s
19 708 Pages

Raj Company
Raj Company - Drapeau
(détails)
données administratives
Nom complet Raj des Anglais East India Company
Nom officiel société Raj
Langues officielles Anglais, hindi, tamil, urdu, pashto
langues parlées
capital Calcutta
dépendant Royaume-Uni Royaume-Uni
politique
Forme État Cologne britannique administré par English East India Company
Forme de gouvernement
naissance 23 juin 1757
cause Bataille de Plassey
fin 2 août 1858
cause Government of India Act 1858
Territoire et population
bassin géographique sous-continent indien
Territoire d'origine péninsule indienne
économie
monnaie roupie indienne
ressources charbon, fer, calcaire, argile
productions textiles, poterie
commerces avec Royaume-Uni
exportations coton, thé, sel, fruits tropicaux, épices, sucre
Religion et société
Les religions en vue hindouisme, Islam
Les religions minoritaires bouddhisme, anglicanisme, catholicisme, sikhisme, zoroastrisme
Raj Society - Carte
évolution historique
précédé par Drapeau de la Empire.svg Mughal Empire moghol
Drapeau du Maratha Empire.svg Empire Maratha
Nishan Sahib.svg Empire sikh
Drapeau de l'hollandaise des Indes orientales Company.svg néerlandais Malacca
Drapeau de Herat jusqu'à 1842.svg Empire Durrani
succédé Raj britannique Red Ensign.svg Raj britannique
Drapeau du détroit britanniques règlements (1874-1925) .svg Straits Settlements

le terme Raj Company ou société Raj indique l'ensemble des domaines directs et protectorats que Royaume-Uni Il a accumulé et organisé en sous-continent indien par English East India Company dans la première phase du colonialisme britannique en Inde. Le colonialisme britannique en Inde a commencé en 1757 quand, après Bataille de Plassey la Nawab la Bengale Il se rendit et a remis ses domaines à la Compagnie des Indes.[1] À partir de 1765 la Société a obtenu le droit de percevoir des impôts dans le Bengale et Bihar,[2] et 1 772 la capitale de ces nouveaux domaines a été placé dans Calcutta sur rendez-vous consécutif du premier gouverneur général en la personne de Warren Hastings.[3] Le Gouvernement de la Société a duré jusqu'à 1858 quand, après Moti Indian 1857 le gouvernement britannique a décidé de prendre directement le contrôle et le gouvernement de l'Inde avec la création du Raj britannique.

Expansion et territoire

la English East India Company Elle a été fondée en 1600 le nom de La Compagnie des marchands de Londres le commerce dans les Indes orientales. Il a atterri pour la première fois en Inde 1612 après l'empereur moghol Jahangir La garantie avait le droit de se former sur le sol indien, une ferme avec un port commercial attenant à Surat sur la côte ouest. en 1640, après avoir reçu un permis de l'empereur comme Vijayanagara a été fondée une deuxième ferme Madras sur la côte sud-est. l'île Bombay, non loin de Surat et ancienne possession portugaise, il a été apporté en dot à Royaume d'Angleterre après le mariage Catherine de Bragance et Charles II d'Angleterre puis accordé à l'entreprise 1668. Vingt ans plus tard, la Société a établi une nouvelle ferme Calcutta par la rivière Ganges. En même temps, d'autres sociétés ont été créées par d'autres Etats européens intéressés au colonialisme Portugal, Pays-Bas, France et Danemark.

La Société a de facto le contrôle direct des différentes régions de l'Inde, mais ces domaines ne sont pas officiellement indépendants Empire des Indes jusqu'à la victoire Robert Clive en 1757 en Bataille de Plassey. Une autre victoire importante est celle de 1 764 à la bataille de Buxar (en Bihar), Qui a consolidé le pouvoir du parti et forcé l'empereur Shah Alam II de nommer diwan des régions de Bengale, Bihar et Orissa un représentant de la compagnie. De cette façon, la société est devenue le régent du Gange intensifier son influence dans Bombay et Madras. la Guerres Anglo-Mysore (1766-1799) et Les guerres anglo-Maratha (1772-1818) a permis à la Société de prendre le contrôle de l'ensemble du sud de l'Inde.

