s
19 708 Pages

la 1ère édition du Cinéma. Rome Festival International Il a eu lieu à Rome Du 13 octobre au 21 2006.

sections

première

Cinéma 2006

concurrence

  • notre pays, réalisé par Francesca Comencini (Italie)
  • Nightmare Detective (akumu Tantei), Mise en scène Shinya Tsukamoto (Japon)
  • Bes Vakit, réalisé par Reha Erdem (Turquie)
  • cages, réalisé par Olivier Masset-Depasse (Belgique, France)
  • Chand Rooz ba'd ..., réalisé par Niki Karimi (Iran)
  • Fu Zi, réalisé par Patrick Tam (Hong-Kong)
  • Izobrajaya Zhertvy, réalisé par Kirill Serebrennikov (Russie)
  • Jardins en automne (Jardins en automne), Mise en scène Otar Iosseliani (France, Italie, Russie)
  • aria salata, réalisé par Alessandro Angelini (Italie)
  • l'héritage réalisé par Temur Babluani Géla Babluani (Géorgie, France)
  • Voyage de Primo Levi, réalisé par Davide Ferrario (Italie)
  • Le Voyage en Arménie, réalisé par Robert Guédiguian (France)
  • Mon colonel, réalisé par Laurent Herbiet (France, Belgique)
  • Nacido y Criado, réalisé par Pablo Trapero (argentin, Italie, grande-Bretagne)
  • This Is England, réalisé par Shane Meadows (Grande-Bretagne)
  • Wu Qingyuan, réalisé par Tian Zhuangzhuang (Chine)

hors compétition

  • Après le mariage (efter Brylluppet), Mise en scène Susanne Bier (Danemark)
  • Les Ambitieux, réalisé par Catherine Corsini (France)
  • offset, réalisé par Didi Danquart (Allemagne)

événements spéciaux

  • Borat - leçons culturelles sur l'Amérique au profit glorieuse nation du Kazakhstan (Borat, leçons culturelles sur l'Amérique au profit glorieuse nation du Kazakhstan), Mise en scène Larry Charles (Etats-Unis)
  • Évadez en France, réalisé par Mario Soldati (Italie) - version restaurée CSC - Cineteca Nazionale
  • L'homme de la charité - Don Luigi Liegro, réalisé par Alessandro Di Robilant (Italie)
  • Les Happy Days (Nos jours heureux), Mise en scène Eric Toledano, Olivier Nakache (France)
  • Les souris et les hommes (Des souris et des hommes), Mise en scène Lewis Milestone (Etats-Unis)
  • obsession, réalisé par Visconti Luchino (Italie)
  • Rome, ville ouverte, réalisé par Roberto Rossellini (Italie) - version restaurée CSC - Cineteca Nazionale
  • Romolo e Remo, réalisé par Sergio Corbucci (Italie)
  • Subsonica contre Rossellini, réalisé par Subsonica (Italie)
  • Les Infiltrés, réalisé par Martin Scorsese (États-Unis)
  • voyage secret, réalisé par Roberto Andò (Italie, France)

