s
19 708 Pages

Conclave de Mars 1605
bureau vacante.svg
Papa Leone XI
Papa Leone XI
durée Du 14 Mars à Avril 2 1605
lieu Palazzo Apostolico
Les participants 60
doyen Tolomeo Gallio
camerlingue Pietro Aldobrandini
élu Leo XI (Alexandre de Médicis)
 

la Conclave de Mars 1605 Il a été appelé après la mort de Le pape Clément VIII et il a pris fin avec l'élection de papa Leone XI.

Avec l'aggravation de Clément VIII Santé, a commencé les jeux politiques des grandes puissances pour le prochain conclave. Le 28 Octobre 1604 Henri IV de France Il a dit aux cardinaux français de se tenir prêts à soutenir Alexandre de Médicis, ou Cesare Baronio[1] et en Mars ce qui suit lui-même a montré au cardinal François de Joyeuse l'intention d'acheter le soutien de Pietro Aldobrandini[2].

14 Mars, 1605, onze jours après la mort de Clément VIII, soixante cardinaux sont entrés conclave en Chapelle Sixtine. Neuf ont été nommés par Sixte V, Clément VIII trente-huit, sept nommés par suivirent le pape Pie IV et autant par Grégoire XIII et cinq par Grégoire XIV[3]. Une grande partie du Sacré Collège recevait les pensions et les allocations de la Couronne espagnole, de sorte que Clément VIII pour contrebalancer cette influence dans les années a créé de nombreux cardinaux, dont seulement trente lui survécut; la force encore assez bon pour contrer les Espagnols si le Aldobrandini, chef de la faction droite italienne, avait été en mesure de mieux gérer les manœuvres politiques lors de l'élection.

Il vient d'ouvrir le conclave Aldobrandini a fait la première erreur, déclarant officiellement Baronio comme candidat et d'essayer de le choisir rapidement: le choix est un défi ouvert à l'Espagne, comme Baronio avait récemment écrit un livre sur les abus perpétrés par des agents espagnols en Sicile aussi bien dans les sphères laïques que dans l'église. La faction espagnole serait fermement opposé à un ennemi personnel du roi Philippe III d'Espagne. Aldobrandini confié à un soutien de la faction française, ne sachant pas que la tâche avait Joyeuse précise par Henri IV pour soutenir la cardinale Alexandre de Médicis, cousin du grand-duc Ferdinando Ier de Médicis et ancien légat du pape en France.

On pouvait s'y attendre nommer seulement Baronio L'archevêque d'Avila a pris des mesures: l'homme était non seulement un ennemi déclaré de l'Espagne, mais il était aussi extrêmement austère et rigide, des qualités qui ne sont pas acceptables pour de nombreux cardinaux, jeunes et pauvres continence, créé par Clément VIII. Ceci, ainsi que l'abstention des prélats français était un coup inattendu à la Aldobrandini, qui encore a persévéré dans la candidature proposée pendant plusieurs jours le nombre de votes en sa faveur a varié entre quinze et vingt-trois.

Pendant ce temps, les Français ont pu apporter leur côté quinze cardinaux avec des dons en espèces, dons et promesses de évêchés et sinécures. De même, les Espagnols et les Florentins regorgeaient d'or et les autres cardinaux en utilisant divers séductions: l'ambassadeur d'Espagne a fini par devenir Cardinal Ginnasi Gants valeur 500 couronnes, tandis que Belisario Vinta, le mandat Ferdinando Ier de Médicis cosmétiques et a donné des boîtes de bonbons aux prélats. Alexandre de Médicis entreprit de défendre Baronio par les attaques espagnoles, mais en même temps, est venu au cardinal Peretti, qu'il finit par ne lui transmettre un nombre suffisant de voix pour le faire à travers le quorum des deux tiers dans la nuit du 1 et le 2 Avril[4].

cardinaux électeurs

  1. Tolomeo Gallio, évêque de Ostia et Velletri, Doyen du Sacré Collège
  2. Alessandro Ottaviano de Médicis, évêque de Palestrina (Élu Papa Leone XI)
  3. Domenico Pinelli, évêque de Frascati
  4. François de Joyeuse, évêque de Sabina
  5. Girolamo Bernerio, évêque de Albano
  6. Agostino Valier, évêque de Vérone
  7. Antonio Maria Galli, évêque de Osimo
  8. Benedetto Giustiniani, légat du pape en marque Anconitana
  9. Antonio Maria Sauli
  10. Giovanni Evangelista Pallotta
  11. Federico Borromeo, archevêque de Milan
  12. Francesco Maria del Monte
  13. Mariano Pierbenedetti
  14. Gregorio Petrocchini
  15. Paolo Emilio Sfondrati, légat du pape à Bologne
  16. Ottavio Paravicini
  17. Ottavio Acquaviva d'Aragon
  18. plats Flaminio
  19. Pietro Aldobrandini
  20. Francesco Maria Tarugi, archevêque de Sienne
  21. Ottavio Bandini, archevêque de Fermo
  22. Anne d'escars de Givry, évêque de Lisieux
  23. Giovanni Francesco Biandrate St. George Aldobrandini, légat en Romagne
  24. Borghese Camillo
  25. Cesare Baronio
  26. Lorenzo Bianchetti
  27. Francisco de Ávila
  28. Francesco Mantica
  29. Pompeo Arrigoni
  30. Bonifazio Bevilacqua Aldobrandini, légat du pape à Pérouse et Ombrie
  31. Alfonso Visconti, archevêque de Spoleto
  32. Domenico Toschi, évêque de Tivoli
  33. Paolo Emilio Zacchia
  34. Roberto Bellarmino
  35. François de Sourdis
  36. Séraphin-Olivier Razali
  37. Filippo Spinelli, évêque de policastro
  38. Carlo Conti, évêque de Ancône
  39. Carlo Gaudenzio Madruzzo, évêque de Trento
  40. Jacques Davy du Perron, évêque de Evreux
  41. Innocent Del Bufalo-chanceliers, évêque de Camerino
  42. Giovanni Dolfin
  43. Giacomo Sannesio
  44. Erminio Valenti
  45. Girolamo Agucchi
  46. Girolamo Pamphilj
  47. Ferdinando Taverna
  48. Anselmo Marzato
  49. Francesco Sforza
  50. Alessandro Peretti Montalto di
  51. Odoardo Farnese
  52. Giovanni Antonio Facchinetti de Nuce
  53. Cinzio Passeri Aldobrandini
  54. Bartolomeo Cesi
  55. Andrea Baroni Peretti Montalto
  56. Alessandro d'Este
  57. Giovanni Battista Deti
  58. Silvestro Aldobrandini
  59. Giovanni Doria
  60. Carlo Emanuele Pio di Savoia

cardinaux absents

  1. Ascanio Colonna, archiprêtre de la basilique du Latran
  2. Pierre de Gondi, évêque de Langres
  3. Carlo di Lorena, évêque de Metz
  4. Fernando Niño de Guevara, archevêque de Séville
  5. Bernardo Sandoval Rojas, archevêque de Toledo
  6. Franz von Dietrichstein, archevêque de Olomouc
  7. Domenico Ginnasi, archevêque de Manfredonia
  8. Antonio Zapata y Cisneros, archevêque de Burgos
  9. Bernard Maciejowski, archevêque de Gniezno

notes

  1. ^ Henri de Lettres missives IV, édité par B. Barbiche, Cité du Vatican 1968, p. 315-320
  2. ^ Henri de Lettres missives IV, pp. 315-320, édité par B. Barbiche, Cité du Vatican 1968
  3. ^ Encyclopédie des Papes, l'Institut italien Encyclopédie, Rome, 2000, p. 274
  4. ^ Encyclopédie des Papes, l'Institut italien Encyclopédie, Rome, 2000, pg.275