s
19 708 Pages

Kongō classe
DDG173 JDS Kongo.jpg
vue d'ensemble
Drapeau naval de Japan.svg
type destructeur missile
Nombre d'unités 4
propriété Drapeau naval de Japan.svg Kaijo Jieitai
Constructors Mitsubishi Heavy Industries
IHI Corporation
Varo Kongō 21 septembre 1991
Entrée en service Kongō 25 mars 1993
Kirishima 17 mars 1995
Caractéristiques principales
déplacement 7250
une jauge brute 9485 GRT
propulsion 4 turbines à gaz G.E. LM 2500 100 000 ch, la configuration gaz combiné et le gaz
vitesse 30 noeuds (56 km / h)
autonomie 4000 n.mi. Nœuds (km km / h)
équipement
capteurs embarqués 1 radar SPY-1D AEGIS, 3 radar tournage SPG-62, seafire dispositif optronique 1, un sonar AN / SQQ-99 (V)
systèmes de défense 1 ESM / ECM, 1 AN / SLQ-25 Nixie pour appeaux antisiluro
armement
artillerie 1 127mm canon. compact
2 CIWS Vulcan Phalanx
torpilles 2 torpilles Mk 32 triple pour 324mm canons.
missiles 90 missiles dans 12 lancement modules Mk 41
2 lanceurs quadruples harpon
Véhicules aériens seule plate-forme appontaggio

[citation nécessaire]

rumeurs de classes de destroyer sur Wikipédia

la classe Kongō Il se compose de 4 navires japonais modernes, qui ont une fonction de défense aérienne de la flotte, grâce à la présence d'un système AEGIS avec les lanceurs de radar et de missiles SPY-1D Mk 41 avec 90 bras (61 à 29) proue à la poupe. Ils ont un léger élargissement de la classe américaine classe Burke Arleigh, et ont leurs principaux canons de différence OTO Melara de 127mm compact avant, ainsi qu'un plus agressif et puissant, avec une tour et cambrés élevé par rapport aux navires américains. Ces unités sont devenues opérationnelles dans les années 90, ce qui les voyaient devenir le commandant de la flottille de l'une des quatre forces destroyers japonais auxquels ils fournissent une couverture aérienne.

En ce qui concerne les classes de conception, ils ont tendance à se ressembler beaucoup, mais avec des différences très importantes. La forme du « Kongo » est en fait très semblable à celle de « Burke », mais en observant le jour avec soin au moins 2 éléments d'une importance considérable. On est donnée de l'arbre, qui, dans le cas des navires japonais est tic-tac, et disposé de façon verticale, il a donc une conception optimisée pour réduire la signature radar, mais plutôt d'avoir une plus grande hauteur au-dessus de la mer. En dehors de cela, la tour, qui contient, comme dans le cas de Burke, tous les 4 antennes dell'SPY-1SD (i « Ticonderoga » avoir seulement deux antennes, les autres sont dans la superstructure à l'arrière), il est beaucoup plus élevé et construction essentiellement verticale du projet américain d'origine. Cela est dû au fait d'augmenter l'antenne radar d'horizon, grâce à la plus grande hauteur de la mer. Enfin, la coque des navires japonais est totalement pont continu et non avec un pont du château qui s'étend sur 80% de la longueur. Les LM 2500 moteurs, turbines 4 sur 2 axes, étaient une nouveauté importante: en effet, si les armes, les capteurs et le design ont toujours été, dans les navires japonais d'après-guerre, directe américaine dérivée, les moteurs ont été généralement fournis de Rolls-Royce britannique. Ici, cependant, le projet (pour la première fois, en fait il clone directement et non « inspiré » par la même philosophie de conception), aussi les turbines américaines ont été adoptées. D'autre part, le canon principal a vu l'installation d'un modèle OTO Melara, fabriqué sous licence de Mitsubishi, et qui a remplacé le Mk 42 canons anciens.

En général, le « Kongo » ont une construction un peu plus classique que celle de Burke ', mais sont légèrement plus grands et plus lourds, 7 mètres de long et de 450 t de poids plus. Alors que les missiles de lancement verticale (un complexe de VSL MK 41 avec 8 modules à l'avant et une de 4 à l'arrière) et le apprestamento pour hélicoptères (seulement le poste de pilotage) sont égales, les missiles harpons sont dans ce cas disposé entre la 2 blocs de superstructures et non derrière la poupe. Les 2 entonnoirs élevés sont aussi une conception différente de celle de Burke. L'aspect que ces navires ont total est impressionnant et beaucoup plus impressionnant que celui des navires américains, non pas à cause de la différence de taille de la coque, mais pour la hauteur et la construction de la tour. Sur le coût « Kongo » est passé, sans doute la possibilité limitée des économies d'échelle, 2500 milliards de lires à 1995.

Le rôle du « Kongo » est de flotilles de protection des navires japonais, mais la performance du système AEGIS implique clairement la capacité du théâtre de la défense contre les missiles balistiques, qui théoriquement la Corée du Nord ou la Chine pourraient menacer de lancer. Il convient de noter que le Japon a aussi une force importante de missiles patriote la terre, ce qui vous permet de donner une certaine protection à la zone de missiles.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Kongō classe

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez