s
19 708 Pages

Cosa Nostra
Sicilienne Mafia maxi 1901 trial.jpg
Illustration tirée de journal l'Heure Par rapport au processus - émergé grâce à rapport Sangiorgi - Palerme mai 1901.
noms alternatifs mafia, entreprises honorées, main noire
zone Source Sicile
Domaines d'influence Italie, mieux Sicile. D'autres territoires sont Amérique (États-Unis, Canada, Brésil et Venezuela) en Australie, Allemagne, Suisse et Autriche
période débuts XIXe siècle - dans les affaires
alliés Ce que notre États-Unis, camorra, « Ndrangheta, Sacra Corona Unita, Banda Magliana, mafia Capital (associations romaines et criminelles en général), Mala del Brenta, mafia russe, mafia albanaise
Rivals Stidda et parfois leurs alliés
activités raquette, extorsion, trafic de drogue, pari, assassiner, usure, la gestion des déchets, contrebande, fraude, corruption, terrorisme (1992-1993) blanchiment d'argent, falsification, vol, volé, prostitution, gestion des bâtiments, conspiration
se repentir Melchiorre Allegra
Leonardo Vitale
Tommaso Buscetta
Salvatore Contorno
Giovanni Brusca
Gaspare Spatuzza
Gaspare Mutolo
Antonino Giuffrè
Calogero Ganci

la locution "Cosa Nostra« (Dans le langage courant génériquement appelé Mafia sicilienne ou tout simplement mafia) Est utilisé pour indiquer une 'organisation criminelle type mafia-terroriste[1] présenter Sicile (Surtout dans les provinces de Palerme, Catane, Trapani, Agrigente, Caltanissetta et Ragusa) Tout au long de Italie et dans la plupart des régions monde.

Ce terme est maintenant utilisé pour désigner exclusivement mafia d'origine sicilienne (également indiquer ses ramifications internationales, en particulier dans États-Unis d'Amérique, où il est identifié comme Ce que notre États-Unis, bien que les deux se sont propagées maintenant le caractère international), pour le distinguer d'autres associations et organisations mafia.

Les interventions de contraste par l'Etat italien ont fait plus déterminé depuis la années quatre-vingt la XX siècle, à travers l'enquête de soi-disant "piscine anti-mafia», Créé par le juge Rocco Chinnici, directement suivi par Antonino Caponnetto. Ils faisaient partie de la piscine sont magistrats Giuseppe Di Lello, Leonardo Guarnotta, Giovanni Falcone et Paolo Borsellino.

histoire

les origines

Dans le sens criminel connu aujourd'hui "Cosa Nostra« Est probablement né au début XIXe siècle de promenades de la vie de Massari, de facteurs et gabellotti, qui a dirigé le pays de noblesse Sicilienne, en utilisant les ouvriers qui a travaillé là-bas, bien qu'en vérité il pourrait être beaucoup plus, puisque la querelle avec tout ce qui va avec, existe en Sicile depuis le Normand. Cosa Nostra, est né parce qu'il était toujours nécessaire de système d'alimentation et intégré à la puissance politico-économique officiel existant, marquant ainsi le début d'assumer ses propres fonctions et tuteur[citation nécessaire]. Il a posé avec une telle violence d'intermédiaire entre les derniers propriétaires féodaux et la dernière serfs d 'Europe et, mieux exercer leur métier, il se est entouré d'hommes de main. Ces groupes sont rapidement devenus permanents sous le nom de "sectes, des confréries, des partis, des gangs».

Le premier document historique (sans oublier les appels que le « 500 ont été émises par le vice-roi de Sicile contre les groupes criminels organisés) dans lequel un gang de la mafia est proposé pour inscription est 1837, dans lequel le procureur général Trapani, Pietro Calà Ulloa, Il se réfère à ses supérieurs Naples Affaires des sectes ou des confréries étranges consacrées aux entreprises criminelles et même soudoyé des fonctionnaires:

« Il faut beaucoup de pays, les syndicats ou confréries, sept espèces sont appelées parties, sans couleur ni but politique, aucune réunion, aucun autre lien que celui de la dépendance à une extrémité, voici un propriétaire foncier, il un prêtre. Un cas courant se produit aux besoins actuels pour soulager un fonctionnaire, maintenant défendre maintenant pour protéger un accusé, accusant maintenant un innocent. Il existe de nombreuses espèces de petits gouvernements au sein du gouvernement. L'absence de la force publique a multiplié le nombre de crimes. [...] De même que les vols se passent viennent les médiateurs pour offrir pel des transactions d'objets à part ricuperamento. Le nombre de ces accords est infini "

(Rapport judiciaire du procureur général Pietro Calà Ulloa[2])

L'unité de l'Italie

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Confrérie de Favara.

en 1863 Giuseppe Rizzotto écrit, en collaboration avec l'enseignant de l'école primaire Gaspar Moscou, Le mafiusi de la Vicaria, une pièce de théâtre en Sicile situé dans les grandes prisons Palerme[3] qui mettait en vedette un groupe de détenus qui jouissait d'une "un respect particulier de codétenus parce mafiosi, comme les membres d'une organisation criminelle, avec des hiérarchies et des spécifications personnalisées, y compris les rites d'initiation réel»[2]. Il est de ce drame, qui a eu un grand succès et a été traduit en italien, napolitain et Meneghino, que le terme mafia Elle se propage sur tout le territoire national[4].

Le développement de la criminalité organisée en Sicile était en grande partie en raison de ses contemporains et à des événements ultérieursUnification de l'Italie, en particulier à ce qui était autrefois la crise économique aiguë induite par cette en Sicile et sud de l'Italie. En fait, la État italien, à défaut d'assurer un contrôle direct et stable du gouvernement insulaire (dont l'organisation sociale était très différent du nord), il a commencé à compter sur les gangs de la mafia qui connaissent les mécanismes locaux, facilement pris la place du gouvernement central[2].

Cependant, sous prétexte de protéger les agriculteurs et les paysans de la mauvaise gouvernance et la noblesse féodale, les truands ont forcé les agriculteurs à payer des intérêts pour la location et de maintenir le silence[2]. La première analyse complète dans lequel il a été utilisé le terme mafia Il a été achevé en 1876 de Leopoldo Franchetti, après la célèbre enquête réalisée avec Sidney Sonnino, dont il a été publié sous le titre des conditions politiques et administratives de la Sicile.

L'un des procédés les plus marquants de ces années était celle tenue à 1885 contre affilié "Confrérie de Favara« A clan mafia opérant dans province d'Agrigente qui avait un rituel d'initiation, ce qui a été fait par le piquant "index nouveaux membres, puis teints avec sang une image sacrée, qui a été brûlé tout a commencé à réciter le serment[5]: Cette cérémonie d'affiliation était typique gangs la mafia Palerme, à laquelle de nombreux membres de la « Fraternité » avaient été affiliés 1879, au cours de son emprisonnement avec la mafia Palerme en prison Ustica[6]. en 1893, suite à la Notarbartolo, l'existence de Cosa Nostra (et ses relations avec la politique) est devenu connu dans toute l'Italie[7].

Revendications agricoles

Cosa Nostra
Carte de la Sicile du début du XXe siècle, qui montre la densité de la mafia sicilienne communes

Bien que plus d'un régime féodal, dans la campagne sicilienne agriculteurs étaient encore exploités. Les grands propriétaires vivaient à Palerme et dans d'autres grandes villes et loué leurs terres à gabellotti avec des contrats à court terme, que pour être rentable, ce qui oblige le gabellotto à exploiter les paysans. Pour éviter les émeutes et mieux travailler, gabellotto a accepté de s'allier avec la mafia, qui, d'une part en offrant leur pouvoir coercitif contre les agriculteurs, d'autre part leurs connaissances à Palerme, où la majorité des contrats agricoles siglavano[8].

À partir de 1891 les agriculteurs ont rejoint en Sicile poutres, sorte de syndicats agricoles dirigé par le socialiste local, exigeant des contrats plus équitables et une répartition plus adéquate de la richesse. Ce ne fut pas des mouvements révolutionnaires au sens strict, mais ils étaient encore condamné par le gouvernement de Rome, en la personne de Crispi, en 1893 Il a envoyé l'armée pour se dissoudre dans l'utilisation de la force. Giuseppe de Felice Giuffrida, considéré comme le fondateur des faisceaux siciliens, il a été jugé et emprisonné. Peu de temps avant son démantèlement, la foule avait tenté de mettre un peu de ses hommes dans ces organisations pour que si jamais ils se sont produits, il ne serait pas perdre ses privilèges; Mais aussi il a continué à aider gabellotti donc, celui qui est sorti victorieux, il aurait gagné en jouant un rôle de médiateur entre les parties[9].

Quand il est devenu clair que l'Etat interviendrait avec la loi martiale, "fraternité«Également appelé »Société honneur« (Deux des termes utilisés au moment d'identifier Cosa Nostra), se détacha des poutres (qui avait essayé par tous les moyens pour empêcher la pénétration des truands dans leurs rangs, succédant souvent) et même aidé dans sa répression du gouvernement. Comme « vengeance » pour l'action de Fasci, il voulait remettre en question le pouvoir des propriétaires terriens 1915 à Corleone la mafia a tué Bernardino Verro, qui avait été parmi les dirigeants les plus virulents du mouvement des faisceaux siciliens en années nonante du XIXe siècle.

Pendant la présidence de Giovanni Giolitti Elle a permis aux coopératives de demander des prêts aux banques et à entreprendre seul, sans gabellotti, des contrats directs avec les propriétaires. Ceci, ainsi que la nouvelle loi électorale suffrage universel mâle, non seulement conduit à la victoire de plusieurs maires socialistes dans plusieurs villes de Sicile, mais aussi l'élimination du rôle de la mafia dans la médiation des contrats. Cependant, « Giolitti avec la mafia, ainsi que les pouvoirs forts (la franc-maçonnerie détourné, l'ancienne aristocratie, la bourgeoisie héroïque), Elle a monopolisé toute la vie économique et politique de l'île, en fait, l'approvisionnement et le financement aux entreprises industrielles et agricoles ont été conduits, ainsi que les élections législatives et locales "[2].

Pour étouffer le danger « rouge », la mafia a dû allier avec Eglise catholique Sicile[10], également préoccupé par l'évolution des 'l'idéologie marxiste matérialiste dans la campagne. coopératives catholiques donc ne fermaient pas à l'infiltration de la mafia, à condition qu'ils découragent par tous les moyens la socialistes. Au cours des quinze premières années du XXe siècle a commencé à compter les premières victimes socialistes aux mains de la mafia, qui a assassiné des maires, des syndicalistes, des prêtres, des militants et des agriculteurs non perturbés[11]. Le thème de la terre refusé aux agriculteurs demeure l'une des principales raisons du conflit social en Sicile jusqu'après la Seconde Guerre mondiale.

Le rapport Sangiorgi

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Rapport Sangiorgi.

