] ainsi que la deuxième partie des arrêts de caractère plutôt que le comportement observé.

Les essais sur le terrain au DSM-IV sont des traits de personnalité qui sont aussi fiables que les critères diagnostiques qui ne mesurent que le comportement, mais aussi sur les traits de personnalité critères ont été abandonnés en partie parce qu'il craignait que le médecin n'a pas les utiliser correctement. En outre, la position du texte d'introduction décrit les traits typiques de la personnalité de la psychopathie, qui soutient Hare faire le manuel confus et contient en fait deux différents ensemble des critères. En outre, affirme que la confusion en ce qui concerne le mode de diagnostic ASPD, ainsi que sur la différence entre ASPD et psychopathie, ainsi que le pronostic en ce qui concerne la récurrence et traitabilité, peuvent avoir de graves conséquences dans certains environnements tels que les affaires judiciaires dans lesquelles la psychopathie est souvent considérée comme un facteur aggravant du crime.[62]

Liste de contrôle Cleckley

Dans son livre 1941, Mask of Sanity, Hervey Cleckley a présenté seize caractéristiques comportementales d'un psychopathe[11]:

  1. apparemment fascinant et une bonne intelligence
  2. Absence de délires et autres signes de la pensée irrationnelle
  3. Pas de nervosité ou de manifestations psycho-névrotiques
  4. Le manque de fiabilité
  5. Mensonge et hypocrisie
  6. manque de remords et honte
  7. démotivés comportement antisocial
  8. Peu de sens du jugement et peu de capacité à apprendre de l'expérience
  9. L'égocentrisme et l'incapacité d'aimer
  10. Manquant dans les principales réactions affectives
  11. pauvres perspicacité
  12. Peu de réponse dans les relations interpersonnelles les plus courantes
  13. comportement surréaliste et peu attirante qui se dégage par rapport à l'hypothèse de alcool
  14. Les menaces de suicide rarement fait
  15. Comportement sexuel impersonnel, trivial et mal intégré
  16. Le non-respect de tout plan de vie

comorbidité

Psychopathie peut être caractérisée par diverses autres conditions mentales[64], bien que, à la différence des troubles du comportement antisocial, comorbidités chez les psychopathes est moins fréquent[65][66]

La toxicomanie est l'un d'entre eux[67] particulièrement associée au facteur 2[34][65] le trouble de la conduite et laTDAH Ils peuvent être associés à la psychopathie qui peut être expliqué par la corruption cortex préfrontal et dorsolatéral associés à des fonctions exécutives de tous les trois troubles[34].

D'autres preuves montrent la corrélation entre trouble de la personnalité antisociale et d'autres troubles tels Histrionics, narcissisme et les perturbations limite[34]

L'anxiété peut être associée à un comportement anti-social, mais il est inversement avec un facteur 1.[34] la dépression Elle est inversement proportionnelle à la psychopathie.[34] Il n'y a pas de corrélation, cependant, entre la psychopathie et la schizophrénie.[34][66]

Il a été suggéré que la psychopathie peut avoir une certaine corrélation avec divers autres diagnostics, cependant, l'état actuel a été effectué un travail limité sur comorbidités[67]. Cela peut entraîner des difficultés sur l'utilisation des groupes hospitaliers par certaines institutions pour évaluer comorbidités, en raison de la probabilité de certains préjugé sélection dans l'échantillon.[34] De plus, comorbidités peut mieux refléter les catégories DSM-IV reflétant étiologique séparées conditions sous-jacentes.[65]

criminalistique

À la suite de Hare, le consensus parmi les chercheurs dans le domaine de la psychopathie se concentre sur un trouble neurologique spécifique qui est présent à la naissance[26], bien que dans 2008 Ils ont été montré diverses causes, ainsi que des variations chez les patients[44]. Le même estime qu'environ 1% de l'ensemble de l'univers statistique des Américains était malade[32].

Une recherche dans 2009 Il fait état d'une prévalence de 0,6% des personnes qui répondent aux critères de diagnostic de ladite[68].

