s
19 708 Pages

Guillaume de Mortain, Comte de Mortain, Comte de Cornwall (1060/1074 à propos - Bermondsey, après 1140), il était comte de Mortain de 1090 un 1106 et comte de Cornouailles de 1090 un 1104.

origine

Les deux selon le reporter, avant dell 'Abbaye du Bec et seizième abbé de Mont-Saint-Michel, par Robert Thorigny, que Albrici Chronica Monachi Trium fontium, William était l'enfant le plus âgé et le seul fils du comte de Male Mortain et comte de Cornouailles, Robert de Mortain[1][2] et Matilde de Montgomery (environ † 1085), Fille de Ruggero II de Montgomery, qui sera le premier comte de Shrewsbury, et Mabel de Bellême, comme le confirme le Monaco et reporter Anglais, Orderico Vitale[3].
Les deux selon le Monaco et reporter normand Guillaume de Jumièges, auteur de son Scriptores Historiae Normannorum Antiqui, qui, selon Orderico Vitale, Robert de Mortain était le second fils du chevalier Herluin de Conteville (Ca. 1001-ca. 1 066) Et une femme d'origine modeste, Herleva ou de Arletta Falaise[4][5] (Ca. 1010-ca. 1050), Qui, selon Guillaume de Jumièges était la fille de Fulbert ou Herberto, un serveur Duke (Herleva Fulberti cubicularii ducis Filia)[4] et sa femme Duda o Duwa, comme le confirme la Albrici Chronica Monachi Trium fontium[6].

biographie

William était le fils de Robert de Mortain, demi-frère (demi-frère[1]) de Guillaume le Conquérant[7], et Mathilde de Montgomery, fille de Roger de Montgomerie et Mabel de Bellême[8].
Il se trouve que William est né avant 1084[9], peut-être entre 1060 et 1074.

Son père, Roberto morì 1090. L 'Ex nécrologique Moretoniensis retourne le jour de la mort de Odo 8 Décembre[10] et les titres de comte de Mortain et Cornouailles il a été remplacé par William[1][2].

selon Guglielmo di Malmesbury, William a fait la demande d'avoir le comté Kent qui était son oncle, Odo de Bayeux, mais n'a pas obtenu satisfaction[11], les deux Guillaume II Rouge qui puis par Henri I Beauclerc.

Depuis l'enfance, William nourrissait une profonde aversion pour son cousin Henri Ier d'Angleterre[12] et il a affirmé avec une force aussi Comté de Kent son oncle Odo, évêque de Bayeux.

On trouve des éléments utiles pour l'interprétation du caractère William dans Hyde Chronicle, où il est appelé « incorrigibles turbulente », et dans la représentation qui lui donne Guillaume de Malmesbury, appelant une « arrogance éhontée »[13].

Le roi a continué de reporter l'examen des demandes de William pour le comté de Kent et lui a offert la place, la main de Marie d'Ecosse, soeur de la reine Matilde, que William a refusé immédiatement[13]. Enrico lui a donc donné en mariage à III Eustache, comte de Boulogne.

Henry a continué à maintenir des demandes jusqu'à ce qu'ils Guglielmo bloquées avaient eu affaire à Montgomery, ses oncles, et l'exila d'Angleterre[13], et, en fonction de la Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, en 1104, Enrico exproprié Cornwall et de toutes les terres qu'il possédait à Angleterre[14].

Puis William partit furieux de Normandie, où il a rejoint les forces du duc de Normandie Roberto Cosciacorta[13]. En Normandie, William a attaqué plusieurs des possessions de Henry, donnant au roi d'amples raisons de le priver de tous ses honneurs anglais[15].
en 1105, William a rejoint Robert de Bellême et ils ont attaqué cotentin où ils résidaient certains alliés de Henri Ier[16]. Puis Henri Ier a réagi, brûlé Bayeux et occupé Caen, pour continuer vers le comté de Mortain, où William était barricadé dans le château Tinchebray[16], où la bataille décisive eut lieu entre les deux frères, Henri et Robert II de Normandie. Selon le Florentia Wigornensis Monachi Chronicon Henry avait assiégé le château de Tinchebray[17] et la bataille a été remportée par Enrico a eu lieu 29 Septembre 1106[17].
William a été capturé (selon Orderico Vitale du contingent Breton[18]) Alors que le duc Robert II Bataille de Tinchebray, tandis que Robert de Bellême, a réussi à échapper[17]. William et Robert II ont été envoyés en Angleterre[19], où les prisonniers étaient maintenus[17]. L'emprisonnement de William est également confirmée par Robert Thorigny[1], tandis que Guillaume de Jumièges dit Henri, je l'ai emmené à Robert II, William et quelques autres et les détenus pendant leur vie[20] et encore fait valoir Orderico que leur détention Vitale était de ne pas échapper à la garde, mais pourrait être tenu d'or (fourni avec un luxe de toutes sortes)[21].

Probablement William a été libéré après la mort d'Henri I (déc 1135) Et 1140, il est devenu Monaco Cluny à Bermondsey Abbaye[22], à Bermondsey, où il est mort. Di Guglielmo ne sais pas l'année exacte de la mort.

Mariage et descendants

autour 1100, William, Adelisa marié, que vous ne connaissez pas les noms des ancêtres, qui est mentionné en même temps que son mari dans un don fait à 'Abbaye de Marmoutier, fondée par St. Martino di Tours à Marmoutier[11]. De Adelisa Guglielmo avait pas d'enfants, ni descendants se connaître[11].

notes

  1. ^ à b c (LA) Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, vol. I, page 319
  2. ^ à b (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium, 1035 ans Page 785
  3. ^ (LA) Histoire Ecclésiastique, vol. II, liber V, p 412
  4. ^ à b (LA) Scriptores Historiae Normannorum Antiqui, Liber VII, ch. III, p 268
  5. ^ (LA) Histoire Ecclésiastique, vol. III, liber VII, ch. XV, p 246
  6. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, Scriptores, tomus XXIII, Albrici Chronica Monachi Trium fontium, 1032 ans, page 784
  7. ^ Detlev Schwennicke, Europäische Stammtafeln: Stammtafeln zur Geschichte der Europäischen Staaten, Neue Folge, Band III Teilband 4 (Marburg, Allemagne: Verlag von J. A. Stargardt, 1989), Tafel 694B
  8. ^ Detlev Schwennicke, Europäische Stammtafeln: Stammtafeln zur Geschichte der Europäischen Staaten, Neue Folge, Band III Teilband 4 (Marburg, Allemagne: Verlag von J. A. Stargardt, 1989), Tafel 637
  9. ^ George Edward Cokayne, La pairie complète de l'Angleterre Ecosse Irlande Grande-Bretagne et au Royaume-Uni, Existant Extinct ou Dormant, vol. III, Ed. Vicary Gibbs (La Sainte-Catherine Press, Ltd., Londres. 1913), p. 428
  10. ^ (LA) Rerum gallicarum et francicarum scriptores, tomus XXIII, Ex Obituary ecclesiæ Moretoniensis, p. 583
  11. ^ à b c (FR) #ES Fondation pour Généalogie médiévale: Noblesse de Normandie - Guillaume de Mortain
  12. ^ Parmi les raisons de cette profonde aversion de Henri Ier, presque certainement c'était la famille de sa mère, en particulier ses oncles Robert de Bellême, III comte de Shrewsbury, Hugues de Montgomery, comte de Shrewsbury II, Arnulfo Montgomery et Roger de Poitou, qui étaient tous fortement ennemis de Henry I. Ils ont tous été privés de leurs possessions britanniques et ont été exilés d'Angleterre peu de temps après la montée de Henry I. voir: JFA Mason, Roger de Montgomery et ses fils (1067-1102), Transactions de la Royal Historical Society, 5ème série vol. 13 (1963), pp. 1-28.
  13. ^ à b c C. Warren Hollister, Henri I (Yale University Press, New Haven Londres, 2003), p. 182
  14. ^ (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, page 53
  15. ^ David Crouch, Les Normands; L'histoire d'une dynastie Hambledon Continuum, London New York, 2007), p. 173
  16. ^ à b William John Corbett, « L'évolution du duché de Normandie et la conquête normande », chap. I, vol. VI, p. 68
  17. ^ à b c (LA) Florentia Wigornensis Monachi Chronicon, tomus II, page 55
  18. ^ (FR) L'histoire ecclésiastique de l'Angleterre et la Normandie, vol. III, livre XI, ch. XX, la page 381
  19. ^ (FR) L'histoire ecclésiastique de l'Angleterre et la Normandie, vol. III, livre XI, ch. XXI, p 383
  20. ^ (LA) Scriptores Historiae Normannorum Antiqui, Liber VIII, Sec. XIII, p 298
  21. ^ (FR) L'histoire ecclésiastique de l'Angleterre et la Normandie, vol. III, livre XI, ch. XXIII, p 386
  22. ^ George Edward Cokayne, La pairie complète de l'Angleterre Ecosse Irlande Grande-Bretagne et au Royaume-Uni, Existant Extinct ou Dormant, vol. III, Ed. Vicary Gibbs (La Sainte-Catherine Press, Ltd., Londres. 1913), p. 428-9

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

  • William John Corbett, « L'évolution du duché de Normandie et la conquête normande de l'Angleterre », chap. I, vol. VI (Le déclin de l'Empire et la papauté et le développement des Etats nationaux) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 5-55.
  • William John Corbett, "l'Angleterre, 1087-1154", chap. II, vol. VI (Le déclin de l'Empire et la papauté et le développement des Etats nationaux) de l'histoire du monde médiéval, 1999, p. 56-98.

Articles connexes

  • Duché de Normandie
  • Empereurs du Saint-Empire romain
  • Liste des monarques français
  • Comte de Cornwall
  • Monarques anglo-saxons
  • Liste des monarques britanniques

liens externes

prédécesseur Comte de Cornwall (La Création) successeur
Robert de Mortain 1090 - 1104 titre supprimé

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez