s
19 708 Pages

la chapitre 11 (Littéralement « Chapitre 11 ») est un norme de Loi sur la faillite États-Unis.[1]

Elle permet aux entreprises qui utilisent une rénovation suite à une graves difficultés financières. Il est une loi fédérale des États-Unis, et les parties peuvent, à titre subsidiaire, recourir aux lois de l'État, souvent plus rapide et plus simple, pour gérer les situations insolvabilité.

traits

la chapitre 11 Il peut être utilisé aussi bien par les entreprises et sous forme d'entreprise ou une personne, que ce soit par des particuliers (Etats-Unis du système juridique, en fait, ils sont trop soumis à l'échec). Cependant, l'utilisation la plus répandue, il est par société. Il est à peu près équivalent à 'mise sous séquestre une fois fourni en italien et rétabli par le décret-loi de développement (décret-loi n ° 83 22.06.2012)[2].

la chapitre 7, en revanche, elle se rapporte à la échec vrai qui se traduit par liquidation Total de l'actif de l'entreprise, alors que la chapitre 13 Elle concerne les procédures impliquant des particuliers avec des dettes de montants relativement faibles (le toit à 2007 était d'environ 300 000 $ en dettes non garanties et 1 million de dette garantie).

opération

Lorsqu'un employeur États-Unis Il n'est pas en mesure d'honorer ses dettes, celui-ci ou ses créanciers peut demander à un tribunal fédéral de la protection fournie par chapitre 7 ou chapitre 11. avec chapitre 7 la société cesse ses activités et administrateur Elle vend tous ses actifs et distribue le produit aux créanciers. Il est équivalent aux procédures normales de faillite de la loi italienne.

en chapitre 11 l'entrepreneur reste le plus souvent en possession de tous ses biens et est cependant soumise au contrôle et à la compétence de la Cour.[3] Avec l'entrée dans la chapitre 11 toutes les actions des créanciers visant à exiger le paiement de leurs dettes sont automatiquement bloqués (comme dans la loi italienne sur la faillite). Certains contrats, appelés contrats exécutés, peuvent être supprimés si elle est financièrement pratique pour la procédure. Ces contrats comprennent accords de travail, la crédit-bail biens immobiliers, contrats d'entretien ou d'approvisionnement.

chapitre 11 Il est un processus de réorganisation et non le règlement. Son but est donc de restructurer l'entreprise. Pour ce faire, vous définissez un plan en quelques mois, voire des années, en fonction de la taille et de la complexité de la procédure, devrait remédier à la situation et de libérer la société de chapitre 11. Le plan de relance doit être proposée par la société elle-même et approuvé par le tribunal. Dans le cas où un plan ne sont pas acceptés ou ne sont pas en mesure de le reporter, le tribunal peut convertir la procédure en chapitre 7 et commencer la liquidation.

en chapitre 11, comme dans d'autres procédures, le paiement des dettes aura lieu suite à un ordre de priorité, d'abord aux créanciers garantis (créancier garanti) Ensuite, les employés et les fournisseurs de biens et enfin tout le monde. la créancier garanti est, en droit américain, un créancier au profit d'une garantie de résultat, ou conviennent d'une action en justice prises pour assurer l'exécution d'une obligation faite à une partie ou la totalité des actifs du débiteur. En cas de faillite du débiteur, le créancier garanti peut exercer cette « assurance » contre les biens du débiteur et éviter la concurrence dans le temps de règlement avec les créanciers qui ne bénéficient pas de cet avantage.

plus d'échecs

Le plus grand échec aux Etats-Unis jusqu'en 2008 était celle de Lehman Brothers. Voici les 15 plus grandes faillites[4]:

société date La valeur des actifs avant la faillite Valeur actualisée à 2007 dollars[5]
Lehman Brothers 15 septembre 2008 639063000000 $  ?
Washington Mutual 26 août 2008 327913000000 $  ?
Worldcom 21 juillet 2002 103914000000 $ 119716589862 $
Enron 12 février 2001 63.392.000.000 $ 74.229.508.197 $
Conseco 18 décembre 2002 61.392.000.000 $ 70.728.110.599 $
Texaco 12 avril 1987 35.892.000.000 $ 62.638.743.455 $
Financial Corp. of America 9 septembre 1988 33.864.000.000 $ 57.010.101.010 $
Refco 17 octobre 2005 33.333.172.000 $ 35.385.532.909 $
global Crossing 28 janvier 2002 30.185.000.000 $  ?
Pacific Gas and Electric 6 avril 2001 29.770.000.000 $ 34.859.484.778 $
UAL Corp. 9 décembre 2002 25.197.000.000 $  ?
Delta Air Lines 14 septembre 2005 21.801.000.000 $  ?
Adelphia Communications 25 juin 2002 21.499.000.000 $  ?
MCorp 31 mars 1989 20.228.000.000 $ 32.678.513.732 $
Mirant Corporation 14 juillet 2003 19.415.000.000 $  ?

notes

  1. ^ La référence est: Chapitre 11, Titre 11, Code des États-Unis
  2. ^ I - des hydrocarbures Iva - Hydrocarbures, dispositions sur - Il Sole 24 ORE
  3. ^ Joseph Swanson et Peter Marshall, Houlihan Lokey et Lyndon Norley, Kirkland Ellis International LLP (2008). Guide du praticien de la restructuration des entreprises. ville Financial Publishing, 1ère édition ISBN 9781905121311
  4. ^ Bankruptcydata.com
  5. ^ Les calculs effectués selon fonctionnelle ce pdf

Articles connexes

  • Le non (à droite)
  • Code des États-Unis

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez