s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Ecstasy (désambiguïsation).

L 'extase (à partir de grec: έκσταση, composé ἐκ ou ἐξ + στάσις, ex-stase,[1] être hors) Est un état psychique suspension et d'élévation mystique de esprit, dont il est parfois perçu comme séparé de corps (D'où son étymologie, ce qui indique un « sortir d'eux-mêmes »).

Malgré la diversité des religions, cultures et peuples dans lequel l'ecstasy a été testé, les descriptions sur la façon dont il est atteint sont remarquablement similaires. Il dit d'essayer à ce moment une sorte d'annulation lui-même, et l'identification avec Dieu ou avec le « »Âme du monde».[2]

Description et effets

psychiquement Elle est caractérisée par la cessation de toutes les activités de l'hémisphère cérébral à gauche (également connu comme l'hémisphère dominant ou la « rationalité du discours »), permettant ainsi l'hémisphère droit (l'une récessif ou passive, aussi appelée « affective ») pour l'activer. Il est l'une des extrême concentration était similaire à certains égards à 'hypnose, lorsque, par exemple la esprit Il reste étonné de fixer un point ou un objet, oublier toutes les autres pensées. En général, il produit un état de grande félicité et le bien-être intérieur.[3]

Les manifestations de l'extase dans l'Antiquité

Une telle condition mentale était connue depuis l'antiquité et a été considéré comme événement en direct de divinité.[4]

Le dionysiaque de parade

Nell 'Grèce antique étaient le fameux ménades (ou Bacchantes), les femmes grecque qui participaient à des rites non officiels. il était cultes de mystère et l'initiation qui a eu lieu en dehors des murs de la ville et ils étaient ouverts aux marges de la société, dont les femmes en fait des esclaves, et la métèques. Les protagonistes de ces cultes (également appelés mystères, associé à deux rites dionysiaque que les orphique surgi autour de la VIIe siècle avant JC), Pris dans un état de transe ou l'extase dansait sauvagement et tué l'animal à mains nues.[5] Il a des éléments les aspects liés ésotérique de la religion grecque, vivant secrètement avec 'exotérisme de la religion traditionnelle.[6]

ecstasy oraculaire

L'extase est ce qui a rendu possible la oracles, Il est connu comme un moment d'intermédiaire entre la dimension terrestre et que d'un autre monde. Parfois, l'état d'extase a été réalisée artificiellement par l'utilisation de substances psychotropes; la personne concernée avait apporté tant de faire des gestes ou des actions inhabituelles.[7]

figures oraculaires

Les chiffres dignes de mention ont été les Sibille, le plus célèbre était le Pythie, prêtresse Apollon qui habitaient Delphes. La Pythie a atteint un état d'ecstasy induit par les vapeurs montantes enivrantes d'une scission du sol, au cours de laquelle le poussa oracles.[8] en Magna Grecia Sybil était assez populaire cuma, à aujourd'hui Campi Flegrei, dont il est devenu capable de prédire l'avenir par l'inhalation des vapeurs de solfatares. Les jugements de Sibille mais ils étaient souvent obscurs et facilement interprétables dans un sens, tantôt dans un autre.[9]

Ecstasy dans les philosophies orientales

en religions asiatiques, comme 'hindouisme, la taoïsme, et surtout la bouddhisme, ecstasy est le moment sacré, dans lequel il se produit l 'éclairage, et le plein épanouissement des qualités potentielles et naturelles présentes dans l'individu.[10] Cet état est aussi appelé omniscience, ou la sagesse suprême et parfaite, de sanskrit Anuttara-samyak-sambodhi, communément appelé simplement Bodhi, et il correspond à l'éclairage de Bouddha; est l'état dans lequel l'esprit devient sans limites et ne sont plus séparés du reste du monde, le point où la microcosme la personne se confond avec la macrocosme univers.[11]

Il devient possible de conditionner nirvana, à laquelle nous entraînons sous la direction d'un enseignant par méditation, à savoir la concentration de soi et conscience de son énergie.[12]

L'ecstasy dans Plotin

selon Plotin (philosophe hellénistiques néoplatonicienne la Troisième siècle de notre ère), L'ecstasy est le point culminant des possibilités humaines, qui a lieu après le retour du processus d'émanation de Dieu: Il est un 'conscience, et est la destination naturelle de raison humain, qui, désireux de retrouver le principe dont elle émane, est capable d'attraper ne possédant pas, mais lasciandosene possèdent. la pensée dire qu'il doit renoncer à toute revendication de objectivité abandonnant le dynamisme de la conversation rationalité, ou se nier.[13] A travers un chemin strict ascétisme, qui utilise le procédé de théologie négative et catharsis les passions, la raison est donc en mesure de sortir de leurs limites, dépassant la dualisme sujet / objet et pénétrant avec l 'un. Qu'est-ce que Plotin, cependant, n'est pas simple panthéisme naturaliste, car pour lui l'extase est essentiellement un chemin qui monte vers la transcendance.[14]

extase
Le cercle dans la philosophie de Plotin: la procession tous 'âme humaine, et contemplation l'extase.[15]

