s
19 708 Pages

la synchronicité est un concept introduit par le psychanalyste Carl Gustav Jung en 1950, défini comme « un principe de connexions acausales»[1] qui est constitué d'un lien entre deux événements qui se produisent en même temps, reliés entre eux, mais pas d'une manière causal, c.-à-pas de telle sorte que l'une incidence importante sur l'autre; plutôt ils appartiennent à un même contexte ou content importante, comme deux horloges sont synchronisées sur le même temps.[1]

Synchronicity
Jung, théoricien de synchronicité, dans une photographie de 1909

étymologie

Le mot synchronicité qui vient des racines grecques syn ( « Avec », qui marque l'idée de réunion) et Khronos ( « Maintenant »): la réunion dans le temps, la simultanéité[2]

Jung en particulier définit la synchronicité de cette façon:

« Les événements synchrones sont basés sur la simultanéité des deux états mentaux différents. »

« Voici donc le concept général de synchronicité dans le sens particulier de la coïncidence temporelle de deux ou plusieurs événements sans lien de causalité entre eux et avec le sens identique ou similaire. Le terme est opposé à « synchronisme », qui signifie simple simultanéité de deux événements. Synchronicité signifie donc avant la simultanéité d'un certain état psychique avec un ou plusieurs événements importants concernant le moment, et - éventuellement - à l'inverse état personnel. »

« Je veux dire pour les coïncidences de synchronicité, qui ne sont pas rares, les faits subjectifs et objectifs que les États ne peuvent pas être expliqués causalement, au moins avec nos ressources actuelles. »

(C. G. Jung, conscience de la Les Racines (1954), p. 528)

Histoire du concept

ancienne période

« Tant la conception primitive à la fois la conception ancienne et médiévale de la nature présupposent l'existence, à côté de la causalité d'un tel principe. Jusqu'à ce que la causalité Leibniz est ni unique ni dominante. Au cours du XVIIIe siècle, il devint alors le principe exclusif des sciences naturelles. Avec la montée de la science naturelle au XIXe siècle corrispondentia Cependant, il a disparu de l'image. »

(C. G. Jung, Synchronizität als ein Prinzip akausaler, 1952[3])

En dépit d'être un nouveau terme inventé, le concept jungien de synchronicité a une traçabilité de l'origine dans la tradition philosophique néoplatonisme.[4] déjà Platon Elle a fait valoir l'existence d'une réalité intelligente, idées, former et diriger le matériau, de telle manière que sont reliés les phénomènes de la nature à l'autre par une loi supérieure qu'il a appelé dialectique. La corrélation entre le noir et blanc, par exemple, doit être recherchée dans leur couleur commune Idée.

La présence de divin dans les affaires du monde, il a été entendu puis par stoïciens comment συν-παθεία (syn-pathèia), En vertu duquel ils ont cru que tout état de cause, même le plus petit ou très lointain, d'être passé sur l'autre,[5] par opposition à la conception purement mécaniste de épicuriens. Il sera donc avec Plotin qui préfigure une explication synchronique des phénomènes naturels avec la notion de Âme du monde, qui représente le principe unificateur de la nature, réglementé par des liens intimes entre ses parties, comme un corps à partir de laquelle ils forment les êtres vivants individuels; celui-ci, bien que l'articulation et la différenciation cependant, chacun en fonction de leur spécificité individuelle, sont liés entre eux par un tel commun âme Universal.[6] Selon Plotin, par conséquent,

» ... ceux qui croient que le monde manifeste est régi par chance ou par hasard, et cela dépend de causes matérielles, sont loin de Dieu et de la notion de un. »

(Plotin, Enneadi, VI, 9)
Synchronicity
Nuée d'oiseaux qui se combinent dans un synchronique pour dessiner différentes formes dans l'air, comme si elles forment un seul organisme vivant.[7]

Qu'il y avait une correspondance entre l'un et le multiple, l'esprit et de la matière, macrocosme et microcosme, Il était le reste de conviction divinations comme 'astrologie, l 'explication des rêves (Signification du rêves), Ou ceux de 'Rome antique que, par exemple, étudié la vol des oiseaux dessiner auspicia, ou des signes divins déduits dans un non-cause à effet, mais précisément synchronique, à savoir basé sur 'analogie symbolique avec un modèle particulier, ou archétype.

l'humaniste Marsile Ficin en Renaissance pas la peine d'expliquer, dans Disputatio contre iudicia Astrologorum (1477), basé sur la théorie de Plotin,[8] comme 'astrologie ne pas être comprise comme la capacité des astres exercent une influence causale sur les événements humains, mais comme une forme de consonance entre eux et la position du planètes, qui limite qui est, pour décrire ce qui se passe, de la même manière dans laquelle le vol de oiseaux les Romains avaient considéré comme le porteur de sens.[9] Pour Ficin, donner les étoiles une influence déterministe serait comme dire que les oiseaux agissent causalement sur les humains.[10] Ce Ficin est plutôt un concept astrologique basé sur la correspondance et de l'interdépendance de chaque partie de l'univers, pour être lu et interprété selon l'expérience psychologique de 'âme, à laquelle elle est attribuée, par conséquent, un rôle central particulier, le précurseur des notions jungiennes de la synchronicité et inconscient collectif.[11]

L'époque moderne jusqu'à Jung

Même les néo-platoniciens Leibniz Il a parlé d'un "harmonie prédéterminée, grâce à laquelle les différents monades qui composent l'univers, qui ne communiquent pas les uns avec les autres, « ayant pas de portes ou de fenêtres », et même peut agir causalement les uns les autres, cependant, sont tous synchronisés autant de montres qui marqueront en même temps, de sorte que leur l'action semble être, apparemment, de cause à effet.[12]

Synchronicity
Arthur Schopenhauer

Une contribution importante, également par la suite repris par Jung, au texte La spéculation sur la conception intentionnelle apparente transcendante dans le sort de l'individu de Arthur Schopenhauer dans lequel le philosophe analyse la tendance téléologique des événements.