extras

  • A Scanner Darkly - A Scanner Darkly (A Scanner Darkly), Mise en scène Richard Linklater (Etats-Unis)
  • Green Wing ala pobre, réalisé par Briccio Santos (Philippines)
  • american Vertigo, réalisé par Michko Netchack (France)
  • impressionnant; Je Fuckin « SHOT!, réalisé par Nathanial Hörnblowér (Etats-Unis)
  • black Gold, Réalisé par Marc Francis, Nick Francis (Grande-Bretagne)
  • Cashback, réalisé par Sean Ellis (Grande-Bretagne)
  • Checosamanca Andrea D'Ambrosio, Daniela Bassani, Andrea Segre, Francesco Cressati, Martina Parenti, Nicola Zucchi, Marco Berrini, Chiara Bellosi, Niccolò Bruna (Italie)
  • Cidade dos Homens, réalisé par Fernando Meirelles, Regina Casé, Paulo Morelli, Kátia Lund, Philippe Barcinski - (Brésil)
  • Deep Water - La course folle, dirigé par Louise Osmond, Jerry Rothwell (Grande-Bretagne)
  • La mort de Cattelan! Cattelan Hourra!, dirigé par Marco Penso (Italie)
  • Sur Mars Fascistes, réalisé par Corrado Guzzanti, Igor Skofic (Italie)
  • cri, réalisé par Pippo Delbono (Italie)
  • Herbie Hancock: Possibilities, réalisé par Jon Fine, Doug Biro (USA)
  • Fragiles héros, dirigé par Emilio Pacull (France, Espagne, Chili)
  • Histoire d'eaux, réalisé par Bernardo Bertolucci (Grande-Bretagne, Allemagne, France)
  • Le chat prend de bonnes souris, réalisé par Francesco Conversano, Nene Grignaffini (Italie)
  • Le monde lui, réalisé par Costanza Quatriglio (Italie)
  • Dans la file d'attente aux titres, dirigé par Riccardo Paoletti (Italie)
  • Jamal, réalisé par Luisella Ratiglia (Italie)
  • KALELDO, réalisé par Brillante Mendoza (Philippines)
  • Kinshasa Palais, réalisé par Zeka Laplaine (France, Dem. Rep. Du Congo)
  • Kurt Cobain A propos de Fils, dirigé par AJ Schnack (USA)
  • La Faute à Fidel, réalisé par Julie Gavras (France)
  • La vraie légende de Tony Vilar, réalisé par Giuseppe Gagliardi (Italie)
  • Le Dernier Caravansérail (Odyssées) 1. cruel fleuve, réalisé par Ariane Mnouchkine (France)
  • Le Dernier Caravansérail (Odyssées) 2. Origène et destins, réalisé par Ariane Mnouchkine (France)
  • Les moyens de recherche (de Luchino Visconti), réalisé par Giorgio Treves (Italie, France)
  • Ils meurent seulement ..., réalisé par Margherita Ferrandino, Giovanni Veronesi (Italie)
  • Okùnchiràn - urgence au Cambodge, réalisé par Emanuele Scaringi, Claudio Rubino (USA)
  • Un millier de miles loin ... (Qian li zou dan ji), Mise en scène Zhang Yimou (Chine, Hong Kong, Japon)
  • Reinassance, Christian Volckman (France, Grande-Bretagne, Luxembourg)
  • retour, réalisé par Giovanna Taviani (Italie, France)
  • Portrait d'inconnu - Marcellus Dominicus Vincentius, réalisé par Roberto Meddi, Gioia Magrini (Italie)
  • Sampras, réalisé par Luca Vendruscolo (Italie)
  • Tirelli Tailoring - Robe cinéma, réalisé par Gianfranco Giagni (Italie)
  • Dixie Chicks: Shut Up and Sing, dirigé par Cecilia Peck, Barbara Kopple (Etats-Unis)
  • Red Torpedo - L'histoire extraordinaire de Rubén Gallego, réalisé par Mara Chiaretti (Italie)
  • Sisters, réalisé par Marco Bellocchio (Italie)
  • spécial machinima, dirigé par Bernie Burns, verre Randall, Paul Marino, Alex Chan, boules Brody Condon * Torson, Ethan Vogt, Kaiwai, Mathieu Dubost (Etats-Unis, France, Suède)
  • Trois femmes morales, réalisé par Marcello Garofalo (Italie)
  • hommes forts, réalisé par Steve Della Casa (Italie)
  • Vospominanya ou Sayat Nova, dirigé par Levon Grigoryan (Arménie, Italie)

