s
19 708 Pages

Corps de la cathédrale de Saint-Etienne à Vienne
Intérieur de la cathédrale avec, à droite, l'organe Rieger

en Cathédrale Saint-Étienne à Vienne Il y a trois orgues:

  • Kauffmann l'organe, construit en 1960, situé sur chorale en controfacciata et comportant 125 journaux répartis sur quatre claviers et pédalier;[1]
  • l'organe Rieger, construit en 1991, située dans le bas-côté droit et ayant 54 journaux répartis sur quatre claviers et pédalier;[2]
  • Haydn-Orgel (en italien: organe de Haydn), Construit en 2009 par la firme Rieger, mobile, comportant 12 journaux répartis sur deux claviers et pédalier.[3]

histoire

Corps de la cathédrale de Saint-Etienne à Vienne
L 'Orgelfuß

La première mention de la présence d'un orgue dans le Cathédrale à Vienne Il remonte à 1334; l'instrument a été remplacé par un nouveau en 1336, qui 1371 Il a fait l'objet d'une réparation par le constructeur d'organiste et de l'orgue Peter. en 1512-1513, l 'architecte et sculpteur Anton Pilgram construit dernière envergure de nef l'une sur le côté gauche chorale (Appel allemand Orgelfuß) Pour avaler nid, caractérisé par la forme particulière de la parole qui incite la moitié d'un quatrefoil.[4] Au-dessus, il a été déplacé à l'orgue du XIVe siècle, qui est resté là jusqu'à la 1797, lorsque son matériel phoniques a été partiellement réutilisée pour la construction d'un nouveau outil.[5]

La cathédrale a été munie d'une seconde orgue en 1507, Il fonctionne l'organe Bolzano Burchhard Tischlinger et placé sur chorale (Appel allemand Füchselbaldachin) L'entrée de la sus-jacente sacristie grande; Cela a été agrandi en 1545 par Jacob de Kunigschwerdt Zwettl et comme l'orgue du XIVe siècle, a été démantelé en 1797, lorsqu'une partie de son matériau phonique a été réutilisé pour la construction d'un instrument plus grand.[6]

Ce dernier, situé sur cantoria placés au-dessus de l'entrée principale, est le travail de Ignaz Kober et résulte d'une extension d'un organe précédent de 1720, travail Vienne Ferdinand Josef Römer (qui, en 1701 avait construit un orgue pour le chœur de la cathédrale)[7] et Brunese David Sieber, ayant 32 journaux sur deux claviers et pédalier qui étaient en 1797 porté à 41.[6]

en XIXe siècle a été reconstruit le chœur: les deux organes de la cathédrale ont fait l'objet d'une importante rénovation 1886 Rieger, qui l'a emmené à 16 journaux sur deux claviers et pédales; l'organe majeur, cependant, a été remplacé 1889 par un instrument nouveau et plus grand dans le style romantique, fabriqué à partirconstructeur d'organes Eberhard Friedrich Walcker (opus 434), Ce qui 1879 Il avait construit un grand orgue pour la Votivkirche.[8] Le nouvel orgue de la cathédrale était Système de transmission mécanique-pneumatique mixte et il possédait 90 journaux; son console Il avait trois claviers de 54 notes chacun et un pédales de 27 notes, avec les registres et les unions actionnés par des boutons disposés en plusieurs rangées horizontales sur les côtés des manuels.[9] La disposition était sa phoniques comme suit:[10]

manuel initial
Untersatz 32 '
principal 16 '
majors Shank 16 '
majors Viola 16 '
Bourdon 16 '
trombone 16 '
Oktave 8 '
principal 8 '
Bourdon 8 '
Gamba Viola 8 '
gemshorn 8 '
Salicional 8 '
Hohlflöte 8 '
Rohrflöte 8 '
Doppelflöte 8 '
Fugara 8 '
trombone 8 '
ophicleide 8 '
(Suite)
Oktave 4 '
principal 4 '
Rohrflöte 4 '
Hohlflöte 4 '
gemshorn 4 '
Fugara 4 '
Clairon 4 '
Oktave 2 '
Doublette 2 '
Kornettino 2 '
Oktave l '
Quinte 5,1 / 3 '
Quinte 2,2 / 3 '
terz 3,1 / 5 '
Kornett V 8 '
Mixtur VI 4 '
Scharff IV 1,1 / 3 '
manuel selon
principal 16 '
Salicional 16 '
Quintatön 16 '
principal 8 '
alto 8 '
Spitzflöte 8 '
Quintatön 8 '
Bifara 8 '+ 4'
gedeckt 8 '
Dolce 8 '
trompette 8 '
clarinette 8 '
principal 4 '
Spitzflöte 4 '
alto 4 '
Gedecktflöte 4 '
corne 4 '
Oktave 2 '
Nasard 2,2 / 3 '
Mixtur V 2,2 / 3 '
Kornett V 8 '
troisième manuel
lieblich gedeckt 16 '
principal 8 '
lieblich gedeckt 8 '
Wiener Flöte 8 '
Aeoline 8 '
Voix Céleste 8 '
hautbois 8 '
Piffaro 8 '+ 2'
Oktave 4 '
alto 4 '
enregistreur 4 '
Oktave 2 '
Harmonique Trompette 8 '
Cymbel IV 2 '
pédale
Principalbaß 32 '
Bombardon 32 '
Principalbaß 16 '
Subbass 16 '
Violonbaß 16 '
Flötenbaß 16 '
Kontrabaß 16 '
Gedecktbaß 16 '
Posaunenbaß 16 '
Oktavbaß 8 '
Flötenbaß 8 '
Violonbaß 8 '
Gedecktbaß 8 '
trompette 8 '
Oktavbaß 4 '
Clairon 4 '
Oktavbaß 2 '
Quintbaß 10.2 / 3 '
Terzbaß 6,2 / 5 '
Mixtur V 5,1 / 3 '

au cours de la Guerre mondiale la ville de Vienne Il a été fortement bombardée par les forces allié et Cathédrale Saint-Étienne Il a été frappé le 12 Mars 1945 et le 8 suivant Avril et les deux corps ont été perdus[11] L'orgue de chœur a été reconstruit à nouveau par la société de construction d'orgue à Vienne Kauffmann 1952. Le nouvel instrument était la transmission d'énergie électrique et avait 12 journaux; sa console avait deux claviers de 56 notes chacun, et pédales de 32 notes. Suite à sa disposition phoniques:[6]

I - Hauptwerk
Prinzipal 8 '
Spitzflöte 8 '
Fugara 8 '
Prinzipal 4 '
Mixtur IV 2 '
II - Schwellwerk
gedeckt 8 '
Salicional 8 '
Nachthorn 4 '
Prinzipal 2 '
Terzian 1,3 / 5 '
pédale
Prinzipalbaß 16 '
Subbass 16 '
Quintbaß 10.2 / 3 '
Oktavbaß 8 '
Gedecktbaß 8 '
Quintbaß 5,1 / 3 '
Oktavbaß 4 '
Pommer 4

La même entreprise a été responsable de la construction d'un nouveau grand instrument, qui a duré de 1956 un 1960. Compte tenu de ce dernier peu satisfaisant et inadapté à la fois le service liturgique, à ce que le concert et l'importance du lieu,[12] début années nonante du XXe siècle Il a pris la décision d'équiper la cathédrale d'un nouvel organe. Le travail a été réalisé par la firme Rieger Schwarzach qui a terminé le travail en Août 1991; L'inauguration a eu lieu le 13 Septembre de cette année en présence de cardinal Archevêque de Vienne Hans Hermann Groër qui a béni l'instrument.[13]

En 2009, à l'occasion des deux cents ans après sa mort compositeur Franz Joseph Haydn, a été construit par le même organe de la société appelée un organe mobile, en fait, Haydn-Orgel.[7]

organe Kauffmann

Corps de la cathédrale de Saint-Etienne à Vienne
L'orgue Kauffmann

sur chorale courrier controfacciata dessus de la porte centrale, il y a une grande orgue de la cathédrale, construite par entreprise de construction d'organes Vienne kauffmann entre 1959 et 1960.[6] L'organe est actuellement désaffectée et on ne sait pas si elle reste dans sa position actuelle ou si elle sera supprimée; 1 Octobre 2010, à l'occasion du 50e anniversaire de son inauguration, il a formé un partenariat pour sauver l'instrument, présidé par l'organe descendants et Kauffmann Les par la portée des personnalités musicales.[14]