Pour constare le phénomène, il a été envoyé à Sicile Ermanno Sangiorgi, comme directeur à Palerme en 1898 alors qu'il est une guerre de la mafia, qui a commencé deux ans plus tôt, en 1896[12]. En enquêtant sur les crimes commis par des gangs de Conca d'Oro, Sangiorgi rendu compte que les meurtres ne sont pas le résultat d'initiatives individuelles, mais les lois implicites, les décisions collectives, et le contrôle du territoire. Sangiorgi a également découvert que les deux familles les plus riches de Palerme, Florio et Whitaker, vivaient côte à côte avec la mafia Conca d'Oro, qui ils ont été embauchés comme gardiens et les facteurs sur leurs biens et payés à recevoir "protection"[13].

en Octobre 1899 tête de Francesco Siino, clan de Malaspina miraculeusement échappé à une fusillade tesagli des hommes de Antonino Giammona, chef de clan dell 'auditeur, dans le contexte de la guerre Mafia, a été acculé par Sangiorgi et a avoué que son adversaire Giammona le soutenant la raquette le commerce des citrons, vols, extorsion de fonds et falsification de billets de banque. il a déclaré que Conca d'Oro Il a été divisé en huit gangs de la mafia:

  1. Piana dei Colli,
  2. acquasanta,
  3. volets,
  4. Malaspina,
  5. auditeur,
  6. Passo di Rigano,
  7. Perpignan,
  8. Olivuzza.

Sangiorgi, d'après ces déclarations, il a signé de nombreux mandats d'arrêt. La nuit entre le 27 et le 28 Avril 1900 la police avait plusieurs truands arrêter, y compris Antonino Giammona. Au procureur de Palerme, il a envoyé une Sangiorgi rapport de 485 pages qui contenait une carte de l'organisation Palerme Mafia avec un total de 280 « hommes d'honneur ». Le processus a commencé en mai 1901 mais Siino complètement rétracté ses déclarations. Après seulement un mois, ils sont les condamnations en première instance: seuls 32 accusés ont été reconnus coupables d'avoir donné naissance à une association de malfaiteurs et, compte tenu du temps déjà passé en prison, un grand nombre ont été libérés le lendemain[14].

La Première Guerre mondiale et ses conséquences

en 1915 Italie est entré dans la Première Guerre mondiale; On les appelait des centaines de milliers de jeunes de partout au pays. En Sicile, les déserteurs étaient nombreux: ils ont abandonné les villes et se vendent à l'endroit de l'île, vivant pour la plupart des vols. En raison du manque d'armes pour le 'agriculture et la demande croissante pour les soldats de l'avant, beaucoup a été utilisé terres pour le pâturage.

Ces deux conditions n'augmentent considérablement l'influence de Cosa Nostra sur l'île[2]. L'augmentation des vols de bétail, les propriétaires fonciers se sont de plus en plus à la mafia, plutôt que les autorités de l'Etat sans pouvoir, pour revenir au moins une partie des troupeaux. la patron, dans leurs vêtements habituels, ils se prêtaient à une médiation entre les bandits et les victimes, en prenant un pourcentage de leur travail.

A la fin de la Première Guerre mondiale, l'Italie a été confrontée à une crise qui menaçait de dégénérer en un véritable soulèvement populaire, à l'imitation de la récente révolution russe. Dans le nord, les ouvriers se sont mis en grève pour exiger de meilleures conditions de travail, au sud sont les jeunes gens viennent se plaindre que la maison au sujet des promesses non tenues par le gouvernement (en particulier celles qui ont trait à la terre). Beaucoup ensuite grossir les dossiers des bandits, d'autres sont entrés directement dans la mafia et d'autres ont tenté de réformer les poutres ou autrement ont participé aux conseils socialistes de Sicile. Il est dans ce climat de tension qui fascisme Il est apparu.

fasciste

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Les relations entre le fascisme et Cosa nostra.

Le fascisme a commencé une campagne contre la mafia sicilienne, juste après la première visite de Mussolini en Sicile mai 1924. Le 2 Juin de cette année, il a été envoyé en Sicile Cesare Mori, d'abord comme préfet de Trapani, puis à Palerme du 22 Octobre 1925, surnommé le fer préfet, ayant pour mandat d'éradiquer la mafia par tout moyen. L'action des Maures était difficile et efficace. Des centaines et des centaines ont été les hommes arrêtés et condamnés par la suite. Célèbre est le siège de Gangi où les Maures assiégés pendant quatre mois, le centre-ville, comme il a été considéré comme l'un de la mafia des places fortes.

Pendant ce temps, il a été arrêté le patron Ferro Cascio Vito. Après quelques arrestations sensationnelles de boss de la mafia, même les dirigeants de Cosa Nostra ne me sentais plus en sécurité et nous avons choisi deux façons d'économiser: une partie a émigré aux Etats-Unis, qui vont grossir les rangs des Ce que notre États-Unis, tandis que l'autre est resté à l'écart. Le « préfet de fer » a également découvert des liens avec des personnalités du fascisme Alfredo Cucco, qui a été expulsé de PNF.

en 1929 Mori a été nommé sénateur et a pris sa retraite. Les limites de son action était de se reconnaître dans les temps plus tard: l'allégation Mafia a été souvent avancé pour vendettas ou frapper les gens qui n'ont à voir avec la mafia elle-même, comme il était avec Cucco et Général Antonino Di Giorgio. Le policier Francesco Cardenti ces rapports: « Le baron Li Destri au moment de la maffia se penchait fortement aux brigands qui maintenant sont emprisonnés à Portolongone (Elba) si quelqu'un passe par sa propriété qui est jaloux dit: Ne pas dépenser plus de mon pays ou je retirer de la circulation, maintenant que les temps ont changé et qui est un ami des autorités [...] ne pas dépenser plus de mon pays ou je vous envoie à la frontière ".[15] Les moyens utilisés par la police dans un certain nombre d'actions pour vaincre la mafia a conduit à une augmentation de la méfiance de la population envers l'État. Cependant, Mori, a été le premier chercheur italien de prouver que la mafia peut être vaincu avec une lutte sans merci, comme par la suite soutiendra également Giovanni Falcone. La mafia donne des signes de vie déjà avant le débarquement allié en Juillet 1943. En '32, dans le centre de Canicattì, sont consommés trois meurtres (dont le mode d'exécution et le mystère profond qui restent encore enveloppés référence aux crimes typiques des organisations de la mafia ); autour de Partinico, au milieu des années trente, il y avait des incendies, des dommages, assassiner [...] fond éminemment associé; mais on peut citer de nombreux autres épisodes dont la presse ne parle pas, que le régime répond avec quelques condamnant la fusillade et une nouvelle vague d'éléments à confinement.[15]Certains truands étaient membres du parti fasciste, conscient et à la faveur de Benito Mussolini. Prince Lanza di Scalea était l'un des candidats sur les listes du PNF pour Palerme et Gangi administrative Baron Antonio Li Destri[16], ainsi que candidat du PNF, était le protecteur des bandits et des criminels. Mori n'a pas la défaite de la mafia mafia.Altri inscrit au PNF étaient Sgadari et Mocciano. Enzo Ciconte, Histoire criminale.La de résistible ascension de la mafia, « Ndrangheta et la Camorra, du XIXe siècle à nos jours, Rubbettino Publisher 2008.

La Seconde Guerre mondiale, le séparatisme et mouvements paysans

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Mouvement pour l'indépendance de la Sicile et Salvatore Giuliano.
Cosa Nostra
Calogero Vizzini

Il y a des théories qui disent que la mafia américaine Lucky Luciano a été élaboré pour faciliter la débarquement allié en Sicile (Juillet 1943) Et il a demandé à ce sujet bien Commission d'enquête États-Unis sur le crime organisé présidé par le sénateur Estes Kefauver (1951), Qui est venu à ces conclusions:

« Au cours de la Guerre mondiale il y avait beaucoup de bruit autour de certains services précieux que Luciano, à cette époque en prison, il aurait rendu aux autorités militaires dans le cadre des plans pour l'invasion de sa Sicile natale. Selon Moses Polakoff, avocat de la défense Meyer Lansky, Naval Intelligence avait demandé l'aide de Luciano, demandant Polakoff d'agir comme intermédiaire. Polakoff, qui avait défendu Luciano quand il a été condamné, il a dit qu'il se tourna alors vers Meyer Lansky, ancien compagnon Luciano; quinze ou vingt réunions ont été combinées, au cours de laquelle Luciano fornì certaines informations[2] »

En fait, la Commission a constaté que la Kefauver 1942 Luciano (alors détenu) a offert son aide à l'Intelligence Navale d'enquêter sur le sabotage de plusieurs navires dans le port de Manhattan, dont certains sont soupçonnés d'espions nazis infiltrés au port; en échange de sa coopération, Luciano a été transféré dans une autre prison, où il a été interrogé par les agents du renseignement naval et a également proposé de se rendre à Sicile de nouer des contacts en vue de l'atterrissage, cependant, le projet est tombé à[17][18]. Il est presque certain que la collaboration de Luciano avec son ici le gouvernement des États-Unis, bien que l'historien Michele Pantaleone Il a affirmé aux accords obscurs avec le patron de foule Calogero Vizzini par Luciano pour faciliter l'avance américaine, cependant contredite par d'autres preuves en fait de nombreux historiens rejettent l'aide de la mafia dans le débarquement allié comme un mythe parce qu'il est arrivé dans les régions où la mafia a toujours été absent et aussi les Anglo-Américains signifie militaire avait supérieure à l'Italie et l'Allemagne ne sont pas besoin de l'aide de la mafia pour vaincre[17][19][20].

Dans un rapport du 29 Octobre 1943, signé par le capitaine américain W.E. Scotten, déclare que, à ce moment-là l'organisation mafieuse 'est plus horizontale [...] et vertical [...] dans une certaine mesure désagrégée et réduit à une dimension locale»À la suite de la répression de la période fasciste[17]. Cependant, après la libération de Sicile, l 'AMGOT, le Gouvernement militaire allié des territoires occupés, cherchait anti-fascistes pour remplacer les autorités locales fasciste et a décidé de favoriser les grands propriétaires fonciers et leur gabellotti mafiosi, qui se présentaient comme des victimes de la répression fasciste[17]: Par exemple, le baron Lucio Tasca Bordonaro il a été nommé maire de Palerme, le truand Calogero Vizzini maire villalba, Giuseppe Genco Russo surintendant de l'aide publique Mussomeli et Vincenzo Di Carlo (chef de clan de Raffadali) Directeur du bureau local de la demande de céréales[21].

Au cours de la même période émergé Mouvement pour l'indépendance de la Sicile, la première organisation politique de mobiliser activement pendant 'AMGOT, dont les dirigeants étaient pour la plupart des grands propriétaires, dont le baron a décollé Lucio Tasca Bordonaro (Ci-après dénommé un bossage dans un rapport de carabiniers[2]). En fait, beaucoup patron mafia, y compris Calogero Vizzini, Giuseppe Genco Russo, Michele Navarra et Francesco Paolo Bontate, Ils se sont réunis en MIS en tant que représentants agricoles, et ce poste a gagné de nombreuses commandes publiques et les avantages qui pourraient facilement mener des activités illégales de vol de bétail, les vols et la contrebande de nourriture[2][17].

Cosa Nostra
Salvatore Giuliano

En automne 1944 le décret du ministre de l'Agriculture Fausto Gullo (Qui faisait partie du gouvernement provisoire italien a repris tous 'AMGOT) A condition que les agriculteurs obtiendraient une plus grande part du produit de la terre qu'ils cultivent en tant que locataires et ont été autorisés à former des syndicats et de prendre sur la terre improductive gauche[22][23]. L'application de ces règles a produit un choc social entre les propriétaires conservateurs (par leur complicité gabellotti les mouvements de Mafia) et paysannes dirigées par les dirigeants syndicaux, parmi lesquels se trouvaient les plus notables Accursio Miraglia, Placido Rizzotto et Calogero Cangelosi, qui ont été brutalement assassiné par la mafia ainsi que de nombreux autres dirigeants du mouvement paysan dans ces années se sont battus pour la terre refusé[21].

Pendant ce temps dans ressort 1945 l 'GUT, l'aile armée du prévu MIS, Il a engagé l'homme armé Salvatore Giuliano (Leader d'un gang de bandits associés à patron Ignazio Miceli mafia, patron de la mafia Monreale), Qui a fait des embuscades et des attaques contre les casernes de la police Bellolampo, peuplier, Montelepre et Borgetto pour commencer une insurrection séparatiste; aussi patron Calogero Vizzini (Qui était alors le représentant de la mafia province de Caltanissetta[24]) Engagé le gang de "Niscemesi« Dirigée par le bandit Rosario Avila, qui a commencé la guérilla des embuscades contre des patrouilles prise locales carabiniers[25].

en 1946 la MIS Il a décidé d'entrer dans la loi, mais cela n'a pas empêché le bandit Giuliano et son groupe, qui a continué les attaques contre les casernes carabiniers et des alliages de mouvements des agriculteurs, qui ont abouti à la massacre de Portella della Ginestra (Du 1er mai 1947), Contre les manifestants socialistes et communistes Piana degli Albanesi (Province de Palerme), dans lequel 11 personnes meurent et 27 autres blessés restent[25].

Enfin, le groupe sera démantelé par les arrestations Giuliano par Banditisme forces Répression de commandement, dirigé par le colonel Ugo Luca, qui a utilisé le coup des éléments de la mafia pour capturer les bandits: le même Giuliano est tué dans 1950 par son lieutenant Gaspare Pisciotta, qui il était également devenu un informateur secret du colonel Luca[2][25]. A la suite Pisciotta il a été arrêté et a ouvertement accusé les députés Bernardo Mattarella, Gianfranco Alliata Tommaso Leone Marchesano et Mario Scelba d'être les instigateurs massacre de Portella della Ginestra mais il est mort empoisonné en prison dell'Ucciardone en 1954[25].

La spéculation après-guerre

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Sac de Palerme.

en 1950 Il a été adopté la loi la réforme agraire, qui limitait le droit à la propriété foncière seulement 200 ha et forcé les propriétaires à effectuer la remise en état et de transformation ont été mis en place l'ERAS (Institut pour la réforme agraire en Sicile) et de nombreux consortiums de remise en état, dont la direction a été confiée à des truands connus comme Calogero Vizzini, Giuseppe Genco Russo et Vanni Sacco, qui a réalisé d'énormes profits en encaissant la compensation des parcelles vendues all'ERAS puis revendu aux agriculteurs[26][27]. la la réforme agraire impliqué le démantèlement des grands domaines (important pour les intérêts de la mafia, qui, après la réforme ont pu revendre à un prix plus élevé all'ERAS inimitiés) et la réduction de l'importance économique de l'agriculture en faveur d'autres secteurs tels que commerce ou tertiaire le secteur public. Dans cette période, le gouvernement en Sicile est devenue l'institution la plus importante en termes d'économie: de 1950 un 1953 employés régionaux est passé de 800 à plus de 1350 Palerme (Accueil du nouveau gouvernement régional), qui a été dévastée par les bombardements 1943 et 40.000 habitants, qui avaient détruit la maison, nécessitant de nouvelles maisons[28].

Le nouveau plan de reconstruction de logements, cependant, a prouvé un échec et a donné lieu à ce qu'on appelait "Sac de Palerme« En fait, ces années ont vu la montée des soi-disant » Jeunes Turcs « démocrates Giovanni Gioia, Salvo Lima et Vito Ciancimino, qu'ils étaient étroitement liés aux membres de la mafia et ont été placés dans les principaux bureaux du gouvernement local; au cours de la période où la première Lima et Ciancimino étaient conseillers à des travaux publics Palerme, nouveau plan de réglementation ville semblait aller dans le port en 1956 et 1959 mais ils ont fait des centaines d'amendements, d'accepter les demandes des citoyens (dont beaucoup étaient en fait les politiciens et les truands, auxquels ont été ajoutés parents et associés)[29], qui a permis l'assassinat d'un certain nombre de résidences privées art Nouveau construit à la fin du 'huit cents au centre-ville Palerme. En particulier, au cours de la période où Ciancimino a été conseiller (1959-64), Sur les 4000 permis de construire délivrés, 1600 à trois FIGURED dirigé factice, qui n'a rien à voir avec le bâtiment, et étaient également connus favoris des fabricants de truands (Francesco Vassallo et les frères Jérôme et Salvatore Moncada), qui ont réussi à construire des bâtiments qui violaient les clauses des projets et permis de construire[30][31].

De plus, après la guerre, de nombreux mafia américaine (Lucky Luciano, Joe Adonis, Frank Coppola, Nick Gentile, Frank Garofalo) Ils se sont déplacés à Italie et ils sont devenus principalement actifs dans trafic de drogue vers la Amérique du Nord, établir des liens avec les groupes mafieux Palerme (Angelo La Barbera, Salvatore Greco, Antonino Sorci, Tommaso Buscetta, Pietro Davì, Rosario et Mancino Gaetano Badalamenti) Et Trapani (Salvatore Zizzo, Giuseppe Palmeri, Vincenzo Di Trapani et Serafino Mancuso), qui incettavano cigarettes ester et héroïne par les contrebandiers cours et mandarines[32][33]. en Octobre 1957 Ils ont tenu une série de réunions au Grand Hôtel et des Palmes de Palerme entre mafia américaine et Sicile (Gaspare Magaddino, Cesare Manzella, Giuseppe Genco Russo et d'autres): les enquêteurs soupçonnaient que le temps qu'ils se sont réunis pour accord sur l'organisation de trafic de drogue, après la révolution castriste à Cuba (1956-57) Il avait privé la mafia sicilienne et américain la base de tri pour cette importante 'héroïne[33]. Selon le juge assesseur Tommaso Buscetta, en 1957 mafia sicilienne-américaine Joseph Bonanno (Qui était en visite Palerme) Prospecter l'idée de créer un "commission« Calqué sur celui de mafia américaine, dont une partie a dû faire toutes les têtes des « commandements » de province de Palerme et il devait avoir la tâche de régler les différends entre les différentes familles de la province[34].

La « première guerre de la mafia » et antimafia Commission parlementaire

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Première Guerre Mafia et Parlementaire antimafia Commission.

Les tensions sous-jacentes en ce qui concerne l'activité illégale et a abouti à l'assassinat du territoire patron Calcédoine Di Pisa (26 Décembre 1962), Qui a brisé une trêve fragile conclu entre la mafia principale Palerme Temps[35]; l'assassiner a été commis par Michele Cavataio (Chef de la famille 'acquasanta[36]), Qui voulait mettre la responsabilité sur les frères Angelo et Salvatore La Barbera (truands dangereux Palerme Centre): en effet, après l'assassiner de Di Pisa, Salvatore La Barbera il a été victime "fusil de chasse blanc« Sur mesure »commission« Et ce qui a déclenché une série de meurtres, coups de feu et des voitures piégées, Cavataio a profité du conflit pour se débarrasser de ses adversaires et pour ces raisons a rejoint le patron Pietro Torretta et Antonino Matranga (respectivement têtes des famillesauditeur et Resuttana[36]): Les meurtres commis par Cavataio et ses associés ont abouti à massacre ciaculli (30 Juin, 1963), Qui ont tué sept hommes application de la loi déchiré par l'explosion d'un 'voiture piégée ils ont été désamorçage et était destiné à rivaliser avec la mafia Salvatore "Cicchiteddu" grec (Chef du « commandement » de Brancaccio-Ciaculli[36])[35].

la massacre ciaculli Il a causé tout un émoi dans 'opinion publique Italien mois et il y avait environ deux mille arrestations de suspects dans la mafia province de PalermePour ces raisons, selon les déclarations des collaborateurs de justice Tommaso Buscetta et Antonino Calderone, le "commission« Cosa Nostra a été dissous et beaucoup gangs Mafia a décidé de suspendre ses activités illégales[24]. Au cours de la même période Parlementaire antimafia Commission a commencé ses travaux, la collecte d'informations et les données nécessaires pour évaluer la mafia, de proposer des mesures de prévention et de mener des enquêtes sur des cas individuels, et seulement dans la réalisation de ces enquêtes 1976, Après beaucoup de débats et de controverses[37]. Pendant ce temps, a eu lieu certains processus contre les protagonistes des conflits mafieux de ces années arrêtés suite à la massacre ciaculli: Mafia nombreux ont été jugés dans un processus qui a eu lieu en Catanzaro pour suspicion légitime en 1968 (Le fameux "processus 117« ) En Décembre a été prononcé la sentence, mais seulement quelques-uns avaient de lourdes peines et le reste de l'accusé ont été acquittés manque de preuves ou condamnés à des peines courtes pour le crime de conspiration et puisque le processus avait attendu en détention, ils ont été libérés immédiatement[38]; un autre processus a eu lieu en Bari en 1969 contre les protagonistes d'une querelle de la mafia, il a eu lieu en Corleone la fin la cinquantaine: Les prévenus ont tous été acquittés manque de preuves et un rapport de Parlementaire antimafia Commission durement il a critiqué le verdict[39][40].

en Mars 1973 Leonardo Vitale, membre de clan de Altarello Baida, est venu spontanément avec impatience siège de la police de Palerme et elle a dit aux enquêteurs qu'elle traversait une crise religieuse et je voulais commencer une nouvelle vie; en fait autoaccusò de nombreux crimes, révélant d'abord l'existence d'un "commission« Et décrivant même la rite d'initiation Cosa Nostra et l'organisation d'un gang mafieux: ce fut la première de la mafia après-guerre qui a décidé de collaborer ouvertement avec les autorités et l'affaire a été citée dans le rapport minoritaire du Parlementaire antimafia Commission (Rédigé en 1976)[23]. Cependant Vitale n'a pas été considérée comme crédible et la peine a été commuée en détention dans une prison psychiatrique parce qu'ils ont dit « seminfermo d'esprit »; purgé sa peine et résigné, Vitale sera tué dans 1984[41].

