s
19 708 Pages

en héraldique, la charges Ils sont tous les graphiques qui sont tirés sur le champ de protection. Ces éléments graphiques peuvent être divisés en deux groupes distincts: ceux qui ont une position fixe, et, en principe, des proportions constantes, et ceux qui peuvent être insérés dans une position quelconque et sont dits, par conséquent, meubles.

Les éléments qui ont une position fixe sur le terrain sont les soi-disant pièces honorables, tout en restant mobile comprennent pièces héraldiques et figures héraldiques. Un sous-groupe particulier de pièces honorables est constitué par les taches dites diminué à-dire ceux qui sont dérivés à partir des morceaux de dames, qui ont la forme mais avec des dimensions réduites pour permettre la présence sur le bouclier dans le numéro d'unité supérieure. En général, une diminution des morceaux, pris ensemble, occupent le même espace occupé par Mme pièce dont ils dérivent.

la charges constituent un groupe d'éléments si variés et si nombreux que, au fil du temps, il y a eu de nombreuses tentatives de classification. Ces tentatives suivies de deux tendances:

1ère tendance: classification en fonction des caractéristiques observables exprimées (Défini par « compréhension ») tels que:

  • la pièces: Formes géométriques qui sont divisés en:
    • pièces honorables ou « premier ordre », qui ont un endroit fixe sur le bouclier, et
    • pièces ordinaires ou des éléments « second ordre » caractérisés par une forme géométrique
  • la chiffres, figures stylisées des objets, des plantes, des animaux, des animaux chimériques, etc., qui peuvent être placés dans une très variable sur l'écran ou sur une pièce.

2ème tendance: Classification consiste en une énumération plus ou moins exhaustive (définie par « extension »), probablement basé sur un recensement des utilisations enregistrées dans les armoiries ou transmises par la tradition, tels que:

  • pièces héraldiques
    • pièces honorables: bande, bar, anulingus, campagne, tête, échelon, croix, bande, inescutcheon, siège Franco, pôle, croix de Saint-André
    • morceaux de deuxième ordre: canton, soufflet, lambello, ourlet, pergola, cheminée, pointe, grillé
    • patches de troisième ordre: bezant, bezant-cake, billet, chariot, fondu, losange, tricoté (ou losange vide), d'une pastille perforée, tarte, Pie-bezant
    • morceaux sont tombés: bâton, Burella, plein, bendlet, uniforme, fil, saltire raccourcie, plaine, tiercé, baguette magique
  • formes naturelles: soleil, croissant, arc en ciel, étoiles, lion, léopard, cheval, chien, aigle, etc.
  • chiffres artificiels: anelletto, chandelier, clé, clou, couronne, herse, etc.
  • figures imaginaires: chimère, dragon, sirène, griffon, harpie, licorne, etc.

Avec une remarque critique à faire dans cette deuxième tendance: le nombre presque infini de charges possibles rend toute tentative de liste exhaustive illusoire. D'autre part, l'exemple précédent illustre cette difficulté avec le « etc. », Qui apparaît aussi dans d'autres listes manifestement incomplètes comme celles de diminution des correctifs qui « oublie » le trangla, le second, la chaîne, le contrafiletto... Et même si la liste des pièces de troisième implique une « etc. », Il devient vraiment difficile de décider si des charges telles que " cercles concentriques » ou 'Rim' Ils doivent être classés parmi ces pièces, ou entre chiffres artificiels: Il n'y a vraiment pas de différence entre ces deux listes.