L'instrument est transmission électro-pneumatique et il est propriétaire d'environ 10 000 cannes pour un total de 125 journaux.[7] son console, indépendant, il est également situé sur le choeur et a quatre claviers de 56 notes chacun, et Pédalier concave de 32 notes, avec les journaux, unions et raccords actionnés par des plaques de bas de caisse, avec une combinaison libre pneumatique à onglets.[15] Le matériau de la parole est divisée en quatre corps, avec des expositions sur des espèces se composent de cannes de principal avec la bouche mitre; ils consistent en le commandant et trois corps tergal positif, une à chacune des trois allées de cathédrale.

Après le discours à la disposition de l'instrument:[1]

I - Hauptwerk
Prinzipal 16 '
Oktav 8 '
Hohlflöte 8 '
gedeckt 8 '
alto 8 '
Dolce 8 '
Quinte 5,1 / 3 '
Oktave 4 '
Hohflöte 4 '
Spitzflöte 4 '
terz 3,1 / 5 '
Quinte 2,2 / 3 '
Oktave 2 '
Cornett V 8 '
Mixtur VI-IX 2 '
Scharf IV 1 '
trombone 16 '
trompette 8 '
Clairon 4 '
corne 2 '
II - Oberwerk
alto 16 '
Prinzipal 8 '
Spitzflöte 8 '
Quintatön 8 '
Dulciana 8 '
Oktave 4 '
enregistreur 4 '
Salizet 4 '
Quinte 2,2 / 3 '
Oktave 2 '
Nachthorn 2 '
Mixtur VI-VIII 2,2 / 3 '
Cymbel III 1 '
Dulcian 16 '
trompette Harmonique 8 '
Kopftrompete 4 '
III - Schwellwerk
gedeckt 16 '
Prinzipal 8 '
Rohrflöte 8 '
Quintatön 8 '
Salicional 8 '
Unda Maris 8 '
Aeoline 8 '
Vox coelestis 8 '
Oktave 4 '
flûte 4 '
Rohrgedeckt 4 '
Fugara 4 '
Quinte 2,2 / 3 '
Oktave 2 '
Waldflöte 2 '
terz 1,3 / 5 '
Quinte 1,1 / 3 '
Septime 1.1 / 7 '
Sifflote 1 '
Mixtur IV 1 '
Cymbel III 1/2 '
basson 16 '
trompette 8 '
Geigenregal 8 '
Vox Humana 8 '
Clairon 4 '
tremblotant
IV - Brüstungspositive
linkes Positiv
Quintatön 16 '
copule 8 '
viole 8 '
gemshorn 4 '
Gedecktflöte 4 '
Prinzipal 2 '
terz 1,3 / 5 '
Quinte 1,1 / 3 '
Mixtur III-V 2 '
Rohrschalmei 8 '
Mittelpositiv
Praestant 8 '
gedeckt 8 '
Spitzflöte 4 '
Nachthorn 4 '
Prinzipal 2 '
Mixtur III 1 '
Rankett 16 '
Krummhorn 8 '
Rechtes Positiv
Bourdon 16 '
Suavial 8 '
gemshorn 8 '
Prinzipal 4 '
Rohrflöte 4 '
enregistreur 2 '
Oktave 1 '
Mixtur IV-VI 1,1 / 3 '
hautbois 8 '
cLARINETTE 8 '
Pedalwerk
Prinzipalbass 32 '
Untersatz 32 '
Oktavbass 16 '
Kontrabass 16 '
Subbass 16 '
Gedecktbass 16 '
Gemshornbass 16 '
Salizetbass 16 '
Quintbass 10.2 / 3 '
Oktave 8 '
violon 8 '
gedeckt 8 '
Pommer 8 '
gemshorn 8 '
Salizet 8 '
Quinte 5,1 / 3 '
Oktave 4 '
flöte 4 '
gedeckt 4 '
gemshorn 4 '
violoncelle 4 '
Salizet 4 '
terz 3,1 / 5 '
Quinte 2,2 / 3 '
Oktave 2 '
Nachthorn 2 '
Mixtur V 4 '
Bombarde 32 '
trombone 16 '
Basson 16 '
trombone 8 '
basson 8 '
Feldtrompete 4 '
Geigenregal 4 '
Musette 2 '