Robert Hare dit que la psychopathie a une prédisposition héréditaire et que de nombreux patients ont des comportements tels que d'avoir des relations passagères avec le sexe opposé, malgré le taux de fécondité élevé[26].

Une série d'études en 2002 Ils ont montré que 47% de la population carcérale masculine en prison, et 21% des femmes souffrent de troubles de la personnalité antisociale[69]. À la suite de ces statistiques, environ 25% des détenus répond à tous les critères psychopathes[70] Dans une recherche de la 2009 sur les prisonniers anglais a constaté que 7,7% des hommes et 1,9% des femmes souffrant de psychopathie.[71]

Les meurtres sont les crimes les plus fréquemment rapportés chez les psychopathes (93,3%) a eu lieu dans « sang froid » est prémédité. Le pourcentage diminue considérablement pour les non-psychopathes (48,4%) pour le fond le plus sentimental[72]. Bien qu'il existe plusieurs caractéristiques qui les montrent comme des terroristes redoutables, il y a peu de corrélations entre terrorisme et psychopathie[73].

Psychopathie et la violence sexuelle

les préférences sexuelles sont généralement considérés comme statistiquement induire en erreur lorsque déviant de la norme et quand ils ont tendance à infliger un dommage indésirable sur eux-mêmes ou sur d'autres[74]. Dans une étude de Barbaree et al. (1994) avec pléthysmographie pénis, psychopathes a montré une augmentation du flux sanguin du pénis par rapport au groupe de contrôle après avoir subi des stimuli visuels et auditifs spéciaux. Cela peut être dû à l'absence totale de respect du psychopathe sur les normes sociales et le manque d'attachement aux affections. Le désir d'être socialement acceptée est si profondément enracinée dans l'esprit et la personnalité des êtres humains normaux, dans une certaine mesure, ce qui dicte nos sentiments sexuels, alors que le psychopathe va essayer de se fondre dans, leurs désirs intimes sont complètement à l'extérieur standard sociale.

Il existe également des preuves pour suggérer que délinquant psychopathie sexuelle utilisent plus la violence contre leurs victimes que les non-psychopathes, ce qui suggère que le psychopathe peut avoir une plus grande propension à être sexuellement sadique. Woodworth et al. (2003) ont examiné la corrélation entre les scores PCL-R et les types d'agressivité exprimés dans un échantillon de 38 délinquant sexuelle. 84,7% de ceux-ci entrent dans une gamme moyenne élevée (nettement supérieurs à ceux d'un groupe de meurtriers non sexuels). En outre, les homicides commis par des psychopathes (ceux avec un score de 20 ou plus) ont montré une violence plus sadique que les non-psychopathes. 82,4% des psychopathes sadiques ont violence commis contre leurs victimes, contre 52,6% des non-psychopathes.

en 2011 une étude réalisée dans les prisons canadiennes a révélé que la psychopathie est plus liée aux crimes de violence plus grande à la violence sexuelle. Malgré le taux élevé de récidive, psychopathes montrent une grande capacité à convaincre les services sociaux d'insister dans les traitements de récupération. Les auteurs de violences sexuelles psychopathes sont environ 2,5 fois plus susceptibles de sortir en liberté conditionnelle que les non-psychopathes[75].

pronostic

Un chercheur, Christopher J. Patrick a publié un livre Manuel de psychopathie qui a consacré un chapitre sur le traitement lorsqu'il existe des preuves d'un remède pour ce type de pathologie; aucun médicament ne peut injecter 'empathie dont le psychopathe besoin aussi, et ceux qui suivent une thérapie traditionnelle peut devenir beaucoup plus dangereux dans les autres et la manipulation plus susceptibles de commettre un crime[19]. D'autres suggèrent que les psychopathes peuvent obtenir un avantage considérable de toute thérapie, sauf ceux qui se concentrent sur traits comportementaux[70].