La saison des grands métiers

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Golpe Borghese et Pizza Connection.
Cosa Nostra
le "massacre de Viale Lazio« (10 Décembre 1969)

Après la fin du grand processus, il a été décidé l'élimination de la Michele Cavataio car il était le principal responsable de la plupart des crimes "Première Guerre Mafia« Y compris massacre ciaculli, ce qui a provoqué la dure répression par les autorités contre la mafia: pour ces raisons, le 10 Décembre 1969 un groupe de discussion constitué de mafia Santa Maria de Jesus, Corleone et Riesi (Salvatore Riina, Bernardo Provenzano, Calogero Bagarella, Emanuele D'Agostino, Gaetano Grado, Damiano Caruso) Cavataio abattus dans le soi-disant "massacre de Viale Lazio»[24][42].

Après le meurtre de Cavataio en 1970 Ils ont tenu une série de réunions Zurich, Milan et Catane, Ils ont assisté par la mafia dans la province de Palerme (Salvatore Greco, Gaetano Badalamenti, Stefano Bontate, Tommaso Buscetta, Luciano Liggio) Et d'autres provinces (Giuseppe Calderone, chef de famille Catane, et Giuseppe Di Cristina, représentant mafia province de Caltanissetta a remplacé le patron Giuseppe Genco Russo[43]), Qui a discuté de la reconstruction de "commission« Et sur l'implication de la mafia sicilienne Golpe Borghese en échange de l'examen des processus contre eux; Calderone et Di Cristina se rendit à Rome pour rencontrer le prince Valerio Borghese d'écouter ses propositions, mais plus tard, le projet a échoué[24][44]. Au cours des réunions, il a été formé une sorte de « triumvirat » provisoire pour régler les différends entre les différents gangs de province de Palerme, dont il était composé de Stefano Bontate, Gaetano Badalamenti et Luciano Leggio (Chef de clan de Corleone), Bien qu'il ne souvent représenté par son adjoint Salvatore Riina[24][45]. Pour la même période, le « triumvirat » provisoirement ordonné la disparition du journaliste Mauro De Mauro (16 Septembre, 1970), Dont il a été victime "fusil de chasse blanc« Peut-être d'avoir découvert une implication de la mafia dans le meurtre de Enrico Mattei ou Golpe Borghese[46]. Les enquêtes menées par la disparition du journaliste ont été coordonnées par le procureur Pietro Scaglione, le 5 mai 1971 a été victime d'une embuscade Palerme ainsi que son chauffeur Antonino Lo Russo: il a été le premier « assassiner Excellent » commis par l'organisation dans la mafia après-guerre[30].

en 1974 un nouveau "commission« Il est devenu opérationnel et patron Gaetano Badalamenti Il a été chargé de diriger[24]; l'année suivante, la patron Giuseppe Calderone Il a proposé la création d'un "Commission régionale«Qu'il a appelé la » région », un comité composé de représentants des provinces de truands Palerme, Trapani, Agrigente, Caltanissetta, Enna et Catane (Sauf ceux Messina, Syracuse et Ragusa où la présence des familles était traditionnellement absent ou n'a pas eu une influence importante), qui devait se prononcer sur les questions concernant les intérêts commerciaux et la mafia illégale plusieurs provinces[45]; Calderone a également été chargé de diriger la « région » et poussé à travers les autres représentants de l'interdiction absolue de transport enlèvements en Sicile pour mettre fin à l'enlèvement dans le but de extorsion faite par patron Luciano Leggio et son adjoint Salvatore Riina[24][47]En fait Leggio et Riina faisaient des saisies contre les entrepreneurs et les constructeurs aux voisins patron Stefano Bontate et Gaetano Badalamenti pour atteinte au prestige, et ils avaient approché un certain nombre de mafiosi province de Palerme (Y compris Michele Greco, Bernardo Brusca, Antonino Geraci, Raffaele Ganci) Et d'autres provinces (Mariano Agate et Francesco Messina Denaro en province de Trapani, Carmelo Colletti et Antonio Ferro province d'Agrigente, Francesco Madonia dans province de Caltanissetta, Benedetto Santapaola à Catane), Constituant la faction dite de "Corleonesi« Groupe Bonte aversion Badalamenti[24][41].

Aussi les années 1973-74 ils ont vu un boom dans la contrebande cigarettes étranger, qui avait son propre centre de tri Naples: En fait, la mafia à Palerme et Catania a acheté des charges de cigarettes par Michele Zaza et d'autres camorra napolitain[48]; même dans le 1974 Il a été fourni à filiale Zaza organisation mafieuse, la frères de la parole et Antonio Bardellino, afin de les garder sous contrôle et flatter leur amour-propre, les autorisant à former leur propre famille à Naples[24][49]. Cependant, dans la seconde moitié de soixante-dix de nombreux gangs se sont particulièrement actifs dans trafic de drogueEn fait, ils ont acheter morphine base par des trafiquants turc et Thaïs par les contrebandiers déjà actifs dans le trafic cigarettes et ils ont été affinés en héroïne dans des laboratoires clandestins communs à toutes les familles, qui étaient actifs dans Palerme et dans le voisinage; l'exportation de 'héroïne en Amérique du Nord Il a été dirigé à la mafia à Palerme Gaetano Badalamenti, Salvatore Inzerillo, Stefano Bontate, Giuseppe Bono, mais aussi Cuntrera-Caruana de famille de Siculiana, en province d'Agrigente[50][51][52]Selon les chiffres officiels, à cette époque, la mafia sicilienne avait le contrôle du raffinage, le transport et la distribution d'environ 30% des 'héroïne consommée dans États-Unis[53].

en 1977 Riina et son compagnon Bernardo Provenzano (Qui avait pris la place de Leggio a été arrêté en 1974) A ordonné le meurtre du colonel de la police Giuseppe Russo, sans le consentement de "Commission régionale"[24][35]en fait Giuseppe Di Cristina était opposé à l'assassiner parce opposé à la faction Corleonese puis liée à Bonte et Badalamenti[54]. en 1978 Francesco Madonia (chef du « commandement » de Vallelunga Pratameno, en province de Caltanissetta) Il a été assassiné près de Butera, du mandat Giuseppe Di Cristina et Giuseppe Calderone car elle était liée à Riina et Provenzano, qui, en réponse à la Madonia de assassiner, assassiné Di Cristina Palerme tandis que quelque temps plus tard aussi Giuseppe Calderone Il a fini tué par son ami Benedetto Santapaola, où il a été passé à la faction Corleone[43]. Dans la même période, elle a également envoyé Riina par la « Commission » Badalamenti (qui ont fui au Brésil, par crainte d'être éliminé) et a été nommé pour remplacer Michele Greco (Chef du « commandement » de Brancaccio-Ciaculli, qui a été étroitement liée à la faction Corleone)[41].

en 1979, la « Commission », maintenant composé principalement par Corleonesi, a déclenché une série de « assassinats » dans ces mois ont été mis à mort le journaliste Mario Francese (26 Janvier), le secrétaire démocrate-chrétien Michele Reina (9 Mars), le commissaire Boris Giuliano (21 Juillet) et le juge Cesare Terranova (25 Septembre); l'année suivante, il y avait trois autres « cadavre exquis »: le président de la région piersanti Mattarella (6 Janvier), le capitaine de Emanuele Basile (4 mai) et le procureur Gaetano Costa (6 Août), qui a été fait pour assassiner le patron Salvatore Inzerillo d'envoyer un signal au Corleonesi, montrant qu'il était capable de commander un assassiner « excellent »[35].

La « Seconde Guerre Mafia »

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Seconde Guerre Mafia.
Cosa Nostra
Le assassiner de Stefano Bontate (23 Avril, 1981)

en Mars 1981 Giuseppe Panno, la tête de clan de casteldaccia et étroitement liée à la bonté, il a été victime "fusil de chasse blanc« Pour commander Corleonesi[41]; Bonte a ensuite organisé le meurtre de Riina, qui ont répondu en assassinant première qualité (23 Avril) et plus tard son associé Salvatore Inzerillo (11 mai)[35]. À la suite de ces homicides, de nombreux mafieux appartenant à des gangs de bonté et Inzerillo ont été attirés dans des embuscades par leurs propres associés et faire disparaître; Le groupe de discussion Corleone a éliminé de nombreux concurrents dans la zone entre Bagheria, casteldaccia et Altavilla Milicia, qui a été surnommé « le triangle de la mort » par la presse[55]En cette année (1981) Il y avait environ 200 meurtres Palerme et dans la province, à laquelle ont été ajoutés de nombreux 'lupare blanc»[43]; en Novembre 1982 Ils ont été tués d'une douzaine de truands Partanna-Mondello, de noyer et dell 'acquasanta dans le cadre d'un barbecue dans le scellement de Michele Greco et leur corps déshabillé et dans des bacs remplis de acide: Le même jour, les heures et les lieux de Palerme, Ils ont également tué plusieurs de leurs membres afin d'éviter la réaction[56].

Le massacre prolongé même dans États-Unis: Paul Castellano, tête de famille Gambino de New-York, Rosario Naimo envoyé la mafia et John Gambino (Rapporté au Inzerillo) à Palerme d'accord avec "commission"[57], qui a statué que les parents survivants de Inzerillo ont fui en États-Unis ils auraient pas perdu sa vie à la condition qu'ils ne devraient pas revenir plus Sicile mais, en échange de leur évasion, et Naimo Gambino ils devaient trouver et tuer Antonino et Pietro Inzerillo, respectivement oncle et frère du défunt Salvatore, a fui aussi aux États-Unis[58]Antonino Inzerillo a été victime "fusil de chasse blanc« à Brooklyn tandis que le corps de Pierre a été retrouvé dans le coffre d'une voiture à Mount Laurel, New Jersey, avec une liasse de dollars dans la bouche et entre les organes génitaux (14 Janvier 1982)[59].

entre 1981 et 1983 meurtres brutaux ont été commis contre 35 parents et amis de Salvatore Contorno, un ancien Bonte qui avait échappé tapi dans les rues de Brancaccio (15 Juin 1981)[35]; Ils sont mis bien dans vendettas transversales d'effet contre la famille Gaetano Badalamenti et son associé Tommaso Buscetta, qui réside dans Brésil et ils étaient soupçonnés d'apporter une aide à la mafia Giovannello Greco, qui appartenait à la faction Corleone, mais était considéré comme un « traître » parce qu'il avait été un ami de Salvatore Inzerillo et il avait essayé de tuer Michele Greco[60]Son père, son oncle, son père et beau-frère ont été assassinés Giovannello Greco[61] mais aussi les deux enfants ont été victimes de Buscetta "fusil de chasse blanc« Ils ont été tués et un frère, un fils, un frère et quatre petits-enfants[62].

