s
19 708 Pages

Comment lire redirigée
palmiers Castnide
Paysandisia archon MHNT Dos Vif Fronton.jpg
Paysandisia archon
état de conservation
Statut aucun NE.svg
Les espèces non évaluées
classification scientifique
domaine Eucaryotes
uni Animalia
Sous-règne eumetazoa
superembranchement protostome
phylum arthropoda
subphylum Tracheata
superclasse hexapoda
classe insecta
sous-classe Ptérygotes
cohorte Endoptérygotes
superordre Endoptérygotes
section Panorpoidea
ordre lépidoptères
Sous-ordre satiné
Infra Heteroneura
division Ditrysia
superfamille Cossoidea
famille Castniidae
sous-famille Castniinae
tribu Gazerini
sexe Paysandisia
Houlbert, 1918
espèce P. archon
nom binomial
Paysandisia archon
(Burmeister, 1880)
synonymes

castnia Archon Burmeister, 1880
castnia Josepha Oberthür, 1914

la palmiers castnide (Paysandisia archon (Burmeister, 1880)) Il est papillon de nuit appartenant à famille la source Castniidae Amérique du Sud, récemment introduit Europe. Il est le seul espèce la genre Paysandisia Houlbert, 1918[1].

description

Paysandisia archon
Mâle et femelle P. archon décrit comme castnia Josepha en Oberthür, 1914[2]
Paysandisia archon MHNT portrait.jpg

adulte

L 'aile Avant a une couleur entre le vert et gris olive sur la page principale, assez uniforme, même si elle a tendance à être plus sombre dans la région du sommet, sur la côte et à Termen. On voit une bande médiane longitudinale de couleur plus foncée.[2][3][4] La page inférieure est grisâtre dans la partie distale, alors qu'elle a tendance à brunâtre dans la partie proximale.
L'aile arrière a, à la page supérieure, une coloration de fond rouge, sur laquelle se dressent deux larges bandes noires transversales, allant du bord intérieur presque à l'externe, et sont traversés par six cellules blanches. Sur la face inférieure, le motif se répète celui de la page supérieure, mais la couleur de fond est remplacé par un gris terne, plus pâle vers le bord extérieur et l'angle anal, et les globules blancs ont moins de bords tranchants et ont tendance à fusionner les uns avec les autres .

Paysandisia archon
larve P. archon

la antennes Ils sont clavate et accroché aux extrémités.
la tête et thorax Ils sont-brun grisâtre, moyenne poilue.
L 'abdomen répète les nuances de couleur de la poitrine, mais légèrement plus foncée, en particulier chez le mâle.[2]
la dimorphisme sexuel est accentué, car la femelle est beaucoup plus grande que le mâle, et montre une ovipositeur pointu, avec une longueur de 4-5 mm.
L'envergure du mâle atteint 90 mm, celle de la femelle est de 110 mm.[5][6]

œufs

Les œufs sont fusiforme, à environ 5 mm de long et 1,5 mm de large, de couleur blanchâtre au moment du dépôt, puis virant au gris rosâtre avant l'éclosion; 8.6 il y a des nervures longitudinales (typiquement 7). Ils sont déposés, jusqu'à 6 à la fois, entre les fibres de la couronne foliaire la plante hôte, dans une position abritée contre les rayons directs du soleil ou dans le voisinage de méristèmes, ou même à la base de rachis Foliaire. La période de ponte est de mai à Octobre.
En fonction de la température, compléter leur stade de développement entre 12 et 21 jours.[5][6]

Paysandisia archon
Collecte des stades juvéniles P. archon

larve

la chenille, vient de sortir de l'œuf, mesurant environ 7 mm, est d'une couleur orange-rose clair, et recouvert de poils longs. Elle se développe sur une période de 10-18 mois, en fonction de la période de ponte, créant de long et un peu parallèle des galeries rectilignes dans les tissus de la plante hôte, qui augmentent de diamètre avec la taille de la larve, jusqu'à aboutissent souvent à la mort de la plante. Un développement atteint, la chenille peut atteindre 80 à 90 mm de longueur et 15 mm de diamètre; il apparaît couleur blanc crème, trapu et pattes et pseudozampe tribunal, tête brunâtre et en partie sur la base du premier segment poitrine, et le second segment thoracique élargi.

