s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche de l'ordre chevaleresque nazi, voir Ordre teutonique (nazisme).
Ordre teutonique
Croix Ordre teutonique
Ordre teutonique
Drapeau Teutoniques
Ordre teutonique
Drapeau du Grand Maître de l'Ordre teutonique

L 'Ordre teutonique ou, dans sa définition complète, ORDRE HOSPITALIER des Frères de la Maison Sainte-Marie de la teuton à Jérusalem (en latin Ordo Fratrum Domus Sanctae Mariae Hospitalis Teutonicorum à Jérusalem ou Ordo teutonicus; en allemand Orden der Brüder vom Deutschen Haus St. Mariens à Jérusalem ou Deutscher Orden; initiales O.T.) Il est un ancien ordre monastique militaire et né à l'hôpital Terre Sainte au moment de troisième croisade (Avec les Jérusalem et temple) Par un Allemand (de Brême et Lübeck) Pour aider pèlerins de Allemagne.

Jusqu'à la perte de Acres en 1291, le principal théâtre des opérations des chevaliers teutoniques était la Terre Sainte. Cependant, dès la deuxième décennie du XIII siècle Ils ont travaillé en Europe de l'Est, d'abord en Transylvanie, pour protéger Royaume de Hongrie des raids nomades Cumaeans à la demande du roi Andrew II de Hongrie, puis sur la côte baltique, dans la région, il est étirait au nord-est des territoires polonais. Ils ont contribué à un vaste travail de conquête et christianisation des territoires occupés par les tribus baltes, la plupart du temps païens, qui a commencé au siècle précédent avec le soi-disant croisades du Nord. Les Chevaliers Teutoniques ont commencé un programme de conquête qui, dans un siècle, les a amenés à subjuguer un vaste territoire; les habitants païens ont été convertis ou exterminés et organisé l'immigration massive de paysans allemands.[1]

Leur domination dans la région les a plus tard à la fois à l'affrontement avec les Russes orthodoxe de Pskov et Novgorod (la bataille sur la glace Il a été montré, mais avec différentes inventions et inexactitudes historiques dans le film Aleksandr Nevski) Que la Pologne et la Lituanie. Ce dernier, dirigé par le roi Ladislao II Jagellon, ils infligent une lourde défaite dans la Bataille de Tannenberg (o Grunwald) le 15 Juillet 1410. A la fin de Guerre de Treize Ans, la Le second traité de Toruń Elle a réduit la domination territoriale de l'Ordre que Prusse orientale (En plus d'autres biens mineurs sur le territoire allemand) et le statut de vassal de la couronne polonaise.

en 1525 la trente-septième grand maître ordre, Albert de Hohenzollern-Ansbach, converti en luthéranisme et il sécularisé les possessions de Prusse, prenant le titre de duc de Prusse. Comment survivre l'Ordre était en possession de certains territoires du Saint-Empire romain et la Livonia, droite, indépendamment de la branche Livonien, qui en 1561 était à son tour dans laïque Duché de Courlande.

L'Ordre a été officiellement supprimée par Napoleone Bonaparte en 1809 mais plus tard il a été restauré par Habsbourg. Il a été réformé en 1929 de Saint-Siège qui lui a fait une ordre de chanoines réguliers pour soin des âmes et des œuvres de charité.

histoire

Ordre teutonique
Carte des territoires de l'Ordre teutonique en 1260.
Ordre teutonique
Extension de l'ordre Teutonique en 1300.
Ordre teutonique
Carte des territoires de l'Ordre teutonique en 1410.
Ordre teutonique
Carte des territoires de l'Ordre teutonique en 1466.
Ordre teutonique
Château de Malbork (Marienburg)
Ordre teutonique
La conquête de Pskov par Teutoniques (1241) Dans le film soviétique Aleksandr Nevski directeur Sergej Michajlovic Ėjzenštejn (1938).