Dans la même période, dans les autres provinces Riina et Provenzano ont imposé leurs propres hommes de confiance, qui a éliminé la mafia locale qui avait été liée à la bonté Badalamenti groupe[43][57]en fait Francesco Messina Denaro (Chef du « commandement » de castelvetrano) Il est devenu le représentant de la mafia province de Trapani, Carmelo Colletti de province d'Agrigente, Joseph « piddu » Madonia (fils de François et chef du « commandement » de Vallelunga Pratameno[43]) Ce Caltanissetta tandis que Benedetto Santapaola Il est devenu chef de famille Catane après l'assassiner de son rival Alfio Ferlito (Deputy Giuseppe Calderone[36]), Assassiné avec trois policiers qui l'escortaient dans une autre prison dans la soi-disant "le massacre de la bague« (16 Juin, 1982)[41][63].

Cosa Nostra
Le assassiner de Carlo Alberto Dalla Chiesa et sa femme Emanuela Setti Carraro (3 Septembre 1982)

Dans ces circonstances, la « Commission » (maintenant composé uniquement par des chefs de district fidèles à Riina et Provenzano) a ordonné l'assassiner de M. Pio La Torre, qui était arrivé il y a quelques mois Sicile de prendre la direction régionale de la PCI et il a proposé un projet de loi qui prévoyait la première fois le crime de "mafia« Et la confiscation des biens mafieux d'origine illicite: 30 Avril 1982 La Torre a été assassiné avec son chauffeur Rosario Di Salvo dans une rue Palerme[64].

À la suite de l'assassiner La Torre, président du Conseil Giovanni Spadolini et ministre de l'Intérieur Virginio Rognoni Ils ont demandé au général Carlo Alberto Dalla Chiesa de se positionner comme un préfet Palerme avec six jours à l'avance[55]En fait, le ministre Rognoni avait promis de l'Église de coordination des pouvoirs extraordinaires pour combattre les pouvoirs d'urgence de la mafia, mais ceux-ci ont jamais accordé le[65]. Pour ces raisons, de l'Église, il a dénoncé son état d'isolement avec une célèbre interview avec le journaliste Giorgio Bocca, dans lequel il a également parlé des liens entre les gangs et des entreprises célèbres Catane[66]; Enfin, le 3 Septembre 1982, Après une centaine de jours de son entrée en fonction à Palerme, De l'église, il a été brutalement assassiné par un groupe de feu ensemble de la foule à sa jeune épouse Emanuela Setti Carraro et l'agent d'escorte Domenico Russo.

Les années quatre-vingt, le premier se sont repentis et processus

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: essai Maxi et Tommaso Buscetta.
Cosa Nostra
Maxi Trial Proceedings

Le assassiner du général Dalla Chiesa a causé tout un émoi dans 'opinion publique Italien et jours suivant la Spadolini Gouvernement II Il a lancé la Loi 13 Septembre 1982 n. 646 (appelé « Rognoni-La Torre » du nom des promoteurs de projet de loi) qui a présenté le Code pénal italien Article. 416-bis, qui a fourni pour la première fois en droit italien la crime de "association de type mafieux« Et confiscation des biens acquis illégalement.[67]

Tout cela a conduit les gangsters à déclencher des représailles contre les juges qui ont appliqué cette nouvelle norme: le 26 Janvier 1983 Il a été tué le juge Giangiacomo Ciaccio Montalto, dont il a été engagé dans les grandes enquêtes sur la mafia province de Trapani et il prépare son transfert au Procureur de Florence, où elle pourrait perturber les intérêts mafieux toscane;[68] 29 juillet voiture piégée garée en dessous de la maison tué Rocco Chinnici, Chef de l'éducation de la Cour de Palerme, ainsi que deux gardes du corps et le gardien condominium.[69]

Après l'assassinat de Chinn, le juge Antonino Caponnetto, qui l'a remplacé au bureau de la tête de l'éducation, il a décidé de mettre en place un "piscine anti-mafia», À savoir un groupe d'instructeurs juges qui seraient exclusivement occupé des crimes de la mafia, dont une partie a appelé les magistrats Giovanni Falcone, Paolo Borsellino, Giuseppe Di Lello et Leonardo Guarnotta;[70] ils, en se fondant principalement sur les services bancaires et d'enquête d'actifs, les anciens rapports de police et les délibérations d'aujourd'hui, a réuni une abondante preuve matérielle qui allait confirmer les déclarations de Tommaso Buscetta et Salvatore Contorno, qui avait décidé de coopérer avec la justice parce qu'ils avaient été victimes de vendettas transversales contre leurs parents et amis pendant "Seconde Guerre Mafia»: Septembre 29 1984 déclarations de Buscetta produits 366 mandats d'arrêt tandis que ceux des autres Contorno 127 mandats d'arrêt et d'arrestations effectuées entre Palerme, Rome, Bari et Bologne[71]. Pour ces raisons, la "commission« Il a commandé patron Pippo Calo d'organiser en même temps que quelques-uns Noirs terroristes et camorra la massacre de Rapido 904 (23 Décembre, 1984), Qui a causé 17 morts et 267 blessés, afin de détourner l'attention des autorités par l'enquête de la piscine anti-mafia et les déclarations de Buscetta et Contorno[72].

Le 8 Novembre 1985 Le juge Falcone déposé la condamnation à l'ordonnance de 8000 pages qui font référence à un procès 476 accusés sur la base des enquêtes du pool anti-mafia soutenu par les déclarations de Buscetta, Contour et vingt-trois autres collaborateurs de la justice[73][74]Le soi-disant "maxiprocesso« Qui ont suivi, il a commencé à première année le 10 Février 1986, dans une chambre bunker spécialement construit à l'intérieur de la prison de 'Ucciardone à Palerme pour accueillir les nombreux accusés et des avocats[75], se terminant le 16 Décembre 1987 avec 342 condamnations, dont 19 condamnations à perpétuité qu'ils sont passés entre autres en Nitto Santapaola, Bernardo Provenzano et Salvatore Riina, jugé par défaut[76].

Suite à la décision en première instance, le 25 Septembre 1988 le juge Antonino Saetta Il a été tué avec son fils Stefano le long de la route Caltanissetta-Agrigente par une mafia Palma di Montechiaro comme une faveur à Riina et ses associés Palerme[77]En fait, la foudre devrait présider le degré d'appel Maxi Trial et il avait déjà condamné tous 'condamnation à perpétuité les responsables de l'assassiner du capitaine Emanuele Basile[78]. En fait, le 10 Décembre 1990 la Cour d'assises considérablement réduit les peines de première instance des Maxi Trial, accepter seulement une partie de la déclaration de Buscetta et Contorno[79].

Les années nonante: les massacres et la négociation avec l'Etat italien

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bombes de 1992-1993 et La négociation entre l'État italien et Cosa Nostra.
Cosa Nostra
la massacre Capaci (23 mai 1992)

Le début de la saison pour les attaques a été décidé lors d'un certain nombre de réunions plus petites "interprovincial Commission« Le Septembre-Octobre 1991 et peu après lors d'une réunion de "Commission provinciale« Présidé par Salvatore Riina, tenue en Décembre 1991: Surtout au cours de cette réunion, il a été décidé et élaboré un plan stragista « restreint », qui comprenait l'assassiner des ennemis historiques de la Cosa Nostra (les juges Giovanni Falcone et Paolo Borsellino) Et, peu fiables prouvé caractères principaux d'entre eux l'honneur Salvo Lima[80].

Cosa Nostra
la massacre de Via D'Amelio (19 Juillet 1992)

Le 30 Janvier 1992 la Cour suprême Il a confirmé toutes les phrases Maxi Trial, dont plusieurs condamnations à perpétuité à Riina et d'autres patron, faisant siennes les déclarations Buscetta et Contorno[81]. Suite à la Cour de cassation, en Février-Mars 1992 Ils ont eu lieu les petites réunions de "commission« Toujours présidé par Riina, qui a décidé de lancer les attaques et a établi de nouvelles cibles à frapper[80]: Le 12 Mars Salvo Lima Il a été tué à la veille de élections; il y avait 23 mai, la massacre Capaci, en qui a tué Falcone, son épouse et quelques gardes du corps; le 19 Juillet est venu le massacre via D'Amelio, qui a tué le juge Borsellino et les agents d'escorte: à la suite de ce dernier massacre, le gouvernement a réagi cède la place à "Opération Vêpres siciliennes», Qu'ils ont été envoyés à 7000 hommes dans l'armée Sicile pour garder des cibles sensibles et plus d'une centaine de prisonniers Mafia particulièrement dangereux ont été transférés dans des prisons dans le bloc de 'Asinara et Pianosa de les isoler du monde extérieur[80][82]; 19 septembre a été tué Ignazio Salvo (Homme d'affaires et gangster Salemi), En outre, il est avéré peu fiable, car il avait été lié à Salvo Lima[80].

Cosa Nostra
Plaque commémorative massacre de Georgofili (27 mai 1993)

Le 15 Janvier 1993 Riina a été arrêté par les hommes de ERO dell 'carabiniers[80]. Après l'arrestation de Riina, il a créé un groupe mafieux en faveur de la poursuite de l'attaque contre l'État (Leoluca Bagarella, Giovanni Brusca, frères Filippo et Giuseppe Graviano) Et une autre face (Michelangelo La Barbera, Raffaele Ganci, Salvatore Cancemi) Bien que patron Bernardo Provenzano Il était le faiseur de paix entre les deux factions et a pu mettre la condition que les attaques venaient de passer en dehors de la Sicile, dans « continent »[83]Le 14 mai, il est arrivé dans une attaque à la bombe Via Ruggiero Faure à Rome contre le journaliste Maurizio Costanzo, qui, cependant, il est sorti sain et sauf; 27 mai autre attentat à la bombe Via dei Georgofili Florence dévasté Galerie des Offices et détruit la Torre dei Pulci (Cinq morts et quarante blessés).

Cosa Nostra
la massacre via Palestro (27 Juillet 1993)

Dans la nuit du 27 Juillet, trois voitures piégées ont explosé presque simultanément à Rome et à Milan, dévastant les églises de Saint Jean de Latran et San Giorgio in Velabro et Pavillon d'Art Contemporain de Milan (Cinq morts et trente blessés au total); (27 Juillet 1993) Le 23 Janvier 1994 Il était prévu une autre attentat à la bombe contre la garnison de 'carabiniers au service Stadio Olimpico à Rome lors de matches de football, mais un mauvais fonctionnement de la télécommande qui devait provoquer l'explosion a fait échouer le plan meurtrier[84][85] (Episode mémoires comme le tentative a échoué au stade olympique de Rome). De plus en Novembre 1993 la patron Leoluca Bagarella, Giuseppe Graviano, Giovanni Brusca et Matteo Messina Denaro Ils avaient organisé l'enlèvement de Giuseppe Di Matteo Santino pour forcer son père (qui collaborait avec la justice) de se rétracter ses déclarations, dans le cadre d'une stratégie de représailles contre les employés de la justice[83]; Enfin, après 779 jours de captivité, Di Matteo a été brutalement étranglé et son corps jeté dans un bac plein de acide nitrique.[86][87]

Depuis 1993, il a joué un important procès pour Mafia, déposée par les procureurs de Palerme contre l'ancien Président du Conseil des ministres Giulio Andreotti. A la fin d'un long processus juridique à la Cour d'appel de Palerme 2003 assurer une « disponibilité ... authentique, stable et amical de l'accusé à la mafia jusqu'au printemps de 1980. »[88], jugement confirmé en 2004 par la Cour suprême.

