s
19 708 Pages

Jim Steranko
James F. Steranko au New York Comic Con, Février 2009

James F. Steranko (lecture, 5 novembre 1938) Il est caricaturiste et écrivain États-Unis. Son œuvre la plus connue est la série espion Nick Fury, Agent de s.h.i.e.l.d., initialement publié dans le magazine Strange Tales de Marvel Comics dans les années soixante. Il a été l'un des principaux innovateurs du ballon lorsque le soi-disant silver Age, grâce à son style unique combinant surréalisme, art op et conception graphique.[citation nécessaire]

biographie

jeunesse

En dépit du manque de considération du père envers son talent artistique, Steranko a commencé à dessiner très jeune; d'acheter des bandes dessinées collecte des bouteilles et des vieux journaux pour vendre Tore. Il a étudié les bandes Milton Caniff, Alex Raymond, Hal Foster, Alex Toth, Frank Robbins et Chester Gould, ainsi que sur les différents registres de superman et Walt Disney ce qui lui a donné un oncle. D'autres influences provenant de programmes de radio et de publications en série de films.[1][2]

les premiers travaux

Le premier travail artistique de Steranko était pour un magasin d'impression à Reading, où il concevra des brochures et des dépliants publicitaires pour différents clubs de la ville; alors il sera pris dans un agence de publicité, où il réalise les produits designs les plus variés ( « de landaus à des canettes de bière »[2]). Intéressé pour écrire et dessiner des BD, visitera le siège de DC Comics, où l'éditeur Julius Schwartz lui donnera une copie du script d'une aventure Adam Strange. Dans une interview 2003, Steranko se souvient: « Ce fut le premier script complet que j'ai vu dans ma vie, pleine de descriptions des dessins animés et des dialogues j'ai appris beaucoup de lui, et il m'a fallu réaliser mes premières bandes dessinées. ».[3]

Steranko entrera la bande dessinée grâce à Harvey Comics monde, où il travaillera avec Joe Simon la réalisation d'une nouvelle ligne de superhéros; entre les personnages créés Spyman, Magicmaster et Gladiator.[2] Son premier travail a été publié dans le premier numéro de Spyman (Septembre 1966), pour lequel il a écrit l'histoire de 20 pages « La naissance d'un héros » et qui concevra la première page (le reste des dessins a été faite par George Tuska), y compris la diagramme d'une main robotique il apparaîtra sur la couverture.[4][5]

Un peu plus tard le temps de commencer à travailler Marvel Comics. L'année précédente a été rejetée pour être trop « immature »; la deuxième fois, il a été reçu par Roy Thomas (Ce jour-là Stan Lee Il était occupé et ne voulait pas être dérangé), qui a été immédiatement impressionné par ses dernières œuvres; Thomas a dirigé l'office Steranko de Lee, qui prendra pour travailler Strange Tales.[6]

silver Age

Après une période initiale au cours de laquelle il a occupé à affiner et encré illustrations Jack Kirby, Steranko a commencé à traiter non seulement les dessins mais aussi l'intrigue, les couvertures et les taches.[4]

"Nick Fury, Agent de s.h.i.e.l.d." Bientôt, il est devenu le zénith créateur du temps, et l'un des livres comiques les plus innovants et acclamé pour. Comme l'a noté Larry Hama, Steranko « a réussi à combiner le dynamisme figuratif de Jack Kirby ainsi que des concepts de design moderne. » Il a modifié la robe du personnage principal, une veste et une cravate, portant « une robe pleine ajustée avec des poches et fermetures à glissière, semblable à un costume Wally Wood revisité par Pierre Cardin. Les femmes robe en cuir noir « pour Emma Peel« Séries TV Agent spécial. Sur chaque page, vous êtes constitué en société influences de Peter Max, l'Op Art et Andy Warhol - et les pages sont conçues dans son ensemble, et non comme une série de vignettes. Tout cela fait avec un style pointu, hard-edge, bouillonnante de drame et de tension anatomique ".[7] Ron Goulart, dans son Comix: Une histoire de la Bande Dessinée en Amérique, écrit: « même des lecteurs les plus obtus pouvait voir que quelque chose se passait à nouveau ... Avec chaque question les efforts Steranko sont devenus plus innovants. Des pages entières consacrées à des collages de dessins qui tenaient aucun compte des bords de vignette pour former en profondeur plusieurs niveaux . les panneaux d'ouverture ressemblaient les affiches des concerts de rock San Francisco du temps ".[8]