« Pour mieux comprendre l'utilisation de l'examen générale suivante. « Au hasard » fait référence à une réunion dans le temps des éléments ne sont pas connectés causalement. Cependant, il n'y a rien, tout à fait au hasard, et aussi ce qui semble surtout c'est rien de plus que quelque chose de nécessaire, qui se déroule à un rythme plus lent. Certains cas, si éloigné de la chaîne de cause à effet, ont établi depuis longtemps qu'il doit nécessairement se produire en ce moment, et en même temps cette autre chose. Chaque événement qui a une extrémité particulière d'une chaîne d'effets provoque, en procédant dans la direction du temps. »

([13])

Dans le même livre, le philosophe parle du lien entre les événements naturels et l'interprétation individuelle dans laquelle il y a un sens:

« La tendance de l'homme à prendre les auspices, [...] son ​​ouvert sa Bible, ses jeux de cartes, son casting de plomb et son contemplons le sentiment du café, etc., témoignent de sa croyance, de contraste tout fondement rationnel, il est en quelque sorte possible de reconnaître à quel point est présent et devant les yeux ce qui est caché dans l'espace ou dans le temps, c'est-ce qui est lointain, ou l'avenir, il pourrait être celui d'en déduire que, si seulement vous il détient la véritable clé de l'algorithme de chiffrement. »

([14])

Paul Kammerer, un zoologiste autrichien, fut le premier scientifique moderne (avant Jung) pour examiner les coïncidences dans une perspective non mécaniste, la « répétition des cas », selon une loi de la sérialité, à côté de la causalité et le but.[15] en 1900 et depuis plusieurs années, il a pris note des coïncidences. Il a décrit l'univers comme une « mosaïque du monde, qui, malgré les efforts et réarrangements constants, vise à réunir des choses similaires. »[16] Il a découvert (ou inventé) le fameux "Série droit», Qu'il donne le titre à son livre Das Gesetz der Serie (1919)[17]. « Il y a dans l'univers - dit Kammerer - un principe fondamental, une force qui tend vers l'unité. Cette force universelle agit de manière sélective à un groupe similaire dans l'espace et le temps. « Par exemple, 1915, deux soldats ont été admis séparément à l'hôpital militaire de Katowice en Bohême. Tous deux avaient 19 ans, souffrant d'une pneumonie, sont nés en Silésie, étaient volontaires que les équipes de train et ont été nommés Franz Richter.

« Jusqu'à présent, nous avons traité les manifestations concrètes de la série récurrente sans tâtons pour expliquer. Nous avons constaté que la récurrence des données identiques identiques ou similaires dans les régions contiguës ou de l'espace de temps est une pure question de fait qui doit être accepté et ne peut pas être expliquée par hasard - ou plutôt, que ce fait ne règne la coïncidence à tel point que le même concept de coïncidence est refusée. »

(Paul Kammerer)

Le concept de synchronicité apparaît pour la première fois 18 Novembre 1928 à le procès-verbal du séminaire sur l'analyse des rêves.[18] En 1934, l'un de ses patients qu'il avait vu dans un rêve, un aigle a mangé leurs plumes, puis, quelque temps plus tard, Jung, à British Museum, Il avait découvert un manuscrit alchimique attribué à Ripley, qui représentait un aigle a mangé ses propres plumes. Il apparaît dans une lettre au physique Pascual Jordan, 10 Novembre 1934.[19]

Jung approfondit le travail Kammerer, avec l'aide de la physique Wolfgang Ernst Pauli, l'un des fondateurs de la mécanique quantique entre 1923 et 1929, Prix ​​Nobel de physique en 1945.[20] Pauli a suivi 1931-1934, un étudiant de traitement analytique de Jung. En 1932, Jung a vu tous les lundis pour discuter de ses rêves, puis étudié par Jung Psychologie et Alchimie. Pour Jung la synchronicité sont l'expression de « actes créatifs dans le temps » qui montrent une tendance naturelle à creatio continuums, un créatio qui exprime un ordre psychique archétypale.[21]

Joseph Banks Rhin, le fondateur de parapsychologie, Il avait conçu la notion de perception extrasensorielle (ESP), sur une base statistique. En 1940, il a envoyé une copie de son livre Perception Extra Sensorielle (1934) et Carl Jung a commencé une correspondance régulière avec lui.[22]. en 1948, Il a écrit une préface à l'édition anglaise I Ching (Livre des Mutations). Il connaissait le livre de son ami Richard Wilhelm depuis 1920 et pratique le « art oraculaire » basée sur l'interprétation des 64 hexagrammes. en 1950, Il a choisi quatre femmes astrologues, dont la fille Gret Baumann-Jung, pour examiner l'état de la synchronicité entre le ciel et les événements, en particulier parmi les conjonctions Soleil / Lune o Marte / Vénus et les mariages.

Jung tient une conférence sur synchronicité en 1950, à Ascona: « Sur synchronicité ». Il consacre un livre entier au concept: Synchronicité, principe de connexions acausales (1952), publié dans son livre Naturerklärung und Psyche (1952), une étude de Pauli Kepler.

L'héritage jungienne: Marie von Franz

Marie-Louise von Franz, élève de Jung a déplacé encore plus loin les études sur le phénomène. Selon le savant, les phénomènes synchronique, ne pas être lié à des événements de causalité ne sont pas prévisibles, mais ils se manifestent surtout dans les cas d'excitation psychique forte que la mort d'une personne ou un grand amour: » ... dans des situations profondément troublants qui est toujours en pointillés un archétype ou une couche archétypale de la réunion, les événements sincronicistici peuvent, ne doivent pas, se produire, et cela arrive beaucoup plus souvent que nous supposons ».[23]

Franz von alors postule l'existence d'un univers virtuel qui est à la fois psychique et matériel appelé unus mundus (Du latin: le monde un): « [Le principe de synchronicité] défini comme une coïncidence significative [Jung écrit dans Mysterium Conjunctionis] Suggère une relation entre les phénomènes ne sont pas liés par la causalité, voir l'unité de ces phénomènes est donc un aspect de l'unité qui peut être correctement désigné comme unus Mundus»[24] Selon elle, « le fait observer physique et psychologique le même monde de deux canaux différents »[25]. Franz von est basé sur les récentes découvertes de la science, qui tendent à montrer beaucoup plus sur la taille de la relativité espace-temps. Pour expliquer cette hypothèse, Von Franz propose de ne plus considérer la psyché comme un corps en mouvement dans le temps, mais en tant que « aucune intensité d'extension », en référence à l'énergie, à la fois mentale (comme l'a démontré par Jung au libido à la fois l'énergie) et physique (y compris un grand nombre). Le phénomène assez commun appelé télépathie prouver par leur existence comme un phénomène qui ne peut être reproduit scientifiquement, dans lequel l'espace et le temps sont pour la psyché d'une valeur relative. Jung est donc basée sur les expériences du Rhin, statistiquement, ils témoignent d'une certaine fréquence de lecture de la voyance.