La prolifération des territoires de la Société avait deux aspects: la première consistait à acquérir des territoires indigènes des États et les mettre sous votre contrôle direct, et il était donc pour les régions Rohilkhand, Gorakhpur, Doab (1801), New Delhi (1803), et Sindh (1843). Punjab, Frontière du Nord-Ouest et Province Cachemire ont été annexés seulement après la Deuxième guerre anglo-sikh en 1849; Cependant, le Cachemire a été immédiatement vendu sous les termes du Traité d'Amritsar (1850) à la dynastie Dogra Jammu, et donc il est devenu un État princier indépendant. en 1854 la province de Berar a été annexée aux domaines de la société et l'état de oudh Il avait un sort égal deux ans plus tard.[4]

La deuxième forme d'acquisition de la société par la puissance est principalement due à une grande autonomie interne. Depuis la société a d'abord été partisan des opérations financières pourrait compter sur son financement que le « imposé » pour établir un certain contrôle sur les zones de production.[5] Fondamentaux étaient en ce sens a trouvé des accords avec divers princes indigènes qui s'ils voulaient entrer dans une relation avec la société d'exporter ses produits avec des revenus multipliés par le grand commerce britannique, ils ont dû libérer les droits « politiques » à la société de certaines productions .[6] En retour, en outre, la Société a également proposé la défense militaire du territoire dans le respect des traditions locales et de grands honneurs.[6] Parmi les Etats avec lesquels la société les clauses restrictives sont pressées: Cochin (1791), Jaipur (1794), Travancore (1795), Hyderabad (1798), Mysore (1799), Colline Cis-Sutlej-Unis (1815), Agence centrale de l'Inde (1819), Kutch et Gujarat Gaikwad (1819) Rajputana (1818) et Bahawalpur (1833).[4]

Les gouverneurs généraux

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Gouverneur général de l'Inde.

notes

  1. ^ Bose Jalal 2003, p. 76
  2. ^ Brown 1994, p. 46 pairs en 2006, p. 30
  3. ^ Metcalf Metcalf, p. 56
  4. ^ à b 2002 Ludden, p. 133
  5. ^ Brown 1994, p. 67
  6. ^ à b Brown 1994, p. 68

