s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - « Cathédrale de Sant'Agata » voir ici. Si vous êtes à la recherche de l'église Ali, voir Cathédrale de Sant'Agata (Ali).
Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche de la co-cathédrale Gallipoli, voir Co-Cathédrale Basilique de Sainte-Agathe.
Piazza Duomo

Cathédrale de Sant'Agata
Fontaine de l'Eléphant
Palais des Eléphants
Palazzo dei Chierici
Fontana dell'Amenano
Terme Achilliane
Porta Uzeda

  • Via Vittorio Emanuele II
  • Piazza San Francesco
  • via Crociferi
  • Mur de Charles V
  • Piazza Stesicoro
  • Piazza Giovanni Verga
Catania Histoire

municipalité - architectures - Églises principales - grandes places - Bains romains - jardins - musées - théâtres - sportif - personnalité - Sicilien

Galerie de photos
Cathédrale métropolitaine de Sant'Agata
Catane - Cathédrale Sant' src=
externe
état Italie Italie
région Sicile Sicile
emplacement Catania-Stemma.png Catane
religion Christian catholique de rite romain
titulaire Sant'Agata
diocèse Archidiocèse de Catane
style architectural normand, baroque
Les coordonnées: 37 ° 30'09 « N 15 ° 05'17 « E/37,5025 ° N ° E 15,08805637,5025; 15.088056

la Cathédrale métropolitaine de Sant'Agata est le Lieu principal de culte catholique de Catane, église mère dell 'archidiocèse homonymie métro et le siège de paroisse.[1][2]

La cathédrale est dédiée à vierge et martyr Sant'Agata, patronnesse la ville de Catania, et est situé dans le centre de la ville dans la partie sud place de la Cathédrale, dans le quartier de la cathédrale de Catane ou Achilliane Terme - San Filippo Plan.

en Juillet 1926 papa Pio XI il a élevé à la dignité de basilique mineure.[3]

histoire

Cathédrale de Saint-'Agata
le côté sud de la spéciale d'origine transept du dôme (XIe siècle).

L'église a été à plusieurs reprises détruit et reconstruit après les tremblements de terre qui se sont produits au fil du temps. La première date édifice à la période 1086-1094 et il a été construit sur les ruines de Terme Achilliane et un temple païen datant du Romains, à l'initiative de Ruggero Conte, qui était venu spécialement de la Calabre (Sainte-Euphémie) l'abbé bénédictin Ansgerio, qui il a été nommé évêque du diocèse du droit de la ville reconstituée par le roi normand, en acquérant le bâtiment toutes les caractéristiques ecclesia fourni (Ie fortifiée).[4]

Déjà le 4 Février 1169, un tremblement de terre catastrophique fait effondrer complètement le plafond, tuant la plupart des gens se sont réunis dans la cathédrale pour vacances Sainte-Agathe.[5] en 1194 un incendie a créé des dégâts considérables et enfin 1693 la tremblement de terre qui a frappé la Noto Valley presque complètement détruite, laissant debout que la abside et la façade après la chute de la tour de la cloche.[6][4]

la Norman reste consister dans le corps du haut transept, deux tours de moyeux (peut-être contemporains à la plante primitive) et trois absides semi-circulaires, qui, visible à partir de la cour arzobispado, sont constitués de gros blocs de pierre de lave, dont une grande partie a été récupéré 'amphithéâtre romain; des parties de paroi de champ et la paroi du prospectus ont été incorporés par la reconstruction du dix-huitième siècle.[7]

Le bâtiment actuel est le travail Girolamo Palazzotto, qui est occupée principalement de l'intérieur, alors que Giovanni Battista Vaccarini Il a conçu et a suivi les travaux du façade avec des interventions et des modifications qui ont continué de 1734 un 1761; le même architecte a également un projet de dôme, jamais fait.[8]

Les travaux de construction du bâtiment a continué pour toute XVIIIe siècle et ils ont continué même après la réouverture au culte de la cathédrale. Pendant les travaux de restauration de 1795 un 1804 la Saint Francis Borgia Eglise Il a couvert les fonctions de la cathédrale.

seulement en 1857 Il a été achevé beffroi et il est aussi le XIXe siècle la configuration actuelle du cimetière de l'église.[6]

description

externe

Cathédrale de Saint-'Agata
la façade

L'accès à cimetière de l'église à travers un bref escalier en marbre culmine dans un fer forgé orné de 10 saints bronze. Le carré est divisé par place de la Cathédrale une balustrade en pierre blanche ornée de cinq grandes statues de saints en marbre Carrara.[9]

L'extérieur de la cathédrale se caractérise par façade, où il présente des similitudes évidentes avec la façade contemporaine Amico pour Sant'Anna Palerme, comme si le Sicile il voulait exprimer son modèle dérivé de Rome mais il généré par les directives de l'Eglise de la Sicile, à l'est comme à l'ouest.

Le tableau a trois ordres composites corinthien, et grenier complètement marbre de Carrare. La première commande se compose de six colonnes de granit de fabrication ancienne venant peut-être de Théâtre romain, surmonté de la crête de la famille noble Galletti Il appartenait à l'évêque Pietro Galletti. Le deuxième ordre a également six moins grandes et deux petites colonnes sur les côtés de la grande fenêtre centrale. Toutes les commandes sont ornés de statues en marbre de Agatha au centre sur la porte centrale, Sant'Euplio droit et Beryl St. gauche. Les deux grandes fenêtres ovales sur les côtés sont accompagnés par les deux acronymes se réfèrent à des expressions liées au culte du saint: MSSHDEPL[10] et NOPAQVIE.

La porte en bois est constitué de trente-deux panneaux, finement découpé, illustrant à partir du haut à gauche: dans le premier registre sont les trois armorial Ansgerio l'évêque de papa Urbano II et Roger I de Sicile avec des légendes depuis les trois protagonistes de la fondation de la cathédrale, tout en fermant la série en jouant un rapace survolant les nuages ​​orageux avec la légende aera imbes quae transcreditur; dans le second registre montre les armoiries de l'examen de la reconstruction des protagonistes de la cathédrale (évêque respectivement, Pape et souverain), que Pietro Galletti, Papa Clemente XII et Charles III d'Espagne avec des légendes, ferme la série crête Catane avec la légende de slogans municipaux; Le troisième registre est quatre attributs du diocèse et leurs légendes, ou un oiseau dans le nid tout en affectant sa poitrine pour nourrir leurs poussins (semblable à l'icône du chrétien pélican; la devise est charitas omnia Suffert), Un homme barbu écrasé par un volcan derrière lequel se dresse la croix de résurrection à laquelle l'homme est enchaînée par la cheville (la pose de la figure rappelle iconographique atlas, mais il remonte au mythe de Tifeo; la devise est empire subiacet), Un arbre coupé des vents (deux ventilateurs potelés faces) à partir de laquelle plusieurs feuilles d'automne (la devise est solum Sjögren convellunt) Et enfin un volatile à l'enjeu d'une dont la devise est bucher Spes nescit sainte croisade; le dernier registre représente les attributs du patron de Sant'Agata et sont un autel sont posés sur une épée de la pince et une corde écrasée à partir d'une plaque sur laquelle sont les seins de la saint (la devise est Urbis et praesidium munimen), Un four rempli avec des éclairs d'étouffement de feu et surplombé par les seins couronnées et coeur en flammes (la devise est inestinguibilis amour), Un missel ouvert avec les mots la délinquance fret Patriam Agathae is quia ULTRIX iniuriarum avec vue sur les symboles impériaux (la couronne et le sceptre) à l'envers (la devise est refellitur impietas pitié), Et enfin une ferme arc en ciel qui recouvre une table avec des ailes tendues sur lequel est l'acronyme M.S.S./H.D./et/P.L. (Il est clair indiquant la table angélique de la tradition, la devise est foedus eternum)[11]. Sur les côtés de la porte centrale, sur deux supports haut, les statues de marbre sont placés dans Saint-Pierre et Saint-Paul.[12]

Le dôme, situé croisière, Il remonte à 1802 du projet Carmelo Battaglia et il est fourni avec des colonnes et de grandes fenêtres qui éclairent l'intérieur. la beffroi Il a été construit pour la première fois 1387 à gauche du prospectus, carnet de commandes d'environ 7 mètres par rapport à la façade et était supérieure à 70 mètres.

La tour carrée de 15 mètres de chaque côté. Son histoire est très bosselée, car il sera plusieurs effondrements et tant de reconstructions. en 1662 Il a également été porté à l'inclusion d'une horloge et a été porté à la hauteur vertigineuse de 100 mètres. Mais le 11 Janvier, 1693, en raison du fort tremblement de terre qui a frappé la ville, il est effondré, même balayer l'église sous les décombres a tué plus de 7 000 fidèles rassemblés dans la prière. Il a été reconstruit avec une église après le séisme 1693, avec la plus grande cloche fusionnée dans le sommet 1619 le diamètre de 1,80, tombant de la tour pendant le tremblement de terre, mais est restée intacte, ainsi que les gens de la cloche 1505.

entre 1867 et 1869 l'architecte Carmelo Sciuto Patti Il a construit le clocher et la lanterne du dôme.[9]

Nef droite

Les élévations de l'autel trouvé dans les deux bas-côtés, se composent de peintures caractérisées par des cadres monumentales dans le style baroque bois sculpté et doré. après la reconstruction tremblement de terre de Val di Noto en 1693 Il détermine l'uniformité des styles et des formes tout en maintenant un niveau élevé de grandeur et le caractère de l'opulence. Peu de tableaux, y compris des chefs-d'œuvre exposés, ont passé indemne la désastreuse événement sismique, une grande partie du patrimoine artistique actuel, en particulier le cycle flamand est dû au mécénat mis en œuvre par des prélats éclairés.

  • Avant la durée: fonts baptismaux, fresque San Giovanni Battista et le baptême de Jésus dans le Jourdain, travail Giovanni Tuccari la 1741 - 1743.
  • Deuxième travée: dédié à Altar Santa Febronia, peint Martyre de Saint Febronia, travail Guglielmo Borremans la 1730 commandée par Pietro Galletti en hommage à la patronne de Patti, ancienne maison de l'apostolat de l'évêque. Toutes les œuvres du peintre flamand sont faites pendant le séjour en Catane 1730 pour l'embellissement du temple reconstruit à nouveau. Devant l'autel, appuyé contre un des douze piliers séparer l'allée de la centrale, il est placé le monument funéraire du musicien Catania Vincenzo Bellini. Les sculptures réalisées en marbre de Carrare et bronze Ils sont par Giovanni Battista Tassara, la plaque est gravé avec le 'mots d'ouverture dell 'air de La Sonnambula:[12]

« Ah! Non mirarti sera bientôt cru éteinte fleur ... "

(Felice romani)
  • Troisième travée: autel dédié à Santa Rosalia, peint Gloire de Santa Rosalia de Guglielmo Borremans la 1730, œuvre commandée par Pietro Galletti en hommage à la patronne de Palerme.
  • Quatrième chapelle empan autel dédié à Sacré-Coeur de Jésus, statue Sacré-Coeur de Jésus.
  • Cinquième travée: autel dédié à Saint Antoine de Padoue, peint Saint Antoine de Padoue travail Guglielmo Borremans la 1730. Se penchant contre le pilier de la tombe de l'évêque Emilio Ferrais par le sculpteur Pietro Pappalardo.
  • Sixième durée: dédiée à l'autel Sainte famille, peint Sainte famille par Pietro Abbess.[4] En face de cet autel, appuyé contre le pilier, il se trouve la tombe de Domenico est mort à Orlando 1839.
  • Septième travée: dédié à Altar Santa Maria, peint Mary Co travail Emanuele Di Giovanni la 1961. Sous la table repose Giuseppe Benedetto Dusmet. Adossé le pilier cénotaphe Cardinal, monument à la béatification, le travail de Filadelfo Fichera.

allée gauche

  • Avant Envergure: autel dédié à San Giorgio, peint Saint-Georges et le dragon par Girolamo La Manna 1624.
  • Deuxième travée: autel dédié à Saint Francesco da Paola, peint San Francesco di Paola par Giuseppe Guarnaccia.[4]
  • Troisième durée: dédiée à l'autel Notre-Dame de Grace, peint Madonna delle Grazie et Saints avec St. Gaetano et St. Filippo Neri travail Giovanni Tuccari la 1741, fait à la commission Pietro Galletti Archevêque de Catane ancien évêque de Patti.
  • Quatrième durée: l'entrée de l'allée à gauche avec le travail portail externe de Giovan Battista Mazzolo la XVIe siècle, style plus proche de la main de son fils Giandomenico, auteur de décorations Chapelle du Crucifix.[13]
  • Cinquième durée: Autel de Sant 'Antonio abate, peint Sant'Antonio Abate dans le désert travail Guglielmo Borremans la 1730, client Pietro Galletti. Se penchant contre le pilier de la tombe du travail évêque Carmelo Patanè Raffaele Leone.
  • Sixième travée: Altar Sant'Agata, peint Martyre de Sainte-Agathe travail Filippo Paladini la 1605.[14][4] Se penchant contre le pilier est placé dans la tombe Corrado Maria Deodato Moncada travail conçu par Antonio Calì.
  • Septième durée: Altar San Beryl, peint Saint-Pierre San Beryl consacre premier évêque de la ville, les travaux de Andrea Suppa. Se penchant contre le pilier de la tombe du cardinal Giuseppe Francica-Nava de Bontifè.

transept

  • Sur l'arc de triomphe droit de presbyterium pilier avant se trouve le tombeau de l'évêque Michel-Ange Bonadies.
  • transept droit occidental est placé le tombeau de l'auteur évêque de la dernière reconstruction du lieu de culte seigneur Pietro Galletti. Il est le monument le plus magnifique de l'église, en marbre, richement décoré et incrusté. Il a une caractéristique commune à plusieurs autres œuvres dans la cathédrale: le lien avec les racines normand autour de la basilical. Le cadre de "DIVO GIORGIO« Commémore le saint patron des nombreuses batailles pour retrouver Norman Island, les chiffres des Maures tenant le sarcophage du mémorial représentent la soumission des Arabes au travail de re-christianisation faite par la famille Altavilla. Le cruenza plusieurs événements au fil du temps se traduit par des périodes durables de coexistence pacifique et constructive qui a laissé l'empreinte de l'excellence dans tous les domaines de la connaissance humaine. un message inhérent d'aujourd'hui n'est pas tant le sens de l'oppression, la domination, joug que le contexte historique particulier du millénaire a donné, parce que le rôle de base, le soutien, fondation, pilier, la contribution, la contribution du contexte arabe a provoqué en Italie du Sud.
  • Sur le pilier avant gauche du presbytère de l'arc de triomphe se trouve le tombeau de l'évêque Francesco Antonio Carafa.

Chapelle de la Vierge

L'entrée de la Chapelle de la Vierge ou Madone Il est délimité par un portail en marbre réalisé en 1545 par le sculpteur Giovan Battista Mazzolo. Le sculpteur exposant Carrara Sicile Renaissance Il est son fils Giandomenico Mazzolo o Mazzola trois portails à l'extérieur. Le portail présente la vie de la scène Virgin, la lunette sur 'architrave Elle représente la 'Couronnement de la Vierge donc Chapelle de Notre-Dame du Rosaire Il est par ailleurs appelé Chapelle du couronnement de la Vierge.

L'élévation de l'autel éclairé par élégant monofora interne en pierre de lave, est constitué par un arc Norman soutenu par des colonnes avec chapiteaux corinthiens, avec la sculpture en marbre Virgin Coronation. La base actuelle de l'autel a été transféré dans 2000 de l'abside principale chancel. Dans la partie supérieure sont intégrés les chiffres de la Apostoli et des scènes religieuses, dans le précieux paliotto marbre est représenté en relief Sant'Agata entouré de putti aleggianti de nuages. Le travail est commandé par Corrado Maria Deodato Moncada en 1805, conçu par l'architecte Stefano Ittar et terminé sous l'épiscopat du cardinal Giuseppe Francica-Nava de Bontifè en 1915.

Après les Arabes des dynasties Royaume de Sicile suivre une ligne de continuité par l'intermédiaire du normans, Souabes, aragonais représenté par les lignées de Altavilla, Hohenstaufen, Aragon, sauf crochets Angioina. Le fil strictement logique parentale qui lie les différentes familles nobles sont les chiffres de la Grand Conte Ruggero, Frédéric II de Souabe et Frédéric III de Sicile, respectivement le premier est arrière grand-père la seconde et ceux-ci, à son tour, arrière grand-père du troisième.

en 1958 à l'intérieur de la chapelle ont été placés sarcophagi précédemment fixé sur les parois abside au-dessus du choeur en bois, ils constituent les monuments funéraires respectivement:

  • Constance d'Aragon († 1363), Soeur Martin d'Aragon et la femme de Frédéric IV de la Sicile. De la face de la statue reproduite sur la couverture d'environ 10 ans après la disparition du souverain était l'empreinte est de façonner le visage du buste - reliquaire de Sainte-Agathe.
  • Rois d'Aragon ou la branche des souverains siciliens de la Chambre des Aragon.

Le type de sarcophage "Sidamara« Époque romaine,[15] Il garde la dépouille mortelle de:[16][17][18][19][4]

Chapelle du Crucifix

  • 1563, portail[4] de Giandomenico Mazzolo 14 ornés de bas-reliefs représentant des scènes de la passion, mort et Résurrection de Jésus.[21]

la Chapelle de la Sainte-Croix Il abrite un grand crucifié inséré dans une niche reliquaire, entouré par les statues de Notre-Dame des Douleurs et San Giovanni. Il y a un via Crucis et d'autres bustes sacrés. Sepulchre de l'évêque Bonaventure Secusio patron du monastère Eglise de Sant'Agata la Vetere.

sacristie

Commandé par l'évêque Michel-Ange Bonadies résiste tremblement de terre de Val di Noto en 1693 et il conserve une importante fresque du 'Etna 1669 Eruption,[4] peint par Giacinto Platania. Il y a une armoire de la sacristie XVIIIe siècle.

droit Abside - Chapelle de Sainte-Agathe

Cathédrale de Saint-'Agata
L'accès à cameredda.

En bas de l'allée à droite est la chapelle la plus chère à tous les habitants de Catane.

Un travail en fer forgé élaborée Salvatore Sciuto Patti la 1926 Elle protège la majestueuse chapelle dédiée à Sainte-Agathe. Sur le mur gauche de celui-ci ouvre la porte d'or finement décorée qui donne accès à la salle en appelant Catanesi en cammaredda, dans lequel sont conservés le buste reliquaire de Sainte-Agathe et la coffre avec son reliques.[4]

Dans la chapelle, décorée d'une fresque dépeignant de Sainte-Lucie prier sur la tombe de Sainte-Agathe pour invoquer la guérison de la mère malade, il y a la tombe du Viceroy Ferdinand de Acuña grand dévot du Martire Agata, par l'artiste Antonello Messina Fréri. Sur l'autel de la chapelle est attribué une triptyque Représentant du même auteur Agatha couronné par Dieu et entouré de saint Pierre et saint Paul avec évangélisateurs Matthieu, Marco, Luca et Jean, au fond sont les anges qui portent des symboles tenant de la Passion.[12]

« A Cammaredda

On attribue également à la Fréri portail marbre doré encadre la porte qui mène au sanctuaire où les reliques sont conservées. Sur les côtés du dix-huitième siècle monuments Cardinal Camillo Astalli-Pamphili et l'évêque Andrea Riggio. Pour compléter la décoration de la chapelle deux fresques des murs du XVIIe siècle qui représentent Sainte-Lucie dans la prière sur la tombe du martyr Catane et Virgin Digna a encouragé au martyre de Sant'Agata.