Le 27 Janvier 1994 frères ont été arrêtés Filippo et Giuseppe Graviano, qui avait occupé l'organisation des attaques, et pour cette raison, la stratégie des bombes arrêté[80]. A cette époque, beaucoup de truands ont commencé à collaborer avec le système de justice en raison des conditions difficiles dans l'isolement de la prison requis par la nouvelle norme 41-bis et de nouvelles lois sur la coopération: en 1996 le nombre de collaborateurs de la justice a atteint un niveau record de 424 unités[89]; tandis que les enquêtes de bébé Direction antimafia enquête Ils ont conduit à l'arrestation de plusieurs fugitifs (Leoluca Bagarella, Pietro Aglieri, Giovanni Brusca et des dizaines d'autres truands)[90][91].

Les deux mille ans et l'arrestation de Provenzano

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bernardo Provenzano et Matteo Messina Denaro.
Cosa Nostra
Bernardo Provenzano

Depuis les années nonante, Bernardo Provenzano, avec l'arrestation de Toto Riina et Leoluca Bagarella, devient la tête de Cosa Nostra (Riina était l'alter ego depuis le la cinquantaine), Seulement s'entourer d'hommes de confiance, tels que Benedetto Spera, radicalement change le mode de la politique et de fonctionnement dans les affaires de la mafia sicilienne; les districts (divisions d'influence de la mafia en Sicile) de se rendre plus riche leurs gains à moins rentables pour plaire à tout le monde (une sorte de statut social), Éviter de nouveaux conflits.

bien que Bernardo Provenzano Il se trouve être le dernier de l'ancien patron, ce que notre ne bénéficie d'un consensus solide, comme jusqu'à avant les années nonante. En 2002, il a été arrêté le patron Nino Giuffrè, Le bras droit Provenzano qui est devenu justice associé. Le 11 Avril 2006, après 43 ans de cavale (de 1963), Provenzano a été capturé dans un chalet dans la montagne à cheval, un village à 2 km de Corleone.

Le 5 Novembre, 2007, après 25 ans dans la clandestinité, il a été arrêté dans une maison de Giardinello, même le successeur supposé de Provenzano, le patron Salvatore Lo Piccolo avec son fils Sandro.

Actuellement, le sommet de Cosa nostra la coupole il Matteo Messina Denaro, patron castelvetrano (Trapani) prendre la fuite de 1993.

Organisation et structure

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Famille (Mafia), Commission provinciale, interprovincial Commission, capodecina, capomandamento et Mandamento (Mafia).

Selon les déclarations des nombreux collaborateurs de la Justice, l'ensemble principal de Cosa Nostra famille (Aussi appelé clan), Composé par des éléments criminels qui ont parmi leurs contraintes ou de relations d'affinité qui sont réunis pour contrôler l'ensemble de la zone d'affaires licites et illicites où elles opèrent; les composants d'une famille collaborent avec un ou plusieurs aspirants mafieux pas encore affiliés généralement appelés « approchées », qui sont des candidats possibles à l'affiliation et sont mis à l'épreuve afin de tester leur fiabilité, ce qui en fait effectuer de nombreuses « commission », comme le la contrebande, la collecte de l'extorsion d'argent, le transport d'armes d'une tanière, l'exécution des homicides et le vol d'automobiles et de motocycles à commettre des actes criminels[41]. Pour être affilié à la famille, il y a un rituel spécial (le soi-disant "punciuta« ) Qui consiste à la présentation dell'avvicinato aux membres de la famille locale à la réunion et en présence de tous, prononcer un serment d'allégeance[24][41][63].

Les membres d'une famille élue à main levée de son propre chef, qui n'a qu'un seul représentant, qui doit nommer un chef adjoint, un conseiller et un ou plusieurs patrons Děčína, qui ont la tâche d'informer tous les membres de la famille lors de réunions tenues[41]. Des représentants de trois ou quatre familles contiguës élisent un capomandamento; tous les districts de la province élisent le représentant provincial, qui désigne alors un chef provincial adjoint et conseiller[41]. La justice associée Antonino Calderone a déclaré que « [...] à l'origine Palerme, comme dans toutes les autres provinces de la Sicile, il y avait des accusations de « représentant provincial », « vice-représentant » et « conseiller »[41]. Les choses ont changé avec Greco Salvatore "Cicchiteddu" [Dans le 1957] A été créé comme un organe collégial, appelé "commission«Et composé des chefs de district », et aussi le collaborateur Francesco Marino Mannoia a déclaré que « [...] seulement à Palerme le corps du sommet Cosa Nostra est la » Commission « ; dans les autres provinces, il y a un seul corps constitué par le représentant provincial »[41].

Les représentants de la province sont, à leur tour, les membres de la soi-disant "interprovincial Commission«Surnommé également la » Région », la nomination d'un représentant régional et habituellement réunis pour délibérer sur les décisions importantes concernant les intérêts de la mafia des provinces qui ne relèvent pas de la province et qui touchent les territoires d'autres familles[24][41][45].

Les relations avec l'Etat italien

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: rite peloritano.

« Cosa Nostra est d'un côté contre l'Etat et l'autre et avec l'Etat, à travers les relations extérieures avec ses représentants dans la société et dans les institutions. »

(Pietro Grasso, national procureur anti-mafia[92])

Comme il est révélé par les nombreuses apparitions au Parlement et au gouvernement des éléments pas étrangers à des connexions mafieuses[93], Il fait son chemin dans les années nonante l'argument selon lequel le gouvernement italien dans ses composantes politiques ont un certain rapport de « cohabitation » avec ce phénomène jamais complètement supprimé.[94]

Le même comportement CSM Pendant les travaux de Giovanni Falcone qui ricandidò initialement le juge en tant que président de la commission anti-mafia, il a créé il suggère une tendance à vouloir empêcher un emploi est devenu trop inconfortable pour certains pouvoirs déviants dans l'état[95]. L'un des moments les plus critiques a été la Etat de négociation - mafia: Il a été contacté Vito Ciancimino, par des représentants de Ministre de l'Intérieur Nicola Mancino y compris le capitaine ERO Giuseppe De Donno, pour arrêter la saison des massacres de 1992, en 1993, sur l'annulation du changement de décret-loi 41a et d'autres avantages pour les prisonniers de la mafia.
En parlant de la relation entre la mafia et l'Etat, il parlerait de rite peloritano de se référer à une situation de proximité particulière (-à-dire par hasard même) parmi les hommes de la mafia et des représentants présumés des institutions italiennes.[citation nécessaire]

Il y a aussi un Commission régionale qui décide le cours des événements aussi du point de vue politique, ou pour ceux qui décident, les gens d'une même famille et leurs affiliés devaient voter.[96] Par exemple, Salvo Lima et Vito Ciancimino ont été élus par les votes de la mafia des citoyens liés à la ville de Palerme Mafia, Salvo Lima n'a pas tenu ses promesses électorales et a été tué à la place Vito Ciancimino a été reconnu coupable d'être une foule entière.

Relations avec d'autres organisations criminelles

Cosa Nostra, en raison de son charisme et son pouvoir délinquant criminel, amusé, et maintient toujours, les relations avec les grandes organisations criminelles, italiens et étrangers.

Le processus de mondialisation affecte également la mafia phénomène criminel, la mafia de tous les pays du monde est uni et travaille, la réalisation de ses caractéristiques des activités criminelles telles que trafic de drogue, l 'armes illégales exportations, la prostitution, l 'extorsion et pari, ce qui représente un problème pour l'humanité, pour l'ordre civil de la société et la vie tranquille.

Ce que notre États-Unis

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Ce que notre États-Unis et Pizza Connection.

organizacija

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: organizacija.

en 1994 est signalé la présence de la mafia russe sur le territoire des États-Unis, à Atlanta, et sur leur coopération avec Cosa Nostra[97].

Vers 1998, Solntsevskaya Moscou peut compter sur votre patron à Rome coordonner les investissements de la mafia russe en Italie. L'enquête a révélé que respectables banquiers occidentaux donnent des conseils au patron russe très utile sur la façon de blanchir de l'argent de la Russie à l'Europe, d'une manière légale[98].

en 2008 est formalisé la collaboration entre la mafia russe et Cosa Nostra, « Ndrangheta et camorra[99]. Sous la supervision de la mafia russe des fermes italiennes, le transport des marchandises: tant au niveau international, tant à l'intérieur du pays. La mafia russe dans le monde numéro environ 300.000 et est la troisième organisation criminelle pour son influence, après les réseaux criminels italiens et chinois d'origine[99].

Le 2 Octobre 2012 dans le rapport Caponnetto ils lisent l'infiltration de la mafia russe dans le République de Saint-Marin et Emilie-Romagne comme l'extorsion de fonds prédateurs.

Mafia nigérian

Le 19 Octobre 2015 pour la première fois en Sicile membres présumés d'une organisation criminelle étrangère sont accusés du crime d'association mafieuse, en particulier, on découvre la fraternité du Nigeria Black Ax qui dirige le trafic et la prostitution dans le quartier Ballaro de Palerme sous l'égide de Giuseppe Di Giacomo, patron du clan Porta Nuova, puis tué le 12 Mars 2014. Il se trouve une alliance entre les clans et l'organisation nigériane palermito[100].

L 'aisi, De plus, de 2012 contrôle la tête présumée de fraternité Eyie, Grabriel Ugiagbe, la gestion de son entreprise criminelle par Catane, déplacer ensuite vers l'Italie du Nord, Autriche et Espagne. Les familles Catania sont encore ni en conflit ou en partenariat avec eux[101].

la police

Old Bridge

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Opération Old Bridge.

Après l'arrestation de Salvatore Lo Piccolo et Corleonesi, on a supposé un retour de la famille Inzerillo USA, le soi-disant échappé de Seconde Guerre Mafia déclenchée par Totò Riina. Il a en effet la restructuration de l'organisation et de retour au passé et de nouveau dans le trafic de drogue, actuellement entre les mains de la « Ndrangheta.[citation nécessaire]

Le 7 Février 2008 Ils sont arrêtés 90 personnes, y compris New-York et la Sicile, des membres présumés de la famille Inzerillo et son patron Giovanni Inzerillo, Mannino, Di Maggio Gambino, y compris le patron Jackie D'Amico: Il était le plus grand tour d'horizon après "Pizza Connection».[102]

Persée

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: opération Persée.