Dans la pratique, les professionnels santé mentale abordent rarement le traitement des troubles de la personnalité psychopathe comme ils sont souvent considérés comme des maladies incurables et les interventions se sont avérées inefficaces. Cependant, certaines difficultés ont été attribués à un certain nombre de facteurs tels que le manque de clarté sur la définition et le diagnostic de psychopathie, la menace de danger pour le personnel, la fraude ou la mauvaise motivation des patients, et le manque de suivi pour tester l'efficacité des soins. Malgré le pessimisme, de 1999, le traitement des patients psychotiques a toujours lieu dans divers hôpitaux psychiatriques et la recherche scientifique a montré que vous avez des améliorations à certaines personnes lorsque vous ne pouvez pas trouver le bon traitement, et que de longues périodes de traitement produisent souvent des résultats tangibles[76].

Il a été démontré que le changement des techniques comportementales fondées sur la peine n'améliore pas le comportement des psychopathes car il est avéré qu'ils essaient de devenir plus intelligents et plus capables de cacher leur comportement. Il a été suggéré que les approches thérapeutiques traditionnelles font réellement psychopathes plus habiles à manipuler les autres et, par conséquent, sont considérés comme non seulement incurable mais aussi intraitable.[57]

Cependant, certains chercheurs suggèrent que les psychopathes peuvent bénéficier autant que les autres d'un traitement psychologique, au moins en termes de comportement criminel, mais pas sur les traits de personnalité de base.[70] Par exemple, une approche thérapeutique sur les mineurs qui prouvent ne pas être tombé dans la même infraction au cours d'une période de deux ans par rapport aux soins habituels[77]

Défense sociale

Italie

Angleterre

en Royaume-Uni, la psychopathie a été défini juridiquement Loi sur la santé mentale (Royaume-Uni) comme « un trouble persistant ou de l'invalidité d'esprit (non compris une altération significative de l'intelligence) qui se traduit par un comportement anormalement agressif ou gravement irresponsable de la part de la personne concernée"[78]. Cette définition, qui ne correspond pas à la psychopathie, était destiné à refléter la présence d'un trouble de la personnalité, en termes de conditions de détention en vertu de la Loi sur la santé mentale 1983. Avec les modifications ultérieures contenues dans Loi sur la santé mentale 2007, la psychopathie a été aboli, toutes les autres conditions de comorbidité, par exemple. maladie mentale, troubles de la personnalité, etc .. et ils sont actuellement contenus dans le terme générique de « troubles mentaux ».

en Angleterre et Pays de Galles, le diagnostic de trouble de la personnalité antisociale est traité pendant sa détention hôpital psychiatrique selon Loi sur la santé mentale si les parties ont commis des crimes graves, mais étant donné que ces personnes sont perturbateurs pour les autres patients et ne répondent pas au traitement, vous ne pouvez pas faire est de les enfermer en prison[79].

États-Unis

La psychopathie est traitée différemment selon les différentes juridictions. L'Association américaine de psychiatrie est fortement opposé aux définitions non médicales ou des définitions qui ne prennent pas en compte le contexte clinique[80].

en États-Unis, vingt États peuvent actuellement offrir des services assistance pour les délinquants sexuels ou les prédateurs sexuels, évitant l'utilisation du terme « psychotique ». Ces lois et leurs dispositions sont sujettes à controverse et sont en cours d'examen par le Cour suprême comme une violation d'un droit fondamental Quatorzième Amendement[81].