Paysandisia archon
cocon P. arcon

La larve, qui ne quitte jamais la plante hôte pour toute la période de développement, est le stade de la résistance avec laquelle cette espèce dépasse l'hiver. En fait, si les œufs éclosent au printemps, la larve se développe tout au long de l'année, il hiverne qu'une seule fois, et ils se métamorphosent au début du printemps suivant, après environ 10-11 mois; mais si les œufs viennent à éclore en fin d'été ou à l'automne, l'espèce hiverne une fois que les larves immatures, se développe tout au long de l'année civile suivante, puis une seconde fois hiverne sous la forme d'une larve mature, et arrive au printemps all'impupamento la troisième année civile, employant un total d'environ 18 mois.[5][6]

Paysandisia archon
nymphe P. archon

chrysalide

A la fin du développement larvaire avant dell'impupamento, l'animal a tendance à sortir de leur galerie, se déplaçant près de la colonne vertébrale de la surface de la feuille, de sorte que l'adulte est facilitée dans vacillante. la cocon, brun ovoïde et de couleur foncée, mesurant 50-60 mm de longueur et environ 25 de diamètre; il est préparé par la création d'une couche extérieure plus dure, fabriqué à partir de fibres végétales de résultat de la plante hôte, et une couche intérieure de fibres de soie, sécrété par la chenille, en mélange avec des excréments d'animaux de même.
la chrysalide qui complète la métamorphose en 40-70 jours, en fonction de la température ambiante, mesurant environ 50 mm de longueur, il est trapu et fusiforme, la couleur brun-jaunâtre, et révèle peigne court spinule brun disposé sur chaque segment abdominal.[5][6]

Distribution et habitat

Paysandisia archon
Argentine et Uruguay, respectivement, cité par Burmeister[4] et Oberthür[2][3] comment locus typici l'espèce

L 'areal natif de espèce ne comprenait que Amérique du Sud, et notamment 'argentin (locus typicus)[4] l 'Uruguay ouest,[2][3] la paraguay et Brésil Du Sud-Est.
Cependant, en raison du fait que certaines larves ont été transportés par les humains dans les paumes des jambages de feuilles comme celles du genre Trithrinax, actuellement, l'espèce est devenue même les mauvaises herbes pour 'Europe méditerranéenne. Dans le détail, les rapports ont été réalisés dans Espagne (Catalogne) et sud de la France (Provence-Alpes-Côte d'Azur, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées) En 2001,[7] en Royaume-Uni (Sussex de l'Ouest) En 2002 (occurrence occasionnelle), et Îles Baléares en 2003. Il a également été rapporté un cas Pays-Bas (Province de Hollande du Sud) En 2006. Comme il regardeItalie, spécimens ont été signalés Salerno en 2002, à Ascoli Piceno en 2003[8], en toscane en 2004,[9] et en Ligurie en 2008,[10] mais il est probable que le papillon est présente ailleurs.[5][6][11]

Paysandisia archon
Brahea armé (Mexico Blue Palma)

L 'habitat Préféré est représenté, dans les lieux d'origine, de palmiers tropicaux ou subtropicaux, ou au moins des espaces verts dans la végétation mixte, dans laquelle il y a des plantes de palmiers.[1] En Europe, cependant, l'espèce se répand le long des côtes, en correspondance avec les rangées de palmiers des zones riveraines dans les villes balnéaires[5][6]

biologie

Ils ont jamais été signalé des dommages aux problèmes des forêts, par Paysandisia archon, origine nell'areale, à savoir Amérique du Sud, parce que dans ces écosystèmes, L'espèce vit en équilibre avec un certain nombre de prédateurs et ennemis naturels (nématodes, hyménoptères, oiseaux et ainsi de suite). De plus, 'écozone neotropical Ce papillon ravageur seulement des palmiers des espèces sauvages, et non pour les cultures de production. Le problème se pose quand il est arrivé à Europe, parce que dans l'ancien monde, il n'y a pas de facteurs naturels qui peuvent limiter son expansion; l'effet qu'elle dans les pays de la rive nord de la Méditerranée dans les résultats d'une perte financière, ainsi que l'esthétique.[5][6]

période de vol

Les adultes de Paysandisia archon vol par jour dans une période entre Mai et Novembre, avec des pics de fréquentation entre Juin et Juillet.[5][6]

puissance

Paysandisia archon
Chamaerops humilis, la Palma nana
Paysandisia archon
Livistona chinensis (Fan chinoise o fontaine Palma)
Paysandisia archon
Phoenix canariensis dans un jardin Madère
Paysandisia archon
Phoenix dactylifera (Palmier dattier)
Paysandisia archon
Trithrinax campestris
Paysandisia archon
Washingtonia filifera (Palma Californie)

la chenilles Ils sont polyphage et parasitent une variété décente de genres et espèce appartenant à la famille Arecaceae Bercht. J.Presl, 1820.
en argentin on constate la présence de P. archon de:[5][6]

  • butia yatay (Mart.) Becc.
  • Chamaerops humilis L. (Palma nana)
  • latanier spp. Comm. Ex. Juss.
  • Phoenix canariensis chabaud (Palma de Canaries)
  • Trithrinax campestris (Burmeist.) Drude Griseb.

Nell 'Europe méditerranéenne il est plutôt constaté la présence de cette casse-pieds de:[5][6]

  • Brahea armé S. Watson (Palma bleu Mexique)
  • Chamaerops humilis L. (Palma nana)
  • Jubaea spp. Kunth
  • Livistona chinensis (Jacq.) R. Br. Ex Mart. (Fan chinoise o fontaine Palma)
  • Livistona Decora (W.Bull) Dowe
  • Livistona saribus (Lour.) Merr. ex A. Chev.
  • Phoenix canariensis chabaud (Canary Palm)
  • Phoenix dactylifera L. (Palmier dattier)
  • Phoenix allongea Jacq. (Date de paume de Sénégal)
  • Sabal spp. Adans.
  • Syagrus spp. Mart.
  • Trachycarpus fortunei (Hook.) H.Wendl.
  • Trithrinax brasiliensis Mart.
  • Washingtonia filifera (Lindl.) H.Wendl. (Palma Californie)

taxonomie

Sous-espèces

Il a été décrit sous-espèces.[1][2][3][4]

synonymes

deux ont été signalés synonymes:

  • castnia Archon Burmeister, 1880 - Descr. Phys. Représentant Arg. 5, Atlas (2): 41-60, pl. 14-24 - locus typicus: argentin[4]
  • castnia Josepha Oberthür, 1914 - Etud. LEPID. Comp 9 (2):. 63, pl. 257, f. 2164-2165 - locus typicus: Uruguay[2]

Les symptômes et les dommages à l'usine infirmière

On a constaté que, très souvent, la plante hôte ne révèle pas l'attaque de synthons claire par la larve P. archon, mais il met en évidence un état général de la souffrance, avec des feuilles jaunies ou séchées, souvent tordues ou déformées autrement que la norme. Une manifestation typique de la présence de cette casse-pieds Il est la sciure évidente et répétée dans le chambranle de la plante. Par exemple, en faisant les sections des feuilles de rachis l'espèce phénix, il est possible de tracer un trou circulaire, témoignant du tunnel creusé par la larve. la feuilles paumes sont perforés ou endommagés sur les deux pages. Il a également été trouvé un développement anormal axillaire des feuilles parasités. Dans certains cas, il peut également trouver plusieurs exuviae le parasite, ce qui démontre le muet déjà terminé. Parce que dans certains cas, plusieurs larves coexistent et se développer dans un cadre unique feuille, la plante subit des dégâts importants, même jusqu'à une mort.[5][6][12]

Méthodes de contrôle et de prévention

Pas encore disponible sur le marché à l'époque, les produits phytosanitaires homologués pour contre ce parasite, les actions ne peuvent être effectuées par la PPO (produits pour ornement). Cependant, il est à l'étude la possibilité d'utiliser des espèces parasitaire qu'ils peuvent être efficaces pour contrer le phénomène, comme le nématodes Steinernema carpocapsae, également utile contre le charançon rouge (Rhynchophorus ferrugineus). Procédé de lutte brut mais efficace consiste en l'élimination de la plante affectée, suivie d'un traitement thermique, ou déchiquetage mécanique qui conduit à des fragments ne dépassant pas 2 cm. Certaines autorités locales ont émis des résolutions qui invitent toute partie à identifier la présence de ce parasite d'informer le Service régional de phytopathologie.[5][6]

normes de référence

  • Directive 2009/7 / CE du 10 Février 2009 modifiant les annexes I, II, IV et V de la directive 2000/29 / CE concernant: « Des mesures de protection contre l'introduction dans la Communauté d'organismes nuisibles aux végétaux ou aux produits végétaux et contre leur propagation à l'intérieur de la Communauté », l'insertion, Paysandisia archon Annexe II, partie A, section II, lettre a) point 10;
  • 07/09/2009 MIPAAF du décret d'application de la directive 2009/7 / CE du 10 Février 2009 modifiant les annexes I, II, IV et V du décret-loi 19 Août 2005, n. 214, l'entrée de l'annexe II, partie A, section II: « Organismes nuisibles dont l'introduction et la propagation devrait être interdite dans tous les Etats membres si elles sont présentes sur certains végétaux ou produits végétaux », la lettre a) point 10, Paysandisia archon.[6]

notes

  1. ^ à b c Houlbert, Constant Vincent, Monographique de la sous Révision-famille Castniinae Etud. LEPID. Comp 15:. 730pp: 1-730, pl. 437-462, 1918.
  2. ^ à b c et fa g Oberthür, Charles, Études de Lépidoptérologie comparée. IX Fascicule: 63, pl. 257, f. 2164-2165, Rennes, Oberthür Imprimerie, mai 1914.
  3. ^ à b c Oberthür, Charles, Études de Lépidoptérologie comparée. XV Fascicule: 64, 75, 311, Rennes, Oberthür Imprimerie en Mars 1918.
  4. ^ à b c et Burmeister, Karl Hermann Konrad, Description physique de la République Argentine d'après des observations personelles et ETRANGERES Descr. Phys. Représentant Arg. 5, Atlas (2): 41-60, pl. 14-24, 1880.
  5. ^ à b c et fa g h la j k l Assam Marche - Service phytosanitaire régional (PDF) assam.marche.it. Récupéré le 4 Juin 2011.
  6. ^ à b c et fa g h la j k l m Région Lazio - Direction régionale de l'agriculture - Espace services techniques et scientifiques - Service phytosanitaire régional - Paysandisia archon (Burmeister 1880) - Les paumes Castnide (PDF) regione.lazio.it. Récupéré le 4 Juin 2011.
  7. ^ Mérite, Xavier et Véronique, Une nouvelle espèce pour la France, Paysandisia archon (Burmeister, 1879), un Ravageur de PALMIERS (lépidoptères, Castniidae) (PDF), Dans Bulletin des Lépidoptéristes Parisiens - Faune de France, vol. 11, nº 22, Septembre 2002, p. 41-43. Récupéré le 5 Juin, 2011.
  8. ^ Riolo P., Nardi S., M. Carboni, Riga F., A. Piunti, Ferracini C., Alma A., N. Isidoro, Paysandisia archon (lépidoptères, Castniidae): premier rapport de dommages du mineur dangereux de palmiers sur la côte Adriatique., en Informant Fitopatologico, nº 10, 2004, pp. 28-31.
  9. ^ Région Toscane - Direction générale de la compétitivité du système régional et le développement des compétences de développement rural - Fitosantario service régional, Le papillon mineur de palme - Paysandisia archon (PDF), Florence, Service phytosanitaire régional (Toscane), 2014, pp. 11. Récupéré 10 Juillet, 2017.
  10. ^ Tinivella, F;. Ferracini, C.; Faccoli, M;. Pasini, C.; Littardi, C.; Cavicchini, R;. Minute, G., Les observations relatives à certains parasites récemment introduits en Italie trouvées sur la ville bordée d'arbres de Ponente Ligure (PDF), Dans Actes jours phytopathologie, vol. 1, 2010, pp. 311-312. Récupéré 10 Juillet, 2017.
  11. ^ F. Porcelli, R. Monfreda, Ricci S.M.:, Stingi N., C. Cavallo, G. Pellizzari, Paysandisia archon (Burmeister, 1880) échappe de pépinières et colonise grands palmiers en Italie du Sud. activités de l'OEPP sur la quarantaine des plantes, Juin 2006.
  12. ^ Pavesi M, Sous-estimation des menaces pesant sur la biodiversité des espèces exotiques envahissantes d'insectes (PDF), De Compte rendu de la conférence « Les espèces exotiques en Méditerranée » 20 et 21 Mars 2010.