organe Rieger

Corps de la cathédrale de Saint-Etienne à Vienne
L'orgue Rieger

L'orgue fabriqué par un organe Rieger dans 1991 et situé dans la sixième envergure de l'allée à droite, il est le principal instrument de cathédrale, utilisé pour l'accompagnement au cours des liturgies et des concerts.[7]

L'instrument est transmission mixte, mécanique pour les manuels et la pédale, électrique pour les registres et les combinaisons. Il est enfermé dans un style caisse en bois baroque, avec une exposition composée de cannes métal de principal avec la bouche bouclier, avec cran de décorations en bois. la console Il est au centre de la base et est une fenêtre; il a quatre claviers de 56 notes chacun, et Pédalier concave de 30 notes.

La façade ingénieur du son d'orgue est inspiré par les outils réformées alsacien, caractérisé par un Swellwerk (Correspondant à la troisième clé) particulièrement adaptée à l'exécution du répertoire romantique français et allemand comme lieu Brustwerk immédiatement au-dessus de la console, et un Positiv conçu pour l'accompagnement des chansons.[16]

Après le discours à la disposition de l'instrument:[2]

I - Hauptwerk
principal 16 '
Octav 8 '
jambe 8 '
Hohlflöte 8 '
Octav 4 '
Spitzflöte 4 '
quintuplé 2,2 / 3 '
Octav 2 '
Mixtur majors VI 2 '
Mixtur inférieure IV 1,1 / 3 '
trompette 16 '
trompette 8 '
II - Positiv[N 1]
principal 8 '
gedeckt 8 '
Quintade 8 '
principal 4 '
Rohrflöte 4 '
sesquialtera II 2,2 / 3 '
Octav 2 '
enregistreur 2 '
larigot 1,1 / 3 '
Scharff IV 1 '
royal 16 '
Cromorne 8 '
tremblotant
III - Schwellwerk
Bourdon 16 '
principal 8 '
Bourdon 8 '
Salicional 8 '
Schwebung 8 '
Octav 4 '
flöte 4 '
Nazard 2,2 / 3 '
alto 4 '
Flachflöte 2 '
terz 1,3 / 5 '
Mixtur VI-VIII 1,1 / 3 '
trompette 8 '
hautbois 8 '
Clairon 4 '
Voix humaine 8 '
tremblotant
IV - Solowerk
trompette 8 '
Clairon 4 '
V cornette 8 '


pédale
Untersatz 32 '
principal 16 '
Subbass 16 '
Octavbaß 8 '
Gedecktbaß 8 '
Quintbaß 5,1 / 3 '
Choralbass 4 '
Nachthorn 2 '
rauschpfeife V 2,2 / 3 '
trombone 16 '
trompette 8 '
Zinke 4 '

Haydn-Orgel

Corps de la cathédrale de Saint-Etienne à Vienne
Haydn-Orgel

la cathédrale Il est également équipé d'un organe positif Mobile, construit en 2009 Rieger de la société et dédiée à compositeur Franz Joseph Haydn à l'occasion du 200e anniversaire de sa mort (1809).[7]

L'instrument pèse 1600 kg et est placé sur un chariot de telle manière qu'il peut être déplacé à l'intérieur de la cathédrale où il est nécessaire de son utilisation; Il est utilisé non seulement pour accompagner les liturgies qui se tiennent aux autels latéraux, mais aussi dans le but concertistico: pour cette raison, est relié par les microphones à Radio Stephansdom de telle sorte que le son peut également être transmis via radio.[7]

L'organe est transmission mixte, la mécanique pour les manuels et la pédale et la puissance pour les registres. Sa console, une fenêtre, il a deux claviers de 56 notes chacun et un Pédalier concave 30 notes et est placé au centre de la base du boîtier qui enferme le matériau phonique, réalisé sous la forme d'une réduction de cet organe de Rieger 1991, avec une exposition composée de cannes de principal disposés dans plusieurs domaines, avec des décorations en bois sculpté.