notes

  1. ^ à b Helfgott, J. B. (2000) 450 CRJ: Le Psychopathe [Les diapositives PowerPoint]. Récupérée de http://jhelfgott.pageout.net/page.dyn/student/course/course_home?course_id=63357
  2. ^ http://www.psychiatrictimes.com/dsm-iv/content/article/10168/54831 Psychiatrictimes.com
  3. ^ révision proposée, DSM5..
  4. ^ http://www.mentalhealth.com/icd/p22-pe04.html Mentalhealth.com
  5. ^ Patrick, Christopher J., (1995) Manuel de psychopathie, l'OTAN Institut d'études avancées sur psychopathique, p. 61.
  6. ^ Theodore Millon, Roger D. Davis, Troubles de la personnalité: DSM-IV et au-delà, New York, John Wiley Sons, Inc., 1996 ISBN 0-471-01186-X. pp. 169, 430,
  7. ^ Mythos et de la maladie mentale: psychopathie, Fantastique, et la vie morale contemporaine (2008)
  8. ^ Henry Maudsley, la pathologie de l'esprit.cap. 3, p. 77
  9. ^ à b c Theodore Millon, Psychopathie: Antisocial, criminel et comportement violent, Guidford Press, 2002, pp. 3-18, ISBN 1-57230-864-8. Récupéré le 13 Janvier, 2008. pp. 173-177,
  10. ^ David Kelley, "Stalking the Criminal Mind" Harper, Août 1985, pages. 53-59.
  11. ^ à b c H. M. Cleckley Le Mask of Sanity: Une tentative de réinterpréter la personnalité psychopathique So-Called, 5e édition, révisée 1984 Télécharger le fichier PDF
  12. ^ J. Reid Meloy, L'esprit psychopathique: Origins, la dynamique et le traitement, Northvale, NJ, Jason Aronson Inc., 1988, p. 9 ISBN 0-87668-311-1.
  13. ^ personnalité psychopathique: un problème conceptuel (1977)
  14. ^ Deborah Cameron, Lust to Kill, Washington Square, New York, New York University Press, 1987, p. 87-94, ISBN 0-8147-1408-0.
  15. ^ Jill S. Levenson, John W. Morin (2000) Le traitement de parents non délinquants dans les cas de violence sexuelle des enfants, p. 7, Sage, ISBN 0-7619-2192-3.
  16. ^ Zuckerman, M. (1991) Psychobiologie de la personnalité, Cambridge University Press, p. 390. ISBN 0-521-35942-2..
  17. ^ Glenn D. Walters (2006) la théorie de la vie, p. 42, Nova Publishers, ISBN 1-60021-033-3..
  18. ^ personnalité psychopathe, Dictionary.com. Récupéré le 25 Avril, 2011.
  19. ^ à b c Grant Harris et Marnie Rice, Traitement de la psychopathie: Un examen des résultats empiriques, Christopher Patrick (ed) Manuel de psychopathie, 2006, pp. 555-572.
  20. ^ Gregory R. Samanez-Larkin et Joshua W. Buckholtz, le cerveau des psychopathes câblés aux récompenses Vedik, peu importe les conséquences, sur PhysOrg.com, 14 mars 2010. Récupérée le 1er Octobre 2011.
  21. ^ Ochberg FM, AC Brantley, Hare RD, et al., prédateurs mortels: psychopathes, sadiques, et en bonne santé, en Journal international de la santé mentale d'urgence, vol. 5, nº 3, 2003, pp. 121-36, PMID 14608825.
  22. ^ Simon R. I. Les psychopathes, les prédateurs parmi nous. R. I. Simon (Ed.) Bad Men Do What Good Men Dream (pp. 21-46). Washington: American Psychiatric Publishing, Inc.1996
  23. ^ Adelle E. Forth, David C. Cooke et Robert R. Hare, Psychopathie: la théorie, la recherche et implications pour la société, Dordrecht, Kluwer Academic, 1998, pp. 121-36, ISBN 0-7923-4919-9.
  24. ^ Kirk Heilbrun, Risque de violence: de la prédiction à la gestion, 2003, p. 127, DOI:10.1002 / 0470013397.ch5.
  25. ^ G. T. Harris, M. E. Rice et M. Lalumiere, La violence criminelle: Les rôles de psychopathie, Neurodevelopmental Insultes et Antisocial Parenting, en Justice pénale et le comportement, vol. 28, nº 4, 2001, p. 402, DOI:10.1177 / 009385480102800402.
  26. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p R. Hare, sans conscience, Guilford Press, 1999, p. 166-177, ISBN 1-57230-451-0. pp. 2, 25, 40, 44, 52, 53, 54, 58, 70, 78, 96, 130, 159,
