s
19 708 Pages

la parabolani, ou mieux Parabolani (Grec Παράβολοι, Paráboloi, ou Παραβολᾶνοι, Parabolánoi, qui vient de παραβάλλεσθαι τὴν ζωήν parabállesthai Dix Zoen « Risquer leur vie »; les parabolani sont donc « ceux qui risquent leur vie »), étaient membres d'une secte qui dans l'église primitive se livraient sous serment à soigner les malades, en particulier les lépreux, et enterrement des morts, dans l'espoir de mourir pour le Christ.

histoire

Il a été affirmé, sans preuves suffisantes, que la fraternité est née au cours de la peste de Alexandrie pendant l'Épiscopat de Denys d'Alexandrie (Deuxième moitié du troisième siècle). Cet événement est la justification de leur nom: ils ont risqué leur vie pour être exposés à des maladies contagieuses. En plus d'effectuer des œuvres de miséricorde ils ont également fait la garde du corps l'évêque.[1]

Leur nombre n'a jamais été aussi grand. Une loi promulguée en 416 limite leur nombre à 500 dans l'ensemble Alexandrie.[2] Puis, avec une nouvelle loi deux ans plus tard, leur nombre a été porté à 600. Constantinople, le nombre a été ramené de 1100 à 950 éléments.[3] Les parabolani ne sont mentionnées plus après l'âge de Justinien.

Même si leur choix et leur contrôle ont été faites par l'évêque, Codex Theodosianus Il les met sous la supervision de Praefectus Augustale (extraordinaire gouverneur romain de l'Egypte). Ils avaient ni ordres ni vœux, mais ils ont été énumérés dans le clergé et jouissaient de privilèges et immunités du clergé. Leur présence aux réunions publiques ou dans les théâtres était interdit par la loi. Parfois, il y avait un rôle très actif dans les conflits ecclésiastiques, comme dans Concile d'Éphèse: Ici, battu plusieurs évêques qui pourraient opposer leur évêque, Dioscore.[1]

dans le film

Dans la fiction cinématographique Agora (Mise en scène par le réalisateur espagnol Alejandro Amenábar en 2009) le parabolani sont la frange fanatique des disciples de l'évêque Cirillo, et son aile armée. Dans le film de fiction organiser le meurtre du protagoniste: le philosophe, mathématicien et astronome Hypatie.

notes

  1. ^ à b (FR) « Parabolani » à « encyclopédie catholique », newadvent.org. Récupéré le 3 Mars, 2010.
  2. ^ Codex Theodosianus XVI, 2,42.
  3. ^ Codex Justinien I, 2, 4.

liens externes