L'hypothèse de 'unus mundus est donc celle d'une unité d'énergie psychique et physique, par un organisme intermédiaire dans le sens d'un univers ou d'un champ dans une autre réalité différente de physique ou psychique, Jung a appelé psychoïde; domaine d'une transgression de séparation traditionnel:

« Puisque la psyché et de la matière sont contenus dans un monde, mais ils sont aussi en contact permanent les uns avec les autres ... il est non seulement possible, mais, dans une certaine mesure les questions probables et psyché sont deux aspects différents de la même chose . Les phénomènes de synchronicité indiquent, il me semble, cette direction, car aucun lien de cause à effet, la non-psychique peut se comporter comme le psychique et vice versa. »

([26])

Franz Von cite les théories scientifiques modernes et spéculations pointant vers cette possibilité: celle de David Bohm, d'une part, et son modèle de holomovement exposé Univers, l'esprit et la matière et dans la science et de la conscience dans le chapitre Pour impliquer et l'univers et expliciter la conscience. Von Franz considère que ce monde intermédiaire est basé sur la série de nombres naturels, considérés comme des « motifs rythmiques de l'énergie psychique. » Von Franz cite mathématicien de recherche récente Olivier Costa de Beauregard, que, dans 1963, en prenant comme point de départ les théories de l'information, postule l'existence d'un infrapsichismo coextensif avec le monde à quatre dimensions de Minkowski-Einstein dans son travail Le deuxième principe de la science du temps. Von Franz, comme Hubert Reeves, prend comme exemple le paradoxe EPR (Einstein-Podolsky-Rosen) lorsque deux particules se comportent d'une manière coordonnée entre eux, mais aléatoire par rapport aux conditions initiales, de sorte que leurs positions les empêche d'échanger des signaux. De même, dans la loi de désintégration radioactive, où chaque atome se comporte de façon aléatoire, mais se comporte tout à fait d'une manière prévisible.[27]

La dernière hypothèse

Hubert Reeves dans sa contribution à l'ouvrage collectif La synchronicité, l'âme et la Science Elle rappelle l'ambition de la notion de Jung de la synchronicité, tout en notant l'imprécision, que la science future devra relever:

« Ces événements, selon Jung, ne sont pas isolés, mais ils appartiennent à un » facteur universel existant dans toute l'éternité « [...] Le facteur psychologique associé à Jung dit » synchronique « et ne se chevauchent pas avec un caractère impersonnel. De manière significative, la grande unité à tous les niveaux de notre univers. Ces spéculations sont inutiles? Je ne crois pas. Au contraire, ils sont comme les idées exprimées par un enfant maladroit. Les mêmes choses de base. »

En particulier, le scientifique trouve, à la lumière de la compréhension moderne des phénomènes physiques cinq événements qui démontrent la réalité des événements acausales:

  1. la moitié radioactifs;
  2. le caractère imprévisible du comportement d'un seul atome de la mécanique quantique;
  3. le «rayonnement fossile»Du cosmos;
  4. la Le Pendule de Foucault, Cela semble être dirigée en fonction de la masse totale de l'univers au lieu de la seconde celle de notre planète;
  5. la paradoxe EPR, qui interdit de localiser les propriétés d'un atome et semble donc indiquer une sorte d'unité et de non-séparabilité de toutes les particules de l'univers.[28]

Plus récemment, le scientifique Rupert Sheldrake Il a formulé la théorie du « champ morphique » pour expliquer le développement et la croissance des plantes et animaux, décrit par génétique d'une manière déterminée comme étant incomplète, et que, en conséquence de la réalité selon Sheldrake Zoned résonance à l'intérieur duquel un événement, un 'information, ou même un simple pensée, Il a la capacité d'avoir un impact sur l'autre dans un non-mécanique ou de cause à effet. Plusieurs exemples de synchronicité se trouvent dans le monde animal, en particulier dans le comportement des troupeaux d'oiseaux ou une banque de poisson, au sein de laquelle chaque échantillon unique se déplace à l'unisson avec l'autre, sans aucune médiation de communication de type, suivant le comportement du groupe comme si elle était une tout homogène Elle dispose de sa propre intelligence.[7]

D'autres hypothèses non jungienne

Barbara Honegger censé synchronicités doivent être reliés à un substrat neurologique lobe pariétal inférieur. Alors que Jule Eisenbud suggère qu'ils dérivent d'influences PSI le même observateur.[29]

La méthode d'approche de la synchronicité

Vous ne pouvez pas connaître le domaine de la synchronicité avec des méthodes conventionnelles.

Marie-Louise von Franz Il met le doigt sur un problème:

« Il y a des chaînes causales qui semblent avoir aucun sens (comme la machine de Tinguely) et il y a aussi des coïncidences aléatoires qui ne font pas de sens. Il faut donc continuer - Jung a insisté - pour voir des coïncidences significatives où il n'y en a pas vraiment. »

([30])

Dans ses écrits, Jung montre que la statistique ne fonctionne pas dans ce domaine, car il semble être truqué par la synchronicité qui intègre la subjectivité et l'importance de l'événement pour celui qui trouve la coïncidence, si les statistiques (mais sans méthodes bayésienne) Pense la grande série, mais sans qualité. Le concept de synchronicité ne peut être compris, sauf que la psychologie, car il fournit une estimation qualitative difficile à quantifier.

Jung, cependant, a essayé, avant de mourir, de développer une méthode expérimentale pour identifier la synchronicité. Il voulait mettre en place un groupe d'étudiants qui ont dû trouver des gens dans une situation critique au point de vue personnel (après un accident, le divorce ou la mort d'un être cher), dans lequel vous pensez a activé un archétype. Les élèves sont ensuite allés à ces personnes un certain nombre de moyens traditionnels de divination (horoscope de transit, I Ching, tarots, calendrier mexicain, oracle géomancie, rêves, etc.) alors examiner si les résultats de ces techniques convergent ou non.

Être attaché au fond de l'inconscient, le phénomène synchronique est donc en fait l'objectif parce que agista des abstractions ou a priori de l'esprit religieux. Le phénomène est mesurable (dans l'observation a une intensité) dans une certaine mesure. Et on lui reprochait Jung et ses disciples de mélanger les plans épistémologiques[31], et de réaliser ainsi un doute syncrétisme.

écouter rêves

Selon les analystes jungiens, les rêves fournissent des images et des scénarios qui sont essentiels dans la recherche inconsciente. Faites attention aux rêves et à encourager l'attention mentale aux détails de leur existence aide à intégrer les messages inconscients avec expérience consciente[32], et donc il favorise l'attention aux coïncidences et synchronicité. Il est une prise de conscience liée à la notion de Jung de l'individuation.

en 1916 publique Carl Jung Allgemeine Gesichtspunkte zur Traumes Psychologie (Points de vue de la psychologie générale du rêve), Où il a développé sa propre compréhension des rêves qui diffèrent beaucoup de celle de Freud. Pour lui, les rêves sont aussi un portail à l'inconscient, mais élargit leurs fonctions par rapport à Freud. Selon Jung, l'une des principales fonctions du rêve, il est de contribuer à l'équilibre mental. Il travaille sur ses rêves afin qu'ils favoriseraient la synchronicité.

Synchronicité et divinatoire

Pour Jung, le phénomène de synchronicité explique les pratiques rituelles ou mantique (divination) comme ancestrale, d'abord, la 'astrologie et la méthode de consultation de I Ching qui sont basés sur cette hypothèse d'une correspondance entre l'intérieur et l'extérieur, entre le psychisme et le matériel. Cependant, il ne joue pas, pour Jung, sur les prévisions actuelles; l'utilisation de la synchronicité dans la divination prétend simplement prédire le qualité globale les phases temporelles des événements synchrones peuvent se produire. La synchronicité est basée, en fait, l'activation du sujet inconscient d'un archétype qui induit la qualité. La consultation d'une méthode de divination permet de « exprimer », par analogie, sur ce archétype.