  27. ^ à b c et fa Robert Hare, Paul Babiak (2006) Les serpents dans les costumes: Quand psychopathes Aller au travail, HarperCollins, New York, NY., ISBN 978-0-06-114789-0 .. pp. 21, 39, 41, 48, 184
  28. ^ Michaud S. G., Aynesworth H. Ted Bundy: Conversations avec un tueur p. 111.
  29. ^ M. R. Dadds, Y Perry, Hawes DJ, S Merz, Riddell AC, Haines DJ, E Solak et AI Abeygunawardane, Attention aux yeux et la peur des déficits de reconnaissance dans la psychopathie enfant, en Le British Journal of Psychiatry, vol. 189, nº 3, 2006, pp. 280-1, DOI:10,1192 / bjp.bp.105.018150, PMID 16946366.
  30. ^ Smith S.S., Newman J.P.L'alcool et les troubles de dépendance de la toxicomanie chez les délinquants criminels psychopathes et nonpsychopathic.
  31. ^ Peter Maas. Dans le champ Nom de l'enfant.
  32. ^ à b c Robert D. Hare, Craig S. Neumann, traits psychopathiques dans un grand échantillon communautaire: Liens à la violence, la consommation d'alcool, et l'intelligence, en Journal de conseil et psychologie clinique, vol. 76, nº 5, 2008, pp. 893-9, DOI:10,1037 / 0022-006X.76.5.893, PMID 18837606. Un résumé de l'un des livres de Hare
  33. ^ Kosson DS, Suchy Y, Mayer AR, Libby J, Reconnaissance du visage effet psychopathes criminels, en émotion, vol. 2, nº 4, Décembre 2002, p. 398-411, DOI:10,1037 / 1528-3542.2.4.398, PMID 12899372.
  34. ^ à b c et fa g h Blair RJ, Mitchell DG, Richell RA, et al., Faire la sourde oreille à craindre: la reconnaissance vocale dépréciés affectent les individus psychopathes, en Journal of Abnormal Psychology, vol. 111, nº 4, Novembre 2002, p. 682-6, DOI:10,1037 / 0021-843X.111.4.682, PMID 12428783.
  35. ^ Hiatt, Kristina D;. Schmitt, William A;. Newman, Joseph P. (2004) Tâches Stroop Reveal anormale attention sélective chez les délinquants psychopathiques, "Neuropsychologie", Vol 18 (1), Jan, pages 50-59, DOI: 10,1037 / 0894-4105.18.1.50
  36. ^ Approches évolutionnistes à la violence Expliquer, "L'agression et le comportement violent", Volume 16, Numéro 5, Septembre-Octobre 2011, pages 371-380, DOI: 10.1016 / j.avb.2011.03.009
  37. ^ David M. Buss (2009) "Perspectives de la science psychologique", Juillet, vol. 4 no. 4, pages 359-366 DOI: 10.1111 / j.1745-6924.2009.01138.x
  38. ^ Ils Viding, R. James R. Blair, Terrie E. Moffitt, Robert Plomin (2005) Preuve du risque génétique importante pour la psychopathie à 7 ans, "Journal of Child Psychology and Psychiatry", Volume 46, numéro 6, pages 592-597, Juin DOI: 10.1111 / j.1469-7610.2004.00393.x
  39. ^ RJ Blair, Les amygdale et le cortex préfrontal ventromédian: contributions fonctionnelles et un dysfonctionnement dans la psychopathie, en Philosophical Transactions de la Royal Society, vol. 363, nº 1503, le 23 Avril 2008, pp. 2557-2565, DOI:10.1098 / rstb.2008.0027, PMC 2606709, PMID 18434283.
  40. ^ Michael C Craig, Marco Catani; Q Deeley; R Latham; Et Daly; R Kanaan; M Picchioni; P K McGuire; T Fahy; Declan G M Murphy, Connexions Altered sur la route de la psychopathie, en Molecular Psychiatry, vol. 14, nº 10, 9 Juin 2009, pp. 946-53, 907, DOI:10.1038 / mp.2009.40, PMID 19506560. 20 Juillet Récupéré, 2010.
  41. ^ Sabrina Weber, Ute Habel, Katrin Amunts et Frank Schneider, des anomalies cérébrales structurelles dans psychopathes un examen, en Sciences du comportement la loi, vol. 26, nº 1, 2008, pp. 7-28, DOI:10.1002 / bsl.802, PMID 18327824.
  42. ^ Craig M C, M Catani, Q Deeley, R Latham, E Daly, R Kanaan, M Picchioni, P et K McGuire T Fahy, Connexions Altered sur la route de la psychopathie, en Molecular Psychiatry, vol. 14, nº 10, 2009, pp. 946-53, 907, DOI:10.1038 / mp.2009.40, PMID 19506560.