bibliographie

  • ACT gouvernement, Golden Sun Moth (Synemon plana): une espèce en voie de disparition. Plan d'action N ° 7. Environnement ACT, Canberra, 1998, p. 20.
  • Aguilar, L.L., Une nouvelle famille lépidoptères pour la faune européenne. SHILAP Rev. LEPID. 29: 86-88, 2001.
  • Bourquin, F., Notas de la BIOLOGICAS castnia Archon Burm. Rev. Soc. Ent. Argentine 24: 295, 1933.
  • Bourquin, F., Mariposas Argentinas. Hôtes. Comme., Argentine, El Ateneo, 1945, p. 113.
  • (FR) Blackcap, J. L. (Ed.), Encyclopédie de l'entomologie, 4 vol., 2e éd., Dordrecht, Springer Science + Business Media BV, 2008, pp. LXIII + 4346, ISBN 978-1-4020-6242-1, LCCN 2008930112, OCLC 837039413.
  • Chapin, E., Deux Ravageurs de Nouveaux PALMIERS du sud-ouest de l'Europe: Paysandisia archon et Pseudarenipses insularum. Le Palmier, n ° 33, 2003.
  • Drescher, J Dufay, A., Un nouveau Ravageur des Palmiers Dans le sud de la France. PHM-Revue horticole 429: 48-50, 2001.
  • Edwards, E.D., Le Golden Sun Moth, Synemon plana. Une espèce en voie de disparition, vol. 2, Anic Nouvelles, 1993, p. 7-8.
  • Gibbons, M., Trithrinax, épreuves et tribulations. Palms 45: 74-79, 2001.
  • González superbe, Le Castniidae au Zoologishes Forschungmuseum Alexander Koenig, Bonn (lépidoptères: Castniidae) Ent. ZS. 117 (2): 89-93, 2007.
  • Huguenot, R., Paysandisia archon Ravageur de ornementaux dans Le PALMIERS n ° 30 Palmier, Toulouse, 2002.
  • (FR) Kükenthal, W. (Ed.), Handbuch der Zoologie / Manuel de zoologie, Band 4: Arthropodes - 2. Hälfte: Insecta - lépidoptères, papillons diurnes et nocturnes, dans Kristensen, N. P. (eds), Handbuch der Zoologie, Fischer, M. (Editeur scientifique), Teilband / Partie 35: Volume 1: Evolution, Systématique et biogéographie, Berlin, New York, Walter de Gruyter, 1999 [1998], pp. x + 491, ISBN 978-3-11-015704-8, OCLC 174380917.
  • Lamas, G., Bibliografía de los Castniidae (Lépidoptères) Americanos. Revta péruvienne Ent. 35: 13-23, 1993.
  • Lamas, G., Un examen critique de Checklis du néotropicale Castniidae (Lépidoptères) Revta péruvienne Ent J. Y. Miller. 37: 73-87, 1995a.
  • Lamas, G., Tipos de Castniidae en el Naturhisto-risches Musée de Viena (Insecta: Lépidoptères). SHILAP Revta. LEPID, 23:. 247-249, 1995b.
  • Lenzini, José, Les PALMIERS cravate nominale menaces arc un argentin. Le Monde, édition du 3 mars 2003, 2003.
  • Lepesme, P., Les Insectes des Palmiers, P. Lechevalier, 1947, p. 903.
