s
19 708 Pages

Poule Wlad Fy Nhadau, habituellement traduit par Terre de mes pères, mais dont la traduction la plus littérale serait Le vieux pays de mes pères, est le 'hymne national la Pays de Galles. La chanson est écrite et chantée dans la langue d'origine galloise. Les paroles ont été écrites par Evan James et la musique composée par son fils James James. Les deux étaient des résidents de la ville de Pontypridd, comté Glamorgan (Le plus au sud du Pays de Galles).

L'hymne a été composé en 1856, mais la Bibliothèque nationale du Pays de Galles sont conservés quelques relevés de notes précédentes.

Poule Wlad Fy Nhadau Il est connu à l'étranger parce qu'il fonctionne (et chantée par l'ensemble du public) avant le match de rugby tournoi de six Nations (Dans lequel les nations Iles britanniques jouer séparément: Angleterre, Écosse, Pays de Galles et une équipe irlandais).

A l'origine écrit en gallois

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Gallois et Old Welsh.

Mae poule Wlad fy Nhadau yn annwyl i mi,
Gwlad beirdd à chantorion, enwogion ou fri;
Ei gwrol ryfelwyr, gwladgarwyr entre Mad,
Dros ryddid gollasant eu Gwaed.

Gwlad, Gwlad, pleidiol FMJ je suis Gwlad.
Parmi la fourrure môr yn i'r bur hoff bau,
O bydded i'r Iaith barhau poule.

Poule Gymru fynyddig, Paradwys y Bardd,
Pob Dyffryn, POB Clogwyn, je suis de Golwg de hardd;
Trwy deimlad gwladgarol, mor est swynol YW
Ei nentydd, afonydd, i mi.

Gwlad, Gwlad ... (Etc.)

Os treisiodd y Gelyn fy ngwlad tan et droed,
Mae poule Iaith y Cymry mor ag fyw erioed,
Ni luddiwyd gan an Awen erchyll brad loi,
Na thelyn berseiniol fy ngwlad.

Gwlad, Gwlad ... (Etc.)

Traduction en Italien

La vieille terre de mes ancêtres chers à moi,
Terre des bardes et des chanteurs, célèbre estimation;
Ses braves guerriers, patriotes tels brillants,
Pour la liberté, ils ont versé leur sang.

Patrie, la patrie, je suis fidèle à mon pays natal.
Tant que le mur de la mer fait pour le pays pur bien-aimé,
O, qui survivra à l'ancienne version!

Old montagneuse du Pays de Galles, paradis des bardes,
Chaque vallée, chaque falaise est beau à mes yeux;
Par le sentiment patriotique, me si attrayant pour le murmure
De ses ruisseaux et rivières.

Patrie, patrie ... (Etc.)

Si l'ennemi opprime ma terre sous leurs pieds,
L'ancienne langue galloise continue à vivre comme toujours,
La muse n'est pas entravée par la main faute de trahison,
Il n'est la harpe mélodieuse de mon pays.

Patrie, patrie ... (Etc.)

D'autres projets