s
19 708 Pages

cervelet
Cerebellum.gif
représentation en trois dimensions du cervelet (en rouge) dans le cerveau humain.
Gray677.png
Dessin d'un cerveau humain, le cervelet et sont mises en évidence pont
Grey 's Anatomy (FR) page 788
nom latin cervelet
système neuraxis
artère artères vertébrales
identifiants
TA A14.1.07.001
FMA 67944
ID neurolex birnlex_1489

la cervelet (en latin cervelet ce qui signifie « petit cerveau ») est une partie de système nerveux central et plus précisément la hindbrain et il est présent dans tous les vertébrés. Bien qu'il soit généralement plus petit que cerveau, chez certains animaux comme les poissons Mormyridae Il prend encore plus.[1] Chez l'homme, le cervelet joue un rôle important dans le contrôle des mouvements et on croit, en vertu de ses liens avec la système limbique. Il est également impliqué dans certaines fonctions cognitif, tels queattention, la rétention et langue, ainsi que dans la régulation des réponses peur ou plaisir,[2] Cependant, ses fonctions motrices sont les plus fiables. En soi, le cervelet humain ne commence pas le mouvement, mais contribue à sa coordination, sa précision et le moment précis: reçoit l'entrée des systèmes sensoriels moelle épinière et d'autres zones du cerveau intègre ces signaux dans l'optimisation de l'activité motrice.[3] Un dommage cérébelleuse chez l'homme produit des déficits dans la motricité fine, en 'équilibre, en posture et l'apprentissage moteur.[3][4]

Anatomiquement, le cervelet humain est présenté comme une formation à peu près ovoïde, pesant environ 130-140 grammes[4] et il est disposé dans la fosse cérébrale postérieure cachée sous les hémisphères cérébraux. Sa surface corticale est recouverte par des rainures parallèles espacées finement, en contraste avec les convolutions typiques grandes irrégulières cortex cérébral. Ceux-ci se cachent des rainures parallèles par le fait que le cortex cérébelleux est une couche mince de tissu étroitement pliée comme un accordéon. Au sein de cette couche mince, il existe plusieurs types de neurones avec un arrangement très régulier, les plus importants sont les Les cellules de Purkinje et les cellules de granulés. Cette organisation complexe de neurones permet une grande capacité de traitement du signal, mais la quasi-totalité du traitement du cortex cérébelleux passe par une série de petits noyaux profonds qui sont situés dans matière blanche dans le cervelet.[5]

En plus de son rôle direct dans le contrôle du mouvement, le cervelet est nécessaire pour différents types d'apprentissage du moteur, en particulier dans l'adaptation aux changements dans les relations sensomotorici. ont été mis au point plusieurs modèles théoriques pour expliquer l'étalonnage en termes de sensomotrice plasticité synaptique dans le cervelet. Ces modèles sont dérivées de celles formulées par David Marr et James Albus, basé sur l'observation que chaque cellule de Purkinje du cervelet reçoit deux types d'entrées totalement différentes: l'une comprend des milliers d'entrées faibles des fibres parallèles des cellules granulaires; l'autre est une entrée extrêmement forte d'un seul fibre d'escalade.[6] Le concept de base de la théorie de Marr-Albus est que la fibre de rampiacante agit comme un « signal d'apprentissage », ce qui induit une modification durable de la force des entrées dans la fibre parallèle. Les observations de la dépression à long terme les entrées en fibres parallèles ont fourni un appui à ces théories, bien que leur validité reste controversée.[7]

index

Rapports et configuration externe

Gray705.png

Dans son ensemble, le cervelet semble constitué par une partie centrale, ladite vis sans fin, et deux extensions latérales convexes, les hémisphères cérébelleux. La surface autour du cervelet, comme le télencéphale, Il présente de nombreux sillons à tendance essentiellement transversale qui délimitent des territoires spécifiques, les lobes et lobules. Dans le complexe, il présente une face supérieure, un fond et une circonférence.

La face supérieure est couverte par les lobes occipitaux à partir de laquelle elle est séparée de la tente du cervelet, un septum la dure-mère qui est disposé horizontalement. Cette feuille annonce la prise à l'échelle de 'occipital, aide à délimiter la sinus veineux et continue vers l'avant pour former un grand espace ovale qui délimite le bas de la partie de supratentorielle 'cerveau. Sur la ligne médiane, la face supérieure est soulevée dans un relief, la face supérieure de la vis sans fin, formé par la vis sans fin elle-même.

La face inférieure est en relation avec le Il était l'arrière du crâne et avec la citerne magna (Ou de la moelle céphalo-rachidien), un grand réservoir contenant le liquide céphalorachidien. Ce réservoir est en communication avec la cavité de la quatrième ventricule à travers trois trous: un central, le foramen de Magendie, et deux trous de conjugaison latérale de Luschka. Dans la partie centrale de la face inférieure est présente vallecular du cervelet (Reil), une dépression qui reçoit une autre cloison de la dure-mère, le faux du cerveau.

cervelet
Le cervelet (en violet)

La circonférence est recouverte à l'avant par une dépression, le cervelet hile, délimité par trois pédoncules cérébelleux directs vers la brainstem. Le hile est délimité vers le haut à partir de valve Vieussens et de la vanne Tarin qui joignent le hile formant un angle aigu, la fastigium, ouvert à l'avant et formant le sommet du toit du quatrième ventricule. La vanne Vieussens, en particulier, est une feuille qui relie le centre de la médullaire déjouer Tecti (Feuille quadrijumeaux) et est formée par deux couches: une partie supérieure matière blanche, la médullaire supérieure velum (ou avant), qui occupe l'espace entre les pédoncules supérieure et une couche plus profonde de matière grise qui continue avec la face inférieure de la vis sans fin. La vanne Tarin médullaire ou inférieure velum (ou arrière) est une feuille ependyma, poursuite de la membrane recouvrante, qui occupe l'espace entre les pédoncules inférieurs.

angle cérébelleuse

Le cérébelleuse d'angle est une zone triangulaire délimitée en arrière et dorsalement à partir de cervelet et pont, en avant et latéralement par rapport au rocher dell 'temporal. Elle place avant floc. Dans ce domaine on concentre les noyaux de nerfs crâniens soin du visage, intermédiaire et vestibulaires-cochléaire qui émergent enveloppé par une gaine méningée commune. L'importance de ce domaine est exquise clinique et en raison des relations intimes et délicates qu'il ya entre les éléments présents; la modification, en fait, qui affecte cette région a une célèbre peinture comme anatomoclinico le syndrome de l'angle ponto-cérébrale.

pédoncules cérébelleux

Les pédoncules sont tronçons de liaison entre le cervelet et le tronc cérébral (et par conséquent avec le nerveux central entier) consistant en faisceaux de fibres nerveuses afférentes deux efférente.

  • la inférieurs pédoncules cérébelleux ou organes restiformi, étendent à partir du hile du cervelet à la moitié supérieure de la ampoule et contiennent principalement des fibres afférences pour le cervelet à partir de l'ampoule et par moelle épinière.
  • la pédoncules cérébelleux ou brachia Pontis Elles vont de l'hile du cervelet au pont de la brainstem et ils sont les plus volumineux. Plus caudale délimite, avec la face avant du floc et les pédoncules inférieurs cérébelleux, l 'coin cérébral, une zone d'où émergent les nerfs crâniens VII, VIII intermédiaire et enveloppé par une gaine commune méningée.
  • la supérieurs pédoncules cérébelleux ou conjonctives brachia étendre à partir du hile du cervelet au segment de la mésencéphale, Ils sont de forme aplatie et reliées entre elles par la vanne Vieussnes.

lobaire Subdivision

Tant le ver que les hémisphères sont divisés par cinq en profondeur sillons, slots ou scissure conduisant à lobes et lobules. Scissure puis diviser chaque lobule secondaire dans les lames.

