s
19 708 Pages

la Serial Digital Interface (Communément appelé SDI) Interface numérique série est utilisé pour le transport de signaux vidéo pour les professionnels et la diffusion. Il permet la qualité de la récupération supérieure car elle évite l'intervention de codec compression utilisé dans le support d'enregistrement, intégré dans les caméras vidéo (bande, cassette, cartes mémoire). Il est standardisé comme l'UIT-R BT.656 et SMPTE 259M. La bande passante de cette connexion est de 270 Mbits par seconde. Cette mise en œuvre est conçue pour la transmission de signaux de télévision PAL et NTSC (Ce que nous appelons maintenant la définition standard) qu'il est souvent associé avec les initiales SD (définition standard) à l'acronyme SDI (SD-SDI).

Il existe une version pour transmettre des signaux à haute définition, connu sous le nom Haute Définition Serial Digital Interface (HD-SDI) tel que prévu par la norme SMPTE 292M. La version HD-SDI a une bande passante de 1485 Gbit par seconde. Pour certaines applications, telles que le cinématographie numérique, cette bande peut ne pas être suffisante. Pour cette raison, en utilisant un mode connu sous le nom double lien spécifique défini par SMPTE 372M. Cette version, comme son nom l'indique, implique l'utilisation de deux connexions simultanées HD-SDI. Il est capable d'une largeur de bande nominale de 3 Gbit par seconde. L'utilisation du mode double liaison nécessite un second câble entre les deux appareils et ce; dans le cas d'installations complexes, il peut créer des problèmes liés à la complexité du câblage et le coût. Une version de cette interface, appelée 3G-SDI, comme standard SMPTE 424M, dans lequel, sur un seul câble, il est possible d'obtenir la bande passante de 3 Gbit par seconde.

L'interface SDI est un système de transmission de signaux numériques non compressés et non-cryptée et est d'une utilisation très large à l'intérieur de l'infrastructure de production télévision. Vous pouvez éventuellement transférer également des signaux audio incorporés dans le flux vidéo.

L'interface est conçue pour fonctionner sur de courtes distances, en raison de la bitrate. Les deux interfaces SDI vers HD-SDI ne sont disponibles que sur les équipements professionnels, en raison de certains accords de licence qui ne nécessitent pas l'utilisation de signaux numériques non cryptés des équipements de classe nationale, bien qu'il existe des boîtiers externes compatibles avec les entrées et les cartes vidéo appropriées, pour la connexion à l'ordinateur. Comme il y a quelques changements pour les lecteurs DVD pour implémenter une interface SDI.

Détails techniques des différentes normes

Serial Digital Interface
des câbles coaxiaux avec des connecteurs BNC.

Interface électrique

Les différents types d'interface série numérique utilisent tous un ou plusieurs coaxiaux câbles avec connecteurs BNC, avec un 'impédance nominale 75 ohm. Ceci est le même type de câble utilisé pour les systèmes vidéo analogiques, ce qui rend très simple l'infrastructure de mise à niveau de la théorie et le câblage des appareils, bien que sur de longues distances peut être nécessaire d'utiliser un câble de qualité supérieure. L'amplitude du signal à la source est de 800 mV crête-à-crête (± 10%), tandis que des tensions inférieures lot peuvent être mesurés à la réception en raison de 'atténuation. avec approprié égaliseurs récepteur sur l'appareil, il est possible d'envoyer des signaux à 270 Mb / s sur des câbles longs même 150 mètres, mais il est préférable de l'utilisation des distances plus courtes. Les signaux en haute définition ont une longueur maximale inférieure, de l'ordre de 80 mètres.

Les signaux transmis sont des composants numériques sans compression, avec le code de canal NRZI, et registre à décalage à rétroaction linéaire Il est utilisé pour réduire la possibilité qui sont transmises de longues séquences de zéro ou un.

Etant donné que l'interface SDI il existe une relation fixe entre la synchronisation des échantillons vidéo (27 MHz) et l'horloge (270 MHz), cette interface est de type auto-synchrone; également un motif de synchronisation est présent sur le signal numérique comme une séquence de 1001 suivie par vingt zéro. Cette séquence est interdite dans tout autre lieu dans les données transmises.

La séquence de synchronisation devient un zéro suivi de quarante vents dans le cas de signaux à haute définition.

Serial Digital Interface
Exemple d'appareil qui utilise des entrées et des sorties SDI

Comparaison des normes

standard nom bitrate Exemple de formats vidéo
SMPTE 259M SD-SDI 270 Mbit / s, 360 Mbit / s, 143 Mbit / s et 177 Mbit / s 480i, 576i
SMPTE 344M ED-SDI 540 Mbit / s 480p, 576p
SMPTE 292M HD-SDI 1485 Gbit / s et 1,485 / 1,001 Gbit / s 720p, 1080i
SMPTE 372M Dual Link HD-SDI 2,970 Gbit / s et 2,970 / 1,001 Gbit / s 1080p
SMPTE 424M 3G-SDI 2,970 Gbit / s et 2,970 / 1,001 Gbit / s 1080p
SMPTE ST-2081 6G-SDI 6 Gbit / s 2160p 30fps
SMPTE ST-2082 12G-SDI 12 Gbit / s 2160p 60fps

Comme on peut le voir dans le tableau, bitrates différents sont utilisés:

  • Pour les applications de définition standard, définies selon SMPTE 259M, le débit possible sont de 270 Mb / s, 360 Mb / s, 143 Mb / s et 177 Mb / s. 270 Mb / s est de loin le débit binaire le plus utilisé, bien que dans le cas de vidéos grand écran sont parfois utilisés 360 Mb / s. les interfaces 143 et 177 Mb / s ont été conçus pour la transmission de vidéo composite codé numériquement (NTSC et PAL) et sont considérés comme obsolète.
  • Pour les applications à définition améliorée (typiquement 525 lignes de balayage progressif ou 525p), il y en a plusieurs à 540Mo / interfaces d'utilisation, rares.
  • Pour les applications de télévision haute définition, l'interface SDI est définie dans la norme SMPTE 292M. Ils ont défini deux bitrate, 1,485 Gb / s et 1,485 / 1,001 Gb / s. Le 1 / facteur 1,001 doit être utilisé pour ce support standard pour les formats vidéo avec des scans de 59,94, 29,97 et 23,98 Hz, pour être compatible avec les systèmes NTSC existants. La version du Il est assez fréquent de standard / 1,485 Gb soutient d'autres largement utilisés cadences, y compris ceux de 60, 50, 30, 25 et 24 Hz. De se référer aux deux normes avec un débit nominal de 1,5 Gb / s.
  • Pour les applications qui nécessitent une très haute définition, avec une résolution plus élevée, la fidélité des couleurs ou la cadence de ce qui peut être obtenu à partir de HD-SDI, la norme SMPTE 372M définit l'interface double lien. Comme son nom l'indique, ce sont deux interconnexions parallèles SMPTE 292M. L'interface double liaison compatible avec les formats de 10 bits, 4: 2: 2, 1080P à des taux de 60, 59,94 et 50 Hz, ainsi que la profondeur de couleur de 12 bits, la couleur RVB codage et d'échantillonnage 4: 4: 4.
  • Une interface à trois Gbit / s (plus précisément, de 2,97 Gbit / s, mais dans lequel il est communément dénommé « 3G »), il a été normalisé par le SMPTE en Juin 2006. Il vise à mettre en œuvre toutes les fonctionnalités fournies par le double lien de 1.485 Gbit / s à interfacer, mais ne nécessite qu'un seul câble au lieu de deux.

D'autres interfaces

La norme SMPTE 292M définit, avec interface électrique, également une interface optique par plusieurs parties est considérée comme obsolète maintenant. interface numérique parallèle à 8 bits est défini par CCIR 601, et est obsolète à son tour (dans chaque cas, de nombreuses dispositions des différentes normes permettent en option d'interface 8 bits).