  43. ^ Craig MC, Catani M, Q Deeley, et al., Connexions Altered sur la route de la psychopathie, en Molecular Psychiatry, vol. 14, nº 10, Octobre 2009, p. 946-53, 907, DOI:10.1038 / mp.2009.40, PMID 19506560.
  44. ^ à b Weber S., Habel U, Amunts K., F. Schneider, anomalies cérébrales structurelles dans psychopathes un examen, en Sciences du comportement la loi, vol. 26, nº 1, 2008, pp. 7-28, DOI:10.1002 / bsl.802, PMID 18327824.
  45. ^ à b c DOI: 10.1016 / j.psc.2008.03.004
  46. ^ Theodore P. Beauchaine, Daniel N. Klein, Sheila E. Crowell, Christina Derbidge et Lisa Gatzke-Kopp, Multifinality dans le développement des troubles de la personnalité: Une Biologie × sexe × modèle d'interaction environnement des traits antisociaux et borderline, en Développement et psychopathologie, vol. 21, nº 3, 2009, pp. 735-70, DOI:10.1017 / S0954579409000418, PMC 2709751, PMID 19583882.
  47. ^ Gollan JK, Lee R, Coccaro EF, Psychopathologie du développement et de la neurobiologie d'agression, en Développement et psychopathologie, vol. 17, nº 4, 2005, pp. 1151-1171, PMID 16613435.
  48. ^ Lee R, ER Coccaro. Neurobiologie d'agression impulsive: Mise au point sur la sérotonine et le cortex orbitofrontal. Dans: Flannery DJ, Vazsonyi AT, ID Waldman, rédacteurs en chef. Le manuel Cambridge de comportement violent et l'agressivité. New York: Cambridge University Press; 2007. pp. 170-186. ISBN 978-0-521-60785-8
  49. ^ van Goozen SH, Fairchild G, H Snoek, Harold GT, La preuve d'un modèle neurobiologique de l'enfance comportement antisocial, en Psychological Bulletin, vol. 133, numéro 1, Janvier 2007, p. 149-82, DOI:10,1037 / 0033-2909.133.1.149, PMID 17201574.
  50. ^ Alyson Blanchard, Minna Lyons, (2010) "Une enquête sur la relation entre le rapport de longueur de chiffres (2D: 4D) et psychopathie"" Le Journal britannique de la pratique médico-légale », vol 12 Iss. 2, pages 23-31, DOI: 10,5042 / bjfp.2010.0183
  51. ^ Ramsland, K., L'enfance Psychopathe: Bad Vedid ou mauvais parents?
  52. ^ Janet McClellan, Cruauté envers les animaux et le comportement violent: Est-il un lien?, en Journal of Education Sécurité, vol. 2, nº 4, Décembre 2007, p. 29-45, DOI: 10,1300 / J460v02n04_04 (inactive 2010-03-23).
  53. ^ J. M. MacDonald, La menace de tuer, en American Journal of Psychiatry, vol. 120, No. 2, 1963, pp. 125-130.
  54. ^ G. A. Weatherby, D. M. Buller et K. McGinnis, Le modèle Buller-McGinnis du comportement série-homicide: une approche intégrée (PDF), Dans Journal de criminologie et de justice pénale Recherche et éducation, vol. 3, 2009, p. 1.
  55. ^ Hawes DJ, Dadds MR, Le traitement des problèmes de comportement chez les enfants avec des traits calleux unemotional, en Journal de conseil et psychologie clinique, vol. 73, nº 4, Août 2005, p. 737-41, DOI:10,1037 / 0022-006X.73.4.737, PMID 16173862.
  56. ^ à b Davison, G. C., Neale, J. M., Blankstein, K. R., Flett, G. L. (2002). Psychologie anormale. (Etobicoke: Wiley)
  57. ^ à b Hare R.D., Neumann N.C. (2006). L'évaluation PCL-R de psychopathie: developmet, Directions Propriété et nouvelles. Dans Patrick C. (ed.), Handbook psychopathie, pp. 58-88, New York: Guilford
  58. ^ Hare, R. D. (2003). Manuel pour la psychopathie révisée Liste (2e éd.). Toronto, ON, Canada: Multi-Health Systems.
  59. ^ Ciulla S., V. Caretti, A. Schimmenti, La psychopathie - révisée Robert Hare, items.giuntios.it, 14 mai 2012. Récupéré 15 mai 2012.
  60. ^ à b David Semple, Oxford Manuel de psychiatrie, États-Unis, Oxford University Press, 2005, pp. 448-449, ISBN 0-19-852783-7.
  61. ^ Frank S. Perri et Terrance G. Lichtenwald, La dernière frontière: Mythes La femelle Psychopathic tueur (PDF), Dans légiste, vol. 19, n ° 2, 2010, pp. 50-67.