Lobi

cervelet
Subdivision du cervelet: 1. Lobulo Central 2. Velo nodule avant 3. médullaires 4. 5. luette Pyramide Vallecula 6. 7. 8. Hémisphère amygdale cérébelleuse cérébelleuse pédicule 9. 10. 11. fente plage horizontale

Le cervelet est divisé par des fissures postéro-latérale et primaire en 3 lobes, chacun constitué d'une partie centrale dans la vis sans fin et deux parties latérales dans les hémisphères:

  • lobe antérieur est constitué par le lingula, du lobule central et de culmen et leurs ailes à savoir l'aile du lingula, l'aile du lobule central et le front lobule quandrangolare. Sur la face supérieure, il est délimité inférieurement de postéro-fente primaire qui est porte antéro-latérale rencontrant la fente horizontale. Sur la face inférieure est délimitée par le bord supérieur des pédoncules cérébelleux.
  • lobe postérieur Il est constitué par le lobule simple, à partir de vermis folium, de tubercule, de la pyramide, dall'uvula et leurs ailes ou le lobule quadrangulaire arrière, les lobules semi-lunaires supérieure et inférieure, la biventre de lobule et amygdale du cervelet. Sur la face supérieure est délimitée en avant de la rainure principale et la fente horizontale, sur la face inférieure de la fente postéro-latérale qui le sépare du lobe flocculonodulare. Les amygdales sont deux structures caractéristiques de forme triangulaire, avec le sommet pointant inféro-médiale qui constituent les ailes de la luette; Ils ont tendance à couvrir un peu les vermis du cervelet sur la face inférieure.
  • lobo flocculonodulare Il est constitué par le nodule et son aile, le floc. Il se situe entre le voile inférieur médullaire et la fente postéro-latérale.

lobules

L'autre scissure puis diviser le lobe avant et arrière en plus lobules. La classification de Reil[8] Elle prévoit une division en lobules du ver et lobules des hémisphères. Pour chaque lobule de la vis sans fin, ils correspondent à deux lobules des hémisphères, une pour chaque côté.

lobules ver
surface supérieure

  • Lobule de la lingula du ver
  • lobulo central
  • Munticulus avec culmen et declivous
  • folium vermis

surface inférieure

  • tuber vermis avant et arrière
  • pyramide
  • Luette ou luette
  • nodule vermiano

Lobules des hémisphères
surface supérieure

  • Frenula la lingula
  • Ali du lobule central
  • Lobules haut et en bas quadrangulaire
  • Superior lobules semilunaires

surface inférieure

  • Inférieurs lobules et en demi-lune lobule, gracile
  • lobules biventri
  • amygdales
  • floc

scissure

cervelet
Représentation schématique des principales divisions anatomiques cérébelleuse

Le cervelet possède de nombreuses fissures (également appelées fentes ou rainures), divisé en principale (qui donnent lieu à des lobes) et secondaire (responsable de la formation des lobules). Sur la face supérieure des fissures sont réalisées progressivement plus de la fente précentrale à la fente horizontale, puis sur la face inférieure diminue jusqu'à ce que la fente postéro. Pour éviter les répétitions, chaque fente divise la fois une partie de la vis sans fin du côté que l'aile correspondante associée à la vis sans fin de l'autre.

Les fissures principales ne sont que deux:

  • fissure primaire: Est-ce le plus profond, forment une courbe antéro-latérale et divise le lobe antérieur et le lobe postérieur de culmen de lobule simples
  • fissure postéro-latérale: Divise le lobe postérieur du lobe flocculonodulare et la luette du nodule

Les fissures secondaires sont:

  • la fissure précentral est le plus court de la face supérieure du cervelet, il divise le lingula du lobule central.
  • la fissure preculminare Il divise le lobule central de culmen.
  • la fissure postéro supérieur Il divise le lobule simple à partir vermis folium.
  • la fissure horizontale est la plus longue de tous, il étend à partir du milieu pédoncule cérébelleux à Vallecula et divise les vermis folium du tubercule.
  • la fissure lunogracile commence à la surface du tubercule.
  • la fissure prebiventrale Il divise le tubercule de la pyramide.
  • la fissure intrabiventrale commence sur la surface de la pyramide.
  • la fissure secondaire Il divise la pyramide dall'uvula.

Structure et configuration interne

cervelet
Organisation interne du cervelet

Le cervelet a une couche superficielle de la matière grise, ladite cortex cérébelleux, de forme irrégulière en raison de nombreux sillons à tendance essentiellement transversale. Au plus profond du cortex est présent matière blanche qui forme, au centre, la corps médullaires à partir de laquelle bifurquent les branches de substance qui suivent les plis de la surface et forment le gris 'tonnelle vitae. Dans la profondeur du corps, ils sont situés médullaires les quatre noyaux (appelé noyaux intrinsèques): Noyau de toit, noyau globuleux, noyau emboliforme et noyau dentelé.

cortex cérébelleux

Le cortex cérébelleux a une superficie égale à la moitié de celle de la cerveau mais il contient un certain nombre de neurones augmenté, bien que son poids est dix fois moins[9]. cependant, les trois dimensions du cortex cérébelleux a une structure microscopique uniforme dans toutes ses parties, à la différence de la plus complexe et variable cortex cérébral[9]. Les cellules du cortex cérébelleux sont orientées de manière caractéristique de manière strictement géométrique par rapport à la surface et aux axes de leur lamelle.

Il a également les vaisseaux sanguins, cellule neuroglia 6 et types de neurones[10]:

  • granules,
  • cellules des paniers,
  • les cellules étoilées,
  • les cellules de Golgi,
  • cellules fusiformes,
  • Les cellules de Purkinje.

couches cérébelleux

cervelet
Diagramme des couches du cortex cérébelleux

Le cortex cérébelleux est composé de trois couches, de la plus superficielle de la profondeur sont les suivants:

  • la couche moléculaire,
  • la couche de cellules de Purkinje,
  • la couche de granules.
couche moléculaire

La couche moléculaire, souvent 0,3-0,4mm[9][11], Il est constitué par l'épaisseur arborisation dendritique des cellules de Purkinje et le Golgi, des parallèles et des fibres fibres d'escalade, tout en se révèle être pauvre dans les corps cellulaires: constitué seulement par les cellules de panier, les cellules étoilées et les cellules de la broche.

Le arborisation dendritique des cellules de Purkinje étendent vers la région corticale et sont aplaties en raison de la mise au point dans la direction transversale par rapport à la longueur du cerveau de lamelles, à la différence des cellules de Golgi qui étendent leurs ramifications dans les deux directions transversales et longitudinales, allant d'envahir aussi une partie du territoire occupé par les cellules de Purkinje.

Les fibres parallèles résultent de la T de bifurcation de nombreux axones des granules qui, une fois monta dans la couche moléculaire, donnant vie divergent sur les fibres elles-mêmes. Les fibres d'escalade, cependant, se révèlent être les terminaisons des fibres cérébrales d'olive. Les deux fibres se rencontrent et se dessinent synapses avec des cellules et des dendrites présents dans la couche moléculaire.

Les prolongements des cellules épithéliales de la glie (Bergmann), enfin, sont disposés radialement et émettent à leur tour des prolongements qui entourent tous les éléments neuronaux présents, sauf que, en correspondance des synapses. L'union des extensions coniques de ces cellules, au niveau de la surface du cervelet, constitue un membrane limitante externe[12].

couche de cellules de Purkinje

La couche de cellules de Purkinje contient les corps des cellules de Purkinje, une partie de leur arbre dendritique et celle des cellules de Golgi. Les cellules sont disposées en une seule rangée.

couche de granulés

La couche de granules, plus profond, a une épaisseur allant de 0,1 mm à 0,5 mm dans les fentes sur la partie supérieure des lattes[11][12], Il contient environ 2,7 millions de neurones granulaires par millimètre cube[12]. Cette couche contient les corps cellulaires, les dendrites de base et axonale les cellules de Golgi; les corps cellulaires des cellules des petits grains et la partie initiale de leur axone; les branches terminales des fibres moussues (fibres afférentes) et une partie des fibres d'escalade qui passent vers la couche moléculaire. De petits granules sont originaires du axones qui vont former les fibres parallèles qui se déplacent dans la couche moléculaire.

Les cellules du cortex cérébelleux

Le cervelet a, en plus des cellules de la glie, six types de cellules neuronales[10]: Les cellules de Purkinje, les cellules de Golgi, les cellules granulaires, dans les cellules, panier cellules étoilées et les cellules de la broche. Ces derniers sont peu nombreux, de type associatif à court axone et entièrement présent dans la couche moléculaire.

Ils sont tous neurones inhibiteurs libérant l'acide y-aminobutyrique (GABA) en dehors des cellules granulaires qui sont des neurones excitateurs de libération L-glutamate.

Les cellules de Purkinje
cervelet
Exemple dell'arborizzazione d'une dendritique des cellules de Purkinje
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: cellule de Purkinje.

Les cellules de Purkinje sont grands neurones dont le corps oblong est situé dans la couche du même nom. Ils sont disposés à des intervalles assez réguliers à l'intérieur et possèdent une arborizzato épaisse dendritique d'arbre qui provient d'une ou deux dendrites primaires et qui conduit jusqu'à la couche moléculaire, où les contrats milliers de synapses au moyen de nombreuses épines dendritiques avec les fibres parallèles de cellules granulaires. L'arbre dendritique des cellules de Purkinje est généralement limitée à une lame mince de tissu perpendiculairement à l'axe principal de la lame. Les dendrites des cellules de Purkinje synapse par épines dendritiques plus courtes avec des fibres d'escalade. Recevoir synapses inhibitrices par les cellules étoilées, des cellules au panier et par des axones récurrentes d'autres branches de cellules de Purkinje. la cytoplasme Les cellules de Purkinje ont réticulum endoplasmique ridée très faible par rapport à la membrane plasmique et très développée, associée à de nombreuses mitochondries et ribosomes. Les axones des cellules de Purkinje proviennent de leur côté de base et sont dirigés vers la couche de granules, puis pénètrent dans la substance blanche. Contrat assoassoniche synapses avec des cellules au panier. Chaque axone émet candidats branches qui forment des synapses avec des cellules au panier (assosomatiche), les cellules de Golgi (ou assosomatiche assoassoniche) et d'autres cellules de Purkinje (assodendritiche ou assoassoniche). Le reste de l'axone est recouvert de gaines de myéline dans la substance blanche et branches cap vers les noyaux diffusément du cervelet ou les noyaux vestibulaires.

Dans l'ensemble, sont des neurones inhibiteurs GABAergiques dont la fonction est de moduler l'activité des noyaux cervelet intrinsèques.

cellules de Golgi

la cellules de Golgi ces les cellules étoilées internes[11] ou gros granules[11] sont des neurones de grande pirenoforo, qui est situé à la surface des granulés de la couche, à proximité des corps cellulaires des cellules de Purkinje. Ils possèdent un arbre dendritique qui va du grand arborisation de manière significative, contrairement à celle des cellules de Purkinje, à la fois dans le plan longitudinal et transversalement avec des proportions similaires. L'arbre dendritique est amenée jusqu'à la couche moléculaire. Le arborisation axonale des cellules de Golgi pénètre dans la couche de granules et de former des complexes synaptiques ladite cérébelleuse glomérules avec les fibres moussues. Les fibres parallèles synapse avec leur arbre dendritique, mais peut également recevoir des branches récurrentes à partir des cellules de Purkinje par des fibres d'escalade ou de fibres moussues. Certaines des cellules de Golgi présentant également un'arborizzazione dendritique dans la couche granulaire, où ils font partie du cérébelleuse glomérules et recevoir des synapses excitatrices des fibres moussues. L'extension de l'arbre dendritique et axonale dell'arborizzazione occupe un volume de tissu similaire.

cellules granulaires

la cellules granulaires sont les cellules les plus nombreuses du cervelet: selon une estimation, semblent être au nombre de 46 milliards et dans un rapport de 3000 avec les cellules de Purkinje[12]. Ce sont de petits neurones, avec des corps arrondis des noyaux de 5-8 iM de diamètre[11] et cytoplasme riche en ribosomes et les mitochondries. Ils sont situés à l'intérieur de la couche des granulés, qui doit son nom à eux. Chaque émet trois à cinq dendrites se terminant par une caractéristique griffe et prendre contact avec la grappe des terminaisons de fibres moussues formant le cerveau glomérules. Les cellules granulaires ont un seul axone qui traverse le cortex cérébral jusqu'à ce que la couche moléculaire où il se ramifie à T formant les fibres parallèles. Les fibres parallèles sont parallèles à l'axe principal de la lamelle cérébrale où ils se trouvent à quelques millimètres et sont parsemés de structures globulaires (ou bosses) qui représentent la synapse avec les épines dendritiques des cellules de Purkinje, les cellules étoilées extérieures, avec dans les cellules du panier et les cellules avec celles de l'appareil de Golgi. Chaque dendtrica d'arborisation peut être traversé par environ 250 000 fibres parallèles bien que l'on ne dit pas que chacune des synapses des fibres parallèles à se contracter avec tous les dendrites qui se réunit[13]. Les cellules de granulés, contrairement à d'autres populations, sont les seuls neurones excitateurs et leurs synapses libèrent L-glutamate.

aux cellules du panier

la aux cellules du panier posséder un pirenoforo, qui est situé dans la partie la plus profonde de la couche moléculaire. Ils sont interneurones inhibiteurs qui possèdent modérément ramifiée dendritique un'arborizzazione sur lequel une forme de fibres parallèles synapse, il est perpendiculaire à l'axe principal de la lamelle, une géométrie qui suit également les dendrites des cellules de Purkinje. Les cellules bidon reçoivent assosomatiche synapses également par des branches récurrentes des axones des cellules de Purkinje par des fibres grimpantes et les fibres moussues. Les axones des cellules de panier sont caractérisés par une relation inversement proportionnelle entre le diamètre et la distance entre pirenoforo; se trouvent en profondeur dans la couche moléculaire, certaines de leurs branches doivent courir perpendiculairement et l'autre parallèle à l'axe de la lamelle dans laquelle ils sont situés, et traverser l'arborisation d'au moins une dizaine de cellules Purkinkje atteignant une longueur de quelques millimètres. Ils ont été appelés ainsi parce que les branches collatérales de leurs axones sont flanquées aux dendrites des cellules de Purkinje forment alors un réseau de fibres au panier autour des corps et axones de ces cellules.

cellules étoilées

la cellules étoilées ou cellules externes étoilées sont de petits neurones de forme étoilée qui peuvent être trouvés dans la couche moléculaire du cortex cérébelleux. Ils possèdent un'arborizzazione dendritique ramifié à faible densité qui se développe dans un plan perpendiculaire à l'axe des lames, tandis que leurs axones courent en parallèle[11] le grand axe de la lamelle dans laquelle ils sont situés. Les axones synapse avec l'arbre dendritique des cellules de Purkinje. Les dendrites des cellules étoilées reçoivent des terminaisons synaptiques excitateurs par les fibres parallèles de cellules granulaires.

fibres afférentes

cervelet
Section du cortex cérébelleux

Le cortex cérébelleux contient deux types de fibres afférentes excitatrices, les fibres d'escalade et de mousse, de fibres distinctes en fonction de la modalité avec laquelle se terminent dans le cortex cérébelleux.

En plus des fibres moussues et l'escalade, le cortex du cervelet contient un plexus riche de aminergiche fibres de diverses régions du système nerveux central qui libèrent des neurotransmetteurs tels que la noradrénaline, la sérotonine et de la dopamine d'une manière paracrine plutôt que par des synapses, cela signifie que leurs effets sont l'exercice sur les groupes de cellules et non pas sur une seule cellule. Les fibres sérotoninergiques proviennent du bulbaire de formation réticulaire, ceux de noradrénergique locus coeruleus et ils sont inhibiteurs pour les cellules de Purkinje, et enfin ceux dopaminergique proviennent de la calotte ventrale.

fibres d'escalade

la fibres d'escalade fibres myélinisées sont excitateur qui proviennent du noyau olivaire inférieur et atteindre le cervelet via le faisceau olivocerebellare. La relation entre les cellules de Purkinje et les neurones du noyau olivaire inférieur est d'environ 10: 1, et ensuite toutes les fibres de olivocerebellare donne de la lumière à environ 10 fibres d'escalade[13]. Les fibres à travers la matière blanche où ils jettent de nombreux côté pour les noyaux intrinsèques. Arrivée à côté de l'écorce distribuer aux cellules des paniers et étoilées pour mettre fin puis dans la couche moléculaire où ils enroulent autour des dendrites des cellules de Purkinje en sous-traitant avec eux un grand nombre de synapses (également quelques milliers[14]).

fibres moussues

la fibres moussues sont des fibres myélinisées qui proviennent de faisceaux spino-cérébelleuse, trigeminocerebellari, reticolocerebellari et pontocérébelleux. Dans la substance blanche émettent de nombreuses branches latérales aux noyaux intrinsèques et une fois arrivé dans la couche de granulés perdent la gaine de myéline de mettre fin à espandensi rosettes ou bouquets. Ces terminaisons variqueuses, avec les dendrites des granules et les axones des cellules de Golgi, font partie de la cérébelleuse glomérules dans lequel les rondelles ont un emplacement central. Les fibres moussues ne parviennent pas à la couche moléculaire, mais ils arrêtent à celle des granules, suppléant les axones des granules à l'envoi du signal jusqu'à la couche la plus externe.

matière blanche

La substance blanche cérébelleuse, électronique profonde au cortex, est composé de corps médullaires et par 'tonnelle vitae, à savoir les branches de la substance blanche qui partent du corps médullaire à suivre en profondeur les tôles revêtues et bande, puis de l'écorce.

corps médullaires

Le corps médullaire est une masse compacte de la substance blanche qui contient des fibres afférentes au cortex, les fibres efférentes du cortex (destinés à noyaux profonds et les noyaux des nerfs crâniens) et de fibres d'association. Le corps est divisé en deux plaques qui sont séparées des angles aigus délimitant la cavité supérieure du quatrième ventricule:

  • plaque supérieure: Se poursuit dans le voile médullaire supérieure, une formation de substance blanche qui forme le toit de la partie de pontine du quatrième ventricule;
  • inférieure lamina: Continue dans le bas du voile médullaire qui contient atrophique des tissus nerveux et est constitué par un épendyme doublé par rapport à la membrane recouvrante, qui constitue le toit de la partie de la bulbaire quatrième ventricule.

Le tronc cérébral est relié au corps par l'intermédiaire médullaire des trois pédoncules cérébelleux. L'agencement ordonné des fibres dans les pédicules est perdue à l'intérieur du même corps, puis la réforme au niveau des pales et des aubes.

intrinsèque Nuclei

cervelet
Emplacement du noyau dentelé

Les noyaux cérébelleux intrinsèques sont situés dans la partie profonde du corps médullaire. Il a été décidé de les traiter dans un paragraphe distinct de l'importance dans les connexions cérébelleux. Il y a quatre paires et pour médio-latérale, sont les suivants: noyau du toit, noyau globuleux, noyau emboliforme et noyau dentelé.

Pour les noyaux les axones afférences des cellules de Purkinje les deux côtés émis par l'escalade et fibres moussues avant d'engager dans le cortex. Les cellules de Purkinje libèrent dans un sens toujours noyaux des impulsions d'inhibition avec la génération d'une décharge tonique, tandis que le côté des autres fibres jouent un rôle excitateur par l'activité électrique irrégulière (en rafale).

toit de base

Le noyau du toit se trouve dans la substance blanche au-dessus du quatrième ventricule et est séparée de la couche épendymaire d'un faisceau de fibres myélinisées. Il est seulement 12mm[14] du noyau controlatéral et, en fait, est le noyau le plus médial. Il a une forme ovale et les cellules multipolaires sont plus grandes dans les deux tiers du crâne de la partie inférieure. Il appartient fonctionnellement à vestibolocerebello.

en forme de bulbe central

Le noyau globulaire comprend 2-3 groupes de cellules multipolaires similaires au noyau du toit. Il est de plus petite taille que le précédent. Il est situé près du hile du noyau dentelé dont il est difficile à détecter. En collaboration avec le formulaire emboliforme de base ce qui est parfois appelé noyau interposito. Il appartient fonctionnellement à spinocerebello.

emboliforme de base

Le noyau de emboliforme est situé latéralement est un peu plus caudal à noyau globulaire et présente 2-3 groupes de cellules de différentes tailles. Il est situé près du hile du noyau dentelé dont il est difficile à détecter. Ensemble avec la forme de base globulaire ce qui est parfois appelé noyau interposito. Il appartient fonctionnellement à spinocerebello.

noyau dentelé

Le noyau denté est le plus volumineux et est disposé à proximité de la vis sans fin entre le paraflocculo et le pédoncule cérébelleux inférieur. Il est aussi appelé cérébelleuse olive pour l'agencement particulier similaire au noyau olivaire inférieur: il a la forme d'une couche plissée gris avec le temps d'ouverture dans la direction dorsale et médiale. Il présente des cellules multipolaires de différentes tailles, où la plus grande et la plus ancienne phylogénétiquement prendre position dorso, tandis que celui ventrolatéral plus petit et plus récent. Il appartient fonctionnellement à pontocerebello.

Division et classification des territoires

Basé sur l'origine phylogénétique ou la fonction, vous pouvez diviser le cervelet dans les différents territoires qui peuvent comprendre si oui ou non les différents lobes et lobules. Les connexions du cervelet, puis les subdivisions fonctionnelles sont étroitement liées à la phylogénie. Dans l'évolution, apparaît avant le lobe flocculonodulare qui se développe en même temps que les noyaux vestibulaires expliquant les liens entre archéocervelet et le cervelet vestibulaires et la raison pour laquelle les fibres, au lieu de passer aux noyaux médullaires intrinsèques dans le corps, est conduit directement à l'ampoule.

Subdivision phylogénétique

Sur la base de l'origine phylogénétique peut être divisé en trois parties du cervelet, du plus ancien au plus récent:

  • archéocervelet: Comprend le nodule et les flocs et correspond donc à flocculonodulare lobe, délimitée par fissure postéro-latérale;
  • paléocervelet: Il apparaît dans la phylogénie conjointement avec la posture droite et comprend les formations situées avant la fissure principale, qui correspond globalement au lobe antérieur, avec l'addition de pyramide, dell 'luette -o ugola- et amygdales qui s'y rapporte;
  • néocervelet: Développé en collaboration avec le cortex télencéphalique, il est le plus grand territoire, y compris les hémisphères cérébelleux.

Subdivision fonctionnelle

La division fonctionnelle du cervelet a été faite en tenant compte des territoires et efférente puis afférences définissant: un vestibolocerebello, un spinocerebello et pontocerebello.

Vestibolocerebello (archicerebello)

la vestibolocerebello ou vestibulaires cérébelleuse: Correspond à flocculonodulare lobe et est donc tout à fait superposable à 'archéocervelet. Il est relié aux noyaux vestibulaires du bulbe et reçoit des afférences vestibulaires réalisés par les canaux semi-circulaires, par les organes otolithiques, de paraolive, de la formation réticulaire et les noyaux de base du pont. La principale efférente sont dirigés, par conséquent, les noyaux vestibulaires et forment la première étape de via cerebellovestibolospinale. Pour ces connexions le vestibolocerebello est impliqué dans le maintien et le rétablissement de l'équilibre en position verticale, la déambulation et la coordination des mouvements de la tête et des yeux.