Un exemple de synchronicité que tout le monde peut faire l'expérience, est de recevoir un appel téléphonique d'une personne que vous pensez. Jung intègre cette notion à sa théorie du fonctionnement psychique dans le sens que cet événement extraordinaire pour le sujet l'a conduit à une autre façon de penser, ce qui permet une l'expérience d'un changement significatif dans l'état. On retrouve ce phénomène dans le sens inverse, à savoir, vers un état de dégradation, par exemple lorsque deux personnes se mettent en colère et que l'un d'entre eux a été impliqué dans un accident majeur. Le sujet qui voulait du mal à une autre peut être si bouleversé.

Les expériences extra-sensorielles

Les expériences parapsychologiques telles que télépathie ou télékinésie Jung pour former une classe de phénomènes prouvant la synchronicité. Jung dit d'eux: « Ne laissez pas les catégories d'espace-temps tout à fait quand il s'agit de la psyché? Peut-être que nous devrions définir la psyché comme une intensité unextended et non pas comme un corps en mouvement au fil du temps « Jung reconnaît ces phénomènes connus que la nature ne Psy statistique, et le fait que la science n'a pas d'explication. Bref, ils sont une exception qui mérite une discussion. Jung ne croit pas à la nature surnaturelle de ces phénomènes, les amène aux capacités psychiques permises par synchronicité.

Jung et le principe de synchronicité

Les phénomènes paranormaux ont fasciné Jung toujours.[33] Parmi ceux qu'il a favorisé le "coïncidences significative. « Déjà dans 1916, quelques années après la défection du groupe de psychanalystes fidèle à la méthode scientifique, Jung a écrit, ce qui reflète sur la possibilité de soutenir le principe de causalité téléologique:

« La causalité il est seulement un commencement, et psychologie ne peut pas être épuisé que des méthodes de cause à effet, parce que la esprit (la psyché) Vit aussi bien. »

Jung synchronicité fait distinguer de la « synchronisation », qui concerne les événements qui se produisent simultanément[34], pas apparent commun important en raison de pures actions contemporaines.

La synchronicité est plutôt basée sur la présence « imminente » une archétype dell 'inconscient collectif,[35] selon des visions typiques de la pensée magie dans la vie de tous les jours sont adaptés par des événements comme la pensée d'une personne, et peu de temps après avoir reçu un appel qui apporte des nouvelles; désigner un nombre et voir le passage d'une machine avec le même numéro imprimé sur la carrosserie; lire une phrase qui nous frappe et sentircela bientôt repris par une autre personne et ainsi de suite. Les faits qui donnent parfois l'impression d'être des événements prémonitoires liés à une sorte de voyance intérieur, comme si ces signaux ont été dispersés astucieusement sur notre route quotidienne de « communiquer quelque chose qui ne nous concerne et notre conversation intérieure. » Une sorte de réaction externe, positive ou négative, objectivement impersonnel et représenté symboliquement.

La connaissance de l'inconscient

Pour Carl Gustav Jung, l'inconscient est une réalité objective: elle est collective et trans-personnelle: « La psychologie est pas seulement une affaire personnelle. L'inconscient, qui a ses propres lois et mécanismes indépendants, exerce une forte influence sur nous, et pourrait être comparé à une perturbation cosmique. L'inconscient a le pouvoir de nous transporter ou nous faire du mal de la même manière d'une catastrophe cosmique ou le temps ".[36]

Synchronicity
Les cartes de Zener

Carl Gustav Jung considère l'existence d'une « connaissance absolue » se compose d'un inconscient collectif se compose d'archétypes, notamment liés à la doctrine platonicienne de réminiscence (ou histoire). Pour démontrer ce concept, Jung prend l'exemple des comportements innés ou des calculs impossibles que certains rêves prophétiques. La connaissance absolue semble un propriétés inconscientes prédire statistiquement les phénomènes réels se produisent. Quelques abstractions de la métaphysique ou la science est alors mené par cette connaissance absolue; Pauli a montré dans son livre que les représentations scientifiques (ou modèles), comme ceux de Kepler, de Kekule ou Einstein, Ils sont nés à partir d'images internes spontanées. Les expériences parapsychologiques comme la télépathie, démontrent que les enquêtes de Zener avec les cartes et les symboles de deviner, témoignent de Jung, l'existence d'une capacité de calcul inconscient sans limites, dans une situation d'excitation (ce qui explique son incapacité à reproduire le cas).

Jung fournit ainsi, parmi beaucoup d'exemples, d'envoyer une lettre contenant un récit d'un rêve d'un patient, ignorant sur le sujet, qui a raconté le rêve des soucoupes volantes, alors que Jung était en même temps des recherches sur ce sujet. Jung et Pauli croient qu'il ya de nombreux cas similaires dans la recherche scientifique: de nombreuses découvertes sont souvent faites simultanément dans le monde entier. Cependant, Jung défend voir un plan divin, un sort ou karma.

Une première théorie: le temps de la qualité

Dans les premières tentatives de énonciation du concept de synchronicité, Jung a également développé le concept de "temps de qualité. « L'idée de temps la qualité est née de l'observation des calculs astrologique, qui fournissent une sorte de schématisation (Déterminée par les cycles et les transits) qui se reflète sur la psyché de ceux qui reçoivent le 'horoscope au moment de la naissance, ou la correspondance qualitative entre le type de caractère et d'une position donnée planétaire.[37]

«C'est comme dans notre inconscient il y avait une prise de conscience profonde fondée uniquement sur l'expérience inconsciente, que certaines choses nés à un certain moment de l'année ont qualité spécifique, de sorte que, grâce à cette connaissance empirique stockées dans notre subconscient, nous sommes toujours plus ou moins à conformez temps. »

(C. G. Jung cité. Luciana Marinangeli, échos célestes, pag. 187, Marsilio, 2007)

Jung n'a pas approfondi le concept astrologique de temps parce qu'il se rendit compte que les correspondances qu'il a identifiés obéirent des règles très complexes en dehors de son champ d'investigation, tout en prétendant être « tenté, le cas échéant, d'inclure l'astrologie entre les sciences naturelles ».[38]

Synchronicité et découvertes scientifiques

en Un mythe moderne (1958), Jung tente de prouver que le phénomène de soucoupe volante est un produit de l'inconscient en face des racines spirituelles de un individu, reconnaît l'importance de certains événements importants. Il voit alors la OVNI synchronicité mondiale: il n'y a pas de lien de causalité entre le fait de voir des soucoupes volantes, réel supposé, et le fait que l'inconscient collectif de ces images de mondes étrangers doivent alerter les individus.