Le 16 Décembre 2008, avec le 'Persée opération, Police a capturé 99 des membres de Palerme Mafia au sommet de Cosa Nostra à Palerme qui, avec des dizaines de soldats, en essayant de reconstituer la Commission provinciale de Palerme.[103]

Filmographie de Cosa Nostra

documentaires

  • Les derniers godfathers, de Roberto Olla (2007)
  • Dans un autre pays, de Marco Turco (2007)
  • Bobby Fischer, de Marco Lillo et Udo Gumpel (2010)
  • 1992-2012. Deux années de massacres. Vingt ans de négociations, Marco Canestrari (2012)

cinéma

télévision

notes

  1. ^ essai Dell'Utri, classe Spatuzza: Gravano m'a parlé de Berlusconi. Corriere della Sera. Chronique. 4 décembre 2009.
  2. ^ à b c et fa g h la j La genèse de la mafia - Documents de la Commission parlementaire antimafia VI LéGISLATURE (PDF).
  3. ^ Saverio Di Bella, Risorgimento et la mafia en Sicile: mafiusi le Vicaire de Palerme, Pellegrini, 1991, p. 5
  4. ^ Pietro Mazzamuto, La mafia dans la littérature, Il est allé, 1970, p. 15
  5. ^ Le Wanderer - Sicile 1883
  6. ^ Le Wanderer - Sicile 1885
  7. ^ Notarbartolo, le premier grand crime, il y a près d'un siècle Corriere della Sera, le 15 Mars, 1992
  8. ^ G. C. Marino, La mafia de l'opposition. politique mafieux Etat libéral, Flaccovio, Palerme, 1986, p. 139
  9. ^ Giovanni Tessitore, Le nom et la chose. Lorsque la foule n'a pas été appelée Mafia, Franco Angeli, Milan, 1997 144
  10. ^ L'alliance « saint » entre l'église et la mafia, l'un des mystères les plus impénétrables de l'Italie
  11. ^ Mafia et le pouvoir, Voir. Dans le CD "Complete Works", New Horizons Européens
  12. ^ Salvatore Lupo, Histoire de la mafia, Donzelli, 2004, p. 136
  13. ^ John Dickie, Cosa Nostra, Laterza, 2005, p. 95.
  14. ^ Umberto Santino, De la Mafia Mafia, Rubettino, 2006, p. 153
  15. ^ à b Salvatore Lupo, Histoire de la mafia: des origines à nos jours, cit., p. 217. ISBN 88-7989-903-1
  16. ^ Enzo Ciconte, Histoire criminale.La de résistible ascension de la mafia, « Ndrangheta et la Camorra, du XIXe siècle à nos jours, Rubbettino Publisher 2008.
  17. ^ à b c et Mafia Encyclopédie Treccani
  18. ^ Sicile: les Etats-Unis, l'atterrissage et Lucky Luciano - Antimafiaduemila.com
  19. ^ LE PALIER ET MAFIA ALLIED EN SICILE, Une petite histoire PERCEPTION L'HISTOIRE - siciliainformazioni.com
  20. ^ Sicile: les Etats-Unis, l'atterrissage et Lucky Luciano - Antimafiaduemila.com
  21. ^ à b Mafia agricole - Documents de la Commission parlementaire antimafia VI LéGISLATURE (PDF).
  22. ^ Fausto Gullo dans le Dictionnaire Biographique Treccani
  23. ^ à b Minority report de la Commission parlementaire antimafia VI LéGISLATURE (PDF).
  24. ^ à b c et fa g h la j k l Interrogation de la justice associée Antonino Calderone
  25. ^ à b c Rapport sur la relation entre la mafia et le banditisme en Sicile avec ses annexes - Documents de la Commission parlementaire antimafia V LéGISLATURE (PDF).
  26. ^ La réforme agraire en Sicile
  27. ^ Le Wanderer - Sicile 1950
  28. ^ Le sac de Palerme et les défauts d'une ville - Salvatore Butera sur diPalermo
  29. ^ Le Wanderer - Sicile 1962
  30. ^ à b La mafia urbaine - Documents de la Commission parlementaire antimafia VI LéGISLATURE (PDF).
  31. ^ Documents du Sénat de la République XIV LéGISLATURE (PDF).
  32. ^ La nouvelle Mafia - Documents de la Commission parlementaire antimafia VI LéGISLATURE (PDF).
  33. ^ à b Résumé des conclusions du Comité pour l'étude des truands individuels, sur le trafic de drogue et le lien entre le phénomène mafieux et gangstérisme américain - Documents de la Commission parlementaire antimafia VI LéGISLATURE (PDF).
  34. ^ Le contexte de la mafia et don Tano Badalamenti - Documents du Sénat de la République LéGISLATURE XIII (Partie II) (PDF).
  35. ^ à b c et fa Et LEGGIO GAP « EN CE QUE NOS DEUX - Repubblica.it
  36. ^ à b c CHEFS ET FAMILLES - Repubblica.it
  37. ^ LES ÉVÉNEMENTS DU COMITÉ, SA STRUCTURE ET SES FORMES D'EXPLOITATION - Documents de la Commission parlementaire antimafia VI LéGISLATURE (PDF).
  38. ^ Le Wanderer - Sicile 1968
  39. ^ Le Wanderer - Sicile 1969
  40. ^ Mafia, la politique et les pouvoirs publics à travers l'histoire de Luciano Leggio - Documents de la Commission parlementaire antimafia VI LéGISLATURE (PDF).
  41. ^ à b c et fa g h la j k l Procédure pénale contre Greco Michele et autres - procureur de la République de Palerme (PDF).
  42. ^ Giovanni Falcone et Marcelle Padovani, Les choses de Cosa Nostra, 1991
  43. ^ à b c et le jugement de culpabilité contre Giuseppe Madonia Notes et autres - Cour de Gela (PDF).
  44. ^ Les déclarations de revenus - documents de la Commission parlementaire antimafia VI LéGISLATURE (PDF).
  45. ^ à b c Le dépôt de collaborateur de justice Francesco Di Carlo au procès pour crimes Mattarella-Reina-La Torre (PDF).
  46. ^ Buscetta: 'QU'EST-CE QUE NOTRE TUÉ Mattei' - Repubblica.it
  47. ^ La quatrième Mafia - Documents de la Commission parlementaire antimafia VI LéGISLATURE (PDF).
  48. ^ La pose des associations mafieuses sur la base de l'expérience de la procédure: la Camorra - Bureau du Procureur de Naples (PDF).
  49. ^ Naples et Palerme ont commencé ainsi la grande alliance - Repubblica.it
  50. ^ SUR LA ROUTE DE TABAC COURSES Un fleuve HÉROÏNE DE - Repubblica.it
  51. ^ Lorsque la « pâte » les fit tous riches - Repubblica.it
  52. ^ Ordonnance de renvoi dans le jugement contre Spatola Rosario et d'autres - Bureau de l'éducation de la Cour de Palerme (PDF).
  53. ^ Giovanni Falcone et Marcelle Padovani, Les choses de Cosa Nostra, 1991
  54. ^ Repentez QUAND AD « LE CRIME - Repubblica.it
  55. ^ à b Le Wanderer - Sicile 1982
  56. ^ tué les ennemis de la table. les corps dissous dans de l'acide Corriere della Sera
  57. ^ à b du jugement de première instance pour les meurtres Reina-Mattarella-La Torre (PDF).
  58. ^ « Voici les noms des échappé » Naimo parle patron américain - Repubblica.it
  59. ^ Le New Jersey et dans le corps de la voiture Corriere della Sera
  60. ^ Buscetta Supertest DANS LA SALLE DE CLASSE DÉCIDE DE LA COUR ASSISE - Repubblica.it
  61. ^ CORSO dei Mille, IL PLUS ' FIERCE DE CLAN - Repubblica.it
  62. ^ Un empire basé sur la cocaïne qui a couru comme un Gangster - La République, Juillet 1984
  63. ^ à b Le dépôt de la justice associée Antonino Giuffrè au procès de Biondolillo Giuseppe et autres (PDF).
  64. ^ 'CONTRE WAS Ciancimino MATTARELLA ET A ÉTÉ TUÉ' - Repubblica.it
  65. ^ Ainsi, l'Etat a fait Dalla Chiesa - Repubblica.it
  66. ^ Interview du préfet Dalla Chiesa Giorgio Bocca La République - 10 Août 1982
  67. ^ Quadro diachronique essentiel des biens saisis et confisqués à la législation sur le crime organisé (PDF).
  68. ^ FU Riina UN JUGE POUR LA MORT CIACCIO MONTALTO - Repubblica.it
  69. ^ L'abattage Chinn, 12 condamnations à perpétuité et acquitté le patron Motisi Farinella - la Repubblica.it
  70. ^ Antonino Caponnetto dans l'Encyclopédie Treccani
  71. ^ UN AUTRE repentit Speaks, 56 ARRESTATIONS - Repubblica.it
  72. ^ « Le patron derrière le massacre rapide 904 » Interrogé sur le procès pour Riina le Stampa.it
  73. ^ TOUS LES FRAIS CE QUE NOS - Repubblica.it
  74. ^ Une écriture COMPUTER « huit mille PAGES DE RETOURNER AU JUGEMENT 450 - Repubblica.it
  75. ^ PALERMO EST BLINDE JUGES A LA VILLE FEAR ISOLATION - Repubblica.it
  76. ^ LES JUGES ONT CRU À Buscetta - Repubblica.it
  77. ^ Arrêt du assassiner foudre
  78. ^ C'est qui a tué le juge foudre Corriere della Sera
  79. ^ « JE NE LOT, FAIS JUSTE ARRÊTS » - Repubblica.it
  80. ^ à b c et fa Audition de procureur Sergio Lari devant la Commission parlementaire antimafia - XVI LéGISLATURE (PDF).
  81. ^ Archives - LASTAMPA.it Classé 19 octobre 2013 sur l'Internet Archive.
  82. ^ Armée italo- « Vêpres siciliennes »
  83. ^ à b La résolution de la campagne meurtrier de masse - Jugement dans le procès du 1er degré du massacre de 1993 (PDF).
  84. ^ Évaluation de la preuve - Arrêt du 1er essai d'instance pour les massacres de 1993 (PDF).
  85. ^ Arrêt de la 1ère mesure à un procès Francesco Tagliavia pour le massacre de 1993 (PDF).
  86. ^ Je pris le geôliers Di Matteo - Repubblica.it
  87. ^ SOUDAIN DE MATTEO: « pardonnez-moi » - Repubblica.it
  88. ^ Les juges: « Jusqu'en 1980, Andreotti traités avec la mafia », en la République, 25 juillet 2003. Récupéré le 26 mai 2013.
  89. ^ John Dickie, Cosa Nostra, pag. 440
  90. ^ « MON DIEU, EST JUSTE ... IL EST OURS » - Repubblica.it
  91. ^ Brusca arrêté, était avec sa femme et son fils Corriere della Sera
  92. ^ Pietro Grasso, Alberto La Volpe, Afin de ne pas mourir de la mafia, Milano, Sperling éditeurs Kupfer, 2009, p. 297 - EAN 9788873391807.
  93. ^ Salvatore Cuffaro reconnu coupable d'avoir aidé et simple, Marcello Dell'Utri soupçonné de connexions mafieuses, Silvio Berlusconi qui avait employé Vittorio Mangano, dit le trafiquant de drogue jeune marié Arcore, pour exécuter le chevaux (Pour les passeurs de drogue jargon). Corrado Carnevale, dire le ammazzasentenze pour son habitude d'annuler le processus de détermination de la peine truands connus.
  94. ^ Qui a peur meurt tous les jours. Giuseppe Ayala. Mondadori. 2008.
    « L'Etat avait décidé de s'arrêter juste au moment où il enregistrait des résultats remarquables. Et pourquoi? Parce que la Mafia avait à l'intérieur ... »
  95. ^ Paolo Borsellino politique contemporaine critiques
  96. ^ Procès-verbal de dépôt de Violante Antonino Calderone. LiberLiber. Médiathèque. Livres. mafia Minutes.
  97. ^ Mafia russe et Cosa Nostra, de nouveaux alliés aux Etats-Unis. Corriere della Sera. Archives historiques. 24 août 1994.
  98. ^ Les anciens godfathers minées par mexicain, chinois et russe. La presse. Chroniques. 22 mai 2012.
  99. ^ à b Les tentacules de la pieuvre russe en Italie: un réseau croissant. Virgil. Nouvelles. Étrangères. 25 mars 2010.
  100. ^ Nigeria Mafia: le pacte avec Cosa Nostra, des embuscades avec une hache et de boire du sang. À Palerme sur la première enquête « Qu'est-ce que noir », en Fattoquotidiano, 19 octobre 2015. Récupéré 22 Octobre, ici à 2015.
  101. ^ CCO "Il Capo dei capi" nouveau baron de la drogue du Nigeria en Italie, en repubblica.it, 15 novembre 2013. Récupéré 22 Octobre, ici à 2015.
  102. ^ Des dizaines d'arrestations à Palerme et à New York a pris le patron italien de la nouvelle alliance-utilisation. République. Chronique. 7 février 2008]
  103. ^ Mafia, grand blitz en Sicile, a voulu reconstruire le dôme, République. Chronique. 16 décembre 2008.