  62. ^ à b Psychopathie et les troubles de la personnalité antisociale. Un cas de confusion de diagnostic de R.D. Hare, Ph.D. psychiatriques Times. Vol. 13 No. 1er 2 Février 1996 http://www.psychiatrictimes.com/dsm-iv/content/article/10168/54831
  63. ^ à b Hare, RD, Hart, SD, Harpur, TJ <---- manca ---->peterson / psy430s2001 / Hare 20rd 20Psychopathy de critères de 201991.pdf pour le trouble de la personnalité antisociale (Fichier PDF)
  64. ^ J Blair, Mitchel D; Blair K, Psychopathie, l'émotion et le cerveau, Wiley-Blackwell, 2005, p. 25-27, ISBN 0-631-23336-9.
  65. ^ à b c Frederick Losel, Le traitement et la gestion des psychopathes, DJ Cooke, AE Forth et Hare RD (eds), Psychopathie: théorie, recherche et implications pour la société (Science de l'OTAN série D), Springer, 1997, pp. 25-27, ISBN 0-7923-4919-9.
  66. ^ à b N Nedopil, Hollweg, M; Hartmann, J; Jaser, R, Comorbidité psychopathie avec les principaux troubles mentaux, Cooke, AE Forth et Hare soins RD (à), Psychopathie: théorie, recherche et implications pour la société (Science de l'OTAN série D), Springer, p. 25-27, ISBN 0-7923-4919-9.
  67. ^ à b Martin Kantor, La psychopathie de la vie quotidienne, 2006 ISBN 0-275-98798-1.
  68. ^ Coid J, Yang M, Ullrich S, Roberts A, Hare RD, La prévalence et les corrélats des traits psychopathes dans la population des ménages de Grande-Bretagne, en Revue internationale de droit et psychiatrie, vol. 32, n ° 2, 2009, pp. 65-73, DOI:10.1016 / j.ijlp.2009.01.002, PMID 19243821.
  69. ^ DOI: 10.1016 / S0140-6736 (02) 07740-1
  70. ^ à b c Quels sont les moyens « Psychopath », Scientific American.
  71. ^ Coid J, Yang M, Ullrich S, et al., Psychopathie chez les détenus en Angleterre et au Pays de Galles, en Revue internationale de droit et psychiatrie, vol. 32, nº 3, 2009, pp. 134-41, DOI:10.1016 / j.ijlp.2009.02.008, PMID 19345418.
  72. ^ DOI: 10,1037 // 0021-843X.111.3.436
  73. ^ Horgan, J. (2005) La psychologie du terrorisme. USA: Routledge
  74. ^ Lalumière, M. L., Quinsey, V. L. (1999) Une interprétation darwinienne des différences individuelles dans la propension des hommes pour agression sexuelle, "jurimétrie", 39 pages, 201-216
  75. ^ Dr Stephen Porter, Leanne ten Brinke, Kevin Wilson, (2009) Crime profils de libération conditionnelle et la performance des délinquants sexuels psychopathes et non psychopathes, "Psychologie juridique et criminologique", Volume 14, numéro 1, pages 109-118, Février DOI: 10,1348 / 135532508X284310
  76. ^ Le traitement des troubles de la personnalité psychopathiques et antisociales: Revue - Jessica H Lee, 1999 Prise de décision clinique Unité de soutien, l'hôpital de Broadmoor
  77. ^ Firestone P, Bradford JM, DM Greenberg, Larose MR, les délinquants sexuels: Homicidal psychologiques, phallométrique, et de diagnostic, en Le Journal de l'Académie américaine de psychiatrie et de la loi, vol. 26, nº 4, 1998, pp. 537-52, DOI:10.1177 / 0093854806288176, PMID 9894211.
  78. ^ La Loi sur la santé mentale (deuxième partie) Consultés 26 Juin, 2006
  79. ^ Paul Harrison John Geddes, Lecture Notes: Psychiatrie, Blackwell Publishing, le 18 Juillet, 2005, p. 163-165, ISBN 978-1-4051-1869-9.
  80. ^ W. Lawrence Fitch, Engagement des délinquants sexuels aux États-Unis: Les préoccupations législatives et politiques, en Annales de l'Académie des Sciences de New York, vol. 989, comportement coercitif sexuel: la compréhension et la gestion, 2003, pp. 489-501, bibcode:2003NYASA.989..489F, DOI:10.1111 / j.1749-6632.2003.tb07328.x, PMID 12839921.
  81. ^ R. Alexander, L'engagement civil des délinquants sexuels à la lumière de Foucha v. Louisiane, en Justice pénale et le comportement, vol. 20, nº 4, 1993, p. 371, DOI:10.1177 / 0093854893020004005.

bibliographie

  • P. Babiak, Hare R.D. Les serpents dans les costumes: Quand psychopathes Aller au travail. HarperCollins, New York, NY. ISBN 978-0-06-114789-0.
  • Blair, J. et al. (2005): Le Psychopathe - Emotion et le cerveau. Malden, MA: Blackwell Publishing, ISBN 978-0-631-23335-0.
  • Catalano, C. Nobili, Cerquetelli G. (1953) personnalité psychopathique, Rome, Pozzi.
  • De Luca R. (2008) Personnalité antisociale, sociopathie et psychopathie, Rome, La Sapienza.
  • Robert D. Hare, Psychopathie. Note de recherche diagnostique et empirique, Rome, Astrolabe, 2009.
  • B. Oakley, Ph.D., Mauvais gènes: Pourquoi Rome Fell, Hitler Rose, Enron a échoué, et ma soeur a volé le petit ami de ma mère. Prometheus Books, Amherst, NY, 2007, ISBN 1-59102-665-2.
  • Pannain B. (1961) Le pseudologic de personnalité psychopathique, "Salernum: revue médicale lagale, assurance, médecine sociale et de la criminologie", 1, pp. 93-106.
  • Thimble M. H., F.R.C.P., F.R.C. Psych. Psychopathologie de Syndromes Lobe Frontal.
  • Thomas Widiger et al., Trouble de la personnalité Interview-IV, Chapitre 4: Trouble de la personnalité antisociale, Ressources d'évaluation psychologique, Inc., 1995 ISBN 0-911907-21-1 ..

vidéographie

  • la Société, un film qui comprend une section consacrée à l'explication de personnalités psychopathiques.
  • le film Ted Bundy (film) qui raconte l'histoire d'un des psychopathes les plus reconnus agressifs dans l'histoire.

audiographie

Articles connexes

D'autres projets

liens externes