La fondation et les croisades

Hermann von Salza Il a servi comme quatrième Grand Maître des Chevaliers Teutoniques de 1209 un 1239. Il semble que l'origine de la date de commande retour à 1099, quand un coureur allemand blessé lors des combats pour la prise de Jérusalem Il était assisté et pris en charge par un couple de pèlerins allemands, probablement des marchands, qui ont décidé plus tard de se consacrer, avec la bénédiction du Patriarche de Jérusalem, activité d'accueil et les pèlerins, la fondation d'un petit hôpital avec des quartiers invités et une chapelle dédiée à Vergine Maria. L'hôpital a été détruit en 1187 avec la chute de Jérusalem. Après la chute de la ville a été appelée la troisième croisade, et le 1er Septembre 1189 55 navires transportant des Croisés allemands amarrés à Acres, une ville portuaire située dans la partie nord de l'État d'Israël. Certains d'entre eux ont construit un hôpital de campagne en utilisant l'un des voiles d'un navire et se sont consacrés à la prise en charge des blessés jusqu'à leur retour quand ils ont quitté l'hôpital deux à qui au fil du temps religieux allemand, ont été rejoints par d'autres, qui ont agrandi en achetant un sol et construit un bâtiment avec une chapelle fixée et constituant l'ordre de Fratres domus Sanctae Mariae de Teutonicorum à Jérusalem. Le 6 Février, 1191 l'ordre a reçu l'approbation et la protection du souverain pontife Clément III. La règle suivie par les membres de l'ordre était celui de Hospitalières Chevaliers de Saint-Jean à Jérusalem. Le 21 Décembre, 1196 ont été confirmées les possessions du temps de l'ordre et de l'avenir. En 1197, il aurait dû être une croisade menée par l'empereur Henry VI. Quand il est mort, les chevaliers qui l'avaient précédé retournés à la Terre Sainte, mais avant de revenir a décidé de transformer l'ordre dans un ordre chevaleresque de la protection des tâches de pèlerins. L'activité religieuse poursuivie après la règle des Hospitalières et l'armée a adopté la règle des Templiers.

Les territoires de l'Ordre (1225-1250)

Le pape Innocent III Il a confirmé le changement le 19 Février, 1199 et religieux a été donné le manteau blanc avec une croix noire. En 1221, papa Onorio III parificò l'Ordre Ordre teutonique des Templiers et des Hospitaliers. A la suite des dons substantiels et répétés l'ordre se propager très rapidement: de deux cent un trois cents le nombre de commanderies (nom donné aux maisons de l'ordre) a augmenté à raison d'une fois, mais souvent 3 ou 4 par an; en 1300 étaient environ 300 diffusion Terre Sainte, Chypre, Grèce, Italie, Espagne, en Saint-Empire romain, en Pays-Bas et la région baltique.

La colonisation de l'Europe de l'Est

en 1191 l'Ordre a abandonné le dernier bastion de la Terre Sainte et a commencé à la recherche d'un emplacement Europe. en 1211 Andrew II de Hongrie Il a offert en échange d'un soutien militaire contre la population nomade et païen de Cumaeans, sur le territoire de Burzenland Transylvanie (en allemand siebenbürgen). L'ordre établi un Etat indépendant et a commencé une activité intense colonisation et évangélisation mais dans 1225 Andrea II, effrayé par la naissance d'un Etat dans son royaume, jeté par l'ordre 'Hongrie.

La deuxième tentative de colonisation d'une zone géographique était plus efficace; Après quelques tentatives avortées de conquête des territoires occupés par Pruzzi, Conrad de Mazovie Il a demandé le soutien militaire de l'Ordre en offrant en échange de territoires. Hermann von Salza (Hermann von Salza), Grand Maître Teutonique, puis a envoyé un détachement sur Vistula en 1229.

La puissance des soldats de l'Ordre teutonique se composait de lait, des œufs, de la soupe de flocons d'avoine et de l'eau. aider les collectivités ne pouvaient pas faire un spectacle de blason, ni chasse (sinon les loups et les ours). Les châteaux ont été érigés dans la pierre - et XIVe siècle en brique - et ce fut d'une importance capitale.[2] était important également l'utilisation de arbalète et catapulte, parce qu'il a permis de se défendre avec des contingents plus petits.

Ayant à l'esprit l'expérience passée avec le roi de Hongrie, le Grand Maître de l'été fait Hermann von Salza pour confirmer les droits sur les territoires conquis par bulle d'or Rimini émis par l'empereur Federico II et bulle d'or de Rieti émis par papa Gregorio IX. Les deux garantis qu'après la conquête des territoires et la conversion religieuse balte ceux-ci seraient affectés à l'Ordre, garantissant la souveraineté de l'Ordre teutonique et son grand maître du rang prince Imperial.

La campagne de soutien au duc polonais a commencé en 1226. Conrad, après une longue hésitation, à travers le contrat Kruschwitz (1230) Affecté à ordonner la ville et le territoire de Kulm (Chelmno).

Apogée et décadence

en trente années du XIIIe siècle, immédiatement après l'annexion de Kulm, l'Ordre a donné une forte impulsion à la colonisation allemande Prusse orientale (Marienwerder, Elbing etc.), ce qui porte la catholicisme de plus en plus à l'Est et d'absorber les Chevaliers de l'Epée (1237). Dans ces mêmes années ont passé définitivement sous le contrôle du Livonia et Lituanie. en 1241 Ils ont uni leurs forces à celles de la Pologne pour tenter de contrer les hordes mongoles menées par Batu; la bataille qui a suivi a pris fin par une défaite sanglante pour les forces de la coalition et le duc de même Slesia Enrico a perdu sa vie dans l'affrontement, qui a eu lieu en Legnica, près de l'actuelle Wahlstadt.
En espérant que les invasions suédoises et mongols avaient sapé le pouvoir des Russes membres, les Chevaliers Teutoniques ont attaqué la proximité République de Novgorod et occupé Pskov (en allemand Pleskau) Izborsk et à l'automne Koporye 1240. Quand ils ont menacé le même Novgorod, Les citoyens ont rappelé dans les années vingt villes de Prince Alexander Yaroslavich, qui ils ont été confinés à Pereslavl l'année précédente. Au cours de la campagne de 1241, Alexander a réussi à reprendre Pskov et par Koporye Croisés. Après avoir entendu que les envahisseurs germaniques avaient brûlé les enfants de pieu, Alexander a dit, en prenant en otage des chevaliers et par pendaison quelques marques (personnes locales alliées avec le teutonique) et les soldats estoniens. au printemps 1242, les chevaliers teutoniques anéantit un détachement dans la ville de patrouille de l'armée Novgorod environ 20 km au sud de la forteresse Dorpat (Tartu). Vous songez à obtenir une victoire facile, dirigée par l'évêque de Prince Hermann von Buxhoewden la Évêché de Dorpat, les chevaliers et leurs troupes auxiliaires composées des Estoniens Ugauni ont rencontré les forces d'Alexandre au passage étroit qui relie les parties nord et sud (appelé lac Pskov) de lac Peïpous, 5 avril 1242, mais l'attaque terminée tristement vers la la défaite du lac Peïpous, à Vybiti. Cette défaite des chevaliers Ordre marque un revers dans leur expansion vers l'est.
La conquête de Königsberg (1255), Elle sera suivie dans les décennies qui ont suivi immédiatement l'occupation de toute la Prusse orientale et une grande partie de la Poméranie. Réprimée l'insurrection des Prussiens 1260, Chevaliers, déjà célèbre pour les méthodes brutales qui ont imposé la conversion au christianisme, ont procédé à une large extermination des peuples baltes, la plupart du temps remplacés par des colons allemands.[3]
en 1283 Il a terminé la conquête et l'évangélisation de la Prusse. en 1309 a été acheté le Pomerelia au détriment des Polonais et l'Ordre a déplacé sa capitale dans cette même année Marienburg, près de la ville de Gdansk. L'apogée de la puissance de l'Ordre a été atteint au cours de XIVe siècle, quand il a été achevé la conquête de la Livonie (ville Narva et Reval) Et la Lituanie ont été annexées quelques grands centres urbains, y compris la ville de Kaunas. en 1346 l'Ordre a acquis le 'Estonie Danemark.[4] L'expansion maximale de l'ordre a eu lieu avec des achats de Neumark en 1402 et Samogitia en 1404.