Spinocerebello (paleocerebello)

la spinocerebello ou cérébelleuse épinière: Il est positionné dans la partie centrale des lobes antérieurs et postérieurs, puis traîner le ver hors de sa zone centrale. Les afférences sont constitués par des étendues de via spinocérébelleuse, avant d'arriver dans le cervelet passer à travers la moelle épinière, le tronc cérébral et le noyau trigeminal spinal. Portant des informations extéroceptive et proprioceptive qui forment deux représentations distinctes de la périphérie dans la partie antérieure et postérieure lobe. Le efférente sont dirigés vers formation réticulaire et les noyaux vestibulaires latérales et le fond à travers le toit du noyau, tandis que par l'intermédiaire des noyaux emboliformi et globuleux atteignent le noyau rouge controlatéral et le noyau central de la ventrale thalamus. De là, alors les poutres atteindront les neurones moteurs moelle épinière et le cortex moteur. Le spinocerebello est donc relié à deux voies distinctes: cerebellovestibolospinale et cerebellorubro épinière (réticule) avec lequel il agit à la fois sur les muscles extenseurs fléchisseurs.

Pontocerebello (neocerebello)

la pontocerebello ou cerebrocerebello ou cervelet du cerveauIl est représenté par les hémisphères cérébelleux et la partie centrale de la vis sans fin. Les fibres afférentes, à travers les noyaux de base de pont, Ils arrivent dans le cortex sensoriel et moteur, à partir du noyau olivaire supérieur, la moelle épinière et de déjouer Tecti. Les fibres efférentes, à travers le noyau dentelé, sont dirigées vers le noyau rouge controlatéral à partir de laquelle se dirigent ensuite vers thalamus et le cortex moteur et prémoteur.

embryologique

cervelet
coupe axiale modifiée du crâne foetal à 19 semaines de grossesse avec représentation de la fosse cérébrale postérieure, la mesure du diamètre transversal du cervelet et le diamètre antéro-postérieur de la cisterna magna

Le cervelet se développe à partir de la lèvre rhombique, un épaississement de la partie dorsale de l'Alar des lames hindbrain, qui forme le bord de la crânienne quatrième ventricule[15][16]. Deux hémisphères rudimentaires sont formés comme des renflements arrondis prévus dans le même ventricule séparés par une partie de la metencefalico de toit qui forme la vis sans fin. Par la suite aide les extraversion du cervelet: une réduction de la partie intraventriculaire accompagnée de extraventriculaire de importance accrue. Cette évolution est due à la migration vers l'extérieur des cellules présentes dans la lèvre rhombique pour former une couche au-dessous de la glie limitant au-dessus de la surface du cervelet dans l'évolution, couche germinale externe[15].

Il est alors la première forme de fente, qui correspond à la partie la plus latérale de la fente postéro. A la fin du troisième mois apparaît une rainure transversale sur la surface supérieure du cervelet primitive formant la première fente qui divise la vis sans fin et les deux hémisphères[15].

Il se trouve que l'expansion des hémisphères, accrescendosi dans une plus grande mesure dans la vis sans fin, la gamme pour couvrir segregandolo dans le sillon profond de vallecola. Né ensuite de nombreuses rainures transversales[15].

Certains neuroblastes de la zone intermédiaire des lames alaire migrent dans la zone marginale et se différencient en neurones dans le cortex cérébelleux. D'autres neuroblastes, cependant, donnent naissance à des noyaux intrinsèques[16].

transmission d'impulsions

Les fibres parallèles et afférences escalade toujours transmettre un signal excitateur, tandis que les cellules étoilées et paniers contractent synapses inhibitrices. Les fibres moussues qui se terminent dans le cortex forment le cérébelleuse glomérules où l'impulsion qui transmettent aux cellules granulaires est modulée par des synapses inhibitrices des axones des cellules de Golgi. Les fibres efférentes du cortex, formé par les axones des cellules de Purkinje, sont toujours inhibiteur.

afférences

Les fibres afférentes au cervelet, quelle que soit leur origine et la façon dont ils font partie, sont de deux types: moussue et l'escalade. Les fibres entrent dans le cervelet par les pédoncules cérébelleux et, en passant dans la substance blanche, jettent côté dans les noyaux intrinsèques et se termine ensuite dans le cortex d'une manière très différente.

Les fibres moussues arrêt dans la couche de granulés et se terminent à former cérébelleuse glomérules où synapses excitateurs contrat avec des cellules de granulés. A cette occasion, se termine également la axones cellules Golgi. De là, l'impulsion suit les axones des cellules granulaires qui monte en ligne droite dans la couche moléculaire jusqu'à ce que, une fois atteint, pas de dédoublement T donnant lieu à des fibres parallèles qui sont parallèles à l'axe principal des lamelles (perpendiculaire aux arbres dendrites des cellules de Purkinje) et contrat synapses excitateur avec tous les dendrites qui répondent à (sur les cellules de Purkinje, qui les au panier ou étoilées).

Les fibres d'escalade, cependant, sont directement acheminés dans la couche moléculaire du cortex et établissent des synapses excitatrices avec les dendrites des cellules de Purkinje.

Circuits du cortex

cervelet
Schéma des circuits corticaux cérébelleux

Les cellules de Golgi, présents dans la couche granulaire, reçoivent également des synapses excitatrices à partir de fibres muscoid et parallèles qui aboutissent ensuite dans un signal d'inhibition pour les granules.

Les cellules étoilées et des paniers, qui sont présents dans la couche moléculaire, ont une s parallèle à celui des cellules de Purkinje. L 'axone des paniers, en particulier les cellules, il est dirigé le long d'un plan perpendiculaire à l'axe de la lamelle atteindre deux cellules de Purkinje opposée à celle sur laquelle il branches. Les fibres parallèles qui arrivent sur les cellules bidons, transportent un signal d'excitation qui se traduit par un signal inhibiteur pour les cellules de Purkinje situées dans plus caudale et crânienne fichier, produisant une inhibition latérale qui augmente le contraste entre les cellules de ces fichiers .

efférente

Les impulsions corticifughi sont l'intégration d'inhibition et elles sont toutes données ou téléchargées à partir de la somme des impulsions sur les cellules de Purkinje. Les axones des cellules de Purkinje, quittent la matière grise pour terminer dans les noyaux intrinsèques de la substance blanche où ils exercent une activité inhibitrice supplémentaire qui neutralise l'action du côté excitateur de mousse et de fibres d'escalade. Un autre contrôle des impulsions a également lieu sur et à partir de cellules de Purkinje eux-mêmes: la branche collatérale requérante, qui est détaché de leur axone peu après sa naissance, est dirigé vers le denditri dans le but de réduire l'activité efférente avec son la fonction inhibitrice de la cellule elle-même.

Enfin, les fibres efférentes du cervelet proviennent de noyaux intrinsèques se produisent lorsque les modulations impulsion d'inhibition finale après le passage dans le cortex.

glomérule cérébelleuse

Les fibres moussues, finition en expansion rosettes dendrites des cellules granulaires, formant le cérébelleuse glomérules. Ces glomérules sont constitués par l'expansion d'un terminal de fibre muscoide, 4-5 dendrites des cellules granulaires et dall'assone des cellules de Golgi. Dans les glomérules il faut placer la modulation de la transmission des impulsions transportées par fibres moussues aux granules qui passent alors dans les cellules de Purkinje. L'impulsion excitatrice est, en effet, commandé dans le sens des cellules de Golgi de dall'assone inhibiteurs qui, travaillant en tant que réseau, sélectionner l'étendue des afférences qui doit atteindre le cortex.

connexions afférences

Les afférences du cervelet sont représentés par les fibres moussues qui se terminent et activent les cellules granulaires, les cellules de Golgi et les noyaux cérébelleux et par des fibres grimpantes provenant de l'olive inférieure qui forment au lieu synapses avec des noyaux cérébelleux, avec les cellules au panier, avec les cellules de Golgi et controlatéral sur les cellules de Purkinje. Les fibres qui conduisent au cervelet sont spinocérébelleuse, trigeminocerebellari, vestibolocerebellari, reticolocerebellari et pontocérébelleux olivocerebellari.

fibres spinocérébelleuses

la fibres spinocérébelleuses Ils sont divisés en arrière, avant et rostrale[17]. Ils sont de toutes les voies excitateurs, et avant d'entrer dans le cortex, émettent nantissements aux noyaux du toit, en forme de bulbe et emboliforme.

Largeur arrière spinocérébelleuse

la spinocérébelleuse faisceau arrière provient de la colonne Clarke, la base de la corne postérieure de la neuromeri thoracique, les dates ipsilatéral, pénètre par le pédoncule cérébelleux inférieur et se termine ensuite ipsilatéral à la vis sans fin et les régions adjacentes du lobe antérieur de l'hypophyse et de la pyramide et dans les régions adjacentes du lobe postérieur[18]. Compte tenu des afférences de la colonne de Clarke[19] cet ensemble fournit les informations proprioceptives et extéroceptive venant de l'extrémité inférieure homolatérale. Une caractéristique de ce faisceau est d'avoir des axones avec le plus grand diamètre autour du système nerveux central qui, avec ses 20 heures, permet une plus grande vitesse de conduction[18].

spinocérébelleuse avant Faisceau

la spinocérébelleuse poutre avant origine au niveau lombo-sacrée dans la matière grise intermédiaire de la moelle épinière, decussa immédiatement après le départ et remonte jusqu'au mésencéphale, puis descendre et entrer dans le cervelet par le pédoncule cérébelleux supérieur. Dans la substance blanche du cervelet les fibres de ce faisceau decussano un deuxième temps, détacher les terminaisons pour les noyaux cérébelleux et ensuite conduire au cortex cérébelleux. Merci aux deux intersections, la répartition des fibres dans le noyau et le cortex est similaire à celle des fibres du faisceau arrière[18]. Ses afférences sont constitués par des informations relatives à des arcs réflexes des membres inférieurs et la partie inférieure du tronc.

Faisceau rostrale spinocérébelleuse

la rostral faisceau spino-cérébelleuse provient de la zone intermédiaire des cornes postérieures de la substance grise de la moelle épinière cervicale, ipsilatéral remonte le long de la moelle épinière et le tronc cérébral et ensuite entrer dans le cervelet par le pédoncule cérébelleux inférieur où elle distribue aux parties similaires à celles du faisceau cuneocerebellare du cortex. Il transporte des informations sur les arcs réflexes des membres supérieurs et le tronc supérieur.

faisceau cuneocerebellare

la faisceau cuneocerebellare Il provient du noyau cunéiforme et l'accessoire noyau cunéiforme, suit le dossier cunéiforme va ipsilatérale puis entrez dans le cervelet. Ici se termine dans la partie arrière du lobe frontal, les fibres proprioceptives qui sont distribués au sommet des lamelles et le extéroceptive à leur base. Les régions dans lesquelles les extrémités sont lobule central, les culmen, le lobule simple, le côté du lobe central, le front quadrangulaire lobule et à l'arrière, le tubercule, la pyramide, la luette, la partie inférieure du lobule semi-lunaire et lobule biventre . Il fournit des informations sur les muscles, les articulations et les membres supérieurs neurones sensoriels cutanés.

Fibre trigeminocerebellari

la fibres trigeminocerebellari Ils proviennent des noyaux du nerf trijumeau dans le tronc cérébral et apporter ipsilatéral au cervelet au lobule simple et le lobule quadrangulaire avant, mais aussi la homolatérale inférieure d'olive, qui à son tour la projection au cortex du cervelet. Ils transportent l'information proprioceptive et la tête intéroceptive.

Fibre olivocerebellari

Les fibres grimpantes qui entrent dans le cervelet proviennent uniquement des noyaux appartenant au complexe olivaire inférieur: de nés ici à la fin de zones controlatérales (comprenant des bandes longitudinales) des cellules de Purkinje du cortex cérébelleux. Le côté des fibres d'escalade sont détachés pour les noyaux cérébelleux ou vestibulaires qui font synapse avec les cellules de Purkinje atteint en montant le même. De cette façon, les fibres de olivocerebellari peuvent contrôler les signaux de sortie provenant du cervelet[18]. Sur la base de la division du complexe olivaire inférieur vous avez deux origines différentes pour les fibres grimpantes:

  • olivaire noyau principal: Où les fibres de olivaires qui sont dirigés vers le côté d'émission de cortex cérébelleux pour les noyaux vestibulaires latérales et cérébelleux.
  • Accessoire noyau olivaireMonter la vis sans fin et les hémisphères adjacents.

Fibre vestibolocerebellari

la fibres primaires vestibolocerebellari Ils proviennent du nerf vestibulaire, une branche de nerf vestibulocochléaire, iuxtarestiforme à travers le corps et le ipsilatérale noyau vestibulaire supérieur à ensuite être distribué à la couche de granulés de la partie inférieure de la luette, le nodule, à partir de la partie ventrale du lobe antérieur et le fond des fissures profondes de la vis sans fin dans le cortex cérébelleux[20].

la fibres secondaires vestibolocerebellari provenir du noyau vestibulaire supérieur, médian et dall'inferiore, apporter bilatéralement dans le cortex cérébelleux dans les mêmes régions des fibres de vestibolocerebellari primaires et plus encore au floc.

Fibre reticolocerebellari

la fibres reticolocerebellari provenir du noyau réticulaire latéral dans l'ampoule et par les noyaux réticulaires et tegmentali paramédian du pont.

  • noyau réticulaire latérale: Les projets des deux côtés du ver et les hémisphères. Les fibres provenant de la partie dorsale du noyau est ipsilatéral à l'hémisphère cérébelleux plomb correspondant, celles de la partie ventrale du noyau sont répartis de manière bilatérale à la vis sans fin; des branches menant au noyau du pignon, à emboliforme noyau et à une partie du noyau globulaire.
  • paramédian noyau réticulaire: Largement projeté au cervelet entier.
  • tegmentale noyau réticulaire: Projeter au cervelet via le moyen de cérébelleuse pédoncule et ses fibres se terminent dans le lobe antérieur, lobule simple, vermis folium, tubercule, le nodule et du floc; branches faisant saillie vers le noyau du pignon, au noyau globulaire et le noyau dentelé.

Fibre pontocérébelleux

la fibres pontocérébelleux Ils proviennent des noyaux pontiques et entrer dans le cervelet par le milieu dont pédoncule cérébelleux composent presque tous les afférences.

  • Noyaux pontiques dorsaux: Recevoir afférences des aires visuelles du cortex et portant des informations sur la commande de mouvement à la projection lobule simple, antérieur lobule quadrangulaire, vermis folium et tubercules.
  • Noyaux pontique réticulaire: Projeter à tous les domaines du cervelet, sauf pour le nodule et la lingula, certains viennent à côté du noyau dentelé.

connexions efférentes

Vous pouvez diviser les connexions efférentes du cervelet dans les saillies inhibitrices de l'écorce (et dans le cas des cellules de Purkinje) dirigé vers les noyaux cérébelleux et vestibulaire et projections efférentes directes des noyaux cérébelleux aux centres moteurs brainstem et le cortex moteur.

Les principaux efférents du cervelet sont les fibres corticonucleari, corticovestibolari, cerebellovestibolari, cerebelloreticolari, cerebellorubre et cerebellotalamiche.

Efférences de l'écorce

Vermis cérébelleux principalement des projets vers les noyaux vestibulaires et le noyau de l'extrémité du pignon, tandis que les hémisphères cérébelleux faisant saillie vers le noyau dentelé, le emboliforme de noyau, à globuleuse noyaux et à diverses parties de la formation réticulaire.

Zone écorce

cervelet
la zone du cortex cérébelleux

Le cortex cérébelleux est suddivisia zones en fonction de la destination des fibres qui sont nés[21]. Cette division se compose de bandes (zones) de Les cellules de Purkinje non détectables dans les coupes histologiques classiques. Le ver dans le lobe antérieur et le lobule simples sont divisés en:

  • Zone A: le plus interne de la bande sans fin (comprenant le cortex entier) et fait saillie vers le pôle crânienne du noyau du toit;
  • Zone B: la bande du côté de la vis sans fin (limité à lobule simples) et fait saillie vers le noyau vestibulaire latéral.