Steranko introduit ou popularisé, bande dessinée de partie, les mouvements artistiques tels que ceux psychédélique et art op, se référant à l'esthétique Salvador Dalí et inspiré Richard Powers, définir son style comme "Zap Art".[2][9] A.M. Viturtia observe comment Steranko a été inspiré par les romans James Bond, mais plus tard, les mêmes auteurs de films d'espionnage ont été influencés par les événements de Nick Fury. Il a absorbé et adapté à son style deux techniques Kirby connues: l'utilisation de montages (en particulier pour les arrière-plans des citoyens) et le recours fréquent aux dessins en pleine page, pas de dessins animés, occupant un, deux ou même quatre feuilles.[10]

L'auteur écrit Steven Ringgenberg:

« Le travail de Steranko Marvel est devenu un point de repère de la culture pop 60 ans, combinant des styles traditionnels de la bande dessinée Wally Wood et Jack Kirby avec le surréalisme Richard Powers et Salvador Dalí. Emballé avec des techniques issues de maîtres du cinéma, Jim a résumé ... une approche différente de toute autre bande dessinée courant dominant, dont un seul élément commun à ses prédécesseurs: plusieurs femmes vêtues de tenues sexy et serré. La comtesse Valentina Allegro de Fontaine a fait ses débuts Strange Tales n. 159, Nick Fury atterrissage au cours d'une séance d'entraînement, prouvant qu'il pouvait prendre soin d'elle! Il ressemblait à un personnage juste sauté sur une affiche de James Bond.[11] »

Ce dernier et l'autre commeBond girl Ils étaient à ce qui a été publié sous la limite autorisée Comics code à ce moment-là. Un exemple est la séquence d'ouverture du second nombre de Nick Fury, Agent de s.h.i.e.l.d., dont il a été censuré une caricature représentant Nick Fury et de la comtesse embrassa, remplacée par une image d'un pistolet dans un étui.[12]

Les aventures Fury ont continué dans sa propre série, qui a contribué Steranko quatre histoires: « Qui est Scorpion » ( "Qui est Scorpion?"); « Alors vous paraîtrez Reap la mort ... », a inspiré le titre la tempête de Shakespeare; « Lève-toi Dark Moon, l'enfer Hound Kill » ( « Vingt mal, un courant de terreur »), un hommage à Le Chien des Baskerville, et « Qu'est-il arrivé au Scorpion? » ( « Qu'est-ce que Scorpion? Le succès). Steranko a ensuite réalisé quelques reprises, puis a quitté la série.

Sa carrière chez Marvel a deux histoires X-Men (N. 50-51, Novembre-Décembre 1968) pour lequel il a conçu un nouveau logo de couverture et trois numéros Captain America (110, 111 et 113, Février, Mars et mai 1969).[4] De plus en 1969, il a été annoncé un nouveau projet de travail Sternako, qui auraient dû figurer sur Marvel Super-Heroes, mais il n'a jamais eu lieu. Il écrit alors une histoire d'horreur, ce qui a provoqué une rupture de la relation avec Marvel. Bien que seulement 7 pages, « Au coup de minuit » (non publié en Italie), a publié le premier numéro de Tour des Ombres (Septembre 1969), a remporté le prix Alley, mais a causé plusieurs pontes avec Stan Lee. Ce dernier a refusé avant que le couvercle (du même Steranko), puis il se plaignait de la conception de dessins animés, les dialogues et le titre, qui a d'abord été « La Lurking Fear à l'ombre House » (un hommage à H. P. Lovecraft). Au début Steranko il est passé de Marvel, mais après environ un mois de la relation avec Lee refroidi et donc est retourné au travail à la Chambre des idées pour quelques années, la plupart du temps comme un artiste de couverture[13], puis conclure que sa carrière comme une bande dessinée à temps plein.

Editeur et illustrateur

Steranko a commencé une nouvelle carrière dans le monde de l'édition, d'autant plus que l'auteur du livre couvre. Sur les conseils d'un ami, il a abandonné la technique de peinture à l'huile en faveur de résines acryliques, pour une plus grande rapidité d'exécution[2] et elle a commencé à travailler pour des maisons d'édition. En 1969, il fonde son propre label, « theSupergraphics »: le premier projet qui est venu à la lumière étaient deux volumes (six initialement prévus) intitulé Le Steranko Histoire de la bande dessinée, publié entre 1970 et 1972. Ecrit par le même Steranko, propose l'histoire de la bande dessinée est sorti au cours de la période de Âge d'or, Aussi à travers plusieurs interviews (et dans de nombreux cas particuliers) aux auteurs des années 30 et 40; de nombreuses couvertures en noir et blanc sont également reproduits et un historique complet de l'Esprit. La préface du premier volume a été écrit par Federico Fellini.