Être l'un ne peut pas être décrit, parce qu'ils le décrivent dans une sdoppiarlo moyenne sujet décrire et objet décrit (et donc ne serait plus un, mais deux), même l'extase par conséquent, on ne état psychique non descriptible avec des mots, étant donné que l'extase est la condition du même 'un qui est auto-split. Intuit est possible en raison du refus: par son contraire, en prenant conscience de ce que l'on est pas, c'est la collecteur. L 'un lui-même, conscience pensé à deviner doit donc sortir de lui-même, devenir multiple. L'extase est précisément l'acte qui génère un collecteur: il est une prise tous ensemble l'un et le multiple, dans un cercle par le retour de la procession à la contemplation.[15] Cusano, théologien chrétien la quatre cents, Il dit d'une manière similaire que l'univers est le 'explicatio dell 'être, ou évasion eux-mêmes de Dieu.

cependant, du christianisme, une différence, selon la Plotin l'extase est pas un don des dieux, mais la capacité naturelle d'une âme. Cependant, il ne semble pas à sa propre volonté délibérée, mais par lui-même, à un moment en dehors du champ d'application de temps. Plotin lui-même atteint l'extase que trois ou quatre fois dans son existence. Vivre il est en effet donné à très peu, dans de rares moments de leur vie. L'extase ne sert aussi un but pratique; la contemplation étant une fin en soi, dans ce monde il n'y a rien de plus inutile.[16] Il est seulement, cependant, l'extase que l'être humain a la révélation de son état le plus vrai et le plus authentique. Pour le reste du chemin indiqué par Plotin à la sagesse consistait en une vie juste, ou dans la recherche d'expressions artistiques telles que musique.

extase chrétienne

extase
Sainte Thérèse d'Avila

La philosophie de Plotin a ensuite donné commence à une longue tradition Néoplatonicienne, qui a conçu l'univers animé d'un Éros ou de la tension d'amour visant à rejoindre Dieu par l'extase. la théologie Plotin a été relancé en particulier chrétien, et bien revisité à la lumière de l'apparence personnelle trinité. L'extase est comprise dans un sens plus large: pour le christianisme, il n'est plus juste contemplation une fin en soi, mais elle est fonctionnelle à l'action; qui est, il doit tendre non seulement à Dieu, mais aussi à la monde.[17] Un tel changement de perspective a été introduite flanquant l'amour grec de type ascensivo, qui correspond à la notion de Éros, un amour discensivo correspondant au concept évangélique de bouche bée.[18] l'expérience extatique chrétienne consiste donc à une communion, une sorte d'étreinte avec le monde et l'humanité en elle dispersée afin d'alléger leurs souffrances et reconnectez à père.

Il est par un "éclairage exploité directement par Dieu. Ces échappe dans le monde, et non pas un acte involontaire (comme dans plotinismo), mais parce que amour Ses créatures. Pour identifier avec elle extase Dieu est, selon Agostino, l'objectif naturel de raison l'insuline humaine, qui ne peut pas réussir à une volonté individuelle délibérée, mais pour un révélation de Dieu lui-même qui est présent à notre esprit; l'extase est donc essentiellement un don, rendue possible grâce à l'intercession de la Saint Esprit, grâce à laquelle l'être humain transcende leurs limites et il est l'instrument de Dieu dans le monde.[19] Contrairement aux autres religions, la personne concernée ne signifie toutefois pas perdre leur individualité, tout en pénétrant en lui.[20]

Pour les mystiques médiéval, comment San Bernardo,[21] ou les Allemands que Néoplatoniciens Meister Eckhart, l'extase est une vision béatifique qui se produit lorsque 'âme Il est enlevé dans Dieu, et l 'être disparaît dans un pensée sans limites ni contenu: Pour Dieu, il ne peut pas être objectivé, parce que ce n'est pas objet, mais sujet. Il est une communion mystique mis à feu par un feu d'amour, l'expérience béatitude Suprême semblables à ceux que l'on appellera plus tard aussi de Sainte Thérèse d'Avila,[22] La figure de référence de Contre-Réforme. Une autre extase de témoignage dans ce sens est celui médiéval de Bl Jacopone en louer O iubelo de noyau.

paradis extase Dante

en trois cents Dante Alighieri, en ciel de divine Comédie, avant la vision béatifique de Dieu, dans les dernières lignes du cantica de test afin de décrire l'extase, consciente de son ineffabilité, l'incapacité de le relier à des mots d'une manière objective:

extase
Dante envisage l 'empyrée, Gravure colorée de dell'orginale Gustave Doré

« Qu'est-ce que la Géomètre, qui cherche
échelle pour mesurer le cercle, et découvre non,
la pensée, ce principe OND Elli, même
comme j'étais à ce nouveau:
Il voulait voir comment il a été convenu
l'image du cercle et qu'il y s'indova;

mais il n'a pas été de ce que mes propres ailes
sauf que mon esprit a été frappé
Un éclair est venu dans son souhait.

Une haute fantaisie ici peut échouer;
Mais maintenant, il tournait mon désir et « l Velle,
Même en tant que ch'igualmente de roue est déplacé,

l'amour qui meut le soleil et d'autres étoiles.[23] »

(ciel, XXXIII canto, vv. 133-145)

la Renaissance

Le désir de ravissements jouissait alors d'une fortune considérable au cours Renaissance.[24] Au-delà de la signification religieux l'extase suppose alors principalement une valence artistique ou esthétique. la beau Il a été vu par deux Philosophie Renaissance que par romantique idéalistes comme le moyen privilégié de retrouver Dieu.[25] en Cinquecento Giordano Bruno comparé l'extase dans une fureur héroïque, pas une activité pacifique qui éteint la raison et mémoire, mais au contraire les acuisse, semblable à un ajustement rationnel.[26]

Le dix-neuvième siècle et le romantisme

Une réévaluation dans une ecstasyhuit cents Ils ont aidé à la fois Critique du jugement de Kant, à la fois la 'idéalisme de Fichte et Schelling.[27] Kant a vu dans le jugement esthétique un sentiment universel de la participation à la 'absolu, dans lequel la raison Il n'est plus lié par la cause et l'effet activité cognitive sous réserve de la nécessité de la relation, mais il est libre de formuler leurs propres liens associatifs. à Fichte extase est intuition intellectuelle, l'acte immédiat par lequel l'ego, pour devenir timide, Il peut se deviner que par rapport à un non-moi; Ainsi, en se plaçant pose l'ego en même temps aussi collecteur en dehors de lui-même.[28] de même Schelling Il a connu une activité sans fin l'extase par laquelle Dieu crée le monde. L'homme peut revivre l'extase artistique, qui est la manifestation la plus tangible de 'absolu, dans lequel l'aspect actif et passif, le côté conscient et que inconscient de esprit, Ils ne sont plus en conflit les uns avec les autres, mais se fondent dans une synthèse harmonieuse de la communion cosmique avec le nature.[29]