bibliographie

  • Sekhar Bandyopadhyay, De Plassey à la partition: Une histoire de l'Inde moderne [connexion terminée], New Delhi et Londres: Orient Longman. Pp. xx, 548, 2004 ISBN 8125025960.
  • Sugata Bose et Ayesha Jalal, Moderne Asie du Sud: Histoire, Culture, Economie politique, Londres et New York: Routledge, 2e édition. Pp. xiii, 304, 2003 ISBN 0-415-30787-2.
  • Judith M. Brown, Inde moderne: Les origines d'une démocratie asiatique, Oxford et New York: Oxford University Press. Pp. xiii, 474, 1994 ISBN 0198731132.
  • Dennis Judd, Le lion et le tigre: l'ascension et la chute du Raj britannique, 1600-1947, Oxford et New York: Oxford University Press. Pp. xiii, 280, 2004 ISBN 0192803581.
  • Hermann Kulke et Dietmar Rothermund, Une histoire de l'Inde, 4e édition. Routledge, pp. XII, 448, 2004 ISBN 0415329205.
  • David Ludden, Inde et en Asie du Sud: Une brève histoire [connexion terminée], Oxford: Oneworld Publications. Pp. XII, 306, 2002 ISBN 1851682376.
  • Claude (ed) Markovits, Une histoire de l'Inde moderne 1480-1950 (hymne études sud-asiatiques), Hymne de presse. Pp. 607, 2005 ISBN 1843311526.
  • Barbara Metcalf et Thomas R. Metcalf, Une histoire concise de l'Inde moderne (Cambridge Concise Histoires), Cambridge et New York: Cambridge University Press. Pp. XXXIII, 372, 2006 ISBN 0521682258.
  • Douglas M. Peers, Inde sous domination coloniale 1700-1885, Harlow et Londres: Longman Pearson. Pp. xvi, 163, 2006 ISBN 058231738X.
  • Peter Robb, Une histoire de l'Inde (Palgrave Essential Histories), Houndmills, Hampshire: Palgrave Macmillan. Pp. xiv, 344, 2004 ISBN 0333691296.
  • Percival Spear, Une histoire de l'Inde, Volume 2, New Delhi et Londres: Penguin Books. Pp. 298, 1990 ISBN 0140138366.
  • Burton Stein, Une histoire de l'Inde, New Delhi et Oxford: Oxford University Press. Pp. xiv, 432, 2001 ISBN 0195654463.
  • Stanley Wolpert, Une nouvelle histoire de l'Inde, Oxford et New York: Oxford University Press. Pp. 544, 2003 ISBN 0195166787.
  • Clare Anderson, Uprising indien 1857-8: les prisons, les prisonniers et rébellion, New York: Hymne Press, Pp. 217, 2007, ISBN 9781843312499.
  • C. A. Bayly, Société indienne et Making de l'Empire britannique (The New Cambridge Histoire de l'Inde), Cambridge et Londres: Cambridge University Press. Pp. 248, 1990 ISBN 0521386500.
  • C. A. Bayly, Empire et information: Collecte de renseignements et de la communication sociale en Inde, 1780-1870 (Cambridge Studies in Indian History and Society), Cambridge et Londres: Cambridge University Press. Pp. 426, 2000, ISBN 0521663601.
  • Sumit Bose, Paysan du Travail et Colonial Capital: Bengale rural depuis 1770 (New Cambridge Histoire de l'Inde), Cambridge et Londres. Cambridge University Press, 1993.
  • Rajnarayan Chandavarkar, Imperial Power and Popular Politique: Classe, Résistance et l'Etat en Inde, 1850-1950, (Cambridge Studies dans l'histoire indienne Société). Cambridge et Londres: Cambridge University Press. Pp. 400, 1998 ISBN 0521596920.
  • D. A. Farnie, Inglese Le coton industrie et le marché mondial, 1815-1896, Oxford, Royaume-Uni: Oxford University Press. Pp. 414, 1979 ISBN 0198224788.
  • R. Guha, Une règle de la propriété pour le Bengale: Essai sur l'idée du règlement permanent, Durham, Caroline du Nord: Duke University Press, 1995 ISBN 0521596920.
  • P. J. Marshall, Bengale: La tête de pont britannique, l'Inde orientale, 1740-1828, Cambridge et Londres: Cambridge University Press, 1987.
  • P. J. Marshall, The Making of Empires et démantèle: la Grande-Bretagne, l'Inde et l'Amérique c.1750-1783, Oxford et New York: Oxford University Press. Pp. 400, 2007, ISBN 0199226660.
  • Thomas R. Metcalf, Les conséquences de Révolte: l'Inde, 1857-1870, Pub Co. Riverdale. Pp. 352, 1991 ISBN 8185054991.
  • Thomas R. Metcalf, Idéologies du Raj, Cambridge et Londres: Cambridge University Press, Pp. 256, 1997 ISBN 0521589371.
  • Maria Misra, Affaires, la race et la politique en Inde britannique, c.1850-1860, Delhi: Oxford University Press. Pp. 264, 1999 ISBN 0198207115.
  • Andrew (ed.) Porter, Oxford Histoire de l'Empire britannique: XIXe siècle, Oxford et New York: Oxford University Press. Pp. 800, 2001 ISBN 0199246785.
  • Eric Stokes et C.A. Bayly (ed.), Le paysan armé: La Révolte indienne de 1857, Oxford: Clarendon Press, 1986, p. 280, ISBN 0198215703.
  • Ian Stone, Canal d'irrigation en Inde britannique: Perspectives sur les changements technologiques dans l'économie paysanne (Cambridge études sud-asiatiques), Cambridge et Londres: Cambridge University Press. Pp. 392, 2002 ISBN 0521526639.
  • B. R. Tomlinson, L'économie de l'Inde moderne, 1860-1970 (The New Cambridge Histoire de l'Inde, III.3), Cambridge et Londres. Cambridge University Press, 1993.
  • Robert Travers, Idéologie et Empire Dix-huitième siècle Inde: Les Britanniques au Bengale (Cambridge Studies dans l'histoire et la société indienne), 2007 ISBN 0521050030.
  • Jayant Banthia et Tim Dyson, Variole au XIXe siècle en Inde, en Population and Development Review, vol. 25, nº 4, 1999, pp. 649-689.
  • John C. Caldwell, Malthus et les moins développés du monde: Le rôle clé de l'Inde, en Population and Development Review, vol. 24, nº 4, 1998, pp. 675-696.
  • Richard Drayton, La science, la médecine et l'Empire britannique, en Oxford Histoire de l'Empire britannique: Historiographie, Oxford et New York: Oxford University Press, 2001, pp. 264-276, ISBN 0199246807.
  • Robert E. Frykenberg, Inde 1858, en Oxford Histoire de l'Empire britannique: Historiographie, Oxford et New York: Oxford University Press, 2001, pp. 194-213, ISBN 0199246807.
  • Peter Harnetty, « Désindustrialisation » revisitée: Les tisserands Handloom des provinces centrales de l'Inde, c. 1800-1947, en Modern Asian Studies, vol. 25, nº 3, 1991, pp. 455-510.
  • Gad Heuman, L'esclavage, la traite des esclaves et l'abolition, en Oxford Histoire de l'Empire britannique: Historiographie, Oxford et New York: Oxford University Press, 2001, pp. 315-326, ISBN 0199246807.
  • Ira Klein, Peste, politique et populaire en Colombie-Agitation Inde, en Modern Asian Studies, vol. 22, nº 4, 1988, pp. 723-755.
  • Ira Klein, Matérialisme, de mutinerie et de modernisation en Inde britannique, en Modern Asian Studies, vol. 34, nº 3, 2000, pp. 545-580.
  • Robert Kubicek, Expansion britannique, Empire, et le changement technologique, en Oxford Histoire de l'Empire britannique: Le XIXe siècle, Oxford et New York: Oxford University Press, 2001, pp. 247-269, ISBN 0199246785.
  • Kapil Raj, Rencontres coloniales et l'établissement de nouvelles connaissances et Identités nationales: la Grande-Bretagne et en Inde, 1760-1850, en Osiris, 2e série, vol. 15, Nature et Empire: Science et l'Entreprise coloniale, 2000, pp. 119-134.
  • Rajat Kanta Ray, Capital asiatique à l'ère de la domination européenne: La montée du Bazar, 1800-1914, en Modern Asian Studies, vol. 29, nº 3, 1995, pp. 449-554.
  • Tirthankar Roy, Histoire économique et Inde moderne: Redéfinir le lien, en Journal of Economic Perspectives, vol. 16, nº 3, 2002, pp. 109-130.
  • B. R. Tomlinson, Économie et Empire: La Périphérie et l'économie impériale, en Oxford Histoire de l'Empire britannique: Le XIXe siècle, Oxford et New York: Oxford University Press, 2001, pp. 53-74, ISBN 0199246785.
  • D. A. Washbrook, Inde, 1818-1860: Les deux visages de Colonialisme, en Oxford Histoire de l'Empire britannique: Le XIXe siècle, Oxford et New York: Oxford University Press, 2001, pp. 395-421, ISBN 0199246785.
  • Diana Wylie, La maladie, l'alimentation, et le sexe: perspectives sur la fin du XXe siècle Empire, en Oxford Histoire de l'Empire britannique: Historiographie, Oxford et New York: Oxford University Press, 2001, pp. 277-289, ISBN 0199246807.
  • Imperial Gazetteer of India vol. IV, L'Empire des Indes, administratif, Publié sous l'autorité du Secrétaire d'Etat pour l'Inde en conseil, Oxford de Sa Majesté à Clarendon Press. Pp. xxx, 1 carte, 552, 1908.
  • R. C. Majumdar, H. et C. Raychaudhuri Kalikinkar Datta, Une histoire avancée de l'Inde, London: Macmillan and Company Limited. 2e édition. Pp. xiii, 1122, 7 cartes, 5 cartes en couleurs., 1950.
  • Horace H Wilson, L'histoire de l'Inde britannique 1805-1835, Londres: James Madden and Co., 1845 OCLC 63943320.
  • Vincent A. Smith, Inde dans la période britannique: être la partie III de l'histoire de l'Inde Oxford, Oxford: Clarendon à la presse. 2e édition. Pp. xxiv, 316 (469-784), 1921.
  • Inde du Congrès
  • Pakistan du Congrès