s
19 708 Pages

odontotyrannos
Les soldats de Alessandro dall'odontotiranno attaqué dans une illustration médiévale.

L 'odontotyrannos (à partir de grec ancien ὀδοντοτύραννος, odontotýrannos, « Tyran des dents »; odontotyrannus en latin), Également appelé dentetiranno ou dentiranno[1], Il est une créature légendaire dont parlent différents auteurs de l'Antiquité et du Moyen Age.

Il est dit d'être un animal amphibie qui vit dans Ganges; de taille disproportionnée, il est capable d'avaler un éléphant entier en une bouchée. Par institution divine l'animal se éloigne pendant les quarante jours où brahmanes traverser la rivière pour rejoindre leurs épouses. Les descriptions varient d'un auteur à l'auteur; certains donnent un corps semblable à celui d'un éléphant ou un cheval, la tête noire et trois cornes sur la tête.

références historiques

Une première description sera donnée dans la De Indiae et de Bragmanibus le pseudo-Palladio:

(LA)

« Atque HAEC Bragmanum Respublica Est. Fluvium vrai impervium dicunt, propter immanem Odontis dicti tyrannidem. est animal maximum oppido, dans dégénérés fluviatiles, elephantem integrum absorbere Valens: transeuntibus vrai Bragmanis à suas uxores dans ISTIS Locis pas conspicitur. Sunt etiam dans ISTIS fluminibus dracones maximi Septuaginta cubitorum, pellem quorum unam Pedes de mihi contigit binos latam videre: Formicae palmarès Illic, cubitales Scorpii; quapropter et loca transitu difficillima sunt. Neque tamen omnia HAEC loca Animalia habent, Feras venenatas aut, sed solummodo déserté; [...] »

(IT)

« Telle est la règle de vie des brahmanes. On dit qu'il est dangereux de traverser le Gange parce énorme être qui est appelé odontotyrannos. Il est un animal vraiment gigantesque, qui vit une vie amphibie dans la rivière et est capable d'avaler un éléphant toute personne en une seule bouchée; mais quand les brahmanes traverser la rivière pour atteindre leurs femmes, dans ces lieux qu'il n'a jamais vu une trace. Dans les cours d'eau il y a aussi des dragons de longues soixante-dix coudées [30 mètres], dont j'ai vu avec mes propres yeux une grande peau deux marche [60 cm]. Les fourmis sont longues dans la terre presque un pouce [10 cm], des scorpions et une coudée [60 cm], il est donc très difficile de traverser ces lieux. Néanmoins, ils ne partout dans le pays sont les foires pour que les animaux monstrueux ou toxiques, mais seulement dans les zones désertiques; [...] »

(Pseudo-Palladio, De Indiae et de Bragmanibus, I, 13-14[2])

Le fait est repris par d'autres auteurs médiévaux, tels que Michele Glica dans son Annales et Giorgio Monaco dans son chronicon.

Une nouvelle description de dell'odontotiranno vient de Giulio Valerio, dans sa biographie Alessandro Magno. La créature est ici dit être semblable à un éléphant; sa taille est telle que pour smuoverne le cadavre servir trois cents hommes:

(LA)

« Non tamen prius memorata saevities animantium receptui Consulit, quam supervenisset id animal, quod regnum quidem garder hasce bestias dicitur; nomine autem odontotyrannum vocant. bête vue HAEC elephantus quidem est, sed etiam magnitude huius animantis Provecta longe, moins nec etiam hominibus saevitudine saevientibus flagrants. Quare cum nostros ac ferme viginti sexe et de occursantibus viros dedisset morts, tandem tamen relique multitude ignibus circumvallatur et sternitur. Adhuc tamen saucius odontotyrannus cum indidem fugiens aquae fluenta inrupisset ibique exanimavisset, VIX trecentorum Manus hominum nisu extractus de flumine Est. »

(IT)

« Cependant, avant cette fameuse férocité des foires se retira tout à fait, il y eut un autre animal, qui est dit être le plus puissant parmi les bêtes; Ils appellent par le nom de odontotyrannos. Cette créature ressemble à un éléphant, bien que très en surplomb de la taille de cet animal, ni ont moins férocité des hommes suprêmement rage. Ainsi, après avoir été lancé contre nous, et avoir tué une vingtaine d'hommes qui se sont opposés, il a finalement été entouré par le feu et a atterri dans la foule restante. Cependant, lorsque les odontotyrannos blessés se sont enfuis de cet endroit pour se jeter dans les eaux qui coulent et venant à échéance, il a fallu la force d'une bande de trois cents soldats pour le retirer de la rivière. »

(Giulio Valerio, Res gestae Alexandri Magni ancien Aesopo grec, III, 19[3])
odontotyrannos
Sculpture représentant Alessandro Magno.

Une description dell'odontotiranno toujours différente, toujours dans l'histoire de cet épisode est donnée dans Noble en Alessandro Magno, l'une des nombreuses versions du roman de Alessandro. Ici, la créature (dans cette traduction d'appel odottirante) Perd tout son caractère amphibie et est dit être semblable à un cheval par la tête noire, avec trois cornes longues. La bête marche à l'eau à boire, puis attaquer les armées d'Alexandre, faisant beaucoup de morts avant d'être démolis:

« Allotta était-dessus d'eux une taille très beschia merveilleux, très fort que pia leofante; et il était semblable au cheval; avia et la tête noire, et au milieu du front avia 3 cornes très Aute. Ce beschia nom Avia odottirante, et avant d'aller boire l'eau, a couru vers l'aubergiste. Et Alisandro et son peuple quand le viddono, avait senti en grande peur, mais hardiment difesono, et f « grande bataille entre eux et beschia. Et avant que beschia Fussi mort, il a tué 26 chevaliers et ferinne beaucoup. »