A son apogée, l'Ordre possédait un vaste état souverain des bords de la Vistule a atteint à tous 'Estonie:

  • en Prusse (1230: Elbing (1212), Marienburg (1274-1460), Braunsberg (1240-1466), Marienwerder (1233-1525), Königsberg (1255), Wehlau (Znamensk), Tilsit (Sovetsk), Allerstein (1348; Olszytyn), Graudenz (1220-1466; Grudziadz), Insterburg (1336; Cernjachowsk), Ermland (1243-1466), Tannenberg, Lübau, Rüdau, Löchstadt, Fischhausen, Frauenberg;
  • dans Zemaitija (1384): Goldingen (Kuldiga), Memel-Menzelburg (1252; Klaipeda), les carrières d'ambre Palmicken;
  • en Courlande (1230): Riga (1201-1561), Uxhüll, Kokenhausen, Jelgava, Rahden, Windau (1378; Ventspils), Mitau, Dünaburg (Daugavpils);
  • en Livonia (1237-1561): Dorpat (1224-1558; Tartu), Wenden (Cēsis), Lemsal, Wolmar, île Gotland (1398-1408), Libau (1263-1418; Liepāja);
  • en Estonie (1346): Reval (1228-1237, 1346; Tallinn) Pernau (1250-1562; Pärnu), Maholm, Narva (-1558), Wiek, Dago, île Osel (1227; Saaremaa);
  • en Lituanie (1398): kauen (1362-1469; Kaunas) Welun;
  • dans Pomerelia (1310): Gdansk (1309-1454), Oliwa, Dirschau, Konitz, Bülow, Zarnowitz, Schwetz, Pelplin, Neuenburg, Stargard;
  • dans Kulmerland (1328): Kulm (1226-1466; Chelmno), Kulmsee (1251-1466; Chełmża), Thorn (1231-1328, 1343-1454; Torun), Gollob, Strasbourg, Włacławeck (1100);
  • dans Neumark (1402): Küstrin, Driesen.

Le 15 Juillet 1410 L'Ordre a subi une défaite mémorable Tannenberg, en Prusse orientale, le travail de polonais Lithuaniens et depuis lors, a commencé un processus rapide de déclin, culminant avec traité de Toruń (1466). Avec cet accord, l'ordre Teutonico a réussi à garder sous son contrôle que les territoires de Prusse, mais avoir à reconnaître la souveraineté nominale du roi de Pologne sur eux. Il a finalement été fermé une époque.

en 1525 Albert de Brandebourg, Grand Maître par 1511, rejoint le réforme et mettre en œuvre le laïcisation Ordre des marchandises: avec le traité de Cracovie a été reconnu duc héréditaire de Prusse, qui passait bien à la maison Hohenzollern mettre un terme à l'État teutonique. l'Ordre teutonique Après trois siècles a perdu sa souveraineté à son grand maître est restée la dignité de prince Imperial. Cependant l'ordre étaient nombreux domaines impériaux et propriétés en Allemagne. Au grand maître lui a donné la concession impériale d'avoir la dignité de l'empire prince-abbé avec la dignité de cardinal et la priorité sur tous les évêques et abbés. Le siège de l'ordre a été déplacé à Mergentheim en 1526, l'esprit Grand Maître a sa résidence du château Ellingen au nord de Wissembourg. Ainsi, il a été réorganisé en 12 provinces et bailliages (Balleien) Qui a étendu à tous les fiefs impériaux allemands:

  • Thuringe avec les trois commanderies de Zwaetzen, Lehesten, Liebstedt; Il avait le comté de Hohenstein;
  • Autriche 10 commanderies et 7 paroisses, ayant le droit de vote à Reichstag;
  • Hesse, dont le siège est à Mayence puis Wetzlar (1693) et ayant 6 commende Marburg, Mayence, Gelnhausen, Marienburg, Wetzlar, Allemagne);
  • Franconia avec le siège afin Mergentheim et ayant commende 18 et 12 paroisses et le droit de vote au Reichstag (Münnerstadt, Eschenbach, Sachsenhausen Ehrenstein, Waldstetten, Gelchsheim, etc.);
  • Coblence comprenait les commanderies provinciaux Cologne, Anvers, Coblence, Muffendorf, Il prend la Rheinberg et, avec le droit de vote au Reichstag;
  • Lorraine avec 6 commende et les joints de Rachtig et Tammels;
  • Alsace et la Bourgogne avaient 9 commende dont le siège est à Altshausen droit de vote au Reichstag (1729): Comté de Bonndorf, Mainau, Beuggen, Horneck, Neckarsulm, Heilbronn, Blumenfeld, Kuesselburg, Graefenhausen, Uehlingen, Merdingen, Lauchheim, Kapfenburg, Bodenburg ;
  • An der und im Gebirge Etsch ( « L'Adige et les montagnes ») sur la base de Bolzano et ayant 5 commende et 5 paroisses;
  • Utrecht, appartenant à la branche protestante de l'ordre (indépendamment de 1637);
  • Alten Biesen dont le siège est à suzerain, ayant 13 commende;
  • Saxe avec 5 commende;
  • Westphalie avec 6 commende et 3 communes (Morsbroich-Leverkusen).

Même l'ordre Teutonique n'a pas été épargnée par sécularisations Napoléonienne. Toujours membre de l'Ordre des Princes, en 1801, il est épuisé de tous les lieux de riches possessions sur la rive gauche du Rhin, perdant ainsi une grande partie de son chiffre d'affaires. Néanmoins, il a reçu une compensation dans les différents chapitres, abbayes et couvents immédiats en Autriche et souabe. Les tentatives du dernier grand maître souverain, Carlo Ludovico d'Autriche, d'acheter la dignité Grand Électeur sont frustrés par la dissolution en 1806; Ordre a été finalement aboli en tant qu'entité politique en 1809.

L'ordre Teutonique contemporain

Ordre teutonique
Blason de Grand Maître Teutonique

L'Ordre, réduit à son activité hospitalière initiale, continue d'exister dans Autriche. seulement à partir 1834 Il a de nouveau appelé de manière officielle Deutscher Ritterorden (Ordre des « chevaliers teutoniques »). À partir de 1804 Il a été administré par les membres de la dynastie des Habsbourg jusqu'à sa démission en 1923 Grand Maître Archiduc Eugenio d'Autriche. Cependant, le soupçon que l'institution devait provoquer la monarchie des Habsbourg n'a pas manqué et le teuton ont souffert en 1938, en dépit de la transformation réussie dans un ordre religieux et non militaire, la persécution des nazis notoirement défavorables à la maison d'Autriche, la qui ils ont supprimé l'ordre dans les territoires autrichiens et Bohême-Moravie (1939).

L'ordre Teutonique 1929 Il a été transformé en ordre canonique. Aujourd'hui, l'Ordre est donc une structure purement religieuse de droit pontifical, même si son grand maître, avec dignité abbé mitré, peut accorder la dignité chevaleresque équestre aux gens du rang le plus élevé: la fons honorum, teneur des statuts de 1929, est directement celui de la romaine pontife. Les concessions, extrêmement limitées, sont divisés en chevaliers d'honneur et Familiares ou Marian Knights, qui ont le statut canonique ecclésiastique de Tiers Ordre de l'Ordre Teutonique à la règle augustinienne: ont l'obligation de fonder sa vie aux préceptes évangéliques et le devoir de réciter le chapelet tous les jours.

jusqu'à ce que 1929 Ils ont fourni des preuves aristocratique très rigide pour l'accès à l'ordre, de sorte qu'il était nécessaire que les titres nobles étaient l'émanation directe impériale; Aujourd'hui, la fonction noble est en partie perdue, bien qu'il reste le besoin d'appartenir à des classes sociales importantes absolues et, bien sûr, faire preuve d'un fidèle catholique dans tous les procès. En ce sens, l'Ordre teutonique, par ses canons et chevaliers continue de recueillir la fleur de 'aristocratie Catholique (compris dans un sens purement aristocratique, mais aussi culturelle, scientifique, théologique, littéraire) dans ses commanderies.

La robe des canons se compose d'une robe noire et un manteau blanc avec la croix noire avec des bords argentés; comme décoration porter une croix pectorale au triple cordon noir et une croix en forme de broche teutonique croix sur la poitrine gauche. pour Familiares le revêtement est noir avec croix germanique brodé sur l'épaule gauche; La décoration est une licence croix latine, noir avec des bords blancs, porté suspendu à un arc, demi-cou en argent noir et demi.

L'admission à l'Ordre, comme mentionné, est une manifestation des pouvoirs résiduels du Grand Maître équestre accordées par les statuts approuvés par le Saint-Siège. Cependant, ceux-ci sont des concessions sporadiques: dans le monde entier les Chevaliers sont des dizaines, les derniers gardiens d'un patrimoine de près de mille ans chevaleresques croisade Europe et Terre Sainte. Les offres de commandes avec pastorale paroissiale et il gère les hôpitaux, les écoles, les collèges pour les étudiants et les maisons de soins infirmiers: Exploite en Autriche, Allemagne, République tchèque, slovénie, Slovaquie et Italie (Rome, Sicile et Tyrol du Sud): En 2005, comptait 35 maisons et 81 profès, dont 65 prêtres.[5]

Dell'Ordine il y a aussi la branche féminine du Sœurs de la Charité de l'Ordre teutonique qui, seul dans le paysage canonique, reconnaître le même haut de la branche masculine en la personne du Grand Maître.

Le siège que de l'Ordre teutonique est Vienne dans Singerstrasse, 7 près de la St. Stephen. A la même adresse, vous trouverez le secrétariat et le grand enseignement. Le grand maître de 1923 Il est toujours un moine prêtre (canon) et est actuellement Mgr. Bruno Platter. Son élection est confirmée par le Saint-Siège et a le droit de porter les insignes et le rang abbé mitré. L'ordre est actuellement disponible uniquement en Europe et n'a pas d'autre type de représentation dans le reste du monde. Il est divisé en bailliages, dont certains sont sous leur juridiction de Commende. Le Bureau du Procureur général du Saint-Siège dans la Via Nomentana de Rome, 421 Bailliage de l'Italie pour Familiares ou Marian Knights est le « Bailliage à Tiberim », à Rome, via Sant'Eufemia, 21. Une distance plus de 500 ans, le grand Maître Bruno Platter par décret du 8 Décembre 2009, solennité de l'Immaculée Conception de Marie, Patronne de la Sicile, a sanctionné le retour de l'Ordre en Sicile, avec la création de la commanderie autonome de Santa Maria degli Alamans . Du 17 Octobre 2013, le commanderie de l'Ordre teutonique en Sicile a son siège permanent à l'église du Sacré-Cœur à Monreale.

places

Influences dans les médias

cinéma

  • Aleksandr Nevski (Александр Невский), Mise en scène Sergej Michajlovic Ėjzenštejn (1938)

littérature

  • Guido Cervo Trilogy Teuton:
    • La croix perdu, Piemme, 2010
    • La bataille sur le lac gelé, Piemme, 2011
    • La secte des Noirs capes, Piemme, 2013

notes

  1. ^ Alessandro Barbero, Frédéric le Grand, éditeur Sellerio Palerme, 2007, p. 25, ISBN 88-389-2225-X.
  2. ^ E. Christiansen, Les Croisades du Nord, Londres, MacMillan, 1980
  3. ^ Renato Augusto Maison et Fabietti, histoire Éléments Vol. III, Zanichelli, chapitre 0.9, p XXIX.
  4. ^ Niels Skyum-Nielsen, Histoire médiévale danoise Saxo Grammaticus, Musée Tusculanum Press, 1981, p. 129 ISBN 87-88073-30-0.
  5. ^ Les données statistiques rapportées par 'Annuaire Pontifical pour 2007, Cité du Vatican, 2007, p. 1452.

bibliographie

  • Arena Leonardo Vittorio, Les guerriers spirituels.[des données incomplètes]
  • Pierluigi Romeo Colloredo, Les Chevaliers de la Croix Noire. Le Ordensbuch 1264: statuts et règlements de l'Ordre teutonique.[des données incomplètes]
  • William Urban, Les Chevaliers Teutoniques, traduction de Rossana Macuz Varrocchi, 2de, Gorizia, Libreria Editrice Goriziana 2007 [2003], ISBN 88-86928-99-8.
  • Peter Dusburg, Chronique de la terre de Prusse (1326), face texte latin, traduction et commentaire de Piero Bugiani, CISAM, Spoleto 2012.
  • Piero Bugiani, Les chevaliers teutoniques. Cruauté des païens et une vie exemplaire de Fratres, dans « Noblesse. Magazine héraldiques, Généalogie, Ordres de Chevalerie », 100 (2011), pp. 89-104.
  • Piero Bugiani, Sur la Prusse Criwe et sa préhistoire, dans "Res Balticae", 12 (2012), pp. 25-37.

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Ordre teutonique
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Ordre teutonique

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR133732800 · LCCN: (FRn50068830 · GND: (DE1017688-3 · BNF: (FRcb120082180 (Date)