  • Le buste Siennois Giovanni Bartoli exécuté Limoges dans les années autour de la 1373 et 1376.
  • Casket, une grande boîte d'argent travail en relief et gravé des orfèvres Catane parmi lesquels comprend Vincenzo Archifel et son fils Antonio Archifel, Paolo Guarna de XV - XVIe siècle, Ils sont épinglés à l'intérieur des vitrines contenant différentes parties du corps de Père Noël. Le coffre contient aussi le fameux voile porté par Agata.

Abside - autel

Cathédrale de Saint-'Agata
L'abside et le presbytère.

au-delà de la croisière, la nef centrale se termine par une profonde abside normand, couvert de voûte en berceau ogival et se terminant par une paroi semi-circulaire. Bien que l'extérieur, il a encore la vieille pierre de lave en maçonnerie de 'Etna, L'intérieur est décoré d'un cycle de fresques du peintre romain Giovanni Battista Corradini commandé par innocent Massimo et de la première moitié de XVIIe siècle; le travail se concentre sur les saints patrons de la ville Catane, y compris San Beryl, Sant'Euplio, Santo Stefano protomartire et Sant'Agata, dont "couronnement« Il est montré au centre de l'abside. Époque Témoignages Norman sont les deux colonnes qui soutiennent la voûte de l'abside et la lancette ogival, fermé par un verre moderne et placé dans une position centrale.[12]

A l'intérieur de l'abside trouve sa place presbytère, précédée d'une volée d'escalier qui délimite sur la face avant; il abrite, dans une position avancée, moderne autel et ambon, fabriqué en 2000; l'ancien autel neoclassic en marbres polychromes Il est situé dans la chapelle dédiée à Madone, dans le transept droit. Le long des murs de l'abside, d'autre part, il y a la valeur chœur en bois baroque, réalisé par le sculpteur napolitain Scipio Guido à la fin de XVIe siècle, comprenant en outre la chaise à l'extrémité droite, dont l'ordre supérieur se compose de 34 stalles.[9] Dans les stands, ils sont reproduits dans des scènes bas-reliefs illustrant la vie, le martyre de Sainte-Agathe, et les moments de transfert des reliques de Constantinople Catania.

Le bronze de l'autel actuel "versus populum« Commandé par l'évêque Luigi Bommarito le sculpteur Dino Cunsolo ensemble ambon et la bougie de la porte pascale, remplace l'autel primitif actuellement placé dans le "Chapelle de la Vierge« Le transept droit.

Abside gauche - Chapelle du Saint-Sacrement

chapelle privée de la famille noble Gravina - Cruyllas, les pierres tombales sur les murs et sur le sol au pied indiquent l'enterrement de certains de ses composants.

campanile

  • en Mars 1852, la conception et la supervision des travaux pour la reconstruction du clocher et le dôme a été confiée à Carmelo Sciuto Patti à la place de la tour de la cloche précédente effondrée.

pipe Organ

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Orgue de la Cathédrale de Sainte-Agathe à Catane.
Cathédrale de Saint-'Agata
La restauration d'organes après la journée d'ouverture, le 20 Novembre, 2014

la controfacciata la nef est caractérisée par la présence de chorale en style néo-classique réalisé en 1926 du projet Carmelo Sciuto Patti; il abrite un orgue de caractère monumental.