En continuant vers les hémisphères, dans la région intermédiaire, ils sont présents:

  • zone C1: Emboliforme en saillie vers le noyau;
  • zone C2: Projeter au noyau globulaire;
  • zone C3: Les projets Emboliforme au noyau.

Le reste des hémisphères est constitué par:

  • zone D: faisant saillie vers le noyau dentelé.

Les autres parties du cervelet ont une subdivision zonale d'une importance mineure ou encore peu claire, lieu de repos de nombreux efférents. Le floc, cependant, n'a pas de zones et de ses saillies sont dirigées vers le noyau vestibulaire supérieure, médiane et inférieure.

Fibre corticonucleari

Le 'fibres corticonucleari proviennent de Les cellules de Purkinje la vis sans fin du lobe antérieur du cervelet, une région dans ladite zone A, qui comprend la partie médiane de la vis sans fin et qui comprend toutes les divisions de la vis sans fin à l'exception du nodule. Ces fibres font saillie vers le pôle crânienne du noyau fastigium. Les vermis folium et le tubercule, deux régions du ver recevant des afférences visuelles, projetant également le noyau du pignon, mais à son pôle caudale et sont impliqués dans les saccades. Les zones C1 et C3, latérales à la zone B et comprenant des cellules de Purkinje du cervelet hémisphères en saillie sur les deux noyaux emboliformi, tandis que la zone C2, parmi eux, notamment, en saillie à noyau globulaire. Le reste des hémisphères, la plus latérale, en saillie vers le noyau dentelé. Les fibres sont en partie corticonucleari efférents de paleocervelletto (ceux qui proviennent de zones B, C1, C2 et C3) et dans une partie du neocervelletto (tous les projets au noyau dentelé).

Fibre corticovestibolari

la fibres corticovestibolari proviennent des cellules de Purkinje du ver du lobule avant du cervelet, à savoir par une bande longitudinale étroite (donc perpendiculaire aux lamelles) juste en dehors de la zone A, ladite zone B qui comprend un lobe central, culmen et particulièrement simple lobule. Leurs axones se projetant à l'ipsilatéral noyau vestibulaire latérale, dans le pont. La pyramide, la luette, le nodule et le floc projeté directement sur les noyaux vestibulaires supérieure, médiane et inférieure. En général, les fibres sont de dell'archicervelletto de efférents.

noyaux efférents

Les noyaux intrinsèques efférents sont dirigés vers les centres moteur et le tronc cérébral, du thalamus à travers le cortex moteur.

Fibre cerebellovestibolari

la fibres cerebellovestibolari Ils comprennent les connexions des noyaux cérébelleux avec les noyaux vestibulaires. Le noyau de la fastigium est mutuellement reliée avec les noyaux vestibulaires, son efférente le plus important dans ce sens est le fichier de hamatum que decussa au sein de la substance blanche cérébelleuse, passe en arrière du pédoncule cérébelleux supérieur et atteint les noyaux vestibulaires latérales. Du noyau du pignon, mais aussi il donne lieu à un contingent de fibres non croisées qui atteint les noyaux vestibulaires (inférieur et médian) à travers les pédoncules cérébelleux inférieurs. Dans le noyau vestibulaire latéral provient alors le faisceau vestibolospinale côté, tandis que dans le noyau vestibulaire médian du faisceau vestibulaire médian. Certaines des fibres de l'âme ne fait pas fastigium sinaptano dans les noyaux vestibulaires et en progressant vers le bas dans la moelle épinière constituant le faisceau fastigiospinale. Les noyaux vestibulaires médial et inférieur des fibres faisant saillie à thalamus par l'intermédiaire du faisceau longitudinal médian, ces fibres sont impliquées dans le réflexe vestibulo-oculaire.

Fibre cerebelloreticolari

la fibres cerebelloreticolari Ils comprennent les connexions des noyaux cérébelleux avec la formation réticulaire. Certaines fibres cerebellovestibolari provient du noyau polaire de l'fastigium crânienne traversant les noyaux vestibulaires et ensuite distribués à la formation réticulée interne et les grands neurones du noyau réticulaire médiale. La formation réticulaire à son tour, est relié à la moelle épinière par l'intermédiaire du faisceau réticulo médian réticulo et la poutre latérale. Le pôle caudal des fibres d'âme de fastigium qui proviennent decussano et conduisent à la formation réticulaire médiane du pont, ils contrôlent les mouvements de regard horizontal.

Fibre cerebellorubre

la fibres cerebellorubre Ils comprennent les connexions des noyaux cérébelleux avec le noyau rouge du mésencéphale. Le noyau emboliforme projette à la partie magnocellulaire noyau rouge et cela à son tour donne lieu à faisceau rubrospinale qui est cependant peu développée chez l'homme par rapport à d'autres animaux. Les projets de noyau dentelé à parvicellulare partie du noyau rouge qui à son tour donne lieu à l'aire tegmentale central du faisceau qui se connecte avec le principal noyau olivaire.

Fibre cerebellotalamiche

la fibres cerebellotalamiche Ils comprennent les connexions des noyaux cérébelleux avec thalamus. Les projets de noyaux de emboliforme au noyau latéral ventral du thalamus, qui à son tour est relié avec le cortex moteur, et notamment aux parties dont ils proviennent fois des fibres au contrôle des muscles des membres axial. Les projets de noyau dentelé vers le noyau latéral ventral du thalamus via le faisceau dentatotalamico, le noyau est à son tour connecté avec le cortex prémoteur. Enfin aussi des fibres de l'âme fastigium viennent au thalamus, certains passage devant les noyaux vestibulaires de l'autre pont, principalement son origine à partir de sa partie caudale d'une manière directe.

Anatomie fonctionnelle

Les informations provenant de la périphérie portent les détails des mouvements au cours de leur exécution permettant le cervelet de contrôler le tonus musculaire au cours des mouvements eux-mêmes, puis d'adapter immédiatement l'état de la contraction des muscles aux variations de charge ou des exigences physiologiques en ce qui concerne l'amplitude, l'efficacité, la trajectoire et la durée du mouvement[22]. Ce faisant, permet donc de minimiser les contractions non coordonnées muscles antagonistes qui provoquent des petites oscillations pendant le mouvement, le soi-disant tremblement physiologique (Ceci est impliqué dans la partie postéro-externe du cervelet[23]).

Les deux signaux périphériques et centraux sont comparées à chaque moment et utilisées pour produire une réponse efficace pour moduler, et peut-être correct, le signal se trouve dans le trajet descendant qui ascendant. Là où il y a des différences entre le mouvement programmé et effectivement réalisé, le cervelet est en mesure de corriger, avec un mécanisme de rétroaction négative, mouvement au cours de sa réalisation.

Le fonctionnement du module de cervelet répète inchangée malgré les différentes connexions et les fonctions affectées. L'écorce est réalisée partout par les mêmes couches qui sont obtenus par les mêmes fibres afférentes et à partir de laquelle partent le seul type de fibres efférentes directement aux noyaux intrinsèques du cervelet[24].

Un dommage cérébelleuse, enfin, ne l'empêche pas l'utilisation d'une fonction particulière, mais il réduit l'efficacité.

l'apprentissage moteur

Ces capacités du cervelet appliquent à la fois au cours des processus cognitifs (impliquant les zones limbiques et corticales paralimbique) à la fois au cours de la répétition des mouvements complexes (apprentissage du moteur). La répétition de certains moteurs dans le temps des schémas, modifier les circuits cérébelleuses (effet plastique) en augmentant l'efficacité de commande dans le moteur d'acte et donc aussi l'efficacité avec laquelle il est fait. Il parle en particulier d'action qui nécessitent des modèles élevés de coordination (jouant du piano), et dans lequel l'exécution d'actes individuels qui composent le mouvement est indépendant de l'intervention consciente du cortex cérébral[24].

Dans le cervelet, il est crée ensuite un modèle de mouvement très précis qui est transmis à l'ensemble inférieur olivaires par des saillies latérales du faisceau cortico-spinal. Même quelques informations cérébelleuse sortant par le pédoncule cérébelleux supérieur qui atteignent le noyau rouge sont ensuite relayées à l'olive inférieure pour la comparaison avec le schéma du moteur d'origine[23].