L'agencement phonique de l'instrument est le suivant:[3]

I - Hauptwerk
principal 8 '
viole 8 '
gedeckt 8 '
octave 4 '
principal 2 '[N 2]
Mixtur III 2 '
II - Positiv[N 3]
coppel 8 '[N 4]
Traversflöte 8 '[N 5]
flöte 4 '
Flachflöte 2 '
Quinte 2,2 / 3 '[N 6]
sesquialtera II 2,2 / 3 '
tremblotant
pédale
Subbass 16 '

notes

notes
  1. ^ expressif
  2. ^ dérivé du registre Mixtur III 2 '
  3. ^ expressif
  4. ^ divisé en Bassi et Soprani
  5. ^ de faire2
  6. ^ dérivé du registre Sesquialtera II 2,2 / 3 '
sources
  1. ^ à b (DEFR) Kauffmann-Disposition der Orgel (1960), dommusik-wien.at. 20 Mars Récupéré, 2014.
  2. ^ à b (DEFR) Wien (AT) - Dom zu St. Stephan, rieger-orgelbau.com. 20 Mars Récupéré, 2014.
  3. ^ à b (DEFR) Wien (AT) - Wien Stephansdom (Haydn-Orgel), rieger-orgelbau.com. 20 Mars Récupéré, 2014.
  4. ^ I. Schlosser, p. 14.
  5. ^ G. Lade, p. 212.
  6. ^ à b c G. Lade, p. 214.
  7. ^ à b c et fa (DEFR) Die Orgel im Stephansdom, dommusik-wien.at. 20 Mars Récupéré, 2014.
  8. ^ (DE) Die Orgeln der Votivkirche, votivkirche.at. 20 Mars Récupéré, 2014.
  9. ^ (DE) Die Söhne Eberhard Friedrich Walckers, gewalcker.de. 20 Mars Récupéré, 2014.
  10. ^ (DE) Wien, Saint-Étienne-Sun - Opus 434 (1890) (PDF), Gewalcker.de. 20 Mars Récupéré, 2014.
  11. ^ (DE) Bombenkrieg, wien-vienna.at. 20 Mars Récupéré, 2014.
  12. ^ W. Sengstschmid, Die Entstehung der neuen Domorgel, en AA.VV., p. 19
  13. ^ W. Sengstschmid, Die Entstehung der neuen Domorgel, en AA.VV., p. 23
  14. ^ (DE) Riesen Orgel, pfarrekagran.at. 20 Mars Récupéré, 2014.
  15. ^ (DE) son film Clemens Kauffmann, Johann M. Kauffmann Riesenorgel zu St. Stephan, sur YouTube, 26 septembre 2010. 20 Mars Récupéré, 2014.
  16. ^ R. Summereder, p. 318.

bibliographie

  • (DE) Ignaz Schlosser, Die Kanzel und der Orgelfuß zu St. Stefan à Vienne, Vienne, Logos Verlag, 1925, ISBN inexistante.
  • (DE) Günter Lade, Orgeln à Vienne, Vienne, Lade édition, 1990, ISBN 3-9500017-0-0.
  • (DE) AA.VV., Schritte zum Klangkonzept, en Domorgel St. Stephan Wien. Festschrift zur Orgelweihe am 13. Septembre 1991, Vienne, Orgelmusikverein St. Stephan, 1991 ISBN inexistante.
  • (DE) Roman Summereder, Aufbruch der Klänge. Materialien, Bilder, Dokumente und zu Orgelreform Orgelkultur im 20. Jahrhundert, Innsbruck, édition Helbling, 1995, ISBN 3-900590-55-9.
  • (DE) Peter Planyavsky, Gerettet vom Stephansdom, Vienne, ok édition 2007, ISBN 978-3-85167-188-9.

D'autres projets

liens externes