  • Leraut, Patrice, Papillons de nuit en Europe. Vol 1. -. Verrières le Buisson. 396 S., 78 Taf., N.A.P. Editions, 2006 ISBN 2-913688-07-1.
  • Miller, J.Y., La taxonomie, phylogénie et zoo-géographie de la pyrale neotropical sous-famille Castniidae (lépidoptères: Castnioidea: Castniinae). Ph. D. thèse de doctorat, Université de Floride, Gainesville, 1986 xxv + 600 pp, 1986.
  • Peltier, Jean-Benoît, Une glu sauveur contre le Ravageur des Palmiers Paysandisia archon, 2007.
  • Porcelli, F., pêches A, Stingi N, C Cheval, Ricci M.S., présence de Paysandisia archon (Burmeister, 1880) (Lepidoptera, Castniidae) et ses dommages dans Puglia. Actes XX CNIE - Congrès national italien d'entomologie, Pérouse-Assise 13-18 Juin 2005, 2005.
  • (FR) Ruschioni S., P. Riolo, Verdolini E., Peri E., S. Guarino, S. Colan, R. Roman, N. Isidoro, Structure fine antennaire Sensilles de Paysandisia archon et réponses électrophysiologiques associés aux composés volatils Palms hôtes (PDF), Dans PLoS ONE, vol. 10, nº 4, San Francisco Public Library of Science, le 23 Avril, 2015, p. e0124607, DOI:10.1371 / journal.pone.0124607, ISSN 1932-6203, LCCN 2006214532, OCLC 70662135.
  • Y Monteys Tailor, V., La découverte, la description et la taxonomie des Paysandisia archon (Burmeister, 1880), en espèces castniid récemment trouvé en Europe du sud-ouest (Castniidae). Note lepidopterologica, 25: 3-15, 2002.
  • Y Monteys Tailor, V., L. Aguilar, M. Saiz Ardanaz, Ventura et D. M. Marti, morphologie comparée de l'œuf de la pyrale du palmier castniid, Paysandisia archon (Burmeister, 1880) (Lepidoptera: Castniidae) Systématique et biodiversité 3 (2): 1-23, 2005.
  • Y Monteys Tailor, V. et Aguilar, L., L'agrile du palmier Castniid, Paysandisia archon (Burmeister, 1880), en Europe: biologie comparative, situation phytosanitaire et les méthodes de contrôle possibles (lépidoptères: Castniidae) nAChR. Entomol. . Ver Apollo, n ° F. 26 (1/2): 61-94, 2005.
  • (FR) Scoble, M. J., Lépidoptères: forme, fonction et la diversité, deuxième édition, Londres, Oxford University Press Musée d'histoire naturelle, 2011 [1992], pp. xi, 404, ISBN 978-0-19-854952-9, LCCN 92004297, OCLC 25282932.
  • (FR) Stehr, F. W. (Ed.), Les insectes immatures, 2 volumes, deuxième édition, Dubuque, Iowa, Kendall / Hunt Publishing. Co., 1991 [1987], pp. ix, 754, ISBN 978-0-8403-3702-3, LCCN 85081922, OCLC 13784377.

Articles connexes

  • Cossidae

D'autres projets

liens externes