Format des données

Par définition standard et des utilisations de pointe, le format de données parallèle est défini en 10 bits, tandis que ceux en haute définition à 20, divisé en deux flux de données parallèles à 10 bits (connu sous le nom Y et C). La définition standard de flux (SD) est comme ceci:

Y Cr Cb Y 'Y Cr Cb Y'

tandis que les flux HD (HD) sont constituées comme suit:

Y
Y Y 'Y Y' Y Y 'Y Y'
C
Cb Cr Cr Cb Cb Cb Cr Cr

Dans les deux cas, la vidéo est codé en format 4: 2: 2, ce qui signifie que la luminance et codé à largeur de bande de canal complète (13,5 MHz dans le SD de 270Mbits / s SD, ~ 75 MHz dans le HD) et les deux canaux de chrominance sont sous-échantillonnés horizontalement et codés à la moitié de la largeur de bande (6,75 MHz ou 37,5 MHz). Les échantillons Y, Cr et Cb sont coacquisiti, qui est acquis au même instant du temps, et l'échantillon Y » est acquis dans l'intervalle de temps entre deux échantillons Y adjacents.

Dans le schéma ci-dessus, Y indique les échantillons de luminance, et C, les échantillons de chrominance. Cr et Cb se réfèrent aux canaux de différence rouge et bleu, respectivement.

La vidéo active (et de données auxiliaires) peuvent utiliser tous les mots de 10 bits dans l'intervalle de 4 à 1019 (en hexadécimal, 004-3FB) inclus, les valeurs de 0 à 3 et 1020-1023 (3FC-3FF) sont réservés et non ils peuvent faire partie de la vidéo active. Les mots réservés sont utilisés à deux fins, le calendrier et les en-têtes des données auxiliaires.

Paquets de synchronisation

Un paquet de synchronisation (communément connu sous le nom temps signal de référence ou TRS) Précède immédiatement le premier échantillon actif de chaque ligne, comme suit immédiatement le dernier échantillon actif, précédant le début de la période de synchronisation horizontale. Le paquet de synchronisation est constitué de quatre mots de 10 bits. Les trois premiers mots sont constamment 0x3FF, 0,0 tandis que le quatrième se compose de 3 drapeau et un code de correction d'erreur. En conséquence, il y a huit paquets de synchronisation possibles différents.

En HD-SDI et deux interfaces de liaison, les paquets de synchronisation il faut se produire simultanément dans les deux flux Y et C. Dans le cas de lien double, il peut y avoir un retard entre les deux fils d'une même interface, de sorte que le matériel qui l'utiliser doit avoir une mémoire tampon qui mémorise le premier signal jusqu'à ce que l'arrivée de « autre. Dans l'interface SD et ED n'y a qu'un seul flux de données, de sorte qu'un seul paquet de synchronisation à la fois. Au-delà du nombre de paquets, en tout cas, leur format est le même pour toutes les versions d'interface SDI.

Le bit de drapeau présent dans le quatrième mot (communément appelé XYZ) Sont connus comme H, F et V. Le H bit indique le début de la suppression horizontale: le bit de synchronisation qui précède immédiatement la région de suppression horizontale doit avoir l'ensemble de H bits à 1. Normalement, nous faisons référence à ces forfaits comme le fin de vidéo active, ou des emballages EAV. De même, le paquet immédiatement avant le début de la vidéo active a le bit H réglé à 0; il est forfait début de la vidéo active ou SAV.

D'une manière similaire, le bit V est utilisé pour indiquer le début de la région de suppression verticale. Un EAV avec V mis à 1 indique que la ligne suivante est située dans un intervalle vertical, tandis que l'un de V set à 0 indique que la ligne suivante est située dans la vidéo active.