D'autres publications de theSupergraphics comprennent: Talon l'intemporel, collection d'illustrations relatives à une série jamais fait; calendriers supereroine-pin-up "Le Supergirls";[2] revue périodique appelée Comixscene (Décembre 1972), initialement dédié au monde de la bande dessinée, puis de la septième édition a été rebaptisé Mediascene puis en Prevue, devenir un magazine généraliste sur la culture populaire qui a été publiée jusqu'en 1994.[14]

en 1976 Steranko a écrit, conçu et produit le roman graphique Chandler: Red Tide pour Byron Preiss Publications visuels / Pyramid Books, et en 1981, il a adapté le film de science-fiction Outland pour magazine Heavy Metal. Depuis 2007, il a travaillé avec des bandes dessinées Radical réalisant des couvertures, des logos et des personnages de la série Hercule et Ryder sur la tempête.

Cinéma et télévision

Au fil des ans, Steranko a participé au traitement de certains projets de films. Il a travaillé comme artiste Les Aventuriers de l'Arche Perdue, la création de dessins relatifs à la production du film et l'apparence de Indiana Jones,[15][16] et Dracula de Bram Stoker.[17] Il a également écrit l'épisode « The Ties That Bind » de la série animée TV DC Comics Justice League Unlimited. en 2003 Il a collaboré avec History Channel dans la réalisation d'un documentaire intitulé Superheroes livre Unmasked Comic.

travaux

Filmographie

notes

  1. ^ Steranko et al., Steranko Art Noir, pp. 12-15
  2. ^ à b c et fa Lafuente, Eduardo Lopez. "Jim Steranko" (bio) Nick Fury, Agent de s.h.i.e.l.d. collection livre de poche (Marvel Enterprises, 2000) ISBN 0-7851-0747-9
  3. ^ Robertson, Tony. « Steranko reconnaît le pouvoir de la bonté dans le Prix Julie Discours », sur Les dessins de Steranko. WebCitation archives.
  4. ^ à b c Jim Steranko au Base de données de Grand Comics
  5. ^ Spyman à Toonopedia Don Markstein
  6. ^ Entretien avec Roy Thomas, Alter Ego n.50, Juillet 2005, p. 23.
  7. ^ Hama, Larry. introduction à la Nick Fury, Agent de S.H.I.E.L.D. Qui est Scorpion?
  8. ^ Goulart, Ron. Comix: Une histoire de la Bande Dessinée en Amérique (Bonanza Books, New York, 1971, Bibliothèque du Congrès Catalogue Numéro de la carte 75-169-104)
  9. ^ A.M. Viturtia, Nick Fury, Agent de s.h.i.e.l.d., Marvel Enterprises, 2000 ISBN 0-7851-0747-9.
  10. ^ Strange Tales n. 167, pp. 2-5
  11. ^ Ringgenberg, Steven « Une longue vie d'amour avec la culture pop Pin Up! », Betty Pages Magazine 4, printemps 1989 par TheDrawingsOfSteranko.com. WebCitation archives.
  12. ^ Vert, Robin. « Face avant! Clap Your Hands, vous êtes sur la équipe gagnante! », Rolling Stone 91, le 16 Septembre 1971 (page 3 de la transcription via fan "Sac de Grab-Vert peau" site). Archive.org archives
  13. ^ Jim Steranko à ComicBookDB. Consulté le 16 Avril, 2008
  14. ^ Robertson, Tony, éd. « Steranko Bibliographie ». WebCitation archives.
  15. ^ Walentis, Al. « Steranko Raiders a aidé à vendre », Aigle de lecture, 14 juin 1981, p. 66.
  16. ^ Les Aventuriers de l'Arche Perdue, Empire, 29 septembre 2006, p. 72-82.
  17. ^ Renato Pallavicini, Lorsque Jim Steranko "inventé" Indiana Jones et Dracula, en Fumettologica, 12 juin 2015. Récupéré 19 Février, 2016.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Jim Steranko

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR93699303 · LCCN: (FRn85387788 · SBN: IT \ ICCU \ MACRO \ 077088 · ISNI: (FR0000 0000 7829 7159 · GND: (DE174335709 · BNF: (FRcb11925520g (Date) · ULAN: (FR500105574