bibliographie

Les textes sont présentés dans l'ordre chronologique de publication.

Essais

Histoire générale et Sociologie de la Cosa Nostra

  • Michele Pantaleone, Mafia et politique: 1943-1962, préface de Carlo Levi, Torino, Einaudi, 1962.
  • Giuseppe Carlo Marino, Histoire de la mafia, newton Compton, ISBN 88-8183-720-X éditions 100 pages
  • Norman Lewis, La Société d'honneur. La Conspiration Mafia Observed, Londres, Collins, 1964; Harmondsworth: Penguin, 1967; avec le titre La Société d'honneur. La mafia sicilienne Observed, epylogue par Marcello Cimino, Londres, Eland, 1984.
  • Giuseppe Casarrubea et Pia Blandano, L'éducation de la mafia. les structures sociales et les processus d'identité, Palerme Sellerio, 1991.
  • Diego Gambetta, La mafia sicilienne. Une industrie de la protection privée, Turin, Einaudi, 1992.
  • Salvatore Lupo, Histoire de la mafia. De ses origines à nos jours, Rome, Donzelli, 1993
  • Salvatore Lupo, Histoire de la mafia. De ses origines à nos jours, Rome, Donzelli, 1993, 2004.
  • Giuseppe Casarrubea, cages étroites. L'éducation dans les terres de la mafia: identité cachée et de la planification du changement, Palerme, Sellerio, 1996.
  • Alessandra Dino, Mutations. Ethnographie du monde Cosa Nostra, Palerme, La Zisa, (2002).
  • Giuseppe Carlo Marino. Histoire de la mafia. « Société Honoré » à « Cosa Nostra », la reconstruction critique de l'un des phénomènes les plus inquiétants de notre temps Dall, Roma, Newton Compton, 1998, deuxième édition augmentée, 2006.
  • John Dickie, Cosa Nostra. Une histoire de la mafia Sicilienne, Londres: Hodder Stoughton, 2004. Édition italienne: Cosa Nostra. Histoire de la mafia sicilienne, Traduction de Giovanni Ferrara degli Uberti, Bari, Laterza, 2005.
  • Mario Siragusa, Baroni et voleurs. classes dirigeantes et la mafia en Sicile de la succession, 1861-1950, Milan, Franco Angeli, 2004.
  • Alessandra Dino, La mafia pieuse. Eglise, la religion et Cosa Nostra, Bari, Giuseppe Laterza et les enfants, (2008).
  • Alessandra Dino, Les derniers. Godfathers l'enquête gouvernement de Cosa Nostra, Rome-Bari, Laterza, 2011.
  • Carlo Ruta, Narcoeconomy. Affaires et mafias Pas de crise, Castelvecchi Editore, Rome, 2011

Cosa Nostra sous le fascisme

  • Giuseppe Tricoli, Le fascisme et la lutte contre la mafia, ISSPE, 1988.
  • Arrigo Petacco, Le Préfet de fer, Milan, Mondadori, 1975, 2004.
  • Christopher Duggan, Le fascisme et la mafia, New Haven (CT), Yale University Press, 1989. traduction italienne, La mafia sous le fascisme, préface de Denis Mack Smith, traduit par Patrizia Niutta, Soveria Mannelli, Rubbettino Publisher, 1992.
  • Salvatore Porto, Mafia et le fascisme. Le préfet Mori en Sicile, Messine, en Sicile, 2001.
  • Roberto Olla, . Parrains et marraines A la recherche de l'ADN de Cosa Nostra, préface de Giuseppe Carlo Marino, Milan, Mondadori, 2003.
  • Salvatore Lupo, Histoire de la mafia. De ses origines à nos jours, Rome, Donzelli, 1993, 2004.

Cosa Nostra depuis la guerre à ce jour

  • Giovanni Falcone, Les choses de Cosa Nostra, en collaboration avec Marcelle Padovani, Milan, Rizzoli, 1991, 2004.
  • Manfredi Giffone, Fabrizio Longo, Alessandro Parodi, Un fait humain - Histoire de la piscine anfimatia, Einaudi Stile Libero, 2011, romans graphiques, ISBN 978-88-06-19863-3
  • Attilio Bolzoni et Giuseppe D'Avanzo, La justice est notre chose. Le cas Carnaval des crimes et l'impunité, Milan, Mondadori, 1995.
  • Carlo Ruta, La paire Giuliano-Scelba. Un mystère de la République?, Soveria Mannelli, Rubettino, 1995.
  • Giuseppe Casarrubea, Portella della Ginestra, l'histoire d'un massacre Micro d'Etat, Milan, Franco Angeli, 1997, 2002.
  • Leo Sisti et Peter Gomez, L'intouchable. Berlusconi et Cosa Nostra, Milan, Kaos, 1997
  • Giuseppe Casarrubea, Fra « Diavolo et le gouvernement noir. Double Etat et les massacres dans l'après-guerre en Sicile, introduction de Giuseppe De Lutiis, Milan, Franco Angeli, 1998, 2000.
  • Hanspeter Oschwald, Einer gegen die Mafia. Édition italienne: Orlando, un homme contre. La mafia maire, par Sergio Buonadonna, traduit par Paolo Caropreso, Gênes, De Ferrari, 1999.
  • Umberto Santino, Histoire mouvement anti-mafia: la lutte des classes engagement civil, Rome, Editori Riuniti, 2000.
  • Alfio Caruso, Une chose mène. Mafia Histoire de 1943 à nos jours, Milan, Longanesi, 2000, 2005.
  • Giuseppe Casarrubea, Salvatore Giuliano. La mort d'un chef de gang et ses lieutenants, Milan, Franco Angeli, 2001.
  • Leone Zingales, Provenzano. Le roi de la Cosa nostra. La véritable histoire du dernier parrain, Pellegrini, 2001.
  • Leone Zingales, La mafia en Sicile dans les années 60. Depuis l'entreprise de construction à la première guerre entre clans, jusqu'à ce que le processus de Catanzaro, Registres TEV Vaccaro, 2003.
  • La République a été fondée. La mafia, le Vatican et le néo-fascisme italien dans les documents américains, 1943-1947, par Nicola Tranfaglia, note Joseph Casarrubea, Milan, Bompiani, 2004.
  • Francesco Forgione, Les meilleurs amis. Les histoires de mafia et politique dans la Deuxième République, Rome, Editori Riuniti, 2004.
  • Saverio Lodato, Vingt-cinq ans de la mafia. Il était une fois la lutte contre la mafia, Milan, Rizzoli, 2004.
  • Enrico Bellavia et Salvo Palazzolo, Voulez-vous la mafia. La métamorphose de Cosa Nostra de Capaci aujourd'hui, préface de Gian Carlo Caselli, Roma, Carocci, 2004.
  • Giuseppe Casarrubea, Histoire secrète de la Sicile. Depuis le débarquement allié à Portella Ginestre, introduction de Nicola Tranfaglia, Milan, Bompiani, 2005.
  • L'ami d'amis. Pourquoi Marcello Dell'Utri a été condamné à neuf ans en première instance pour collusion avec la mafia, édité par Peter Gomez et Marco Travaglio, Milan, Rizzoli, 2005.
  • Saverio Lodato et Marco Travaglio, Incorruptibles. Parce que la mafia au pouvoir, Milan, Rizzoli, 2005.
  • Stefano Maria Bianchi et Alberto Nerazzini, La Mafia est blanc, présentation Michele Santoro, Milan, Rizzoli, 2005.
  • Nicola Andrucci, Cosa Nostra, l'attaque État, Montedit 2006.
  • Saverio Lodato, Trente ans de mafia. Histoire d'une guerre sans fin, Milan, Rizzoli (BUR Saggi) 2006
  • Giuseppe Bascietto, Claudio Camarca, Pio La Torre, Une histoire italienne, éditeur Aliberti, avant-propos du Président de la République Giorgio Napolitano, 2008.
  • Giuseppe Ayala, Qui a peur meurt tous les jours, éditeur Mondadori, 2008.

Les œuvres de fiction

  • Luigi Natoli (William Galt) Je Beati Paoli. Grand roman historien sicilien, 2 volumes, Palermo, Gutenberg, 1925; Milan, Editions La Madonnina, 1949; Palerme, éditeur Flaccovio, avec un essai d'introduction par Umberto Eco et des notes historiques et bio-bibliographiques de Rosario La Duca, 1971, 2003.
  • Luigi Garlando, « Voilà pourquoi mon nom est John » d'un père à un fils l'histoire de la vie de Giovanni Falcone, préface de Maria Falcone, Fabbri Editori, réédité en 2007 3-4 2008 5-6 2009 7-8 9-10.
  • Giorgio Di Vita, Peppino Impastato, souvenirs vertiges, Palerme, Navarra Editore, 2010.

Articles connexes

* Bombes de 1992-1993

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Cosa Nostra
  • Elle contribue aux articles existants Wikiversité Il contient des leçons sur Cosa Nostra
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Cosa Nostra

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4036926-2