Le bit F est utilisé dans des formats entrelacés et segmentés pour indiquer si la ligne appartient à la première ou deuxième champ (ou segment). Dans les formats de balayage progressif, le bit F est toujours égale à zéro.

lignes de compteur et CRC

Dans la version de l'interface pour la haute définition (et aussi dans la version à double liaison), sont mis en œuvre des mots de contrôle supplémentaires pour augmenter la robustesse de l'interface. Dans ces formats, les quatre échantillons précédant immédiatement les emballages EAV (mais pas SAV) contiennent un champ contrôle de redondance cyclique (CRC) et un compteur de lignes. La valeur CRC de chaque champ contient le contrôle de la ligne précédente (calculée indépendamment pour les flux Y et C) et peut être utilisé pour détecter des erreurs sur le flux transmis. Le compteur de ligne indique le numéro de la ligne actuelle.

Tant le CRC que les versions de compteur de ligne ne sont pas disponibles dans l'interface SD et ED. A leur place, un des paquets de données auxiliaires connu sous le nom package EDH Il peut être utilisé comme témoin d'erreur.

La numérotation des lignes et des échantillons

Chaque échantillon dans un flux donné a un certain nombre de lignes et échantillon unique. Dans tous les formats, le premier échantillon immédiatement après le paquet a le numéro SAV exemple 0, le numéro suivant 1 et ainsi de suite jusqu'à ce que le mot XYZ du paquet suivant SAV. Dans la version SD de l'interface, où le flux de données est unique, la numérotation des échantillons suivant ce schéma:

  • Numéro 0 -> Cb
  • Numéro 1 -> Y
  • Numéro 2 -> Cr
  • Numéro 3 -> Y '

et ainsi de suite. Dans la version HD, chaque flux de données a sa propre numérotation, en alternance Y et Y « pour chacun des flux échantillon Y, Cb et Cr et pour chacun des flux échantillon C.

La numérotation des lignes est séquentielle, en commençant par 1 et pour le nombre de lignes par image de la taille (typiquement 525625750 ou 1125). La détermination de la ligne 1 est quelque peu arbitraire; Cependant, il est indiqué par la norme pertinente sans ambiguïté. Dans les systèmes à 525 lignes, la première ligne d'intervalle vertical est la ligne 1, alors que dans les autres systèmes entrelacés (625 et 1125 lignes) de la première ligne, après le passage à zéro du bit F est la ligne 1.

Notez que les lignes de balayage à partir de EAV, tandis que l'échantillon zéro est l'échantillon qui suit le SAV. Cela conduit à des résultats quelque peu confus en ce sens que le premier échantillon d'une ligne donnée, dans le cas d'une vidéo 1080i, est le numéro champion 1920 (le premier EAV dans ce format) et la ligne se termine à l'échantillon suivant en 1919 ( le dernier échantillon actif). Ce comportement diffère à certains aspects des interfaces vidéo analogiques, où la ligne de ovviene de transition avec l'impulsion de synchronisation, plus ou moins au milieu de la région de suppression horizontale.

Numérotation du lien

La numérotation des liens applique uniquement l'interface à double liaison. Le premier lien (le soi-disant primaire) Il a attribué le numéro 1, tandis que les éléments suivants ont de plus en plus. De cette façon, le deuxième lien (secondaire) Dans un système à double lien, il est le numéro 2. Le nombre de liens pour une interface donnée est indiquée par un paquet VPID situé dans l'espace de données auxiliaires verticales.

données auxiliaires

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: données auxiliaires.

Comme le SMPTE 259M, SMPTE 292M prend en charge le SMPTE 291m pour les données auxiliaires. Il est un système normalisé pour le transport de données vidéo en un signal numérique série, utilisé pour l'audio intégré, sous-titres, le code temporel et d'autres types de métadonnées. Les données auxiliaires sont indiquées par un bloc de 3 mots consistant en 0, 3FF, 3FF (l'en-tête du paquet de synchronisation opposé), suivi par un code d'identification de deux mots, le nombre de mots de données (ce qui indique un signal actif 0-255 mots), le vrai signal actif lui-même et une somme de contrôle d'un mot. Au-delà de leur utilisation dans l'en-tête, les codes interdits dans la vidéo active sont également interdites dans le signal actif des données auxiliaires.

