s
19 708 Pages

Cavalier (royaliste)
Charles Ier et ses partisans

cavalier Il était le nom qui a été donné, par opposition à parlementariste, à un disciple du roi Charles Ier au cours de la Guerre civile anglaise (1642-1651). le prince Rupert del Palatinato, commandant de la cavalerie de Charles Ier, est souvent considéré comme un archétype de cavalier[1].

origines

cavalier Il vient de espagnol caballeros, emprunté à son tour de latin vulgaire caballarius (Knight). Shakespeare Il a utilisé le terme cavaleros de définir un braillard arrogant ou présomptueux d'un homme dans son drame Henri IV, partie II, en particulier lorsque le Shallow juge du pays dit: « Je vais boire à la santé de Messer Bardolph, et tout cavaleros courir autour de Londres ".[2]

Guerre civile anglaise

Cavalier (royaliste)
Anthony van Dyck ca.1638, Lord John Stuart et son frère Bernard Lord, tous deux tombés combattant pour le roi.

le terme cavalier, Angleterre, est synonyme de réaliste, ou disciple du roi Charles Ier dans sa guerre contre les partisans de parlement dit parlementaires, au cours de la Guerre civile anglaise. Au début, il semblait un terme péjoratif donné aux partisans du roi Charles Ier par ses adversaires à l'été 1642.

cavalier, à ce moment-là, ne fut pas un terme pour décrire comment se habiller, mais révéler un concept global des attitudes sociales et politiques. Cependant, dans la première moitié de XVIIe siècle le terme est devenu synonyme de la Cour d'élégance qui comprenait les cheveux longs, des costumes élaborés, faits de tissus précieux, des couleurs vives et agrémenté de dentelle et des chapeaux avec des plumes[3]. Ce contraste avec les vêtements des disciples les plus extrêmes parlementaires qui portait les cheveux courts et des vêtements simples.

Le terme a été inventé par parlementaires comme un terme péjoratif pour montrer le chemin d'être licencieux, frivole et ivrognes.

Daniel Defoe il a écrit Mémoires d'un Cavalier (En italien: Mémoires d'un chevalier), Un roman historique dont le protagoniste était un disciple de Charles Ier[4].

notes

  1. ^ , Manganiello, p. 476
  2. ^ Inglese Oxford Dictionary: "Cavalier"
  3. ^ OED "Cavalier", ce qui signifie 4. attrib., Première cotation « 1666 EVELYN produits laitiers 13 septembre Le Queene était maintenant dans son riding habite cavalier, chapeau et plume, et le coate Horseman ".
  4. ^ Daniel Defoe, Mémoires d'un chevalier, ou un journal militaire de la guerre en Allemagne et les guerres en Angleterre, de 1632 année 1648. écrite il y a soixante ans par un gentleman anglais, d'abord enrôlé dans l'armée de Gustavo Adolfo, le glorieux roi de Suède , jusqu'à sa mort; puis l'Armée royale du roi Charles Ier, depuis le début de la rébellion à la fin de la guerre; par Paolo del Colle; traduction de Vito Bianco, Rome: Fazi, 1997, ISBN 88-8112-051-8

bibliographie

  • Barratt, John. Cavalier généraux: le roi Charles Ier et ses commandants Inglese dans la guerre civile, 1642-46, stylo Épée militaire, 2005
  • (FR) Hugh Chisholm (ed) Encyclopédie Britannica, XI, Cambridge University Press, 1911.
  • Carlton, Charles. Aller à la guerre: L'expérience des guerres civiles britannique, 1638-1651, Routledge, 1994 ISBN 0415103916.
  • Hume David, L'histoire de l'Angleterre de l'invasion de Jules César à la Révolution en 1688 (Volume V).T. Cadell, 1841
  • Manganiello Stephen C. Le Concise Encyclopédie des révolutions et des guerres de l'Angleterre, l'Ecosse et l'Irlande, 1639-1660, Scarecrow Press, 2004, ISBN 0810851008
  • Memegalos, Florene S. George Goring (1608-1657): Caroline et Royaliste générale Courtisan, Ashgate Publishing, Ltd., 2007 ISBN 0754652998
  • Oxford Dictionary Inglese Deuxième édition 1989 (OED).
  • Barratt, John; L'armée royaliste Cavaliers à la guerre 1642-1646, Pubs Sutton, 2000, ISBN 0-7509-3525-1
  • Stoyle, Mark; Le choix côtés dans la guerre civile Inglese BBC, récupéré 2008-09-16
  • John Cruso Instructions militaires du Cavalier: ou règles et directives pour le service du cheval [connexion terminée] d'abord publié en 1632 (La science militaire en Europe occidentale au XVIe siècle page 45)