Ce dernier a été commandé par le cardinal Giuseppe Benedetto Dusmet Nicolas Théodore Français facteur d'orgues en Jaquot 1877; une fois terminé, l'appareil a été placé dans 'abside Centrale, derrière le maître-autel. en 1926, suite à la réorganisation de l'abside, le chœur a été construit dans le compteur et il y a transféré l'organe aux dépens du cardinal Francica Nava; à cette occasion, il a été construit un nouveau cas par l'artiste Giambattista Sangiorgio et l'instrument a été prolongé par le cabinet d'organes Laudani et les juges. Couper le son pendant des décennies, en 2012 Il a commencé une rénovation majeure du entreprise de construction d'organes Mascioni, terminé en 2014.[22]

L'instrument est transmission mécanique avec des combinaisons de système d'assistance électronique; sa console a trois claviers de 58 notes chacun et pédales et 30 notes.[23]

culture

Legends

lorsqu'en 1232 la ville de Catane adhéré à une révolte anti-souabe, qui avait rejoint plusieurs villes de Sicile, Frédéric II de Souabe, Roi de Sicile, a été conçu avec une grande armée pour punir la ville rebelle. Selon la tradition, le roi Frédéric, exaspéré, lui ordonna de détruire la ville et de tuer tous ses habitants, mais a révoqué l'ordre et se repentit de son intention quand, assister à une messe dans la cathédrale, il a lu la phrase est apparu miraculeusement sur son bréviaire "Noli offenser Patriam Agathae is quia ULTRIX iniuriarum"[24].

littérature

  • le poète Mario Rapisardi il a consacré le poème automne Vêpres à la cloche de la cathédrale de Catane:[25]

« O cloche sacrée du Dôme / Que Vêpres avec l'automne / Rintocchi lente sur gémissant vents / La misère de l'homme gras, / Dans l'ombre des cultures solitaires / Fructueux des pensées tristes, / Sore d'aujourd'hui, d'hier, / intention de demain, je vous entends. / la fin de la journée pâle / se plaint, ou cloche ermite / io aube chanter le retour, / l'amour, la justice, la vie. »

Fêtes religieuses

  • 3, 4, 5 Février, Fête de Sainte-Agathe.
  • 17 août Célébration de l'anniversaire du retour des restes de Constantinople.