Les applications spécifiques comprennent audio, intégré, EDH, VPID et SDTI.

Audio intégré

Aussi bien la version SD comme HD contient 16 canaux audio embarqués. Il convient de noter, à des fins littéraires, le mot anglais intégré ' Il est souvent rendu en italien embeddato, suite à une pratique typique des termes techniques.

Les deux interfaces utilisent une méthode d'encapsulation différente, la SMPTE 272M respectivement pour le SD et le SMPTE 299M pour la HD. Dans chacun des deux cas, un signal SDI peut contere jusqu'à seize canaux (8 paires) de signaux audio numériques à 48 kHz, 24 bits, avec la vidéo. Normalement, à 48 kHz audio PCM 24 bits est utilisé (20 dans la version SD), d'une manière directement compatible avec une interface audio numérique AES3. Les canaux audio sont positionnés dans les périodes de suppression horizontale, où le signal SDI ne contient rien d'utile, puisque l'appareil de réception reconstitue ses synchronisme des TRS.

Les canaux audio sont divisés en groupes, chacun d'eux étant numérotés de un à quatre et contient quatre canaux. Leur numérotation unique est, par exemple, le canal 5 sera toujours le premier canal du second groupe.

EDH

Étant donné que le signal en définition standard ne comprend pas la somme de contrôle, CRC ou la vérification des données, un paquet EDH, qui signifie Détection des erreurs et la manipulation (La détection et le traitement des erreurs), il peut être éventuellement positionner l'intervalle vertical du signal vidéo. Ce forfait comprend les valeurs CRC tant pour la vidéo active que pour le champ entier (à l'exception des lignes où la commutation peut avoir lieu, et qu'ils ne doivent pas contenir de données utiles); l'équipement peut calculer la CRC et le comparer à celui reçu pour les erreurs.

L'utilisation typique du paquet est l'interface EDH définition standard, car la présence de mots CRC dans la version haute définition rend inutile.

VPID

Les forfaits VPID (Payload ID vidéo vidéo actif) deviennent de plus en plus commun pour identifier le type d'interface SDI format de diffusion. Dans les premières versions, il a toujours été possible de déterminer le format vidéo en comptant le nombre de lignes et des transitions d'échantillons entre le H et V du SRT. Avec l'introduction d'interfaces double liaison et cadre normatif segmenté ce n'est plus possible. En conséquence, la norme VPID (définie par SMPTE 352M) fournit un moyen d'identifier clairement sans ambiguïté le format vidéo actif.

Vidéo actif

Il y a plusieurs codages de couleurs possibles. La valeur par défaut (et le cas le plus fréquent) est un flux de données linéaires de 10 bits codés en tant que 4: 2: 2 YCbCr. (Le YCbCr est la représentation numérique de l'espace chromatique YPbPr). Les échantillons vidéo sont stockés comme indiqué ci-dessus.

Au sein de la partie active de la vidéo, les mots de données correspondent aux niveaux des signaux vidéo en composantes respectives. Le canal de luminance (Y) et défini de telle sorte que le niveau de signal de 0 mV correspond à la clé 64 (40 en hexadécimal) et 700 mV (la balance) est attribué le mot-clé 940 (0x3AC). Pour les canaux de chrominance, à 0 mV correspond à la clé 512 (0x200), -350 mV correspond à 64 (0x40) la pleine échelle) et de 350 mV correspond à 960 (0x3c0). Il convient de noter que l'échelle des signaux de luminance et de chrominance Il n'est pas identiques. Le minimum et le maximum de ces valeurs représentent les limites des fourchettes de signal souhaitées, en dépit de la vidéo active peut être en dehors d'eux (en supposant toutefois que les mots réservés 0-3 et 1020-1023 ne sont pas jamais utilisé pour la vidéo active). En outre, les signaux analogiques correspondants peuvent avoir des excursions en dehors de cette fourchette.

Les annulations verticales et horizontales

Pour les parties des annulations verticales et horizontales qui ne sont pas utilisées pour les données auxiliaires, il est recommandé que les échantillons de luminance étant affectés de la valeur 64 (0x40) et à celles de chrominance 512 (0x200), qui correspondent tous les deux à 0 mV. Il est permis de codage d'informations d'intervalle analogique vertical (tel que le code de temps d'intervalle vertical, ou VITC, ou des signaux de test, ou VITS) sans que l'interface a des problèmes, mais cette utilisation ne soit pas standard (et les données auxiliaire doit toujours la meilleure façon de transmettre les métadonnées). cependant, la conversion de synchronisation et de signaux analogiques en rafale au numérique, est déconseillée, ni nécessaire à l'interface numérique.

colorimétrie

Étant donné que les espaces de couleurs et YCbCr YPbPr dérivent à la fois de l'espace RVB, vous avez besoin d'un moyen de conversion. Il y a trois COLORIMETRIE normalement utilisé pour la vidéo numérique:

  • Applications SD et ED utilisent une matrice spécifiée par la norme CCIR 601.
  • La plupart des applications HD, double lien et 3Gb utilisent une matrice différente, spécifiée comme 709 CCRRA.
  • La norme HD à 1035 lignes selon la SMPTE 260M spécifique (principalement utilisé dans Japon et considéré comme obsolète) utilisé une matrice spécifiée comme SMPTE colorimétrie 240M. Il est une matrice rarement utilisé aujourd'hui, dans de nombreux formats à 1035 lignes ont été supplanté par les 1080 lignes.

D'autres codages de couleur

Les interfaces à double liaison et 3 Gbit / s en charge l'utilisation d'un autre schéma de codage de couleur en plus de la 4: 2: 2 YCbCr:

  • 4: 2: 2 et 4: 4: 4 YCbCr, avec un canal alpha En option, utilisé pour clés, ou un canal de données (non au contenu de la vidéo)
  • 4: 4: 4 RGB, avec un canal alpha ou de données en option
  • 4: 2: 2 YCbCr 4: 4: 4 YCbCr, et 4: 4: 4 RGB, avec 12 bits de 10. L'interface elle-même est toujours une information de couleur de 10 bits par échantillon en place, les deux bits par canal supplémentaire sont transportés par le second lien sous multiplex.

Si un codage RVB est utilisé, les trois couleurs primaires sont codés de la même manière que le canal Y; une valeur de 64 (40 hex) correspond à 0 mV, et 940 (hex 3AC) correspond à 700 mV.

Les applications sont mises à l'échelle de 12 bits tels que ceux en 10, les deux bits supplémentaires sont considérées LSB.

Formats vidéo pris en charge

Les différentes versions des supports numériques en série de nombreux formats vidéo.

  • l'interface 270 Mb / s à 525 lignes, il prend en charge la vidéo entrelacée avec une fréquence de trame de 59,95 Hz (29,97 images par seconde), et vidéo entrelacée à 625 lignes avec une fréquence de 50 Hz. Ces formats sont respectivement largement compatibles avec NTSC et PAL, et ces termes sont souvent utilisés de se référer (à tort) à leur disposition. (Ne pas oublier qu'ils sont NTSC et PAL systèmes de codage de la vidéo composite couleur et SDI, au-delà des formats obsolètes 143 et 177 Mb / s, est une interface à composants).
  • l'interface 360 Mb / s Il prend en charge 525 et 625 lignes grand écran. Si vous utilisez l'encodage 4: 2: 0, il peut également prendre en charge 525p.
  • Les différentes interfaces 540 Mb / s support 525p et les formats 625p.
  • L'interface nominale 1.5Gb / s Il prend en charge la plupart des formats haute définition, y compris:
    • 1080i60,
    • 1080i59.94,
    • 1080i50,
    • 1080p30,
    • 1080p29.97,
    • 1080p25,
    • 1080p24,
    • 1080p23.98,
    • 720p60,
    • 720p59.94,
    • 720p50,
    • différents formats 1035i (normes japonaises a dépassées)
    • 720p bande passante norme réduite de moitié, comme 720p24 (utilisé dans certaines conversion de film, et inhabituel en ce qu'il comporte un nombre impair d'échantillons par ligne),
    • 1080PsF divers formats (balayage progressif, trame segmentée).

Les cadres segmentés contiennent la vidéo en balayage progressif divisé en deux champs segmenté. Ce système est utilisé pour soutenir et surveiller la télévision analogique, dont la majorité ne peut s'engager dans le contexte des basses fréquences telles que 24 et 30 Hz. De plus, il est d'une certaine utilité pour les productions balayage progressif en utilisant des équipements qui prennent en charge que les formats entrelacés.

  • l'interface double lien Il prend en charge les formats 1080p60, 1080p59.94 et 1080p50, ainsi que le codage 4: 4: 4, une plus grande profondeur de couleur, le codage RGB, des chaînes alpha et des résolutions non standard (fréquemment utilisés dans les graphiques et informatiques de cinéma numérique).
  • l'interface 3G Il prend en charge les mêmes formats de la version à double liaison, mais en utilisant un seul câble.

Interfaces connexes

En plus de l'interface décrite ici, il existe plusieurs autres interfaces qui ont des similitudes, ou qui sont contenus dans son intérieur.

SDTI

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Interface Data Transport série.

Il y a un appel spécifique élargi SDTI (Interface Data Transport série), qui permet à des flux vidéo compressés (par exemple Vidéo numérique, MPEG et autres) pour être transportés par l'intermédiaire d'une ligne SDI. Cela permet à plusieurs flux vidéo dans un seul câble, ou la transmission vidéo à une vitesse plus rapide que en temps réel (2x, 4x, ...). Une norme connexe, connue sous le nom HD-SDTI, offre des fonctionnalités similaires sur une interface SMPTE 292M.

L'interface SDTI est définie par SMPTE 305M, le HD-SDTI par SMPTE 348m.

SMPTE 349m

la norme SMPTE 349m: Transport de Alternate Source Formats d'images par SMPTE 292M spécifie une méthode pour l'encapsulation des formats vidéo non standard ou à faible débit à l'intérieur de l'interface HD-SDI. Cette norme permet, par exemple, plusieurs signaux vidéo indépendants en définition standard mélangés dans un seul signal HD-SDI, transmis par un seul câble. Cette norme ne se limite pas aux simples corrections des timings et EAV pour SAV correspondent aux formats bitrate plus bas; Il fournit à sa place un moyen par lequel une interface SDI complet (y compris les mots de synchronisation, des données auxiliaires vidéo et actif) peut être encapsulé et transmis en tant que vidéo active dans un flux de 292M classique.

bibliographie

  • Barbero, Shpuza, Interfaces vidéo, Electronique et Télécommunications, le 3 Décembre 2006

Articles connexes

liens externes

  • Société de cinéma et de la télévision Ingénieurs - Accueil, smpte.org.
  • SMPTE standard, smpte.org.
  • Société des ingénieurs du film et de la télévision: SMPTE 274M-2005 Image Structure de l'échantillon, Représentation numérique et synchronisation numérique de référence pour les séquences Tarifs d'image multiples
  • Société des ingénieurs du film et de la télévision: SMPTE 292M-1998: Bit-Interface série numérique pour la télévision haute définition
  • Société des ingénieurs du film et de la télévision: SMPTE données auxiliaires 291m-1998 paquets et l'espace de mise en forme
  • Société des ingénieurs du film et de la télévision: SMPTE 372M-2002 Dual Link Interface pour 292M 1920 x 1080 image raster