En collaboration avec le Tribeca Film Festival

  • La brume dans le Palm, dirigé par Lola Salvador, Carlos Molinero (Espagne)
  • Omaret Yacoubian, réalisé par Marwan Hamed (Egypte)
  • Le pont - Le pont du suicide (le pont), Réalisé par Eric Steel (USA)
  • Le Lew Rudin Way, dirigé par David Hoffman (USA)
  • Les bandes de guerre, réalisé par Deborah Scranton (USA)
  • Tierney Gearon: Le Projet Mère, dirigé par Jack Youngelson, Peter Sutherland (USA)

Alice dans la ville

hors compétition

En partenariat avec le Festival du Film de Tribeca - K1

  • Akeelah (Akeelah), Réalisé par Doug Atchison (USA)

En partenariat avec le Festival du Film de Tribeca - YA

  • Voyager avec Evie - Cours de conduite (leçons de conduite), Mise en scène Jeremy Brock (Grande-Bretagne)
  • Je suis Reed Fish, réalisé par Zackary Adler (USA)
  • Tout comme le Fils, réalisé par Morgan J. Freeman (Etats-Unis)

En collaboration avec Premiere

  • boog amis Open Season (open Season), Mise en scène Roger Allers, Jill Culton, Anthony Stacchi (Etats-Unis)

K12

  • Azur et Asmar (Azur et Asmar), Mise en scène Michel Ocelot (France)
  • Brave Story, réalisé par Koichi Chigira (Japon)
  • Je me appelle Elisabeth, réalisé par Jean-Pierre Améris (France)
  • Le Temps des porte-plumes, dirigé par Daniel Duval (France)
  • lisse, dirigé par Claudio Antonini (Italie)
  • U, réalisé par Serge Elissalde Grégoire Solotareff (France)
  • Vitus, réalisé par Fredi M. Murer (Suisse)

YA

  • 2 Filhos de Francisco, réalisé par Breno Silveira (Brésil)
  • Les Aiguilles Rouges, dirigé par Jean-François Davy (France)
  • Sipur Hatzi - Russes, réalisé par Eitan Anner (Israël)
  • Supervoksen, dirigé par Christina Rosendahl (Danemark)
  • nageurs, dirigé par Doug Sadler (États-Unis)

New Cinema Network

  • Blodbönd, réalisé par Arni Olafur Asgeirsson (Islande)
  • gaz, réalisé par Luciano Melchionna (Italie)
  • Le vent suo giro, réalisé par Giorgio Diritti (Italie)
  • Kontakt, réalisé par Sergei Stanojkovski (Allemagne, Macédoine)
  • MirrorMask, réalisé par Dave McKean (Grande-Bretagne)
  • New York, en attente, réalisé par Joachim Hedén (Suède)
  • pingpong, réalisé par Matthias Luthardt (Allemagne)
  • Teraz Ja, réalisé par Anna Jadowska (Pologne)
  • Trece Entre mil, dirigé par Iñaki Arteta (Espagne)
  • Wals Valse, réalisé par Mark De Cloe (Pays-Bas)
  • Vida couleur y, dirigé par Santiago Tabernero Palacios (Espagne)

Nuits italiennes

Le travail de l'acteur

hommage à Sean Connery

  • 007 - From Russia with Love (From Russia with Love) (1963)
  • Marnie (1964)
  • La femme de paille (Femme de paille) (1964)
  • 007 - Goldfinger (Goldfinger) (1964)
  • la Colline (La Colline) (1965)
  • Le Bowler et la Bunnet (1967)
  • les conspirateurs (Traître sur commande) (1970)
  • Zardoz (1974)
  • Le vent et le Lion (Le vent et le Lion) (1975)
  • L'homme qui voulut être roi (L'homme qui voulait être roi) (1975)
  • Robin et Marian (Robin et Marian) (1976)
  • Cinq jours d'un été (Five Days One Summer) (1982)
  • 007 - Ne jamais dire jamais (Never Say Never Again) (1983)
  • les intouchables (The Untouchables) (1987)
  • Forrester conclusion (La rencontre de Forrester) (2000)

Studio Acteur

  • Un chapeau de pluie (Une poignée de neige), Mise en scène Fred Zinnemann
  • Une place au soleil (Une place au soleil), Mise en scène George Stevens
  • Un tramway nommé désir (Un tramway nommé désir), Mise en scène Elia Kazan
  • Baby Doll - The Living Doll (baby Doll), Mise en scène Elia Kazan
  • arrêt de bus (arrêt de bus), Mise en scène Joshua Logan
  • Detective Story (Detective Story), Mise en scène William Wyler
  • Sur le front de mer (Sur le front de mer), Mise en scène Elia Kazan
  • Rebelle sans cause (Rebelle sans cause), Mise en scène Nicholas Ray
  • le divin (la Déesse), Mise en scène John Cromwell
  • Gun handed (Le Gaucher), Mise en scène Arthur Penn
  • Long Hot Summer (Long Hot Summer), Mise en scène Martin Ritt
  • Un mauvais homme (L'étrange), Réalisé par Jack Garfein
  • Les hommes en colère (Douze hommes en colère), Mise en scène Sidney Lumet

Prix

principaux prix

Le jury présidé par Ettore Scola Il a reçu les prix suivants:

  • Prix ​​Marco Aurelio pour le meilleur film: Izobrajaya Zhertvy, réalisé par Kirill Serebrennikov (Russie)
  • Prix ​​RomeFilmFest - BNL à la meilleure actrice: Ariane Ascaride - Le Voyage en Arménie, réalisé par Robert Guédiguian (France)
  • Prix ​​Festival - Chambre de commerce du meilleur acteur: Giorgio Colangeli - aria salata, réalisé par Alessandro Angelini (Italie)
  • Prix ​​Spécial du Jury: This Is England, réalisé par Shane Meadows (Grande-Bretagne)

Un prix spécial a été décerné à la mémoire de Gillo Pontecorvo, Il a disparu à la veille du Festival.

Côté prix

  • Prix ​​culte pour le meilleur documentaire sélectionné: Deep Water - La course folle, dirigé par Louise Osmond, Jerry Rothwell (Grande-Bretagne)
  • L.A.R.A. Prix (Association libre des représentants des artistes, sous la présidence de Moira Mazzantini) pour les meilleures performances, le choix des films italiens de toutes les sections: Ninetto Davoli - Un sur deux, réalisé par Eugenio Cappuccio (Italie)
  • Prix ​​Blockbuster pour le meilleur film de la section Première: l'inconnu, réalisé par Giuseppe Tornatore (Italie, France)
  • Premio Alice dans la section Ville K12: lisse, dirigé par Claudio Antonini (Italie) et
  • Premio Alice dans la section Ville Jeune adulte: Tout comme le Fils, réalisé par Morgan J. Freeman (Etats-Unis)
  • Prix ​​CinemAvvenire du meilleur film: This Is England, réalisé par Shane Meadows (Grande-Bretagne)
  • Prix ​​CinemAvvenire du meilleur court métrage: crackers, dirigé par Salvatore Allocca (Italie)

Les commentaires à la veille

La première édition du Festival du Film de Rome a été précédée par la controverse (plus ou moins réel), un battage médiatique sans précédent pour un festival de film italien (justifié par la nécessité de créer un nouveau « événement », tandis que Venise peut bénéficier glorieuse tradition), et il a bénéficié d'une couverture énorme médiatisée. En particulier, il a été discuté de la mise en place sur le calendrier du festival, à proximité des grands événements cinématographiques italiens, Venise et turin.

Quelques avis:

« La Fête de Rome pourrait ouvrir, plutôt que de fermer, l'espace et la disponibilité. Mais, avec les périodes de vaches maigres et la course futile, pour que cela se produise, il est essentiel qu'il y ait une volonté politique derrière elle ne se satisfait pas le succès éventuel de l'événement, mais l'utiliser pour multiplier les occasions culturelles. Parce que l'événement ne se transforme pas en un Big Bang qui pulvérise tout ce qui l'entoure « (Emanuela Martini, FilmTv)

« Beaucoup de l'offre, bien que le montant semble dépasser de loin la qualité. Manque en fait une adresse unique n'est pas l'auteur, puisque les grands (et petits) enseignants ont participé en masse le chemin de Venise. Ni le désir beaucoup vantée pour plaire au public, compte tenu de l'absence de blockbuster ou autre des titres à succès. « (Manlio Dolinar, libération 27.09.06)

« Ce sera un événement massif, un défi. Et, quoi qu'il arrive, sera une nouvelle expérience dans les festivals dégoulinant scène du cinéma mondial, expositions, vitrines: le public, pour la première fois, sera le protagoniste (...) Certains, quant à lui, fait valoir qu'il ne se sentait pas le besoin encore une autre vitrine de film. (...) Mais il ne faut pas oublier que l'offre de cinémas génère une demande. (...) il retournera pour y aller que l'industrie du cinéma économie italienne qui représente une voix très importante « (Gloria Satta, le Messager 10/10/06)

« Vous écrivez Festival, dit marché. (...) en Italie Recréer un grand marché d'automne pour prendre la place de Mifed, pourris et puis finalement frappé il y a trois ans par le décalage des dates American Film Market. (...) Il y a un défi provincial est un défi mondial « . (Fabio Ferzetti, le Messager 11/10/06)

événements parallèles

au House of Jazz Ils ont eu lieu des concerts thématiques sur le cinéma et la fusion de jazz, rappelant notamment les compositeurs italiens de musique de films liés au jazz: Armando Trovajoli, Piero Piccioni, Piero Umiliani. Les dons ont été faits au cours de plusieurs concerts, comme Enrico Pieranunzi, Valentina Piccioni, Luca Ruggero Jacovella, Dino et Franco Piana.

Accident sur la ligne A du métro de Rome

Cette première édition du festival a été marquée par un incident le 17 Octobre 2006 il y a eu une choc entre deux trains sur la ligne A, qui a coûté la vie d'une femme et blessé plus de 200 personnes. Cet événement a changé le programme du Festival, en particulier le jour même de la tragédie[1].

Le budget final

de plus de 150 000, 480.000 visiteurs du village et montre le nombre officiel de morts en nombre est d'environ 169 films de 32 pays différents, 650 projections de 23 écrans, 56.000 billets vendus, un nombre total de téléspectateurs estimés (sel public accrédité, ANEC) ( Bertolucci, Visconti, Parti numérique, Rossellini), 6837 accrédité[2].

sur messager, journal Rome, ont exprimé des commentaires très positifs sur le succès du festival:

  • « Ce festival du film était vraiment cinéma. Dans le sens le plus large du terme. (...) il est du pur cinéma ont mobilisé une ville autour du travail social, économique et artistique de la fiction. (...) Oui, il était un vrai régal. Une partie toute italienne. Sans la rigueur de Berlin, sans grandiloquence française de Cannes, mais avec l'âme de cette ville, très italienne, où l'impossible devient incroyablement possible. « (Enrico Vanzina, 21 octobre 2006).
  • « L'événement pendant dix jours a impliqué toute la ville, du centre vers la banlieue, la » haute culture » et de divertissement populaire, des films d'art et du public (...) Et la ville a répondu, entassement les salles et accepter le film sympathiquement, ses personnages, ses émotions. (...) le Festival de Rome a eu le mérite d'attirer l'attention des semaines sur le cinéma: pas un « panda pour sauver » mais vivant une industrie qui a ses racines dans la capitale (...) À l'avenir, pourrait bien changer les dates, comment voulez-vous que quelqu'un, vous pouvez corriger les défauts et mettre en évidence le bien-fondé de la première édition. Mais le festival est déjà un défi réussi de la culture romaine et italienne, a fait du bien au cinéma et a renforcé l'image de la capitale dans le monde. « (Gloria Satta, le 22 Octobre 2006).
  • « (...) à la fin, bien que ceux de Rome sont appelés » hiboux », le festival a été un succès. Il a travaillé les cocktails vedettariat et enquête thématique. La cohabitation entre l'étoile de la passerelle et du cinéma fort, ou, comme on disait, « occupé », le film qui pourrait ne pas plaire à ceux à l'image aseptisée d'aujourd'hui et irréaliste. Ce festival a lancé un défi qui engagera tous ceux qui aiment non seulement le film, mais la culture en général: le défi sur la nécessité d'investir dans la culture, non seulement le talent des individus ou des institutions, mais aussi les talents compris que l'argent, les installations, les possibilités industrielles. « (Giancarlo De Cataldo, 22 octobre 2006)
  • « (...) après la première édition, un spécial » numéro zéro », beaucoup de choses peuvent être améliorées. Le festival populaire, promenade en soirée, le nombre de visiteurs ne devrait pas être un point d'arrivée mais un point de départ. Si à Rome il y a tant d'intérêt potentiel pour un film différent de ce qui vient dans les multiplexes, nous devons travailler (...) toute l'année, pour former le goût, l'expertise, l'amour du bon cinéma, que temps en Italie était vraiment populaire et a fait quelques décennies est l'apanage de quelques-uns. La ville ne demande pas mieux. La fête, peut-être, vient de commencer. « (Fabio Ferzetti, le 22 Octobre, 2006)

D'autres avis de la presse:

  • Roberto Silvestri, sur manifeste (22 Octobre 2006) a pris la critique de la presse étrangère, le « syndrome de Néron » (l'affichage de millions d'euros dans l'hospitalité et des récompenses promis de ripper les films aux concurrents), rampante « localisme » (le nombre des films italiens dans le programme), le choix des films déjà présenté à Tribeca, Toronto et presque simultanément à Londres.
  • Emanuela Martini, de FilmTv écrivit à la place que « la compétition a été un peu étouffé par l'importance accordée (depuis l'organisation maintenant) plus d'âme divistica et festive de l'événement, accessoire et non central à une immersion brillante dans les images les plus captivantes du cinéma. »
  • « (...) plutôt que de contaminer l'idée traditionnelle du festival, à Rome superposer différentes idées d'événements. (...) Ce n'est pas contaminée, il est une « nuit blanche » qui dure dix jours. Il est une nouvelle façon de comprendre les loisirs. Si vous aussi devenir une nouvelle façon de cinéma compréhension (et donner un nouveau sens au cinéma, qui était alors le vrai pari veltroniana), il reste à vérifier. « (Paolo Mereghetti, Ciak, Novembre 2006)

Les voix les plus critiques provenaient du réseau:

  • « Le maxievento qui était censé apporter Rome au centre de l'attention des médias que la même intelligentsia culturelle si bien qu'il dépensait pour jeter un cône d'ombre sinistre de Venise, a dû frayer un chemin, écrasé par le poids de ses propres ambitions, et aux prises avec des dysfonctionnements structurels qui pourraient être réajustés seulement au prix d'une refonte radicale des lieux, des espaces, des moments' (Sergio de Lino, Cinemavvenire.it)
  • « A Festa terminé: le carrousel d'impression et tivvù (Roma a remporté à Venise, est le refrain) suggère un aperçu des jeux de pouvoir complexes qui contrôlent l'événement et, en même temps, il réitère son échec complet. Bad premier. « (Emanuele Di Nicola, non pardonné)

notes

liens externes

prédécesseur Festa del Cinema à Rome successeur
Cinéma. Festival International du Film de Rome 2006 Cinéma. Festival International du Film de Rome 2007