s
19 708 Pages

la Stigmates (en latin Congrégation pour Sacris Stigmatibus Domaines Notre Iesus Christi) Il est institution religieuse mâle de droit pontifical: Les membres de cette congrégation cléricale, communément appelé Stimmatini, reporter leur nom à la initiales C.S.S.[1]

histoire

Stigmates
Gaspare Bertoni, le fondateur de la congrégation

La congrégation a été fondée par Gaspare Bertoni (1777-1853). Alors qu'elle étudie dans les écoles municipales de San Sebastiano en Vérone, Il est pris pour assister à la congrégation mariale annexée, en temps directe Luigi Fortis, avenir Provost général de la Compagnie de Jésus;[2] ordonné en 1800, a commencé à servir dans la paroisse de Saint-Paul, où il se consacre en particulier à l'action en faveur des garçons, pour lesquels la 1802 Il a organisé la première chapelle mariale avec l'intention d'encourager le retour des jeunes à la pratique religieuse.[3]

Bertoni a également été confesseur de la première communauté de Filles de la Charité Vérone et conseiller Leopoldina Naudet, fondateur de Sœurs de la Sainte Famille; il se consacre aussi à la prise en charge des jeunes et du clergé 1810 l'évêque de Vérone il a été nommé directeur spirituel du séminaire diocésain.[2]

En plus de ce travail intense de l'apostolat, Bertoni a commencé à méditer pour organiser une nouvelle famille religieuse des missionnaires apostoliques au service des évêques (dans obsequium Episcoporum): Comme les jésuites, ses prêtres devraient se livrer à diverses formes de ministère, mais le vœu d'obéissance au pape serait remplacé par un engagement à servir les évêques diocésains.[4] Le projet a commencé à prendre forme dans le meilleur 1816, Lorsque Bertoni a prêché avec succès une mission populaire dans la paroisse San Fermo Maggiore.[5]

En Août 1816 Bertoni a été confiée à Stigmates de saint François l'église et les zones adjacentes, qui est devenu le centre de son travail, et le 4 Novembre, avec Don Giovanni Maria Marani et le frère convers Paolo Zanolli, a commencé sa congrégation. En raison du climat politique hostile aux institutions religieuses, pour justifier le mariage des prêtres face aux autorités civiles Bertoni a ouvert une école gratuite pour les enfants du peuple.[6]

Les règles ont été établies par le Stigmates de Bertoni 1841 selon le modèle des constitutions de la Compagnie de Jésus.[7] Le nom de Stimatini (ancienne orthographe, désormais remplacé par Stimmatini), n'a pas été dans la constitution, mais il a été couramment utilisé par rapport au siège de la congrégation. Du nom supposé par hasard, la dévotion particulière de la congrégation se pose pour Stigmata de N.S.G.C.

La Congrégation du Sacré Stigmata a reçu le pontificaux Décret de louange 16 avril 1855 et l'approbation des Saint-Siège le 15 Septembre 1890: Son constitutions Ils ont été définitivement approuvé le 23 Juin 1925.[6]

en 1926 les Stigmates ont été appelés à consacrer aussi aux missions étrangères et Saint-Siège Il leur a confié la mission chinois Yixian, érigée en Préfecture apostolique en 1935; d'autres missions ont été ouvertes en États-Unis d'Amérique, en Canada et Brésil. Après l'avènement du régime communiste en Chine, les missionnaires expulsés Stigmates répartis entre Thaïlande, Philippines, Afrique du Sud, Côte-d'Ivoire, Tanzanie, Chili.[8]

Le fondateur, a été béatifiée en 1975, Il a été proclamé saint par Pape Giovanni Paolo II 1 novembre 1989.[9]

Activités et diffusion

Les Stigmates se consacrent à la prédication des retraites et des missions paroissiales, catéchèse, la formation du clergé dans les séminaires, l'éducation et l'éducation des jeunes dans les écoles et oratoires.[4]

Ils sont présents dans Europe (Géorgie, Allemagne, Italie, Royaume-Uni), Dans Amériques (Brésil, Chili, paraguay, États-Unis d'Amérique), Dans Asie (Philippines, Inde, Thaïlande), Dans Afrique (botswana, Côte-d'Ivoire, Afrique du Sud, Tanzanie).[10] le siège général, de 1906, il est Rome.[1]

A la fin de 2008 La congrégation comptait 95 maisons avec 428 religieuses, dont 310 prêtres.[1]

notes

  1. ^ à b c Ann. Pont. 2010, p. 1445.
  2. ^ à b N. Vedove Dalle, BSS, vol. III (1962), col. 117.
  3. ^ G. Stefella, à M. Esobar, op. cit., vol. II (1953), p. 1183.
  4. ^ à b N. Vedove Dalle, DIP, vol. IX (1997), col. 247.
  5. ^ G. Stefella, à M. Esobar, op. cit., vol. II (1953), p. 1184.
  6. ^ à b N. Vedove Dalle, DIP, vol. IX (1997), col. 246.
  7. ^ G. Stefella, à M. Esobar, op. cit., vol. II (1953), p. 1185.
  8. ^ N. Vedove Dalle, DIP, vol. IX (1997), col. 248.
  9. ^ Tableau récapitulatif des canonisations qui a eu lieu sous le pontificat de Jean-Paul II, vatican.va. 20 Avril Récupéré, 2011.
  10. ^ Stimmatini. Présence dans le monde, stimmatini.org. 20 Avril Récupéré, 2011.

bibliographie

  • Annuaire Pontifical pour 2010, Libreria Editrice Vaticana, Cité du Vatican 2010. ISBN 978-88-209-8355-0.
  • Filippo Caraffa et Giuseppe Morelli (Curr.) Bibliotheca Sanctorum (BSS), 12 vol., Institut Jean XXIII à l'Université pontificale du Latran, Rome 1961-1969.
  • Mario Escobar, Les ordres et les congrégations religieuses, 2, vol. SEI, turin 1951-1953.
  • Guerrino Pelliccia et Giancarlo Rocca (Curr.) Dictionnaire des Instituts de Perfection (DIP), 10 vol., Editions Pauline, Milan 1974-2003.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Stigmates

liens externes