Correction du mouvement

Dans tous les cas, il semble que précisément pour cette raison, le système de fibres d'escalade de olivocerebellari est impliqué dans la correction des erreurs dans les moteurs de réplication d'un système déjà prédéfinis et stockés[23]. Les fibres d'escalade, en fait, augmenter leur téléchargement de complexes potentiels générant une augmentation de Californie2+ intracellulaire très évident. Ceci, sommatosi augmenter par rapport à la stimulation des mêmes cellules par les fibres parallèles, induit dans ce dernier un processus de dépression synaptique à long terme (la dépression à long terme) Fondamentalement causée par endocytose des récepteurs AMPA glutamate avec une diminution conséquente de la décharge des cellules de Purkinje sur les noyaux. Ainsi, le mouvement aura tendance à être corrigées par le contrôle des routes cervelet sur l'écorce et les voies motrices descendantes.

Le maintien de la position verticale

À cet égard, il joue un rôle essentiel dans les vermis être impliqués dans la série de mouvements musculaires inconscients qui permettent de maintenir la position verticale pendant qu'il effectue une action et tout à fait connu comme anticipation du moteur[23]. Lorsque vous prenez un livre d'une étagère, par exemple, ils sont activés avant les muscles fléchisseurs plantaires de la cheville et non les fléchisseurs épaule, la coude ou doigts. Cela permet à l'avant de la pied repousser la membres inférieurs et tronc dans le moment où il saisit le livre qui permet de maintenir la stabilité. Lorsque nous élevons le livre, puis, les muscles érecteurs colonne vertébrale corriger le poids de l'ouvrage et du bras empêchant le déséquilibre dans la tête en avant et le tronc. En même temps, les récepteurs labyrinthiques informent le cervelet de chaque variation de l'équilibre lui permettant de mener à bien une réponse cohérente avec les intentions et les mouvements effectués[23].

Calendrier et coopération

Un exemple de l'importance du moment qui doit être les mouvements du moteur et de la coordination entre les muscles que vous avez en lecture. Pour lire une page d'un livre est nécessaire que chaque ligne yeux coulant lettres dans les lignes arrière pour commencer enclenchent la ligne suivante[23]. Des erreurs dans cette action peut provoquer dyslexie[23].

maladies

blessures

cervelet
Exemple de démarche chancelante typique

Les blessures au cervelet sont tous liés par une perte de mouvement ou de coordination ataxie. lésions cérébelleux spécifiques, bien sûr, conduisent à des types particuliers d'ataxie qui résulte toujours du même côté de la lésion[25].

Lésions de la ligne médiane du ver ou lobule flocculonodulare conduisent à une 'ataxie du tronc, avec une caractéristique typique démarche chancelante ivre. Cette incoordination accompagne habituellement avec des mouvements oculaires anormaux (nystagme)[25].

Blessure de provoquer un ver latéral 'ataxie appendiculaire, membre incoordination qui se traduit par l'incapacité d'effectuer des mouvements appropriés à la distance pour se rendre à (asymétrie) Et tremblement d'intention dire des modifications de la contraction musculaire au cours de l'acte moteur[25].

Blessure à la tête antérieure du lobe à une augmentation anormale du tonus musculaire (hypertonie). Ce symptôme est également un signe d'une lésion corticale avec des activités intactes profondes noyaux: dans ce cas, nous assistons à une hypertonie des muscles extenseurs qui provoque une hyperextension de la tête et du cou (opisthotonus)[25].

Même le 'hypotonie, qui est la perte de tonus musculaire, est une altération qui peut être causée par une blessure au cervelet. L'hypotonie affecte tous les muscles quand il y a une perte totale de la fonction du cervelet, ou seulement des muscles antigravité si affecte uniquement le noyau du toit[25].

Syndrome de l'angle ponto-cérébelleux

Ce syndrome est un cadre de anatomoclinico qui implique les éléments présents dans le cérébelleuse. La maladie est généralement causée par un tumeur qui implique la gaine nerf vestibulocochléaire ce qui provoque une déficience auditive, l'équilibre et les modifications de nerf facial. Si elle augmente, peut conduire à une altération pont, cervelet et autres nerfs crâniens. D'autres causes du syndrome peut être une compression due à des saignements ou des processus d'expansion brainstem[26].

notes

  1. ^ William Hodos, Evolution de Cerebellum, en Encyclopédie des neurosciences, Springer, 2009, pp. 1240-1243, DOI:10.1007 / 978-3-540-29678-2_3124.
  2. ^ Loup U, Rapoport MJ, Schweizer TA, L'évaluation de la composante affective du syndrome affectif cognitif cérébelleuse, en J. neuropsychiatrie Clin. Neurosci., vol. 21, nº 3, 2009, pp. 245-53, DOI:10,1176 / jnp.2009.21.3.245, PMID 19776302.
  3. ^ à b Mettre fin à EJ, Ionita CC, L Lohr, L'histoire du développement de l'examen cérébelleuse, en Semin. Neurol., vol. 22, nº 4, 2002, pp. 375-84, DOI:10.1055 / s-2002-36759, PMID 12539058.
  4. ^ à b de Traité d'anatomie humaine, Volume III, p. 89
  5. ^ Dale Purves, Neuroscience, édité par Dale Purves, 5, Sunderland, Mass., Sinauer, 2011, pp. 417-423, ISBN 978-0-87893-695-3.
  6. ^ Dale Purves Purves, Neuroscience., 4, New York, WH Freeman, 2007, pp. 197-200, ISBN 0-87893-697-1.
  7. ^ Dale Purves Purves, Neuroscience., 4, New York, WH Freeman, 2007, pp. 197-200, ISBN 0-87893-697-1.
  8. ^ de Traité d'anatomie humaine, Volume III, p. 93
  9. ^ à b c de Grey 's Anatomy, p. 258
  10. ^ à b en Grey 's Anatomy, p. 258 parle de cinq types de neurones, mais Traité d'anatomie humaine, Volume III, p. 96 parle aussi d'un sixième de la population, les cellules de la broche.
  11. ^ à b c et fa de Traité d'anatomie humaine, Volume III, p. 96
  12. ^ à b c de Grey 's Anatomy, p. 260
  13. ^ à b de Grey 's Anatomy, p. 261
  14. ^ à b de Traité d'anatomie humaine, Volume III, p. 100
  15. ^ à b c de Grey 's Anatomy, p. 336
  16. ^ à b de Le développement prénatal de l'homme, p. 397
  17. ^ L'adjectif rostrale, en anatomie, se réfère à la plupart crânienne d'un organe ou d'une section anatomique. Également utilisé en embryologie pour décrire la direction du développement, ils sont synonymes crânien et céphalique.
  18. ^ à b c de Grey 's Anatomy, p. 262
  19. ^ La colonne Clarke reçoit tous les afférences primaires des muscles et des articulations des membres inférieurs, qui atteignent à travers le dossier gracile, et les branches collatérales de neurones sensoriels cutanés.
  20. ^ de Grey 's Anatomy, p. 264
  21. ^ de Grey 's Anatomy, p. 265
  22. ^ de Traité d'anatomie humaine, Volume III, p. 94
  23. ^ à b c et fa g de Grey 's Anatomy, p. 267
  24. ^ à b de Traité d'anatomie humaine, Volume III, p. 95
  25. ^ à b c et de Traité d'anatomie humaine, Volume III, p. 102
  26. ^ de Traité d'anatomie humaine, Volume III, p. 92

bibliographie

  • Anastasi et al., Traité d'anatomie humaine, Volume III, Milan, Edi.Ermes, 2012, ISBN 88-7051-287-8
  • Susan Standring, Anatomie de Gray, Volume I, Milan, Elsevier, 2009, ISBN 978-88-214-3132-6
  • Keith Moore, T. V. N. Persaud, Le développement prénatal de l'homme, Napoli, EdiSES, 2009, ISBN 978-88-7959-348-9

Articles connexes

D'autres projets

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4125073-4