notes

  1. ^ Cathédrale Basilique Sant'Agata V. et M. - Vic. la, sur diocesi.catania.it. Récupéré le 21 Juin, 2014.
  2. ^ se calmer Francesco Sacco, "Dictionnaire géographique du Royaume de Sicile", Premier volume, Palerme, Imprimerie royale, 1800, p. 154. Récupéré 22 Octobre, ici à 2015.
  3. ^ (FR) Basiliques en Italie, en catholic.org. Récupéré 22 Octobre, ici à 2015.
  4. ^ à b c et fa g h la Giovanna Puissance, pag. 53
  5. ^ Page 367, Antonino Mongitore, "De la Sicile recherchée" [1], éditeur Arnaldo Forni, Volume Two, Palerme, réimprimer 1742-1743.
  6. ^ à b phases de construction, sur cattedralecatania.it. Récupéré le 21 Juin, 2014.
  7. ^ l'Amphitheatre, sur comune.catania.it. Récupéré le 21 Juin, 2014.
  8. ^ M. Giuffrè, p. 144.
  9. ^ à b c La cathédrale de Sant'Agata, sur comune.catania.it. Récupéré le 21 Juin, 2014.
  10. ^ Le tableau ci-Ange, sur comune.catania.it. Récupéré le 21 Juin, 2014.
  11. ^ Voir l'image.
  12. ^ à b c Visite virtuelle de la cathédrale, sur cattedralecatania.it. Récupéré le 21 Juin, 2014.
  13. ^ Gioacchino di Marzo, pp. 764 et 765
  14. ^ Page 73, Gaetano Grano, Philipp Hackert, "Souvenirs de « Messina et les peintres étrangers qui se sont épanouies à Messine du XIIe siècle jusqu'au XIXe siècle" [2], Messina, 1821
  15. ^ Vincenzo Tusa, Les sarcophages romaine en Sicile, 2e éd., Rome, Herm Breitschneider, 1995 [1957], p. 14 ISBN 88-7062-895-7, SBN IT \ ICCU \ PAL \ 0041727.
  16. ^ Guido Libertini, Les tombeaux des rois de Sicile est venu à la lumière dans la cathédrale de Catane, dans "A.S.S.O.", XLVIII, 1952, I-III, p. 247 ss.
  17. ^ Stefano Bottari, La tombe de Constance d'Aragon dans la cathédrale de Catane, Catane, dans "City Magazine", Janvier 1953, p.30 art.
  18. ^ Corrado Rubino, Le reste « Aragonais de Sicile » à Catane peu de gens savent et peu visibles leurs sarcophages, sur lavocedellisola.it, N ° 4-5, 2011. Récupéré le 7 Septembre, 2014. (article original)
  19. ^ Frederick King of Trinacria, sur messinacity.com. Récupéré le 7 Septembre, 2014.
  20. ^ La tombe de Frédéric III, roi de Sicile, sur messinacity.com. 9 Septembre Récupéré, 2014.
  21. ^ Gioacchino di Marzo, pp. 763
  22. ^ Après 20 ans, la cathédrale retrouve sa voix: lancer la restauration de l'orgue, sur corrieredelmezzogiorno.corriere.it, 10 avril 2012. Récupéré le 21 Juin, 2014.
  23. ^ Catane - Cathédrale de Sainte-Agathe, sur mascioni-organs.com. Récupéré le 16 Juin, 2014.
  24. ^ C. Coco, pp. 20-24.
  25. ^ Mario Rapisardi, Les nouvelles feuilles dispersées, sur rapisardi.altervista.org. Récupéré le 21 Juin, 2014.

bibliographie

  • Rasa Giuseppe Napoli, Guide des églises de la ville et dans les banlieues, Catania, typographie M. Galati, 1900, SBN IT \ ICCU \ PAL \ 0190207.
  • Vincenzo Caputo, Catane et sa cathédrale, Pise, jardins, 1967 SBN IT \ ICCU \ SBL \ 0071391.
  • Alfio Longo, Collection d'écrits sur la cathédrale de Catane (des origines à nos jours), Catane, Le Nuovagrafica, 1975 SBN IT \ ICCU \ IFC \ 0471387.
  • Divers auteurs, Catane et province: la ville baroque, la mer Ionienne, le mont Etna et les espaces naturels, Milan, le Touring Club Italien, 2000 ISBN 88-365-1586-X.
  • Maria Giuffrè, Baroque en Sicile, San Giovanni Lupatoto, Arsenal, 2008 ISBN 978-88-7743-334-3.
  • Carmelo Coco, Les chiens, les éléphants, les déesses et les saints. L'histoire de l'emblème et la bannière de Catane, Massarosa, Catcher in the Rye, 2011 ISBN 978-88-6396-145-4.
  • Antonino Scifo et Pietro Nicosia, la cathédrale de Catane: mille ans d'histoire, l'art et la foi Catane, Catane, Alma, ISBN 88-88683-14-3.
  • (IT) Puissance Joan, "Guide de la Sicile par Giovanna Puissance", Napoli, Travaux Imprimerie Filippo Cirelli, 1842.

Articles connexes

  • Catane
  • Archidiocèse de Catane
  • Frédéric III de Sicile
  • Giovanni Battista Vaccarini
  • Sant'Agata
  • Palais du Séminaire des Clercs
  • Musée Diocésain (Catania)
  • Chiesa di Sant'Agata la Vetere
  • Eglise de Sant'Agata al Borgo
  • Eglise de Sainte-Agathe à la prison
  • Eglise de San Biagio (Catania)
  • Eglise de la Badia di Sant'Agata
  • Eglise de San Placido

D'autres projets

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE7659352-6