s
19 708 Pages

la prōtokynēgos (en grec πρωτοκυνηγός, « First Runner ») était un titre de tribunal byzantin utilisé à partir du XIIIe au XVe siècle, attribué à la tête des chasseursempereur byzantin.

fonctions

Le titre est apparu pour la première fois au XIIIe siècle à la cour de 'Empire de Nicée, bien qu'il soit clair qu'il avait une histoire;[1] probablement la Komes kynēgiou Tou (Κόμης τοῡ κυνηγίου. « Comte de chasse ») attestées dans un joint non daté.[2] en Les titres de livres écrit par pseudo-Kodinos le milieu du XIVe siècle, l'emplacement occupe la 41e place dans la hiérarchie impériale entre Megas logariastēs et skouterios.[3] Rodolphe Guilland suggère qu'il a été associé à prōtoierakarios ( « First fauconnier« ), Qui était à la 48e place et que les porteurs de cette dernière accusation ont été promus au premier.[4] La chasse était une passion des empereurs byzantins; au XIVe siècle, Andronic III Paléologue Il est dit d'avoir plus d'un millier de chiens de chasse et plus d'un millier faucons.[5]

Selon pseudo-Kodinos, ses fonctions étaient de garder les crochets empereur, lorsqu'il est monté à cheval, et les chasseurs de plomb (σκυλλόμαγγοι, skyllomangoi). Il jouissait d'un privilège spécial: si au cours de la chasse, l'un des leaders de l'empereur vêtements étaient maculées de sang, la prōtokynēgos Ils ont reçu comme cadeau.[6][7] Sa cour uniforme se composait d'un chapeau de brocart d'or (skiadion), A kabbadion Soie et un skaranikon (Chapeau en forme de dôme) recouvert de soie en or jaune et orné de fil d'or et deux images empereur (avant et arrière), respectivement assis sur le trône, et à cheval.[8]

Le rang humble et obscur du bureau a signifié que ses propriétaires ne sont souvent pas des certificats. Cependant, le titre a été donné par les empereurs, aussi comme une marque de distinction à des fonctionnaires ou des commandants militaires. Cela a donné les champions en titre une place dans la hiérarchie de la cour, mais il n'a pas été une charge active.[2][9]

notes

  1. ^ Guilland, 1967 p. 602
  2. ^ à b Oxford Dictionary de Byzance, A. Kazhdan, pp. 1745-1746
  3. ^ Verpeaux, 1966 p. 138
  4. ^ Guilland, 1967 p. 601
  5. ^ Guilland, 1967 p. 600
  6. ^ Guilland, 1967 p. 601
  7. ^ Verpeaux, 1966 pp. 182-183
  8. ^ Verpeaux, 1966 p. 162
  9. ^ Guilland, 1967 pp. 601-602

bibliographie

  • (FR) Rodolphe Guilland, Dignitaires des XIV et XV siècles, en Recherches sur les institutions Byzantins, Tome I, Berlin, Akademie-Verlag, 1967, p. 594-607.
  • Protokynegos, en Oxford Dictionary de Byzance, New York et Oxford, Oxford University Press, 1991 ISBN 978-0-19-504652-6.
  • Ruth Macrides, Georges Acropolite: Histoire - Présentation, traduction et commentaire, Oxford, Oxford University Press, 2007 ISBN 978-0-19-921067-1.
  • Protokynegos, en Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, I, 1-12, Ajouter. 1-2, CD-ROM Version, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2001 ISBN 978-3-7001-3003-1.
  • (FR) Jean Verpeaux (ed) Pseudo-Kodinos, des bureaux Traité, Centre National de la Recherche Scientifique, 1966.