notes

  1. ^ Paolo Mantegazza, ecstasy humaine (1887), Marzocco, Florence 1939, p. 5.
  2. ^ La Civiltà Cattolica, p. 321, Bureau législatif de référence, 80e année, vol. II, Rome 1929.
  3. ^ Treccani Encyclopédie sous « l'extase », Marco Margnelli et Enrico Comba, 1999.
  4. ^ Paola Giovetti, le mystère Dictionnaire, p. 161, Mediterranee, 1995.
  5. ^ atlas illustré de la mythologie mondiale, p. 304, Giunti Editore, 2002.
  6. ^ U. Bianchi, A. Motte et divers auteurs, Traité de l'anthropologie sacrée, Jaca Book, Milan 1992.
  7. ^ Diana Tedoldi, L'Arbre de la musique: tambour, d'autres états de conscience, p. 66, Srl Anima, 2014.
  8. ^ Walter Burkert, La religion grecque de Archaïque et époque classique, p. 245, Jaca Book, 2003.
  9. ^ Rocco Messina, Réflexions et vérité, vol. II, p. 2, Faro, 2015 éditions.
  10. ^ aa.vv., Dictionnaire de la sagesse orientale: le bouddhisme, l'hindouisme, le taoïsme, le Zen, p. 433, Mediterranee, 1991.
  11. ^ Jack Kerouac, Le Livre de l'éveil, p. 33, édité par T. Pincio, Mondadori, 2010.
  12. ^ Julius Evola, Est et Ouest, p. 100, Mediterranee, 2001.
  13. ^ « La science est la raison discursive et c'est la multiplicité: Donc, tomber une fois de plus dans le nombre et la variété, il perd l'un. Il faut donc dépasser la science et de ne jamais se désolidariser de notre être unifié, mais d'abandonner la science. [...] Par conséquent, il est dit qu'il est inexprimable et indescivibile « (Plotin, Enneadi, VI, 9, 4, traduit par G. Faggin).
  14. ^ Giuseppe Faggin, en La présence divine, pag. 23, édition D'Anna, Messine-Florence en 1971.
  15. ^ à b Emanuele Severino, La philosophie des Grecs à notre époque, pp. 253-271, Le cercle dans la philosophie de Plotin, Milan, Rizzoli, 1996.
  16. ^ G. Faggin, op. cit., pag. 25.
  17. ^ Giuseppe Mazza, La liminalité comme une dynamique de passage: la révélation comme structure osmotique performative dell 'trinitaire « inter-esse », p. 556, Grégorien biblique BookShop 2005.
  18. ^ Sur la différence terminologique entre agape et Éros, cfr. E. Stauffer, agapao, dans G. Kittel-G. Fridrich, Grand lexique du Nouveau Testament, vol. I, Paideia, Brescia 1965, coll. 57-146.
  19. ^ R. Bonetti, Le mariage est le mariage en Christ dans l'Esprit, p. 63, Nouvelle Ville, 1998.
  20. ^ Julien Ries, communio, p. 88, Jaca Book, 2008.
  21. ^ « En tant que petite goutte d'eau tombant dans une grande quantité de vin semble éclaircir et disparaître pour prendre la saveur et la couleur du vin; [...] pour chaque affection humaine dans les saints, doit fondre et liquéfier pour s'identifier à la volonté divine. Car, comme Dieu soit tout en tous, si l'homme reste quelque chose d'humain? Sans aucun doute, la substance reste, mais sous une autre forme, une autre puissance, une autre gloire « (Bernardo di Chiaravalle, De Deo diligendo, 10, trans. G. Faggin).
  22. ^ Sainte Thérèse d'Avila décrit l'extase comme un temps de « absence » dans lequel il a déclaré qu'il se sentait toute la douleur ressentie par Christ au cours de la passion, mais aussi une si grande joie intérieure pour couvrir la douleur (cfr. autobiographie, XXIX, 13).
  23. ^ Dans la description de Dante il est paradoxal que la condition de « extase qui sort de l'esprit lui-même et arrive à un renforcement de soi » (T. Di Salvo, ciel, Zanichelli, 1988, p. 622).
  24. ^ Reinhard Brandt, Philosophie en peinture: de Giorgione à Magritte, p. 432, Pearson Italie S.p.A., 2003.
  25. ^ « L'une des qualités nécessaires à l'expert, à savoir la personne qui a l'intention de pousser le développement cognitif jusqu'à l'extase monté et tout 'indiamento (Etre Dieu), est un niveau erocio d'amour de la beauté, un la colère divine dans la terminologie de Ficin« (Ubaldo Nicola, Illustrated Atlas de la philosophie, p. 238, Giunti Editore, 1999).
  26. ^ Ubaldo Nicola, Atlas illustré, dans celui-ci.
  27. ^ Alessio Dal Pozzolo, La foi de l'esthétique, l'éthique et extatique, p. 64, Grégorien biblique BookShop 2011.
  28. ^ S. Mati Novalis, Del règne poète est le monde. Passages dans les notes philosophiques, p. 81, Pendragon, 2005.
  29. ^ Antonello Franco, Être et le sens: la philosophie, la religion, herméneutiques, p. 170, éditeurs Guide, 2005. Voir. En outre Luigi Pareyson, L'étonnement de la raison Schelling, en AA.VV., Romance, l'existentialisme, l'ontologie de la liberté, Mursia, Milano 1979.

bibliographie

  • Ioan Petru Culianu, extase expérience hellénisme au Moyen Age, Laterza, Bari 1986
  • Mircea Eliade, techniques de chamanisme de l'extase, ed. Mediterranee, 1995
  • Carlo Landini, Psychologie de l'extase, F. Angeli, Milano 1983
  • G. Merlin, F. vecteurs, Une esthétique extatique, éditions CLEUP, Padova 2007 ISBN 978-88-6129-079-2
  • Luigi Razzano, L'extase de la beauté dans sofiologia St. N. Boulgakov, New City, 2006 ISBN 8831133594

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à extase
  • Il contribue à Wiktionary Wiktionnaire Dictionnaire contient le lemme "extase»
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers extase

liens externes