Pour Pauli et Jung, découvertes scientifiques sont souvent dues à synchronicité; en fait, il est pas rare que le même fait a été découvert par différents scientifiques dans la même période. Arthur Koestler Il a décrit un certain nombre de découvertes dans son livre, l'origine des plus grandes théories scientifiques, somnambules. Darwin explique, alors que le Galapagos dans le processus de développement de la théorie de l'évolution: «J'étais presque au milieu de mon travail, Darwin a écrit sur sa théorie de l'évolution de nouvelles espèces. Mais mes plans ont été bouleversés parce qu'au début de l'été 1858, M. Wallace, qui était alors dans l'archipel malais, m'a envoyé une étude (qui) contenait exactement la même théorie ".

encourager synchronicité

psychothérapeutes modernes jungiens inspirés en partie en utilisant la notion de synchronicité dans le domaine du développement personnel: l'émergence de synchronicité peuvent donc être favorisés par des intuitions et des rêves. Cependant, Jung n'a jamais exposé ces considérations thérapeutiques; le concept a toujours été considéré comme un cas de la transgression du monde physique et mentale, suivi par l'activation d'un archétype, suite à une simultanéité qualitative et temporelle (analogie) d'une position mentale avec un vrai. le courant psychologie transpersonnelle, né en 1970 à Californie, proche des préoccupations actuelles du Âge nouveau d'origine, il est donc marqué par une influence notable de Jung et attache une grande importance à la synchronicité.

De même, la répétition de synchronicité à des dates similaires peut être perçue comme une preuve d'événements traumatiques survenus dans les générations précédentes, et qu'elles ne sont pas encore intégrés par la famille en question. Nicolas Abraham et sa femme Maria Török, ont beaucoup développé les concepts de la famille « crypte » et « Ghost » inconscient pour décrire ces phénomènes et cet héritage. Ainsi, les dates où elles se produisent permettre aux synchronicités, dans un contexte thérapeutique, pour trouver les héritiers traumatiques des événements des individus libres de leur poids subconscient. C'est l'anniversaire du syndrome. Ce type de travail a été popularisée par le livre Anne Ancelin Schützenberger intitulé Aïe, mes ancêtres. Elle a été l'initiateur de la psycho-généalogie.

Physique et de la psychanalyse

« Le phénomène de la synchronicité est donc le résultat de deux facteurs:
1) image inconsciente vient directement (littéralement) ou indirectement (symbolisé ou mentionné) la conscience comme un rêve, une idée soudaine ou pressentiments;
2) un objectif de fait coïncide avec ce contenu. »

(C. G. Jung, La synchronicité comme principe de connexions acausales[39])

Jung n'était pas nouvelle à la thèse d'un parallèle entre physique et psychanalyse, deux disciplines apparemment lointaines ensemble. en 1928, dans son L'énergie psychique Il avait envisagé une similitude entre la notion de énergie dans une branche de la connaissance, et la recherche qui a mené dans les années qui ont suivi renforcé cette idée.

Dans les années trente Jung rencontre Wolfgang Pauli, physicien autrichien prix Nobel en 1945. Pauli souffrait d'une sorte de dissociation psychique est probablement dû à l'échec de son mariage, l'engagement est des efforts excessifs dans les études de physique théorique qui, bien que très jeune avait conduit ces années. Pauli a ensuite déménagé en Suisse juste pour être patient analyste d'autorité, mais la rencontre entre deux personnalités a évolué très rapidement et la thérapie a été rapidement abandonnée. Les deux scientifiques, dans un rapport que « Pauli ne comprenait rien sur la psychologie et Jung ne comprenait rien au sujet de la physique », mais où les deux avaient étudié la science de l'alchimie Hermétique, bientôt découvert partager quelques-unes des idées qui ont déclenché la problème psychologique, il a souffert Pauli. Les deux sont devenus de si bons amis.

Synchronicity
Schéma de synchronicité

Le débat intellectuel généré recherche qui note comme « quatrième exclu », identifié dans la physique classique dans le modèle triade et l'alchimie dans le modèle développé par Jung dans les études sur 'alchimie[40], parce que ce processus de façon symbolique représenté terminé une triade jusqu'à puis d'attendre un quatrième élément qui fondent les doutes encore présents sur la validité de ce qui a été compris, vérifié et accepté par la science jusqu'à ce moment. Synchronicité a été révélé être ainsi le modèle idéal pour dissoudre la plupart des doutes dans le même déclenché modèle triade en physique classique:

  1. temps,
  2. espace
  3. causalité;

le « quatrième exclu », il était en fait du nom synchronicité.

Par analogie avec la causalité qui agit dans le sens de la progression du temps et met dans les phénomènes de connexion qui se produisent dans le même espace, mais à des moments différents, l'existence d'un principe qui met dans les phénomènes de connexion qui se produisent en même temps est supposé, mais dans différents espaces. Il est à savoir l'hypothèse qu'au cours d'un acte est conforme au principe où à des moments différents qui se produisent des événements dus à la même cause, il existe un autre dans lequel se produit des événements en même temps, mais dans deux espaces différents parce que, étant aléatoire, ne sont pas directement causé par un effet, ce qui entraîne l'adhésion à un principe d'une intemporalité.

en 1952 Jung et Pauli a publié deux essais dans le volume Naturerklärung und Psyche. Dans votre essai Pauli a appliqué le concept de archétype la construction des théories scientifiques Kepler, tandis que Jung intitulé leur « Principe de synchronicité comme Nessi acausale ». Après plus de vingt ans de doutes et de doutes éthique et intellectuelle, l'analyste a décidé de définir le concept sur lequel il considère « être scientifiquement mal préparés » à énoncer. Jung, scientifique rigoureux et pragmatique, est en fait embarrassé vers la communauté scientifique à l'orientation apparente de ses études que « les preuves empiriques devient phénoménologie de travailler avec la méthode scientifique. »

Dans la préface de l'essai écrit que

» ... synchronicité est une tentative de mettre les termes du problème de sorte que, sinon tous, au moins plusieurs de ses aspects et les relations deviennent visibles et, je l'espère, d'ouvrir une route dans une région encore obscure, mais très importance en ce qui concerne notre conception du monde. »

(Jung, Naturerklärung und Psyche, 1952)

L'annihilation des atomes

Le fait que certains atomes désintégration spontanée (ou radioactivité) Il est considéré comme un test de synchronicité. Hubert Reeves explique nature acausale de ce phénomène:

« Jusqu'à présent, nous causalité. Une cause une charge excessive un effet: la fracture [atome]. Mais si nous demandons pourquoi un casse atome avant que ces atomes, il semble que nous baignons nell'acausalità. La grande majorité des physiciens d'accord maintenant qu'il n'y a aucune raison d'aucune sorte (...) Nous savons pourquoi les atomes annihilent, mais pas parce qu'ils se produisent à un certain moment. »

(Hubert Reeves, op. cit. p. 12)

Le paradoxe Einstein-Podolsky-Rosen

la paradoxe EPR pour lequel deux particules restent impliqué entre eux, malgré la distance qui les sépare, mais surtout l 'expérience d'Aspect qui confirme expérimentalement, conduit à un nouvel examen de l'hypothèse: la renonciation à l'emplacement ou à la causalité, univers ou consciences multiples, etc. Une conférence a été organisée en Cordova en 1979 de faire le point des physiciens, des psychologues et des philosophes. Hubert Reeves a pensé que cette expérience démontre l'existence d'un plan d'information consiste en « une présence continue de toutes les particules dans le système, qui ne cesse pas une fois qu'il a été établi. (...) Ce paradoxe est résolu lorsque nous reconnaissons que le concept de l'emplacement de la propriété est pas applicable à l'échelle atomique.[41]»