(Les nobles actions de Alessandro Magno, Comme Alexander misse avec son propriétaire pel désert dov'ebbe eau cher épineux[4])

Le même incident est signalé à nouveau avec une certaine variation dans une lettre qu'on lui attribue Alessandro, adressée Aristote:

« En plus de cela, il est apparu une bête du destin étrange plus d'un éléphant, qui haveva la tête de couleur noire foncée, et comme celle d'un cheval, mais avec trois cornes sur le front. Ce ne sera pas en appeler dagl'Indi odonta ou dent tyran. Comment elle avait bu l'eau, en regardant notre camp, il lui a immédiatement donné, ni les feux ou les flammes, que nous devrions d'abord parassimo, vous ne pourriez jamais faire peur. Je me suis immédiatement opposé les rangs des Macédoniens, qui le tue, mais elle a tué trente d'entre eux et là, il est devenu une parodie de cinquante chars, qui étaient faux non rentables, qu'il est percé de brochettes, et baissai morts. »

(Les nobles actions de Alessandro Magno, Annexe IV. Lettre d'Alessandro Magno sur le site de l'Inde et de voyages » fait à ces déserts à son maître Aristote[5])

Les tentatives visant à identifier

odontotyrannos
odontotyrannos
odontotyrannos
Mastodon, hippopotames et gavial

Dans des temps plus modernes, en 1817, l'hypothèse que l'on peut identifier les odontotyrannos est avancé en passant par mastodonte[6]; Il répond à cela en 1835 Giovanni Battista Pianciani, détruit l'idée refus et il a ensuite été tamisé autre (l 'hippopotame, la gavial), Tous insatisfaisants:

« Un homme capable [...] a écrit que un peu naturaliste moderne aurait peut-être essayé d'être confondu avec le mastodonte cet animal terrible [les odontotyrannos] [...]. Il peut être; mais il semble difficile de donner à cette tentation. Les odontotyrannos qui ne parlent ni le plus ancien, ni les écrivains modernes, que personne n'a vu, qui Cedrenus Glica comptent et fables ridicules, [...] les odontotyrannos, dis-je, est un être imaginaire, qui n'existait pas au moment du grand macédonien plutôt que « nos jours. Il faut ajouter que, selon Cedrenus et Glica, il est amphibien; tandis que les recherches anatomiques ont à dire Cuvier que le mastodonte (ou au moins grand mastodonte) Il n'a pas été fait pour la baignade ou de vivre dans l'eau [...] mais il était un vieil animal terrestre [...]. Il n'est pas facile de trouver ce qui a donné lieu à la fable dell'odontotiranno. S'il était démontré que dans le Gange, où le rang et Cedrenus Glica, vivent ou ont vécu un temps de gl'ippopotami, ceux-ci peuvent avoir donné lieu à des rapports fabuleux que [...]. Mais l'existence d'hippopotames il « fleuves du continent de l'Asie est le point non prouvée [...]. Le gavial [sic], Qui vit dans le Gange [...] il devient très grand, mais ce reptile est pas dangereux pour l'homme, et qui dit de ne consommer que du poisson, n'a rien à voir coll 'odontotyrannos. »

(Giovanni Battista Pianciani, De certains os fossiles trouvés à Rome et ce cadre, et conservé dans le musée kirhceriano[7])

Influence culturelle

  • Les odontotyrannos figure parmi les animaux, réels et légendaires, qui forment le cadre de la porte de l'église Le nom de la Rose, roman Umberto Eco[8].
  • Les odontotyrannos apparaît dans le jeu vidéo Final Fantasy XI, où il est à la fois un monstre PNG[9] qu'un objet[10].
  • Odontotyrannos: Ionesco et le fantôme du rhinocéros est un livre de Jean de Rotiroti Eugène Ionesco et théâtre de l'absurde[11].

notes

  1. ^ Piero Boitani (Eds), Alessandro dans le Moyen Age occidental, Fondazione Lorenzo Valla, 1997 ISBN 978-88-04-42543-4.
    Francesco Maspero, Aldo Granata, Bestiaire médiéval, Piemme, 1999.
  2. ^ (GRCLA) La page en question de l'édition de Londres de 1668 des textes anciens sur l'Inde.
  3. ^ (LA) La page en question de Archive.net.
  4. ^ La page en question de Archive.net.
  5. ^ La page en question de Archive.net.
  6. ^ Bibliothèque italienne ou à la fois revue littéraire et les arts des sciences compilées par divers auteurs, Volume VII, la deuxième année, juillet-Août-Septembre 1817 pag. 398.
  7. ^ La page en question Google books.
  8. ^ "[...], cenoperi de chimères Muselière qui a jeté le feu de ses narines, dentetiranni, policaudati, serpents poilus, salamandres, [...]." Umberto Eco, Le nom de la Rose, Milan, Bompiani (collier de poche Bompiani), 2007 (éd. Originale 1980), p. 52, "premier jour - sixième. Ce qui Adso admire la porte de l'église, et William trouvé Ubertino de Casale. « ISBN 978-88-452-4634-0.
  9. ^ (FR) la page Odontotyrannus de FFXIclopedia.
  10. ^ (FR) page Odontotyrannus (point) de FFXIclopedia.
  11. ^ Giovanni Rotiroti, Odontotyrannos: Ionesco et le fantôme du rhinocéros, Le Groupe Albatros Fil 2009.

Articles connexes

liens externes

sources primaires