Olivier Costa de Beauregard, physicien intéressé par les soi-disant phénomènes parapsychologiques, y compris les travaux sur le paradoxe EPR propose une vision arrière de certains modèles scientifiques; von Franz suggère une entreprise scientifique parallèle dans le domaine de la psychologie, de fournir une définition de unus mundus. Costa de Beauregard note qu'il n'y a que « quatre ports de sortie » pour expliquer le paradoxe EPR; Il cite aussi:

  1. La première chose est que nous faisons des calculs parce que cela fonctionne, mais nous ne pensons pas. Telle est la position de la grande majorité des physiciens quantiques opérationnels.
  2. La seconde est que la mécanique quantique est faux, et que les corrélations EPR disparaissent à de grandes distances: il était l'emplacement schrodinger en 1935.
  3. Le troisième est que la Relativité est faux, selon l'idée de Espagnat et Schimony.
  4. Le quatrième port est un moyen que je propose: nous devons changer notre concept de causalité et d'accepter le principe d'une causalité inverse. »
([42][43])

Cette liste ne contient pas la possibilité de plusieurs univers, que théorie M Il remet en selle en 1995, et selon David Deutsch est plus approprié pour expliquer le phénomène.

expériences synchronistiques

Synchronicity
Les huit trigrammes utilisés dans le système DellI Ching, où ce qui semble aléatoire est lu par rapport à l'ensemble.[44]

Dans l'essai La spéculation sur la conception intentionnelle apparente transcendante dans le sort de l'individu Schopenhauer montre un exemple de synchronicité du journal The Times 2 décembre 1852:

« A Newent, Gloucestershire, a été effectuée devant le coroner, M. Lovegrove, un avis d'expert judiciaire sur le cadavre d'un certain Mark Lane, l'eau Ritrovato. Frère dell'annegato, dès qu'il a annoncé les nouvelles de la disparition de son frère Mark a dit: « il est noyé: si, en fait, je rêvais la nuit dernière, je rêvais aussi d'être dans l'eau et me forcer à le retirer. ». La nuit suivante, il rêvait Lane à nouveau que son frère était noyé près de la Oxenhall fermée et à côté de lui nageait une truite. Le lendemain matin, accompagné d'un autre frère est allé Oxenhall: avec l'eau, il a vu une truite. Il était fermement convaincu que son frère devrait être là, et en fait le cadavre a été découvert à cet endroit ". De cette façon, nous pouvons voir comment un événement éphémère de ce qui peut être le passage d'une truite, est munie d'une précision de secondes, quelques heures avant. »

([45])

Jung exposé plusieurs exemples de synchronicité, le cas d'un homme, qui était allé acheter une robe bleue, et une erreur que vous voyez le commerçant à la place livré à la maison une robe noire le jour triste de la mort de son frère;[1] ou le fait de penser à une personne, un événement ou un objet, qui se matérialise peu après: tel était le cas du même Jung qui, en parlant avec un patient rêve ce dernier en ce qui concerne un renard, Il a vraiment tombé sur un renard.[46] En outre, il peut y avoir une correspondance entre un état intérieur de l'esprit, et un événement extérieur, comme cela se est produit à Jung à l'occasion de la rupture avec Freud, quand il sentit un colère de plus en plus, en raison de la façon méprisante Freud se moque de ses théories, qui ont suivi deux accidents terribles dans la bibliothèque où ils étaient.[47]

Un autre exemple fourni par Jung est une corrélation entre le rêve d'un patient d'un scarabée d'or, et la présence simultanée, réelle, d'un scarabée. Cette relation lui a permis de reprendre le traitement, qui était stagnante. L'archétype excité était, selon Jung, en relation avec le thème de la renaissance, le scarabée qui signifie la renaissance de l'âme dans de nombreuses cultures, y compris le 'Egypte les pharaons, par le dieu Khepera.[48]

Jung a trouvé une application de synchronicité dans le livre chinois I Ching, qui utilise le principe synchronique pour extrapoler hexagrammes correspondant au temps qualitatif où sont extraits, de sorte qu'ils deviennent capables de décrire l'état dans lequel se trouve la personne; notant que « Synchronicity est un préjugé chinois », comme la causalité est un « biais occidental », Jung reconnaît que « nous en Occident ne peut pas concevoir comment un événement objectif Il peut être lié à notre condition subjective psychique «mais que » nous devons admettre l'immense importance de cas« Shifting l'accent plus sur chance la combinaison sortante, dont les chaînes causales concurrents.[49]

Dans tous les cas, en plus des circonstances objectives de la réalité, exister des situations purement subjectives où la cerveau Human utilise des liens associatifs synchroniques plutôt que de cause à effet.

« Même lorsque le la vie quotidienne est normale connecter une couche à l'autre, il ne suit pas une relation de cause à effet entre eux. Quelques exemples simples donneront des preuves plus concrètes. Les chiens de chasse ne provoquent pas de lièvre tout en chassant souvent. Non seulement parce que 20:00 commence nouvelles télévisées; ni parce qu'elle commence est 20h00.[50] »

Il est une question de liens appartenant à la pensée inductif-analogique, souvent confondu à tort avec des liens de causalité-logique.[51] Ils appartiennent à ce genre de genre d'associations de pensée symbolique, dans lequel les événements sont interprétés dans une religieux et allégorique.[52] Dans ce contexte, la Jung nombre (Par exemple utilisé dans la création des hexagrammes I Ching à travers le lancement des pièces de monnaie) semblent constituer un pont authentique entre la coordination régulière et irrégulière acausales phénomènes synchronistiques.[53]

Selon certaines croyances aussi des circonstances fortuites avec sens synchronique constituent la langue utilisée par anges de communiquer avec les humains.[54]

L'un des phénomène paradoxal la physique quantique interprété à la lumière de la synchronicité est enfin celle de 'enchevêtrement, en vertu de laquelle les propriétés d'un particule Il est capable d'influencer instantanément la valeur correspondante d'une autre particule située également à des distances éloignées.[55] Selon Pauli, juste la physique quantique exige un retour au concept philosophique de Giordano Bruno et Leibniz, non réglementé par la causalité mais par l'harmonie organique.[56]

Synchronicité et le 'effet Pauli

Synchronicity
Pauli
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: effet Pauli.

Sur le plan physique Pauli il raconte une histoire que les gens fascinés par les coïncidences interprètent à l'appui du concept de synchronicité.

en XX siècle La physique est divisé de plus en plus clairement en deux branches distinctes: la physique théorique et physique expérimentale. La première branche plus proche des mathématiques et de la spéculation abstraite, tandis que le second contact direct avec les laboratoires et l'expérimentation directe des théories énoncées. Dans les deux camps ont surgi provincialisme inévitable, je vais physiciens expérimentateurs bientôt commencé à apostrofare leurs collègues « plus aristocratique » les accusant de si peu manuel pratique comme nécessairement devoir consacrer uniquement aux théories, ils se sentaient absolument inaptes au travail de laboratoire.

Pauli a été hautement considéré comme un physicien théoricien, collègues et amis, comme si un véritable expérimental considéré comme problème objectif. Non seulement ne lui permettait pas de le toucher pour les outils de peur qui les casser, mais même Otto Stern Il est venu d'interdire l'accès aux laboratoires lors de l'exécution des expériences. Sa seule présence semblait en effet la cause de l'échec irrémédiable.

Entre autres choses aussi advint qu'un instrument particulièrement coûteux et délicat est tombé en panne en laboratoire James Franck à göttingen. Racontant l'incident à des collègues Zurich, Il a plaisanté au moins cette fois-ci, la responsabilité ne peut être attribuée à Pauli car il n'a même pas été présent dans la ville. Ses collègues ont répondu rapidement que d'avoir à aller à Pauli Copenhague exactement le même jour, à la même époque de l'incident était dû descendre à la gare de Göttingen changer de train.

Dans « l'honneur » de cette particularité empirique, il a ensuite appelé le fameux effet Pauli, qui est plus alors seulement une version mise à jour "guigne« Mémoire napolitaine.

L'effet Pauli est alors au fil du temps devient une expression d'argot utilisé pour indiquer la défaillance présumée de l'engin expérimental en présence de physiciens théoriques, et ne doit pas être confondu avec Pauli principe d'exclusion il est au contraire une contribution fondamentale par la physique quantique scientifique autrichien.

Dans d'autres cultures

Pour la culture chinoise les phénomènes synchroniques ont une base en tao, tandis que pour les Indiens qu'ils dérivent du fait que l'univers est une forme phénoménale émanant brahmane.[57]

Dans la culture chinoise l'équivalent du concept occidental de synchronicité est appelé yuanfen ou « le destin, la chance que le conditionnement de leur passé » ou « l'affinité naturelle entre amis. » Tout comme dans le concept occidental yuanfen Il est ce qui constitue une coïncidence importante qui permet, par exemple, de rencontrer votre âme sœur dans une circonstance apparemment aléatoire. Cependant ce concept pose un certain accent sur le rôle joué par leur passé adapté pour déterminer les conditions du yuanfen.

Influence culturelle

cinéma

même la septième art Introduit à sa manière ce genre de mouvement de pensée qui délégitime les méthodes d'interprétation liées à la loi de cause à effet à ce jour a approuvé la pensée scientifique classique. Une preuve les tentatives de certains cinéastes à utiliser la synchronicité comme le plus heuristique clé pour comprendre le mouvement réel. Parmi eux on peut citer les œuvres du célèbre metteur en scène polonais Krzysztof Kieślowski.

Livres

Le sujet de la synchronicité a été adressée par William S. Burroughs dans son roman Naked Lunch, et Thomas Pynchon en Rainbow Gravity; en Italie du roman de mystère Assassiner en marge de quelque chose de magique.

Ne La Chartreuse de Parme de Stendhal il y a un passage dans lequel il mentionne une synchronicité (mais au moment où le terme n'a pas été même connu comme aujourd'hui):

« Et tout à coup, très, très haut sur ma droite, j'ai vu un aigle, l'oiseau de Napoléon, de vol en Suisse, puis à Paris. Et puis, en un éclair, je pensais, je traverserai la Suisse rapide comme cet aigle [...] A ce moment-là, je pouvais encore voir l'aigle dans le ciel, et mes yeux sont curieusement sec; et la preuve que cette idée que j'instigué d'en haut est que, à ce moment-là, sans réfléchir à deux fois, ma décision, et je comprends de quelle façon je traiterais le voyage. »

(Stendhal, La Chartreuse de Parme[58])

notes

  1. ^ à b c Jung 1980 op. cit..
  2. ^ Dictionnaire français Le Petit Robert, édition 2002
  3. ^ Trad. En. San Daniele, La synchronicité comme principe de connexions acausales, pag. 96, Torino, Basic Books, 1980.
  4. ^ Giovanni Filoramo, La religion et la raison du siècle, pag. 294, Laterza, 1985.
  5. ^ Pier Angelo Gramaglia, Tertullien. Le témoignage de l'âme, p. 98, éditions Pauline, Rome 1982 ISBN 88-215-0393-3.
  6. ^ Comme le soutient James Hillman, Bien que Jung appelle rarement revenir à Plotin, à la fois « partagent le même concept de base, basée sur la métaphore principale de l'âme: tout ce qui est dit respire l'âme, et concerne l'âme » (cf .. Francesco Lamendola, Similitudes et différences entre Plotin et Jung dans la pensée de James Hillman, 2010, p. 3).
  7. ^ à b Deepak Chopra, coïncidences, cap. 2 Synchronicité dans la nature, Trad. Alessandra De Vizzi, Sperling Kupfer 2013.
  8. ^ Plotin avait soutenu que les étoiles sont comme des lettres écrites dans le ciel que si elle est correctement interprété peut prédire l'issue future des événements (Enneadi, II, 3, 7; III, 1, 6).
  9. ^ Cesare Vasoli, Les philosophies de la Renaissance, pp. 214-216, Pearson Italie S.p.A., 2002.
  10. ^ Comparaison institué par Ficin dans le travail de l'autre, Théologie platonicienne, 9, 4, et repris successivement par le même Plotin (Enn., III, 1, 5).
  11. ^ Voir. James Hillman, Plotin, Ficin et Vico, précurseurs de la psychologie jungienne (1973), trans. Priscilla Artom.
  12. ^ Paola Giovetti, le mystère Dictionnaire, pag. 149 Mediterranee, 1995.
  13. ^ pp Schopenhauer. 296 et 297
  14. ^ Schopenhauer p. 299
  15. ^ Jung, synchronicité, p. 22.
  16. ^ '' La synchronicité de Jung SELON '', http://www.alliancespirite.org/dossier-4.html.
  17. ^ Jean Moisset, '' La loi des séries Dans notre vie et les jeux de hasard '', JMG Editions, 2000.
  18. ^ Jung, '' Analyse Dream '', p. 44-45
  19. ^ Deirdre Bair, '' Jung. Une biographie '', Flammarion, p. 559, 1155. Jung, '' 1906-1940 Correspondence '', Albin Michel, 1992
  20. ^ Pauli W., C. G. Jung, correspondance 1932-1958, Trad. Françoise Périgault, Albin Michel, 2000.
  21. ^ von Franz, p. 140-141
  22. ^ Victor Mansfield, Sally Rhine-plume et James Hall, Les lettres du Rhin-Jung: Distinguer parapsychologiques De synchronicités, lecture en ligne
  23. ^ Franz von p. 24
  24. ^ Gesammelte Werke 14/2, Walter Verlag, p. 232-33, traduit par Anna Griève
  25. ^ Marie-Louise von Franz, La synchronicité, l'âme et la Science, p. 163.
  26. ^ Les Racines de la conscience, p. 540
  27. ^ La Synchronicité, l'âme et la Science (1984), chapitre Incursion le monde acausale Dans Hubert Reeves, pp. 11 et 12 ' La charge électrique fixe le comportement général pas le Mais comportement individuel »
  28. ^ Franz von p. 174
  29. ^ Franz von p. 170
  30. ^ Marie-Louise von Franz, "Réflexions sur la Quelques synchronicité" apud La Synchronicité, l'âme et la Science (1984), Albin Michel, coll. "Espaces libres", 1995, p. 176.
  31. ^ la totalité Christian Godin, p. 132, sur Jung
  32. ^ Erik Pigani, Provoquer des Hasards heureux, c'est possible!, Psychologies, Septembre 1999.
  33. ^ Psychologie des phénomènes occultes, Ediz. Integral - Carl G. Jung - Livre - Newton Compton - Large poche économique - IBS.
  34. ^ Par exemple: les danseurs qui font la même étape avec la même cadence de simultanemaente; deux horloges qui marquent en même temps; métronome et de la musique suivent le même rythme.
  35. ^ Paola Giovetti, Vers la science spirituelle, pag. 130, Mediterranee, 1991.
  36. ^ Carl Gustav Jung, Sur l'Interprétation des rêves, Albin Michel, 218 p 1998.
  37. ^ Jung, article paru dans la revue des années 90 « recherche », « n. 35, Juillet 1998.
  38. ^ D'après une lettre au professeur Hans Bender du 10 Avril 1958.
  39. ^ travaux, vol. VIII, p. 477, Torino, Basic Books, 1983
  40. ^ Il explore en particulier dogme de Immaculée conception et l'importance accordée par le Eglise catholique la figure mystique représentée par Madone.
  41. ^ La Synchronicité, l'âme et la Science, p. 14.
  42. ^ Interview de C. De Beauregard
  43. ^ la première idée est une référence, formulée d'une manière assez sarcastique, dell 'interprétation de Copenhague
  44. ^ Valter Curzi, I Ching, pag. 5, Gremese 2004.
  45. ^ Schopenhauer p. 281
  46. ^ P. Giovetti, le mystère Dictionnaire, pag. 149 op. cit.
  47. ^ Episode rapporté par Arthur Koestler, dans Les racines de l'affaire, Trad. com., Astrolabe, 1972.
  48. ^ L'exemple cité par Jung est le suivant: "Une jeune femme était dans un moment critique d'un traitement de rêve quand il a reçu le don d'un scarabée d'or. Comme elle m'a dit que le rêve, je me suis assis dos à la fenêtre fermée. Tout à coup, j'ai entendu un bruit derrière moi, comme si quelqu'un frappa doucement à la fenêtre. Je me suis tourné et a vu un insecte volant contre la fenêtre extérieure. J'ai ouvert la fenêtre, et j'attrapé le virus à la volée. Il a offert le plus proche analogie nous pourrions trouver notre latitude avec le scarabée d'or. Il était un coléoptère, cétoine dorée, dont il a été clairement portée contre toutes ses habitudes, d'entrer dans une pièce sombre à l'époque. Je dois dire tout de suite que ce cas est jamais arrivé à moi avant ou après, de sorte que le rêve de mon patient est resté unique dans mon expérience. « Jung interprète ce phénomène comme une coïncidence significative (les discussions des patients sur Scarabée, un coléoptère apparaît) comme un cas de rêve prémonitoire (le patient a rêvé la veille d'un Scarabée d'or, un coléoptère et apparaît). (A partir de Synchronicity p.35)
  49. ^ Cit. Fabrizio Coppola, N la réalité Hypothesis, pp. 299-300, Lalli, 1991.
  50. ^ Rüdiger Dahlke, Les lois du destin, pag. 257, trans. en. Alessia Luretti, Rome, méditerranéenne, 2012.
  51. ^ R. Dahlke, dans celui-ci.
  52. ^ Karl-Otto Apel, philosophie, pag. 344, Jaca Book, 1992. Même Mircea Eliade Il a fait valoir que « la structure du sacré dans la conscience humaine est construit sur les structures de synchronicité, par opposition à la structure diachronique du historicisme radical » (cit. Dans Leonardo Ambasciano, Chamanisme sans chamanisme: les racines intellectuelles du modèle chamanique de Mircea Eliade, pag. 134, publié par la nouvelle culture 2014.
  53. ^ Franz von p. 163
  54. ^ Terry Linn Taylor, Messagers de lumière, Turin, Amrita, 1994. Sur ce sujet, voir. Paola également Giovetti, anges, Mediterranee, 1989.
  55. ^ Francesco Facchini, Physique de l'esprit. Structure, connexions au large, pag. 35, Armando Editore, 2013.
  56. ^ Vincenzo Fano, Gino Tarozzi, Massimo Stanzione, Les perspectives de la logique et de la philosophie de la science: actes du Congrès triennal de la Société italienne de logique et de philosophie des sciences, Cesena et Urbino, 15-19 Février 1999, pag. 194, Rubbettino Publisher, 2001.
  57. ^ Franz von p. 171
  58. ^ La République Library Edition, ISBN 88-89145-04-8 p.36

bibliographie

  • Carl Gustav Jung, synchronicité, Bollati Basic Books, 1980
  • Carl Gustav Jung, travaux, Volume 8, Torino, 1976, 2000. ISBN 88-339-0839-9; ISBN 978-88-339-0140-4
  • Massimo Teodorani, Synchronicité. Le lien entre la physique et Psyché - De Pauli et Jung Chopra, Diegaro de Cesena, Macro Edizioni, 2006; 3e réimpression 2011. ISBN 88-7507-738-X; ISBN 978-88-7507-738-9
  • Aldo Carotenuto, Jung et la culture du XXe siècle, Bompiani, 2010
  • Arthur Koestler, Les racines de l'affaire, astrolabe, 1978 ISBN 9788834004760.
  • Arthur Schopenhauer, Parerga et Paralipomena, Milano, Adelphi, 1981 ISBN 88-459-1422-4.
  • Hubert Reeves, Michel Cazenave, Pierre Solié, Karl H. Pribram, Hansueli Etter, Marie-Louise von Franz, La Synchronicité, l'âme et la Science, Poiesis, 1995 ISBN 978-2-226-07609-0.
  • F. David Peat, Synchronicité. Une union entre la matière et l'esprit, Magi Editions, 2014 ISBN 8874873433.
  • Marie-Louise von Franz, Psyché et de la matière, Turin, Bollati Boringheri, 2014 ISBN 978-88-339-0712-3.

Articles connexes

  • Analogie (philosophie)
  • Raison (philosophie)
  • coïncidence
  • divine Providence
  • Série droit
  • monisme

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à synchronicité
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers synchronicité

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4184230-3